Partagez | 
 

 Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]

Aller en bas 
AuteurMessage
Griffon de Langehack
Humain
avatar

Nombre de messages : 34
Âge : 21
Date d'inscription : 22/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   Sam 6 Oct 2018 - 20:15

Griffon signa le document et remercia son fils d’un hochement de tête. Le seigneur de Sorrault avait demandé à son fils de rédiger la lettre dictée parce que son père était loin de maîtriser la calligraphie. De plus ça permettait à Théodoric d’apprendre un ou deux trucs même si l’adolescent n’avait visiblement pas fait attention à ce qu’on lui disait d’écrire. Il déposa de la cire fondue puis Griffon imprima le blason de sa famille grâce à sa chevalière sigillaire. Le seigneur des lieux sortit dans la cour du château où attendait un Lars déjà à cheval. Le chevalier prit la lettre qu’on lui tendit et la plaça dans une besace de cuir qu’il portait en bandoulière et s’en alla pour Amderran ; même s’il allait sans doute s’arrêter un jour ou deux pour, entre autre, boire à Leliande.

Au seigneur Alcion d’Amderran, puisse les dieux vous sourire.



Je ne compte pas enrober ce que j’ai à vous dire dans des flatteries aussi vaines que creuses, ce qui vous permettra de gagner du temps : c’est toujours ça de moins à lire. Sans doute savez-vous que j’aspire au marquisat, après tout quoi de plus normal, le marquisat et moi-même partageons le même nom. Si l’on considère la naissance, il est clair, grâce à la Damedieu, qu’il fait parti du fisc de la couronne et des biens qui, par la faveur de ladite couronne, me revient de mes ancêtres par droit héréditaire. Si l’on considère la valeur du service, peut-être savez-vous que j’ai versé mon sang et celui des ennemis du royaume a de nombreuses occasions pour que le bien triomphe et que tout ce qui est juste soit sauvegardé. J’écris aujourd’hui cette lettre pour qu’enfin soit placé sur le trône du marquisat quelqu’un de légitime ; j’écris aujourd’hui pour défendre mes droits au marquisat sous l’emprise de la nécessité. En effet comment puis-je renoncer à défendre mon honneur? J’en atteste Néera et mon âme, je préférerait mourir honoré que vivre dans l’opprobre! Qu’un de Langehack vive et n’ait pas comme fief le marquisat du même nom est une injure que d’aucun ne peut tolérer ; regardez donc: lorsqu’une autre famille a pris les rênes du duché ce dernier n’a fait que pérécliter, que décliner jusqu’à perdre même son titre de duché, n’est-ce pas là la plus grande insulte qu’on puisse faire à tout langecin qui se respecte? J’en viendrai presque à penser que les dynasties précédentes ont perdu le soutien bienveillant de la Damedieu, comment autrement expliquer leurs décisions si mal avisées? Je crois qu’il faut le retour de la seule et unique famille digne de régner sur le marquisat pour que ce dernier retrouve enfin sa gloire d’antan ; qu’enfin Langehack retrouve sa place méritée parmis les duchés du royaume et qu’enfin la couronne puisse compter sur le marquis de Langehack. Qu’enfin la Damedieu et les autres divinités qui sont bonnes et justes sourient à nouveau à notre merveilleuse contrée et que l’on puisse oublier ces détestables années qui ont vu le duché sombrer.

Pour finir, voulez-vous réellement que la pauvre Linaëlle subisse la lourde charge de diriger, après tout ce qu’elle a subi? C’est se montrer généreux, que dis-je généreux, c’est se montrer miséricordieux et magnanime que de la décharger de ce fadeaux que j’accepte de porter à sa place pour son bien et le bien commun. Laissons la petite vivre tranquillement dans un monastère, s’y réfugier, loin de tous les problèmes qui pourrait faire naître en elle une quelconque détresse. Après tout si quelqu’un a mérité de se reposer et d’oublier, c’est bien elle.

J’espère, par la grâce de Néera, que vous verrez la sagesse de mes paroles, maintenant plus que jamais le royaume a besoin d’un Langehack soudé donc puissant ; un Langehack sans conseil de régence, uni autour d’un marquis qui sait récompenser la loyauté et qui n’a en tête que les intérêts du marquisat et de ses fidèles vassaux. Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous.

Griffon Henrry Louis Abseyrde de Langehack, seigneur de Sorrault.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1188
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   Mer 31 Oct 2018 - 18:30


Arrogance.

Voilà la seule chose qui suintait de cette missive. Un homme. Un Langehack qui s’était terré des années durant venait de décider de refaire surface et de crier haut et fort qu’il était, lui, le véritable Duc légitime de Langehack.

Pfah ! Alcion en riait à gorge déployée.

Une coupe de vin à la main, cette missive dans l’autre, pendant un instant, le triste destin de celle-ci s’approchait doucement mais sûrement de l’âtre embrasé de la chambrée du Sieur. Sans doute l’alcool avalé en quantité durant cette soirée n’aidait en rien l’esprit ambitieux de cet homme dont les réels objectifs n’ont pas encore été décelés par le Langecin.

C’est là que son regard se perdit dans le fond de sa coupe où quelques goûtes du liquide rougeâtre lui renvoyait encore un léger reflet. S’adonnant à une réflexion plus poussée qu’à la première lecture de cette missive, le sieur d’Amderran se perdit à examiner les options qui s’offraient à lui.

Son siège au conseil de Langehack: il l’avait négocié, ardemment, par un lien maritale établi avec les Lancrais. Néanmoins, malgré cette alliance, il ne pouvait ôter de son cœur cette tenace rancœur qu’il tenait envers cette famille. Sa position était donc délicate. Au pouvoir, qu’il partageait néanmoins, mais obligé de ployer le genou face à une famille qu’il n’a jamais reconnu comme légitime face aux Seraphins, voilà qu’un plus si jeune coq sortait enfin de l’ombre pour agiter une légitimité vieille de plusieurs dizaines d’années comme une évidence à sa montée sur le trône. Dorénavant confronté à l’éventualité d’un tout autre choix, et malgré l’alcool qui semblait altérer sa réflexion, le Sieur d’Amderran envisageait sagement de changer son jeu sur l’échiquier.

Une réponse courte mais concise fut envoyée à l’arrogant seigneur de Sorault. Aucune mention à la missive n’y fut glissée: celle-ci annonçait simplement son arrivée au castel de l’héritier de Langehack.

Sur place, Alcion ne put s’empêcher de sourire en constatant l’état des lieux. Un simple marais où les cultures se faisaient rares, un castel à l’architecture simple qui n’affichait aucune extravagance. C’est là qu’il se rappela que le seigneur des lieux n’avait aucun poids suffisant pour réclamer le trône si ce n’était que son propre nom. Sans doute était-ce pour cela qu’icelui cherchait à se faire des alliés auprès des puissants seigneurs du Langecins: encore fallait-il qu’il y mette le prix.

Arrivé au Castel, on l’annonça bien vite à son hôte. Les deux hommes s’adonnèrent aux salutations de base avant de se retrouver en privé.

- Eh bien. Je suppose que vous ne doutez pas un seul instant de la raison de ma venue cejourd’hui.  Aussi bien, je ne tergiverserais pas: j’ai lu votre missive avec toute l’attention qui m’étais possible d’obtenir à ce moment-là.

Alcion fit une pause, coupe à la main pour regarder Griffon dans le blanc des yeux.

- Vous êtes plutôt culotté d’envoyer une telle déclaration à un membre d’un conseil qui soutien publiquement Linaëlle de Lancrais.

Un franc sourire lui fut offert puis il enchaîna.

- Néanmoins, je n’ai pas traversé tout le pays simplement pour vous congratuler sur le fait que vous avez du cran. Je n’ai pas non plus envie de m’attarder trop longtemps. Alors allons à l’essentiel: que souhaitez-vous, comment comptez-vous vous y prendre et surtout, qu’offrez-vous ?

L’entretien à huit clos allait soit se dérouler dans une rapidité extrême, soit prendre toute la nuit.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Griffon de Langehack
Humain
avatar

Nombre de messages : 34
Âge : 21
Date d'inscription : 22/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   Sam 3 Nov 2018 - 0:18

Lorsqu'un messager arriva à la herse de Sorrault on lui proposa de se reposer autour d'un repas dans le corps de garde mais il refusa ne demandant qu'une monture fraîche qui lui fut accordée. Griffon rendait la justice dans le hall de son château lorsqu'un homme d'arme entra dans la pièce, arrêtant les sempiternelles gémissements de deux paysans. Dans un souffle le châtelain remercia Néera de cette interruption providentielle. Une fois le message entre les mains Griffon sourit en voyant le blason dans le cachet de cire et congédia le garde puis d'un hochement de tête s'en alla pour laisser à Kurt son devoir d'arbitre. Une fois dans ses quartiers il brisa la cire et se mit à lire. La visite d'Alcion était la bienvenue évidemment mais que faire de l'absence total de référence à sa lettre? Pas un mot, rien. Devait-il croire qu'il venait à Sorrault pour l'arrêter? Après tout ce que Griffon avait envoyé pouvait être considéré comme de la trahison par quiconque ne cherchant qu'un prétexte pour se débarrasser de lui. Cela dit il n'aurait sans doute pas eu de message le prévenant si c'était le cas. Alcion était-il surveillé au point de ne pas pouvoir envoyer une simple missive sans qu'elle risque d'être lue par quelqu'un d'autre? Il siégeait au conseil de régence il n'était donc pas invraisemblable que les autres gardent un œil sur lui mais que diraient-ils s'ils savaient qu'il avait rendu visite à Griffon? Le châtelain poussa un soupire, ça ne servait à rien d'y réfléchir maintenant, il lui fallait préparer la venue d'un futur allié, du moins l'espérait-il.

Alcion arriva bien vite et après les salutations de circonstances Griffon l'invita dans la salle à manger puis congédia les serviteurs d'un geste impatient. Le châtelain écouta, cachant derrière sa coupe son étonnement. Insulter son hôte n'était pas d'une politesse remarquable mais ça en disait long sur le personnage et ses intentions : un marchand ambitieux plus qu'un diplomate subtil. Lorsque le seigneur d'Amderran eut fini de parler Griffon avala une gorgée de vin afin de gagner quelques secondes, pour remettre de l'ordre dans ses pensées.

"La fortune sourie aux audacieux, pour le moment mon audace ne m'a pas fait défaut alors pourquoi m'arrêter maintenant?" Griffon posa sa coupe et mit ses deux mains à plat sur la table en bois massif. "Soit, vous avez raison allons à l'essentiel, mon temps est aussi précieux que le vôtre. Ce que je veux? Le marquisat." Le châtelain rendit son sourire à Alcion, parler librement était dangereux mais être franc avec un homme qui avait fait le premier pas était la moindre des choses. "Comment? Attendre que Linaëlle de Lancrais se retire dans un couvent ce qui fera de moi le seul hériter légitime, le seul choix pour éviter une guerre civile ; entre un conflit dans le langecin qui risque d'enflammer le reste du royaume et placer un de Langehack sur le trône du marquisat je pense que la couronne ne va pas hésiter longtemps." Il arrivait à la partie délicate, il plongea son regard dans celui d'Alcion et laissa quelques secondes de silence afin que ce dernier intègre ce qui venait d'être dit. "Ce que j'offre? La fin des Lancrais. La fin d'usurputeurs." Un large sourire apparut sur les lèvres de Griffon à cette délicieuse idée. "Plier le genoux, se soumettre à quelqu'un qui ne le mérite pas n'est-il pas la pire chose qui soit?" Un frisson de dégoût remonta sa colonne vertébrale lorsqu'il se rappela sa génuflexion devant la petite marquise. "Aussi satisfaisant que ça puisse être ce n'est pas tout. Une fois marquis il me faudra m’entourer de conseillers, de gens à qui je pourrai donner des rôles clés dans un marquisat reforgé ; si les titres, les responsabilités et autres privilèges ne vous intéressent pas j'ai des enfants à marier." Griffon avala une autre gorgée de vin.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1188
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   Dim 4 Nov 2018 - 21:33


Alcion d'Amderran resta coi, tandis qu'il remua la lampée rougeâtre du fond de son verre. Il constata - à regret - qu'on ne buvait guère de bon vin ici : un petit dépôt déjà se formait dans le fond, laissant sur la langue la même sensation âpre que le discours de son hôte. A la longue peut-être s'était-il fait à la vie dans la grande ville : loin de sa cité portuaire, mais plus proche de ce qu'il désirât le plus au monde, il vivait dans un luxe modéré. Le conseil faisait bon usage de sa stature, implantant un régime ralentit - une dormance dirait certains - qui avait pour avantage d’endormir les derniers belliqueux. Aussi, sûrement, avait-il jugé trop hâtivement le brave garçon qui se tenait là à sourire béatement ; il n’était pas arrogant mais bien fol. Fil dingo même de croire que le noble lui accorderait un tant soit peu de crédit. Il était aussi mauvais en politique que sa fichue bouteille, et l’amère constatation lui tira une moue dégoutée. En venant ici, il s’était déjà bien compromis, mais il aurait espéré que le jeunot ait autant de burnes qu’il l’avait laissé entendre dans sa missive.

Ah qu’il lui manquait le temps des Séraphins ! Cette époque où sa terre était prospère et où la légitimité ne poussait pas avec les poils de barbe. Même si son poste aujourd’hui était bien plus intéressant qu’à l’époque – il le concevait très bien -, la paix lui manquait un peu. Toutes ces intrigues le rendaient frileux ; avec autant de prétendant que de famille dans cette satanée contrée, il était bien difficile d’avancer ses pions sans jouer gros, trop gros pour que cela en vaille vraiment la peine. Alors, tiraillé entre sa raison, le peu d’amour qu’il avait encore pour son épouse et ses enfants, et l’ambition terrible d’un jour parvenir à s’élever au-dessus de sa condition de vassal modeste, il s’en allait parfois écouter les plaidoyers des prétendants. Et quoi qu’il en pensa jusqu’alors, il ne parvenait à cacher la petite satisfaction qu’il éprouva à se faire courtiser de la sorte. Car, en fin de compte, il avait presque obtenu l’importance qu’il avait toujours souhaité. Hélas, trois fois hélas que cela ne soit qu’illusoire ! Il ne possédait qu’un maigre magot qu’il défendait bien trop farouchement pour ne pas, un jour prochain, éveiller quelques soupçons de ses pairs. Et puis qu’adviendrait-il de lui une fois la petiote pleinement en mesure d’assurer sa charge ?

La gorge un peu nouée par ses pensées, il l’écouta discourir encore un peu. Il avait fait le déplacement après tout, et ce gaillard semblait convaincu de ce qu’il avançait là. Prudemment, il s’imaginait déjà auprès de cet impertinent. Une nouvelle fois sa vilaine bouille fut secouée d’un méchant rictus. Il lui déplaisait à trahir ses convictions encore une fois, et pour du mauvais vin ! Aphaen pourrait bien le maudire une fois encore, mais il la cajolerait couvert d’or et de titre – ou il ne la câlinerait plus. Car voilà que la bonne femme avait beau gueuler, toute ses années à ses côtés n’avaient pas tari non plus la gourmandise de la gloutonne. Elle en voulait, elle aussi, et elle se trouvait fort aise à la cour lorsqu’elle s’en venait visiter son doux mari. Aussi la mégère ne trouverait rien à redire si, pour s’y installer durablement, ils devaient tous deux s’asseoir sur quelques convictions.

Finissant sa pissette en claquant sa grosse langue contre son palais, il darda un regard amusé vers le seigneur des lieux. « Je vois dans vos plans, mon ami, beaucoup d’incertitudes ». Il s’installa lourdement sur un des sièges. S’il avait prévu de décamper fissa, c’était un signe qu’il accorda à son homonyme : il avait sa pleine attention – ou presque. « Commençons par le début : votre lignage, quoiqu’il fut un jour rutilant, n’est plus synonyme de rien à présent. Vous n’êtes pas mieux qu’un Guilhem de Tall ou que n’importe quel grand noble de notre duché. Pis encore ! Vous êtes pour l’instant mon garçon qu’un petit nobliau de campagne, perdu dans un château qui ne vaut pas bien mieux que son vin ». Il essuya de son index le dépôt. « Il vous faudra bien plus que votre belle tronche pour vous emparer du pouvoir ».
« Ensuite – et pardonnez si je m’étends -, en supposant que vous auriez acquis quelque légitimité : la petite n’est guère encore sortie du couvent. Il est fort à parier qu’une fois la crise passée, elle reviendra chercher son dû. Et si elle ne le fait demain, peut-être viendra-t-elle titiller votre derrière dans dix ou même quinze ans… ». Alcion sourit grassement. Finalement, il était impatient d’entendre le Griffon débattre de tout cela ; car il ne douta pas de la préparation du gamin. Une telle ambition ne naissait pas du jour au lendemain. « Quid de votre égide de paix lorsque notre terre sera scindée dans une gangrène politique ? ».

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Griffon de Langehack
Humain
avatar

Nombre de messages : 34
Âge : 21
Date d'inscription : 22/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   Dim 4 Nov 2018 - 23:11

Mon ami. Même si Griffon savait pertinemment qu'Alcion ne le pensait pas ce n'en était pas moins encourageant et c'était sans doute l'objectif. "Mon nom dirigeait l'entièreté du duché," Il ne s'attarda pas sur l'imparfait du verbe et reprit rapidement: "y'a-t-il eu un de Tall ou un de Brevise sur le trône de Langehack?" Il laissa sa question rhétorique planer quelques secondes dans la salle. "C'est vrai, la petite n'est pas encore dans son couvent et risque d'en sortir. Je veux son titre et non sa vie mais si pour obtenir l'un je dois prendre l'autre je le ferai. De plus si elle décide de rentrer dans un couvent elle devra prononcer ses vœux et si jamais elle ressort plus tard pour reprendre le marquisat, qui suivra une femme qui ne respecte pas sa parole? Qui en jurant sa vie à Néera a aussi renoncé à ses prétentions et possessions laïques?" Griffon se demanda s'il était bon de discuter d'un plan maintenant ; à Arcam la prudence! Il en avait déjà trop dit de toute façon, exposer un complot de plus ou de moins ne ferait pas de différence, de plus en parler à Alcion montrait qu'il y avait réfléchi. Il marcha d'un pas distrait alors qu'il commençait à discourir:

"Imaginons qu'une bande de malfrats portant quelque chose qui les lient à un membre du conseil de régence se fassent attraper après le rapt de la petite marquise, qu'ils se fassent attraper par vos hommes, quel belle opportunité ce serait, n'est-ce pas? Vous passeriez pour un héros. Et quel héros! Les brigands pourraient révéler qu'un noble du conseil a tenté de kidnapper la petite pour un mariage forcé, même si le noble en question se défend le doute persistera ; au pire il perdra sa place au conseil et au mieux il perdra davantage de plumes. Vous vous trouverez dans une position d'une force rare et avec une place vacante au conseil, une place que vous pourrez attribuer comme bon vous semble, qui refuserait le candidat proposé par celui qui a sauvé la marquise? Une fois que vous m'aurez eu une place au conseil de régence nous pourrons tenter d'obtenir le soutien des autres et ensuite nous débarrasser de la petite si elle n'a toujours pas prononcé ses vœux, avec le soutien des autres nobles je serai désigné comme héritier." Griffon avait marché trois fois d'un bout à l'autre de la table en faisant lentement secouer sa coupe, parfois durant son monologue il baissait les yeux pour observer le mouvement du vin à l'intérieur. Il leva finalement la tête pour regarder Alcion.

"Une fois sur le trône du marquisat j'ai un plan pour unir Langehack, un plan qui affaiblira les missédois mais c'est un sacrifice que je suis prêt à faire." Un sacrifice qui n'en était pas vraiment un, après tout les missédois représentaient la plus grosse menace à ses ambitions. Il se lança dans une autre tirade en marchant il accompagnait son discours de mouvements de sa main libre. "Faire de Missède un marché franc mettra les bourgeois de Missède de mon côté tout en empêchant les de Missède de toucher un sou sur le commerce revitalisé qui partira de leur cité pour enrichir le reste du marquisat. Qui s'opposera à une décision qui enrichira l'entièreté du marquisat mis à part Cécilie ou bien le gamin qui dirige en son nom? S'ils refusent d'appliquer cette décision je leur enverrai un ultimatum qu'ils ne pourront pas décemment accepter ; s'ils acceptent tant mieux, ils seront humiliés, ils passeront pour une bande de faibles, et sans doute amoindri donc ils ne seront plus une menace. S'ils refusent je m'en servirai pour les désigner comme l'ennemi commun pour rallier le reste du marquisat sous ma bannière et j'aurai un joli discours à faire aux nobles langecins qui ressemblerait plus ou moins à ça: j'ai essayé d'unifier le marquisat par la paix, je leur ai tendu le rameau d'olivier, j'ai fait le premier pas mais ils ne veulent ou bien ne comprennent que la violence, je lève le ban ce jour pour rétablir la paix." Griffon termina sa coupe, effectivement son vin était mauvais mais c'était le meilleur que ses paysans arrivaient à produire dans les marais. Une fois à son poste légitime il pourra oublier cet affreux liquide. Le châtelain appréhendait la réaction d'Alcion mais il lui fit face sans le montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1188
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   Mer 7 Nov 2018 - 17:25

L’imminent membre du conseil éclata d’un rire gras, de ceux qui provoquait des soubresauts incontrôlables dans sa bedaine encore modérée, qui arrachait à ses joues une cuisante douleur tant ses nerfs étaient tirés. Jamais de sa vie – tout de même honorable – il n’avait eu à faire à pareil gamin : d’abord un peu trop sûr de lui, son excès de zèle pourrait bien lui couter la geôle ou même la potence ! D’ailleurs, pendant que ses éclats s’écrasaient avec impolitesse sur les murs de la pièce, il y songea un peu ; venu ici pour négocier avec un ambitieux, peut-être qu’au final le faire arrêter pour trahison lui apporterait plus qu’il n’aurait jamais espéré. En vérité, le petit châtelain lui offrait là une opportunité alléchante qu’il avait bien du mal à chasser de son esprit. Alors que ses yeux se remplissaient de larmes joyeuses, il ne put s’empêcher de le mater avec gourmandise ; le petit zozio était à présent plus dindon de la farce que Griffon, et s’il ne se rattrapait pas au vol, finirait dans la grasse panse du conseiller. Car, si d’aucun ne doutât de la relative fragilité de ses allégeances, il était frileux d’essence : Alcion n’aspirait qu’au chemin le plus sûr pour lui, et visiblement le garçonnet n’était pas de ceux qui offrait la meilleure option.

Peut-être par compassion morbide, ou par pitié pentienne, il s’abstint de couper court à leur discussion. Le Zozio avait du courage à demeurer ainsi figé dans ses sûretés quand, de son plan, rien ne semblait tenir convenablement. Il avait, à dire vrai, un peu de tendresse pour lui ; de celle qui n’affectait pas encore la raison mais qui poussait à croire inlassablement que le lendemain serait mieux que la veille. Alors, l’hilarité laissa place à un silence gênant alors que l’invité retourna se servir de la mauvaise vinasse. Partis ainsi, ils en auraient au moins pour la nuit à bavasser jusqu’à ouvrir les yeux endormis par quelques merveilleux espoirs du Zozio. Au final, il s’abstint même tout commentaire de prime abord : il n’avait guère envie de ruiner tous les espoirs du petit, d’autant que la chose était mieux qu’une bonne blague ! Le seigneur côtier, s’affala une fois encore, sous l’œil attentif de son hôte. Il fallait avouer que ce silence devenait pesant, plus encore que le fou rire qui l’avait précédé.

« Je tiens à vous le rappeler Monseigneur ; vous ne valez pas mieux qu’un Tall ou un Brévise sur le trône. Votre lignage a depuis longtemps cédé sa place sur le trône, et vous ne serait qu’un parvenu avec un nom un peu plus illustre que les autres ». Il s’humidifia la gorge d’une belle lampée virile, qui lui tira une vilaine gueule, avant de reprendre sa diatribe. « Votre plan, quoi que finement pensé, manque d’assurance ». Il mentait. Le bel étalage du Griffon n’avait rien de bien réfléchi, et l’on en vint presque à douter de sa capacité de stratège ; si d’aventure il n’était pas même capable d’avoir une idée fructueuse pour récupérer un bien qu’il convoitât si fort, qu’adviendrait-il lorsqu’il lui faudrait administrer sa terre ? « Vous comptez, en prime, sur la loyauté de quelques bonhommes dont la loyauté s’en va avec qui remplira leur bourse ; croyez-vous sincèrement, quand ils comprendront qu’ils y perdront la vie, qu’ils ne vous trahiront pas pour sauver leurs fesses ? ».

« Et là, messire, ce n’est que la première faiblesse de votre idée. Car ensuite, je crains que vous ne soyez un étranger pour tous ; comment le conseil – et moi-même – pourrions vous accepter comme un pair quand vous ne possédez qu’une modeste demeure, avec un modeste titre ? Là, là ! Ne le prenez point pour vous l’ami, mais vous n’êtes pas prêt à rejoindre la capitale de sitôt ». Un long soupir théâtralement réalisé sortit de ses entrailles, suivit d’un rot qu’il ne sut retenir. « J’ai pour vous de l’affection mon garçon. Vous êtes si convaincu de vous-même que vous en venez à vous corrompre auprès d’un conseiller, qui aurait pu – s’il n’avait pas été aussi bon – vous arrêter sur le champ. Mais j’aime que vous soyez fol, l’ami. Alors je vous laisse une chance de me convaincre mieux que cela, et écoutez bien : il vous faudra vous faire connaître à votre duché avant de briguer le trône ».

De plus l’idée de l’infanticide ne l’enchanta guère. Non pas qu’il répugna à ces basses besognes, mais il savait que si un jour le petit tour du Zozio venait à être découvert, c’était sa tête qui tomberait avec la sienne ! « Là ! Je vous écoute pleinement ! ».

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Griffon de Langehack
Humain
avatar

Nombre de messages : 34
Âge : 21
Date d'inscription : 22/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   Jeu 8 Nov 2018 - 17:27

Le rire fut long, il dura une éternité, du moins pour Griffon qui avait du mal à rester calme. Avec sa main libre il forma un poing et le serra au point d'entendre son gant craqueler sous l'hilarité de son interlocuteur. Serrer le poing lui permettait de contenir sa colère mais armait ledit poing. La respiration du seigneur de Sorrault s’accéléra, il sentit son cœur battre plus vite, ses sourcils se froncèrent, son menton se contracta et il plissa les yeux. Il affermit sa prise sur la coupe faisant blanchir ses phalanges sous son gant, la colère à peine contenue il attendit que le rire s'arrête et une fois le silence installé il fut certain qu'Alcion allait présenter ses excuses pour cet affront. Aucune supplique ne vint. Griffon pouvait supporter les insultes, comme les menaces, tant qu'elles étaient ne serait-ce que vaguement voilées mais là Alcion n'en avait avait même pas la courtoisie. Une fois qu'Alcion eut terminé Griffon posa sa coupe sur la table et parla d'une voix glaciale:

"Vous m'écoutez pleinement?" Il retira son gant droit et le lança au visage de son interlocuteur, l'objet tomba mollement sur la bedaine du noble avant de terminer sa course sur le sol de pierre grossièrement taillé. "J'ai supporté vos insultes, votre mépris et votre condescendance bien plus longtemps que je ne l'aurai cru possible. Le choix des armes, de la date et du lieux est vôtre. Vous avez une ennéade pour trouver et désigner des seconds adéquats, durant ce laps de temps je ferai de même et attendrai votre réponse. La chambre que j'avais fait préparer vous attend si vous n'avez pas envie de voyager de nuit mais je ne veux plus vous voir dans mon castel après le lever du soleil." Griffon retira son gant gauche et le posa sur la table avant de sortir de la pièce d'un pas rageur.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Griffon de Langehack
Humain
avatar

Nombre de messages : 34
Âge : 21
Date d'inscription : 22/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   Dim 11 Nov 2018 - 20:35

La seule chose qui occupait l'esprit de Griffon était le duel qui allait se dérouler le surlendemain. Comme à son habitude lorsqu'il était nerveux, le châtelain faisait les cents pas le long de son chemin de ronde, perdu dans ses pensées. Les chances qu'il perde étaient minces, du moins le pensait-il en se rappelant l'état d'Alcion ; il n'avait pas l'air d'un guerrier et encore moins d'un escrimeur mais sous-estimer son adversaire avait déjà valu une cicatrice au seigneur de Sorault. Il passa à côté d'un homme d'arme qui s'appuyait sur sa guisarme et regardait d'un œil las le sentier qui menait jusqu'au château. Le roturier plissa les yeux, mis sa main en visière pour s'abriter des rayons du soleil couchant avant de se retourner vers son seigneur.

"Monseigneur! Monseigneur! Il arrive!"

Griffon s'arrêta net et se plaça entre deux créneaux pour vérifier les dires du soldat. En effet, il n'était pas difficile de le voir maintenant. Un homme en harnois parfaitement entretenu, rutilant presque grâce au soleil, avec un tabard rouge sang orné d'une croix grise avançait vers le castel sur un cheval avec un caparaçon portant les mêmes couleurs. Le châtelain descendit les escaliers quatre à quatre, une fois dans la cour il ordonna au palefrenier qu'il se prépare à prendre soin d'un animal de plus. Se retournant rapidement il ordonna à deux serviteurs de préparer une chambre et d'aller dire aux cuisines de s'activer. Il passa ensuite la herse et regarda Galyn de Langehack approcher, ce dernier fit passer sa monture au trot pour rejoindre son frère au plus vite. Une bonne embrassade plus tard les deux hommes se retrouvèrent ensemble dans la salle à manger partageant une coupe de vin.

"J'ai presque cru que tu n'allais pas pouvoir venir à temps."
"Et rater ton duel?" Galyn sourit et avala une gorgée de vin, il fronça le nez mais s'abstint de faire un commentaire. Non... mais dis-moi, comment se fait-il que tu te retrouves dans une telle situation? Ta missive n'était pas vraiment détaillée."Griffon poussa un soupir.
"Un coup de sang, je sais que je n'aurai pas dû mais quiconque d’honorable aurait fait de même."
"Je n'en doute pas." Galyn avala une autre gorgée machinalement et décida de poser la coupe sur la table pour se prémunir d'un réflexe qui d'ordinaire lui était agréable. "Tu le veux toujours ce marquisat hein?"
"Bien sûr, est-ce que tu abandonnerai notre héritage, ce qui nous revient de droit?" Ce fut à Galyn de pousser un soupir, il se mit à faire les cents pas dans la pièce.
"Quelques années plus tôt j'aurai pris ombrage d'une telle question mais maintenant, après tous ceux qui ont perdu la vie ou la raison en pourchassant ce titre, je ne sais pas." Le prêtre se retourna avec un sourire sardonique sur les lèvres. "Ironiquement, servir Othar m'a assagi." Un silence s'abattit sur la pièce, pesant, presque palpable, silence qui fut maladroitement brisé par Griffon.
"Le repas doit être prêt maintenant, ton neveu et ta nièce seront heureux de te voir, depuis le temps."

Galyn hocha la tête et les deux frères sortirent de la pièce. Le repas se déroula à merveille et se poursuivit jusque tard dans la nuit pendant que les hommes d'arme dans la cour préparaient le voyage du lendemain. Une fois le soleil levé Griffon, Galyn, Fossoyeur, Kurt et deux soldats pour fermer la marche sortirent de Sorault pour aller au point de rendez-vous. La journée de voyage passa vite. Avant de partir de l'auberge qui longeait la route jusqu'à Langehack le prêtre d'Othar acheta à l'aubergiste un coq dont il accrocha la cage à l'arrière de son cheval. Ils s'arrêtèrent dans une taverne non loin de la clairière désignée et Galyn sacrifia l'animal puis demanda au tavernier de faire cuire la pauvre bête, les six hommes consumèrent ensuite l'animal puis reprirent la route. Ils étaient là les premiers, la clairière était spacieuse et entourée de chênes. Galyn en profita pour descendre de cheval, planter son épée dans le sol, mettre un genoux à terre, poser le front contre la croix de son arme, fermer les yeux et offrir une prière muette à son dieu ; il fut imité par les autres tandis que les montures broutaient.
 
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1188
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   Lun 19 Nov 2018 - 18:02

Le dodu et suant Alcion grommelait alors que les cernes cerclaient dignement ses yeux fatigués. Il n’aimât guère à se lever tôt, surtout pour des raisons aussi idiotes. Et peut-être d’ailleurs que ce jour-là ce fût lui le plus idiot : loin d’aller dévoiler au conseil les manigances douteuses du jeune et impudent Griffon, il préféra répondre sans hâte à sa provocation. En vérité, il s’agissait-là d’un excellent moyen pour le conseiller de mesurer à la fois la ténacité de l’homme mais également sa vertu ; car il n’avait pu voir en son château qu’un gamin capricieux. Il plaçait donc des espoirs muets dans cette rencontre que l’on promit mémorable. La rencontre avait été fixée à l’abri des regards, dans un coin tranquille et neutre afin qu’aucun des participant ne se sente menacé de s’y rendre. Et si le petit apparaissait être un fol dingo, le sage politicien croyait fermement que sous la façade acariâtre se cachait – peut-être – un avenir plus prometteur que simple conseiller. Après tout, Aldarran avait toujours aspiré à mieux et jusqu’à présent son nez fin ne l’avait jamais trompé sur les bons chevaux. Là ! Point trop n’en faut, il continuait à marmonner tandis qu’il talonnait sa monture feignante.

C’est-à-dire qu’à sa droite, le chevalier tout de plates vêtu avançait bon train. C’était d’ailleurs le seul accompagnateur qu’il s’autorisa ; non par orgueil mais surtout par prudence. Il n’aurait point fallut un œil de trop, si bien que moins de personne connaissait la petite rencontre et mieux il se porterait. A conseil, on l’avait porté malade, souffrant d’une mauvaise toux. Il avait lui-même écrit le message avec soin, choisit son ladre avec précaution et avait fermé la chambre à double tour en simulant auprès du médecin de vilains glaires. L’apothicaire lui-même avait prescrit quelques infusions et avait attesté de la mauvaise portance du sieur – qui à la nuit tombée – avait fui en douce jusqu’à une coquette et discrète auberge. Là-bas, nul souci : on ne le connaissait pas, et si quelques visages se plissèrent suspicieux, ce n’était pas moins pour ses jolis bijoux que son minois paniqué. D’ailleurs il passa une fort mauvaise nuit : agitée par quelques cauchemars, il avait dû rester vigilent à ce qu’on ne le détrousse dans son sommeil.
Et il n’y avait guère meilleure raison pour expliquer son piteux état ! Ah ils pouvaient bien être beaux ses atours, sa frimousse elle était pâle, marquée par le manquement d’une bonne nuité. Un regard en coin lorgnait sur sa carcasse vieillissante, et de fort mauvaise humeur, il n’accepta guère qu’on le dévisagea ainsi.

« Qu’as-tu donc ? Te payes-tu ma tête ? »
« Oui-da mon ami, ne t’a-t-on jamais appris à dormir avant une escarmouche ? »
« Là suffit ! Je parie que tu n’as pas meilleure mine que moi sous ton heaume ».

Prenant définitivement la mouche, il poussa son canasson encore plus pour laisser le colosse derrière lui. Oh, il savait bien qu’il le talonnait, et à vrai dire si sa fierté ne l’empêchât pas, il l’aurait volontiers remercié de sa venue. Longtemps, oui très longtemps même, il avait hésité à annuler le combat, avant que ne lui parviennent la réponse assurée de la montagne de fer qui se tenait à son côté. Jamais il n’avait failli, pas une fois, sans même moufter ou demander de quoi il retournait. Il avait accepté et c’était tout. L’amure veinée d’or donnait à leur compagnie une allure franchement pas mauvaise – en dépit même de sa mauvaise tronche. Puis, l’aigle dignement frappé sur son pavois le rassurait un peu. Nul en Langecin ou ailleurs n’aurait ignoré ce symbole hérité par la plus noble des chevalerie.
Bientôt ils retrouvèrent deux silhouettes agenouillées. C’était une drôle de chose que de voir les deux adversaires faire preuve d’autant de piété alors même qu’auparavant l’un d’eux avait pu avoir de bien sombres pensées. Tuer une enfant, non voilà qui tenait du délire ! Alcion avait bien peu de principe, mais jamais il n’aurait pu vivre sereinement après cela. Le petit mesurait-il seulement ses paroles ?

« Pensez-vous qu’Ils vous entendent, messire ? ». Il avait parlé assez fort pour couvrir les derniers pas des chevaux, avant de mettre pieds à terre dans un tintement de ferrailles entrechoquées. Attendant que les hommes se retournent de leur fervente dévotion, il leva les yeux sur un ciel un peu voilé, comme s’il chercha quelques réponses dans les nuages. « Puissent-ils vous entendre. Mais là, là ! Comment vous portez-vous Griffon ? Et quel est l’ami qui vous accompagne ? ».

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Griffon de Langehack
Humain
avatar

Nombre de messages : 34
Âge : 21
Date d'inscription : 22/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   Hier à 22:12

Le son des chevaux approchant sortit Griffon de sa prière, pour une fois qu'il priait Othar il était interrompu avant d'avoir terminé ; il espéra que le dieu ne lui en tienne pas rigueur. En s'appuyant sur le pommeau de son épée il se leva et sortit l'arme de terre pour la remettre au fourreau, même s'il allait devoir s'en servir sous peu il préférait qu'elle reste dans sa gaine de cuir pour l'instant. Le prêtre quant à lui resta agenouillé, il n'ouvrit pas les yeux et continua sa prière comme s'il existait dans une bulle de foi, hors du temps et libre des distractions séculières.

En se retournant Griffon regarda avec curiosité dans la direction des deux nouveaux venus, il se dit qu'il avait bien fait d'ordonner à son escorte d'attendre en dehors de la clairière ; Kurt l'avait questionné du regard mais n'avait rien osé demander. Griffon s'était attendu à ce qu'Alcion ramène davantage de ses gens et à voir sa mine il aurait sans doute dû. Il jeta un coup d’œil furtif à son accompagnateur qui était impressionnant mais ne voulant pas que ça se remarque il rapporta bien vite son attention sur Alcion. Griffon s'était attendu à l'irrévérence qu'il connaissait d'Alcion mais fut surpris d'entendre un semblant de courtoisie. "Je vais bien et vous même, Alcion?" Le châtelain n'était pas certain de ce qui avait poussé d'Amderran a l’appeler par son prénom alors qu'il ne l'avait jamais fait dans sa demeure mais cette tentative de rapprochement lui arracha presque un sourire. Le seigneur de Sorrault était sur le point de se retourner pour présenter celui qui l'accompagnait lorsqu'il entendit la voix de ce dernier par dessus son épaule.
"Je suis Galyn Tonnet Guillaume Siegfried de Langehack et pour répondre à votre première question: je suis certain qu'Il écoute." il plaça son poing au centre de sa cotte d'arme recouvrant le sommet du symbole d'Othar et baissa la tête. Il la releva ensuite pour continuer: "Pour les autres il vous faudra voir la prêtrise qui leur est associé si vous voulez en avoir la certitude."
Galyn allait continuer en demandant à Alcion qui avait bien pu l'élever pour qu'il se permette d'interrompre un prêtre et son ouaille en pleine prière mais un seul duel était bien suffisant pour aujourd'hui. Griffon reporta son regard sur l'armure à côté d'Alcion et un sourire lui apparut sur les lèvres. "Quelle délicieuse coïncidence, vous avez aussi choisi votre frère comme témoin. Ashal d'Amderran." En prononçant le nom il hocha la tête en guise de salut et marque de respect. Les yeux du châtelain se plantèrent dans ceux du sieur d'Amderran."Avec un prêtre et un homme aussi pieux comme témoin sans doute avons-nous l'oreille d'Othar peut-être même celle de Néera, Alcion. Mais si vous en doutez encore, je vous en prie, joignez-vous à nous pour une prière, je suis certain que mon frère se fera un plaisir de reprendre là ou il a été interrompu."
Galyn sourit et lançant un regard rieur à Griffon puis s'avança pour être à côté de son frère. "Vous joindrez-vous à nous pour cette prière, capitaine?" Galyn hocha la tête, il respectait autant l'homme que le titre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Puisse votre décision personnelle être une décision pour tous. [RP solo MJité]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel est votre caractéristique préférée ?
» Le patronus de votre personnage
» Votre Opening One Piece préféré !
» Legolas:Mon arc est votre
» Guide pour étoffer votre rôle-play

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Marquisat de Langehack :: Marquisat de Langehack-
Sauter vers: