Partagez | 
 

 Pour gagner gros, il faut parfois prendre de gros risques [Victoria]

Aller en bas 
AuteurMessage
Maralina Irohivrah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 128
Âge : 27
Date d'inscription : 09/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  98 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Pour gagner gros, il faut parfois prendre de gros risques [Victoria]   Lun 27 Aoû 2018 - 8:52



Sybrondil, Arkuisa, 5ième ennéades de Karfias, An XI, Cycle XI


Les vagues fendaient sur la coque des navires de la flotte de la princesse marchande, le vent salin faisait virevolter ses longues boucles noires, pendant que Maralina observait d’un air satisfait sa prochaine cible. Sybrondil se dressait devant elle, prête à être conquise. Il y a quelques ennéades un de ses fournisseurs lui avait mentionné que la comtesse cherchait à agrandir ses horizons et avait aimablement proposé les réseaux de la Princesse marchande. Une rencontre avait alors été organisée entre les deux intermédiaires pour qu’une rencontre ait lieu. Une rencontre légèrement historique, connaissant les troubles que les deux factions avaient eus durant les dernières années. Mais Mara ne venait pas à Sybrondil en tant que Princesse Marchande de Thaar, elle était venue pour agrandir son réseau, pour étendre ses activités le plus loin possible.  Mieux valait sécuriser sa position sans trop déranger les autres princes marchands. Maralina plissa les yeux pour lutter contre le soleil qui l’aveuglait et se retourna vers son conseiller bedonnant. Pas vraiment un conseiller, mais disons un secrétaire qui se chargeait de réunir toute les informations sur ses partenaires commerciales, et s’assurer que la préparation de la princesse était solide. L’homme d’environ une quarantaine d’année, était petit et chauve, un visage couvert de rides qui lui donnait une dizaine d’années de plus qu’il en avait vraiment.  On pouvait voir un visage rempli d’admiration et de crainte à chaque fois qu’il posait des prunelles brunâtre sur Maralina.


«Décrivez-moi la comtesse» Son conseiller la regarda en farfouillant dans ses notes. «On dit que la comtesse est difficile à lire. Comme si elle cachait son jeu en tout temps. Un peu comme vous, ma princesse.» Maralina souri, Victoria Di Maldi serait une adversaire féroce dans cette négation, mais si les deux femmes jouaient leurs cartes correctement, une alliance commerciale pourrait s’avérer fort profitable pour les deux. Maralina voulait surtout mettre la main sur la si précieuse huile d’olive et le marbre. Deux raretés qui coutaient une fortune en Ithri’Vann, façon assez facile de s’enrichir sans heurter trop les autres princes marchands. Mara devait toutefois s’avérer prudente pour ne pas faiblir la relation entre leurs deux nations. En effet, depuis la guerre, les humains de la péninsule semblaient ne pas apprécier la principauté et ce même si les commerces et la flotte de Faeron Savarius furent démanteler par la principauté. Les navires entrèrent finalement dans le port de Sybrondil et accostèrent rapidement sur les quais. Maralina s’éloigna du point pour laisser les matelots faire leurs travail et reporta son regard glacial sur son conseiller; «Devrais-je savoir autre chose avant de me lancer dans cette discussion?» Le conseiller bedonnant lui fit un non vigoureux de la tête en regardant ses pieds, intimidé par Maralina.  La princesse eut un sourire moqueur, et lorsque finalement la passerelle fut déployés, de nombreux soldats de sa milice se déployèrent pour faire place à la demi-elfe pour la conduire au palais aux milles miroirs, la, ou la comtesse l’attendait.


Son escorte se déploya sur les quais, arrêtant les matelots qui tentaient de faire leur travail. Après sa visite en Langehack, elle n’en n’avait que cure de passer inaperçue, sa sécurité était plus importante que les regards ébahi ou frustré des humains.  Elle se mit en marche rapidement suivi de son escorte et de son conseiller qui lui courrait à l’arrière d’elle. Au bout de quelques minutes, la demi-elfe arriva finalement au palais ou les portes s’ouvrirent devant elle.  Mara, sourire moqueur aux lèvres s’engouffra dans le palais. L’immense édifice de pierre était très impressionnant et joliment décorés. La comtesse se trouvait dans l’immense hall. Les soldats de sa milice se séparèrent pour laisser la princesse marchande prendre les devants. Elle s’arrêta à quelques pas de la comtesse avant qu’un héraut ne les présente. Mara, toujours sourire aux lèvres, détailla Victoria de la tête au pied. Grande, aux yeux verts, elle dégageait la grâce même. Ses habits, habilement taillé, était tout à fait digne d’une noble de la péninsule. Si la comtesse représentait la grâce et la rigidité des mœurs de la péninsule, Mara quant à elle, représentait l’esprit volatile et dépravé de la cité des vices. Elle inclina légèrement la tête en marque de respect, et plongea son regard dans celui de Victoria avant de prendre la parole dans leur langue ; «Merci de cette accueil, votre grandeur. J’attendais cette rencontre avec impatience  » Elle se rapprocha d’un pas avant de continuer; «Un de mes fournisseurs m’as aimablement dit que vous recherchiez de nouveaux moyens d’améliorer vos activités commerciales, je crois que nous pourrions tous les deux bénéficier d’un accord » Elle avait été strictement au but. Soyons honnête elle n’en n’avait que faire des salutations sans fin et des conversations vide d’intérêt. La princesse marchande était venue en Sybrondil pour faire des affaires. Non pas pour discuter des dernières tendances de soieries avec la comtesse.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 779
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour gagner gros, il faut parfois prendre de gros risques [Victoria]   Mar 4 Sep 2018 - 18:53


- Qui ça?
- Maralina Irohivrah.
- Et vous dîtes qu'elle siège au conseil de Thaar? Etrange, je pensais connaître tous ceux qui y siégeait.
- Elle remplace Amshet Ahk Afah.
- Je vois, et qu'es devenu Amshet dans ce cas? Lui a-t-elle cédé ses commerces?
- Je ne crois pas Ma Dame. Répondit Gregorio en s'éclaircissant la voix par la suite.
- Pourquoi souhaite-t-elle me rencontrer?
- Eh bien, un de ses contacts semble l'avoir renseignée sur vos envies d'étendre les relations commerciales de la compagnie des Trois Saisons.
- Si elle se permet de se déplacer elle-même, je suppose que ce ne sera pas uniquement pour m'acheter les marchandises Sybrondes. Que pourrait-elle me proposer en échange?
- Eh bien… Amshet était connue pour marchander de la chair.
- Elevage de bovins?
- Non Votre Grandeur… Plutôt des esclaves et des plaisirs de…
- Ok. Je vois. Dans ce cas, nul besoin de cette entrevue. L'esclavage est aboli en Sybrondil et je ne comte pas rendre le comté encore plus dépravé qu'il ne l'est.
- Je crains que ce ne soit pas… possible.
- Pourquoi cela?
- Elle vient tout juste d'accoster au port. Son Altesse devrait arriver au château d'ici une petite demie heure.
- Eh bien nous allons pouvoir la loger une nuit puis l'inviter gentiment à reprendre la route.
- Je pense.
- Vous pensez?
- Qu'il serait possible de tout de même lier des échanges commerciaux.
- N'avez-vous pas entendu ce que je viens de vous dire? L'esclavage ne se fait plus en Sybrondil et je ne tiens pas à retrouver un endroit de débauche à chaque coin de rue.
- Nous pouvons envisager autre chose.
- Très bien. Expliquer moi ce que vous avez en tête.

Leur discussion continua jusqu'à l'arrivée de la Princesse Marchande. Celle-ci était habillée d'une robe des plus provocatrice, ce qui a eu le don de mettre Victoria extrêmement mal à l'aise, elle qui était entourée de ses conseillers: tous des hommes qui se retenaient vivement de lui sauter dessus.

- Votre Altesse. C'est un honneur de vous rencontrer. Puis-je vous inviter à prendre le thé, dans les jardins?

La Comtesse lui tendit son bras pour l'inviter à marcher à ses côtés. Le trajet jusqu'au jardin dura quelques minutes. Les deux jeunes femmes étaient passées par la galerie des glaces avant de finir dans le jardin du palais. Ensemble, elles s'installèrent sur les confortables canapés drapés de blanc et de rouge. Victoria était restée fort silencieuse durant ce trajet mais son bras n'avait à aucun instant quitté celui de son invitée. Une fois installée, la Sybronde croisa un instant le regard de cette belle jeune femme. Ses traits étaient fins, beaucoup trop fin pour une humaine. La comtesse se questionna donc sur ses origines. Était-elle une elfe dont les oreilles pointues étaient cachées par cette longue chevelure d'ébène? Ou était-elle un sang mêlé?

- Votre Altesse. Finit-elle par dire, brisant le silence. Je vais être franche et direct avec vous. Je n'ai pas envie de perdre mon temps et j'ose croire que vous ne voulez pas perdre le vôtre non plus. Victoria prit une bouffée d'air avant d'afficher un fin sourire. Vos différentes "marchandises" ne m'intéressent pas. L'esclavage n'est plus d'actualité en Sybrondil et ne le sera sans doute plus jamais car elle fut abolie par un décret royal, et il ne serait pas sage de l'enfreindre. Ensuite, j'estime qu'il y ait déjà suffisamment de maisons closes dans le Comté. Je ne souhaite en aucun cas en voir d'autres voir le jour. La Comtesse fit une pause, le temps de boire une gorgée du thé qui venait d'être servit. Cependant, n'ayez crainte, je ne vous ai pas accueillie pour vous renvoyer immédiatement en Estrévent: j'ai une autre proposition à vous faire. Je souhaiterais faire de vous l'égérie des produits Sybronds en Estrévent.

Je vous explique: je ne peux malheureusement pas vous enrichir davantage en achetant les produits que vous proposez à la vente. Néanmoins, je peux vous enrichir en échange de prestations de services. Votre rôle sera de promouvoir les marchandises Sybrondes à travers tout l'Estrévent. Je ne vous parle pas de négocier de vulgaires contrats, mes commerciaux le feront à votre place: non, votre rôle sera de mener un "bouche à oreille" efficace, de faire savoir à votre carnet de clients et de fournisseurs -que je soupçonne d'être très fournit- que vous cautionnez, approuvez, appréciez ce que la compagnie des Trois Saisons vous propose. Votre palais sera décoré de marbre Sybrond, vous porterez des bijoux fait de perles Sybronds, le tissu de vos robes seront teint à Aphel, vous parlerez de Sybrondil à quelques oreilles lors de l'une de vos nombreuses fêtes. Rien de bien compliqué en soit, n'est-il pas?
Victoria reprit une pause. En échange, je vous propose vingt pourcents du bénéfice net engendré. Ce pourcentage augmentera à vingt-cinq pourcents à partir de cinq nouveaux comptoirs installés en Estrévent et si les cinq bénissent suffisamment notre réussite, celui-ci augmentera à trente pourcents à partir de dix comptoirs. Vous bénéficierez également d'une réduction de vingt pourcents sur tous vos achats personnels. Si cette proposition vous intéresse, nous pourrons alors discuter plus en détails des quelques conditions contractuelles.

Il ne restait plus qu'à attendre une réponse de Mara.

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Titres posthumes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Maralina Irohivrah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 128
Âge : 27
Date d'inscription : 09/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  98 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour gagner gros, il faut parfois prendre de gros risques [Victoria]   Sam 8 Sep 2018 - 12:43



Maralina ne put s’empêcher d’afficher son éternel sourire moqueur lorsqu’elle vit la réaction de la comtesse et des conseillers qui l’accompagnaient. Les péninsulaires étaient des créatures si chétives et si prévisible. Ils tentaient de rester nobles mais on pouvait aisément voir la passion qui les grugeait de l’intérieur. Une simple robe pouvait les déstabiliser ou les amener à perdre toutes leurs contenances. La tâche serait définitivement facile, il ne faudrait que quelques bordels en péninsule pour faire grandir encore plus sa fortune. La princesse marchandes regarda les alentours et ne put s’empêcher d’attraper son reflet dans les nombreux miroirs qui ornaient le palace. Elle replaça gracieusement ses cheveux et attrapa gracieusement le bras que Victoria lui tendait. Les deux femmes marchèrent en silence dans le palace pour rejoindre  les jardins.  Le silence n’était en aucun cas pesant pour la demi-elfe. Au contraire, c’était une belle technique de la part de Victoria; généralement le silence est un texte difficile à interpréter. Tentait-elle de reprendre ses esprits après le malaise que demi-elfe lui avait causé? Ou au contraire tentait-elle de la mettre, elle, mal à l’aise? Un mystère en soi… Elles arrivèrent finalement dans les jardins habilement aménagés et Maralina s’installa sur le canapé en face de Victoria. Elle attrapa une tasse de thé avant de prendre une gorgée du liquide réconfortant. La comtesse se décida finalement à lui adresser la parole. Son ton était sûr d’elle. La princesse marchande ne put s’empêcher de lui répondre en souriant;


« Non en effet, votre grandeur, je n’ai guère de temps à perdre. Allons directement aux faits. »

Victoria amena sans ménagement ses pensées quant aux maisons closes et à l’esclavage. Mara se contenta d’hausser les épaules, elle n’était pas venue pour parler d’esclavage. Les humains ne comprenaient pas l’attrait de ses derniers et leurs usages. Si ces derniers voulaient ne pas goûter au plaisir de l’esclavage, cela était leur choix. Choix stupide, certes, mais leurs décisions. La Sybronde capta l’attention de la princesse marchande lorsqu’elle lui proposa de devenir  l’égérie des produits de son comté. Elle tourna son regard vers la brunette et écouta son offre attentivement. Elle devait avouer que la comtesse la prit par surprise. Elle se cala légèrement dans le canapé en souriant. Une offre franchement alléchante et en aucun cas difficile à réaliser, presque un cadeau en soi! Maralina avait un autre plan, elle ne voulait pas seulement être l’égérie de ce comté mais contrôler une partie des marchés. Ses informateurs lui avaient grandement vantés la liberté des marchés dans cette partie de la péninsule et elle voulait en faire partie. Pas nécessairement contrôler la comtesse, mais conclure une alliance commerciale avec elle. Elle attendit patiemment que Victoria finisse son monologue et prit rapidement la parole lorsqu’elle eut terminé.

« Ma foi, votre grandeur, votre offre est plus qu’alléchante et il me fera grand plaisir d’être votre égérie en Ithri’Vaan. Je dois vous avouez que cette offre me surprend! »


Elle prit un moment pour observer la réaction de la comtesse et continua;


« Quant à mes marchandises que j’offre et qui font ma spécialité, je dois vous avouer que je suis totalement d’accord avec vous. Trop d’offres tuent la demande.  Quant aux esclaves, je comprends que vos mains soient liées et qu’ils ne vous intéressent pas. »


Elle prit une gorgée de son thé avant de continuer; «Quelles seraient les conditions contractuelles que vous avez en tête? » La princesse marchande déposa sa tasse sur la table en se calant dans le canapé. Elle croisa ses longs doigts ensemble en ayant un sourire indescriptible aux lèvres. Décidément, cette rencontre lui donnerait beaucoup plus que ce qu’elle voulait – Ne restait qu’a voir quelle conditions serait mise sur la table. « Soyons honnête, la Péninsule et l’Estrévent, comme vous le dites si bien, n’ont pas toujours eu la meilleure des relations. » Elle baissa son regard vers ses mains pour observer ses ongles parfaitement manucuré et retourna son attention vers Victoria. « J’ose espérer que ma montée sur,  disons le trône, aide nos relations et soit profitable pour nos deux terres. Soyons honnête, nous bénéficierions toutes les deux de cet accord commercial entre votre comté et l’Uldal’Rhiz.» Elle ne mentait pas, Victoria pourrait bénéficier de son influence et de ses ressources. La comtesse n’avait qu’une chose à accepter en échange; « Je n’ai passé que quelques moments dans votre ville, votre grandeur. Mais de ce que m’est informateur m’ont rapporté, c’est que vos établissement de passe ne sont pas ceux de Thaar ou d’Uldal’Rhiz » Elle lui fit un sourire enjôleur; « Laissez-moi acheter certains établissements dans votre comté et les dirigés à ma manière, bien entendu, les impôts vous seront payés. Ne vous inquiétez pas, je suivrais toutes les réglementations que vous imposez déjà à vos commerçants. » Et voilà, le premier jeton était sur la table, est-ce que la comtesse lui laisserait prendre le contrôle de certain des commerces?

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 779
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour gagner gros, il faut parfois prendre de gros risques [Victoria]   Sam 8 Sep 2018 - 14:22


Cela, Victoria devait s'en douter que la Princesse Marchande n'accepterait pas d'emblée la main que lui tendait Victoria sans au moins essayer d'avoir le bras au complet. Et à vrai dire, cela rassurait qu'à moitié la Comtesse. Il semblerait que cette Maralina ait les yeux plus gros que le ventre et soit pressée d'élargir ses activités alors qu'il n'y avait pas meilleur allié que le temps pour faire fructifier une fortune.

- En réalité, vous n'avez point besoin de ma permission pour racheter les établissements qui vous intéresse. Dit-elle à son encontre, prenant le risque de perdre le contrôle de l'échange. Il vous suffit de les acheter aux propriétaires actuels.

Victoria porta à nouveau sa tasse à ses lippes avant de reprendre.

- Néanmoins, je dois vous avouer que j'apprécierais que vous attendiez d'avoir mon consentement, que je suis prête à vous donner en échange d'un léger service: voyez-vous, je ne vous propose pas uniquement une alliance commerciale mais également une alliance plus… personnelle. Quelque chose me dit que nous nous ressemblons sur certains points et que nous savons tous deux veiller sur nos intérêts: vous, vos intérêts financiers, moi: mes intérêts politiques. Vous êtes l'une des princesse marchande siégeant au conseil de Thaar comme vous venez de me le faire comprendre, mais au niveau de votre commerce, vous n'avez pas le monopole. Je ne parle bien évidemment pas du Royaume que vous commencez à peine à conquérir, mais bien de l'Estrévent. Voyez-vous, la famille de l'actuelle duchesse de Soltariel: les Soltari-Beronti, possèdent un large réseau de maisons closes, aussi bien en Soltariel qu'en Estrévent. Un réseau certes bien moins important que le vôtre mais ils arrivent néanmoins à en tirer des revenus confortables. Je souhaiterais que vous arriviez à leurs couper les vivres. Qu'importe les moyens mais faites-en sorte qu'ils perdent leurs clients pendant que moi je m'attèlerais à leur faire perdre leurs titres.

La Comtesse fit une nouvelle pause pour se désaltérer. Maralina était peut-être un membre haut-placé de Thaar, il était hors de question que Victoria perde au change. Dans le meilleur des cas, ces accords se devaient de convenir à part égale aux deux femmes.

- J'imagine que vous devez vous demander pourquoi vous accepteriez une telle demande. La réponse est plutôt simple en soit: elle nous sera bénéfique à toutes deux. De votre côté, cela vous permettra d'étendre vos activités en Estrévent pour tendre vers un monopole indiscutable mais cela vous permettra également de vous implanter en Soltariel. De mon côté, cela me permettra d'écarter définitivement une famille qui n'a apporté que trahison et incompétence au Royaume et qui font subir au Duché un deuxième procès royal en seulement deux ans. Si vous acceptez et que vous arrivez à nos fins, je vous laisserais vous implanter légalement en Sybrondil et à acquérir autant d'établissements que vous le souhaitez tout en vous épargnant d'impôts durant une période de deux ans. Je tiens également à vous préciser une chose: Sybrondil n'est certes qu'un Comté mais c'est sans conteste le pays le plus vaste et le plus populeux de tout le sud du Royaume. Victoria se permit un léger sourire avant de continuer: Au vu du peu d'informations dont je dispose sur la façon dont vous avez procédé pour accéder au conseil de Thaar, j'en déduis que ce genre de "sabotage" ne doit point vous peser sur votre conscience, n'est-ce pas?

Victoria fit une pause, scrutant la moindre réaction de la Princesse.

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Titres posthumes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Maralina Irohivrah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 128
Âge : 27
Date d'inscription : 09/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  98 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour gagner gros, il faut parfois prendre de gros risques [Victoria]   Sam 8 Sep 2018 - 21:50



«Non en effet, mais j’aime mieux éviter les problèmes votre grandeur, je l’ai déjà dit, Thaar et la péninsule ne sont pas des alliées»


La princesse reprit sa tasse de thé et manqua s’étouffer lorsque la comtesse lui proposa un arrangement plus personnel. Elle déposa sa coupe et porta son attention aux dires de la jeune femme. Décidément, elle l’avait complétement sous-estimé.  Les deux femmes avaient beaucoup plus en commun qu’elle n’avait pu imaginer. Les Soltari-Beronti… Elle connaissait définitivement leur nom, et leurs prendre tout ce qu’ils avaient n’allaient définitivement pas être une tâche difficile. On devait que planifier le coup de façon professionnel.  Maralina regarde Victoria, clairement amusée. Définitivement, cette rencontre allait dans une direction qu’elle n’avait jamais anticipée. Généralement la princesse marchande n’était guère friande des surprises, mais l’attitude et la détermination de la Sybronde était hors du commun – et soyons honnête – tellement rafraichissante de l’habitude coincé qu’avait les autres humains.


…Et Victoria donna son coup de grâce. Maralina ne put s’empêcher de rire. Définitivement cette rencontre lui plaisait de plus en plus. Elle lui sourit et mordilla sa lèvre inférieure. Pleinement consciente que le mur qui les séparaient au départ, Maralina n’hésita pas a laisser tomber la bienséance dont les humains semblaient si friands. «J’ignore ce que l’on vous a raconté, Victoria. Mais la loi dans la principauté est bien différente de celle en péninsule. J’ai vengé ma famille, j’ai pris ce qui m’était du. Je n’ai absolument rien fait d’illégal.» Outre ordonner le meurtre de sa famille et provoquer Amshet, mais disons que c’était des détails que personnes ne connaissait. Peut-être que certaines personnes se doutait de ce qui s’était passé. Mais sans preuve, on ne pourrait jamais l’accuser de quoi que ce soit. Qui plus est avoir Amshet comme animal de compagnie dans ses geôles étaient une vengeance des plus délicieuses. Elle reprit la tasse de thé qu’elle avait déposé sur la table plus tôt et prit une gorgée avant de s’exclamer;  «Et si je peux me permettre – qui sera la prochaine Duchesse lorsque les Soltari-Beronti seront anéantis? Vous, peut-être?  » Elle haussa des épaules avant de continuer; « En effet, ma chère, je sens que nous avons beaucoup plus en commun que je pensais. Je vais vous aider. Avez-vous des pistes qui pourraient m’aider? Mes informateurs m’ont mentionné un procès royal. Cela veut dire que la duchesse aura tournée toute son attention sur la chose et que ses affaires ne seront pas sa priorité.» Elles devaient planifier leurs coups intelligemment, s’attaquer à une duchesse de la péninsule n’était pas ce qu’il y avait à prendre a la plus légère. La princesse marchande claqua rapidement des doigts et son conseiller bedonnant arriva au pas de course, l’air nerveux. Il se pencha vers sa maîtresse qui lui demande de rassembler le plus d’information possible sur la duchesse en Oliyan. L’humain hocha rapidement de la tête avant de sortir des jardins rapidement.


La princesse marchande se leva du canapé pour aller admirer un peu les jardins avant de se retourner vers Victoria : «Bien entendu, nous sommes d’accord que je suis venu à Sybrondil  que pour parler de notre nouvelle entente commerciale sur mon rôle d’ambassadrice de la compagnie des Trois Saisons. D’ailleurs à ce sujet – y’avait-il d’autres conditions qui traversait votre esprits? » La marchande souri à la comtesse – elle avait le sentiment que c’était le début d’une très longue relation d’affaire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 779
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour gagner gros, il faut parfois prendre de gros risques [Victoria]   Sam 8 Sep 2018 - 22:39


Victoria écoutait son invité avec un léger sourire aux lèvres: elle venait de faire mouche. Voilà qui promettait une alliance des plus excitantes mais qui ne sera pas dénuée de danger. Maralina, tout comme la Comtesse semblait être une femme de caractère qui n'aimait pas qu'on lui marche sur les pieds. Si la Sybronde voulait tirer un certain avantage d'un tel rapprochement, elle allait devoir la jouer finement. La Comtesse laissa alors parler son invité jusqu'au bout avant de se lever à son tour, rejoignant la jeune semi-elfe.

- Non.  Commença-t-elle simplement, affichant toujours un léger sourire. Non, je ne deviendrais pas Duchesse. Du moins, ce n'est pas dans ce but là que je vous demande ce service. Il faut que vous sachiez que si l'actuelle Duchesse subit un procès, c'est en partie ma faute. Les charges qui lui sont reprochées sont bien réelles, mais s'il advenait que la couronne décide de la juger innocente, je la connais suffisamment pour savoir qu'elle tentera par tous les moyens de se venger. C'est dans ce but que je tends à élargir la provenance de mes alliés. Et c'est justement car vos lois sont différentes des nôtres qu'il me faut tisser des liens avec des hauts-placés Thaaris.

Concernant notre petite affaire, j'ai quelques informations qui pourraient vous être utiles. Dans un premier temps, le réseau n'appartient pas directement à la duchesse elle-même mais à sa tante: Octavia Soltari-Beronti. Je ne vous demande donc pas de vous en prendre directement à une noble péninsulaire en titre, ce qui devrait sans doute vous rassurer un tant soit peu, surtout au vu des derniers évènements qui ont mené le conseil Thaarie et la couronne péninsulaire à calmer les esprits. Je sais également que leurs filles servent non seulement à donner du plaisir mais également d'espions, voici peut-être une piste que vous pouvez creuser? Si les clients viennent à apprendre, preuves à l'appui, que leurs petites confidences lâchées sur l'oreiller étaient répandues à cause de ces filles…


Victoria souriait, elle prenait énormément goût à comploter avec la belle Vaanie. La Comtesse invita alors la jeune femme à marcher un peu parmi la végétation plutôt dense des jardins du palais.

- Pour en revenir à notre première petite affaire. Au contraire, je vous demanderais de n'absolument rien révéler sur nos échanges. La version officielle que vous raconterez sera celle-ci: vous êtes venue à Sybrondil, je vous aie accueillie, vous êtes restée quelques jours sur mes terres et avez pu découvrir nos nombreuses richesses. Complètement sous le charme, vous ne pouvez désormais plus vous passer de nos produits et les vanter aux quatre coins de l'Estrévent, mais à aucun moment ne devrez-vous révéler notre accord. Vous comprendrez sans doute aisément que je me dois d'assurer une certaine sécurité, il serait malheureux que mon nom vienne à être citée s'il advenait que les Soltari-Bertonti viennent à enquêter. Comme précisé, nos lois sont différentes. Là où vos pairs ne verraient qu'une opportunité de votre part de vous emparer du monopole, moi, je risque ma tête.

En bref, votre Altesse, je vous demande de garder tous nos accords confidentiels pour le moment. Pas de contrat écrit, plus aucune rencontre, et une totale confiance l'une envers l'autre. Nous communiquerons par le biais de serviteurs, point de messages officiels. Nos lettres devront être systématiquement être brûlées et votre part de bénéfice vous sera versés régulièrement par le biais de livraisons dans vos différents établissements. De quoi brouiller toutes les pistes. Quant aux autres conditions, je demande simplement l'exclusivité. D'autres, surtout en Estrévent, proposent également les mêmes marchandises: je vous demande simplement de vous fournir exclusivement chez nous, avec rabais à la clef, bien évidemment.

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Titres posthumes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Maralina Irohivrah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 128
Âge : 27
Date d'inscription : 09/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  98 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Pour gagner gros, il faut parfois prendre de gros risques [Victoria]   Mar 11 Sep 2018 - 16:02



Maralina regarda la comtesse avec intérêt. Alors qu’elle tentait, tant bien que mal d’expliquer ses intentions. Sa curiosité l’emporta, elle avait entendu parler du procès royal, mais n’avait guère porté attentions aux détails, puisqu’elle n’avait eu aucune intention de faire affaire avec la duchesse de Soltariel. Pour la princesse marchande, si cette dernière faisait face à un procès c’était qu’elle n’avait guère planifié et protéger ses actions passés. Tout l’élite des affaires savaient qu’être méthodique et organisé favorisait l’atteinte des objectifs, et Maralina méprisait quiconque qui ne faisait pas de sa définition de l’élite. « Pardonnez-moi votre grandeur, mais pourquoi serait-elle en procès par votre faute? » La question lui brûlait les lèvres, mais après tout, les deux femmes allaient faire alliance et la princesse marchande réclamait la transparence avec tous ses associés. Peu importe les intentions réelles de Victoria, Maralina la soutiendrais. « Advenant que notre duchesse bien-aimé s’en sorte sans conséquences et qu’elle décide de revenir contre votre maison – vous pourrez comptez sur le soutien de la mienne.» Elle un air amusé alors que les deux femmes s’engagèrent dans le jardin remplis de fleurs colorés. « Si il y a quelques chose que l’Estrévent a appris est de ne pas s’attaquer aux Irohivrah, vos informateurs doivent vous avoir averti, puisque vous me l’avez si gentiment rappelé. » Elle la regarda avec un air amuse, disons que détruire les gens, et leurs commerces l’enthousiasmait au plus haut point. La princesse marchande reporta son attention vers la comtesse alors que cette dernière lui révélait l’identité du véritable propriétaire des maisons de passe. Honnêtement, peu importe son titre, tant que la manœuvre était impeccable et elle en ressortait victorieuse, elle s’en fichait éperdument. Si les filles servaient d’espionnes pour le duché cela lui donnait un argument de taille pour cesser leurs activités et démanteler leur réseau en Estrévent. Ne restait qu’à accumuler les preuves et les présenter à la principauté. Quand à la péninsule, c’était là que la partie s’engageait légèrement plus compliqué. Elle devait trouver où était les maisons dans les différentes villes. Le duché de Soltariel semblait dans de beaux draps, la princesse marchande se doutait bien que les autres marquisats ou duché de la péninsule ne voudront pas avoir des espions des Soltari-Beronti sur leurs terres. Se faire un allié qui était près de la famille ducale pourrait être un avantage, ou tout simplement manipuler une pauvre âme qui avait le malheur d’en savoir un peu trop pour qu’elle puisse avoir l’information qu’elle voulait.


« Vous avez une idée des amis de la duchesse, quelqu’un facile à manipuler pour avoir les informations que j’aurais besoin? »


Elle prit le bras de Victoria pendant que les deux femmes se mettaient a marcher. « Pour ce qui est des conditions, je n’y vois aucun problème. Par contre,  J’aimerais en  ajouter une; celle de la transparence. J’ai bien l’intention de respecter toutes les parts de notre marché, mais je m’attends à ce que vous soyez tout aussi coopérative que moi. Je ne vous cacherez pas que je continuerais à faire des affaires avec d’autres endroits de la péninsule, mais aucun produit que vous produisez ou que vous souhaitez exporter » La princesse marchande se doutait bien que Victoria ne voulait pas lui couper l’herbe sous le pied. Mais mieux valait que les termes soit claire dès le départ. Maralina savait pertinemment qu’une zone grise donnait un avantage à votre partenaire si un problème arrivait. «  Pour ce qui est d’un contrat écrit, jamais je ne l’aurait demandé. Nous savons pertinemment quel seront les risques si ce marché arrive à d’autres oreille. » Certes, elle ne risquait pas vraiment sa tête comme Victoria, mais il fallait se rappeler de ce qui était arrivé au Thaari qui avait été – en partie- responsable de la guerre en Ydril. Elle s’arrêta soudainement en regardant la Sybronde « Alors, avons-nous un marché? Si oui je crois qu’un toast serait de mise. » En effet, cette alliance allait définitivement changer la donne.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour gagner gros, il faut parfois prendre de gros risques [Victoria]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour gagner gros, il faut parfois prendre de gros risques [Victoria]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trucs et astuces pour gagner de l'argent facilement
» Pour se trouver il faut d'abord savoir se perdre [PV Higuen]
» Il faut parfois frapper fort pour desarconner son ennemi.
» Il faut parfois savoir dire au revoir ...
» Il faut savoir prendre son envol avant que le temps nous emporte. [Sunggyu Kim/Raphaël Kolliam]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Duché de Soltariel :: Comté de Sybrondil-
Sauter vers: