Partagez | 
 

 Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh

Aller en bas 
AuteurMessage
Anorn
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 671
Âge : 22
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Jeu 4 Oct 2018 - 8:50

Septième ennéade de Favriüs,
De la onzième année du onzième cycle.

Palais d’Alëandir.

Les missives avaient été envoyées à la fin du mois dernier. Le mot était passé, le régent souhaitait réunir ses collègues pour discuter de l’avenir de leur peuple. Il se disait avant même que tout ceci ne commence qu’il était fait pour diriger, pour guider. Il avait en lui tout ce qui était nécessaire à un tel poste. Mais le temps avait été long et la régence n’était sans doute pas entrée dans sa vie assez tôt. Ou peut-être était-ce ses enfants qui étaient arrivés trop tard ? Quoi qu’il en fut, sa vie aujourd’hui avait pris un tournant inattendu. Anorn savait la chance qu’il avait d’avoir pu récupérer son frère en si bonne forme. Physiquement et mentalement, il se rétablissait de jour en jour. Ce dernier n’avait gardé aucune séquelle grave de ses siècles passés à dépérir. Tout ceci était une bénédiction. Et à ce jour, après avoir vécu chaque ennéade un peu plus pour son frère, après s’être senti obligé de redoubler d’effort et après n’avoir jamais voulu plier, il s’accordait une pause. Il voulait profiter de toute sa famille, de ce que la Mère lui accordait de nouveau. Des êtres chers, qui l’aimaient et le chérissaient, sans retenue et sans limite. Il savait que lorsqu’un d’eux rejoindrait Tari, son monde s’effondrerait et qu’il l’accompagnerait sans doute. Mais en attendant, il ne pouvait se résoudre à les laisser de côté et à prioriser son implication dans leur société.

Soigneusement vêtu pour l’occasion, il se préparait à transmettre son envie de changement. Non seulement pour lui mais pour son peuple entier. Cela passerait par un changement de dirigeant. Arwain lui avait répété encore une fois qu’il était taillé pour cette place. Combien c’était dommage de vouloir céder sa place. Mais lorsqu’en son coeur on ne s’en sentait plus le devoir ni même le besoin, alors il était certainement temps de se retirer. Sa place dans les années à venir n’était nulle part ailleurs qu’aux côtés de sa famille. Le temps avançait et la salle du Haut-Conseil avait ouvert ses portes. Il siégeait en tant que régent et protecteur d’Alëandir. Quatrième-Saison serait représentée encore une fois par un régent elle aussi, avant que lui-même ne reprenne ce poste. La Haute-Prêtresse de Kÿria avait rejoint la salle et attendait en son milieu de pouvoir ouvrir le Haut-Conseil. Les elfes de chaque protectorat prenaient tour à tour leur place autour de la table. Certains étaient ravis de se voir, d’autres attendaient de savoir ce qui les amenait réellement ici. La missive leur faisait part d’une nécessité de se réunir pour l’avenir du peuple. Mais après quoi ? Quel avenir ? De quoi allait-on discuter ? Sans doute de la royauté, ou peut-être de ce qui se passait aux frontières. L’expansion et l’intrusion d’étrangers au sein de leur territoire étaient des sujets qui ne cesseraient jamais d’être d’actualité.

Tous installés et prêts à débuter, la Haute-Prêtresse prit la parole. Au centre de l’Etoile, ses paupières se fermèrent sur ses iris vert clairs et une prière s’éleva.

Ô Mère, que Ta main nous guide sur les voies éternelles,
Que Ton œil nous donne à voir ce qui est juste
Et que Tes bras nous soutiennent suite à nos choix.
Puissiez-vous entendre Ses volontés souveraines,
Et pour le bien de tous, vous y plier sans peine.

Sensiblement la même ouverture qu’au dernier Haut-Conseil. La Haute-Prêtresse délivrait une prière, comme pour rappeler à tous qu’ils n’étaient que les enfants de la Mère. Peu importait les décisions qui seraient prises aujourd’hui, Sa volonté serait toujours la dernière. Après un silence solennel, Anorn prit la parole.

- L’ouverture étant faite et puisque je suis à l’origine de ce Haut-Conseil, laissez-moi vous expliquer un peu plus en détails les raisons de celui-ci. Avant tout ce qui concerne le sein de la Prime Forêt et son expansion, je souhaiterais aborder le sujet de la régence du royaume. Elle est actuellement assurée par moi-même mais comme chacun le sait ce poste est temporaire. La régence a été mise en place en temps de guerre, sous la pression et dans l’urgence. Vous m’avez majoritairement désigné comme étant le plus à même de gérer cette situation et c’est ce que j’ai fait. L’urgence n’est désormais plus et il est temps pour nous tous, ici présents, ainsi que pour notre peuple d’avancer. Nous avons toujours été un royaume, dirigé par un Roi, avec une famille royale. Dernièrement nous n’en avons pas eu. J’ai joué ce rôle et je dois dire que ce n’est plus un titre qui me semble approprié. Au-delà de ça, j’aimerais lancer l’idée de modifier cette manière de fonctionner. Pour toute décision importante nous nous réunissons. De plus, une décisions venant d’un collectif est bien mieux reçue et comprise que celle venant d’un individu seul. Je vous pose aujourd’hui la question. Voulez-vous garder ce système et définir un roi ou une reine à l’issue de ce Haut-Conseil ou voulez-vous réfléchir à une évolution et à la mise en place d’un nouveau système ?

Il savait que cette question en ferait bondir certains. Mais il savait aussi qu’elle était primordiale. Le temps des rois était sans doute terminé à l’instant où Dyarque avait rejoint Tari. Lui même avait joué le rôle faute de mieux. Cependant, après tout ce qu’il avait vécu et en vue de la cohérence nécessaire au sein des elfes, des décisions collégiales s’imposaient.
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Laergûl
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 383
Âge : 21
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  713 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Ven 5 Oct 2018 - 22:10


Les conventions voudraient que tu n’aies pas été là. Alors pourquoi ? Pourquoi infliger cela à la réputation de ton Protecteur et à celle des terres sur lesquelles il veille ? Pourquoi t’imposer au fier gardien de Daranovar comme s’il était un grabataire sans plus aucune ressource ? Pourquoi ne pas tranquillement continuer ce que tu avais entrepris aux nouvelles frontières. Tu étais censé avoir autre chose à faire que te coltiner les derniers « grands » débats politiques Sylvains. Le Mainyth de la Cité des Armes ne pouvait tout de même pas penser les petits papiers du Trône Blanc plus intéressant que ses propres hommes ?

Non, effectivement. Ce n’était pas le cas. C’était justement pour tes hommes que tu étais ici. Parce que s’il restait un brin de jugeote aux Protecteurs des autres Cités, il serait immanquablement question du devenir des futaies de l’Est durant ce Haut-Conseil. Si tu te méfies de ce qu’il adviendra de la décision collective, tu fais au moins assez confiance à l’actuel Régent pour que le sujet ne soit pas simplement enterré.
Mais pourquoi venir en personne ? Daenor est vieux, extrêmement vieux, mais à moins que l’ennui ne le prenne de manière fulgurante, il est encore loin de sombrer dans la folie. Du moins s’il on ne considère pas son exagérée opiniâtreté comme de la folie. Daenor a assez vu et assez vécu pour ne pas avoir besoin de toi pour parler des paroles fortes… mais quoi que l’on en dise, la sagesse qu’apporte les années a ses limites, Daenor a beaucoup trop vu et beaucoup trop vécu pour rester flexible. Daenor a beaucoup trop vécu pour que les grains de poussières que sont les dernières années dans sa vie n’aient l’impact nécessaire à lui faire considérer de nouvelles perspectives.
Tu es venu en personne parce que tu ne fais simplement pas assez confiance ni en ce que Daenor pourrait obtenir, ni en ce qu’il pourrait te rapporter du Haut-Conseil. Et un Mainyth dirigeant ses armées à contrecœur est un Mainyth dangereux pour ses hommes.

Vos visages ne trompent pas, et le fait qu’il s’y soit résigné ne change rien : ta présence ne plaît guère à Daenor. Pas plus que ne lui plaît celle de ceux parmi les autres Protecteurs qu’il ne porte pas bien haut dans son estime. Ni lui ni toi malgré tout ne tenez à en faire cas devant le reste d’Anaëh, alors l’un et l’autre jusqu’à ce que se terminent les réunions, et que viendrait le moment de vous séparer, vous resteriez non seulement cordiaux, mais vous vous efforceriez, en bons Daranovans, de fonctionner en tant qu’unité. Et ton sang Lanthaloran ferait mieux de ne pas faire des siennes qu’il t’avait dit.

Le Lanthaloran et le Daranovan.

La Bannière et le Soldat.

Daenor et toi représentiez si bien le fossé entre les deux Cités.


Quand ton long manteau et tes pantalons se cintraient autour des courbes d’une carrure bâtie plus pour être admirée que pour être éprouvée, sa tunique flottait nonchalamment autour d’une musculature séchée par le temps, mais que l’on devinait aisément avoir été durant ses heures de gloire toute de nœuds d’une inouïe solidité.
Quand les boucles de rose d’or pâle te glissaient devant les yeux, il n’était chez lui pas une seule mèche qui ne fut domptée et contrainte à l’immobilité.
Quand le bijou à ton oreille te rappelait à l’occasion sa présence, seuls les mouvements du cortège de sons faisant son environnement laissait savoir à l’ancien Aigle que son oreille cherchait l’information.
Et quand les pétales acérés des rosaces de métal ornant ton vêtement rappelaient tes épines, le simple regard de Daenor était assez dur pour que le plus innocent des enfants le reconnaisse en tant que combattant en ayant trop vu.

Tu étais le chevalier en armure scintillante des contes de vos victoires. Tu étais le portrait même de cette figure de héros intouchable, drapé d’une gloire d’autant plus éclatante qu’il l’avait gagnée sans que l’on ne parvienne à le marquer de la moindre égratignure. Tu étais le souvenir d’un rêve d’aspirant soldat, celui auquel s’accrochaient les vétérans quand la guerre mettait à mal leur moral.
Daenor lui était l’ancien soldat, usé par une vie de service, dont la longévité n’était que la conséquence d’un conditionnement à s’accrocher à la vie. Il était cette caricature du vétéran à la retraite, prêt à reprendre les armes à tout moment, même sachant son temps révolu. Il était le reflet de la dure vérité de la guerre, et des leçons qu’en tire celui qui lui survit.

Vous êtes l’Idéal et l’Exemple. Les deux faces d’une même pièce. Toujours opposés, mais sans valeur l’un sans l’autre.



~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~



Au moins la prière de la Haute-Prêtresse aura su vous unir. L’espace d’un instant, parce que vous n’étiez plus chacun que part d’un grand tout, vos visions n’avaient plus aucune raison de s’entrechoquer. Et peut-être n’auraient-elles pas plus de raisons de le faire après que soit venu le tour de parole du Régent votre hôte.

- Ineptie ! c’était un miracle que Daenor n'ait pas sauté de son siège en prenant parole Nous avons toujours été un royaume dirigé par un Conseil dont le Roi était la nécessaire première voix ! Nous nous réunissons, et nous continuerons toujours de nous réunir lorsque doivent être prises des décisions importantes, parce que c’est notre devoir que d’entendre et de porter nos respects à la liberté de chaque Souffle. L’épéiste aurait-il été élémentaliste que son regard n’aurait pu jeter de froid plus glacial Mais sans Roi pour décider de l’issue des débats à temps, les Cités d’Anaëh auraient vite fait de s’enterrer sous les palabres.

Et en cela tu partages le point de vue du Protecteur de Daranovar, mais est-ce bien étonnant, quand il fut un temps, c’eût été sous la dictature que vous trouviez votre salut.

_________________

Petite notice:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Telenwë Neraën
Elfe
avatar

Nombre de messages : 546
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Dim 28 Oct 2018 - 17:35

Ah les cités... qu'est-ce qu'il pouvait les éviter maintenant, quand il le pouvait ! Mais là, pas trop le choix. Enfin si, il aurait pu décider de ne pas venir, tout simplement. L'un de ses confrères en aurait été bien aise, vu le dernier Haut-Conseil auquel il avait assisté. Mais Telenwë n'avait pas envie de jouer au jeu de qui était le plus dégoûté par les autres ou à celui qui ne se déplacerait pas parce que telle ou telle cause faussement explicable. De même pour Ilyn, même si ce jeune protecteur avait de mauvais souvenirs de la dernière fois où il s'était déplacé à Alëandir. Quoi qu'il en soit, là maintenant, Telenwë n'avait qu'une envie : arriver là où il devrait dormir et courir se réfugier en forêt. Loin de ce silence oppressant qui continuait à le déséquilibrer en tout instant.

L'elfe regarda sa main au doigt coupé. Etait-ce seulement la sienne ? Il avait du mal à en avoir la sensation... A vue d'oeil, oui, c'était bien la sienne. C'était ainsi depuis le jour où il avait libéré Dryade à l'aide de noss : un vide profond se faisait continuellement ressentir, vide qu'il avait peine à combler même en se trouvant loin d'une cité. Il manquait une grande part de lui, tout simplement ; là-dessus sans le soutien de ceux - notamment noss - avec qui il s'était lié d'amitié, il n'aurait certainement jamais réussi à se maîtriser suffisamment pour pouvoir chevaucher jusqu'à Alëandir. En plus de cela, cela faisait trois siècles qu'il avait appris à vivre avec la magie de l'esprit, à tout ressentir de l'intérieur plus que le simple sens du toucher. Maintenant qu'il n'était plus du tout réceptif à la magie... il avait vraiment du mal à associer vue et sensations. La plus grande impression qu'il avait était que son corps ne lui appartenait pas, comme s'il pouvait voir et bouger quelque chose qui n'était pas lui. Le protecteur avait même fini par se demander si les bébés, lors de leurs premières années de vie, n'avaient pas la même impression que lui maintenant. Au moins s'était-il nettement amélioré depuis le rituel... Cependant il restait gauche et il lui arrivait encore de tomber sans comprendre pourquoi. C'était bien là la raison pour laquelle il n'avait même pas essayé de se remettre au combat.

Il leva les yeux sur le palais d'Alëandir qui se dressait devant lui. Anorn avait écrit que le Haut-Conseil qu'il avait convoqué était important et concernait le peuple elfique dans son entier. Que pouvait-il bien avoir en tête, encore ? D'ailleurs, arriverait-il seulement à le reconnaître maintenant que leur lien ne devait plus exister ? Telenwë soupira, complètement plongé dans ses réflexions. Il valait mieux penser à autre chose pour l'instant... Penser à celle qu'il désirait retrouver, par exemple ? Oui, c'était une bonne pensée. L'une des rares qui arrivaient à lui redonner le sourire au sein des pierres, même.

En attendant, il s'enferma dans le plus grand des silences. C'était ainsi ! Avec lui, désormais, soit le silence régnait... soit il lui devenait impossible d'exister tant il avait besoin de le combler. Ca dépendait des jours, des heures mêmes. Lui-même n'arrivait pas à gérer le manque d'une magie dont il était devenu, autant l'avouer, accroc.


~~~~~~~~


Ô Mère, que Ta main nous guide sur les voies éternelles,
Que Ton œil nous donne à voir ce qui est juste
Et que Tes bras nous soutiennent suite à nos choix.
Puissiez-vous entendre Ses volontés souveraines,
Et pour le bien de tous, vous y plier sans peine.

Telenwë rouvrit les yeux et releva la tête. Comme tous les autres protecteurs et représentants, il s'assit à son tour à la place qui était la sienne. Enfin... il fit attention à s'asseoir correctement. Pour cela il dut reculer le plus délicatement possible la chaise en la prenant par le dossier, puis dut poser une main sur le bord de la chaise avant de plier les jambes afin d'être sûr de ne pas bêtement tomber à terre. Il s'améliorait, de jour en jour ! Mais là ce n'était pas la même chaise qu'à Eteniril. Et ce n'était pas un cheval non plus. Donc autant être prévoyant. Bref, maintenant... il n'avait plus qu'à écouter. Prendre la parole n'était pas dans ses primes intentions, cette fois-ci.

Ainsi donc, l'etenirili se concentra sur le chant qui provenait de l'arbre situé au centre de l'étoile. Ce n'était qu'un pansement sur une plaie profonde mais au moins cela l'aidait-il à se concentrer un minimum sans se mettre à parler à tout bout de champ. Même si dans le fond, il devait bien se l'avouer, il était en peine de ne pas pouvoir répondre à cet être bien seul au milieu d'elfes qui ne faisaient même pas attention à lui alors qu'ils étaient censés être les gardiens de toute l'Anaëh. Il laissa celui qu'il avait eu du mal à reconnaître comme étant Anornedellon parler, comprenant l'essentiel du message, puis le protecteur daranovan. Sans vraiment faire attention, à peine ce dernier déversa-t-il sa verve de vieux traditionnaliste que la voix de Telenwë répondit, d'un ton presque froid et désabusé.

"Ce qui montre une base de notre problème : à quel point les Elfes sont soudés et la capacité de leurs représentants à discuter en bonne intelligence..."

Tous les regards se tournèrent vers l'idiot - ou l'insolent - qui venait de prononcer ces paroles. Déjà que cet énergumène ressemblait à moitié à un noss avec ses nombreux percings aux oreilles et son collier complètement fissuré, mais en plus... en plus il semblait complètement ailleurs. Et il était le seigneur-protecteur d'Eteniril ? Celui qui était resté protecteur malgré la demande du Trône Blanc et la guerre civile qui avait eu lieu chez lui ? Avait-il seulement gardé toute sa tête... Le concerné sembla alors se réveiller et tourna la tête vers les uns et les autres, ayant visiblement repris ses esprits.

"Hum, ai-je dit quelque chose qui ne fallait pas ? Ou bien peut-être attendez-vous mon avis sur la question de notre régent... ?"

Ilyn regarda son confrère avec une once d'étonnerment mais n'en dit rien pour autant. Même s'il n'en laissait absolument rien paraître, contrairement aux autres il était fort amusé par la situation. Le pire est qu'il n'était même pas sûr que Telenwë se soit rendu compte qu'il avait parlé tout haut...
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Laergûl
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 383
Âge : 21
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  713 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Mer 31 Oct 2018 - 20:17


Les regards fusèrent d’un mouvement d’agacement conjoint en direction de l’insolent, et de toute l’assistance, ce fut ta langue qui claqua le plus fort. Certes, le dernier Haut-Conseil auquel tu avais participé ne fut pas l’expérience la plus agréable que tu aies connu ; soit, le sentiment d’urgence avait le don d’empêcher les elfes de s’entendre ; mais étais-ce là une manière d’y réagir ? Non. Pas le moins du monde, et le fait que tu connaisses – ou du moins, que tu aies connu – la personne à l’origine du commentaire ne jouait pas en sa faveur.

Depuis les jours d’avant les batailles jumelles d’Alëandir, tu n’avais pas assez côtoyé l’Aigle Yeldorei pour que ta représentation de lui et sa véritable personne évoluent en parallèle. Tu te souviens encore du guerrier d’il y a trois siècles, celui dont les quelques légèretés étaient plus que tempérées et par sa droiture, et par sa dévotion envers même les éphémères camaraderies tissées autour d’un tournoi. Ce dont tu ne te souviens pas, c’est d’un insolent bouffi d’orgueil incapable d’apporter autre chose que la discorde qu’il fait mine de reprocher aux hautes instances.

- En l’occurence, s’il doit prendre cette forme, je pense que nous pourrions tous nous passer de votre avis.

Tes doigts se resserrent sur ton bâton, et ton visage s’assombrit. La mine des veilles de batailles prend possession de ton faciès, et tu regardes le fauteur de trouble comme tu regardes les jeunes soldats indisciplinés, connus pour briser les rangs et risquer les vies de leurs comparses dans l’espoir futile de vivre un moment de gloire au combat.

- Certes, nous les elfes, sommes capables de nous prouver plus opiniâtres que de raison tu soupires, pour relâcher un peu de pression mais ce n’est pas là une raison de discréditer l’intelligence dont sont capables de faire preuve chacune des personnalités ici présentes. Bien sûr, parfois certains auront tort et ne voudront pas l’admettre, d’autres auront raison et garderont le silence, ou alors, peut-être parfois nos avis seront-ils tous aussi différents que valables tes doigts tapotent sur le manche du sceptre mais le fait même que jusqu’ici, aucun elfe, même déçu qu’on lui ait donné tort, n’a jamais refusé de se plier à une décision sur laquelle le Roi aurait tranché. C’est là pour moi autant la preuve de la nécessité de la figure Royale que celle de la solidarité de nos Protectorats et de la bonne intelligence de leur dirigeants.

Et par La Mère ! Il y avait des elfes dans cette salle dont la philosophie t’horripilait, et dont les raisonnements te paraissaient complètement incongrus… mais tu avais au moins l’humilité de comprendre en quoi de tels raisonnements pouvaient être nécessaires à l’avancée des débats.

Ton regard à la fin de ta diatribe, chose étonnante, chercha immédiatement réconfort dans celui de Daenor, qui chose encore plus étonnante, te l’offrit. Le Protecteur de Daranovar alla même jusqu’à acquiescer d’un feint mouvement du menton avant de littéralement foudroyer toutes les autres personnes présentes dans la salle du regard. Pour lui tout était dit, et déjà que Daenor avait laissé d’autres lèvres que les siennes dire ce qui devait l’être, il serait bien malvenu à son humble avis que quiconque ose s’interposer maintenant.

_________________

Petite notice:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Telenwë Neraën
Elfe
avatar

Nombre de messages : 546
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Jeu 1 Nov 2018 - 15:22


Hein ? De quoi ? Mais qu'avait-il bien pu dire ou faire pour que de telles réactions naissent ainsi ? Là, Telenwë ne comprenait vraiment pas. Il n'avait absolument aucun souvenir d'avoir prononcé quoi que ce soit avant que tous les regards ne se braquent sur lui, le réveillant de son écoute de l'arbre. Alors de quelle forme le daranovan voulait-il parler ? Le seigneur-protecteur, bien que son esprit pensait à de nombreuses répliques au fur et à mesure que les mots résonnaient dans la salle, eut l'intelligence de se taire. Il valait mieux ne pas aggraver son cas, ne pas s'enfoncer plus alors que la majorité des personnes ici-présentes devaient croire qu'il n'était qu'un idiot assoiffé de pouvoir.

Ce qui le choqua, parmi toutes les informations que son cerveau arrivait à analyser, fut le ton qu'employa Artiön à son égard : comme s'il n'était qu'un jeune soldat perturbateur à recadrer. Depuis quand ? Depuis quand ce militaire, qu'il connaissait depuis plusieurs siècles, lui parlait ainsi ? Autant il avait désormais du mal avec les regards et certaines mimiques, il ne les comprenait pas dans leur entièreté... autant la voix restait l'un des rares éléments fiables. Comme quoi que la magie de l'esprit était véritablement devenue une partie de lui ; sinon il n'aurait pas ces quelques soucis pour comprendre les autres et transmettre ses ressentis. Neraën regarda alors son confrère de Solith, essayant de lui indiquer par le regard qu'il ne comprenait pas tout à fait ce qui se passait, ce à quoi Ilyn répondit. Voyant qu'il avait du mal, avec grande patience il expliqua rapidement à voix basse à son aîné ce qu'il avait sorti plus tôt et que tout le monde avait entendu.

...

...

Merde.

L'etenirili fit un signe de tête à son voisin pour lui signifier qu'il avait compris et retint un soupir de désespoir contre son propre esprit. Inutile de s'excuser, inutile de s'expliquer ; les autres désiraient juste le savoir muet aussi allait-il faire ainsi pour l'heure. Dans le fond, même si les formes manquaient franchement, le pire était qu'il n'était pas en désaccord avec lui-même. Garder le système tel qu'il était avec les tensions actuelles n'était pas la meilleure idée. Pour autant, il n'était pas obligatoire de tout réformer, loin de là.

"... C’est là pour moi autant la preuve de la nécessité de la figure royale que celle de la solidarité de nos Protectorats et de la bonne intelligence de leurs dirigeants."

Telenwë se mordit les lèvres pour ne pas répondre à la fin de la tirade de celui qu'il considérait comme un ancien frère d'armes. Au lieu de cela il posa juste ses yeux profonds sur les chaises vides des protectorats d'Ardamir. Pour le coup, Artiön était dans le faux... tout le monde n'avait pas accepté les décisions du régent. Ardamir aurait aimé qu'Halyalindë redevienne protectrice contrairement à ce qu'avait décrété Anorn et Eteniril, dans sa torpeur post-guerre civile, avait préféré écouter l'Aube ancestrale que l'avis du Trône Blanc. Et il n'avait aucune idée de si d'autres évènements avaient conduit à des décisions similaires ailleurs. En tout cas, tout Ardamir manquait.

"Il va sans dire que nous aurons toujours besoin d'une figure unificatrice capable d'apporter un point final à chaque débat. En cela je vous rejoins totalement et je pense ne pas être le seul au sein de ce conseil, intervint le protecteur de Solith. La question de Heru Anornedellon, cependant, mérite toute notre attention avant de penser à élire une quelconque personne si nous décidons de le faire lors de ce Haut-Conseil : vis-à-vis de ce qui a été vu et vécu par chacun d'entre nous, vis-à-vis de l'évolution de notre peuple, quelqu'un aimerait-il voir une évolution de notre façon de fonctionner pour répondre à des besoins ? et si oui, laquelle ? Sans forcément passer par une réforme complète, bien sûr."

Ilyn eut un fin sourire après avoir pris la parole. De tous il était peut-être bien le plus jeune... mais cela ne l'empêchait pas d'arriver à trouver un moyen de détendre un minimum l'atmosphère tout en remettant en avant ce qui lui semblait être la question principale du régent : y avait-il quelque chose à changer ? Seulement une fois que les uns et les autres se seraient exprimés - sans élever la voix, espérait-il - alors ils pourraient passer au stade d'au-dessus, c'est-à-dire élire un roi ou peut-être une autre forme de régence. Qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Laergûl
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 383
Âge : 21
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  713 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Dim 4 Nov 2018 - 18:58


Un confus mouvement de recul, quelques messes basses entre les Protecteurs de la Terre Ancestrale d’Eteniril, et d’un coup le visage de Neraën fut comme frappé par la réalité… avant de s’enorgueillir de nouveau. En silence cette fois au moins. Au grand bonheur du grand nombre, ce fut son collègue de Solith plutôt qui prit le tour de parole, dans un ton autrement plus adapté à la situation. Malgré tout, ni toi ni Daenor ne firent réellement cas de la réitération de la question première. Votre avis était déjà exposé, et vous n’en changeriez pas de sitôt. Restait à savoir ce qu’en dirait le reste de vos pairs… si seulement ils étaient plus imaginatifs que l’immobilisme qu’attribuent souvent – et en partie à raison – les autres peuples à l’Anaëh serait aujourd’hui fait mythe.


- À moins de parler d’une réforme complète, je ne pense pas qu’il vaille le coup de s’appesantir sur cette question.

Une voix à la fois haut perchée et étonnamment lourde s’assit sur le silence laissé par Ilyn.

- À chaque Roi une manière très personnelle de régner. Findàrato nous aura conduit sur les sentiers des sciences inexplorées quand Dyarque aura mené une politique très conservatrice. la Dame marque une courte pause avant de reprendre Il n’est à mon avis guère utile de définir quoi que ce soit maintenant alors que les choses se sont toujours naturellement ajustées en fonction de l’approche choisie par nos Rois. son regard s’attarde sur le Régent d’abord, puis sur les elfes d’Eteniril Ce serait briser la flexibilité qui est l’un des grands avantages de notre gouvernement que d’imposer au prochain venu plus de contraintes que n’en appelle le Lelyadïn.

Sur ces mots, la Protectrice de Wirskeinfyl  se tût, laissant derrière elle une implicite interdiction à la contradiction toute digne des grandes voix de la Muraille Ouest. Et là où tu ne réagis qu’à peine, toujours engoncé dans la neutralité forcée que voulait ces réunions, ton aîné s’autorisa l’esquisse d’un sourire fier. Daranovar était de nouveau sur pieds, et aujourd’hui il était temps que l’on entende à nouveau parler de ses Terres Sœurs.

- La grande question alors le timbre abîmé de l’ancien Aigle reprit serait de savoir, s’il serait plus approprié d’entamer cette réunion par l’élection d’un Roi, et de traiter le reste des sujets à l’ordre du jour sachant l’angle sous lequel ils seront pris par le futur, ou si nous nous contenterons de les gérer sous la tutelle du Régent Anorndellon et prendrons par la suite le temps de préparer une Séance dédiée à la désignation de la prochaine Couronne.

Et chose pouvant sembler exceptionnelle au sein de votre peuple, vous étiez plusieurs dans l’assistance à ne pas avoir le moins du monde envie d’attendre.

_________________

Petite notice:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Fineldor Elwëndrion
Elfe
avatar

Nombre de messages : 47
Âge : 30
Date d'inscription : 01/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  799 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Lun 12 Nov 2018 - 16:21

Alëandir. La grande cité, siège du pouvoir de l'Anaëh. Une cité qui avait connu beaucoup de changements en quelques années. Et qui était probablement sur le point d'en connaitre davantage. Car la convocation d'un Haut-Conseil par le régent lui-même n'était pas anodine. Il fallait espérer que les nouvelles ne soient point un désastre, car l'Anaëh n'en avait connu que trop lors des derniers cycles.

L'absence inexpliquée du Protecteur de Tethien avait laissé supposer qu'il ne viendrait pas. Pourtant, ce fut bien lui, accompagné de quelques pages et gardes, qui se présenta à l'entrée de la vaste cité. Il se savait en retard, mais espérait ne pas avoir manqué quelque événement crucial. Il savait combien le Haut-Conseil pouvait prendre du temps, selon les décisions, aussi ne s'inquiétait-il pas tellement sur le fait qu'il soit bouclé. Mais aussi étonnant que cela paraisse, il arrivait parfois que des décisions puissent être prises rapidement.

Avançant dans la cité jusqu'au palais du Trône Blanc, le Protecteur entra, se laissant mener par l'un des serviteurs jusqu'à la salle du Haut-Conseil.

Lorsqu'il entra, les discussions semblaient aller bon train. Conscient qu'il avait interrompu quelque chose, il effectua une révérence. Vêtu d'une longue toge bleu roi brodée de longs motifs argentés sur les manches, les bordures et l'ensemble du dos, il avait retrouvé son port assuré, ses longs cheveux noirs cascadant sur ses épaules. Ses yeux verts détaillaient rapidement l'assistance. Si plusieurs Protecteurs et hauts personnages de l'Anaëh avaient répondu à l'appel, d'autres semblaient avoir décidé de laisser leur siège vide, estimant ne pas avoir le temps ou la nécessité de prendre part aux décisions. Une erreur, à coup sûr... mais qui était-il pour juger, lui qui avait abandonné son peuple pendant près de deux ans?

Le Protecteur de Daranovar était là, le seigneur Daenor Thoràndrion, ainsi que Artiön Laergûl, Commandant des armées du Protectorat. Il les connaissait de réputation mais pas seulement, sachant pertinemment leur position sur de nombreux sujets.
Telenwë Neraën, Seigneur Protecteur d'Eteneril, était là aussi. Les rumeurs à son sujet étaient... étranges. On prétendait qu'il avait tendu la main aux Noss, au point d'en adopter certaines coutumes... et peut-être même davantage. Etait-ce vrai ? Etait-ce faux ? Les rumeurs allaient devoir être vérifiées, mais plus tard. Solith, Actellys et Scalim étaient également représentés par leurs protecteurs.
Pour Quatrième Saison, le régent Anornedellon Nedi Lûcannui était toujours son Seigneur-Protecteur. Le protecteur de Carrobrelian, dont les colères et les discours enflammés ne manquaient généralement à personne, était également là.
Holimion était la terre la moins représentée, seul le protecteur d'Enolir avait fait le chemin jusqu'ici. Guère étonnant, quand on connaissait sa position vis-à-vis de nombre de sujets, en opposition avec le Trône Blanc.
Enfin, l'Epine Dorée n'envoya qu'un conseiller depuis Malereg, et le seul protecteur présent fut celui d'Eldarinwa. Rien de surprenant quand on savait combien Malereg haïssait tout ce qui n’était pas de ses cités. Les Noss étant probablement en tête de la liste ou pas très loin.

Ignorant la teneur des débats jusqu'alors, il en fit fi pour le moment.

"Puissiez vous m'excusez de ce retard. De graves affaires m'ont retenu jusqu'alors, et j'espère très sincèrement ne pas avoir interrompu une importante discussion. J'espère également que ma présence n'est pas indésirable du fait de ce même retard."

Il lança un rapide regard à l'assistance, avant de venir prendre place autour de la tablée. S'installant à son siège, il essaya de s'effacer pour laisser les débats reprendre librement.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 671
Âge : 22
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Mar 13 Nov 2018 - 12:19

Il savait que cette proposition n’allait sans doute pas être accueillie à bras ouverts. Les elfes n’aimaient pas le changement. Ils restaient longtemps campés sur une position sans vouloir la changer sous prétexte qu’on avait toujours fait ainsi. Il n’était personne pour leur imposer un changement. Il n’était pas Roi et ne le serait jamais. Alors il se plia sans broncher aux remarques de ses frères et sœurs et il reprit suite à Daranovar.

- Si ma proposition ne vous sied point, alors je pense qu’il est nécessaire d’élire un Roi. Les décisions que nous devons prendre pour le royaume ne pourront se faire sans lui et il serait assez hypocrite de lui imposer des décisions avant même son élection.

Au moins auraient-ils pu le faire si sa proposition avait été retenue. Mais peut-être devenait-il trop vieux pour entendre réellement la volonté de son peuple. Parfois, il aurait fallu imposer. Ce n’était pas comme ça qu’ils fonctionnaient, parce que la liberté de choisir et la conviction d’agir pour le mieux étaient primordiales. Et si jamais quelqu’un les leur volait, ne serait-ce qu’un instant, ce n’était ni moralement ni socialement acceptable.

- Quant aux échauffement des cœurs et des voix, je crois que nous pouvons les garder pour un cadre privé.

Par là-même, il visait Artiön, Neraën et le protecteur de Carrobrelian. Si ce dernier n’avait pas encore pris la parole, il était tout de même adepte des conflits. Contre le noss, contre ses pairs, contre ce qui allait à son encontre. Il avait ainsi reconstruit une cité fermée et hostile. Sa terre n’était pas accueillante et si c’était un drame pour l’entente avec les noss, Anorn se disait que cela avait sans doute du bon quand on en venait à l’Ile du Sanctuaire.

- Avant que de potentiels candidats ne se présentent, je voudrais vous dire ç tous que je me retire de la liste des choix. Je ne suis plus à même d’assurer cette position et la charge que j’ai porté avec fierté et autant de justesse qu’il m’en a été donné n’est plus faite pour moi. A la suite de cette élection, je continuerai d’assurer la protection des Terres de la Quatrième-Saisons et c’est en tant que Seigneur Protecteur que je donnerai ma voix à l’un des candidats. Que ces derniers se présentent.

Il apprendrait sans aucun doute avec grande surprise qui se portait volontaire pour occuper la place de Roi des elfes.
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Laergûl
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 383
Âge : 21
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  713 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Mer 14 Nov 2018 - 0:33


C’était un visage que tu n’avais pas vu depuis bien longtemps que celui du Protecteur de Tethien, et pour ce dont tu te souviens, il semblerait qu’il soit toujours aussi doué pour soigner ses entrées. Le coin gauche des lèvres relevé, tu te joins au silence pesant sur l’assemblée pour lui faire accueil, seulement contrairement au reste de l’assemblée, tu apprécies autant la politesse de la révérence que la facture de l’habit…

Pas le temps de t’abandonner à de telles considérations cependant. À peine le dernier arrivé installé que le Maître de Séance reprenait la parole, pour prononcer quelques mots aussi sages que pesants pour chacun d’entre vous ici présents. Pour toi en particulier. Non, il ne s’agissait pas d’être le moins du monde vexé par la remarque préventive ayant fait suite à un recadrage que tu considérais – et il semblerait que tu n’aies pas été le seul – nécessaire. Il s’agissait de faire face non seulement à la réalité de l’absence d’un Roi, mais aussi à l’imminence d’une élection. Une élection dont le candidat favori venait de se retirer.
Etais-ce tout compte fait véritablement surprenant ? N’avait-il pas suggéré cet état de fait déjà dans les missives envoyées. N’avait-il pas continué de le laisser entendre au travers de sa première proposition ? La logique ne voulait-elle pas qu’un elfe de son âge, ayant récemment enfin vu sa famille s’agrandir, se dédie à elle plutôt que de s’en séparer pour se donner au reste du peuple ? Le pas en arrière d’Anorndellon avait été facile à anticiper. Le pas en arrière d’Anorndellon, tu l’avais anticipé, alors pourquoi t’était-il à ce point difficile d’y croire maintenant ?

Parce que maintenant, les scénarios que tu t’étais joué n’étaient plus juste quelques conjectures.

Commandant des Armées de la Terre la plus implacable de cette forêt, tu sais aller outre la nervosité. Rares sont les fois où l’anxiété saurait être lu sur ton visage, et aujourd’hui n’est pas l’une de ces fois-là… du moins pour qui n’est pas Daenor.
C’est effrayant, effrayant de voir à quel point celui que l’on pourrait penser froid et distant connaît ses gens. C’est effrayant de voir à quel point même après presque trois Cycles de vie, Daenor continue de se préoccuper de ceux qu’il voit grandir, continue de se souvenir des enfants qu’ils étaient, et des adultes qu’ils sont devenus. L’œillade était discrète, mais elle était sans équivoque. Le Protecteur de Daranovar n’a que faire de l’ancienne place de Dyarque. La Royauté… c’est bien une affaire de Lanthalorans. Tu avais son soutien… pour peu que tu ne te ridiculises pas.

Ton regard scrute celui des autres participants, et il semblerait que tu sois loin d’être le plus timide aujourd’hui. Des questions, des questions à n’en plus finir, et des hésitations au point parfois que les mains tremblent. Le changement était imminent, et il était inévitable. Les quelques prochaines minutes pèseraient lourd dans l’histoire de l’Anaëh, et comme chaque fois, les elfes se demandaient si leurs épaules seraient assez solides pour les porter.

Ton dos est large, et les épaules, tu les a rondes.

Premier d’entre tous, tu te lèves, à la surprise de la majorité, et confirmant les doutes d’autres. Tu défourailles ton sceptre une seconde fois, le plantant dans le sol pour appuyer ta posture, et durant quelques solennels instants, tu prends le temps de parcourir l’assistance des yeux, goûtant au silence avant d’avoir à le rompre.

- C’est inhabituel, j’en conviens. tu laisses retomber le silence avant de continuer Je ne porte pas le titre de Seigneur-Protecteur censé donner prétention sur celui de Roi… mais est-ce finalement là le plus important ? Et je sais qu’autant sont ceux qui me connaissent en tant qu’Artiön Laergûl, Sinyàra de son premier Choix, Mainyth de Daranovar ; que ceux qui éprouvent des réticences à voir un militaire de carrière représenter le Trône Blanc. Et à vous tous, j’aimerais vous demander… pourquoi ?

Tu laisses planer le silence un instant, prêt à reprendre le fil de ta parole au moment où tu sentiras les premières remarques prêtes à jaillir.

- Parce qu’en tant que militaire… en tant que Commandant, je sais autant ce contre quoi nous luttons que ce pour quoi nous luttons. En tant que Commandant, je sais plus que quiconque la valeur de la vie des nôtres, la valeur du bonheur des nôtres, et la valeur de la tranquillité des nôtres. En tant que Commandant, j’ai dû autant apprendre à écouter qu’à être ferme dans mes décisions, parce que de cet équilibre a souvent dépendu la vie de ceux que j’aime.

Ton regard se tourne un instant vers Anorndellon, dont tu sais de réputation le point de vue, puis sur les chaises vides d’Ardamir, car tu sais que c’est là un état de fait que comprendrait Halyalindë.

- Nous vivons depuis le Voile une période difficile. Les temps changent. L’Anaëh change. Les événements s’enchaîne à une vitesse à laquelle nous ne sommes pas habitués à faire face, et je doute fortement qu’ils ne soient prêts à ralentir. Nous sommes devenus trop lents, et trop précautionneux. Nous sommes devenus un peuple qui se perd en débats qui se transforment en disputes, même lorsque tous sont d’accords ! Et le plus triste, c’est que nous sommes un peuple qui a sacrifié des vies au cours de ces disputes.
S’il est un changement dont nous avons besoin, il est là. Le temps des Rois médiateurs est terminé. Il en faut un qui agisse. Il faut un Roi qui soit en tout temps prêt à se mêler à ses frères et à ses sœurs pour mieux les comprendre, et qui sache non pas quelle, mais qui est la solution à leurs peines. Un Roi qui pour ce-faire soit capable de revaloriser les talents d’une Cité aux yeux d’une autre, de recréer les ponts entre les Protectorats, pour que finalement, sous cette figure fédératrice, l’Anaëh retrouve le semblant d’unité qui lui permettra de faire face au futur.


Tu déglutis, laisse le temps à tes mots de sédimenter un peu, avant de soulever à nouveau la vase.

- Et ce n’est que forts de ce sentiment d’unité que nous pourrons véritablement à nouveau réclamer ce qui est nôtre. Quand nous serons à nouveau un, alors chacun en se veillant lui-même veillera les autres. Le peuple de la Mère redeviendra une place aussi forte que son Œuvre, et alors, nous n’aurons plus de raisons de craindre l’extérieur. Parce que nous ne pouvons maintenant plus simplement ignorer l’extérieur. À l’Ouest, l’Anaëh part au contact des Arïn, tandis qu’à l’Est, nos victoires n’ont fait que nous mener dangereusement près des terres des Sombres. Un jour viendra où nos frontières traverseront celles des Hommes. Qui sait quand les Drows voudront leur revanche ? Il ne s’agit maintenant plus de réfléchir, mais d’agir, de donner l’exemple et de conduire nos frères les uns vers les autres, et tous vers le changement, pour que plutôt que d’en débattre, notre peuple parte uni à la découverte de son nouveau monde, s’en saisisse d’une main commune, et plus jamais ne le lâche.

Ta paume se resserre sur ton sceptre, et avec elle se contracte le bras qui la porte.

- Je n’ai ni peur des mots, ni peur des actes. Alors, si vous voulez bien porter le regard par-delà les armes, voir la personne forgée par la milice plutôt que la milice elle-même, et lui confier cette charge, c’est avec fierté que je brandirai la bannière dont ont besoin les Taledhels, pour se repérer avant que ne soit dissipé le brouillard.

Quoi qu’il puisse t’en coûter. Et ce, que l’on accepte de t’en confier officiellement la charge ou pas. C’est qu’aujourd’hui il pèse plus lourd que jamais le pendentif à ton oreille. Car pour l’instant il pèse autant le poids des responsabilités que celui du lèse-majesté.


_________________

Petite notice:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Fineldor Elwëndrion
Elfe
avatar

Nombre de messages : 47
Âge : 30
Date d'inscription : 01/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  799 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Mer 14 Nov 2018 - 17:04

Nul ne sembla réellement s’offusquer du retard du Protecteur. Au plus certains eurent-ils un petit regard à son encontre, parfois de salut, parfois de léger reproche. Mais il put s’installer et assister à la suite sans davantage de trouble.

La suite, ce fut le régent qui en parla. Ainsi, il convoquait la réunion du Haut-Conseil pour l’élection d’un nouveau Roi. Compréhensible, tant la période où la royauté était abandonnée semblait s’étirer sans fin. La régence n’est qu’un état transitoire, et ne saurait être et demeurer dans l’absolu. Même s’il était toujours possible de se passe d’un Roi, mais c’était là un autre problème. Après avoir parlé d’une proposition rejetée donc le Protecteur de Tethien ignorait tout, puis avoir rappelé à l’ordre quelques sauts d’humeur semble-t-il, il invita les prétendants au trône à se présenter. Et ajouta immédiatement après qu’il n’était pas lui-même intéressé et souhaitait se retirer des affaires du royaume, pour retourner à  son protectorat de Quatrième Saison. Certains devaient en être bien étonnés, mais les plus perspicaces comprenaient et s’attendaient à une telle décision. C’était bien là le discours d’un être ayant découvert  que le pouvoir et les responsabilités ne devaient pas prendre le pas sur les personnes qui entouraient, sur la famille et les proches. Comment pouvait-on le lui reprocher ?

Le premier candidat n’eut d’ailleurs guère à se faire attendre. On eut pu attendre un Protecteur voire un Seigneur Protecteur. Ce fut pourtant un commandant militaire qui se leva, celui de Daranovar. Il observa l’assistance un moment avant de prendre la parole. La moindre des choses que l’on pouvait lui accorder, c’était qu’il maitrisait son discours. L’avait-il préparé ? Sans doute. Les arguments étaient clairs et semblaient implacables. Semblaient, seulement. Il ne laissait guère de place aux remarques, prenant bien soin de poursuivre son discours lorsqu’il sentait que l’assemblée s’apprêtait à lui répondre.  Sa litanie se poursuivait, de plus en plus véhémente, mais en prenant bien soin de ne pas trop en faire, laissant planer quelques doutes à mots voilés, doutes que l’on pouvait interpréter… ou non.

Et quand enfin il acheva son discours en incitant les membres de l’assemblée à regarder ce qu’il était réellement plutôt que ce qu’il semblait être, ce fut un silence lourd qui s’installa. Et qui pesa. Ironie du sort ou non, c’était un prétendant n’ayant nulle peur des mots qui se manifestait le premier. Ce serait un Protecteur qui n’avait pas peur des mots qui romprait le protocole en s’adressant à lui.

Puisque nous en sommes à déroger aux traditions, ce qui n’est pas forcément pour me déplaire lorsque cela s’impose, je souhaiterai poser quelques questions à celui qui vient donc de se présenter, afin d’être bien sûr de ses dires.

Il laissa un moment l’assemblée s’étonner de son intervention. Qu’il eut été en retard semblait ne pas avoir suffit, encore fallait-il qu’il enfreigne le déroulement de l’élection ?

J’entends votre discours, et me concernant, je ne jugerai jamais sur le métier ou le titre, mais bien sur les actes et les pensées. Que vous soyez commandant d’une quelconque armée, Protecteur ou Archimage, un Roi ne dépend pas de ses anciens titres, mais de ce qu’il compte faire, et fera. Je salue la volonté de réunification, et de tendre la main à chaque cité. Vous n’êtes pas sans savoir la volonté de ma cité de vouloir garder neutralité pour ne pas s’impliquer dans des conflits du peuple. J’espère d’ailleurs que c’est bien de cela dont nous parlons. Réunir les cités et les Noss. Réunir ceux qui se rejettent depuis le Voile, alors qu’ils sont un seul et même peuple. Et j’espère que ce ne sont pas eux que vous désignez comme ce contre quoi nous luttons... Car nos ennemis sont bien désignés, et nous ne devons pas nous tromper.

Une nouvelle provocation, mais qui aurait le mérite de dire les choses. Laisser à mots voilés planer des doutes quant aux Noss ne lui plaisait guère. Que le prétendant dise ce qu’il en était. Sinon, il n’était pas forcément digne de confiance. Plusieurs protecteurs le rejetterait, mais d’autres auraient alors son appui plein et entier. A lui de choisir, lui qui se disait vouloir cesser de tergiverser.

De même, vous dites que l’ère des Rois médiateurs est achevée et qu’il faut désormais agir. En cela je suis en accord avec vous, à quelques nuances prêt. La première, est que le combat et la confrontation ne sont pas solution à tout. Si l’on souhaite réunifier l’Anaëh, ce n’est pas à la pointe de la lame, mais bien en parlementant, que nous y parviendrons. De même, tous les peuples extérieurs ne nécessitent pas que nous leur donnions assaut sans tenter quelques négociations au préalable. Ainsi, actes et discours sont un tout, un équilibre qu’il faut bien avoir. Se résoudre à l’extrémité unique de l’un ou l’autre est, je pense, une erreur, et beaucoup me rejoindront probablement sur ce point.

Ce discours là aurait probablement plus d’assentiment. Un Roi qui souhaitait la guerre et la violence à tout prix n’aurait aucun appui. Ce n’était bien sûr pas là ce qu’il avait voulu dire. Mais un rappel n’était jamais superflu, surtout lorsqu’il était aussi direct.

Enfin, une dernière chose. Si l’Anaëh a toujours eu un Roi, celui-ci ne doit en aucun cas s’affranchir des décisions du Haut-Conseil, et des Protecteurs. Si vous souhaitez agir, il faudra l’accord des Protecteurs, sans quoi votre décision ne saurait être qu’un dictat qui soulèverait bien des voix contre vous. Je ne dis pas cela pour défendre ma propre voix, mais je me fais bien la voix de chacun d’entre nous ici. Nous connaissons nos cités, nos peuples et leurs attentes. Vouloir nous ignorer, ce serait ignorer nos frères et sœurs, et par là même s’opposer au beau discours que vous nous avez fait jusqu’alors. Je n’ai guère de doute sur votre réponse, mais là encore, puisque vous aimez à être franc, j’aimerai vous l’entendre dire.

Sur ce point là, aucun doute que toutes et tous l’appuierai. Un Roi devait diriger avec les Protecteurs, non contre eux. Sans quoi, la guerre qui déchirait l’Anaëh depuis tant de temps ne prendrait que plus d’ampleur. Et cela, ils ne pouvaient se le permettre.

Lorsque j’aurai mes réponses, je saurais me faire une opinion claire de ce que vous pensez, et peut être de ce que vous ferez.
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Laergûl
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 383
Âge : 21
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  713 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Mer 14 Nov 2018 - 19:36


Tu clignes des yeux et abaisse le menton, une fois de plus. Le geste marque chacun de ses paragraphes, confirmant chaque fois au Protecteur de Tethien qu’il avait toute ton attention. Et ta sympathie. Paradoxal, lorsque l’on réalisait qu’il serait le premier à éprouver ton discours, tes convictions, et la solidité de leurs liens. Mais au moins avait-il l’honnêteté de le faire sans détour… et en tout respect. Elwëndrion était bien un enfant de La Muraille…

- Si vous me le permettez.

Tu attends l’autorisation de l’assistance  avant d’entamer tes réponses, et lorsque le silence et les hochements de tête te l’accordent, tu prends d’abord soin de rendre ton focaliseur à son fourreau, dans ton dos. Tes doigts tous libres s’entrecroisent, paumes ouvertes vers ta poitrines, prêtes à porter tes prochains mots.

- Pour répondre à ce qui me paraît être votre première interrogation heru, en toute honnêteté, en ce qui concerne le désir de neutralité de Tethien… ou de tout autre Protectorat d’ailleurs, tout dépend à mes yeux de ce que vous entendez par « neutre ». Loin de moi l’idée de forcer l’intervention de Cités dans des entreprises qui leurs seraient dommageables, mais au nom de cette neutralité, nous nous sommes interdits nombre d’interventions aussi bénignes pour les aidants que bienvenues pour les aidés. tes doigts se séparent et tes mains s’écartent, te faisant une position entièrement ouverte J’entendrais, même si vous en aviez les capacités, que vous refusiez d’intercéder entre deux autres Protectorats en conflit d’intérêt, ou de risquer la vie de vos hommes dans quelque entreprise dangereuse. J’aurais plus de mal à accepter cependant, qu’au nom de cette neutralité, et par – à mon sens – excès de prudence, vous refusiez de prêter de vos savoirs techniques en navigation à une Cité à laquelle cela pourrait être profitable pour quelque projet que ce soit, pour peu qu’il soit bien fondé bien sûr. le coin gauche de tes lèvres se soulève légèrement C’est là notre premier tort à mes yeux en tant que Citadins. Au nom de notre neutralité, de notre indépendance, de notre individualité, et de millions de choses encore, nous retenons beaucoup de savoirs et de savoir-faire entre nos murs, alors qu’ils seraient utiles à d’autres.  

Tu soupires et laisses entrevoir un légère tension au moment d’aborder le point suivant.

- Quant aux Noss, à vrai dire, à aucun moment je n’ai activement réfléchi à les inclure à mon plan général pour les Cités d’Anaëh. et pour beaucoup ce pourrait être choquant, en particulier quand les accrochages ayant lieu à Daranovar n’étaient un secret pour personne, et pourtant, les raisons te paraissaient d’une logique implacable Les clans n’ont que faire de la politique des Cités, et sont de toute façon bien trop disparates pour que l’on établisse le moindre plan d’action valable dans le cadre d’une potentielle réunification. La gestion de l’entente entre Taledhels et Ornedhels est je le pense quelque chose à laisser aux mains des habitants de chaque Protectorat. À ceux qui connaissent plus ou moins les coutumes de leurs voisins de veiller à ne pas y porter atteinte, à ceux qui pensent avoir idée du fonctionnement des clans de conseiller les Cités peinant le plus, mais malgré tous nos efforts, à moins que nous ne décidions d’abandonner nos murs, il nous faudra nous contenter d’être deux faces d’une même feuille.

D’ailleurs, pour le peu que je sais de la multitude de clans d’Anaëh, la grande majorité d’entre eux respecte les démonstrations de loyauté devant la Mère. Donc pour peu que nous retrouvions une assez forte cohésion au sein des Cités pour que les choses se ressentent dans la Protection que nous sommes capable, sous toutes ses formes, d’apporter à la forêt, les avantages de notre mode de vie leurs redeviendraient certainement plus apparents, ce qui signerait une nette diminution des conflits.

Mais si vous vouliez expressément me l’entendre dire : non, les Noss ne sont pas nos ennemis, et en aucun cas ne doivent être présentés comme tels. Les temps nous auront d’ailleurs plusieurs fois prouvés que relations compliquées ou pas, ils restent nos frères, et dans l’urgence seront là pour nous comme nous sommes là pour eux.


Et si c’est celle face à laquelle tu sembles te retrouver le plus détendu, un sourire confiant ayant chassé toutes les traces de mélancolie griffonnées par la question des Noss de ton visage, c’est en réalité c’est cette remarque qui te gêne le plus. Tu en comprends les raisons, mais tu n’en aimes ni la tournure, ni le contexte. Qu’elle soit venue d’Anorndellon, du Protecteur de Carrobrelian, ou pour peu qu’il ne se soit pas anciennement agi d’Halyalindë, d’un Protecteur d’Ardamir, et tu n’en aurais pas tant fait cas. Mais que l’elfe qui avait fait l’entrée de son questionnaire en promettant vos titres derrières vous te parle comme si tu ne savais que jouer de la lame… tu doutes que ton statut de militaire n’y ait rien à voir.

- Agir et pointer une lame sont loin d’être toujours synonyme tu t’autorises un soupir rieur à défaut d’un éclat et les seuls pourparlers sont loin d’être la stratégie d’unification la plus efficace. tu déglutis Pourquoi en tant qu’érudit, appréciez-vous autant le pêcheur, et pourquoi le pêcheur lui, vous apprécie-t-il autant vous l’érudit ? Et bien c’est bête et simple : parce que sans le pêcheur, vous n’auriez pas de poisson et que le pêcheur sans vos recherches, n’aurait pas de réponses à ses questions. Ce n’est pas en parlementant que le pêcheur et vous vous êtes liés. C’est en échangeant. À plus grande échelle, ce sont ces interactions qui font l’unité d’une Cité, et à plus grande échelle, ce sont elles les premières qui devraient faire l’unité du Royaume. Actuellement, nous manquons de ces interactions, et c’est en grande partie ce qui provoque d’aussi fastidieux parlementaires. Et certes, il est impossible de recréer ces interactions sans qu’il n’y ait dialogue, mais à ce moment, ce n’est plus le dialogue le cœur de l’échange. Ce sont les gestes. Et il est à mon sens du devoir d’un Roi quand le dialogue s’anime de trop et que les gestes se perdent, de les remettre en premier plan… voire si la situation le permet, de se risquer lui-même à la tentative. C’est ce que j’entends par un Roi acteur plutôt que médiateur.
Quant aux autres peuples, il n’est pas question non plus de leur donner l’assaut, au contraire. Reconnaissez tout de même qu’il serait autrement plus simple de pouvoir, quand en viendra le temps, de pouvoir s’adresser à eux en tant que Royaume d’Anaëh, plutôt que d’avoir à morceler les discours à chaque Protectorat. Et puisque ce sont les humains les plus proches de nos portes, je pense que vous serez d’accord à dire, heru Fineldor, que présenter front commun, et ne pas tarder à partir selon nos termes à leur rencontre c’est plus de force à nos doléances, moins de risques de leur faire miroiter une faille, et en conséquence moins de risques qu’ils ne se laissent aller à la convoitise et eux nous donnent l’assaut, parce que notre poigne sur notre propre foyer aura été trop volatile.



Un équilibre… il n’était plus temps d’un équilibre. Pas s’il devait être jaugé à une balance civile elfique. Aujourd’hui, les temps étaient non pas aux décisions hâtives, mais aux décisions audacieuses. Trouver le point d’équilibre quand la situation n’était pas assez stable pour que la planche arrête de tanguer, c’était se condamner. Il s’agissait simplement de sauter quand la hauteur est la moins vertigineuse.


- Et enfin, il ne faut pas oublier que si le Haut-Conseil n’est pas l’esclave du Roi, le Roi n’est pas l’esclave du Haut-Conseil. Certaines décisions ne sont que l’apanage des Seigneurs-Protecteurs, et bien fou serait le Roi se croyant capable de les prendre à leur place. D’autres décision nécessitent le conseil d’un elfe, de plusieurs… ou même des ennéades, voire des années de débats enflammées du Conseil entier. Seulement, il est des affaires qu’un Roi, pour la sécurité et la tranquillité de tous devrait être capable de se permettre d’entreprendre seul. Et sans que ce ne soit obligatoirement couvert par le secret. Qu’il s’agisse de quelque chose d’aussi grave que le traitement d’une urgence, ou d’aussi inoffensif que d’unir les Cités dans un jour de célébration arbitraire.  Sinon pourquoi l’Armée Royale ? Pourquoi les éperviers si le Roi est privé d’autonomie ? Je ne peux finalement que prier la Mère, que le prochain Roi n’ait jamais à faire face qu’au second cas.

Tes mains se rejoignent à nouveau, pour clore ton intervention.

- Je n’entends pas faire de nous une Nation de va-t-en guerre, et encore moins imposer de dictat. Je tiens seulement à ce que seules soient débattues les choses dont il est productif de débattre.

Tu inclines respectueusement la tête.

- J’espère avoir pu vous être d’un quelconque éclaircissement.

Tant à Fineldor qu'au reste des Seigneurs-Protecteurs présents.

_________________

Petite notice:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Telenwë Neraën
Elfe
avatar

Nombre de messages : 546
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Sam 17 Nov 2018 - 16:06


Ainsi commençait l'élection d'un roi, sans laisser ne serait-ce qu'une minute de réflexion pour s'attarder sur la situation actuelle de l'Anaëh. Sans se demander si, puisque l'occasion y était, garder la traditionnelle gestion politique était une bonne chose. Les choses avaient toujours été ainsi donc elles devaient continuer de la sorte. A peine le Haut-Conseil était-il commencé que Neraën en était déjà épuisé. Il hésitait entre désespérer de ses propres confrères ou se remettre pleinement en question du fait de constater que ses idées semblaient être en inadéquation complète avec celles des autres. Peut-être ne comprenait-il pas l'importance des traditions ? Ou bien peut-être en comprenait-il l'essence, justement ? Toujours adossé au dossier de sa chaise, Telenwë se concentra sur le Chant pour calmer au maximum son esprit tout en écoutant les participants se présenter. Un signe de tête rapide au protecteur de Tethien arrivé en retard et aucune réaction face à la demande d'Anornedellon : il n'avait aucunement eu l'envie d'allimenter ce débat-là. Il n'avait pas non plus envie de se présenter au Trône Blanc, se considérant d'une manière lié à l'Aube et donc à la terre ancestrale d'Eteniril.

Se présenta en premier lieu une personne qui osa déroger aux conventions, Artiön Laergûl. Mainyth des armées de Daranovar, il entendait bien user de tout ce qu'il avait appris à l'armée pour resserrer les liens entre les différentes cités et ne pas être un roi passif mais actif. Un qui écouterait le Haut-Conseil mais qui n'hésiterait pas à prendre des décisions ou trancher les débats lorsque cela s'imposerait. Concernant les Noss, il laisserait ça à la discrétion des protectorats.

Le protecteur de Carrobrelian se présenta également, forcément. Clairement anti-noss, il était pour une réunification des cités et la protection de l'Anaëh contre les envahisseurs. Il respecterait le Haut-Conseil et ses choix mais saurait mettre fin aux débats lorsqu'il y en aurait besoin. Depuis le Voile les Elfes s'étaient laissés affaiblir et il était temps qu'ils retrouvent leur splendeur d'antan.

La troisième et dernière personne à se présenter était le protecteur d'Eldarinwa - ce qui signifiat que ce serait forcément un roi. Egalement anti-noss, bien que moins véhément que son confrère de Carrobrelian. Pour lui les cités devaient être unies pour travailler ensemble à vivre et défendre l'Anaëh. Politique et militariat devaient être complémentaires et non ne faire qu'un. Il prévint néanmoins qu'à se concentrer sur les Drows, ils oubliaient deux menaces qui pour l'instant restaient terrées mais qui finirait forcément par se présenter à eux : les Hommes et les Nains.

Telenwë écouta chacun des prétendants au titre de roi, sans dire un seul mot. Sa seule participation était l'écoute. Les questions qui venaient à son esprit étaient de toute manière posées par les autres protecteurs. Il préférait donc se concentrer sur l'écoute et la mémorisation des dires des uns et des autres. Pas que ce vote allait être des plus importants pour l'Anaëh mais... si.

Les protecteurs eurent un temps pour réfléchir avant que le vote n'ait lieu. Telenwë posa rapidement un regard sur les trois prétendants, la prêtresse puis, enfin, sur l'arbre de la salle. Plongé dans ses réflexions, il ne regarda que l'arbre. Intérieurement il faisait le tri des concurrents, à la recherche de celui qui serait le plus apte à guider les Taledhels. S'il y en avait un, seulement. Parce que gérer un protectorat n'était pas la même chose que guider tout un peuple. Et commander une armée n'était pas non plus le même chant que guider des civils, surtout avec une majorité de protectorats n'étant pas militaires. Mais était-ce cela la véritable question ? qui était le plus à même de mener les Taledhels ? Non. Pour l'etenirili la question était : qui était le plus à même de protéger l'Anaëh en usant de la politique, s'il y en avait un ? De suite, les critères n'étaient plus les mêmes... Une question que se posait Neraën était que dans le cas où personne n'aurait les épaules pour ce rôle, serait-il satisfaisant de ne pas voter ? Ne serait-ce pas risquer d'avoir le pire pour le futur ? Toutes ces questions en tête, il se laissa aller à ses souvenirs, y cherchant les indices pour un potentiel futur.

Quand vint l'heure du verdict, les noms des prétendants étaient donnés les uns après les autres. Ceux qui votaient pour la personne nommée levaient tout simplement la main et l'elfe possédant la majorité des voix devenait le nouveau guide. Ce fut au nom d'Artiön Laergûl que le protecteur d'Eteniril leva la main.
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion
Elfe
avatar

Nombre de messages : 47
Âge : 30
Date d'inscription : 01/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  799 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Sam 24 Nov 2018 - 17:38

Ainsi, celui qui prétendait au Trône Blanc ne tarda guère à lui répondre. Et ne fit guère dans la demi-mesure. Certes c'était là de belles paroles, mais à l'instar du Protecteur de Tethien, elle ne voilait pas ses pensées. Voilà qui était un bon point. Car s'il estimait que la négociation était nécessaire, il abhorrait celles et ceux qui ne tenaient pas leur franchise en tout discours. Celles et ceux qui n'assumaient pas leurs pensées et leurs idées. Qui les voilaient derrière quelques mots bien choisis.

Ce que vous dites est vrai. Toutefois, il est parfois des choix qui sont faits en pleine conscience. Pourquoi devrions nous céder quelque savoir si c'est pour que ceux qui en useront le feront à mauvais escient? Je refuse que les blancs navires de Tethien ne servent à d'autres dessins que ceux de nous protéger. Or nul doute que certains en feraient un tout autre usage.

Le sous entendu fut laissé, pour une fois, car s'il avait des soupçons, il était difficile de mettre des noms sur une telle affirmation. Mais au moins était-ce dit. Non, les navires de Tethien, leur savoir faire et bien d'autres choses, ne seraient pas offertes ainsi.

De plus, c'est le savoir de chaque cité qui la rend unique. Il faut partager mais pas plus que nécessaire. Nous n'avons jamais refusé d'élève en notre académie, aussi longtemps qu'il respectait les lois de Tethien. Et cela continuera. Pour tous les enfants d'Anaëh. Mais jamais je ne laisserai ma terre de dénaturer pour servir des buts que je ne soutiens pas.

Ainsi exprimait-il sa pensée. Et il n'en serait pas autrement, tant qu'il serait Protecteur. Certains, sans doute, le verrait bien chuter. Qu'ils essaient, seulement.

Enfin, je n'ai nullement dit que les discours devaient, seuls, régler nos problématiques. Nous nous sommes mal compris. Et nous sommes d'accord. Sur cela comme sur le reste. Vous avez répondu à mes questions, je n'en demanderais pas davantage.

Il ne s'exprima pas davantage, laissant la suite des débats. Il n'y en eut guère pour tout dire. S'en suivit simplement de petits discours des autres se présentant. Le protecteur de Carrobrelian en était. Nul doute sur ses intentions et sa politique. Ses ennemis étaient tout désignés. Et étant donné le discours qu'avait tenu le Protecteur de Tethien, il savait qu'il n'aurait jamais son appui.

Le protecteur d'Eldarinwa fut le dernier. Bien plus mesuré que son confrère, il appelait à équilibrer les décisions entre militaire et diplomatie, et allait bien davantage dans le sens attendu, même s'il fut deux ombres au tableau. En effet, la position vis à vis des Noss fut laissée dans le flou. Et pour lui, il fallait se prémunir des Humains et des Nains. Pourtant, l'urgence n'était pas là. On ne pouvait guère le blâmer, étant donné la proximité de son protectorat aux deux peuples. Pourtant, il en était un qui espérait réconciliation et non hostilité à l'encontre d'un des deux peuples. Cela ne lui attirerait guère son soutien.
Ainsi s’écoulèrent les discours, certains apaisés, d’autres emportés. Puis l’instant que beaucoup attendaient. Il était grand temps de voter. Un vote à main levée, sur le principe simple de lever la main à chaque nom évoqué. Simple, efficace, direct.

Les trois noms défilèrent. Il n’y eut guère d’hésitation sur les deux premiers. Mais quand vint le nom du troisième, le Protecteur de Tethien eut un instant d’hésitation. Avant de lever sa main. Il eut certes préféré d’autres personnes, mais celles là ne s’étaient pas présentées. Et après tout, il était idiot de juger avant les actes. Peut être se trompait-il, dans un sens ou dans l’autre. L’avenir le dirait.
Ainsi, après ses discours, désormais il espérait que Artiön Laergûl, enfant de Lanthaloran, devenu commandant des armées de Daranovar. Il avait connu maintes tragédies. Peut être était-il celui qui rendrait sa grandeur à l’Anaëh. Même si, comme l’avait insisté celui qui l’avait tant questionné, il ne le ferait pas seul…
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Laergûl
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 383
Âge : 21
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  713 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Dim 25 Nov 2018 - 2:00


Méfiance et individualisme. Voilà ce contre quoi tu devrais lutter en tant que Roi, si seulement on t’en laissait l’occasion. Tu ne peux que comprendre les réticences du Protecteur de Tethien à partager les plus précieuses ressources de son fief, mais il t’est impossible de ne pas t’en attrister. Dans quel état se trouvait donc votre peuple… ou du moins, dans quel état se trouvait votre part du peuple, ceux que l’on appelle Taledhels, pour que se trouve parmi les premières inquiétudes de l’un de leurs dirigeants – et si les autres gardaient un solennel silence, c’est qu’il devait en être de même pour eux – les abus que pourraient faire ses propres frères de la Science de son Protectorat ?

N’étiez-vous pas tous unis sous la Protection de Kÿria ?
N’étiez-vous pas tous dévoués à la Protecton de l’Œuvre de la Mère ?
Ne partagiez-vous pas tous les enseignements du Lelyadin ?
N’aviez-vous pas tous appris à respecter Les Voies ?

Certains osaient s’étonner de ce que vous n’arriviez pas à trouver de terrain d’entente avec les Ornedhels, alors qu’en réalité, les Taledhels nourrissaient déjà un certain scepticisme quant aux motivations de leurs semblables. Prouver à l’Anaëh qu’elle pouvait avoir confiance en elle-même te paraissait maintenant d’autant plus important.

Tu ne pris malgré tout pas plus le temps de t’épancher en explications. Ton regard suffisait à traduire le gros de ce que tu pensais. La manière dont se creusaient tes fossettes laissait aisément entendre qu’autant tu comprenais beaucoup de tes idées converger avec celles de Fineldor, autant tu savais que si elles convergeaient, c’est qu’elles trouvaient leur origine en des sources diamétralement opposées… Le soutien de cet homme tu ne l’aurais qu’à condition que personne ne lui propose chemin plus confortable vers ces idées communes.

Mais qui ici en serait capable à part celui qui venait de se retirer ?
Pas le Protecteur de Carrobrelian. Parce que si vous étiez nombreux à trouver de vous-mêmes dans ses attitudes caricaturales. Il était la voix de vos frustrations, une sirène plus séduisante que l’on ne voulait bien se l’avouer… mais il n’était pas assez fin. Pas assez fin pour vous empêcher de réaliser que c’est le pessimisme plutôt que l’espoir qui le rendait attirant.
Fin, le Protecteur d’Eldarinwa l’était. Trop peut-être. Qui avait l’expérience du verbe le trouverait aisément trop verbeux ; et presque tous à ce Haut-Conseil savaient jouer du verbe. À tous, la profondeur de ses inquiétudes quant à la proximité des Arïn et des Ondurs était palpable. Et à presque tous, elle dût paraître injustifiée, car ils semblèrent être très peu ceux qui sympathisèrent avec son discours.

Les mains se levèrent, se baissèrent, se levèrent à nouveau. Timidement pour certaines, sans hésitation pour d’autres. Ton nom vint. Le regard de Daenor s’appuya lourdement sur ton épaule. Ton cœur battait vite. Mais ton visage restait impassible. Il n’y avait plus que l’abstinence pour que tu perdes. C’était toi ou pas de Roi. Mais tu étais un militaire…
Un soupire pesant de lassitude du Protecteur de Daranovar te tira de ton anxiété.
Une main se leva. Wirskeinfyl pour un frère de La Muraille.
Une seconde main se leva. Eteniril malgré votre altercation.
Une troisième main se contenta de s’arrêter à mi-chemin. Offrir sa voie à un militaire coûtait à Anorndellon bien plus que la politesse ne l’autoriserait à avouer.
Une quatrième paracheva le tableau. Gagnée à la sueur de ton front et à la salive de ta bouche, à défaut d’avoir trouvé son confort, Fineldor t’offrait la sienne, sachant que tu le mènerais à bon port.

Aussi simplement que cela, tu avais été fait le Nouveau Roi d’Anaëh.
Et en tant que tel, c’est à toi qu’il revenait de diriger la suite des débats.
L’ancien Maître de Cérémonie t’invita à te lever, et ainsi furent échangées de respectueuses révérences. Tu pris place aux côtés du Régent le temps qu’il te confie la feuille de route de la Séance, et dès lors qu’il lui sembla que tu fus assez à ton aise pour prendre sa suite, il se retira dans ce qui serait maintenant son Siège. Celui du Protecteur de Quatrième Saison.

- Mes Frères. Mes Sœurs. Je tiens tout d’abord à remercier la confiance – et l’audace – de ceux qui auront osé m’offrir leur voie aujourd’hui. Je tiens aussi à faire la promesse à ceux dont les convictions sont ailleurs, de m’appliquer à poursuivre ce qu’il y a de meilleur pour notre Peuple, et pour l’Œuvre que nous habitons tu portes les pupilles vers le sol en signe de respect avec votre aide précieuse, si vous voulez bien me l’accorder.

La ligne de ton regard se relève, droit vers celle de tes confrères, et fort de ton statuesque maintien, tu reprends enfin les rennes du débat à venir.

- Bien… Maintenant que le sujet de la régence est classé, j’aimerais d’ores et déjà, avant d’aborder des problématiques purement internes, échanger quelques mots avec vous au sujet du potentiel devenir de nos frontières.
Vous n’êtes maintenant plus sans savoir qu’un assaut Ornedhel a conduit à la chute de la Forteresse Sombre de Yutar, qui nous barrait l’accès à la forêt d’Annon. Il semblerait cependant, constat assez tracassant, que les Noss ayant décidé de maintenir ces positions soient très rares. Nous ne savons pour l’instant pas plus de la situation. D’ici sous peu néanmoins, nous devrions recevoir des nouvelles des chercheurs, artisans et militaires des Armées Royales et de Daranovar dépêchés sur place. J’aimerais donc savoir, afin d’optimiser la transmission des informations s’il y a parmi vous des Protectorats particulièrement préoccupés par le devenir de la frontière et/ou prêts à soutenir l’effort de recherche.


_________________

Petite notice:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Telenwë Neraën
Elfe
avatar

Nombre de messages : 546
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Mer 12 Déc 2018 - 9:18


Ainsi les protecteurs donnèrent leurs voix, décidant en cet ultime instant le devenir de ceux qui habitaient la Prime Forêt - au moins ceux qui vivaient dans des cités de pierre. Aux noms épelés se levèrent puis se baissèrent les mains, sans que grand bruit ne se fasse entendre. La haute-prêtresse de Kÿria, toujours assise au milieu d'eux, inscrivait pour l'éternité ce vote de par son regard aimant. Ainsi la majorité fut au profit du dénommé Artiön Laergûl, Mainyth de Daranovar, désormais Seigneur-Protecteur d'Anaëh. Telenwë eut, intérieurement, un bref soupir. Il ne savait pas de quoi serait fait l'avenir ni si Artiön avait véritablement les épaules pour ce rôle. Mais de tous les choix qui s'étaient offerts à eux, il était à ses yeux celui qui convenait le mieux à la situation actuelle. Il n'avait plus qu'à lui espérer longue vie, bonheur et clairvoyance dans cette lourde tâche qui était désormais la sienne. La vie de protecteur était loin d'être toujours évidente ni facile...

Anornedellon ayant repris sa place au siège de la Quatrième Saison et Artiön ayant pris connaissance du déroulement d'un Haut-Conseil, le nouveau roi prit la parole. Remerciement, promesse, prise de connaissance. Il était dans le fond amusant que le tout premier sujet qu'abordait l'ancien mainyth soit un sujet militaire, ce qui en fit sourciller plus d'un. Comme si cela pouvait encore étonner quelqu'un, le premier à prendre la parole par la suite fut le protecteur d'Eteniril. Mais contrairement à sa dernière prise de parole, ses propos étaient tout à fait sérieux et maîtrisés.

"As-tu une idée de ce que les protectorats pourraient apporter comme aide aux frontières, matérielle ou non, ainsi ce qui se place derrière le soutien de l'effort de recherche ? Ou en d'autres termes, répondre par l'affirmative engagerait le protectorat à quoi ?"

Pas que Telenwë ne désirait pas s'investir dans ce problème au nom de son propre protectorat. Mais si lui en tant que personne pouvait imaginer ce que la demande d'Artiön sous-entendait, tous n'étaient pas des militaires et nombreux étaient ceux à avoir toujours vécu loin de cette frontière. Aussi valait-il mieux éclairer dès le départ quelles conséquences les mots pourraient avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Laergûl
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 383
Âge : 21
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  713 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Jeu 13 Déc 2018 - 17:06


Assertif ou effronté, à tes interlocuteurs d’en juger. Qu’effronté gagne la bataille et ce ne serait à ton humble avis qu’un moindre mal. Il serait encore plus malvenu, à ton humble avis, après qu’ils t’aient choisi toi, de leur offrir un roi timide.
Mais ô grand bonheur, si ce n’est par le sujet choisi, l’assemblée ne semble pas avoir été bien secouée. Pour ceux cherchant double entendre dans ta question, la réflexion est de mise. Pour ceux l’ayant prise au mot, les réactions sont plus vives. Intervention du Protecteur d’Eteniril, qu’en secret tu appréhendes à peine sa main levée, mais que tu accueilles avec soulagement une fois les premiers mots prononcés.

- Chaque Protectorat est libre de la mesure de son engagement. s’il le fallait, ce serait plus long, mais Daranovar et Alëandir suffiraient largement Mais dans la mesure du possible, afin d’alléger la charge de travail d’Alëandir et Daranovar et de multiplier les expertises, il serait intéressant que d’autres Protectorats proposent d’intégrer de leurs militaires, artisans de la forge et du bâtiment, naturalistes, géologues et cartographes aux prochaines relèves en partance pour la frontière. tu marques une courte pause En dehors des hommes de terrain, il serait aussi intéressant de savoir s’il est quelque Protectorat qui serait prêt à proposer des relecteurs pour faire la critique des protocoles de relevés et y apporter un point de vue extérieur sur les conjectures qui s’en dégagent.

Vous auriez aussi largement les moyens de faire parvenir somme d’information à qui le demanderait sans qu’il ne s’engage à rien en retour, et tu comptais de toute façon à ce que l’information soit rendue le plus disponible possible… mais ce n’était pas en t’étalant sur ce point que tu éveillerait la moindre volonté de participation.

_________________

Petite notice:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Telenwë Neraën
Elfe
avatar

Nombre de messages : 546
Âge : 26
Date d'inscription : 04/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   Mer 19 Déc 2018 - 21:35

Le seigneur-protecteur d'Eteniril laissa leur nouveau roi répondre à sa question, réponse qui fut majoritairement bien accueillie. Comme quoi... à croire que Telenwë commençait à gagner en sagesse du fait de sa propre expérience sociale. Qui était peu reluisante mais bon... au moins reteniait-il de ses erreurs. Sans rien dire il laissa les uns et les autres poser des questions, faire des remarques, ou tout simplement exprimer d'une moue qu'il ne comprenait pas toujours ce qu'ils pensaient de cette histoire. Puis, à leur habitude, les quatre protecteurs de la terre ancestrale d'Eteniril profitairent que le silence ne soit pas complet pour se mettre rapidement d'accord. Eteniril devait se reconstruire, elle ne pouvait se permettre d'envoyer des troupes ou d'allimenter ses forges outre mesure. Solith n'était aucunement militaire mais était plus qu'intéressée pour relire et faire un retour objectif sur les traités - n'était-ce pas là l'une des spécialités de son proteur ? Scalim, à part quelques chercheurs, ne voyait pas ce qu'elle pouvait véritablement apporter à ce projet. Quant à Actellys... son protecteur préférait garder un oeil sur la mer. Mais tous étaient d'accord sur le principe d'avoir des informations régulières sur ce qui se passait au sud. Cela avait beau être loin de chez eux, ce n'en était pas pour autant inintéressant ; au contraire même...

Ainsi chaque protecteur le souhaitant parla au nom de son protectorat. Alors que la réunion continuait, portant par la suite sur d'autres sujets, Telenwë portait à nouveau son regard sur l'arbre au centre de la grande table... Il serait peut-être temps, pour les prochains Hauts-Conseils, que ce soit Falaedhel qui vienne en tant que conui. Peut-être serait-il temps que sa mission de seigneur-protecteur devienne celle qui devait être, bien différente de celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh   

Revenir en haut Aller en bas
 
Perspective de changement | Protecteurs d'Anaëh
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti-perspective:Gérard est revenu pour de bon
» Changement de tapisseries
» Changement de msn
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????
» présentation de anaïs granger [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANAËH :: Terres d'Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: