Partagez | 
 

 [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis

Aller en bas 
AuteurMessage
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 762
Âge : 64
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Lun 29 Oct 2018 - 18:35

<< Rassemblement N°6
Le Dernier RP à venir >>

4e ennéade de Favrius ~ automne
11e année du XIe Cycle
Quelque part dans le désert.


Règles spécifiques à ce RP :
  • Pas de longueur de poste minimale
  • Double posts acceptés
  • Pas de tour de parole
  • Pas de mort
  • Pas de prise de tête
  • Pas de limite à la connerie
  • Pas de deadline


Une petite carte de la région et du trajet:
 

Vous pouvez ouvrir des RP avant ou après celui-ci. Le Rp campement à principalement pour but de jouer un peu l’ambiance des soirées de voyage que les personnages partagent. Qui ne lave pas ses chaussette ? Qui cuisine si mal qu'il a interdiction de s'approcher du feu de camp ? Qui monte les tentes en laissant des courants d'air ? Qui se perd toujours en allant chercher du petit bois ?

Sujet HRP de l'évènement

Clôture : Un jour quand le prince sera venu.





Cela faisait plusieurs jours que la petite troupe s'était enfoncée dans le désert Zurthan. Leur chariot avait été troqué pour un attelage couvert de taille supérieur pour que les affaires de tout le monde puisse avoir une chance d'échapper au gros de la chaleur. C'était aussi le seul moyen de trouver un guide près à leur faire traverser cette partie reculée du monde. Quelques escarmouches avaient eut lieu, mais sans grand dommage. Non. C'était plutôt le soleil de plomb et les nuits glaciales qui érodaient les volontés et faisaient monter la tension au fur et à mesure que les réserves d'eau descendaient.

Ce fut donc dans un vent de soulagement général - et à la quarantième promesse de leur guide - que le groupe vit apparaitre les reliefs rocheux et verdoyant d'une oasis. A l'ombre de quelques rochers étrangement cubiques, des palmiers étendaient une bienheureuse fraicheur tout autour d'un petit étang à l'eau d'un bleu idyllique. Le sable brulant faisait place à quelques buissons acariâtres et un peu de terre.

Les cheveux en nage tiraient sur les brides dans l'espoir d'arriver plus vite. Les solides semelles que la Comtesse avait au besoin payé à la troupe, s'enfonçaient moins lourdement dans le sable fin.

Mais incapable de percevoir ces premiers détails, Cécilie faisait toujours le dos rond sous sa robe de lin dont la capuche évitait à sa peau de nordienne de rôtir en quelques minutes. La petite jument blanche qu'ils avaient achetés à Thaar en replacement du Hongre qui avait fuit lors de leur rencontre avec Suri suivait de prêt le cheval juste devant son nez sans faire un mouvement pour le dépasser. La péninsulaire ne releva la tête qu'au son de la voix bourru de Keshua, le jeune et imposant Zurthan qui les menait depuis Essalia.

- Voilà ! " Claironna le jeune guide assis à l'avant de leur chariot. " Pas mentir. Nous passer la nuit ici. Si étrangers patients. Peut-être manger poisson ! "

Il parlait avec le même optimisme qu'il présentait depuis le moment où il leur était tombé dessus dans la dernière Cité qu'ils avaient traversés. Il leur avait dit que la rumeur de leur venue circulait depuis deux jours et qu'il pouvait les mener à la source de l'Ephise pour qu'ils puisse retrouver par eux même la Porte des Ancêtres. D'abord réticente, la troupe avait du se rendre à l'évidence : il faisait fort bien son travail.

Une fois de plus, ils allaient passé la nuit en terre sauvage et le soleil indiquait aux plus suspicieux d'entre eux qu'ils étaient sur la bonne voie.
Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
avatar

Nombre de messages : 64
Âge : 27
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Jeu 1 Nov 2018 - 11:03

- Hey, je crois que le petit Grayle ne supporte pas bien la chaleur déclara un des soldats aux autres de la troupe.

- Hm ? Qu'est c'qui te fait dire ça ? répondit un autre, assis sur un des rochers cubiques de l'oasis

L'autre répondit par un simple geste, désignant impoliment du doigt le paysan, dont la tête était entièrement immergée dans l'eau, un "bloubloubloubloub" des dizaines de bulles remontant à la surface.

-... Oh.

Grayle, en réalité, supportait très bien la chaleur. Du moins, aussi bien que l'on peut supporter la chaleur d'un désert. Dire qu'il la tolérait était plus exact. Voilà désormais des semaines que la troupe s'était constituée. Chacun avait trouvé sa place. Lui, hésitait, encore.

Trop de choses se passaient dans la tête du paysan. Lui qui avait vécu toute sa vie dans un village isolé, presque coupé du temps, où les jours étaient les mêmes, et où rien ne se passait, avait subi plus d'aventures et mésaventures en moins de deux mois qu'en 17 ans. Sa famille avait été tuée. Il avait tué son père. Il s'était retrouvé seul sur les routes. Lui qui s'était juré de ne rien faire avant le mariage s'était retrouvé à...

* AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH *

- La vache, il en fait des bulles le petit.

Lui à qui on avait dit que la magie était dangereuse et qu'il fallait s'en méfier, s'était retrouvé en plein coeur de cette dernière, et connaissait plus d'une dizaine de pratiquants. Il avait vu des tornades de sable, des illusions massives, des morts remarcher. Lui à qui on avait dit que les drows étaient maléfiques, et qu'il fallait se méfier des elfes et des nains s'était retrouvé à devoir les fréquenter, quotidiennement, et avait même sympathisé avec eux. Lui qui n'avait jamais voulu qu'une vie paisible et tranquille, s'était retrouvé à tuer et à risquer sa vie, pour, apparemment, sauver des centaines d'âmes. Il avait interagi avec des nobles et des puissants appartenant à un tout autre univers que lui. Le jeune garçon serein s'était retrouvé ivre de colère et d'envie de meurtre.

Chaque jour, chaque minute, ses préjugés, sa philosophie, son corps étaient sans cesse défiés, encore et encore. C'était beaucoup pour lui. Trop peut-être ?

Lorsqu'on revoit un enfant après des années, on avait tendance à dire "oh, comme il a grandi ! "

Et Grayle grandissait. A toute vitesse. C'était dans sa démarche. Dans sa voix. Dans son regard. Qui aurait pu le remarquer véritablement ? Ni Lyarra, ni Antoine ou Elia étaient là. Cécilie était aveugle. Grayle avait changé. Lui même n'aurait pas su réellement dire en quoi.

Physiquement toutefois, les changements s'opéraient déjà. Le soleil tapait fort, et Grayle ne semblait pas chercher à s'en protéger. Sa peau, habituée au soleil péninsulaire et à l'accentuation de mélanine, avait bronzée. Encore quelques mois, et seuls les traits de son visage le différencierait d'un local comme l'était le guide. La marche constante, la nourriture chiche, mais régulière, faisaient également leurs effets.

Il avait perdu une poignée de kilos. S'il restait musclé, il était légèrement plus fin. Il avait perdu en muscles, n'ayant plus à fournir les efforts quotidiens de la ferme, mais aussi en graisse. Ce qui ne l'empêchait pas de tenir le coup face aux soldats qui les accompagnaient. Presque quotidiennement, Grayle participait à des combats de lutte face à eux, et s'il se faisait constamment battre, il opposait une résistance farouche, les laissant parfois plus épuisé que lui même.

Il y a quelques jours, il avait obtenu sa première victoire.

Le petit Grayle grandissait à toute vitesse.

Il arrêta enfin de plonger sa tête dans l'eau de l'oasis. Il essuya d'un revers l'eau sur son front, avant de recoiffer ses cheveux bruns. A cause du soleil, ils commençaient à perdre légèrement leur coloration sur le dessus.


* C'est bon. *

Parfois, il avait une soudaine, une brusque envie de crier, dé... d'évacuer la pression. Alors, il trouvait un point d'eau et hurlait. Là, il se sentait mieux. A chaque jour qui passait, son sommeil était de plus en plus agité, et il se réveillait régulièrement au milieu de la nuit, faisant un tour. Lorsque la ou les personnes de gardes ne le remarquait pas, il lui arrivait de faire plus d'un kilomètre, regardant les étoiles et les lunes. Il appréciait le silence de la nuit. Il se sentait régénéré par ce dernier.

Alors qu'il revenait au camps, il croisa le regard de la drow, T'sis. Que pensait-elle de lui ? Comme tous les garçons de son âge, Grayle crevait d'attention et de validation. Il aimait savoir qu'on l'appréciait. La drow était insondable, et il ne savait toujours pas comment elle avait pris leur dernier aparté. Prenant son courage à deux mains, il était allé la voir peu avant le soir, ayant répété mentalement des dizaines, des centaines de fois ce qu'il avait préparé comme discours.

" Dame T'sisra... je voulais m'excuser pour ce que j'ai fait lors de l'embuscade. J'étais en colère que vous donniez cette bourse au fugitif. Je... je sais que ce n'est rien pour vous, mais pour moi, c'était l'équivalent de plusieurs décennies de salaire. J'ai pas supporté que vous jetiez ca comme si ce n'était rien. Mais... c'pas  à moi de juger qui pouvait l'utiliser... "

Il s'était ensuite incliné vers l'avant, n'osant pas la regarder dans les yeux.

" J'ai rendu tout l'argent à Suri. Je n'ai rien volé. Promis. Et... je suis désolé. J'avais tort de me comporter ainsi. "

Puis, réunissant tout son courage, il s'était enfui. Il ne voulait pas entendre un autre sermon, même s'il le méritait. Sa fierté, qui n'avait jamais été très élevée, avait besoin de revenir d'abord.

Que c'était dur d'admettre avoir eu tort !
Revenir en haut Aller en bas
T'sisra Do'ath
Drow
avatar

Nombre de messages : 780
Âge : 119
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  119 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Jeu 1 Nov 2018 - 22:22

T’sisra s’affairait au campement. L’oasis fut perçue comme une véritable bénédiction pour les uns comme pour les autres. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait plus remis les pieds dans le désert, si bien qu’elle en avait oublié à quel point la chaleur du soleil y était agressive et pouvait vous assommer. Combien progresser sur le sable fatiguait et pesait sur le moral, lorsque l’on s’était habitué aux terres meubles.
Le jeune homme s’approcha d’elle, se redressant, elle plongea son regard, attentive.

" Dame T'sisra... je voulais m'excuser pour ce que j'ai fait lors de l'embuscade. J'étais en colère que vous donniez cette bourse au fugitif. Je... je sais que ce n'est rien pour vous, mais pour moi, c'était l'équivalent de plusieurs décennies de salaire. J'ai pas supporté que vous jetiez ca comme si ce n'était rien. Mais... c'pas à moi de juger qui pouvait l'utiliser... "

" J'ai rendu tout l'argent à Suri. Je n'ai rien volé. Promis. Et... je suis désolé. J'avais tort de me comporter ainsi. "

Elle aurait bien voulu en placer une, mais voilà que son interlocuteur se carapatait déjà. Soit, la nécromancienne comprenait. Se concentrant ainsi sur des tâches de camps, elle se contenta de se rendre utile et d’aider à la bonne installation de chacun. De temps à autre, elle s’éloignait pour scruter les environs. Les oasis sont en général des endroits connus des autochtones, mieux valait rester prudente, plutôt de se faire bêtement surprendre par des habitants du désert, ou pire, par des chasseurs drows.
Au retour, elle l’aperçut, se décida à l’approcher par-derrière et lui poser une main sur l’épaule. Un geste simple mais affectueux.

- Vous avez pris la bonne décision.

T’sisra contourna Grayle par la gauche, un léger sourire sur le visage.

- Et vous savez, une telle somme, ce n’est pas rien. Je suis loin d’être aussi riche que les nobles familles péninsulaires ou les princes marchands d’Ithri Vaan. À vrai dire, c’est énorme. Des mois de travail. Confia-t-elle en opinant du chef. Entre le voyage, la traque et les combats. Cet argent était en grande partie une prime. La somme gagnée suite à une chasse au nécromancien, en Apreplaine. Et pour tout vous dire, je comptais l’investir dans une taverne ou une auberge à Thaar.

La daedhel haussa les épaules. Un projet parti en fumée. Ce serait certainement pour une autre fois. À condition de survivre au désert et aux piliers, ce qui présageait d’un avenir très incertain.

- Et je peux parfaitement comprendre que de voir une telle somme dans les mains d’un criminel vous ait agacé. Elle marqua une courte pause. La dernière fois, au vu de la situation, j’ai pensé que lui donner de quoi racheter sa liberté aurait pu le convaincre de laisser son otage tranquille. Je ne voulais pas d'effusion de sang. Enfin… Nous savons désormais de quoi il retourne. Ce couard a fui dès qu'il en a eu l’occasion, ce n’était pas honorable et abandonner sa compagnonne ainsi… Soupira-t-elle en secouant la tête sans aller plus loin. J'ai presque envie de dire... Tant mieux pour lui, tant mieux pour Suri. Bien que je trouve cela assez triste.

La daedhel croisa les bras, le regard perdu dans le lointain, dans la direction qu’il emprunterait après un peu de repos.

- Et appelez-moi T’sisra. Dame… Souffla-t-elle dans un rire. Je patauge dans la boue, je vis sous la pluie et dans des endroits peu accueillants comme ce désert. Sans compter que je n’ai rien d’une de vos noblionnes. Je ne suis rien ni personne. Et entre nous, après un tel périple, je trouve ça bien cordial. Conclut-elle dans un haussement d’épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Elia Courevent
Humain
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 18/08/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Dim 4 Nov 2018 - 18:03

Voilà que le groupe campa devant un oasis. Jennad tirait une sale tronche depuis le grand combat. Il y avait bien une chose que Jennad n’aimait pas était de foiré sa magie. Et sa colère envers lui-même n’était pas près de s’interrompre. C’était humiliant de se foudroyer et la cicatrice sur son bras le rappellait chaque fois. Et ça, Jennad ne supportait plus de voir son bras et aimait quand sa tenue traditionnelle permettait de ne plus voir cette vilaine cicatrice. Déjà, dans sa tête, il se préparait à son retour à l’aurore. Il savait que deux zigotos l’attendaient : Almad et Illivia. Illivia prendrait un malin plaisir de le taquiner sur cette belle cicatrice et le narguerait à chaque fois quand elle verrait sa cicatrice. Car Illivia était taquine, parfois, un peu trop taquine. Quant à Almad, cet hybride au caractère de chien, pour aller plus loin, de merde n’hésiterait pas à le pointer du doigt et soupirait à chaque fois. Pour Jihane, il sait que sa protégée sera morte d’inquiétude et lui fera la leçon en lui rappelant les règles élémentaires de la magie..

Le Zurthan fixa un moment le guide. Si la troupe faisait confiance au guide, Jennad était tout de même méfiant. Car, un Zurthan connaissait un Zurthan ! C’est-à-dire ! on ne trompait pas un autre de ses confrères. Peut être que le guide préparait un piège pour qu’un clan prennent toute la troupe et vendre en esclavages aux Puys. Combien de caravaniers ont été kidnapper ainsi. Puis….Son clan avait fait la même chose. Il fixa le guide un moment et le regarda

« 'ant muhtam bieadam alkadhbi. 'uqsim bieashirati 'anani 'ajiduk , 'adeuk fi alramal wa'azhar wajhak aljamil wa'arjamtuk bialhijarati. » disait-il dans sa langue en direction du guide.


Le guide le regarda un moment, il tempéra l’’agressivité de Jennad. Il était peut être certains que le Guide ne voulait pas  être refroidi par ce groupe très hétéroclite.

«  qalq. qalqa. 'ana last hdha alnawe min alrajli. eilawat ealaa dhlk , 'ana la 'akhdam eashirati baed dhlk mundh 'an tam nafy. »
disait-il à Jennad et montra une brulure sur son avant bras. « hal tasdqni? »


Jennad le regarda un moment, opinant de la tête. Il était un peu rassurée mais tout de même méfiant. Il regardait les horizons.


aleashayir alkhatirat alhadir fi alwaqt alhali? nahn fi wahat , yujdhib.


"fy hadhih allahzat , eashirat aleiwad taqae shmalaan watujri rihlatan aistikshafiatan dida bde diqqatin. min nahiat 'ukhraa , min aldrwry 'an nabqaa mutafariqin 'iilaa hadin ma , fa'iina eashirat Sun'wami mahkumatan bizaeim jadid wataeazueatih tadfae litaeaqib , li'akhdh alnisa' ... wifqaan lilshshayieat , yabajalan ruhanaan wayajib ealayhina 'iiteamuha min dima' la zurthanz.» il pointe du doigt sur la noblesse péninsulaire[color=#ffcc00] «  aljulud al'abyad hu 'akthar saeaa bueida. bimujrad 'an yuhajimuu qafilatan , yaqtaeun alrijal wayaqtaeun jamajim al'atfal wtukhdm alnisa' ka'iimra'at tamdid. 'iidha , hum eaqimun ... hum khadamuu fi radhilat almuharibin. taraa ma 'aqsd.. » [/color]Jennad opina de la tête «  ytm ailtiqat alghurab watamakan min alfarari. lakunaha lm taeud mithl alghurab wakanat musabatan bisadmat nafsia.»

Jennad frisonna un moment, il n’était pas très rassurés.
"lki tusab bialjuruh ... fealayk 'an tadhhab bijid .."

"neim. "
"anha tmts »

Il regarda la troupe un moment. Il fixa le guide

« "ant fi hajat 'iilaa muraqaba ... 'aw taghtiat alnaar litajanub alzuhur. min al'afdul. wa'ayn hum fy?
"aljanub , walakun 'ayn 'aqbalak , sanaqum bieubur saghir litajanbiha. 'aelam 'ana mintaqat alsayd la tati
'iilayna fi alwaqt alhali. lkn ealayk 'an takun sghyrana. "
"jyd jda! bakhtsar! "» conclua Jennad

conclua Jennad

Jennad s’approcha de la troupe, il fixa un moment le jeune paysan et la nécromancienne. Le groupe se demandait de quoi les deux Zurthans étaient en train de causer. Avec une langue si atypique, la majorité de la troupe ne pouvait rien comprendre. D’autant plus, il sentait quelques regards qui étaient en train de se poser sur Jennad.  Jennad respira, donnant sa réponse.

«  Bon…Pour le feu de camp, je suggère qu’il soit bien couvert. D’après l’entrevue, on est pas très loin d’une zone de chasse d’un clan très….agressif. Peut être serait judicieux d’atténuer la lumière. Un clan Sun’wami sont très fanatique envers leur divinité.  Ils chassent tout les non zurthans, puis, ils ont un fort gout pour les gens à la peau blanche. »
il fixa un moment Grayle et cécilie «  il serait bon de couvrir la tête de tous les « Blancs » pour éviter d’être dépecer vif, torturait et offrir en sacrifice. D’autant plus, par mesure de sécurité, je suggérais que les femmes cachent leur poitrine. De ce que le guide a dit, les femmes sont recherchées pour être des pondeuses pour leurs guerriers. D’après une histoire, une drow a réussi à fuir, mais, elle n’avait plus l’apparence d’une drow et elle était traumatisée. » il fixa le groupe et leva les épaules « bienvenue dans mes Terres ! la Joie n’est-ce pas » ironisa-t-il


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Grimeldha Long-Nez
Nain
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 28
Date d'inscription : 03/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  257 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Lun 5 Nov 2018 - 17:35

"Alors, j'entend bien tes conseils, l'foudroyé... commença une voix rocailleuse. ...Mais d'après c'que tu dis, j'crois pas qu'on corresponde, toi et not' guide exceptés, à des zurthrann. Donc, qu'on soit femme, blanche, gobeline ou c'que j'en sais, dans tous les cas j'crois qu'on a l'profil pour leur plaire. Tu m'excuseras, pour l'coup, j'préfère garder la vue dégagée, qu'j'vois d'quels côtés ces enfants d'salauds rappliqueront. Pis pour apprécier la vue aussi. Charmant c'désert." acheva non sans un sourire la seule représentante naine du groupe, du haut de son mètre vingt-neuf.

Il était cependant non négligeable de noter que ce-dit mètre vingt-neuf était perché à plus d'un mètre supplémentaire du sol, du fait que la naine chevauchait un âne. La chose s'était quelque peu avéré perturbante au début, mais Grimeldha n'avait pas eu le choix : le périple s'annonçait suffisament risqué sans qu'elle doive s'inquiéter de sa chariote... Et de Rurk, pour la corne duquel elle n'avait encore rien pu faire. Ainsi, non sans un certain tiraillement, elle les avait laissés aux bons soins d'un clan nain de Thaar, qu'elle connaissait bien depuis quelques années, avant de se chercher une nouvelle monture. Ses compagnons de route chevauchant des chevaux, c'est ce qui lui avait été suggéré. Avisant les équidés dépassant alègrement le mètre soizante-dix au garrot, la naine avait répondu :

"J'irai p'tète pas comme une flèche mais j'préfère un canasson sur l'quel j'pourrais r'monter fissa qu'un animal qui m'demand'rait d'porter des échasses pour ça. Soit sage garçon et va donc voir s'y ont des ânes pour moi."

Tout remarque étant reçu par un regard courroucé, l'affaire fut entendue, et Grimeldha rejoignit la troupe sur le dos de son équidé à grandes oreilles, surnommé l'Joufflu, avec le minimul vital en matière de matériel. Et c'est ainsi qu'elle fit la suite du trajet : dormant mal, se faisant toiser par les autres cavaliers et trouvant du sable dans des profondeurs qui ne voyaient jamais la lumière. Tout le nécessaire pour se revigorer le corps et l'esprit.

Descendant de son illustre monture, l'antique dawi avisa l'étrange comportement de Grayle.

"Dis-donc l'cuisto' ! cria-t-elle à son attention. Et si tu m'donnais un coup d'main pour préparer d'quoi grailler, au lieu d'conter fleurettes à Dame T'sisra ?"
Revenir en haut Aller en bas
Kurt Vondörff
Humain
avatar

Nombre de messages : 22
Âge : 118
Date d'inscription : 10/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  40 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Lun 5 Nov 2018 - 21:58


C'était une fine équipe, il y avait pas à dire. Et pour ça, pas besoin de les observer bien longtemps avant de se rendre compte qu'il s'était engagé pour une mission peut-être bien plus suicidaire qu'il n'aurait pu l'imaginer. Conscient qu'il entraînait ses gars à une potentielle mort dégueulasse, kurt avait ordonné à Poisseux de rentrer en péninsule. En supplément, il lui avait demandé de rapporter au capiston tout ce qu'ils avaient fait et vus jusque-là, et aussi le pourquoi du comment ils avaient rejoint une telle « cause ». C'est qu'il avait fallu argumenter dare-dare pour faire entrer dans la caboche de ses lascars qu'ils pourraient rafler une sacrée mise dès le retour au pays. Mais pour ça... pour sûr qu'il fallait déjà y revenir en vie dans ce pays ! L'Houlier s'était pas gêné de lui flanquer des piques  comme lui seul était capable de lançer, dans le genre « Bah alors Roublard, tu t'es découvert une conscience ? » ou « Bah alors Roublard, tu fais dans la charité maint'nant ? ». Un poing dans sa gueule l'avait calmé pour quelques jours. Du coup, les deux compaings se tiraient une gueule de dix pieds de long, préférant faire route à part pour le reste du voyage.

Nom d'une pine... qu'il fait chaud... souffla Kurt en s'essuyant le front tout dégoulinant de sueur. J'étais prêt à lui péter les dents à s'bandit. Mais l'est réglo en fait !

Et pas qu'un peu. L'autochtone les avait mené tout droit à un oasis après leur avoir rabâché, peut-être bien cent fois, qu'ils pourraient s'arrêter dans un tel endroit. Chose promise, chose due, le zurthan s'en sortirait sans dents en moins. Kurt jeta un rapide coup d'oeil à celle qu'il était censé ramener en vie dans son Royaume. La drôle de noble dénommée Cécilie semblait toujours aussi paumée, en plus d'être souvent à l'écart. Il s'était demandé à de nombreuses reprises pour quelle raison le clergé de Néera n'avait rien trouvé de mieux que de refourguer une telle mission à une aveugle.

La troupe s'installa et profita de la halte pour prendre un peu de repos. Quelques-uns de ses gars restèrent au bord de l'eau à tremper leurs pieds pourris. D'autres firent le tour du coin pour inspecter les lieux. Et les derniers, eux, cherchèrent les petits coins d'ombre pour tenter de pioncer. Quant à lui, et bien, son estomac criait famine comme toujours. Raison pour laquelle on le vit bouffer un lézard tout crue.

Et bien...

Une gorgée d'eau plus tard pour faire passer le tout et kurt laissa s'échapper un rot qui recouvrit bientôt les propos étonnants d'un autre gars du coin. Il ne put se retenir de rire en entendant la réponse cinglante de la dawi qui venait tout juste de débarquer sur son âneton. Comme toujours, celle-là avait trouvé les mots justes pour moucher les crieurs aux loups invétérés.

Qu'ils viennent ces zozos et j'crois qu'ils regretteront d'croiser la route de mamie Grigri, sourit Kurt en buvant une deuxième gorgée. Chie un coup mon gars, ça t'fera du bien tu verras. Tiens d'ailleurs, t'en veux une bonne qui te r'donnera le sourire ? Tu sais comment qu'on fait descendre les puysards des arbres en Sgardie ?

Il dévoila ses chicots au Zurthan.

On coupe les cordes.
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Mar 6 Nov 2018 - 8:15

Avant longtemps, l’étrange compagnie avait affublé Suri d’un très pinçant sobriquet, qui résumait bien tout le mal qu’avait eu la jeune taledhelle à s’intégrer. « Il est encore un peu tôt pour faire un feu, Silex, » l’apostropha un « gars » de Vondörff. La guérisseuse venait de faire craquer son coude calcifié, pour la troisième fois de la journée déjà ; la pauvrette ne répondit rien et se contenta de baisser un peu plus encore le regard, ce qui ne manqua pas d’amuser son tourmenteur. Le mauvais bougre ne savait pas, bien sûr, combien elle faisait son possible pour les préserver de ce bruit qui la dérangeait certainement plus qu’eux. Après tout, c’était de son corps dont il s’agissait. C’était de ses os ; ou ce qu’il en restait, sous l’épaisse couche de « granit » qu’était devenu son bras.

Il y a pire surnoms que celui-là, se répétait-elle à l’envie. Elle croyait savoir qu’il en courait d’autres, parmi ses compagnons d’infortune, qui faisaient référence à l’émotivité ou la timidité qu’on lui prêtait. Sans trop savoir comment, elle était devenue la petite chose fragile de ce groupe hétéroclite, qu’on aimait moqué ou qu’on voulait protéger. « Faut manger quelque chose, Suri, » l’apostrophait-on ainsi souvent quand elle sautait le déjeuner ou le dîner. Ou bien, quand elle s’asseillait en tailleur en bordure du campement pour méditer : « Tu ferais mieux de dormir pour de vrai. » Quand ce n’était pas tout simplement : « Sinon, tu sais ce que c’est, sourire ? »

Il fallait dire que, pour qui ne savait pas regarder, elle avait de quoi agacer. Elle se tenait très souvent en marge des groupes, parlait peu et fuyait même les tentatives trop pressantes de l’intégrer à une conversation. Ses yeux rouges interloquaient, mais moins sans doute que les stigmates du Drâme. Quant à ceux qui parvenaient péniblement à la lancer dans un vrai échange, ils finissait presque inévitablement par la voir s’échaper en serrant les dents de colère.

Ils étaient quelques uns, pourtant, à savoir ce que vivait vraiment Suri ; ou à croire savoir, en réalité, car elle gardait beaucoup par-devers elle. Il était une chose, notamment, sur laquelle elle était demeuré parfaitement muette : les tourments que lui infligeaient sa main gauche. C’était que, au contraire du bras auquel elle était toujours rattaché, sa sénestre était encore « vivante ». Plus précisément, la dernière phalange de son pouce, la moitié supérieure de sa paume et les quatres doigts étaient encore fonctionnels. Ils étaient, cependant, si mal irrigués en sang qu’ils la mettaient au supplice. Elle avait tellement peur, pourtant, qu’on cherchât à les lui amputer qu’elle n’en avait rien dit. Elle souffrait en silence la journée et passait une bonne partie de sa nuit à user de sa magie pour les sauver. Cécilie les avait touché un jour et s’était étonnée de les découvrir si froid ; ce qu’elle n’avait pas su — ou bien, avait-elle fait semblant de ne pas s’en apercevoir — c’était que la douleur avait été telle pour Suri qu’elle avait manqué s’évanouir.

Revenir en haut Aller en bas
Brohan Wulfekiin
Humain
avatar

Nombre de messages : 61
Âge : 29
Date d'inscription : 23/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Mar 6 Nov 2018 - 12:39

Souffle prisonnier
Campement : l'Oasis

An 11 du Cycle 11, Favriüs, quatrième ennéade
Désert zurthan

"Rrrrrrffffllll ! Rhon ! Rhon ! Rrrrrrrrffffffllll"
Quelque part en arrière de la caravane les ronflements sonores d'un ventripotent sang-mêlé au seizième d'elfe brisent la tranquillité silencieuse du désert. Avachi sur une mule qui ne semble pas prêter attention à son cavalier, le bedonnant se laisse ballotter par le pas sûr de son animal au rythme lent de l'étrange groupe de voyageurs qu'est celui qu'il a rejoint. Fort heureusement la bourrique qui lui sert de monture suit bien docilement la caravane, et sans l'âne de la naine pour lui tenir compagnie la pauvre bête ne pourrait sans doute pas tenir l'allure des chevaux.

Le bedonnant personnage n'a en réalité que peu converser avec ses compagnons de voyage, outre les moments de soins apportés par moments à des patients pour le moins dubitatifs. Il faut dire q'il n'est pas aisé de discutailler avec quelqu'un qui somnole en grande majorité du temps, d'autant qu'il arrive parfois même au grassouillet de s'endormir au beau milieu d'une conversation. Pourquoi alors l'avoir recruté, lui parmi d'autres, dans cette expédition dangereuse, alors qu'il n'est pas plus combattant qu'un bonnet de nuit ? Une question pertinente, dont la réponse se trouve sans doute dans les compétences de l'apothicaire, et sa capacité à soigner sans que le groupe n'ait à user de magie. Et l'économie d'énergie n'est certainement pas la pire des idées lorsque l'on sait le but de ce voyage pour lequel la contribution des mages est essentielle.

Mais alors, quel est donc l'intérêt de l'apothicaire dans cette affaire aussi risquée, brouillonne et incertaine ? Certainement pas l'argent, car il ne sera pas mieux payé que le groupe de mercenaires aux accents péninsulaires trop prononcés. Lors de leur rencontre, l'on avait expliqué au bedonnant routier une histoire de souffle, de dieux et de rituels. Mais il n'en avait pas compris grand chose, ou du moins en a déjà oublié la moitié. Ce qu'a retenu l'apothicaire en revanche est que ce voyage est dangereux, qu'il y aura très certainement des blessés à soigner, et qu'ils vont traverser des endroits rarement visités par les marchands d'Ithri'Vaan. Le bedonnant avait alors négocié, outre une faible rémunération de circonstance, que tout composant utile à son art d'apothèque - ou d'alchimie, selon les points de vue - que le groupe obtiendrait au cours du voyage lui reviendrait. Et considérant le voyage, l'apothicaire ambulant espère bien obtenir de rares ingrédients qu'il ne pourrait obtenir autrement. Par ailleurs la réputation que gagnerait un apothicaire d'avoir permis au groupe de survivre à un tel voyage n'est pas pour lui déplaire, cela pourrait bien aider son commerce.

Dans cet optique le seizième d'elfe qui s'est présenté sous le nom d'Ambe-Lance a troqué sa roulotte pour un volumineux sac à dos qu'il a remplis de nombreux composants, onguents, pommades, lotions et autres produits qui pourraient être utiles à un tel voyage. Laissant malgré lui sa roulotte dans son atelier de Thaar, l'apothicaire n'a gardé que la mule qui lui sert de monture, recrutant en surplus un assistant pour l'aider à porter ses bagage. Son assistant, qui suit lui aussi la caravane, n'est autre qu'un puissant mais craintif haglyosi nommé Pimpon. Ce dernier, harnaché afin de pouvoir porter les affaires de l'apothicaire, a été solidement attaché à la charrette qu'il se contente de suivre. C'est ainsi que le ventripotent Ambe-Lance s'est retrouvé dans ce groupe, et c'est en ronflant qu'il atteint l'oasis si souvent promis sans même le savoir.

PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shematt
Hybride
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 38
Date d'inscription : 23/07/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 593 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Jeu 8 Nov 2018 - 11:15

La troupe avait fait beaucoup de chemin depuis que Shematt les avait rejoints, et pourtant, il n'en avait toujours pas appris assez. C'est que dès le début, ça avait été compliqué. Déjà, le premier campement, l'hybride avait sous-estimé le nombre de personnes s'étant joint au groupe. Lorsqu'il s’aperçut de cela, il fut pris de maux de ventre, et il sentit une chaleur l'envelopper, et des gouttes commencer à perler de son front. Le pauvre n'était pas habitué au nombre, et une crise d'angoisse l'assaillait. Il s'écarta donc, et alla se vider, ne pouvant lutter contre ce mal. Une fois cela fait, le mal fut moindre, mais toujours présent, lancinant. Heureusement, les symptômes s'apparentaient à une maladie connue, et il justifia donc ses tremblements, et la sueur qui l'enveloppait par cela. Naturellement cela lui avait valu une mise au ban, ce qui lui allait fort bien. Il savait que le temps était son allié, et qu'il finirait par repousser cette crise, mais en attendant, il pouvait rester à l'écart, et observer sans être embêté, ou obligé de répondre à des questions. La sombre lui avait dit qu'ils comptaient se rendre dans les terres stériles, un voyage périlleux, mais il n'avait pas promis de les suivre jusqu'au bout. Il désirait juste converser avec les mages, en apprendre plus sur l'art, puis il leur fausserait sans doute compagnie. Il était d'ailleurs triste que les deux plus puissants ne soient plus la, pour sur qu'ils auraient été une mine d'informations inépuisables pour l'hybride.

Le temps avait fait son effet, et l'angoisse avait reculé, pour disparaître alors qu'il s'habituait à la présence du groupe. Malheureusement, son asociabilité ne lui permettait pas de revenir au sein du groupe, restant toujours un peu à l'écart, ou à l'arrière. L'arrivée à Thaar fut une nouvelle épreuve, et il préféra faire le tour, et retrouver ses "compagnons" de l'autre côté. Même s'il avait déjà vécu dans une ville, Naélis, il avait pris sur lui, et ne s'était pas mélangé. Les jours étaient passés, et Shematt n'avait pas avancé dans sa quête de connaissance. Il était sans doute temps de s'y mettre, surtout qu'ils se trouvaient maintenant dans le désert, non loin des terres stériles.

A part pour sa protection, ceux qui n'étaient pas initiés à la magie ne l’intéressaient pas plus que ça. Le mage qui se nommait Jennad était novice, et il ne maîtrisait pas bien sa magie, il ne devrait donc pas posséder de connaissances poussées dans l'art. Il y avait toutefois encore plusieurs mages, jeunes ou moins, comme la drow qui pouvait se révéler intéressante, ou encore l'elfe qui paraissait souffrir d'une sorte de malédiction, s'il avait bien compris. La noble, celle qu'il nommait Cécilie, semblait manier l'immatériel également, même si ce n'était pas l'illusion, et il apprécierait de pouvoir s'entretenir avec elle. En enfin, la naine, la magie runique l'avait toujours interloqué, n'y comprenant rien, tout comme eux ne maniaient pas la magie des autres. Cette utilisation atypique de l'art était fascinante, et s'il pouvait essayer de comprendre le mécanisme, il serait très heureux.

Le principal problème de Shematt était de réussir à les approcher, et d'entamer la conversation. C'était comme une barrière invisible qui l'empêchait de faire le premier pas.
Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
avatar

Nombre de messages : 64
Âge : 27
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Sam 10 Nov 2018 - 0:50

Grayle sursauta lorsqu'il sentit la main de la drow se poser sur son épaule. Il ne l'avait ni vue, ni entendue, ni sentit arriver. Il se détendit instantanément lorsqu'elle se remit en face de lui, expliquant sa version du conflit. Il lui sourit un peu pâlement, avant de s'incliner.

- Dame est une marque de respect. Vous êtes une mage. Je ne suis qu'un paysan. Mes descendants seront morts bien avant vous. C'est ainsi. Mais... je promet de faire des efforts.

Lorsque la naine l'interpella, il leva les yeux au ciel d'un air exagérément (et faussement. Un peu) ennuyé.

- Je suis sûr qu'elle est jalouse... dit-il à T'sisra sur le ton de la confidence, avant de s'adresser à la dawi.

- J'arrive, DAME Grimeldha !

Il rejoignit cette dernière et l'aida à préparer à manger. Le repas du jour ? Des galettes, faites d'orge et de blé cuit, ainsi que de la semoule. Quelque chose de bien nourrissant sans être trop lourd. Suivant les conseils de Jennad, ils couvrirent le feu de camps afin que ce dernier ne soit pas visible de trop loin. Puis, une fois le repas préparé, Grayle alla apporter leur ration à chaque personne de leur grandissante compagnie. Kurt, ses soldats, Cécilie, T'sisras, même à l'apothicaire ronflant derrière eux.

Grayle se dirigea ensuite vers l'homme nommé Melchior, qui les suivait comme une ombre sans jamais dire quoi que ce soit. Grayle était incapable de... lire ce type, et comprendre qui il était et pourquoi il était avec eux. Mais il savait distinguer une personne solitaire et timide d'une arrogante, et il savait que cet homme était de la première catégorie, celle qui avait du mal à tisser des liens.

Grayle ne comptait pas rester encore très longtemps parmi ce groupe. Aussi, n'était-il pas forcément pressé de tenter d'en établir de précaires.

- Votre repas Melchior. Mangez bien.

Il s'éloigna ensuite, pour se diriger vers Suri. La jeune fille, comme Melchior, ne parlait pas beaucoup, et les regardait en général avec craintivité. Il était clair qu'elle avait vu et vécu des choses qui la traumatisait, et Grayle se désolait  de n'avoir été d'aucun secours à cette jeune fille. Leurs interactions étaient rares, et la seule notable avait été lorsqu'il lui avait rendu l'argent de son ancien ravisseur.
Il la fixa pendant de longs instants. Elle avait l'air si jeune, si vulnérable. Quel âge avait-elle ? Deux fois le sien ? Trois fois ? Dix ?

Il s'approcha d'elle

- Suri !

Le jeune homme s'accroupit auprès de la jeune femme, vers qui il tendit son assiette et la galette, avec le sourire le plus chaleureux du monde. Il tenait également son propre repas.

- Mange. C'est fait avec amour par Dame Grimeldha et moi. Tu va aimer je pense.

La chaleur de son sourire semblait se cogner contre le mur de solitude et d'isolement de la jeune fille. Allez Grayle. Tente quelque chose. Elle ne va pas bien, t'aurais crevé d'envie que quelqu'un vienne te parler pendant tes semaines d'isolement. Essaie au moins de lui tenir compagnie.

- Ce te dit de manger ensemble ? C'est toujours meilleur à deux.


Dernière édition par Grayle Gardair le Lun 19 Nov 2018 - 18:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Dim 11 Nov 2018 - 13:55

« Suri ! » Ainsi apostrophée, la taledhelle porta son regard carmin sur le jeune péninsulaire et l’accueillit avec un maigre sourire. Il était bien pâle, eu égard à la bonne humeur affichée de Grayle, mais Suri ne savait jamais comment elle était censée se comporter en sa présence et la lourde bourse qu’il lui avait donnée — ou rendue, c’était selon — quelques jours plus tôt ne l’aidait guère. Elle ne gardait que des souvenirs parcellaires et contradictoires de leur rencontre, mais ces derniers étaient suffisants pour qu’elle cherchât à l’éviter la plupart du temps. Il n’avait pas semblé en prendre ombrage, mais c’était sans doute parce que, de son point de vue, la guérisseuse fuyait tout à chacun.

Il n’avait pas forcément tort.

Elle tendit sa dextre pour recevoir sa part du repas qu’il avait concocté de concert avec Grimeldha. Elle saisit d’abord l’assiette, qu’elle posa ensuite délicatement sur ses jambes en tailleur, puis attrapa la galette. Tout le temps que dura cette périlleuse opération, elle sentit le regard scrutateur du jeune homme sur elle, mais elle prenait bien soin pour sa part de ne pas le croiser directement.

« Merci, souffla-t-elle sans savoir quoi faire des mets qu’elle avait reçus. Je suis certaine que c’est délicieux. » Grayle, bien sûr, ne s’en satisfit pas et l’encouragea à manger. Elle ne voulait pas faire preuve de mauvaise volonté, mais il lui semblait juste que cette compagnie enchaînait sans cesse les repas ; cela ne la dérangeait pas en tant que tel, mais elle aurait apprécié qu’ils n’insistassent pas autant pour qu’elle en fît de même.

A priori décidé à s’assurer que Suri ne sauterait pas un énième déjeuner, le jeune homme lui proposa de l’accompagner dans ce qui devait normalement être un moment de convivialité. Surprise, la taledhelle le regarda enfin droit dans les yeux. Ne sachant pas comment répondre, elle se contenta d’opiner poliment du chef.

Elle porta la galette qu’elle tenait toujours dans sa main droite à sa bouche et mordit timidement dedans. Elle mâcha ensuite lentement pour apprécier les saveurs. Désireuse de lui montrer qu’elle restait sensible à ses attentions, elle sourit dans sa direction. « Je ne pensais pas un jour m’enfoncer si loin dans les Terres Stériles, avoua-t-elle finalement et c’était sans doute la phrase la plus longue qu’elle avait prononcée d’elle-même en sa présence. Quand j’ai quitté Thaar, je cherchais à rentrer chez moi. »



Dernière édition par Suri le Dim 11 Nov 2018 - 15:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 762
Âge : 64
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Dim 11 Nov 2018 - 14:04


Tout le monde retrouvait ses petites habitudes. Bien plus lente que les autres, Cécilie avait fini par descendre et trouver de quoi boire. Puis elle pesta intérieurement contre celui qui avait kidnapper son cheval avant qu'elle ne récupère ce dont elle avait besoin - c'est à dire une outre flasque d'avoir été vidée un nombre de fois incalculable. Et bien tant pis, ils devraient se charger de la remplir eux-même.

Elle hésita un moment mais du se rendre a l'évidence, si elle avait l'occasion de se baigner un peu dans ce lac, ce ne serait pas dans les prochaines minutes. Elle retrouva par contre sa lyre, grâce au concours d'un mercenaire, et mit a profit le temps qu'il fallut pour trouver l'instrument à écouter ce qui se passait autour d'elle. Elle différenciait assez bien les différents membres de l'équipé à présent. Comprendre leurs déplacements et leurs activités était un autre problème, mais cela ne l'inquiétait pas plus que ça. Elle s'attardait aujourd'hui sur un détail qui lui taraudait l'esprit depuis des jours et des jours. Sa trop grande curiosité l'avait déjà mise dans des positions difficiles, alors elle avait tout fait pour apaiser le dragon au lieu de lui céder une fois de plus, mais ça n'avait rien arrangé.

Une fois son instrument en main, elle se dirigea dans la direction du dénommé Shematt en faisant chuinter son bâton sur le sable fin. Elle ne vint cependant pas droit sur lui et préféra s'asseoir à un un bon mètre, les jambes croisées sous sa robe, à l'ombre du palmier le plus proche. Le processus avait été long et chaotique, mais elle avait fini par y parvenir. Sans un mot, elle commença a égrainer quelques accords enlevés pour accompagner les préparatifs, la moindre des choses qu'elle puisse faire pour les travailleurs.

Quelques longues minutes plus tard, on lui mettait une écuelle dans la main.

- Je suppose qu'il n'y a rien qui ne soit pas insipide? " demanda-t-elle a Grayle avec un sourire désabusé. Mais non, évidement... Il ne restait plus qu'une chose à dire " Merci Grayle. " puis elle ajouta bien plus fort. " Et merci à vous Grimeldha ! "

Toujours ces ragoûts immonde... Ce qu'elle pouvait en avoir assez de la semoule du blé et de l'orge chaud dans cet endroit infernal. Après une ou deux bouchées, elle reposa l'assiette sur ses genoux et reprit plutôt son instrument en sourdine.

- Ce que je ne donnerais pas pour un gâteau au miel ou une tarte aux oranges confites." soupira-t-elle en continuant bien fort à l'intention de Kurt et sa troupe. " Vous n'auriez pas quelque chose qui se mange froid dans vos impressionnants paquetages, messires mercenaires ? Un bout de charcuterie, de pain ou que sais-je encore ? " Une fois la réponse obtenu, elle se tourna vers l'étranger dont elle n'avait encore jamais entendu clairement la voix. " J'espère que le menu ne vous ai pas trop insupportable... Melchior c'est bien ça ? "


Dernière édition par Cécilie de Missède le Lun 12 Nov 2018 - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Grimeldha Long-Nez
Nain
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 28
Date d'inscription : 03/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  257 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Lun 12 Nov 2018 - 12:58

Avec la grâce et l'élégance d'un sac de pommes de terre, gamelle et bâton en main, Grimeldha se posa prêt du jeunot et de l'elfette en poussant un grand soupir.

"Ça fillette, on n'sait jamais c'qui nous attend quand on passe l'seuil d'sa maison. Les chemins directs et sans accrocs, j'connais pas, pas dans c'monde en tout cas. Elle prit une bouchée de la galette, simplement satisfaite d'avoir de quoi manger. Manqu'rait plus qu'j'aille saluer les noirelfes dans leur volcan qu'j's'rais l'plus loin possible du Zagazorn. Si on m'avait dit ça l'cycle dernier, j'y aurais pas cru."

La bouche entrouverte, prête à croquer encore, la dawi s'interrompit à la vue de l'un des guss de Kut qui s'approchait des stocks de vivres, l'air de rien. Et ses compagnons de le regarder faire avec des airs malicieux. Grimeldha bondit sur ses pieds, fusillant le brigand du regard.

"FOULQUE ! Si tu crois qu'j'tai pas vu, tudieu ! L'accent de la naine donnait l'impression qu'elle l'abreuvait d'injures. Essaye même pas d't'servir dans les réserves ! C'pas d'main qu'on trouv'ra une auberge alors que j'y r'prenne plus, s'tu tiens à ton fondement !"

L'intéressé s'en retourna brusquement, fort penaud, sous les railleries hilares de ses comparses. C'est que ces lascards rappelaient étrangement à la dawi ses pisse-laits, quand ceux-ci se découvraient leur premier poil de barbe. Après cela les confrontations allaient bon train durant les décennies nécessaires à leur asagissement, à la différence que les Valeureux ne semblaient toujours pas avoir atteint ce dernier stade, la plupart du temps. Grimeldha n'y allait donc pas avec le dos de la cuillère.
Cependant, elle rajoutait toujours un "Sauf ton respect, Vondörff." avant de s'en retourner à ses occupations.

S'étant rassise, elle finit la bouchée précédemment interrompu pour cause de protection des biens du groupe.

"Qu'est-ce qu'j'disais ? Ha ! Qu'est-ce qui vous a donc lancés sur les routes vous deux ?" fit-elle en graillant.
Revenir en haut Aller en bas
Brohan Wulfekiin
Humain
avatar

Nombre de messages : 61
Âge : 29
Date d'inscription : 23/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Lun 12 Nov 2018 - 15:26


Vlam !
Le bedonnant dormeur s'étale bruyamment au sol, chutant de son âne à l'arrêt, ce dernier s'étant affolé par peur. Peur de quoi, nul ne le sait : une bestiole qui est passée par là, un feuillage qui a bougé brusquement ou même sa propre ombre, impossible de le savoir. Le résultat n'en demeure pas moins la chute de son cavalier au ventre flasque, dont la face a eu la bonne idée d'atterrir dans une assiette posé là par un généreux quelqu'un, peu importe de qui il s'agit. S'est ainsi que s'éveille Ambe-Lance, ventre à terre et le visage plongé dans la semoule, littéralement.

Les yeux encore mi-clos le seizième d'elfe s'assied alors, bâillant aux corneilles, sa belle barbe lisse décorée de grains de semoule. Il observe autour de lui, l'air naturel, afin de comprendre rapidement dans quelle situation il se réveille. Le premier point positif est qu'il ne s'est pas réveillé an plein milieu d'un combat, sa vie n'est donc pas en danger dans l'immédiat. Un autre point positif est qu'il y a de l'eau tout prêt et de la végétation, il ne se trouve pas au beau milieu du désert de sable, comme l'autre fois. Et enfin, le soulagement parmi le reste, c'est qu'il reconnaît certaines des personnes présentes dans son champ de vision ; Ses compagnons de route ne l'ont donc pas abandonné.

"Jasmine... Jasmine ! T'es où Jasmine ?" S'inquiète le ventripotent bonhomme, sa main se promenant à tâtons à coté de lui.
Outre les pierres, l'herbe et des brindilles, la main potelée ne rencontre qu'un sabot au paturon poilu. Tournant la tête avec quelque difficulté derrière lui le bedonnant aperçoit la tête de sa mule, qu'il reconnaîtrait parmi mille.
"Ah !" S'exclame le grassouillet, tout en se levant difficilement. "T'es là toi !"
Enfin debout, non sans s'être aidé de son ami à quatre pattes, le dodu décroche son bâton de la selle de sa monture.
"Allez Jasmine, commence-t-il en ignorant un gargouillis de son ventre, allons voir ce que traficotent ces... Barbepouille !"
Alors qu'il s'en allait vers le groupe de voyageurs voilà que le bedonnant pose le pied sur le bord de son assiette qu'il n'avait pas vu, en étalant le contenu - du moins ce qu'il en restait - sur le sable. Gromellant contre lui-même, il se baisse avec la souplesse d'un rocher et récupère ce qui peut l'être, c'est à dire l'assiette et les galettes. S'étant à nouveau remis debout, le bâton aidant bien, le grassouillet observe ce qu'il reste de son repas d'un air dubitatif. Il époussette les galettes, les secoue, et après un léger haussement d'épaules en croque un morceau.

"Et comment qu'il se porte, le foudroyé ?" Demande l'apothicaire au mage maladroit, de sa voix caverneuse. "Le baume il a fait partir les éclairs ?"
Le dodu s'est approché du zurthan l'air de rien, mâchant naturellement sa galette et ignorant la semoule qui décore encore sa barbe. Ce dont il parle n'est autre qu'un baume confectionné à la va-vite lors de leur passage à Thaar, un produit expérimental à base de bave de limace et de divers plantes d'Aduram qu'il souhaite tester sur le foudroyé. Il en ignore encore l'efficacité et ne sait pas si l'intéressé s'en est vraiment servi, mais si le baume fonctionne comme espéré il pourrait effacer les traces sur le bras du mage maladroit comme certaines cicatrices ou les vergetures des femmes. Un produit qui, il en est sûr, pourrait intéresser les dames plus aisées de l'Ithri'Vaan, et peut-être même de la Péninsule.

PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kurt Vondörff
Humain
avatar

Nombre de messages : 22
Âge : 118
Date d'inscription : 10/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  40 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Mar 13 Nov 2018 - 17:53



Du côté des Valeureux, ça bouffait salement et ça gueulait comme des veaux. Foulque, la canaille, s'en était allé chercher du rab dans les réserves et s'était fait prendre la main dans le sac par la dawi de l'équipée. La scène ne tarda pas à déclencher une vague de railleries de la part de ses compagnons et de lui-même. En réponse à la naine, Kurt n'eut qu'à cligner de l'œil pour lui faire comprendre qu'il cautionnait la réprimande. C'eut été pourtant mal le connaître que de s'imaginer qu'il en resterait là. Sans oublier la demande de la noblionne, le sergent leva sa gamelle.

L'est pas dégueu ton ragoût mamie Grim, je m'en r'prendrais bien une autre louchée !

Quant à la femme qu'ils étaient censés ramener en vie chez elle.

Y'aurait bien de la viande séchée, mais c'pas dit que ce soit à vot goût m'dame, répondit-il. S'non, y a bien un frometon que j'me trimballe d'puis Thaar et qui saura p'têt vous conv'nir.

Là, il sortit de sa besace ce qui s'apparentait à une vieille bouse devenue verdâtre qui empesta aussitôt à l'air libre. Le calandos ne manqua pas de faire sourciller les compaings alentours qui s'écartèrent pour ne pas dégueuler.

C'est comme ça que j'les aime. Qui qu'en veut ? Proposa Kurt avec un morceau sur sa dague. Au pire, si ça vous tue, on s'reverra là où qu'on doit tous allés. Paraît qu'les morts veulent pas crever là-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Shematt
Hybride
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 38
Date d'inscription : 23/07/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 593 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Jeu 15 Nov 2018 - 21:48


L'arrivée dans cette oasis était une bénédiction pour le groupe qui avait beaucoup voyagé pour en arriver jusque-la. Le désert était une épreuve redoutable avec ses nuits froides qui étaient en total contradiction avec la chaleur accablante de la journée. Shematt avait déjà voyagé jusque la lorsqu'il s'était enfuie, pour échapper à ses poursuivants, et il avait rapidement fait demi tour, n'étant pas préparé. Les réserves d'eau qui diminuaient rendaient les gens irritables, et le désespoir commençait à poindre quand enfin leur guide avait pointé la zone rocheuse qui abritait l'eau salvatrice sous ses palmiers. L'hybride avait les lèvres desséchées, n'osant pas prendre dans les réserves, et ayant terminé sa gourde, malgré son rationnement. Le campement serait dressé ici même si la nuit n'était pas encore la, l'eau permettant de passer une bonne soirée. Le sourire était revenu sur les visages, avec cette promesse de pouvoir se désaltérer à volonté. Comme à son habitude, Shematt s'était mis un peu en retrait, observant les protagonistes constituant le groupe qu'il avait rejoint. Il apprenait en les regardant, car même s'il ne satisfaisait pas ses attentes en matières de magie, il s'abreuvait des relations sociales entre les individus, cherchant à les comprendre, désireux d'essayer de rompre avec sa taciturnité.

Grimeldha, la naine, héla le jeune homme qui se prénommait Grayle, lui demandant de venir l'aide à préparer le repas. Ce dernier était un habitué de la cuisine, mettant ses compétences au service du groupe. Shematt ne participait à rien, et il se doutait que les autres avaient du se demander ce qu'il faisait la, se demandant la raison qui l'avait amené à se joindre à eux. Lorsque tout fut prêt, Grayle se mit en devoir de porter la pitance de chacun, la ou il aurait pu dire à chacun de venir se servir lui même. Il s'avança alors vers l'hybride, qui s'était présenté sous le nom de Melchior, afin de ne pas dévoiler sa véritable identité. Bien qu'étant réservé à outrance, et asocial au possible, il n'en avait toutefois pas perdu sa langue, et savait se faire violence

"Je vous remercie, votre dévouement au groupe est formidable"

Il aurait pu, et du, enchainer, mais il ne fallait pas forcément lui en demander de trop non plus. Grayle continua sa route pour se diriger vers l'elfe. Shematt ne savait pas comment l'aborder, mais il mourrait d'envie de converser avec elle. Que ce soit par rapport à sa magie, son mal, mais surtout pour savoir si elle venait d'Anaëh, auquel cas, il aurait des questions à lui poser afin d'avancer dans sa quête finale. Il regardait maintenant la noble péninsulaire qui avançait laborieusement dans sa direction. Il réfléchissait dans sa tête, faisant et refaisant des phrases qui lui permettrait de l'aborder, pour rompre la glace. Rien ne le satisfaisait, et il se maudissait d'être tellement réservé. Il écouta donc la musique, tout en regardant les doigts pincer les cordes avec adresse. Il fut des plus surpris quand il réalisa que c'était elle qui s'était adressé à lui le premier. Shematt avait connu le jeune, et sur du long terme par moment, aussi il se satisfaisait de pas grand chose en matière de nourriture, mais la n'était pas la question, il devait en profiter. Il balbutia quelques mots inintelligible avant de s'éclaircir la voie dans sa main

"Je me prénomme bien Melchior, et le menu me convient tout à fait. Vu l'endroit ou nous nous trouvons, je pense que nous ne pouvons pas faire les difficile."

Répondre était une bonne chose, mais il fallait enchainer s'il ne voulait pas qu'elle continue la conversation avec quelqu'un d'autre, quelqu'un qui serait plus à même de lui offrir une véritable conversation

"L'on m'a dit que vous étiez une noble originaire de péninsule, je pense que la nourriture que l'on mange ne doit pas vous satisfaire, que vous devez être habitué à bien plus raffiné."

Shematt savait ou le groupe se dirigeait, la raison, ainsi que le fait que c'était Cécilie qui était à l'origine de la création de cette drôle de compagnie. Il avait toujours trouvé cela étrange

"Dites moi, si vous me permettez, que fait quelqu'un de votre extraction en compagnie de tous ces gens ? ne devriez vous pas être entouré de gens de chez vous, formez pour votre protection ?"

Et bien Shematt venait de dire plus de mots que depuis qu'il avait intégré la troupe, un exploit.
Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 762
Âge : 64
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Jeu 15 Nov 2018 - 22:16


- Va pour le fromage. " répondit la courageuse aventurière avant de plisser les yeux lorsque le goût piquant et fumant lui attaqua le palais. " Néera... Il renâcle. " souffla-t-elle en finissant la portion. Puis répondant à la question de Melchior, elle avala le dernier morceau "Oui, j'avoue avoir un peu de mal avec cette... bouillie..." Elle leva une épaule fataliste. Elle n'avait jamais pris conscience avant ce voyage à quel point une nourriture insipide pouvait rendre les gens tristes.

Devant les mots inachevés, les balbutiements réprimés et le volume qui montait et tombait, Cécilie sourit sans impatiente. C'était comme si la voix de Melchior était un instrument dont il avait du mal à se servir par manque d'habitude. C'était même la première fois qu'elle l'entendait construire des phrases aussi longue. Toujours poli, il n'ajoutait d'ordinaire rien de plus que le nécessaire.

- Mes chevaliers sont restés chez moi pour protéger ma famille, mes terres et mon fils. La péninsule peut être au moins aussi dangereuse que les terres que nous avons traversé pour les lignées de sang noble. " expliqua-t-elle sans langue de bois. " Les seuls qui ont demandé à m'accompagner ont été blessé avant notre départ de Naelis. Il a bien fallut que je continue malgré tout. Notre quête ne peut souffrir de retard parce que je crains de marcher sans personne à mon bras. " roulant quelques notes, elle darda l'oreille en direction de son interlocuteur. " Vous même devez avoir connu nettement pire. Un mage qui voyage seul... Je ne peux que me réjouir de votre présence, mais j'avoue avoir du mal à en comprendre les raisons. "
Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
avatar

Nombre de messages : 64
Âge : 27
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Lun 19 Nov 2018 - 20:04

Avant même que Grayle ne puisse répondre à Suri, la naine vint s'asseoir à côté d'eux, s'invitant d'elle même dans leur conversation, elle leur demanda leurs raisons d'être ici.

- C'est vrai que je ne sais pas vraiment pourquoi tu nous a suivis Suri... ce n'est pas comme si on allait prendre des vacances au soleil !

Il la regarda en souriant, et attendit qu'elle révèle la raison. Une seconde, dix secondes, vingt secondes. Un ange passa.

- Hum, je crois que je vais commencer du coup...

Pas question de dire toute la vérité. Ni à Suri, ni à la naine, pour des raisons différentes. Suri, car il doutait qu'elle serait intéressée, et si elle était, cela ne ferait que l'inquiéter, et car Grimeldha... son instinct lui disait qu'elle pousserait une gueulante avant de le frapper à coup de canne et de le traiter de crétin. Il inventa un rapide mensonge mêlé de vérité.

- Je n'ai plus de chez moi. J'ai promis d'accompagner DAME Cécilie après qu'elle m'ait sauvé la vie. Ensuite, je compte bien voyager un peu partout. Peut-être même chez vous, dame Grimeldha. Enfin chez les nains quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Shematt
Hybride
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 38
Date d'inscription : 23/07/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 593 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   Hier à 8:33

Les mécanismes revenants petit à petit, sa voix prenait en assurance, ou du moins, il ne balbutiait plus, et le volume était correct, bien que pas trop élevé, n'étant pas partisan de parler fort. Ainsi, elle avait une famille, et un enfant, il fallait être courageuse, encore plus vu sa cécité, pour envisager un voyage aussi périlleux, surtout après avoir perdu ceux en qui elle devait avoir confiance.

"Les seuls ayant demandé à vous accompagner ? N'est ce pas leur devoir de vous protéger envers et contre tous ?"

Il n'y connaissait rien à la péninsule, et il avait appris quelques rudiments à travers les pages de livres qu'il avait parcourues.

"Votre quête est elle si urgente qu'elle ne peut souffrir au délai ? Le temps de faire venir de nouveaux chevaliers pour vous protéger."

La glace était rompue, et maintenant, Shematt souhaitait assouvir sa curiosité. Cécilie faisait partie des gens du groupe à l'intéresser, et il ne voulait pas laissait passer cette aubaine. Il allait en profiter pour noyer le poisson sur sa question à son encontre, c'est qu'il n'avait pas grand chose à raconter, et même s'il le désirait, l'histoire de sa vie n'avait rien de passionnant.

"J'ai connu des hauts et des bas comme tout individu, quant à dire si c'était pire, je ne le sais pas, ne connaissant rien de ce dont il vous est arrivé. Est-il si étrange de rencontrer un mage voyageant ?"

Il prenait des raccourcis, c'était sans doute le "seul" qui avait de l'importance, et non le fait de voyager. Elle le corrigerait si elle voulait approfondir, lui préférait ne pas trop parler de lui. Pourtant, il devait lui donner un peu de consistance s'il ne voulait pas qu'elle l'interroge plus.

"La magie est comme une obsession pour moi, je suis en quête de connaissances. Hors, en restant toujours au même endroit l'on épuise rapidement le savoir d'un lieu. Je n'ai pas trouvé de meilleure solution que de voyager pour trouver de nouveaux savoirs."

Voilà qui était déjà bien suffisant le concernant, et en plus il n'avait même pas menti sur ce coup. Il était temps d'assouvir cette passion.

"Sans vouloir vous vexer, savez vous pourquoi vous avez été choisi ? Est ce en raison de vos pouvoirs en matière d'immatériel ? Cette magie est elle rarissime en péninsule ?"

Shematt n'avait rien contre la cécité de la noble dame, mais il devait bien avouer qu'il avait du mal à comprendre qu'une déesse choisisse cette personne pour une quête aussi risquée, encore plus après que des hommes censés formés pour sa protection, ait tous étaient blessés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Souffle prisonnier] Campement - L'Oasis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Arrivée à Paris d'un prisonnier des Limbes ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: Désert Zurthan-
Sauter vers: