Partagez | 
 

 Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]

Aller en bas 
AuteurMessage
Haldren Umbarion
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1054
Âge : 118
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Lun 29 Oct 2018 - 15:39


Quelque part au fion des terres stériles, non loin des ruines de Nisétis. Début de la 6ème ennédade de Favrius, an 11 du XIème cycle.

Un vent sec fouettait le désert, arrachant aux rares buissons épineux le peu de verdure qu'ils essayaient péniblement de faire vivre dans ce lieu isolé de tout. Un chaos de sable et de rochers, voilà comment décrire l'endroit fort inhospitalier où va se dérouler l'action. Pour l'instant tout y est encore calme, seul un serpent glisse silencieusement au sol en attendant la nuit pour partir en chasse des petites gerboises qui quitteront alors leurs profonds abris souterrains. A l'horizon des vautours tournent en cercle, sans doute attirés par quelque charogne dont ils feront sous peu leur festin. Nul ne vient jamais en ces lieux à part quelques nomades qui connaissent les sentiers secrets menant d'oasis en oasis, et parfois des aventuriers intrépides attirés par les richesses légendaires dont maints histoires parent les ruines de l'empire nisétien. Peu nombreux sont ceux qui reviennent en vie jusqu'au monde civilisé.

Soudain apparut dans l'air un vortex de magie noirâtre, poisseux et sillonné d'éclairs comme des veines palpitant sous la peau d'un ivrogne. Le froid glacial qui en émanait fit fuir jusqu'aux scorpions qui sillonnaient le sol, leur cortex limité ne comprenant pas la nature de danger mais leur instinct dictant de s'éloigner aussi vite que possible du phénomène. Du vortex sortit un groupe de silhouettes encapuchonnées et dont les longues capes en tissu grossier voletant au vent affichaient une flamme d'ébène comme seule iconographie. Sous les replis du tissu se devinaient des peaux sombres dont les propriétaires ne pouvaient qu'être des drows... sauf pour la silhouette qui semblait être le chef du groupe et dont la peau de lait lorsqu'il rabattit sa capuche tranchait avec celle de ses suiveurs.

Haldren Umbarion, car c'est bien de lui qu'il s'agissait, sentait la présence de la cité de Nisétis quelque part à l'Ouest de leur position. Tel n'était pas son objectif pour l'instant mais cela lui confirmait qu'ils se trouvaient bien dans la zone souhaitée et que le Cercle de Piliers ne devait plus être qu'à quelques heures de marche, quelques jours tout au plus. Plusieurs personnes se dirigeaient vers ce lieu redouté, peut-être même certaines d'entres elles s'y trouvaient-elles déjà ? Étendant ses perceptions, Haldren partit à la recherche d'auras magiques qui pourraient signaler que son confrère se trouverait dans la zone, marmonnant à voix basse les paroles de l'incantation dans un langage depuis longtemps oublié par la majorité des mortels.


h.core.in_smm = false h ; 0 = h or core.in_smm ← true, core.pc ← h.core.smbase + 0x8000 h then ReceiveSMI → context h 0 Minx86 transitions

Non, rien. Aucun écho magique ne lui revint, mais l'archimage ne se découragea pas et entama un nouveau sortilège.

IDRAM , ReadDRAM : Loc → IDRAM|Val | WriteDRAM : Loc → Val → IDRAM|{()}

Cette fois il sentit poindre un vague retour, comme une brise légère qui l'aurait frôlée mentalement. Une précision complémentaire devrait lui permettre de mieux cibler la présence.

IMCH , ReadMCH : Loc → Priv → IMCH|Val | WriteMCH : Loc → Val → Priv → IMCH|{()} | Lock : IMCH|{()}

Ah oui, cette fois-ci il sentait quelque chose non loin de là, un esprit puissant et toujours en éveil. Impossible pour l'instant de confirmer qu'il s'agissait bien de Dunraël, mais à sa connaissance peu d'autres mages se trouvaient dans la région, et aucun n'aurait ainsi réagit à une méthode formelle de la magie des esprits. Remettant sa capuche pour se protéger des rayons ardents du soleil, l'archimage fit signe au groupe de le suivre.

En route, direction le Nord-Est.
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 74
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Lun 29 Oct 2018 - 16:33


Le vieil Elfe avait délaissé quelques heures plus tôt la caravane qui l'avait rapproché de sa destination. De nombreuses roulottes et cavaliers avaient quitté Essalia, arpentant les routes insécables et invisibles du désert zurthan, se repérant dans un espace dénué du moindre indice avec une facilité qui avait surprit Dunraël. Après de nombreux jours de voyage, l'un des zurthans s'était tourné vers l'Elfe qui les accompagnait. D'un geste assuré, il pointa les étendues désertiques qui s'allongeaient à perte de vue, désignant le sud. Votre destin vous attend, avait assuré l'homme de couleur. Dunraël l'avait remercié avec un regard perplexe, avant de talonner sa monture qui s'élança à travers la mer aride.

Le canasson du vieil Elfe n'avait pas manqué de faire part à son maître de son rechignement à l'idée de s'enfoncer dans le désert. Pourtant, il n'avait guère le choix. Dunraël avait forcé le galop de son cheval, soulevant à chaque enjambée de grandes gerbes de sable. La caresse mordante des astres princiers ne découragea pas le vieil Elfe, qui ne pouvait que se rendre à l'évidence : il approchait du but. Si rien de tangible ne pouvait le confirmer, le bourdonnement vibrant à ses oreilles et la constante sensation de ses sens aiguisés par la magie omniprésente le poussait à accélérer le pas à chaque fois qu'il y prêtait attention.


Et puis ses yeux se brouillèrent un bref instant, sa main se portant à son visage pour essuyer ce qui ne pouvait l'être. Les mirettes du vieil Elfe se refermèrent violemment, et lorsqu'il les rouvrit, Dunraël put contempler sa destination. Les amas de rochers et le temps n'avaient guère altéré ce que le vieil Elfe découvrait pour la première fois : les Piliers de la Mort. L'espèce d'arène était composée de hauts piliers de pierre, au nombre de douze, disposés en cercle autour d'une vaste étendue vide. On pouvait y sentir la magie comme une brise omniprésente qui ne se laissait guère éventer par l'étourderie ou l'attraction.

Mettant pied à terre, Dunraël inspira longuement avant de s'avancer, par pas très lents, entre les imposantes colonnes de pierre. Les vibrations étaient telles que seul un fou se risquerait à s'approcher trop proche de la pierre noire. Le vieil Elfe s'avança, son regard parcourant les étendues autour de lui, jusqu'au centre du cercle dessiné par les Architectes et le temps. Ses mirettes se fermèrent à nouveau, et il relâcha son esprit avec douceur, et prudence laissant sa sensibilité explorer les ondes et les arcanes qui sondaient le lieu. Il les ressentit comme le fracassement des vagues sur les rochers tranchants des côtes de l'Aurore. Le vieil Elfe porta une main à sa tête, abasourdi par ce qu'il ressentait. La lueur aveuglante des astres trônant dans le ciel ne dissimulait plus les silhouettes vagues et difformes qui rôdaient à l'intérieur du cercle. Ils erraient, aussi réels et visibles que ne pouvait l'être n'importe quel être vivant, bien que nulle once de vie ne se trouvait encore en eux. Le vieil Elfe recula d'un pas, puis d'un deuxième. Les spectres ne lui prêtaient aucune espèce d'attention...mais seul un fou aurait été jusqu'à dire qu'il ne courrait aucun danger.

Et puis soudain, une intrusion. Comme une boussole traquant l'inexpugnable. Et puis, il se rappela. Haldren. Il était peu probable que les autres du groupe l'aient déjà rattrapé. Et si tel était le cas, ils ne l'auraient pas cherché. Ils l'auraient trouvé.

Son regard se porta vers le sud-ouest, d'où il sentait que venait l'écho de sorcellerie. Dunraël ressortit, par les mêmes pas lents qui l'avaient amené au centre de l'arène, et prit place sur un rocher à l'écart, prenant son mal en patience afin d'attendre son nouveau compagnon. Puis il plissa les yeux, ressentant à nouveau l'écho arcanique. Haldren n'était pas seul. Dunraël tourna le regard vers les Piliers : il en était suffisamment proche pour s'y réfugier si quelque chose devait mal se dérouler. Et si tel était le cas, il ne donnait guère cher de la peau de ses ennemis dans un lieu regorgeant d'une magie qu'il maniait...ni de la sienne, pour oser tenter de manipuler des flux si puissants.

« Rëma'El. »

La salutation envers son confrère était sobre, mais suffisante. Dunraël plissa légèrement les yeux, puis se releva. L'Elfe avait vu juste. Haldren n'était point venu seul, et ceux qui l'accompagnaient ne partageaient guère de points communs avec celui qui semblait les guider. Là où la peau d'Haldren était laiteuse, celle de ses suivants épousait la couleur de la nuit. De toute sa haute taille, Dunraël tenait son bâton fermement dans la main gauche. La droite était repliée, le poing fermé, au bas de son dos. Le ton de sa voix ne trahissait rien d'autre, si ce n'était son habituel air las.

« Tu as eu plus de succès que moi à gagner des partisans à ta cause. Le bien commun et l'or sont de puissants vecteurs lorsqu'il s'agit de se faire des alliés. Tu as ma gratitude de me rejoindre ici. Nous avons fort à faire, je le crains. »

Le regard de Dunraël se retourna un instant sur le centre de l'arène composée par les Piliers.
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Umbarion
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1054
Âge : 118
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Mar 30 Oct 2018 - 12:46

Fort heureusement la route ne fut pas longue et après quelques heures à travers des dunes de sables ou des chaos de rochers, ils arrivèrent en vue de leur objectif : un cercle de massif piliers situés dans une sorte d'arène naturelle. Les érudits échangeaient souvent sur la nature de ces piliers, sur ceux qui les avaient érigés ainsi que sur la nature des phénomènes qui s'y déroulaient. Mais si ces phénomènes restaient mystérieux, la concentration de magie qu'Haldren y ressentait ne laissait aucune place au doute quant à la dangerosité évidente de l'endroit en cas de fausse manœuvre. Dangereux mais fascinant toutefois, voir cela valait bien ce petit désagrément d'un voyage dans l'un des lieux les plus inhospitaliers de Miradelphia.

Un elfe les attendait bien comme prévu au niveau des Piliers. Faisant signe aux chaotiques de rester en arrière pour ne pas donner de sensation d'agressivité, Haldren rejoignit seul Dunraël. De toute façon, la plupart des sujets dont il comptait s'entretenir avec son confrère ne concernaient qu'eux deux et il ne servirait à rien de trop en apprendre à ses sbires aussi tôt dans l'aventure.


Ce n'est ni le bien commun ni l'or qui les amène, mais peu importe. Ils sont loyaux, obéissants, intrépides... et gros avantage à mes yeux : pas curieux.

Se retournant vers le groupe qui attendait patiemment à bonne distance, il leur cria :

Trouvez un endroit un peu au Sud d'ici et hors de vue pour installer notre campement.

Plusieurs jours pouvaient se passer en ces lieux, alors autant prendre un peu ses aises. En indiquant le sud comme emplacement du campement, Haldren choisissait le côté par où personne ne devrait à priori arriver puisque seules des rares bandes nomades erraient dans ces étendues désertiques.

Ainsi donc voici ces fameux piliers. Curieux qu'un vortex se soit créé ici, je me demande si elle est naturelle et que ces piliers ont servi à la contenir, ou si leurs créateurs ont volontairement déchiré la trame des univers.

Bah, ils auraient bien le temps d'étudier plus avant ce phénomène.

Avez-vous obtenu des informations lors de votre voyage jusqu'ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 74
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Mar 30 Oct 2018 - 17:09

Dunraël ne put s'empêcher de sourire un peu.

« Ah, pas curieux. Une grande qualité pour qui a sa vie en sursis. »
Le vieil Elfe invita son semblable à faire quelques pas avec lui, se tenant à l'écart des monolithes de pierre. Les vibrations qui suintaient des structures continuaient de perturber le plus taciturne des deux éternels. Tandis qu'ils marchaient dans le sable, Dunraël désigna l'intérieur de l'arène, pointant son index sur les spectres difformes errant sur le sable, comme s'ils flottaient à la dérive, traquant ce qui demeurait en dehors de leur portée.

« Des années pourraient s'écouler avant que nous puissions formuler des théories viables sur ce lieu. La magie qui en émane, sa source, sa portée...Tant de données et de possibilités. L'instabilité et l'immensité de la sorcellerie qui y rôde met en danger bien plus que nos personnes. Cela doit être résolu. »

Dunraël s'assit sur un rocher perdu, plaçant son bâton entre ses jambes, le tenant entre sa joue gauche et son épaule. Son médaillon brillait comme jamais, faisant trembler la chaîne d'or qui le maintenait à la nuque de son propriétaire. Ses mirettes céladons se posèrent sur son interlocuteur.

« Une tribu zurthan, les Akadjis, ont quitté la monotonie du désert pour se rendre à la cour de Naelis sur la demande de son roi et d'un acteur extérieur, un humain du sud de la Péninsule. Là-bas, ils se seraient livrés à un rituel dont le déroulement, le contenu, et les objectifs me sont toujours inconnus. La date supposée du rituel concorde avec la fermeture du monde des morts. De plus, ces Akadjis vénèrent une créature nommée le Chetso, une entité qui s'épanouit au détriment des hommes plongés dans le sommeil. La rumeur veut que les Akadjis nourrissent le Chetso avec les esprits égarés de ceux qui sont morts. Ils en tireraient du savoir et du pouvoir. »

Le vieil Elfe rajusta son fessier, avant de reporter son regard sur l'arène de sable. Plus il passait de temps proche des piliers, plus leur magie - sa magie - finissait par installer en lui une routine. Les vibrations à ses oreilles semblaient presque lointaines désormais. Dunraël avait conscience qu'il se trouvait à l'un des points cardinaux de son art, à proximité d'un puits insatiable, d'une source intarissable des arcanes. Mais il n'était guère tenté : seul un fou se risquerait à manipuler autant d'énergie si volatile et instable.

« Maintenant que nous sommes ici, nous pouvons commencer notre travail. Trouver un moyen d'ouvrir à nouveau le monde des morts est ma priorité, en évitant autant que possible de me frotter à la...« déesse ». Je suppose que je vais devoir me plonger dans l'Entre-Deux...Mais il semble si...atténué, ici. Comme si le Voile était déjà déchiré. »


Revenir en haut Aller en bas
Haldren Umbarion
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1054
Âge : 118
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Mer 31 Oct 2018 - 10:34

Tout en écoutant Dunraël, Haldren s'approchant un peu du cercle, sens sens magiques en éveil. Un maelstrom, un ouragan, un gouffre avide d'avaler l'impudent qui s'y risquerait sans les précautions indispensables, voilà comment il ressentait l'espace entre les piliers et à aucun prix il ne comptait y pénétrer pour l'instant. Les failles séparant les univers constituaient certes l'un de ses sujets d'études préférentiels depuis longtemps, mais même l'archimage admettait volontiers ne comprendre qu'un infome fraction de ces phénomènes aussi étranges que fascinants.

Si les Souffles que nous sentons rôder dans les piliers ne peuvent atteindre la demeure de Tari, cela confirmerait certaines de nos hypothèses. Le dogme religieux nous apprend que le Senarda est divisé entre les Terres d'Emeraudes où nous espérons tous finir, et la Tourmente qui entoure ce royaume de félicité où errent ceux qui doivent expier les erreurs commises de leur vivant. Analysé sous l'angle purement arcanique, cela impose l'existence de trois plans d'existence distincts... ou univers, ou dimensions, peu importe le terme que nous utilisons.

Haldren se frotta le menton tout en fixant les piliers d'un œil vague.

L'existence de plusieurs plans a longtemps été contesté par les érudits, mais le plan des Ombres dans lesquels je me déplace lorsque cela s'avère nécessaire n'appartient pas à Miradelphia et je le soupçonne d'être le reste d'une réalité antérieure à la nôtre. Les règles physiques et temporelles qui le régissent ne sont absolument pas compatibles avec ce que nous connaissons ici. Dès lors, admettre qu'il peut exister d'autres plans... une infinité peut-être... ne me choque pas. Et que certains de ces plans constituent la demeure des Dieux devient un simple corollaire à la démonstration.

L'archimage réfléchissait à haute voix, autant parce que cela l'aidait à traiter ses idées que pour permettre à Dunraël de les entendre et d'y réagir.

Des précieuses informations que vous avez acquises, je pense que nous pouvons en déduire que ces... Akadjis... ont scellé la faille permettant d'accéder aux Terres d’Émeraude. Seul reste donc accessible la faille entre Miradelphia et la Tourmente, où s'amassent les Souffles dont ce... Chetso... tirerait sa puissance. Les Piliers constituant un morceau de cette faille, rien d'étonnant à ce que nous y sentions un puissant amas d'éther causé par l'abondance des Souffles qui se retrouvent prisonniers juste de l'autre côté.

Les deux praticiens du noble art se trouveraient-ils donc devant une baignoire dont le robinet était ouvert mais la bonde hermétiquement fermée ? Si tel était le cas, la situation pouvait s'avérer d'autant plus grave qu'aucune baignoire n'a une capacité de contenance infinie.

Mais dans ce cas, espérer contacter Tari d'ici est voué à l'échec ! La Tourmente est certes aux lisières de son royaume mais la déesse n'y rôde pas, d'autant moins qu'elle ne peut pas y accéder en passant par Miradelphia et que l'accès depuis les Terres d’Émeraude est fermé. Nous tentons d'ouvrir une porte par le côté dont la poignée a disparu !

Se tournant vers son collègue, Haldren demanda :

Qu'en pensez-vous, Dunraël ?
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 74
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Mer 31 Oct 2018 - 13:54

Alors que son confrère parlait, Dunraël dessinait, de la lame scindant le bas de son bâton, dans le sable épais des Terres Stériles. Ses yeux se plissaient parfois, réfléchissant silencieusement alors qu'Haldren lui adressait tantôt la parole, tantôt semblait plus réfléchir à voix haute. Dunraël finit par relever les yeux, balayant doucement de son pied ce qu'il avait dessiné.

« Une brillante analyse, Haldren. Vous soulevez beaucoup de points pertinents, mais je suis en désaccord sur certains aspects. Attribuez cela à ma propre expérience, et au fait que je ne raisonne guère par un point de vue théologique. »


Dunraël dessina un cercle de la pointe de son bâton. A côté de ce premier cercle, au dessus duquel il dessina un A, il en traça un second, de la même taille, et il l'affubla d'un B. Enfin, il enferma les deux figures dans un rectangle large, laissant un certain espace entre les structures respectives.

« La dimension dans laquelle nous vivons est le monde des vivants, que je représente ici par le cercle A. Le monde des morts est le cercle B, et je passerai outre ici les multiples...pans, ou composites, qu'il peut avoir. Et entre les deux peuvent évoluer de nombreuses dimensions et régions du monde, à mi-chemin entre le monde visible, vivant, et invisible, des morts, que j'ai ici représenté par le vide entre le rectangle et les cercles. Cet espace vide est un lieu au-delà du temps et de l'espace, avec lequel je suis familier. Les esprits viennent s'entasser dans ce...Vide...sans être vivants...Mais sans avoir atteint le royaume des Morts. Et il apparaît qu'ici, aux Piliers de la Mort, la frontière entre le monde des Vivants et le monde des Morts est d'une finesse que je n'ai que rarement vue auparavant.»


Dunraël se releva, laissant son piètre dessin en place, déjà endommagé par la légère brise qui soulevait les grains irritants de la mer de dunes.

« Rien ne porte à croire que l'Entre-Deux supportera longtemps cet amas d'âmes perdues. Et si un côté devait flancher, ce ne serait certainement pas la porte opaque et solide dressée par Tyra. Nous, plus que quiconque, devrons assister à l'errance visible, presque physique, des âmes défuntes. Ce n'est guère souhaitable. »


Le plus âgé des deux Elfes s'était quelque peu approché des Piliers, demeurant à une distance raisonnable de sécurité. Plantant son bâton dans le sable, il s'y appuya, ses mirettes se posant sur les monolithes, restant un instant silencieux.

« Ce que vous appelez la Tourmente, je le nomme Entre-Deux. Ce que vous nommez les Terres d'Émeraudes, je l'appelle le Royaume des Morts. Ces deux lieux forment, selon mon expérience et mon point de vue, l'Au-Delà. Vous avez raison de penser que contacter Tyra est voué à l'échec. Pourtant, je pense très fermement que nous sommes devant l'une des Portes menant au monde des morts. Ces spectres cherchent la même chose que nous : une poignée qui a disparu. »


Le vieil Elfe se retourna un instant, regardant son confrère, s'adressant à lui avec la même monotonie et le même respect que de coutume.

« La foi n'aidera personne. Forcer la porte non plus. Le Chetso s'épanouit et se nourrit donc de ces âmes perdues rencontrant un mur, et qui errent dans un Entre Deux presque inexistant en ce lieu. Mais comment une déesse comme Tyra pourrait-elle contenter ceux qui la blasphèment ? J'ignore tout du rituel que les Akadjis ont mené à Naelis. Mais ou Tyra, par colère et aveuglement, a rendu service à ceux qui l'ont insulté...Ou les Akadjis ont eux-même fermés les portes du royaume des morts pour que leur créature se nourrisse. Dans les deux cas, un recours à Tari ne me semble guère pertinent. Je commence à penser que j'ai bien fais de demander à Mu'Hamla de faire courir des rumeurs afin d'attirer les Akadjis ici... »


Revenir en haut Aller en bas
Haldren Umbarion
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1054
Âge : 118
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Mer 31 Oct 2018 - 14:20

L'ancien Triumvir écouta avec attention le vieil elfe lui présenter sa théorie, ravi de voir qu'ils se retrouvaient sur la logique du système à analyser, quand bien même ils ne le concevaient pas à l'identique sa structure profonde. Rien d'étonnant puisque l'un venait de l'étude des Ombres, l'autre de celle des Esprits. Tous deux gravissaient la même montagne par des pans distincts et ne voyaient de ce fait pas le sommet à l'identique. Peu importait au fond, tant qu'ils se retrouvaient finalement à l'arrivée de l'escalade.

Nos divergences sont plus conceptuelles que fondamentales, sans doute dues à la façon dont nous avons abordé chacun les espaces au-delà de cette terre que nous foulons. A mes yeux ce rectangle est en lui même un plan d'existence, au même titre que chacun des deux cercles. Mais ce débat académique sera pour plus tard car nous convergeons sur le même problème : comment passer de A à B sans rester bloqué dans le rectangle ?

Avec un geste rageur, Haldren piétina le cercle B représentant le monde des morts.

Et pourquoi Tari ne rouvre-t-elle pas les portes de son cercle ? J'ai peine à croire que ces chamans Akadjis puissent défier la volonté d'une déesse. Je sens qu'il nous manque un élément... il faut en apprendre plus sur ce fameux rituel de Naelis.

L'émulation mentale de pouvoir discuter avec quelqu'un qui comprenait la haute magie ne le fit pas réagir tout de suite à la dernière phrase concernant la demande faite à Mu'Hamla. Perdu dans des méandres de théories du possibles, de méthodes formelles et d'hypothèses aventureuses, il fallut quelques secondes pour que l'esprit de l'archimage tilte sur la prochaine venue des Akadjis aux piliers.

Vous avez fait quoi ? Mais vous êtes complètement...

Haldren réflechit un instant pour trouver le terme adéquat puis un sourire rusé apparut sur ses lèvres fines.

...génial.

Pour un peu, le terme "cruel" aurait pu remplacer le terme "rusé" alors que le sourire s'élargissait, mais aucun sadisme n'émanait d'Haldren, simplement une glaciale détermination. La menace pesant sur toute la Création se confirmait et le sort d'un clan nomade ne pèserait pas lourd dans la balance face au destin de milliers.

Puisque ces chamans sont la source du problème, ils seront les mieux à même de nous en révéler la nature exacte. De gré ou de force.
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 74
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Mer 31 Oct 2018 - 15:26

L'Elfe inclina le faciès en guise de remerciement. Puis il leva les yeux au ciel, réfléchissant longuement en faisant les cents-pas, arpentant le sable entourant l'arène des Piliers. Puis il se retourna à nouveau, les doigts quelque peu crochus, comme si une mimique curieuse rendait un raisonnement plus solide et plus appuyé.

« Il n'y a que peu de choix s'offrant à nous. Si Tyra a fermé les portes du royaume des morts suite à un rituel des Akadjis, alors elle a favorisé des blasphémateurs, et leur a permit de s'épanouir au détriment de ceux dont elle est sensée avoir la garde. Cela fait donc d'elle un Être stupide, et la prier ne changerait rien. Si la fermeture du monde des morts est due aux Akadjis, et que Tyra, par choix ou incapacité, ne peut palier à leurs méfaits, alors elle fait une bien piètre déesse. »


Dunraël releva les yeux. Il sentait presque comme une forme de victoire, bien que ce n'en fût pas une. Lui qui était l'un des seuls êtres de Miradelphia à ne pas voir les Cinq comme des dieux, voilà qu'il se retrouvait mêlé à une histoire qui tournait en ridicule l'une d'entre eux. C'était, à bien des égards, pire qu'un déicide, et il s'en réjouissait.

« Je n'avais guère le temps de trouver les Akadjis. Ils se sont terrés dans le désert, invisibles aux yeux des étrangers et même aux yeux des leurs. Mais les faire venir ici, menacer leurs croyances...Peut-être cela les fera-t-il venir, auquel cas... »


Dunraël se retourna vers les Piliers, un sourire sur le visage. Une idée lui parcourut l'esprit, de celles qui sommeillent dans les esprits des fous et des brillants, que seuls les plus démunis se risqueraient à concrétiser dans les situations les plus désespérées. Peut-être était-ce ce vers quoi Haldren et Dunraël se dirigeaient, après tout...

« Cela promet un spectacle enrichissant. Ces Piliers renferment une magie instable. Des flux arcaniques qui sont similaires à ceux que je manie et génère lorsque je navigue dans l'Entre-Deux. Mais ils sont bien trop...sauvages, bien trop puissants pour ma seule personne. Mais si la situation devait empirer, je dois envisager un moyen de canaliser cette source pour pouvoir m'en servir au besoin. Auriez-vous une idée ? »



Revenir en haut Aller en bas
Haldren Umbarion
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1054
Âge : 118
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Mer 31 Oct 2018 - 16:37


Haldren tiqua un peu en entendant Dunraël blasphémer, puisqu'il faut décrire ainsi sa tirade assez méprisante envers la déesse des morts. Bien que ne respectant lui-même que Kÿria, son confrère se sentait mal à l'aise face à ces paroles, surtout alors qu'ils se trouvaient quasiment à la porte du royaume de l'au-delà. Certes cette porte se trouvait fermée, mais mieux valait espérer que Tari soit dure d'oreille.

Un statut divin n'inclut pas forcément la sagesse qui va avec. Si je hais la folie de Calimenthar sans pour autant dénier son pouvoir, je ne porterais par contre pas à ce stade un jugement aussi sévère que vous sur Tari. Il reste à espérer que les Askadjis tomberont dans le panneau et viendront par ici pour que nous puissions en tirer des révélations.

La question suivante de Dunraël n"était pas moins tendancieuse. Si les Dieux se voyaient cette fois laisser de côté, la seule idée de manipuler les énergies qu'il sentait bourdonner juste devant eux semblait à peine moins folle que de retourner au Puy.

Canaliser une source aussi chaotique que cette faille ? Non, selon mon expérience un tel prodige serait impossible. Il serait au mieux envisageable de se baser sur certaines structures que l'on retrouve dans les Nœuds Endogènes comme l'Oeil de Valas en Elda pour initier un rituel stabilisateur. Cela nécessiterait une préparation particulièrement minutieuse pour n'obtenir qu'une stabilisation temporaire du vortex.

Tout en parlant, Haldren réfléchissait à un tel rituel. Même un flux chaotique de magie obéit à des lois et il devient possible, en les interprétant bien, de créer des digues magiques pour les obliger à respecter une certain cohérence. Bien évidemment, la puissance de la digue, fusse-t-elle édifiée par un maître du noble art, ne pourrait contenir bien longtemps la furie qui bouillonnerait derrière. Ce serait comme se trouver dans l’œil d'un cyclone, une zone calme et lumineuse mais infiniment fragile et où toute erreur rejetterait l'imprudent en plein dans la zone de danger. Beaucoup d'efforts pour un gain que l'archimage ne devinait guère.

Mais cela ne présenterait guère d'intérêt. Même si nous pouvions profiter de cette accalmie pour traverser la faille, nous ne serions pas plus avancés une fois de l'autre côté.
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 74
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Mer 31 Oct 2018 - 21:39

Ainsi venait l'instant où, pour la première fois, les deux mages étaient en désaccord, et pas sur un sujet moindre. Le vieil Elfe taciturne se rapprocha de son confrère, le ton calme, tenant toujours son bâton de sa main gauche.

« Rëma'El. Je ne suis guère enchanté à l'idée de devoir manipuler la puissance que ces Piliers renferment. Mais si nous devons affronter un ennemi, que ce soit les Akadjis ou d'autres individus, n'importe quel combat pourrait avoir des conséquences désastreuses. Combattre un sorcier tel que moi ou à l'image des Akadjis, si proche de ce lieu, reviendrait à combattre un pyromancien dans une cité brûlant, un spécialiste de la lave dans un volcan en éruption, ou un aquamancien en pleine tempête tropicale. Tous serions baignés dans notre élément. Mais utiliser la magie des Piliers comporte des risques certains, tout comme se tenir dans une cité brûlant ou dans un volcan en éruption. Ne pas les utiliser en tant que source de magie n'altère ni la problématique de leur présence, ni le danger de la magie qu'ils contiennent. »


Dunraël se retourna, désignant les monolithes de pierre de son index tendu.

« Ceci est un problème dont il faudra, tôt ou tard, s'occuper. Et je ne laisserai guère des mains d'enfant, ou des mains d'inconscients, s'en approcher sans en connaître la pleine ampleur. Ces vibrations, vous les sentez comme moi. Souhaitez-vous vraiment que des enfants s'en approchent et tentent quoique ce soit avec ? »


Haldren devinerait sans peine à qui Dunraël se référait en employant le terme « d'enfants. A cette heure, le groupe qui aurait tôt fait de les rejoindre constituait une inconnue tout aussi dangereuse que les Akadjis. A la différence que les Akadjis avaient probablement conscience de ce qu'ils faisaient, et maniaient les arcanes en conséquence. Mais ils n'étaient point plus dangereux qu'une troupe de mages inexpérimentés et immatures, préférant les querelles de bas étage et les discours puérils à la moindre compréhension d'un sujet complexe.

« J'ai fais le serment de garder le Voile intact et de préserver les mondes visibles et invisibles. Je ne laisserai personne être un obstacle à ma voie. »


Dunraël termina son propos en inclinant le visage, montrant à Haldren que nulle hostilité n'émanait de lui à l'heure actuelle. Il n'était guère venu pour se battre, et souhaitait, du fond du cœur, repousser cette éventualité jusqu'à la fin. Le vieil Elfe sortit alors un petit sifflet de bois gravé d'une sacoche de cuir. C'était le colifichet qu'il s'était procuré auprès de son vieil ami Mu'Hamla.

« Ce sifflet permet à celui qui l'emploie de se réfugier derrière des murs de pierre formant une boîte impénétrable. Elle est donc une protection utile pour qui s'y enferme...Ou une prison efficace pour qui y est condamné. L'effet est temporaire, et les murs ne sont pas indestructibles. Mais cela permettrait de gagner du temps, ou de piéger un Akadji. »


Revenir en haut Aller en bas
Haldren Umbarion
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1054
Âge : 118
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Ven 2 Nov 2018 - 12:54

Un désaccord entre deux mages s'effectue en général de manière polie jusqu'au moment où les sortilèges se mettent à voler et le champ de bataille se transformer en une ruine fumante. C'est là une différence fondamentale avec les malabars de taverne qui beuglent beaucoup avant mais se révèlent décevant en action. En tout cas ce premier achoppement entre Haldren et Dunraël se trouvait fondamental : fallait-il avoir recours à la magie des Piliers pour empêcher les Akadjis ou le groupe de Cécilie de s'en approcher.

J'approuve votre volonté de ne pas laisser n'importe quel... enfant... ou ces mystérieux Akadjis utiliser la magie qui vibre entre les piliers. Sur ce point nous sommes d'accord, le vortex est trop fragile et ne doit pas tomber entre des mains inexpérimentés ou mal intentionnées.

La différence entre eux variait moins sur le résultat à atteindre que sur les moyens à employer pour y aboutir. Eternel débat philosophique : la fin justifie-t-elle les moyens ? Haldren répugnait foncièrement à intervenir sur une faille comme celle du Cercle sans même connaître la nature du déreglement dont elle souffrait, et s'agaçait de voir son collègue brûler les étapes en risquant de commettre l'irréparable pour peu qu'un piège magique ou toute autre saleté y soit enchâssée.

Mais affronter les Akadjis ne nécessite pas de recourir à la magie des piliers. A nous deux et avec l'aide de mes guerriers, nous sommes tout à fait apte à les réduire à l'impuissance puis à interroger leurs chamans pour qu'ils nous dévoilent la nature du rituel qui est la cause de nos problèmes. Votre sifflet sera d'une grande aide pour en capturer un.

Les clans nomades comportaient certes de rudes guerriers habitués à une vie spartiate dans le désert, mais Haldren restait confiant. La surprise jouerait pour eux s'ils arrivaient à leur tendre une embuscade, et il suffirait de capturer un chaman pour disposer d'une source de renseignements. La principale problématique risquait plutôt d'être le temps que les Akadjis se rendent en ce lieu... en supposant que la ruse de Dunraël soit réellement efficace et non pas éventée.

Alors, et alors seulement j'accepterai d'intervenir au niveau du vortex.

Quant à la troupe de Cécilie, elle restait une quantité négligeable. Sans soutien extérieur et dans un environnement hostile, l'archimage ne voyait pas en quoi elle pourrait constituer un danger si les deux elfes décidaient de leur barrer la route des Piliers.
Revenir en haut Aller en bas
Dunraël
Elfe
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 74
Date d'inscription : 01/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Sam 3 Nov 2018 - 12:46

Dunraël plissa les yeux légèrement, puis lâcha un bref râle. Il se rendit à l'évidence : il n'avait, de toute manière, aucun moyen d'imposer sa volonté ici. Si le vieil Elfe se résolvait à l'idée de devoir utiliser l'impressionnante source de magie, Haldren ne partageait pas cette détermination. Et il manquait, au plus taciturne des deux, un argument de poids dans la balance : des soldats.

« Très bien, Rëma'El. Nous suivrons votre souhait. »


Dunraël se détourna de son compère, regardant l'immense mer de sable, aussi dangereuse qu'elle était calme. Il pensa, à cet instant, que bientôt les Piliers de la Mort seraient les témoins de bien des événements pouvant changer la face du monde. L'arrivée de la troupe, l'éventuelle ruée des Akadjis décidés à ne point laisser leurs machinations s'effondrer...Les deux mages auront tôt fait de trouver une occupation des plus légitimes : sauver le Voile. Et accessoirement, se battre pour leur vie. Puis une pensée parcourut l'esprit de Dunraël.

« Je me demande quels seront les effets de ma magie en ce lieu. L'art me permet habituellement de communiquer avec l'Entre-Deux. Avec ceux et celles qui errent dans ce lieu sans fin, sans limite, et sans temps. Mais ici...Il est presque inexistant. Est-ce que cela rend ma magie plus dangereuse, plus mortelle...ou obsolète ? »


Revenir en haut Aller en bas
Haldren Umbarion
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1054
Âge : 118
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Mer 7 Nov 2018 - 12:37

Haldren regarda fixement vers les Piliers, comme reniflant mentalement la magie qui en émanait pour la comparer à la dernière réflexion de Dunraël sur la nature spécifique de cet endroit où la frontière entre les mondes n'existait plus vraiment.

Je ressens toujours les flux arcaniques mais vous avez raison, ils sont... différents en ce lieu. Comme si... comme si cette faille déformait la nature même de la trame à travers laquelle ils se propagent. Intéressant... de tels effets apparaissent avec les failles mais nous n'avions jamais eu le temps d'en étudier une plus de quelques secondes jusque là.

Tendant la main, l'archimage y fit naître une flammèche ténébreuse qui se mit à voleter follement comme sous l'effet de la brise alors qu'aucun souffle de vent ne se faisait sentir sur le visage des deux elfes. Une intense concentration lui permit de la stabiliser, mais dès qu'il relâcha son attention la sarabande reprit de plus belle jusqu'à ce que la flammèche disparaisse dans le poing fermé de l'ancien Triumvir.

Un effet chaotique engendré par le surplus d'énergie issue de la faille ? Votre magie étant intimement liée à l'au-delà, cela expliquerait pourquoi elle y est particulièrement sensible. Venez, éloignons-nous un peu pour voir si ces effets parasites diminuent avec la distance.

S'ils devaient affronter des ennemis, mieux valait en effet s'assurer de la zone dans laquelle leur art pourrait les trahir. Haldren et Dunraël sortirent de l'arène naturelle où se trouvait le cercle pour entamer une grimpette par des sentiers de chèvres en direction d'un petit plateau dominant la zone et du bord duquel l'un des drows leur faisait de grands signes. L'ascension ne fut pas des plus aisées et ils la finirent en haletant un peu, mais en arrivant en haut Haldren dut reconnaître que la position se trouvait fort bien choisie. Dominant l'arène et le cercle, le plateau où se dressaient désormais leurs tentes se trouvaient hors de vue depuis le bas tout en leur offrant une bonne visibilité sur toute la zone environnante.

Espérons que les Akadjis ne tarderont pas. Ce coin n'est tout de même pas des plus hospitaliers, grommela l'archimage en s'asseyant pour reprendre son souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 762
Âge : 64
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Lun 12 Nov 2018 - 18:47


Le dromadaire courait. Ses longues pattes foulaient le sol en laissant les larges marques de ses énormes pieds dans le sel des plaines stériles. Depuis leur sortie du désert, la bête n'avait pas ralentie malgré ses deux cavaliers. Les rumeurs étaient étranges et les anciens les avaient envoyés pour vérifier quel étranger se rendait dans le Nid du Chetso.

Ils avaient suivit la route des caravanes à bonne distance puis avaient accéléré l'allure, passant de plaque rocheuses en ombre de faux-plat dans ce territoire dénudé qu'ils connaissaient si peu. Grands, les membres longs et le cou délié, leur peau noire, presque bleutée, était couverte par de nombreuses couches de toiles qui transformait leur silhouette. Sur le torse, les symboles de leur tribu. Sur le dessus de leur tête, un crane blanchi par le temps était clairement visible sous une large capuche sombre. Les deux jeunes gens, un homme et une femme, avaient surveiller les étrangers aux oreilles pointues toute la fin de la journée. Mais ce ne fut que lorsque la nuit leur permis de s'aventurer à découvert que les deux jeunes gens, un homme et une femme, se glissèrent jusqu'au camp des étrangers, couteaux à la main...

Revenir en haut Aller en bas
Haldren Umbarion
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1054
Âge : 118
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   Mar 13 Nov 2018 - 11:12


La nuit venait de tomber sur le petit campement et sur ordre d'Haldren aucun feu n'avait été allumé afin d'éviter d'être repéré par d'éventuels yeux trop indiscrets. Cette précaution se révéla finalement inutile comme la suite le prouvera, ce qui aurait donc en réalité permit aux voyageurs de se cuisiner une bonne petite popote au lieu de se contenter des tranches de viandes séchées qui constituèrent leur peu goûteux repas. Mais les chaotiques s’entraînaient par nature à vivre durement, Haldren était un ancien militaire ne se plaignant pas lorsqu'il fallait preuve de frugalité pour une cause importante, et Dunraël avait lui aussi l'habitude des voyages parfois peu confortables. Bref, tout ce petit monde se mit au lit sauf une sentinelle qui patrouillait à intervalles réguliers dans de larges cercles autour du plateau.

Haldren venait à peine de fermer les yeux lorsque soudain...

Soudain ?

Soudain sa vessie se rappela furieusement à lui, signalant qu'aucune purge du liquide contenu n'avait été effectuée avant de se coucher et qu'il convenait d'ouvrir les vannes pour éviter une catastrophe un peu plus tard. Grommelant et maudissant son esprit distrait, l'archimage se leva et fit signe à la sentinelle qu'il s'éloignait un peu pour aller satisfaire un besoin naturel dans un buisson de genévrier qui reçut cette nuit là sa première pluie depuis des lustres.

La nuit était sublimement calme, et Haldren se retint de brailler des chansons paillardes comme cela lui était coutumier pour profiter de cet instant apaisé avant la suite de l'aventure. Alors qu'il remontait son pantalon après avoir vigoureusement secoué le service trois-pièces pour en éjecter les dernières gouttes, son ouïe affûtée d'elfe entendit... un léger frôlement non loin. Comme du tissu frottant la pierre, un bruit si léger qu'il crut un instant à une hallucination et qu'il se figea net pour écouter. Mais non aucun doute, ce n'était pas une illusion et quelqu'un s'approchait du campement en profitant de l'obscurité. Des réflexes quasi-millénaire de formation dans les osts de l'Elda reprirent le dessus et l'archimage fouilla la nuit de ses prunelles émeraudes, distinguant deux silhouettes qui avançaient prudemment.

Alors eux, ils allaient la sentir passer méchamment et payer pour toute la frustration accumulée depuis des ennéades ! Tout doucement pour ne pas se faire repérer, Haldren invoqua une arme qui se matérialisa entre ses mains puis il entreprit de contourner les deux intrus pour se faufiler dans leur dos et leur apprendre "à sa manière" qu'il faut frapper avant d'entrer, même en l'absence de porte. Bien que discrets, les deux inconnus ne pouvaient rivaliser avec un Souffle éternel en la matière et l'archimpage réussit fort habilement à se glisser exactement là où il le souhaitait. Levant son arme, il prépara son attaque et...

BONG !

La pelle se fracassa violemment sur l'arrière du crâne du premier intrus qui s'effondra au sol. Sa compagne fit volte-face pour voir une silhouette se dresser face à elle comme l'ange de la vengeance.

BONG !

Cueillie en plein visage, elle se retrouvée envoyée elle aussi au pays des songes alors que l'alerte était donnée dans le campement suite au double coup de pelle qui avaient bruyamment résonné dans l'obscurité. Se dressant au-dessus de ses victimes, arme en main, Haldren accueillit ses sbires et Dunraël avec cette phrase qui restera dans les annales de l'héroïsme viril :


La pelle... est plus forte... que l'épée.

HRP:
 
EDIT : la suite de ce rp se déroulant le lendemain, nous reprenons dans les rps classiques de l'event duSouffle, c'est-à-dire ici : http://miradelphia.forumpro.fr/t23676-souffle-prisonnier-rassemblement-7-l-espoir-fait-vivre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a ceux qui ont un bourdon chargé, et ceux qui creusent [Dunraël]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses [Rochers maudits, Rang D, Qu'importe, Mine powa]
» Il y a ceux qui disent, il y a ceux qui prouvent. [PV Neel]
» « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » ? Tasha Octavie Mikhaïlov
» Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire .
» Fléau des Anges ~ Il y a ceux qui sont juste de passage, et ceux qui reviennent toujours au nid || 30/04

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TERRES DE L'EST :: Terres Stériles-
Sauter vers: