Partagez | 
 

 L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier

Aller en bas 
AuteurMessage
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Mer 31 Oct 2018 - 23:44

Maître Linderel lui avait répété plusieurs fois, la veille de son départ d’Alëandir, que la clef de son salut ne serait jamais plus loin qu’entre deux inspirations ; au sortir de son court coma, elle avait donc gardé les yeux clos et s’était plutôt concentré sur sa respiration. Lorsqu’elle expirait, elle imaginait que son corps tout entier était parcouru par une flamme douce et chaude, qui guérissait ses plaies. Lorsqu’elle inspirait, au contraire, elle la visualisait se rétracter lentement sur son cœur. Toute son attention était concentrée sur ces lents mouvements de flux et de reflux. Le monde autour d’elle n’existait pas, la seule chose qui comptait était celle chaleur qui la cajolait et qu’elle contrôlait tout à fait.

Elle ne s’autorisa à sortir de cet état second qu’après plusieurs longues heures de silence et d’immobilité. Cela pouvait paraître bien long, mais en réalité, elle n’aurait pas pu se contenter de moins. S’eut-elle résigné à affronter le monde réel trop tôt, elle aurait été broyée par le poids de ce qu’elle venait de vivre. Le Drâme se serait imposé à elle à nouveau, avec une violence à peine moindre de celle contre laquelle elle avait dû lutter en croisant la route de Haldren.

D’abord, elle soupira, ce qui brisa le cycle régulier de sa respiration. Elle sentit sa gorge se serrer, tandis que ses sens s’ouvraient progressivement aux stimuli extérieurs, mais elle s’obligea à vider complètement ses poumons avant d’inspirer par le nez. Ensuite, elle retourna son bras droit, pour ouvrir sa paume vers le ciel. Elle plia et déplia ses doigts plusieurs fois, comme pour se réhabituer à utiliser ainsi les muscles de sa main. Enfin, elle porta son attention sur son bras gauche et ce fut son cœur, cette fois, qui se serra. Il était mort. Elle le sentait à peine contre son flanc ; seulement son poids, en réalité. Elle le souleva lentement et c’était comme si elle avait dormi dessus plusieurs heures. Il était si engourdi qu’elle dut attraper le poignet de sa sénestre avec sa dextre pour le soulever de plus de quelques centimètres. C’était comme toucher du bois mort et sec.

Elle voulut se pencher pour vomir le peu qui lui restait dans l’estomac, mais dans la précipitation, elle imposa un mouvement malvenu à son coude calcifié. Le craquement sourd qui raisonna dans la roulote indiqua aux occupantes — si ce n’était pas déjà le cas — que leur patiente était réveillée ; le cri de douleur étouffé de Suri devait le leur confirmer complètement.

« Ah ! » gémit la guérisseuse en se sentant chavirer. Sauf qu’elle ne devait pas ; ne pouvait pas. Elle plissa donc les yeux et se concentra sur sa respiration quelques secondes, le temps de retrouver pied. Ensuite, elle darda des prunelles pareilles à deux tâches d’huile obsidienne, en direction de qui se trouvait à porter. « De l’eau… ? souffla-t-elle faiblement. S’il vous plaît… »

Revenir en haut Aller en bas
Grimeldha Long-Nez
Nain
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 28
Date d'inscription : 04/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  257 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Jeu 1 Nov 2018 - 16:50

La nuit était tombée sur le refuge d'infortune du groupes hétéroclites et avec elle, l'appel du sommeil s'était fait sentir. Quoiqu'elle en dise, ou plutôt taise, la vieille dawi souffrait de son compte de douleur - frapper les jambes d'un cheval en pleine course n'était pas recommandé pour son âge, diraient certains - ainsi que de la fatigue d'avoir préparer dans l'urgence plusieurs runes de soin. Ainsi, elle n'avait guère tardé à s'assoupir, piquant du nez - qu'elle avait long - sur la chaise trapue de sa chariote. Grimeldha n'avait pas la moindre idée du temps écoulé quand le cri de douleur la réveilla brusquement.

"Hein ? Qu-quoi ?" baragouina-t-elle en khazalide.

Ce fut non sans surprise, l'esprit encore engourdi, qu'elle avisa la Longues-Oreilles installée dans on lit... Avant de se rappeler le pourquoi de sa présence. Se frottant les yeux, elle s'extirpa de sous sa couverture et prépara un gobelet d'eau pour l’alitée.

"V'la pour toi... souffla la naine en le lui tendant, se remettant à parler olyian, avant de bailler à s'en décrocher la mâchoire. Aaaaaah! Par les Ancêtres ! Quelle journée ! On s'd'mandait des fois si tu comptait d'réveiller. C'tait pas faute d'avoir d'quoi t'soigner mais c'quand même une affaire c'que t'as là ma p'tite. marmotta la dawi tout en faisant craquer son dos. Mais j'cause et j'cause... J'reprend d'puis l'début. Grimeldha qu'est mon nom. T'es dans ma chariote. On t'as perdu au début d'une échauffourée et l'autre guss s'est barré en te laissant avec nous. Du coup, t'as une mage drow, une mage de l'esprit humaine et la vieille dawi qu'je suis qu'ont essayé d'te r'taper un peu. Une drow, une humaine et une naine autour d'une elfe. Ah ! J'en connais qu'en f'rait une blague. M'enfin, c'pas l'moment. Dis-moi, comment qu'tu t'sens ?" fit-elle en regardant la blessée avec des airs de vieille taupe curieuse.

Sous ses airs légers, Grimeldha ressentait une certaine inquiétude doublée de stupéfaction. C'est que le membre de l'elfette était toujours autant noirci, en plus d'avoir fait un bruit pas très fameux. En d'autres circonstances, elle se serait résolu à amputer, mais sans comprendre le maux sous-jacent, surtout magique, l'avis de la principale concernée lui semblait nécessaire pour aviser de la suite. Après un instant, la dawi regarda la bougie qui éclairait chichement la pièce, puis la malade. Fait si sombre ou bien...

"Laisse-moi voir que'que chose... souffla-t-elle, dubitative, en saisissant le menton de la fille pour lui faire lever la tête. La dawi la lâcha aussitôt en écarquillant les yeux. Fillette ! Tes mirettes... ! Sont noires comme l'fond d'une mine !"
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Ven 2 Nov 2018 - 9:18

Le phrasé de Grimeldha était si particulier et son accent si prononcé ; Suri devait faire un effort conséquent pour comprendre ce qu’elle lui disait. À moins que ce ne fut l’abracadabrante histoire qu’elle lui contait qui refusait de faire son nid dans son esprit.

« Je me sens… » commença-t-elle mécaniquement avant de soupirer. Elle baissa les yeux vers son bras mort et prit toute la mesure des dégâts de sa malédiction. C’était encore pire que ce qu’elle avait imaginé. « Je ne sais pas comment je me sens, dame Grimeldha, » souffla-t-elle en reportant son attention sur la dawi. Mal, bien sûr. Mais ce n’était pas une réponse. Que pouvait bien faire la guérisseuse aux runes d’une information si vague, à part la prendre en pitié, lui tapoter l’épaule et la bercer de creuses paroles ?

Elle réfléchissait à une réponse plus utile, son poing valide serrant le gobelet qu’elle avait vidé d’une traite à s’en faire blanchir la jointure des doigts, quand la dawi lui saisit le menton. Le premier réflexe de l’anëdhelle fut d’essayer de se dégager, mais c’était sans compter la poigne de Grimeldha. Fort heureusement, le contact ne dura qu’un instant à peine, puis l’ancienne libéra sa cadette qui ramena ses genoux contre elle et se recula au fond du lit. « Fillette ! » s’exclama la dawi. Suri bloqua instinctivement sa respiration en attendant la suite. « Tes mirettes… ! Sont noires comme l’fond d’une mine ! » Et la concernée de cligner plusieurs fois des mirettes — justement — sans véritablement comprendre ce que venait de lui annoncer son hôte.

« Par la Toute-Mère… » souffla-t-elle en portant instinctivement ses doigs à ses paupières. Elle se souvenait vaguement avoir entendu les mages qui s’étaient occupés d’elle parler d’une phénomène similaire… Cela voulait-il dire que c’était simplement temporaire ? Elle ne pouvait pas en être certaine. Elle darda son regard abysséal en direction de la dawi et son visage devait être de ceux qui pouvaient lui briser le cœur. Elle était l’incarnation de la détresse. « Il est trop tard, lâcha-t-elle dans un sanglot. Maître Linderel ne peut plus rien pour moi. Personne ne… »

Et sa voix de se briser.

Elle sentait, pourtant, la magie qui s’agitait toujours ; elle était comme un serpent enroulé dans son dos. Chaque fois qu’une émotion plus forte que les autres lui saisissait la gorge, le Drâme plantait ses crocs un peu plus profondément dans sa chair. Fermant les yeux, elle tenta une enième fois de se concentrer sur sa respiration, dans l’espoir de se calmer.

Revenir en haut Aller en bas
Grimeldha Long-Nez
Nain
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 28
Date d'inscription : 04/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  257 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Ven 2 Nov 2018 - 21:19

Les pensées de l'elfette, la dawi n'y avait pas accès. Ses seules perceptions se résumaient à la vue d'une fillette recroquevillée sur elle-même et tremblante, lâchant quelques phrases sibyllines. Guère plus éclairée sur la situation, la vieille naine soupira : c'était comme avec ces pisse-laits qui venaient chouiner dans son giron, sans même en expliquer la raison. Comment réfléchir à une solution s'ils ne lui donnaient pas tous les tenants et aboutissants ? Ah ces Longues-Oreilles...

Grimeldha s'assit donc sur le bord du lit et, sans autre forme de procès, enveloppa la frêle silhouette de ses bras. Et comme avec ses pisseuses, il y avait un certain temps déjà, la naine se mit à susurrer doucement tout en se balançant lentement avec la petite chose, en un mouvement simple et répétitif, dans son petit lit. Sans même y réfléchir, Grimeldha se mit à chantonner tout bas dans sa langue maternelle.

"Enfant des Pierres, enfant des Pierres
Embrasse la braise qui t'anima
Enfant des Pierres, enfant des Pierres
Étreint le marteau qui te forgea
Enfant des Pierres, enfant des Pierres
Révère les Ancêtres qui veillent sur toi
Enfant des Pierres, enfant des Pierres
Raffermit ton bras et tu vaincra...!"


Sa voix se tue tandis qu'elle rassemblait ses pensées, se remémorant qu'elle ne se trouvait plus au Zagazorn et que l'enfant qu'elle étreignait n'était pas une dawi. Ainsi reprit-t-elle, la gorge serrée un bref instant.

"La la... T'emporte donc pas comme ça fillette... chuchota la naine. La la... T'crois donc pas si seule qu'ça... La drow a soigné tes blessures légères, l'umgi a apaisé ton esprit tant qu'elle a pu, j'ai soulagé tes chairs comme j'pouvais... Y a des magus autour d'toi fillette. On va t'prêter main forte. Pour ça, faut qu'tu reprennes d'puis l'début. D'où qu'tu tiens ces marques, enfant ? Qui t'a infligée pareille magie ?" fit gravement la runiste.
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Ven 2 Nov 2018 - 23:05

N’était-elle, finalement, rien de plus qu’une enfant ?

À Thaar, elle avait fini par croire le contraire. Elle y avait cotoyé des adultes trois fois plus jeunes qu’elle, aux ambitions vaines et aux cœur creux. Elle avait tant et tant appris à Alëandir, plus qu’ils et elles ne pourraient jamais ne serait-ce qu’envisager. Au contact des maîtres de l’Académie, elle avait touché du doigt une sagesse qu’elle avait renoncé à retrouver dans son nouveau foyer. Mais la vérité se trouvait dans les bras de la dawi et dans la facilité avec laquelle elle s’y était abandonnée : Suri était terrifiée. Ce n’était pas que le Drâme, mais tout ce qu’il charriait avec lui. La déception de Maître Linderel. Le regard de sa mère. Le rejet des siens. Et Tari, qui l’attendait au bout de son chemin.

Le chant de Grimeldha était si beau ; elle ne regrettait même pas de ne pas comprendre ce qu’elle disait. Il mattait la peur, la tenait en respect, tant et si bien que la jeune taledhelle s’accrochait aux robes de son aînée comme un naufragé aux débris de son navire.

« Merci, » souffla-t-elle la gorge nouée et les yeux fermés. Et la dawi de continuer de la rassurer, sans comprendre peut-être que sa chanson avait déjà fait des miracles. Suri l’écouta religieusement, profitant de ses douces paroles pour sécher ses larmes et redresser ses épaules. Quand la dawi posa sa dernière question, elle avait repris assez de contenance pour soutenir son regard ; elle essayait juste de ne pas penser au drôle d’aspect qu’avait ses propres prunelles. « Je suis désolée, dame Grimeldha, murmura-t-elle en calquant inconsciemment son ton sur celui de la runiste. Je ne veux pas vous mentir, mais il est des choses que je ne peux vous confier. J’ai juré sur ma vie. » À Maître Linderel, au moment de partir pour Ardamir. Il l’avait suppliée de taire à jamais l’identité de ses bourreaux. Elle voulut sourire pour rassurer sa bienfaitrice, mais ses yeux ne pouvaient pas suivre. Cela donnait un drôle d’air à son visage déjà bien marqué par la fatigue. Elle baissa ensuite son regard pour détailler son avant-bras gauche. Elle le caressa lentement du bout de ses doigts encore valides ; elle retrouvait sans surprise la texture si particulière de son épiderme dorsale. « Je vous dois déjà la vie, continua-t-elle avec un étrange soupçon de mélancolie, mais je ne crois plus qu’il soit encore possible de me sauver. »

Revenir en haut Aller en bas
Grimeldha Long-Nez
Nain
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 28
Date d'inscription : 04/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  257 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Ven 2 Nov 2018 - 23:56

Ecoutant l'elfette, Grimeldha se rembrunit. L'idée d'un serment inviolable était des plus louables, au détail près qu'il semblait ne lui offrir aucune marge pour obtenir des informations et définir les meilleurs soins possibles pour la potentielle martyre. S'pas comme si l'idée semblait l'enchanter... Quittant le lit en laugréant un "Grimeldha suffira, fillette...", la dawi entreprit de rallumer sa pipe, abandonnée plusieurs heures plus tôt sur son plan de travail. Une profonde inspiration suivie d'une toute aussi longue lui permit d'éclaircir quelque peu ses pensées contrariées, qui ridaient son grand front. La fumée soufflée par ses amples narines prit son essor, enveloppant un instant le pic ornant son antique faciès avant de se fondre dans l'air ambiant.

"C't'important, la parole donnée. C't'un bon signe pour savoir qui on peut croire, et d'qui vaut mieux s'méfier. J'en connais une chiée qui s'entretuèrent pour c'genre d'histoire, préférant rester fidèles à leur serment plutôt que d'baisser les armes. Par les Ancêtres, c'que c'est important une parole donnée. Elle souffla de nouveau, la voix grave. En attendant... J'sais pas si on t'a sauvé les miches, mais pour sûr c'est qu'on y a mis du nôtre. Même une drow, si c'est pas ironique. Et pourtant... Te v'la, dans ma chariote, dans mon lit, à m'dire merci pour ta vie, tout en m'refusant d'lâcher l'moindre mot qui pourrait nous permettre de vraiment faire quelque chose, tout en sanglotant sur ton sort. T'peux donc rien lâcher ? Pas l'moindre élément pouvant nous servir sans t'le trahir, ce serment ?!" Le ton de la naine monta brusquement sur ces derniers mots.

La main caleuse s'était crispée sur la pipe ancienne, les lèvres fines s'étaient tendues, révélant d'antiques dents en une soudaine moue de mépris.

"Laisse-moi t'le dire autrement, l'elgi. J'passerais sans hésitation des nuits entières à prodiguer des soins à un môme, à l'nourrir, le torcher ! Si besoin. Mes vieux os en ont connu d'pire, comme situation. Mais ça... Le mot monosyllabique fut tout bonnement craché. J'regard'rai pas une gosse claquer parce qu'un torche-grognard d'Linderel m'as-tu-vu, ou qui que ce soit d'autre ! Lui a fait jurer d'crever pour des histoires d'ego ! Et va pas m'dire qu'c'en est rien. On maudit pas des marmots pour l'bien du monde. On l'fait parce qu'on croit tout savoir mieux qu'tout l'monde. Et j'leur chie aux visages à c'genre de cons."

Le nez de la naine souffla à nouveau son jet de fumée, tandis qu'elle regardait la fillette avec une lueur draconienne dans les yeux. Rude, elle déverrouilla la porte de la chariote, l'ouvrant sur la nuit.

"Que j'sois claire : si t'as rien à m'dire qui pourrait m'aider à t'soigner cette saloperie, tu peux crever dehors qu'c'est pareil pour moi. Mon dos m'dira merci." Gronda-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Sam 3 Nov 2018 - 1:14

Interdite, Suri regarda Grimeldha tandis que la dawi lui révélait un tout autre visage.

« Ce n’est pas ça… » protesta-t-elle faiblement. Tenter d’interrompre la runiste, pourtant, était pareil à essayer de bloquer une avalanche avec la paume de ses mains. Sans se soucier de ce que la jeune taledhelle avait à lui répondre, elle enchaîna avec une hargne que la guérisseuse ne s’expliquait pas. Sa diatribe lui rappelait celles de Briareus ; jusque dans le mépris que son interlocutrice réserva à Maître Linderel, qui décidément faisait l’unanimité contre lui. « Je ne voulais pas… » essaya-t-elle une nouvelle fois quand le flot de paroles se tarit momentanément.

Mais c’était peine perdue. La dawi semblait avoir très mal pris l’abattement et la résignation de celle qu’elle avait, selon ses dires, mis tant d’énergie à sauver. Dans son regard brillait cette même colère qui avait animé, de son vivant, les prunelles de son maître thaari. Le cœur de Suri se serra ; elle ne s’expliquait pas ce qui pouvait bien animer ceux qui, ne connaissant finalement rien d’elle, croyait savoir ce qui était juste et ne l’était pas dans son passé. Bien sûr, elle ne pouvait pas en tenir rigueur à la vielle naine, qui voulait sans doute rien d’autre que son bien. Mais c’était une dawi : comment pouvait-elle espérer comprendre les motivations de Maître Linderel ?

« Votre colère est légitime, énonça-t-elle avec douceur en inclinant la tête avec respect. Mes paroles n’étaient pas à la hauteur de tout le mal que vous vous êtes donnée pour moi. » Il lui semblait que les rôles s’étaient inversés et, son attention toute entière tournée à apaiser l’ire de Grimeldha, elle ne sentit pas la magie refluer de ses prunelles ; ces dernières reprirent bien vite leur teinte carmine habituelle. « Je vous dirai tout ce que je sais de… ceci, affirma-t-elle en soulevant mollement son bras mort. C’est-à-dire, trop peu de choses, malheureusement. »

Revenir en haut Aller en bas
Grimeldha Long-Nez
Nain
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 28
Date d'inscription : 04/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  257 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Sam 3 Nov 2018 - 11:12

La porte fut refermée d'une torsion, accompagnée d'un énième souffle vaporeux. La dawi observait toujours son invitée. Une once de douceur se glissa dans ses mirettes alors qu'elle reprenait place près du lit nanesque, s'asseyant sur sa chaise.

Dans la lumière fragile de la bougie, elle vit cette fois le noir se retirer des yeux de la fille. Plusieurs battements de paupières ne suffirent pas à dissiper ce changement des plus surprenants... D'autant qu'il révélait une couleur particulière. Si y a pas du sang mêlé dans c't'histoire... La vieille dawi frémit. Là encore, il s'agissait de quelque chose à laquelle elle s'était retrouvée confrontée en quittant le zagazorn. Les demi-sang n'étaient jamais mentionnés là-bas, tandis qu'à l'extérieur... Une elgi, mélangée avec autre chose... Pah ! Un conflit intérieur manqua débuter, mais Grimeldha le refusa derechef : elle avait soigné la petite, lui avait offert son toit et prit dans ses bras comme une pisseuse, tout cela en ignorant bien des choses de l'enfant visiblement. Cette dernière n'avait menti ni dissimulé quoique ce soit : son inconscience la protégeait de pareilles accusations. Qu'tes Ancêtres aient pitié d'toi... Et qu'les miens m'pardonnent.

"J'técoute, fillette. souffla Grimeldha. Aussi peu qu'ce soit, n's'ra p'tète pas négligeable. Tes yeux ont r'pris leur couleur, d'ailleurs."
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Sam 3 Nov 2018 - 11:55

« Vraiment ? demanda Suri en portant ses doigts valides à ses paupières avant de pousser un soupir soulagé. Tant mieux… Cela rendra mon explication plus facile. »

Ainsi qu’on lui avait appris à l’Académie, elle se tut pour organiser ses pensées. À la parole vaine, on lui avait inculqué de préférer le discours réfléchi. Elle raidit son dos, épousseta sa robe et posa sagement ses mains sur ses genoux, avant de darder son regard carmin en direction de Grimeldha. « Vous l’avez déjà compris, commença-t-elle enfin, mais mon père n’était pas qu’un taledhel. » Elle marqua une nouvelle pause et esquissa un pauvre sourire avant de chuchoter, pour elle-même plus que son interlocutrice : « Peut-être même ne l’était-il pas du tout, Mère n’a jamais voulu m’en parler. » Elle cligna des yeux, surprise de cette confession qu’elle avait, jusqu’alors, toujours gardé par devers elle. « Toujours est-il que mon sang est noir du fait de ce lignage et que certains membres de la communauté à laquelle j’appartenais ont décidé d’agir pour contenir la menace que je représentais. »

Et la jeune guérisseuse de s’interrompre une nouvelle fois, cherchant à jauger de l’effet de ses paroles sur l’énergique dawi. Briareus devenait toujours fou quand elle mentionnait les motivations de ses agresseurs. Fort heureusement, il semblait que Grimeldha savait faire preuve d’un peu plus de retenue.

« Je ne sais pas ce qu’ils ont fait exactement. Je sais ce qu’ils voulaient faire : sceller mon sang noir. Malheureusement, leur entreprise a échoué. » Il était difficile de savoir ce que cachait vraiment ce « malheureusement » ; Suri elle-même ne savait plus ce qu’elle devait en penser. Au moins, s’ils avaient atteint leur objectif, elle aurait pu demeurer à Alëandir. « Parfois, je me convaincs que ce sort qu’ils ont utilisé contre moi est en fait une épreuve. Chaque fois que je cède à la colère, il s’active pour me châtier. D’abord mon dos, puis mon bras… énuméra-t-elle en l’agitant mollement. Et dans le même temps, il alimente la moindre de mes émotions négatives. Cela ne fait pas le moindre sens. »

Revenir en haut Aller en bas
Grimeldha Long-Nez
Nain
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 28
Date d'inscription : 04/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  257 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Sam 3 Nov 2018 - 19:12

C'était une chose que de supposer, c'en était une autre de s'entendre se faire confirmer une sombre vérité. La dawi se retint, laissant l'elfe vider son sac - elle l'avait secouée une première fois, s'emporter alors qu'elle parlait eut été contradictoire -, sans pouvoir empêcher ses dents de pincer plus que de raison sa pipe. Par prévention, elle la retira donc de sa bouche et écouta. Grand bien lui fit, sa vilaine humeur revenant au fil des explications, manquant de peu lui faire jeter l'objet lustré par l'usage de rage.

"Non sens ! fulmina la naine. Non sens, fillette ! Tudieu ! Sceller ton noir sang ?! Quelle idée qu'ça ?! Tu l'dis toi même : le résultat n'a pas d'sens ! J'vais t'dire pourquoi : leur idée n'en avait pas plus que d'couper un enfant en deux !"

Grimeldha se mit à faire les cents pas à toute allure dans l'espace réduit, une main crispée sur sa pipe et l'autre menaçant des interlocuteurs invisibles, alors qu'elle grognait des insultes en khazalide. Peu à peu, elle sembla se calmer, se remettant à tenir des propos compréhensibles pour la blessée... Mais pas plus édulcorés pour autant.

"Fils de Gobelins ! Chiures putrides ! Diarrhée elfique ! pesta-t-elle. Mêler les sangs est une ignominie, soit, l'monde n'en est pas moins gris ! C'qui t'ont fait fillette, c'la dernière des idioties. Grimeldha se planta devant son interlocutrice. Y savait comment qu'on fait les bébés ces idiots, pas vrai ?! Pense au sang dans l'eau : y s'mêle ! S'pas l'un qui reste gentiment à côté d'l'autre ! S'pas d'l'huile qui flotte ! Elle se saisit sans prévenir du bras noirci. Va pas m'dire qu'ton sang drow s'concentre là ?! T'es pas elfe ni noirelfe, tudieu ! T'es aucun des deux ! T'es aut' chose ! Sceller cette "partie" c'est amputer l'tout, en coupant à l'aveuglette ! La naine lâcha finalement prise, le visage révulsé. C'pas un châtiment qu'tu subis : c't'un travail de porc. Un porc borgne et qui s'est coincé les pattes dans l'fondement ! Et va pas m'dire qu'la colère est répréhensible : les longues-oreilles sont bien connus pour bouillir plus vite que l'sang d'un dragon, peu importe la couleur d'leur fichue peau."

Soudainement, elle s'avachit, comme vidée, sur son siège, en lâchant un profond soupir.

"Elgi pourri... souffla-t-elle avant de se mettre à marmonner. Quand tu t'emportes, ta chair s'noircit, s'raidit... Ça semble lié à ton métabolisme qui s'emballe sous l'coup d'une émotion forte... Ça altère ta chair et ton sang... La naine se tut subitement. ...Quel était l'domaine de ces magus, fillette ?"
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Sam 3 Nov 2018 - 20:39

Elle parle décidément comme Briareus, songea Suri avec nostalgie. Il l’aurait tout de suite appréciée. Le vieux sorcier n’était pas mort depuis un mois, mais il lui manquait déjà terriblement. Elle a encore plus d’imagination que lui, quand il s’agit d’insultes et de jurons.

Son attendrissement pour la vieille dawi faiblit quelque peu quand cette dernière lui saisit vivement le bras ; la taledhelle voulut se libérer, mais la poigne de la runiste était trop forte. « Grimeldha… » souffla-t-elle en s’agitant vainement. Et la naine de la lâcher, sans que Suri ne sut trop si sa supplique y était pour grand chose. Elle continuait déjà sa diatribe, sans véritablement se soucier de l’état dans lequelle sa rage pouvait mettre son interlocutrice. Ça n’aurait pas été trop grave, si cette dernière ne lui avait pas avoué quelques secondes plus tôt combien la malédiction qui l’affligeait embrouillait ses émotions. « Toutes les colères ne se valent pas, » marmonna d’ailleurs Suri en se « massant » son bras gauche.

Elle la regarda s’affaler sur une chaise, un lueur de reproche dans ses prunelles rouges. Vraiment, elle est comme Briareus. Lui aussi avait cru pouvoir résoudre le mystère qui planait sur son mauvais sort. Lui aussi lui avait posé mille et cent questions. Suri serra les dents, tandis que son dos recommençait à la bruler. « Je crois que j’ai besoin de marcher un peu, annonça-t-elle en fermant les yeux. Prendre l’air, respirer. » Elle inspira profondément, avant d’essayer de se lever. Sa première tentative lui révéla combien l’épreuve qu’elle venait de traverser l’avait affaiblie, mais cela ne fit que renforcer son envie de s’échapper de la roulotte de la dawi.

Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 762
Âge : 64
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Dim 4 Nov 2018 - 17:02


Impossible. C'était impossible. Après la discussion qu'elle avait eu avec T'sisra, elle ne pouvait rester bien sagement dans la bergerie avec tous ces inconnus. Elle avait besoin de calme pour contenir tous ce à quoi elle ne pouvait pas se laisser aller... Ou peut-être avait-elle justement besoin de solitude pour se laisser aller, même une fraction de seconde. Sans bâton de marche, elle ne pouvait pas aller bien loin. Sans cheval non plus. Alors elle s'était contenter de gagner la porte à tâtons. Personne ne posait de question lorsque quelqu'un sortait aussi simplement, sans arme ni bagage. Les besoins naturels avaient leurs lois immuables que même les nobles devaient assouvir.

Une fois à l'extérieur cependant, elle avait tourné le long de l'abri, s'orientant aux bruits des montures et de Rurk qui paissaient non loin de la chariote de la naine. Le froid de la nuit lui faisait déjà du bien. Bras en avant, la jeune femme frôla une épaule haute et une toison rêche. Elle pouvait simplement dire que ce n'était pas la cavale de T'sisra. Pour le reste, elle se contenta de flatter l'encolure de l'animal. Malgré les mouvements un peu brutes qui firent frémirent Cécilie de surprise ou d'une fugitive pointe de peur, l'animal semblait apprécier le traitement. Sa présence muette était en cet instant bien plus apaisant que toutes les veillées au coin de feu.

Les premiers mots tombèrent à mi-voix, pleins de colère, de méfiance et de nostalgie. Après quelques minutes, la jeune humaine posa sa joue écorchée contre l'encolure de la haute bête. Elle n'avait pas le droit de penser une telle chose, mais l’imposteur qu'elle était n'en démordait pas : elle n'avait aucune idée de ce qui allait suivre. A présent elle n'était même plus certaine de la raison pour laquelle Haldren lui avait parut si dangereux. L'absence de Maël l'obsédait malgré toutes les formules qu'elle avait put récité et tous les rituels qu'elle avait accomplit pour se débarrasser de son inquiétude... Et pour la première fois depuis qu'elle avait mis le pied sur le navire de son oncle, elle rendit les armes. Elle pleura. Sans faux semblant. Sans arrière pensée. Pour tout et pour rien à la fois. Le seul éclat de voix qui aurait put trahir sa présence à une oreille attentive fut couvert par un grondement de Rurk. Miséricorde ou agacement d'entendre une humaine venir gindre sous sa fenêtre ? Seule Grimeldha aurait pu le savoir. Dans tous les cas, elle était épuisée, terrifiée, seule, à la tête d'une équipe dont elle ne connaissait rien dans un but qui lui échappait complètement. Elle aurait voulu se rouler en boule sur le côté pour ne plus jamais se relever. Elle aurait voulu qu'on la remette à sa place et qu'on lui donne des ordres. Elle se maudit d'avoir quitté sa famille, sa maison, Rose, son frère, son fils... Son fils... ses pleures redoublèrent et elle enfouit son visage contre le garrot du cheval pour en maitriser le bruit. Elle pleura jusqu'à ce que la fatigue et un étrange apaisement cotonneux succède aux larmes.

Puis elle libéra le pauvre animal qui avait subit ce trop plein d'émotion, le flattant encore un peu à sa convenance tout en s'efforçant de respirer a fond. Les discussions et les faits des dernières heures se mirent à tourner plus lentement dans son esprit, prenant chacun une place cohérente à défaut d'être définitive. Bien... Elle pouvait se recomposer une contenance à présent.

Elle se sécha le visage, et porta toute son attention sur l'air frais qui l'entourait pour faire quelques pas hasardeux le temps de retrouver totalement la maîtrise d'elle même. Inutile de s'en faire pour retrouver le chemin, les bruissements lui indiquaient la voie royale. Pour le moment, les derniers soubresauts de sa respirations s'éteignaient, passant aisément pour des frissons.
Revenir en haut Aller en bas
Grimeldha Long-Nez
Nain
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 28
Date d'inscription : 04/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  257 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Lun 5 Nov 2018 - 1:33

A sa question, la dawi n'obtint pas la réponse escomptée. De plus, elle perçut un frémissement dans la voix de la fille qui lui fit papillonner des yeux. Qu'est-ce tu fais donc ma fille ? T'la connaissais pas c'matin, v'la qu'tu la soignes, lui chante des berceuses naines, lui fait d'grands discours et t'crois pouvoir régler que'que chose qu'dois pas lui pourrir la vie d'puis hier vu comment elle en parle. Grimeldha se mordilla la lèvre, avant de rattraper l'elfe qui manqua tomber.

"Hmmm... S'possible que j'm'emballe trop vite... fit-elle, avant de marmonner. S'cuze moi fillette..."

Prenant brusquement du recul sur la situation, la naine se sentit lasse. Trop de choses en une journée, trop de violence d'un coup, trop de... Le moment lui parut soudain opportun pour sculpter - quoi ? Quelque chose ? - et elle ne retint pas la blessée, lui ouvrant la porte, semblant presque pressée de la voir partir. Pointant du nez à l'extérieur, elle avisa soudain que tous n'étaient pas au chaud dans la bergerie. Haussant un sourcil glabre, la naine observa une seconde la nobliau aveugle.

"Oh... Hmmm... Fillette ? Cécilie ? appela-t-elle, perplexe. Vous vous y r'trouver dehors ? Fin' qui fasse jour ou nuit ça doit pas vous changer d'beaucoup mais... Vous allez bien ?"
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Mar 6 Nov 2018 - 8:33

« Ce n’est rien, » répliqua Suri aux excuses marmonnées de la runiste. Elle lui jeta un bref regard et ses yeux trahirent le peu de cas qu’elle faisait, en réalité, du timide mea culpa de Grimeldha. Tout en même temps, elle savait que sa réaction n’était pas normale ; elle pouvait sentir dans sa chair meurtrie le Drâme planter un peu plus profondément encore ses griffes incandescentes dans le son dos ; elle se souvenait de cet épiphanie fugace qui l’avait vu s’abandonner complètement dans les bras rugueux de la vielle dawi. Ce n’est pas vous, c’est moi, aurait-elle dû lui répondre pour l’apaiser. Les lippes de Suri, pourtant, demeurèrent aussi hermétiques que les voies du Royaume Souterrain. Au contraire, elle les pinça si fort qu’un rictus mauvais en déformait presque son visage.

Les jambes encore flageollantes, elle attendit que son hôte lui ouvrît le chemin ; elle s’imaginait déjà marcher plusieurs longues minutes dans une direction au hasard, puis hurler quelque chose avant de se rouler en boule à même le sol. Ses plans, pourtant, devaient être remisés un temps au moins, car plutôt que le silence de la nuit, ce que les deux femmes trouvèrent au sortir de la chiche chariotte de Grimeldha fut une courte-vie égarée.

« Vous… » souffla Suri en sentant sa colère retomber d’un coup. Elle darda ses prunelles carmines en direction de Cécilie et des bribes des événements qui avaient vu la comtesse lui sauver la vie lui revenaient par vague. Elle n’avait pas besoin de magie pour savoir qu’elle connaissait cette éphémère, ni tout ce qu’elle lui devait. Il lui suffisait de la dévorer du regard, avec une fascination presque maladive. D’un pas tremblant, elle descendit de la chariote de Grimeldha, puis avisa soudain les yeux bouffis de la péninsulaire. Surprise, elle en ravala les mots qui se bousculaient à ses lèvres et resta interdite.

Au moins la mauvaise magie qui logeait au creux de son dos retournait au sommeil.

Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 762
Âge : 64
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Mar 6 Nov 2018 - 22:10


- Oh Grimeldha... " Elle fit volte face comme si elle venait d'être prise la main dans un pot de confiture. " Oui. Tout va bien. J'étais... J'avais besoin d'un peu de solitude après ces quelques heures passées avec les mercenaires de Kurt. " sourit-elle en se recomposant si vite une contenance qu'on en aurait presque oublié ses yeux rougis et sa respiration encore un peu hésitante. " Je ne vous ai pas réveillé au moins ? "

Elle n'avait pas même poser la question qu'une voix à la fois inconnue et étrangement familière retentit quelque part entre elle et la dawi. Elle se figea tandis que la chariote saluait la descente d'une de ses occupante d'un grincement servile. Puis un heureux soulagement d'une grande sincérité transforma son visage.

- Vous êtes revenue à vous. " souffla-t-elle en tendant doucement la main dans la direction supposée, suffisamment lentement pour ne rien heurter. Comme pour rendre réel l'un de ces cours instants de fierté et de bonheur qui se faisaient si rare depuis les deux dernières années, elle ajouta un ton en dessous. " J'en suis sincèrement heureuse. "

Quelle curieuse sensation de se sentir proche d'une personne avec laquelle elle n'avait jamais échangé un mot. Elle ne savait trop que dire. Les souvenirs qu'elle avait entraperçu, les instants qu'elles avaient partagés, l'humaine les avaient dérobés à son intimité. Certes, elle l'avait fait avec de bonnes intensions, mais cela n'enlevait rien à l'étrangeté de la situation.

Elle fronça néanmoins le nez en entendant ses mouvements hésitants.

- Vous semblez encore faible. Vous êtes sûre d'être en état de vous lever ? Cela ne vous avancera surement pas à grand chose" sourit-elle en passant un bref instant sa main libre devant ses yeux, "mais si je peux faire quelque chose... Ou pour vous, Grimeldha."
Revenir en haut Aller en bas
Grimeldha Long-Nez
Nain
avatar

Nombre de messages : 44
Âge : 28
Date d'inscription : 04/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  257 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Mer 7 Nov 2018 - 13:47

"Bah, l'sommeil des vieux, pour c'que ça vaut... marmonna la dawi tous en couvant la jeune elfe d'un regard perdu. Fillette, j'te présente Cécilie d'Missède, qu's'est aussi penchée sur ton repos. Quand j'te disais qu'on s'y était mises à plusieurs... S'adressant à l'umgi. Elle a bu, pis maintenant elle veut s'dégourdir un peu les jambes. Faut dire que c'qu'elle a c'n'est pas... La dawi s'interrompit subitement, se mettant à marmonner avant de reprendre. Si tu t'sens pas bien, r'viens m'voir l'elgi, j'vais préparer d'quoi s'ragaillardir. Et vous perdez pas dans l'coin, on sait pas si d'autres ennuis s'pointeront d'sitôt."

Sans autres mots d'adieu, la naine referma la porte de la chariote. Dans l'obscurité nocturne, une faible lumière se glissait entre les interstices du bois. Les pas de la naine en firent grinçer doucement les planches, suivi d'un frottement lourd. Pendant un instant, le silence se fit puis, peu à peu, les bruits étouffés de petits chocs minutieux se firent entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Jeu 8 Nov 2018 - 23:07

Suri ne répondit rien aux marmonnements de Grimeldha ; mais l’eut-elle seulement voulu, elle n’en aurait pas eu le temps. La porte ponctua la tirade de la vielle dawie d’un point final qui sentait mauvais la tristesse et le désarroi.

Sa rencontre impromptue avec Cécilie avait su mettre en sourdine sa colère montante, ce qui permet à une culpabilité lasse de serrer son cœur fatigué. « Elle me fait beaucoup penser à quelqu’un, » soupira-t-elle après quelques longues secondes d’un lourd silence. Elle secoua doucement la tête, sans trop savoir si sa confidence s’adressait à la porte close ou à la femme dans son dos. Elle se tourna finalement dans la direction de cette dernière et darda son regard carmin sur la mage dont elle connaissait désormais le nom. « Ma dame, » la salua-t-elle avec respect. Elle s’inclina dans sa direction, autant que le lui permettait sa faible constitution. « Vous m’avez sauvé la vie. Merci. »

Elle voulut se redresser, mais se rendit compte qu’elle n’en avait ni la force ni le courage. Elle ne se sentait en tout cas pas le cœur de plonger à nouveau ses prunelles dans celles, fussent-elles mortes, de la comtesse de Missède. Elle était lasse et son bras gauche pesait si lourd contre son flanc ; elle avait l’impression qu’il l’entraînait vers le sol. Elle se souvenait que, dans les ennéades qui avaient suivi le Drâme, se lever avait chaque fois été une torture. Elle se demandait ce qu’il en serait des tourments qui l’attendaient désormais.

« J’ai bien peur de ne pas avoir su me montrer digne des efforts consentis par dame Grimeldha pour me soigner, » avoua-t-elle piteusement en se redressant enfin. Ses yeux, cependant, ne suivirent pas le mouvement de son des et demeurèrent rivés sur un point invisible à mi-chemin entre ses pieds et ceux de la dame de Missède. Et la jeune guérisseuse de se saisir avec sa dextre son coude gauche et de trembler en sentant sa dureté et sa rugeur. « Ces dettes — envers vous, envers elle — je ne pourrais jamais les honorer. »

Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 762
Âge : 64
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Ven 9 Nov 2018 - 17:14


Non, visiblement, elle ne pourrait rien faire pour Grimeldha qui referma la porte de son humble demeure telle une caricature de nain acariâtre dans les contes qui avaient bercés l'enfance de la péninsulaire. L'idée arracha même l'ombre d'un gloussement à son cœur à la fois fatigué et allégé d'avoir enfin pu ouvrir les vannes.

- Alors ce devait être une bonne personne." répondit simplement Cécilie au premier aveu de l'elfe. " Je vous en prie, appelez-moi Cécilie. J'apprécie votre déférence mais les titres sonnent creux si loin de mes terres. "

Cécilie risqua un pas vers la jeune femme qui ne semblait pas prête à bouger, se dirigeant prudemment aux sons en espérant ne commettre aucun impair. En plus de ne pas vouloir bouger, l'elfe semblait d'ailleurs bien loin du soulagement ou de la colère qu'elle avait déjà pu côtoyer chez des survivants. A entendre sa voix, toute la fatalité du monde lui pesait sur les épaules et les quelques expériences que Cécilie avait eu dans les infirmeries de guerre lui criait que c'était surement la pire réaction qu'un blessé pouvait avoir.

D'un autre côté, elle n'était pas spécialement surprise. Le souvenir de l'esprit scindé de Suri était encore vif dans sa mémoire. Le fait que la puissance chaotique et agressive soit liée à son état d'esprit était évident.

- Vous n'avez aucune dette envers moi. "
répondit l'humaine avec autant de compassion que possible. " Je ne peux parler pour Grimeldha, même si je pense sa bonté et son désintéressement sincères, mais en ce qui me concerne, il n'est nullement question d'effort ou de dette. Il s'agit de votre vie. Un peu de fatigue n'est rien en contrepartie de la certitude d'avoir bien agi, surtout lorsqu'il s'agit d'une guérisseuse intègre telle que vous. " Une seconde de silence et une ride soucieuse barra le front de la jeune femme. Elle s'était à peine présenté, son interlocutrice n'avait pas pu lui dire elle-même qu'elle était guérisseuse. " Pardonnez-moi. Je ne voulais pas être indiscrète. Lorsque j'ai tenté de vous aidé, j'ai saisi quelques souvenirs superficiels. Je ne les comprends pas dans leur ensemble, mais quelques points me sont apparus comme une telle évidence que j'ai du mal à en faire abstraction.
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Sam 10 Nov 2018 - 22:25

« Quelques souvenirs superficiels… » répéta Suri avec lenteur. La taledhelle ne sut d’abord qu’en penser. Qu’avait bien pu apercevoir la jeune comtesse ? Quel secret lui avait-elle dérobé ? « Vous avez agi au mieux, eu égard aux circonstances. Vous n’avez rien à vous reprocher, » lui assura-t-elle cependant en prenant bien garde à ne pas laisser sa voix la trahir. La guérisseuse voulut sourire, ainsi qu’elle s’y astreignait dès qu’une conversation devenait trop grave, mais ses lippes ne suivirent pas. C’était peut-être la première fois que son masque lui faisait défaut et elle n’aurait pas été surprise d’entendre Cécilie lui annoncer que le Drame avait dévoré son visage comme il avait conquis son bras. Elle porta d’ailleurs une main tremblante aux commissures de ses lèvres et soupira faiblement quand elle les sentit souples et douces sous la pulpe de ses doigts. Bien sûr, son interlocutrice ne vit rien de son manège et ce n’était pas ses oreilles qui allaient l’aider à déchiffrer l’étrange attitude de la taledhelle. « Si vous avez… vu… des choses que vous ne comprenez pas, je préférerais que… » commença-t-elle d’une voix hésitante et en cherchant ses mots. Elle se raccrocha à l’enseignement qu’elle avait reçu à l’Académie et se tut le temps de mettre de l’ordre dans ses pensées. La parole des mages était écoutée avec un respect qui obligeait celles et ceux qui la dispensaient. « Je ne peux pas vous promettre de répondre à toutes vos questions, mais je préférerais que vous les posiez tout de même. » Il était des secrets qu’elle avait juré d’emporter dans sa tombe, ainsi qu’elle l’avait avoué à Grimeldha. Si elle avait trahi malgré elle son serment, elle voulait — devait — le savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 762
Âge : 64
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Dim 11 Nov 2018 - 15:03


Elle aimait à croire qu'elle avait agit pour le mieux. De toute façon ce qui était fait était fait et elle ne pouvait le défaire. Cependant, elle ne mentait pas en affirmant qu'elle n'avait compris que des bribes et elle se retrouvait bien en peine de rassembler l'intégralité de ces impressions éparses pour donner quelque chose de cohérent. Elle s'essaya pourtant à l'exercice, prenant quelques instants pour éviter de tirer en même temps tous les fils de la pelote.

-Je comprends. Et bien je vous ai sentit en train de soigner de nombreuses blessures de combat avec calme. Il y avait aussi des lieux très différents, comme lors d'un long voyage. Et enfin... " Elle hésita un moment " Votre esprit semblait scindé en deux parts encore dépendantes. Vous et autre chose. Lorsque j'ai approché cette chose d'un peu trop près j'ai sentit des émotions violentes. De la colère, de la peur, une panique montante. Et j'étais, enfin vous étiez entravée et entourée de plusieurs personnes." Elle s'ébroua, les épaules parcourues d'un frisson de réminiscence. " J'ai réussi à m'en arracher et j'ai essayé de trouver un autre moyen de vous aider que de m'attaque directement à cette part de vous pour rétablir l'équilibre. Je ne sais pas ce que cela représente pour vous et je ne vous poserai aucune question. Mais au moins, vous savez tout ce que j'ai entraperçu. "
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Dim 11 Nov 2018 - 16:34

Les paroles de Cécilie, bien que prononcées avec douceur et respect, plongèrent instantanément Suri dans un profond désarroi.

Elle les a vus, se répéta-t-elle plusieurs fois. Cette simple vérité charriait son lot de questions ; toutes se résumaient à cette terrible interrogation : s’était-elle parjurée ? Elle ne pouvait songer à rien d’autres sous le regard aveugle et compatissant de la comtesse. « Ce que vous avez aperçu, articula-t-elle lentement d’une voix blanche, j’ai juré sur ma vie de le taire. Ce serment… c’est la dernière chose qu’il me reste. » Elle fit un pas en direction de la jeune femme, sa dextre serrée à lui en faire mal ; elle se figea pourtant bien vite, car que pouvait-elle faire désormais que son secret avait trouvé son chemin loin de ses silences. « Vous ne me devez rien, Cécilie ; c’est même tout le contraire. » Et la guérisseuse de se laisser tomber à genoux, sans ménager sa douleur. Elle ne savait plus si elle voyait là un moyen d’appuyer sa supplique ou simplement sa faiblesse avait eu raison de ses efforts pour se tenir debout. Dans un cas comme dans l’autre, Cécilie la dominait de toute sa modèste hauteur. « Je vous demande pourtant de taire ce savoir qui est désormais le vôtre, comme je le tais moi-même. Pour éparse et morcelée qu’elle vous apparaisse, cette connaissance porte les graines de mon ultime trahison. »

Suri pouvait presque voir le regard triste de Maître Linderel, par-dessus l’épaule de la dame de Missède. Elle pouvait goûter l’amertume de sa déception. La guérisseuse comprit qu’elle ne pourrait jamais affronter ses prunelles bienveillantes tant que Cécilie vivrait. Les portes d’Anaëh lui étaient donc désormais fermées, pour les quelques décades qui restaient à l’éphémère. Or, d’années, Suri n’en avait plus tant devant elle, mais il était clair pour elle qu’elle devait les passer aux côtés de sa confidente d’infortune.

« Je suis désolée, conclut-elle avec fatalité. C’est une bien mauvaise manière de vous remercier que de vous en demander encore plus. »

Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 762
Âge : 64
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Lun 12 Nov 2018 - 17:26


Néera... Elle venait de tomber à genoux ?!

- Suri ! " s'exclama d'abord Cécilie en pensant que la jeune femme venait de s'effondrer sous son propre poids. Elle allait appelé Grimeldha lorsque l'elfe repris la parole sans même cherché à se relever.

Maintenant qu'elle était certaine qu'il n'y avait plus d'obstacle entre elle et la jeune elfe, la péninsulaire s'appuya sur les mélodies de la trame pour mieux jauger de son interlocutrice et se baissa jusqu'à être, elle aussi à genoux. Elle tendit son bras pour saisir l'épaules - ou tout de moins ce qu'elle estimait être la hauteur de l'épaule - du côté valide de Suri.

- Par les dieux, cessez de vous excuser. Mon silence vous est acquis. Inutile de vous mettre dans un tel état. " Elle sourit, se voulant volontairement légère et rassurante. " Respirez. Oubliez un moment ce passé et ce futur qui semblent vous tourmenter. Prenez un moment. Regardez autour de vous. Écoutez les voix à l'intérieur de la bergerie. Et calmez-vous. " La pauvrette semblait encore tellement secouée que Cécilie en venait presque à trouver risible ses propres problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Suri
Hybride
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 28
Date d'inscription : 04/04/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  91 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   Dim 18 Nov 2018 - 17:13

Suri aurait souhaité que Cécilie ne sourît pas ; elle aurait aimé qu’elle saisît la gravité de l’instant ; elle aurait voulu qu’elle jurât sur sa vie. En fait de serments, elle devrait se contenter d’un mouvement de lippes et de quelques paroles rassurantes.

C’était peu, mais la taledhelle n’était guère en mesure de demander plus quand, en dépit de ce que pouvait bien lui affirmer la péninsulaire, elle était déjà la débitrice de la comtesse de Missède.

« Quelle bergerie ? » la questionna-t-elle et sa voix, si elle était encore lourde de toutes ses émotions contradictoires, vibrait pourtant d’une volonté de laisser derrière elles cet échange beaucoup trop déprimant.

La guérisseuse ferma quelques secondes les yeux, avant de rassembler son courage et pour tenter de se remettre sur ses pieds. L’entreprise se releva plus périlleuse que prévu ; c’était qu’elle s’était fait fichtrement mal, qu’elle était fatiguée et déboussolée et que son corps la suppliait d’au contraire s’allonger à même le sol. Suri n’avait cependant aucune envie de lui céder : elle redoutait les rêves qui l’assailliraient dès le sommeil venu.

« Un homme m’accompagnait, enchaîna finalement la taledhelle en tapotant mollement sa robe pour en détacher la poussière. Dame Grimeldha l’a rapidement mentionné quand je me suis réveillée, mais j’avoue ne pas avoir été complètement attentive à ce moment-là… A-t-il réussi à s’enfuir ? Ou bien a-t-il été… récupéré… par sire Umbarion ? » Elle avait cru comprendre qu’effectivement son ancien compagnon de route était parvenu à prendre la poudre d’escampette, mais elle voulait en être certaine.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier   

Revenir en haut Aller en bas
 
L’ombre du Drâme | Libre, Souffle prisonnier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]
» Une Ombre passe... [LIBRE]
» La vie n'est qu'un souffle [Libre]
» l'Ombre de mon âme -libre-
» Le Vent chaud du matin souffle, l'Ombre de la nuit arrive (PV Petite Éclipse)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Principautés Vaanies :: Principauté des Sept-Monts-
Sauter vers: