Partagez | 
 

 Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]

Aller en bas 
AuteurMessage
Milynéa Lythandas
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 80
Âge : 178
Date d'inscription : 15/10/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  125
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]   Sam 6 Oct 2018 - 17:19

C'était une de ces soirées mondaines dont Thaar avait le secret, durant lesquelles l'excès de ce monde s'y trouvait exacerbé et l'hédonisme trônait, sous de nombreuses formes. Tout autour d'elle, des corps échauffés par l'atmosphère ou des esprits embrouillés par quelques herbes euphorisantes allaient et venaient, se croisaient et se trouvaient pour faire offrande au plaisir souverain, se mêlant ou usant et abusant des hommes et femmes gracieusement mis à la disposition des convives, déambulant à travers les groupes qui se formaient naturellement.

Milynéa n'avait jamais apprécié ces ambiances, plaçant ce désintérêt manifeste pour les choses de la chair sur le compte de ses influences elfiques, mais depuis plus longtemps que ne vivaient la plupart des invités, elle savait la nécessité autant que l'intérêt d'y assister et avait mis à la disposition de l'hôte un certain nombre de ses musiciens et artistes, s'assurant néanmoins qu'ils ne soient pas traités comme les autres esclaves présents pour satisfaire les élans de débauche et les appétits du beau monde.
Elle passait d'un groupe à l'autre, préférant la compagnie d'hommes et de femmes demeurant assez lucides et mesurés pour présenter un véritablement intérêt, sous le regard d'un Ryltar dont la rigueur était à chacune de ces soirées misent à rude épreuve, lui qui était bien davantage que sa maîtresse porté sur tous ces plaisirs. Mais il savait l'importance de sa tâche, ne quittant jamais la Dame Blanche lors de ses déplacements, autant que la permission et la paie qui suivraient et lui permettraient d'apaiser la frustration qu'il accumulait dans ces instants.

Elle discuta, donc, avec les uns, avec les autres, profitant que les langues s'en trouvent déliées par l'alcool et les herbes pour s'enquérir de certains succès ou déboires de ses concurrents – ou de ceux de ses clients -, et ainsi prendre la température qui régnait dans le beau monde de la Principauté. Dans ses déambulations, elle aperçut la toute nouvelle Princesse d'Uldal'Rhilz, revenue de son excursion à l'ouest, visitant certains seigneurs de la Péninsule, disait-on, entre autre chose. C'était un personnage nouveau dans le paysage, tout du moins, à ce niveau, que la Dame Blanche ne cernait pas encore suffisamment pour s'en faire une idée précise. Il faudrait du temps pour adopter l'approche la plus satisfaisante avec celle-ci, du temps et des opportunités comme celle qui se présentait à cet instant...

Profitant d'une discussion qui trouva son terme, elle s'accapara la nouvelle princesse, la saluant avec chaleur, avec la modération qui sied néanmoins à leurs rangs. « Maralina ! Les vents vous ont finalement ramené parmi nous, c'est heureux. » La dernière à s'y être réellement attardé n'en était après tout jamais revenue, même si Milynéa elle-même en était venu à souhaiter la chute de Kahina tant il paraissait menaçant de l'avoir sur le trône de Soltariel. « Comment s'est passé votre petite excursion à l'ouest ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maralina Irohivrah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 159
Âge : 27
Date d'inscription : 09/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  98 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]   Lun 8 Oct 2018 - 22:33



Arkuisa, IVe ennéades de Favriüs, An XI, Cycle X
Les Soieries, Thaar


La musique enveloppait doucement les différentes pièces pendant que les effumes de différentes herbes chatouillaient les narines des invités.  Les courtisanes et des courtisans se promenaient de pièce en pièce, offrant leurs atours affriolants à qui le désirait. L’alcool coulait à flot, les esprits et les langues se déliaient. C’était une soirée où le vice était maître ou du moins ce que certaines personne appelait vices. Il y a souvent plus de vice à effleurer le mal qu’à le pratiquer franchement. Et c’est dans cette ambiance haute en couleur que la princesse d’Uldal’Rhiz entra dans le manoir. Une robe de soie noire, cintré à la taille, avec un long bracelet doré sur l’avant-bras gauche qui cache les dernières cicatrices de son passage en Anaëh. Certains convives la salut d’un signe de tête respectueux, tandis que d’autres tentent désespérément d’éviter le regard azure de la nouvelle princesse marchande. Ulric entra finalement dans la pièce derrière elle. Ses yeux bruns dévisageant tous les convives, il lâcha un discret grognement avant de rapporter la main sur le pommeau de son épée. Le commandant de sa milice démontrait sans se gêner le peu d’enthousiaste qu’il avait  à se retrouver seuls à défendre la princesse marchande. «Calme-toi, Ulric. Ce n’est qu’une soirée mondaine. » Dit-elle à son garde du corps sans se retourner. «Après tout nous sommes ici pour nous amuser. » Ce dernier ronchonna avant de lui rétorquer; «Après tes derniers voyages tu crois vraiment que j vais te laisser aller sans escorte? Je refuse de te perdre Mara.» Cette dernière se retourna en lui faisant un sourire et en haussant les épaules, clairement amusé. «Tu t’inquiètes pour rien, nous sommes a Thaar pas en péninsule.» Le milicien ronchonna avant de détacher son regard des yeux azures de la princesse marchande. La Vaanie se retourna et avança de quelques pas pendant que certains invités se massaient autour d’elle pour lui parler.


La princesse d’Uldal’Rhiz attrapa un verre de vin avant de tremper ses lèvres dans le verre pendant que certains commerçants tentaient tant bien que mal de faire des ententes commerciales. Pour une fois la princesse marchande était plus ou moins enthousiaste a l’idée de faire du commerce. La demi-elfe était venue à cette fête pour se détendre et oublier les nombreux tracas et négociations ardues qu’elle avait dû conclure dans les dernières ennéades. Elle réussit finalement a échappé à une foule et se retrouva face a face avec Milynéa Lythandas qui l’accueilli chaleureusement; « Maralina ! Les vents vous ont finalement ramené parmi nous, c'est heureux. » La demi-elfe lui fit un sourire chaleureux en lui répondant; «En effet, ce fût un long voyage mais me revoilà a Thaar pour quelques ennéades. » Elle ne savait pas trop quoi penser de la dame blanche. Maralina avait toujours trouvé que cette dernière avait l’air trop gentille. Elle savait pertinemment que sa consœur était une marchande redoutable qui, comme elle, respectait et tenait mordicus à tous les termes de ses contrats. Une marchande redoutable en soi. Milynéa engagea soudainement la conversation; « Comment s'est passé votre petite excursion à l'ouest ? »


Question fatidique. Est-ce que la princesse marchande était vraiment intéressée par ces marchés ou souhaitait-elle simplement s’assurer que la nouvelle princesse n’avait pas foutue la zizanie en péninsule? Maralina savait pertinemment que s’était la demi-elfe devant elle qui avait négocié un traiter de paix avec la péninsule – ou si l’on pouvait appeler cela un traité quelconque. Maralina haussa les épaules en souriant innocemment «Je crois que cela s’est bien passé. J’ai eu la chance de rencontrer plusieurs seigneurs du sud avec qui nous avons pris arrangement. Je crois que cela aidera l’économie de la péninsule à notre façon.» Elle ne mentait pas. Ouvrir des maisons de passe en péninsule donnerait des impôts aux personnes avec qui elle avait traité – ou du moins certaines personnes qui n’avaient pas fait l’erreur de lui donner le monopole sans impôts comme un certain seigneur du Langehack. Ne restait que de trouver une façon de se débarrasser rapidement des Missédois qui oseraient mettre le pied dans Ys. La demi-elfe se retourna vers Milynéa avant de continuer la conversation le plus amicalement possible «Sinon quelque chose d’intéressant c’est produit pendant mon absence? Mon conseiller m’a rapporté la destruction du marché libre par un elfe dénommé Loethwill. J’espère que vos affaires n’ont pas été aussi touché que les miennes dans ce tragique accident.» On pouvait sentir une pointe d’agacement dans la voix de la marchande de la chair. La destruction du marché libre lui avait couté une fortune pour se réorganiser et à redistribuer ces commerces. Elle se doutait bien que Milynéa avait été plus ou moins touché par l’accident mais elle avait bien l’intention de connaître le fond de sa pensée sur cette situation.
Revenir en haut Aller en bas
Milynéa Lythandas
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 80
Âge : 178
Date d'inscription : 15/10/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  125
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]   Mer 17 Oct 2018 - 9:42

En vérité, ce ne sont, ni les tractations commerciales – dont elle aurait vent tôt ou tard, selon qu’il y ait matière à s’inquiéter ou non -, dont le domaine intéressait peu la Princesse-Marchande… Il y avait des fortunes à se faire, il est vrai, dans le commerce des plaisirs de la chair, de l’influence à glaner à exploiter les actes et les mots prononcés à l’oreille d’une putain qu’on culbute, elle le savait, mais avait fait le choix d’emprunter une voie bien moins évidente, certes, mais qui la comblait davantage.
Non, ça n’est ni les accords qu’elle aurait pu obtenir du côté des bordels, pas plus que l’éventuelle zizanie qu’aurait pu provoquer la nouvelle princesse d’Uldal’Rhiz, bien qu’il pouvait toujours se trouver à ce sujet des motifs d’inquiétude… Mais non, c’était une arrière-pensée beaucoup plus simple qui faisait se mouvoir la Dame Blanche…

Les prémices de relation à construire entre la Principauté de Thaar et le Royaume de Diantra avait eu lieu lorsqu’elle rencontra l’Amiral Francesco di Castigliani sous l’agitation que provoqua les crises d’Ydril et de Nelen que soutint Savarius, mais loin d’être un traité, tout ce qui avait été entendu et posé ce jour-là constituaient les bases pour les tractations à venir… Un accord pour s’assurer de la paix et le retour d’un climat apaisé sur les eaux de l’Olienne, entre ses deux plus grandes puissances.
Et c’était cela, plus que tout autre chose, que la Dame Blanche avait à l’esprit… Connaître la température, l’état d’esprit d’autres seigneurs en présence d’une figure représentant à leurs yeux la Principauté après la mauvaise publicité que fit Glenn « l’Estréventin » Hereon en se drapant sous le costume de l’envahisseur.

« C’est une bonne chose. Il était à craindre qu’ils nourrissent quelques intolérances ou rancœurs à notre endroit après les événements d’Ydril et de Nelen, par amalgame. Savoir qu’il n’en est rien, tout au moins dans le sud, est une bonne nouvelle. »

Quand Maralina demanda  si des événements intéressants s’étaient produits en son absence, évoquant tout particulièrement les incidents du Marché Libre, Milynéa se prit à réfléchir, faisant le tri dans ce qu’elle pouvait dire ou non.
Eärnil était revenu d’Anaëh, s’épargnant quelques problèmes en chemin, rapportant de nombreuses nouvelles encourageantes avec lui, et deux œufs depuis éclot de dräkes, pour l’heure trop attaché à la bleutée pour rechercher une autre compagnie. L’installation et l’intégration du dragonnier paraissaient un succès au-delà de ses espérances… Il était trop tôt pour en tirer les fruits, mais les graines étaient plantés et les jeunes pousses s’épanouissaient.
De son côté, elle était parvenue à amener sous son giron un mage exceptionnel et joaillier talentueux, quoique difficile à gérer, nouvelle source d’un chantier dans son palais pour fournir à cette nouvelle précieuse ressource un atelier convenable.

« Ce drame nous affecte tous, nous autres, Prince-Marchand… Mes ressources les plus précieuses ont évidemment été épargnée, d’autres sont irrémédiablement perdus, ou nécessiteront des efforts et du temps pour redevenir ce qu’elles étaient. » Le Marché Libre n’était pas une grande perte, pour elle-même… Quelques saltimbanques et animateurs furent emportés dans le chao, quelques artisans de moindres envergures, mais rien d’irremplaçable… Mais le lieu autant que les évènements avaient une importance qu’on ne pouvait totalement ignoré.
« Je m’interroge tout de même sur les raisons... Qu’est-ce qui amena cet elfe à venir d’aussi loin autant que ce qui le conduisit à une telle extrémité… C’était indéniablement un mage puissant. Leurs esprits ne sont pas comme les nôtres mais ils ne sont pas dénués de raison… » Le Façonneur qu’elle avait acquis à sa demeure était fou, au regard du monde et dans certaines de ses déclarations et sorties, par ses choix et ses négligences envers le « bon sens » et le raisonnable, son mépris des principales règles qui s’imposent aux peuples. Mais à l’écouter, elle comprit qu’il contemplait le monde à travers un prisme, qu’il en déformait la réalité perçue… Aussi, de son point de vue, était-il l’être raisonnable et les peuples, certains individus, avait l’appétit des futilités quand d’autres commettaient le crime de posséder le moyen de contempler sa réalité mais préférait ne pas l’exploiter.
Quelle était la réalité aux yeux de ce Loethwil ?

« Il nous faudra reconstruire, et dans la mesure du possible, prévenir la répétition d’un tel drame, même si il est difficile de nous préserver des excès d'individus dotés d'une telle force. Bien qu'il existe de précieux mages dont c'est le domaine d'excellence. »

Mais Milynéa ne pouvait adopter la vision virulente, voir guerrière de certains… Elle entretenait de cordiales relations avec les elfes, quand bien même ceux-ci n’était pas porté sur le commerce… traditionnel… Mais pour celle qui s’intéressait à l’Art, ces derniers avaient trop à offrir pour se priver de ce contact. Comme souvent, elle était une voix de la conciliation, fervente croyante dans le fait que la confrontation n’était pas source de prospérité,  tout du moins, à une telle échelle… La violence était un outil, qui, entre ses mains avaient des airs de dague, affûtée, précise et employée avec méthode…
Revenir en haut Aller en bas
Maralina Irohivrah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 159
Âge : 27
Date d'inscription : 09/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  98 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]   Sam 20 Oct 2018 - 22:17



La musique enveloppait toujours l’atmosphère, les gens autour d’eux dansaient sous les douces notes de musiques, pendant que d’autres se laissaient emparés dans les parfums du vice qui embaumait l’atmosphère. Maralina fit signe à un servant qui transportait des coupes remplies d’un liquide ambré et échappa sa coupe vide contre une pleine avant de la tendre à Ulric, son milicien qui prit une rapide gorgée avant de lui redonner la sienne. On était jamais trop sûr de ce qui pouvait se passer dans ce type de soirée. « C’est une bonne chose. Il était à craindre qu’ils nourrissent quelques intolérances ou rancœurs à notre endroit après les événements d’Ydril et de Nelen, par amalgame. Savoir qu’il n’en est rien, tout au moins dans le sud, est une bonne nouvelle. » Maralina haussa les épaules en prenant une gorgée du breuvage doré qu’on lui avait servi. «Le sud ne tient pas de rancune envers Thaar. J’ai reçu nombre d’invitations imprévues. Notamment en Erac et en Langehack. Le Nord se montre un peu plus difficile à approcher.» Mais Maralina avait un plan. Le marquis de Sainte-Berthilde se mariait dans quelques ennéades et la princesse d’Uldal’Rhiz avait envoyé un cadeau bien spécial pour les nouveaux mariés. Un gage de la bonne volonté de la nouvelle princesse marchande. Restait à savoir ce que le Marquis en ferait.  «Pour le Nord, j’ai prévu un petit cadeau pour le Marquis et sa nouvelle dulcinée. Gage de la bonne volonté d’Uldal’Rihz.» La Vaanie regarda son homologue, question de sonder la réaction de cette dernière. Maralina haussa les épaules avant de continuer; «Mon but était très précis en me déplaçant en péninsule. Montrer mes bonnes intentions et montrer que les idéaux de Faeron ne représentent pas les miens. En espérant que les humains ont compris cette ouverture, ces derniers ne peuvent que bien interpréter nos intentions et ouvrir encore plus les routes commerciales. Soyez sans crainte Milynéa, tout les accords commerciaux ont étés négocier qu’au nom d’Uldal’Rhiz. » Maralina tenta tant bien que mal de rassurer la princesse marchande. Son ascension récente était encore fraîche dans les mémoires et elle ne voulait pas que les autres Princes marchands la voient comme un trouble faite. Se voir déposséder de son empire, et en exil à Naélis était probablement une des pires situations qui ne pourrait jamais lui arriver.


Milynéa pensa un peu trop au goût de la Vaanie alors qu’elle mentionna l’incident du marché libre. Cette dernière semblait cacher quelconques informations et vu la marchandise que la princesse d’Uldal’Rhiz avait perdue durant ce – disons incident - , elle n’avait aucunement envie de jouer. « Ce drame nous affecte tous, nous autres, Prince-Marchand… Mes ressources les plus précieuses ont évidemment été épargnées, d’autres sont irrémédiablement perdus, ou nécessiteront des efforts et du temps pour redevenir ce qu’elles étaient. » Maralina eut une grimace «Soyons honnête Milynéa, cela affecte nos seulement nos affaires personnelles, mais aussi la vision que les marchands venant de l’extérieur ont de nous. Ne pensez-vous pas que le fait que nous n’ayons pas été capables de protéger un de nos marchés ne pourrit pas notre image?» Et c’était vrai, Thaar se devait de remonter la pente, de faire en sorte de montrer que sa puissance n’avait pas été altérée par ce stupide mage et que surtout un tel accident ne se reproduirait pas. «Nous devons faire en sorte de mettre des mesures en place pour que cela ne se reproduise pas. » Et surtout couper la tête aux responsables. « Je m’interroge tout de même sur les raisons... Qu’est-ce qui amena cet elfe à venir d’aussi loin autant que ce qui le conduisit à une telle extrémité… C’était indéniablement un mage puissant. Leurs esprits ne sont pas comme les nôtres, mais ils ne sont pas dénués de raison… »


Maralina porta sa coupe à ses lèvres en haussant des épaules. Elle ignorait les raisons qui avaient poussé le mage à cette aura de destruction, mais elle trouverait la raison bien assez vite lorsque ce dernier ferait face à une mort certaine… «Je n’en ai aucune idée. Mais je compte bien le découvrir bien assez vite. » Trouver les raisons n’était pas une priorité pour la demie-elfe. Elle était une femme d’action et si elle pouvait faire en sorte que cela se reproduise plus, elle y mettrait toute son énergie pour y faire. « Il nous faudra reconstruire, et dans la mesure du possible, prévenir la répétition d’un tel drame, même s’il est difficile de nous préserver des excès d'individus dotés d'une telle force. Bien qu'il existe de précieux mages dont c'est le domaine d'excellence. » Bien évidemment, qu’il reconstruirait. Maralina avait déjà ordonné à quelques bâtisseurs de rebâtir ses comptoirs, et certains seraient opérationnels sous peu. Le problème était l’image désolante et faible de la principauté que le mage avait laissée derrière lui. «Et si ces fameux mages venaient, travailler pour nous? » Si son homologue n’était pas porté à la violence, Maralina n’avait aucunement peur d’y faire face. Elle avait appris à redonner coup sur coup. Mais à être encore plus brutalement que ses adversaires et aussi beaucoup plus sournoisement que ces derniers. N’avait qu’à penser ce qui s’était réellement passé avec Amshet. Mais cela état un détail que personne ne connaissait… Sortant de ses pensées, Maralina fit un sourire sincère à Milynéa avant de lui poser une question extrêmement candide; «Mais pardonnez-moi Milynéa, où sont mes manières? Comment vous et vos affaires se portent?»
Revenir en haut Aller en bas
Milynéa Lythandas
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 80
Âge : 178
Date d'inscription : 15/10/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  125
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]   Mer 31 Oct 2018 - 16:06

D’où pouvait venir ce besoin de se justifier et de rassurer ? Milynéa ne doutait pourtant pas un instant que la nouvelle princesse d’Uldal’Rhiz ait oeuvré au nom et principalement dans l’intérêt de son domaine - qu’elle considère ou non que ce qui lui était profitable profite à la Principauté -, après tout, elle devait asseoir son nouveau statut et le promouvoir avant d’aller plus loin.
Pour le reste, elle pouvait suggéré, proposé de défendre, accordé son appuie à sa guise. Dès lors qu’elle ne s’engageait pas sur les résultats, après tout, c’était à son interlocuteur de prendre la véritable mesure et de ne pas offrir trop en retour et à l’avance.

“Je vous crois suffisamment maligne pour ne pas vous attirer l’ire de vos pairs, Maralina.” Tout du moins, pas si tôt, pour l’avenir, la Dame Blanche la connaissait trop peu pour s’avancer. “Aussi n’ai-je pas à me faire de souci.”

Quoiqu’il en soit, les informations qu’elle lui donna conforta Milynéa dans l’une de ses intentions, qu’elle ne manquerait pas de mettre à l’oeuvre à présent qu’elle savait.
Pour la suite, c’est l’attaque du Marché Libre qui occupait l’esprit de Maralina, et elle se souciait de l’image que cela pouvait donner de l’extérieur. Pour sa part, elle n’y accordait qu’une attention réduite, du fait de la nature de la catastrophe.

“En toute honnêteté, je n’accorde que peu d’importance à ce que pourraient penser quelques marchands étrangers, après ce qui est arrivé.” Elle souriait, semblait s’amuser, même, d’une telle perspective. “Qu’ils en viennent pour se plaindre, pour critiquer ou même pour tenter d’exploiter cet événement et suggérer qu’ils pourraient investir moins… Il est toujours bon d’avoir des noms pour faire des exemples.” Qu’on pense la Dame Blanche “gentille” était une erreur, car elle était juste et honnête et exigeait la même chose, ses partenaires le savaient, mais cela signifiait aussi qu’elle était implacable et terrible pour condamner les fautifs et les gêneurs, ils l’avaient vu les favoriser eux, écraser des concurrents et qu’elle savait aussi bien faire que défaire. “Nous pourrons alors les mettre à l’écart et favoriser leurs concurrents. La ruine des uns, la réussite des autres, c’est une opportunité, non une crainte.” Ainsi, les mauvaises langues seraient toujours minoritaires, condamner au silence. “Un mage aussi puissant est comme une tempête… Il est peu de chose que nous puissions faire pour lutter contre, mais nous pouvons briller en nous relevant et en sortant grandi de cette catastrophe.” La meilleure manière de sortir de là, c’était de montrer avec quelle facilité, avec quelle vitesse Thaar pouvait se remettre et revenir à la normale.

Quand elle évoqua l’idée de faire venir faire travailler des mages pour eux, Milynéa ne put s’empêcher de se demander comment Maralina voyait la chose. Pensait-elle qu’il suffisait de débourser suffisamment d’or pour s’acheter la fidélité, la loyauté et les services ? Pour des mages ordinaires, c’était une possibilité, même si d’elle-même, elle aurait tendance à considérer que le nombre ne garantissait ni la qualité, ni la sécurité, au contraire… Quant aux mages d’un niveau supérieur, c’était certainement une autre histoire, d’autant qu’ils étaient des êtres plus indépendants et excentrique, difficile à gérer et à contrôler. En avait-elle conscience ?

“Convaincre ce genre d’individus et s’assurer qu’ils ne deviendront pas eux-mêmes une source de problème n’est pas aussi simple que d’employer des mercenaires, Maralina. Car ils sont conscients qu’ils nous sont plus précieux et nécessaire que l’inverse... Du moins, c’est ce que celui que je suis parvenu à faire venir à mon palais après les événements du Marché Libre m’a fait comprendre.” Mais fort heureusement, le sien ne pouvait devenir un vecteur de destruction… Un précieux façonneur, maître dans l’art de la défense mais dépourvu des qualités et des volontés d’un agressif. “Mais nous pouvons éventuellement nous rapprocher du Firmament pour voir ce qu’il peut nous proposer.” Ce n’était pas suffisant, mais c’était aussi une occasion de se rapprocher de cette guilde récemment installé - quelques années à peine - et d’y investir pour l’avenir.

Finalement, la Princesse d’Uldal’Rhiz s’enquit de ses affaires, ce à quoi elle décida d’offrir un peu plus, en se gardant bien de trop en dire, surtout sur certains sujets.

“Mes affaires se portent bien. Certains projets avancent, et après tant d’années à développer et à bâtir les bases de ma contribution à l’art et aux divertissements, à travers toute la principauté, l’idée de véritablement le faire rayonner au-delà devient de plus en plus concrète.” C’était l’un des buts admis de la Dame Blanche, sur lequel elle investissait et consacrait de nombreux efforts depuis plusieurs décennies. Avant elle, le nom des Lythandas n’était absolument pas associé à cela, aujourd’hui, en Principauté, c’était devenu une évidence. D’ici quelques années, elle disposerait de fondation suffisamment solide pour le promouvoir ailleurs.

“Pour le reste… Si on écarte les problèmes qu’il faut gérer, ma foi… Je n’ai pas à me plaindre. Un de mes collaborateurs m’est revenu d’Anaëh, avec de bonnes nouvelles et de prometteuses perspectives pour l’avenir, ainsi que deux précieux oeufs de dräkes. Ces créatures autant que la relation que l’on peut nouer avec me fascinent… J’espère que l’un d’eux m’accordera ce plaisir.” Des perspectives dont elle ne pouvait pas davantage parler, mais dragon et dragonnier étaient bien parvenu à Alëandir. Il n’oublierait pas et l’honneur lui rappellerait la dette qu’il a contracté…
Revenir en haut Aller en bas
Maralina Irohivrah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 159
Âge : 27
Date d'inscription : 09/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  98 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]   Ven 9 Nov 2018 - 23:14


Maralina observait attentivement les réactions de son homologue, tentant tant bien que mal de trouver une expression, une étincelle de surprise. Mais rien, la Dame Blanche de Thaar sembla rester de marbre devant ses propos;  «Je vous crois suffisamment maligne pour ne pas vous attirer l’ire de vos pairs, Maralina.» Bon signe, son voyage en péninsule ne sembla pas avoir trop dérangé les autres princes marchands. Après tout, ce n’était pas comme si elle y avait été sans invitation…  «Aussi n’ai-je pas à me faire de souci.» Maralina fit un sourire à Milynéa. «Non en effet, sachez que je n’ai que de bonnes intentions. » Ce n’était pas faux. Le commerce était à la base des négociations de la princesse, tout ce qu’elle recherchait pour le moment était d’agrandir son empire. Certes l’empire qu’elle avait récupéré d’Amshet n’était pas rien, mais un monopole sonnait beaucoup mieux dans l’esprit de la jeune princesse. Ensuite vint la fameuse conversation sur le fameux Loethwill. Maralina ne s’empêcha pas de perdre son sourire à la remarque de Milynéa;  «Un mage aussi puissant est comme une tempête… Il est peu de chose que nous puissions faire pour lutter contre, mais nous pouvons briller en nous relevant et en sortant grandi de cette catastrophe.» Oh certes, Mara allait se relever de cette catastrophe, encore plus grande qu’elle ne l’était maintenant. Ses projets ne venaient que de commencer et il y avait d’énormes possibilités qui s’offraient à elle, ne restaient qu’à positionner tous les pions.


«Convaincre ce genre d’individus et s’assurer qu’ils ne deviendront pas eux-mêmes une source de problème n’est pas aussi simple que d’employer des mercenaires, Maralina. Car ils sont conscients qu’ils nous sont plus précieux et nécessaires que l’inverse... Du moins, c’est ce que celui que je suis parvenu à faire venir à mon palais après les événements du Marché Libre m’a fait comprendre.» Non en effet, la princesse repensa au vieil elfe qu’elle avait vu à Naélis. Ce dernier avait tant de talent… Tant de possibilités auraient pu s’offrir a lui, mais non il avait décidé d’utiliser ses pouvoirs pour amuser la stupidité humaine… Quelle perte! Mais au final, tout le monde avait un prix… «Mais nous pouvons éventuellement nous rapprocher du Firmament pour voir ce qu’il peut nous proposer» Quelle bonne idée! Après tous, cette guilde n’était pas si loin. La demie-elfe  eut un léger sourire avant de se proposer; «Si vous me le permettez, j’ai quelques projets dans les prochaines ennéades qui me conduiront dans cette partie du monde. Il me fera plaisir d’aller leur parler au nom de Thaar.» Mieux valait faire ses preuves de négociatrice avec quelques mages un peu fous, cela pourrait aisément aider sa réputation auprès de ses consœurs et ses confrères. «Mes affaires se portent bien. Certains projets avancent, et après tant d’années à développer et à bâtir les bases de ma contribution à l’art et aux divertissements, à travers toute la principauté, l’idée de véritablement le faire rayonner au-delà devient de plus en plus concrète.» Ah bon, la dame blanche voulait élargir ses activités? La Vaanie eut un air surpris;  «Pour être honnête, je croyais que vos activités se trouvaient déjà  beaucoup plus loin que Thaar.» Une surprise innocente, non feinte.  Maralina avait eu vent du voyage de la dame blanche à Naélis, mais n’avait toujours pas su les détails de la quelconque entente de son voyage. «Pardonnez-moi, j’ai cru qu’après votre voyage a Naélis, vous étiez arrivé a quelconque entente. » Mieux valait ne pas révéler la propre entente qu’elle avait faite avec Glenn. Après tout ce dernier lui avait donné un sauf-conduit, et c’était ses gardes qui l’avaient sortie de l’Aduram en vie.


La demie-elfe fut sortir de ses pensées par la dame blanche qui continua «Pour le reste… Si on écarte les problèmes qu’il faut gérer, ma foi… Je n’ai pas à me plaindre. Un de mes collaborateurs m’est revenu d’Anaëh, avec de bonnes nouvelles et de prometteuses perspectives pour l’avenir, ainsi que deux précieux oeufs de dräkes. Ces créatures autant que la relation que l’on peut nouer avec me fascinent… J’espère que l’un d’eux m’accordera ce plaisir.» La princesse d’Uldal’Rhiz haussa un sourcil d’étonnement, et bien cela était une nouvelle qu’elle n’attendait pas du tout de la part de la Dame Blanche. Elle s’était toujours imaginé que cette dernière était douce et gentille, sans un ombre de malice, presque naïve. Mais Milynéa était bien loin de cela. Au contraire, elle avait devant elle, une demie-elfe cultivée et une marchande dévouée qui ne reposait pas uniquement sur son nom de famille. Maralina alla s’asseoir sur un des canapés qui étaient près d’elles. «Je dois vous avouer Milynéa que je suis bien contente de vous avoir rencontré ainsi. Disons que vous êtes bien loin de tout ce que j’avais pu imaginer » La Vaanie devait en savoir plus sur son homologue, «Alors dites-moi ce qui vous a poussé dans le domaine de l’art? Après tout, ce n’était définitivement pas le domaine que votre famille avait visé en premier lieu…» Maralina affichait un air sérieux, quoiqu’on pouvait voir la légère étincelle de curiosité dans son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Milynéa Lythandas
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 80
Âge : 178
Date d'inscription : 15/10/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  125
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]   Sam 10 Nov 2018 - 9:28

Les “bonnes intentions” de Maralina, Milynéa les éprouverait, elle ne se fiait évidemment pas à ses seuls mots. Mais l’expérience l’amenait à refuser de préjuger, ni de se reposer sur le jugement d’un autre. Elle avait son propre regard, et le temps lui dirait si cette nouvelle princesse était digne d’intérêt et une possible partenaire. Quand elle se proposa d’aller parler au Firmament, c’était pour la Dame Blanche une opportunité, et d’autres Prince-Marchands y verraient la même chose, assurément. C’était une suggestion jetée aux vents, mais une occasion de tester la nouvelle sans grand risque.

“En ce qui me concerne, je n’y vois pas d’inconvénient, mais gardez à l’esprit ce qu’il est facile de perdre de vue, par habitude. Lors de cette visite, vous pouvez parler, proposer, mais ne prenez aucun engagement. Ce que vous devrez ramener au Conseil, c’est une série de proposition, des informations, non des promesses qu’il devrait tenir.” C’était dit sans penser à mal, un conseil de la part de celle qui avait maintes fois représenter les intérêts du Conseil au cours des années, mais qui savait, surtout au début, qu’il était délicat de savoir se détacher, de perdre l’habitude de pouvoir parler pleinement en son nom. C’était les recommandations d’une aînée souhaitant le succès de sa cadette.

La surprise de Maralina révéla, d’une certaine manière, les restrictions que cette dernière se posait. C’était aussi un témoignage de la réussite de son entreprise débuté des décennies plus tôt. Mais elle choisit d’en parler, tout en occultant pour l’heure le résultat de ses échanges avec le Roi de Naelis… Certains chantiers nécessitaient du temps, et la patience était une des qualités que sa jeunesse lui avait inculqué.

“C’est le cas, pour certaines de mes activités.” Ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier, diversifié sans pour autant chercher à s’imposer partout et ne pas s’attirer l’inimité de ses pairs, et la Dame Blanche avait tant investi pour se draper du costume de Grande Mécène et s’assurer qu’il fasse ombre à tout le reste qu’il était difficile de prendre la mesure de ce qui était son domaine commercial. Que ce soit elle, ou sa clientèle, elle était déjà sortie des frontières de la Principauté. “Mais très peu en ce qui concerne celle qui m’intéresse le plus… De mon intérêt pour l’art et le divertissement, je n’ai guère que quelques bardes ici et là, dans quelques ports du royaume de Diantra.” Maralina pouvait elle saisir le jeu double de ces quelques pionniers ? “C’est cela que je souhaite étendre à présent qu’elle s’épanouit ici, en Principauté, suffisamment pour envisager de la faire rayonner.” Le contraste pouvait être marquant, entre la jeunesse débordant de l’envie de grandir le plus vite de Maralina, et le calme, la patience, l’absence de la moindre précipitation de Milynéa… Peu d’années les séparaient, mais l’influence du sang des elfes dans leurs veines pesaient certainement son poids.

Quand elle s’intéressa aux origines de son intérêt pour l’art, la Dame Blanche y vit l’occasion de briser la glace, de rompre avec la distance convenue entre deux femmes de leur rang. Elle pouvait représenter une alliée pour l’avenir, à minima, une partenaire évidente dans les soirées de ce genre, l’une et l’autre apportant deux formes de divertissements indispensables. Elle décida et accepta de confier ce que peu savent réellement.

“Oh, mais les Lythandas ne l’ont même jamais envisagé… Ils ont acquis en profitant de la disparition des nisétiens, investis intelligemment dans la Thaar naissante pour y bâtir fortune et influence en même temps qu’elle grossissait.” Un sous dormant dans un coffre est perdu, il faut qu’il travaille, à chaque instant il doit oeuvrer à en apporter d’autres. Rien n’était jamais figé, surtout pas l’or, car ce dernier est volatile, mais la terre, la pierre… et l’art sont d’une nature plus stable. C’était en tout cas la philosophie de ses ancêtres, particulièrement de son grand-père. “Mon grand-père considérait notre palais comme un témoignage suffisant de sa réussite personnelle, et confiait la suite à la génération suivante… Mon père se contenta de poursuivre son oeuvre, sans y offrir néanmoins une contribution qui lui survivrait…” Elle n’avait rien contre son père, contre le fait qu’il n’ait rien apporté de nouveau, mais par essence, elle ne s’inscrivait pas dans sa continuité.

“Ça n’est pas de ce côté de la famille que se situe les origines de mon intérêt pour l’art.” Si les Lythandas, la branche vaanie - et nisétienne - de la Dame Blanche était connue, ses origines maternelles étaient bien moins connus… On les savait situé en Anaëh, mais si elle s’évertua à imiter son modèle, si elle lui rendit de nombreux hommages discrets, elle n’en parlait que rarement.

“Par ma mère, je suis originaire de l’île d’Holimion, à l’extrême nord-est d’Anaëh. J’y suis née et y ai vécu mes premières années. Là-bas vivait celle qui devint un modèle pour moi, une source d’inspiration. Rhîn Rhiwhiril, la véritable Dame Blanche. Pour mes yeux d’enfant, c’était une femme magnifique, une magicienne hors pair et une artiste. Là-bas se trouve son jardin aux statues… Un lieu étrange dans laquelle elle exerçait son art et sa magie, façonnant la pierre et la glace pour en produire des chefs d’oeuvres.” Pour qui avait eu l’occasion de visiter son palais, les échos d’un tel lieu était évident… Les statues y étaient nombreuses, représentations immortelles d’artistes et de grands maîtres, quoiqu’on ignora certainement qu’elles étaient pour la plupart l’oeuvre de la Princesse-Marchande. Cela donnait également un sens à une grande peinture située dans un salon dont le thème était l’Anaëh, représentant une grande femme autour de laquelle se diffusait une espèce d’aura luminescente évoquant la lumière de la lune, droite, au milieu d’une forêt de statues, dans les bois.

“La Dame Blanche d’Holimion m’inspira tant que je voulus l’imiter… J’appris la magie et l’art une fois qu’on m’amena à Thaar et développa cette usage artistique qu’elle employait dans son jardin. L’art devint naturellement mon domaine privilégié, car j’avais le temps pour apprendre, femme piégée dans un corps d’enfant jusqu’à ce qu’une très longue vie d’homme ne se soit écoulé.” C’était une chose connue, surtout à l’époque… Son père, vieillissant, amenant avec lui ce qui paraissait encore une jeune adolescente… Les marchands naïfs ou idiots ne devinant pas que cette petite chose cachait l’esprit d’une femme ayant bien souvent vécu davantage qu’eux.

“Mon grand-père bâtit un palais de pierre pour qu’on se souvienne de lui… Le mien sera composé d’une myriade d’oeuvres diverses, de l’influence et de l’inspiration que suscita et suscitera après moi mon investissement.” Elle ne souhaitait pas vraiment s’illustrer dans les récits historiques, non, elle désirait qu’on se souvienne d’elle comme la plus grande mécène, celle qui apporta et contribua le plus à la pérennité d’un art vaanie. Ainsi deviendrait-elle immortelle, au-delà des siècles qu’elle espérait lui rester à vivre.

“Et vous, Maralina, avez-vous commencé à envisager ce que vous souhaitiez bâtir ? Ce qui vous survivra, la manière dont on se souviendra de vous, dans les siècles à venir ?”
Revenir en haut Aller en bas
Maralina Irohivrah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 159
Âge : 27
Date d'inscription : 09/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  98 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]   Dim 11 Nov 2018 - 16:45


La conversation allait bon train entre les deux princesses marchandes. Lorsque vint la question d’approcher la guilde du firmament, Milynéa n’hésita pas à lui dire son opinion; «En ce qui me concerne, je n’y vois pas d’inconvénient, mais gardez à l’esprit ce qu’il est facile de perdre de vue, par habitude. Lors de cette visite, vous pouvez parler, proposer, mais ne prenez aucun engagement. Ce que vous devrez ramener au Conseil, c’est une série de propositions, des informations, non des promesses qu’il devrait tenir.» Maralina hocha la tête, elle en avait été toujours consciente de ce  qu’elle devait faire lorsqu’elle représentait la principauté. C’était pourquoi elle s’était déplacée au nom d’Uldal’Rhiz en péninsule et non au nom de Thaar. Au moins la, elle pouvait prendre des décisions sur-le-champ, et n’aurait pas besoin de présenter multiples options a d’autres princes marchands qui tenteront probablement de mettre des bâtons dans les roues de la jeune princesse. Après tout, cela ne faisait que quelques ennéades qu’elle eût prises son trône, elle semblait encore avoir des preuves à faire dans la tête de ces derniers.


La conversation se transforma rapidement lorsque Maralina se mit à poser des questions sur la vie de Milynéa. Elle avait l’impression que la conversation était devenue plus légère, moins encrée dans le rigide protocole qu’étaient généralement les conversations entre Princes Marchands. Maralina écouta attentivement l’histoire de sa consoeur et ne manqua pas de noter certains détails qui pourraient être habilement utiles pour la principauté. «Mais très peu en ce qui concerne celle qui m’intéresse le plus… De mon intérêt pour l’art et le divertissement, je n’ai guère que quelques bardes ici et là, dans quelques ports du royaume de Diantra.» C’était une bonne nouvelle, si quelconques événements arrivait dans la principauté, on pourrait se servir de ces bardes pour rependre un message beaucoup plus favorable. Cela n’empêcha pas penser qu’elle et Milynéa avaient un comportement complètement différent. Tandis que Maralina démolissait violemment  tout ce qui se dressait sur son chemin et tentait de conquérir tout ce qu’elle pouvait, Milynéa, elle, semblait prendre sont temps, prendre le temps d’analyser chaque décision, chaque mouvement. Certes, Milynéa avait hérité de l’empire de sa famille, tandis que son homologue, elle avait tout pris elle-même. C’était après la tragique mort de son père qu’elle avait hérité des quelques commerces d’esclave et du réseau d’herbe médicinale que sa famille avait monté. On ne pouvait pas nécessairement dire qu’elle avait hérité de grand-chose.  Milynéa continua sur les souvenirs de sa mère, ou selon de ses dires de la seule et unique dame blanche de Thaar, ce qui fit sourire Mara. Milynéa semblait chérir ses souvenirs plus que tout au monde et Maralina aurait tout donné pour avoir les mêmes. Puis vint finalement la fatidique question;  «Et vous, Maralina, avez-vous commencé à envisager ce que vous souhaitiez bâtir ? Ce qui vous survivra, la manière dont on se souviendra de vous, dans les siècles à venir ? »


Maralina prit une gorgée de son verre de vin avant de répondre. Comment répondre à cette question sans insulter personne ? «Vous savez probablement que ma famille a toujours été présente dans les commerces de Thaar. Mon grand-père avait établi un réseau assez brillant pour faire bâtir le manoir Irohivrah. Mais hélas, la montée de Amshet dans nos marchés a durement touché ma famille et nous avions peine à survivre ». C’était une des raisons pourquoi elle avait détesté cette demi-drow. Cette soi-disant princesse-esclave qui avait failli éteindre le nom de sa famille. «Mon but a toujours été que notre famille retrouve la grandeur d’antan. Ce que je crois que j’ai réussi. » La deuxième partie risquait d’être un plus difficile a faire. «Je veux que les gens se souviennent du nom Irohivrah, que notre maison soit vue comme une des figures importantes pour la principauté. Le genre de famille qui la fait grandir, qui la fait rayonner hors de l'Ithri'Vaan» Maralina eut un rire nerveux. «Disons que j’ai beaucoup de travail a faire pour y arriver dont celui d’agrandir mes activités » Et quel travail! Agrandir son empire plus loin que la principauté s’avérait une tâche beaucoup plus ardue que ce qu’elle avait espéré. La péninsule semblait être un nid de vipères dans lesquels on devait non seulement se prouver le plus fort, mais aussi le plus rusé.  Tandis qu’assuré  sa descendance était un sujet qui lui prendrait beaucoup de plus. Elle avait toujours rêver d’avoir la famille qu’elle n’avait jamais eue et trouver l’homme parfait s’avérait être une tâche beaucoup plus ardue que la Vaanie avait espérait. Néanmoins Maralina devait rester les pieds sur terres, il y avait des tâches beaucoup plus importantes que ces menus détails. La princesse plongea son regard dans celui de son homologue avant de continuer; «Je dois avouer que je vous trouve chanceuse d’avoir eu une –personne telle que la Dame Blanche qui vous a a accompagné pendant votre enfance. » La Princesse Marchande fit un sourire triste «Ma mère est morte en me donnant naissance, j’ai toujours eu l’impression que mon père me tenait responsable de la mort de cette dernière.» Et c’était peu dire. Toute sa vie, Maralina avait tenté de prouver qu’elle était digne de son père, qui lui ne faisait que la rabaisser. Maralina secoua doucement la tête comme pour enfouir les douloureux souvenirs qui faisait surface et  regarda la dame blanche, «J’ai beaucoup d’admiration pour vous Milynéa, j’ose espérer que cette rencontre est le début d’une longue collaboration ».
Revenir en haut Aller en bas
Milynéa Lythandas
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 80
Âge : 178
Date d'inscription : 15/10/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  125
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]   Mer 5 Déc 2018 - 19:13

“N’avez-vous eu aucun personnage, dans votre entourage ou dans les contes et les légendes, vous ayant donné quelques envies de les imiter, Maralina ? La Dame d’Holimion était cela, à l’instar d’un champion d’arène ou d’un chevalier dont les garçons aiment à reproduire dans la rue les exploits vu quelques jours auparavant.” Elle avait la même distance, et Milynéa apprit la raison plus tard… La Dame Blanche d’Holimion n’était que le spectre de celle qu’elle aurait dû être, brisé dans une course au pouvoir, du fait de sa témérité et de son envie de surpasser sa rivale… Cette magie qu’elle admirait à l’époque, pâle compensation d’un talent gâché et anéanti.

“Vous semblez envier ma prime jeunesse, mais n’auriez certainement pas désiré les décennies qui suivirent… Car il me fallut près d’un siècle pour apparaître comme une adulte, et je vis tant et tant de regards de jeunes garçons et de jeunes filles, jouant avec moi, grandir et s’affirmer, abandonnant l’habit de la jeunesse pour revêtir celui des adultes, me considérant d’abord comme la camarade de jeu, et finissant par me regarder avec hauteur, comme une enfant.” C’était le revers de la médaille dont elle profitait désormais. “Vous n’auriez pas désiré le regard hautain d’hommes et de femmes que je dépassais, en âge et en expérience, tandis que j’accompagnais mon père vieillissant, femme dans un corps de jeune fille… Et lorsqu’il s’éteint et que je lui succéda et qu’il fallut faire comprendre à ces adultes qu’ils devaient cesser d’y voir une adolescente, et considérer l’héritière des Lythandas.” Mais contrairement à Maralina, elle semblait davantage s’amuser de ses souvenirs qui l’avaient néanmoins marqué.

“Nous ne sommes pas chanceuse, Maralina, ni vous, ni moi.” C’est à dessein qu’elle suggéra qu’elle partageait quelque chose, et poursuivit. “Nous ne devons pas notre place à la chance, mais à la manière dont nous avons saisi l’opportunité qui fut présentée.” Elle-même n’était pas une simple héritière… Ses pères lui offrirent des moyens dont elle s’était saisie pour créer sa propre réussite… Il en était de même de Maralina. “Vous n’avez pas connu votre mère, c’est dommage, et votre père vous a méprisé pour cela… Qu’il soit remercié.” Provocation ? Que nenni. “En le faisant, il vous a insufflé la volonté de lui démontrer son erreur… Que vous ayez été choyée, vous n’auriez peut-être pas acquis la force de vous défaire de votre rivale et n’auriez pas obtenu votre place. Remerciez votre père, et souriez face à son erreur et devant ses quelques succès qui ne sont qu’ombre devant les vôtres… Et ne le laissez pas conserver l’idée qu’il ait pu un jour vous blesser.”

Elle ne répondit pas à l’admiration que lui témoigna Maralina, autrement que par ces mots. Mais elle y injecta une énergie certaine, un fragment de la volonté qui était sienne, de la vitalité qu’elle mettait dans ses oeuvres. L’avenir dirait si Maralina devait devenir une alliée ou une adversaire… Mais il fallait qu’elle devienne forte, davantage, car Thaar ne pouvait être dominée par des faibles, encore moins par des individus se reposant sur une chance hasardeuse.

Elle finit par lever son verre.

“A tout ce que la vie nous donne autant qu’à ce que nous devons lui arracher !”
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Découverte au cœur du plaisir souverain. [Mara]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partie de plaisir
» découverte d'un FNI: félin non identifié! (pv fely) sujet clos
» Praline douce caniche moyen 10 ans SPA DE PLAISIR (78)
» Une étrange découverte
» On reconnaît la passion à l'interdit qu'elle jette sur le plaisir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Thaar :: Les Soieries (Haute-Ville)-
Sauter vers: