Partagez | 
 

 Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kahveka Ner'Val Do'Vehera
Drow
avatar

Nombre de messages : 54
Âge : 30
Date d'inscription : 09/05/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  795 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]   Mer 10 Oct 2018 - 17:57





Le Roi bâfreur, le Seigneur Glouton, le Maître va-de-la-gueule! C’est à peu près en ces termes qu’on désigna le très noble Rhal’Zoul, qui d’ailleurs faisait honneur aux frontispices qu’on lui affublait. Devant une étendue de bois à n’en plus finir, c’est sous la mélopée de la barbaque dévorée et du légume croqué, que notre bon Drow, en solo, faisait bombance. Et le mot était faible, car à y voir le nombre de pedzouilles qui l’enterraient sous le bien-manger, c’est plus du trois quart de son repas qui serait condamné au gaspillage. Une pitance qui évidemment, ne tomberait guère dans les mains des asservis, mais plutôt de ses molosses avides de chair.

Alors, parlons un peu de notre gastrolâtre. Ce doeben de renommée possédait à Thaar l’un des plus gros marchés de mets exotiques. Viandes rarissimes, fruits dépaysant et autres excentricités culinaires, c’est d’abord ainsi qu’il constitua le plus clair de sa fortune. Fort d’une centaine d’employé et de deux fois plus d’esclaves, le noble sombrelfe exerçait d’abord et avant tout dans la chasse et la cueillette afin de veiller à ce que la demande de sa clientèle soit satisfaite. Ses clients –pour la majorité tous sinon plus fortunés qu’il ne l’était- étaient friands de nouveauté et s’extasiaient pour un rien. Un nouveau raisin venu de Zagazorn, par exemple, était prompt à récolter une jolie fortune que parce que le fruit possédait une teinte atypique. Un investissement sur ses gens qu’il payait à traverser la moitié du continent rapidement amorti! Enfin, si l’on devait mettre doigt sur ce qui faisait la clé de son succès, c’est que notre maître brifaud avait en commun avec sa clientèle. Sa passion de l’excès, du toujours plus, expliquait pourquoi ceux qui faisaient affaire avec icelui s’en voyaient chaque fois charmés et ravis. « Il n’est de plat plus exquis, que celui de l’abondance. » Là était sa devise.

D’ailleurs, ce jourd’hui se montrerait idéal pour faire la démonstration de cet adage, puisque le drôle avait décidé de flamber une très coquine somme pour l’établissement d’une fête privée qui prendrait place dans son humble palace. Ceci expliquait au passage pourquoi ses serviteurs suaient à grosses goûtes d’énervement. C’est que l’astre diurne touchait pratiquement son climax et que les heures avant l’arrivée des convives s’écoulaient prestement. Trop rapidement. Que les cuisines et la salle de réception étaient tous deux dignes des porcheries les plus crottées, et qu’elles se devaient d’être assainies au plus preste! Et que, par-dessus tout, leur maître captait le plus clair de leurs attentions pour satisfaire son grand appétit. Du moins, c’est ce qu’ils s’affairaient à faire jusqu’à l’heureux moment où, d’un tonitruent rapport, le ventru Drow annonça la fin de sa ripaille.


« Burrrrrrp! Hah, me voilà fort aise de cette pitance! Je me sens plein comme une pute à l’aube! »
Cancana Rhal’Zoul d’un claque bien méritée à son bide qu’il caressa langoureusement de sa senestre patte, pendant qu’il se curait les dents de la dextre. « Faites-moi disparaître tout ce bordel et toi, mon gars, tu peux te prendre un cuissot de cerf d’Elda. » Postillonna le ventru vers l’un de ses asservis pour le moins surpris de ce présent.

« V…Vraiment? Je peux? » S’assura le jeune humain devant le Drow.

« Bien sûr que tu peux, tu peux le prendre et l’apporter à mes deux chiens attachés dans la cours. Rassures-toi, je ne suis pas idiot, tu auras aussi ta part. » Dit-il en balayant l’air d’une main d’un air détaché pour ensuite venir éponger le gras qui luisait sur ses lèvres du revers de sa manche. « Je t’octroie le droit de charogner les os, une fois qu’ils en auront fini, bien sûr … » Et à ces mêmes lèvres toujours un peu grasses de sourire méchamment vers lui, l’air satisfait de sa blague de très mauvais goût. « Allez, allez, remuez-vous le gras du cul, je n’entends pas recevoir le gratin de mon peuple dans toute cette souillure! » Beugla finalement l’affreux maître en direction de ses suivants, juste avant de s’en aller quérir ses appartements pour revêtir une toilette qui soit plus adéquate. Pour le coup, serrer quelques paquets de mains et sourire à pleines dents serait de meilleur goût si l’affreux n’arborait pas ses habituelles guenilles poisseuses et enduites de chair, de gras et de jus.


***


En bordure d’une muraille, le palace s’adossait sur celle-ci de sorte à supporter ses vastes installations. Ses colonnades à en donner le vertige se devaient d’être fixées à même ce mur de protection afin d’y assurer leur bonne stabilité. C’était à tous coups le tape-à-l’œil de l’endroit. La nuit s’était confortablement installée et pour preuve, notre duo de lune éclairait brillamment la voûte céleste de leur éclat, tant les nuages manquaient à l’appel. Fraîche et loin de se montrer aussi inconfortable que les chaleurs humides des nuits passées, la température se montra bien clémente pour notre hôte. Comme il s’y attendit, les convives arrivèrent au compte-gouttes. Au compte d’une centaine, l’ensemble des invités n’avaient en commun que ceci ; tous possédaient de près ou de loin une part de sombrelfe. Que s’eut été des Doebens présents, des Deadhels ou même des sangs-mêlés, tous se mêlaient de manière homogène à n’en faire qu’une masse d’adepte de l’excès.

Le hall de réception donnait sur la pièce maîtresse du palace, une salle de réception faite en longueur dont plusieurs renflements servaient d’alcôves prêtes à recevoir certains invités. Probablement que la vinasse n’avait guère assez coulée pour que la débauche ne s’amorce, mais dans d’autres salons, plusieurs peaux sombres s’arrangeaient à accélérer le processus. C’est d’ailleurs en ces termes que Kahveka s’empoisonnait l’esprit pour mieux profiter des réjouissances. Il y avait sur une petite table basse, autour de laquelle étaient étendus sur de moelleux coussins nos principaux concernés, plusieurs pipes fumantes et bien odorantes. Des toxines qui envenimaient parfois l’esprit et qui, en d’autres occasions, exacerbaient les sens. Un mixte des deux était à prévoir, pour la cause.

Devant eux, dans la grande salle, plusieurs mets exotiques au fumet encore plus émoustillant peuplaient tranquillement l’interminable tablée. On y annonçait même que tôt, viendrait une pièce de résistance capable de sustenter l’appétit des plus curieux. Pour l’instant, au travers les domestiques qui esquivaient les convives en ayant les mains pleines de leurs plateaux à servir, un défilé d’esclave visitait chacune des alcôves afin de disposer de cette chair fraîche et tout aussi appétissante que le manger laissée sur l’auguste tablée.

Étendu sur l’un des coussins cousu sur le long, Kahveka étendit le bras afin de se saisir d’une bouteille qu’une de ses comparses voisine avait réquisitionné pour étancher sa soif. Il se noya le gosier d’une bonne goulée, puis déporta son attention vers les esclaves, envisageant que lorsqu’ils passeraient, il se ferait propriétaire d’une ou deux têtes.

La soirée était jeune et ne demandait qu'à déraper.


Revenir en haut Aller en bas
Azza
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 28
Date d'inscription : 01/03/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  146 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]   Dim 14 Oct 2018 - 22:26

Pour une fois, Azza s’était déplacée seule et il n’y avait donc point de Hashar à ses côtés pour lui tenir compagnie. Vu la réputation du diable qui hébergeait la soirée, elle avait craint que son esclave préféré finît embroché et rôti à point. Les chances étaient faibles, mais pas inexistantes. Il était bien pire qu’un peu d’alcool pouvait faire faire à un daedhel… il y en avait ce soir-là beaucoup plus d’un et l’alcool coulait à grand flot.

Teiweon lui pardonnerait sans doute, mais la prêtresse elle-même n’avait que peu d’idées de ce qu’elle ferait avant la venue de la matinée.

En réalit, Azza ne comptait pas parmi les plus ferventes supportrices du vilain Rhal’Zoul. S’il était un excés qu’elle évitait, c’était bien celui de la bouche. La prêtresse mangeait peu et sa silhouette malingre en témoignait. Pour autant, si elle ne goûtait pas aux inclinaisons un peu particulières du Roi bâfreur, il restait un daedhel ; cela voulait dire qu’en plus de ripailles en quantité, ses bacchanales sauraient l’occuper. À tout le moins, elle pourrait y trouver quelqu’un pour égayer sa nuit.

Quelques minutes à peine après son arrivée, l’une de ses bonnes amies lui avait fourré discrètement un petit présent avant de s’éclipser en riant. Azza avait ri avec elle, avant de faire tourner entre ses doigts un fongus qu’elle connaissait bien.

Juste un petit, avait-elle songé en le fourrant dans sa bouche. Quel mal cela pourrait-il me faire ? Elle eut sa réponse une petite heure plus tard, tandis que le composant hallucinogène de sa petite sucrerie faisait pleinement effet. Elle pouffait comme une idiote, se cognait à tout et rien, sursautait au moindre bruit — dont elle se savait jamais s’il était réel ou non — et finit par s’affaler sur les genoux d’un certain maître des ombres qui n’avait rien demander.

« Pardon ! » s’exclama-t-elle en essayant de se relever. Elle partit sur un fou rire qu’elle ne s’expliquait pas totalement. « Vous avez des genoux assez inconfortables, vous savez ? » La bougre s’était fait diablement mal, ainsi qu’elle s’en rendait lentement compte. « Ah ! » souffla-t-elle en se laissant tomber sur les fesses, face au bonhomme. Elle darda son regard tâcheté de violet dans sa direction. « Sacrée soirée, vous ne trouvez pas ? » l’interrogea-t-elle en essayant de remettre un peu d’ordre dans ses — très longs — cheveux.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kahveka Ner'Val Do'Vehera
Drow
avatar

Nombre de messages : 54
Âge : 30
Date d'inscription : 09/05/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  795 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]   Mar 16 Oct 2018 - 15:33




Il s’était essuyé le gosier du revers du poignet, déposant la jacqueline vidée de la moitié de son contenu là où il l’avait empruntée. Boire et manger, c’était somme toute un départ de soirée qui lui convenait à peu près. La paresse avait à ses moments, un goût plus prononcé que la plus langoureuses des tortures, dont il était bien naturellement, un friand consommateur. Il roula des épaules et s’extirpa de son haillon qui lui servait jusqu’alors de veste. Peut-être qu’à s’afficher torse nu, le Daedhel se montrerait suffisamment inspirant que certaines de ses comparses soient tentées à revêtir cette même pauvre tenue ? Seul son pantalon désormais faisait office de barrière à sa pudeur, masquant ce qu’il avait sur lui de plus précieux : ses bijoux de famille. Il se surprit à s’allonger de manière féline, puis de relâcher un bâillement longuement retenu, tordant sa bouille à la peau noire de jais. Déjà? La lassitude le frappait? Non, lui qui s’était fait promesse de profiter à plein de cette soirée, n’était guère homme à remettre sa propre parole en question. Il glissa sa main le long de son pantalon pour se heurter à une poche, dans laquelle il farfouilla le contenu pour en sortir l’objet de sa convoitise. Un petit coup de pouce à son moral, c’est ainsi qu’il se vendit l’idée de consommer cette drogue aux allures inoffensives. Trois feuilles brunies par le temps, ne laissant que peu de doutes quant à leurs allures desséchées, et repliées sur elles-mêmes de sorte à contenir la substance illicite. Il salivait d’ores et déjà comme s’il maintenait entre son pouce et son index, la plus savoureuses de toutes les pâtisseries. Il l’approcha de ses lèvres, puis … dût involontairement se défaire de sa gâterie lorsqu’il reçut au change la venue inopinée d’une importune jouvencelle. D’un bras il tenta d’accueillir la bougresse qui venait de s’avachir tout à fait sur ses propres genoux, et de l’autre il l’étendit comme pour tenter de récupérer sa drogue qui venait de filler près d’un autre Drow. Par le Saint con d’Isten, qu’avait-il fait aux Dieux pour que la bonne fortune lui soit aussi défavorable?

La maladroite sombrelfe tenta bien de reprendre équilibre sur ses guibolles, mais la tâche lui sembla plus ardue qu’elle ne semblait lui paraître. À tous les coups, son équilibre précaire et ses fous rires incontrôlables trahissaient l’empoisonnement de sa psyché. De quelle nature, ça, il n’en avait cure ; puisqu’il venait de décider de manière bien tranchée qu’il ne l’aimait pas. Elle lui avait interdit involontairement d’ingérer son bonbon, s’était écrasée contre lui comme une crêpe bien molle, puis jactait de manière agaçante, un peu à l’instar d’une jeune adolescente. Ah, oui! Pour le coup, il l’aurait bien aidé à se remettre sur ses allonges à grand coup de pied dans le cul. Si seulement la drôlesse n’avait pas un aussi joli nez … Et que dire de ses cheveux à n’en plus finir, qui venait caresser de leur pointe son fessier ? Elle avait son genre, c’était certain.


« Vous avez des genoux assez inconfortables, vous savez ? »

« Vous faites bien de me le dire, moi qui les croyais bien douillets. » Renchérit le Drow à l’aide d’une réplique aussi riche de sens que celle d’Azza. Ses joues se rehaussèrent d’un sourire forcé, au possible poli, comme s’il espéra que la bassinante elfe s’en aille tourmenter quelqu’un d’autre. Hélas, encore une fois, le sort s’acharnait ; elle se posa fermement son séant sur un coussin avoisinant le sien.

« Sacrée soirée, vous ne trouvez pas ? » Ajouta la daedhelle, tout en tâchant de replacer à peu près son interminable traînée immaculée qui lui servait de chevelure. Et Kah voulut lui répondre sur le champ, mais en fût bien incapable lorsqu’il se heurta au regard de la prêtresse, qu’il admira un moment. Il ne sut expliquer pourquoi ni comment, mais les imperfections violettes qui zébraient ses prunelles le dérangeait. À côtoyer pratiquement nuits et jours des purs sangs, tel qu’il se considérait lui-même, ces maculatures qui la faisait sortir du lot avait de quoi chatouiller sa curiosité plutôt que de le rebuter.

« Oui, oui, tout à fait … » Et c’est alors qu’il comprit que cette jeunesse de Drow s’était assurée d’une longueur d’avance sur lui, qu’elle dût bellement s’enivrer pour conclure si tôt dans la soirée, que cette dernière n’en était pas la moitié d’une. « Et on dit que Rhal’Zoul est aussi gras qu’imprévisible, nous ne sommes donc pas au début de nos …. » Et il n’eut pas même le temps d’achever sa boutade, qu’on entendit le bedonnant maître de la soirée, s’exprimer haut et fort.

« Accueillez, mesdames et messieurs, la pièce, DE RÉSISTANCE! » Des cuisines, une horde d’esclave firent la course dans la grande salle comme si on venait de les relâcher d’une cage. Iceux arboraient comme seul et unique costume le cuir encore sanguinolent de cerfs et leur panache en guise de couvre-chef. Faisant honneur à leur dégaine, ils s’enfuirent sauvagement en troupeau, se mouvant à quatre pattes jusqu’à la sortie du palais, où ils feintèrent s’échapper d’un prédateur bien plus impressionnant que ce macabre spectacle. Alors, plus nombreux encore que les simulacres cervidés, une flopée d’asservis au compte d’une vingtaine, transportait la carcasse d’un bœuf des Wandres. Pesant bien ses deux cents kilos, voir même ses trois cents, la créature avait été cuite dans son gras pendant plus d’une journée et fut apprêtée par les maîtres queux les plus compétent de la citée. Le bel animal, quoi! Ainsi, tout sourire, Rhal’Zoul reçut les applaudissements de ses convives et s’en satisfaisait bien, compte tenu du carmin qui lui prenait aux pommettes.

Tandis que la majorité des yeux dévoraient d’ores et déjà le morceau de viande, Kah, lui, désintéressé et loin d’être passé maître dans l’art de la gloutonnerie, ne s’amusa que du passage éphémère du troupeau de cerf. La vue de l’esclave utilisé à de tels desseins avait de quoi le faire sourire. La surprise du gargantuesque animal passée, il retourna à la recherche de sa drogue, passant au peigne fin le sol sur lequel il était lâchement étendu de ses billes vermeil.


« J’espère qu’il en a terminé de ses plats. À ce rythme, il nous faudra sortir d’ici pour laisser plus de place à cette barbaque sans fin. »


Revenir en haut Aller en bas
Azza
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 28
Date d'inscription : 01/03/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  146 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]   Mer 31 Oct 2018 - 22:28

La remarque de Kahveka n’était pas particulièrement drôle, mais pour une raison qui n’appartenait qu’au champignon qu’elle avait ingéré, Azza la trouva hilarante et elle commença à ricanner bêtement. C’était peut-être l’étrange spectacle offert des esclaves-cerfs, ou bien c’était de le voir ainsi retourner son alcôve à la recherche de lui seul savait quoi ; dans tous les cas, ses ricannements se transformèrent bien vite en un rire franc… jusqu’à ce que l’air ne vînt à lui manquer. Elle s’essaya alors à l’art périlleux de respirer et de s’esclaffer tout en même temps.

Le résultat fut à la hauteur du burlesque de la situation. Elle rit en inspirant avec le nez, ce qui eut deux effets immédiats : cela lui chatouilla le palais et le son lui rappela celui d’une truie — qu’elle imaginait adorable, bien évidemment. La conjugaison de ces deux observations ne firent qu’accentuer encore un peu plus son hilarité.

« Ah… Ouh ! » s’esclaffa-t-elle après plusieurs dizaines de secondes d’amusement solitaire. Elle en pleurait, tellement elle avait ri. « Oh lala, je n’avais pas ri comme cela depuis… »

Elle ne parvint pas à terminer sa phrase. Elle était déjà repartie pour un tour.

Il fut pourtant bien vite clair que son interlocuteur de fortune ne partageait pas sa bonne humeur. C’était même — elle le comprit un peu tard — tout le contraire. Cela la vexa quelque peu, ce qui dans son état ne voulait pas forcément dire grand chose. « Oh, ça va, » protesta-t-elle en cherchant à reprendre son souffle. C’était que son regard parvenait presque — presque — à contrecarrer les effets hallucinogènes du produit qu’elle avait ingéré un peu plus tôt. Produit dont elle possédait encore un échantillon, réalisa-t-elle comme une épiphanie. « Attendez voir deux secondes, » s’exclama-t-elle avec enthousiasme. Sa main gauche disparue dans les tissus de sa robe, puis elle tendit sa petite pépite organique de bonne humeur au maître des ombres. « C’est cadeau, » lui lança-t-elle avec un sourire par trop ingénu pour son statut.

Bien entendu, avant que Kahveka ne réalisât qu’il avait à faire à rien de moins qu’une prêtresse de Teiweon, il pouvait encore se passer beaucoup de péripéties. La soirée ne faisait que commencer. « Je m’appelle Azza, » se présenta-t-elle quand il eut récupérer son dû.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kahveka Ner'Val Do'Vehera
Drow
avatar

Nombre de messages : 54
Âge : 30
Date d'inscription : 09/05/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  795 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]   Mer 7 Nov 2018 - 23:20




À ce point, était-ce seulement possible qu’elle décède, là maintenant, de ce gloussement de la mort? La hyène s’égosilla si tant fort, qu’autour de la table basse, plus une âme n’avait d’intérêt pour la sordide scénette qui se déroulait à l’arrière. Pour ces convives qui partagèrent la même alcôve, la vedette fût volée bien sordidement au maître de la soirée! Et même Kah, qui n’avait d’intérêt que pour son bien perdu, recherchant avidement moyen de s’échapper de cet ennui qui le tenaillait, avait lâché l’affaire pour se tourner vers elle. Contagieuse, la prêtresse partageât de son hilarité avec ses semblables, soulevant à la suite de son rire de truie anorexique d’autres moqueries, ainsi que quelques sourires. Pour notre Eldéen, il s’en amusant suffisament pour sourire pleinement. Non pas qu’il trouva plaisir à voir son invitée de fortune perdre le souffle, mais du fait qu’elle-même devait être intoxiquée plus qu’outre mesure pour être capable d’une telle prouesse. Et comme si la prêtresse avait lue en lui, elle lui tendit une truffe qu’il n’analysa pas une seule seconde. S’eut été poison qu’il n’en aurait eu cure : cela n’aurait guère été pire que ce début de soirée.

« Azza… » Acquiesça Kah tout en mastiquant le champignon hallucinatoire. Les circonstances ne se prêtant pas à d’interminables présentations protocolaires, la drôlesse dut certainement s’affubler d’un mignon petit surnom. Azza. Court et efficace.

« Moi c’est Kah, et je vous remercie bien. Je perdais espoir que cette soirée n’en vienne jamais à m’amuser. » Le drow se redressa finalement de sur son coussin, roulant des épaules pour qu’en tombe de son corps le peu de tissus qui couvrait sa musculature. Taillée dans l’impitoyable société qu’était celle de la Dothka, sa charpente était une fresque de scarifications et de cicatrices, trahissant par leurs nombres ou bien son incompétence, ou bien son âge avancé. Après, sa peau légèrement plus cendrée que la moyenne, ferait pencher la balance vers l’hypothèse de la vieillesse, mais enfin …

L’altruisme, une valeur forte trop peu utilisée par le sombre peuple, qui pourtant, donna bien coup de pouce à la rencontre de nos deux moineaux. C’est que tantôt, Kah l’aurait bien empêché de glousser comme une dinde d’un coup de botte à la gueule, alors que maintenant, arrivée avec en main un goûteux présent, elle avait gagné sa sympathie en un claquement de doigt. Était-ce le bien fait du fongus ou simplement le beau geste qui cautionna le tout ? Peut-être un peu des deux. En attendant, Kah avait retrouvé toute sa bonne humeur. Et sa soif, de surcroît! Il chipa sa jacqueline de tantôt, qu’il avait confiée à sa voisine, s’en envoya bien trois rasades puis la déposa sur la table vers Azza. Plutôt que de tenter de la connaître via d’ennuyeuses et interminables questions, c’est par la démonstration qu’il apprendrait à mieux l’apprivoiser.


« Vous êtes joueuse? » Lança Kah vers Azza, alors qu’il observa non loin d’eux, un trio d’esclaves qui faisaient le service dans l’alcôve voisine.

« Tout dépend le jeu. » Répondit famélique jeune drow.

« Cette fête Drow n’en serait pas une si le sang ne coulait pas! » Rajouta Kah avec déjà, un peu trop d’entrain. C’est qu’elle ne chômait pas, cette toxine. « Je vous parie ce que vous voulez que je saurais dénicher au travers les esclaves, celui le plus à même de vaincre celui que vous choisirez. » Et pour le coup, en quelques secondes il allait savoir si elle aimait à fêter et si elle partageait le goût commun de leur race pour la violence gratuite.

Revenir en haut Aller en bas
Azza
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 28
Date d'inscription : 01/03/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  146 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]   Jeu 8 Nov 2018 - 8:23

« Oooh… » souffla la jeune prêtresse à la cavalière proposition de son compagnon de soirée ; et d’aucuns pouvaient dire, simplement en écoutant la façon dont elle avait prononcé son onomatopée, tout ce qu’elle avait bien pu en penser. La surprise, d’abord, de voir voir le maître des ombres conjurer son jeu préféré ; le doute, ensuite, quant aux chances de voir se réaliser ce délicieux projet ; puis l’excitation simple et sincère. « Le perdant rachète les deux combattants à notre hôte ? suggéra-t-elle en se redressant sur son siège. Ce serait juste et cela apaiserait sans doute l’ire de Rhal’Zoul, le cas échéant. »

Un ou une autre se serait bien moqué des conséquences de l’étrange confrontation dans laquelle essayait de l’attirer Kah ; elle avait pour sa part passé une grande partie de sa vie à chercher à ne pas s’attirer les foudres de daledhels bien plus puissants qu’elle. Rhal’Zoul n’était peut-être pas un prêtre, mais il était riche et dans cette ville, c’était bien dans l’or et non les prières que se nichait le véritable pouvoir. Son statut protégerait peut-être sa vie, mais elle ne doutait pas qu’il trouverait d’autres moyens de lui faire regretter l’affront, si tant était qu’il interprétât ainsi le combat qu’ils formentaient.

Sans attendre vraiment de réponse de Kah, elle se leva pour mieux darder un regard expert sur les différents esclaves qui vaquaient, ça et là, à leurs occupations. Ils ne seraient pas les premiers à les importuner, remarqua-t-elle au passage. Dans son état normal, elle aurait sans doute eu du mal à supporter la vue de certaines scènes malheureuses qui étaient en train de se nouer autour d’elle. Ce n’était pas tant qu’elle les réprouvait, simplement il était des plaisirs coupables auxquels on s’adonnait normalement en privé. Sous l’effet de la substance qu’elle avait ingéré, sa moralité toute relative et sa pudeur quelque peu déformée étaient néanmoins mis en sourdine et elle ricana même une ou deux fois que ses prunelles concentrées accrochaient une altercation saugrenu.

« Elle, » souffla-t-elle au maître des ombres en désignant finalement ce qui était probablement une sang-mêlé anëdhelle. Elle ne payait pas forcément de mine, mais c’était sans compter tous les petits détails qui l’avaient trahi aux yeux avertis d’Azza comme ce qu’elle était véritablement : une — ancienne à tout le moins — guerrière aguerrie. Il lui manquait un petit doigt, ses avant-bras étaient couturés de cicatrices, mais surtout, elle se tenait bien droite et ne tremblait pas ; ce qui, dans le chaos naissant, démontrait beaucoup de choses.

Tout du moins, c’était là l’analyse d’une prêtresse qui avait certes passé la plupart de son temps adulte à traîner dans des arènes et cotoyer des gladiateurs, mais aussi d’une prêtresse droguée et un peu désorientée. Les marques pouvaient être des souvenirs de sévices ; la phalange manquante le fantôme d’un larcin ; le courage de la peur travestie.

Elle verrait bien.

« Et toi ? chuchota-t-elle à Kah comme elle l’aurait fait à un conspirateur complice. Quelle créature as-tu choisi ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kahveka Ner'Val Do'Vehera
Drow
avatar

Nombre de messages : 54
Âge : 30
Date d'inscription : 09/05/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  795 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]   Mer 14 Nov 2018 - 22:16




Le bougre s’était enfin fait poussé un sourire, maintenant que le fongus l’avait bien empoisonné. De plus bas, il l’observa s’adonner au jeu comme s’il l’avait connue depuis toujours. Elle fronça son petit nez, de même que son regard, de sorte à percevoir le bon poulain à choisir. C’est que, du choix, il y en avait à foison ! Au travers cette masse de sang sombre, il grouillait dans le grand hall de Rhal’Zoul une quantité abracadabrante d’asservis, qui pour la grande majorité d’entre eux, avaient comme ordres d’accomplir les désirs et les lubies de chacune des convives. Ainsi, sans faire attention d’où il posa sa main, –ici voir l’épaule de sa voisine, dont il avait volé la bouteille de jus plus tôt- il se redressa en y prenant appuis. À peine remit en équilibre sur ses guiboles, sa nouvelle confidente happa son attention en pointant celle dont le choix s’était arrêté.

« Elle? Vraiment? » Dit le maître des ombres, tandis qu’il fronça du regard pour mieux discerner la pauvresse. Peu de temps s’en fallut, qu’il ressente déjà de son dernier encas, quelques relents désagréables. Sa vue, floutée et mise à l’épreuve comme s’il était soumis à la houle d’un rafiot en pleine mer, rendit l’auscultation de l’élue d’Azza, fort trop laborieuse. Il la voyait plus maigre qu’elle l’était, maladroite, et les marques qui ornaient ses avants-bras lui paraissaient par deux fois exagérés. Si tant est, qu’il s’esclaffa d’un rire franc à son tour, comme s’il trouva que son choix n’avait ni queue ni tête. « Tu as vraiment envie d’amaigrir ta bourse, pas vrai? » Assura Kah à sa nouvelle amie de fortune, déposant pour le coup son regard sur elle, les mires enneigées par la substance qu’il avait avalé plus tôt.

« Je vais te montrer comment bien choisir. » Et la pique lancée vers Azza, dut certainement l’agacer. Il n’avait au départ, jamais eu l’intention de la harasser, mais Kah était bien loin de se douter qu’icelle faisait de son passe-temps premier, de sanglants combats de gladiateurs. C’était un peu comme si le bougre se targua de connaître d’avantage que sa voisine et de lui dire, comment devait-elle s’y prendre pour exceller.

Ainsi, le sombrelfe s’avança d’une enjambée, quittant le confort de leur alcôve pour mieux épier les bêtes disponibles. Comme les animaux d’une basse-cour, les esclaves s’affairaient à leurs affaires afin de combler les désirs et les lubies de chacune des convives. Il fit mine d’analyser les animaux, dont il ne manquait que la laisse à leurs colliers d’asservis pour en confirmer la métaphore. Il tâcha au passage ne pas trop montrer sa lacune d’équilibre, posant naturellement sa patte contre le montant du mur pour assurer sa stabilité. Enfin, une bonne minute passée, son sourire s’illumina à nouveau, alors qu’il arrêta son choix sur son cheval gagnant ; une éphémère dont la vie lui fut par trop généreuse en gras. Probable que Rhal’Zhoul s’était assuré que pour ses invités, il y aille de la chair pour tous les goûts... Le gras des bras pendouillant, pansue comme une femme enceinte de jumeaux et le cul large comme la devanture d’une échoppe, on pouvait désormais comprendre deux chose l'une : le champignon l'avait bellement enivré, ou bien Kah était en matière de combat un gros con! Ahhh, oui, s’il crut la trouvaille d’Azza trop maigrichonne, la sienne, avait du poids en trop pour trois de ses consœurs. « Elle, c’est elle la bonne! » Lança-t-il envers Azza, l’index tendu à peu près vers l’élue du drow.

Les dés étaient lancés et, pour nos deux drogués, il ne restait plus qu’à trouver comment aborder l’élus de leurs cœurs pour les forcer à se battre.


Revenir en haut Aller en bas
Azza
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 28
Date d'inscription : 01/03/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  146 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]   Dim 18 Nov 2018 - 17:48

Azza retint un sourire carnassier quand Kah commença à lui mecspliquer combien son choix était mauvais. Elle n’irait pas jusqu’à dire que c’était ce qu’elle avait espéré — elle ne réfléchissait pas autant et moins encore après un champignon comme celui qu’elle avait ingéré — mais il était parfois utile d’être systématiquement sous-estimé. Sa victoire future n’en serait que plus éclatante et jouissive. Le maître des ombres garda finalement pour lui les méandres de son raisonnement, pour se contenter de n’en livrer que la conclusion.

Et la prêtresse de se retrouver bien coite devant l’improbable championne de son compagnon de jeu. « Es-tu sûr de toi ? » ne put-elle s’empêcher de le questionner avant de se maudire intérieurement. Allons bon, elle n’allait pas non plus lui offrir de changer son arbalète d’épaule, non plus ! Il avait dit, sa parole devait être respectée. « Bien sûr que tu l’es, affirma-t-elle avec conviction en se redressant d’un bond sur ses pieds. Un daedhel tel que toi ne doit connaître ni le doute ni l’erreur. » Pour qui savait écouter, il n’était guère difficile de déceler dans le creux de sa voix un soupçon de doucereuse moquerie. Elle ne laissa guère l’opportunité à Kah de relever, cependant, car déjà commençait à s’éloigner… non pas en direction des deux championnes, dont elle se souciait fort peu des états d’âme, mais bien du maître de céans.

Rhal’Zoul — ce ne serait une surprise pour personne — ripaillait gaiement en compagnie de son premier cercle d’amis et de courtisans. Azza n’en faisait pas partie, mais il la connaissait de nom et s’il faisait peu de cas de cette petite prêtresse sans envergure, il tenait à rester en bon termes avec ses deux parents. Peu de doebens cherchaient des noises à Khatib et littéralement aucun n’avait envie de s’attirer les foudres de Ssasha. Cela permettait donc à Azza d’être laissée tranquille, mais aussi d’être écoutée quand elle avait quelque chose à dire.

« Rhal’Zoul, le salua-t-elle en étouffant à contrer les mauvais effets du champignon pour conduire dignement leur échange. Je ne veux pas t’embêter longtemps, mais…

Allons ! la coupa-t-il avec bonhomie. Comme si tu pouvais me déranger. Je n’aurais pas pris la peine de t’inviter si c’était le cas. »

Azza eut envie de répondre qu’elle n’avait pas spécialement été invitée, justement ; un éclair de lucidité lui permit cependant de retenir la pique qui lui chatouilla les lippes. Elle se contenta de le remercier d’un sourire, avant de lui désigner du doigt la championne qu’elle avait choisie. « La petite, là-bas… Tu pourrais me la prêter ? » Et la prêtresse de chercher du regard l’élue de Kah pour la montrer à son tour. « Et j’ai un ami qui voudrait jouer avec elle, aussi » Elle reporta son attention vers le grassouillet noirelfe et conclut : « Bien sûr, si on te les casse, nous paierons. »

Les appétences d’Azza pour les combats d’arène n’étaient un secret pour personne dans la communauté sombrelfique de Thaar et le concerné comprit très vite ce qu’elle pouvait bien avoir en tête. Il partit sur un petit rire, avant d’opiner du chef. « Avec plaisir, ma très chère Azza ! » Il fit signe à l’un de ses serviteurs de s’approcher. « Va prévenir les chanceuses… et trouve quelque chose qu’elles puissent utiliser comme arme. Un jambon, quelque chose comme ça.

Ta perspicacité n’est pas une légende volée, fit remarquer Azza en s’inclinant — très, elle était une prêtresse de Teiweon après tout — légèrement pour le remercier. Je vais annoncer la bonne nouvelle à Kah. »

Et, en moins de temps qu’il en fallait pour le dire, leur petit jeu intimiste devint la principale attraction de la soirée. Ce n’était pas pour déplaire à Azza, qui applaudit avec le reste des spectateurs quand les deux « gladiatrices » se mirent en place. On avait fait tracer un rectangle à même le sol avec ce qu’on avait trouvé — de la sauce de viande, surtout — et Kah et Azza s’étaient placé de chaque côté pour encourager leur champion respectif et lui donner ordres et conseils.

Le duel pouvait commencer.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kahveka Ner'Val Do'Vehera
Drow
avatar

Nombre de messages : 54
Âge : 30
Date d'inscription : 09/05/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  795 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]   Lun 19 Nov 2018 - 22:10




Dans l’état d’esprit où il se trouvait actuellement, la boutade d’Azza se montra aussi dévastatrice qu’un coup d’épée dans l’eau. Malgré toute la subtilité de sa partenaire de jeu, notre assassin possédait une paire d’oreille fonctionnelle et se serait bien permit de lui rétorquer quelque chose de plus salé, de plus relevé, eut été du fait qu’icelle ait prit la poudre d’escampette au profit de leur hôte commun. Des paupières, il les cligna à maintes reprises pour en chasser le flou de sa vue troublée, déposant sur la fine silhouette d’Azza toute son attention. C’est qu’elle lui semblait comme une créature toute étrange : pour le peu qu’il eut chance de constater, icelle lui laissait croire qu’elle était âgée de moult années, mais elle n’était dotée que de son corps d’adolescente. Son visage anguleux, ses cheveux de soie, son faciès tacheté subtilement de sombre, son féminin déhanchement et finalement, l’aisance qu’elle eut à adapter son caractère devant la figure de noblesse qu’était Rhal’zoul … Tout laissait croire qu’il était fort improbable qu’elle fût de basse extraction ou qu’elle ne possède qu’un métier de rien. Mais, à se baser sur des suppositions, ce n’était guère ainsi que Kah aurait obtenu la place qu’il occupait présentement au sein de la Dotkha. À la fin, une seule chose restait certaine : son postérieur devait être fort hospitalier.

Mais bon, c’était une information de peu de valeur.

Lorsqu’elle lui revint, tout sourire aux lèvres, il sut qu’elle avait obtenu le consentement du Seigneur Jambon pour qu’ils puissent user à leur convenance de leurs nouveaux jouets. Sans faire ni une ni deux, en quelques foulées Kah s’était suffisamment rapproché de sa truie d’esclave pour la saisir sauvagement au collier. Ahh oui! C’est qu’empoisonné de la sorte, le beau daedhel n’avait hésité à montrer sa propension à la violence et son côté sadique. Il emporta son animal de compagnie non loin de l’alcôve où il avait fait sa fortuite rencontre avec Azza, puis lui redonna pleine liberté en l’envoyant valser d’un sec mouvement du bras. La pauvresse manqua chuter, faisant onduler l’ensemble de ses bourrelets sous l’énervement de son mouvement, ceux-ci cherchant désespérément à s’évader de sa tenue forte bien trop serrée. Une fois que l’esclave reprit équilibre sur ses guiboles, Kah s’approcha une dernière fois pour lui donner ses conseils. Après tout, à l’instar d’un entraîneur de pugiliste, pour assurer la victoire de sa pouliche, il se devait de lui prodiguer les meilleurs enseignements qu’ils soient. La sagesse était de mise et il savait que l’issu du combat pouvait tres certainement découler de ses prochaines paroles.


« Vainc, ou je te tue là où tu es. »

Entre-temps, sa semblable s’était chargée de faire monter une arène de fortune, dans laquelle leurs deux champions allaient pouvoir montrer l’étendue de leurs talents. Ossements, sauce et barbaque trop cuite décoraient les limites de l’enclos. D’ailleurs, une idée lui vint. « Que commence le combat dans l’enclos de la MORT ! » Hurla notre assassin à l’assemblée réunie autour, tandis qu’il déposa son regard vers Azza, plus joueur que jamais. Son sourire était total, sa bonne humeur également et il se languissait de voir la suite des choses.

Il l’aimait bien, cette Azza.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ripaillez! La sobriété n'est pas ici invitée. [Azza]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» Rp collectif spécial Pâques ! [Tout le forum est invité !]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Maryse Narcisse invitée au Sénat: discussions autour de l'universite de Tabarre
» Matthias Wil'Cox {By Myaw}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Thaar-
Sauter vers: