Partagez | 
 

 Edits Royaux

Aller en bas 
AuteurMessage
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1188
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Edits Royaux   Mer 7 Nov 2018 - 19:28

Tariho de la huitième ennéade de Karfïas,
De la onzième année du onzième cycle.

Palais de Diantra.


Hubert de Burgaud grommela alors qu’il versa à nouveau la cire sur le vélin. La première fois il avait bien trop attendu pour apposer à l’édit royal le sceau du bon Roy. Devant son bureau se tenait immobile un garçonnet de treize ans à peine, qui tenait haut le chandelier afin que son précepteur y voit le plus clairement possible. Il avait passé sa journée à annoter toutes les décisions du conseil royal, et ces bougres s’en était donné à cœur joie : à chaque sujet venait se mêler pas moins de dix digressions si bien qu’on aurait pu clore la séance des heures plus tôt. Cela lui aurait été bien plus commode, que d’écrire là, dans son petit cabinet en robe de chambre, alors que la nuit était durablement installée. Et puis, on aurait pu lui concéder du sommeil, mais non ! Au lieu de ça, mônsieur le Régent avait exigé recevoir les ordonnances avant l’aube, afin qu’elle parte avec le premier coursier à qui de droit. Alors, en bon et loyal serviteur de la couronne, l’échevin s’était pris à gratter follement, remettant de l’ordre dans les décisions, tournant élégamment les choses afin que transparaisse la souveraineté des décisions. Car voilà ce qu’on décidât ce jour-là, et qui ne supportera aucune remise en question :

A tous les bons seigneurs et loyaux serviteurs de Sa Majesté Bohémond Ier de la maison d’Ivrey, par son présent conseil de Régence et son régent lui-même, son Excellence Aymeric de Brochant,

Nous ordonnons ce jourd’hui par la sainte Grâce des Cinq, et la glorieuse lumière qu’ils ont octroyé à notre Roy légitime et qui ne saurait souffrir de quelconque sédition, à tous les saints et martyrs qui pour la paix ont offert jusqu’à la vie, à eux tous et à vous, l’établissement d’un nouvel ordre qui sera la graine vengeresse de la plante nommée Justice. Que le Saint arbre vous abrite de ses glorieuses feuilles vos maisons et protège vos lignages des vilainies. Il appartient à notre Sainte Croyance, à notre bon Roy et à sa régence d’imposer dès ce jour très officiellement la destitution de la famille Soltarii-Beronti et de son époux de son titre ducal qui n’a su se montrer digne de la Voie. Par le présent édit, comprenez qu’à partir de ce jour la couronne ne tolérera plus l’insoumission, la traîtrise et la mal gérance et que quiconque trouverait opportun de jouer avec la Droiture se verrait punit de la plus exemplaire des façons, par Sa Majesté et son conseil car les bons Dieux lui ont offert la main de la justice à sa naissance et que le rétablissement de la paix est, et restera, sa prime tâche.

Aussi, condamnant tous les schismes, la malhonnêteté, la médisance et la mal gérance, et s’assurant par la même d’un rétablissement accru et bien fondé de ses terres dissidentes, est nommé céans dans le duché Soltarii un conseil qui n’aura que pour unique vocation la gestion interne de ses terres, de ses biens et de ses services dans l’unique Gloire de son Royaume et dans la plus grande piété. Seront ainsi invité à siéger au nom de notre bon Roy Victoria Di Maldi comtesse de Sybrondil, Sarina de Feoda baronne d’Ysari, Antioche d’Essenburg envoyé de la couronne, ainsi que les seigneurs Camarata, Pasi, Pinitti, Corelli, Perocco, Martirigi et Alcacio pour leur dévotion à dénoncer les méfaits et la gangrène de notre Royaume. Ils devront assurer par leur bienveillance et leur sagesse le maintien d’une terre prospère jusqu’à l’émergence d’un nouveau duc de sang illustre, qui pourra par son affiliation avec les devoirs divins, récupérer le trône qui lui est indut sans protestation aucune ni ambition malvenue de la part de ses semblables. Sa Majesté, dans sa grande mansuétude, s’en remet entièrement aux bons jugements d’Antioche d’Essenburg quant à l’administration de son conseil et la régence d’Ydril, terre qu’il se devra de préserver elle-aussi de la pourriture impie jusqu’à émergence d’une lignée pure et digne de régner librement et de plein droits.

Puisse la Mère se montrer bienveillante,

Edité par Hubert de Burgaud, échevin de la maison royale et représentant incontestable de la magistrature de Sa Majesté Bohémond Ier, de la maison d’Ivrey et de son conseil de régence.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1188
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Edits Royaux   Dim 18 Nov 2018 - 18:14

Et quatre jours plus tard, ce fût le Régent lui-même qui s’installa dans le modeste bureau de l’échevin. C’est qu’ils avaient du pain sur la planche à présent. Et le Duc du Nord n’en finissait pas de déblatérer moult avis, ribambelles de précisions et quelques incuries. Car là, la nouvelle tête pensante du royaume n’avait cure du prix de ces parchemins qu’ils gribouillaient avec la frénésie qu’il le corrigea des centaines de fois. Et plus le temps passa, et plus la patience du brave échevin s’élima. Chaque tournure était soumise à pas moins de six corrections et il n’était pas question pour le Brochant de laisser la moindre place au doute : aussi l’on n’accepta guère ni rature ni compromission. Il était plus de midi à présent, et si son ventre criait famille, l’homme aux cheveux mi-longs s’appliquait à ignorer les grondements de son acolyte. Ignorait-il donc jusqu’à la faim ? Là ! Hubert de Burgaud n’était pas un homme à prêter foi aux médisances des bonnes femmes, mais il devait bien avouer qu’outre la lassitude qui le rongeait, il éprouvait pour le nouveau diantrais une certaine admiration ; l’on eut dit que jamais Aymeric ne cessa de s’agiter, jusqu’à ce que toutes les affaires du jour soient bouclées. Il n’était pas homme à repousser au lendemain et son acharnement avait grandement changé le palais et la politique générale. Il n’y avait plus un magistrat, un questeur, un conseiller qui rêvassat, laissant dans cette mécanique bureaucratique une étrange sensation de netteté. Pis encore, les choses avançaient plus vite qu’elles n’avaient jamais avancé depuis que l’échevin avait prêté sa plume et sa loyauté au seul bon Roi. Et c’est bien des heures plus tard qu’il put enfin trouver du repos, lorsque s’en alla le rouleau se diffuser au monde entier.

A tous les bons seigneurs et loyaux serviteurs de Sa Majesté Bohémond Ier de la maison d’Ivrey, par son présent conseil de Régence et son régent lui-même, son Excellence Aymeric de Brochant. Salut.

La Mère, de son sein fécond et de sa Bonté que nul ne pourrait égaler a donner aux hommes et à son fils le plus légitime, notre bon Roy, l’effort de pitié ; car nul ne saurait mieux faire bonne action que celui qui pardonne et nul ne serait à même de juger son semblable, sinon le Roy lui-même. Et la pitié, chers sujets, il l’accorde sans mal une fois le prix payé. Car tel est son devoir le plus Illustre et la justice ne saurait souffrir d’aucune ingestion. Aussi, à l’heure où la paix s’en revient parmi les honnêtes gens, il est temps que son jugement impartial tombe sur ceux qui l’on déçu et blessé mais dont l’absence a ôté à notre bon suzerain le goût de les punir en personne. Il appartient donc à vous, libres habitants et loyaux sujets, d’entendre la sentence accordée aux traîtres et mécréant. La couronne ne saura plus souffrir d’une noblesse dissidente et d’une faiblesse d’esprit ; que justice royale soit faite et que l’on entende de l’Ydril à l’Oësgard qu’à partir de ce jour, chaque noble devra faire face à ses propres actions.

Pour avoir trahit la confiance accordée par notre bon Roy Bohémond Ier de la maison d’Ivrey, en le prenant en otage avec feu la Reine-Mère, acculés tous deux dans les murs sourds aux appels de Diantra, le présent conseil destitue de ses titres et terres Madelyne d’Ancenis, marquise d’Odélian. Que sa vilénie et son orgueil la hante jusqu’au jour de sa mort, et que son exil lui serve à chercher la rédemption auprès des Cinq. A compter de ce jour, elle perd tout droit de sang, et est bannie à jamais du Royaume.
Pour avoir fermé les yeux devant les agissements irraisonnés de son épouse, et n’avoir agi à son encontre pour défendre les intérêts de son Roy, Gaston d’Odélian, marquis d’Odélian est destitué de ses terres et de ses titres. Le Roy ne saurait souffrir par deux fois en laissant à son côté un homme aussi versatile. Pour autant, et sans preuve de son implication directe dans les manigances de son épouse, Gaston d’Odélian pourra – s’il le souhaite – demeurer sujet de sa Majesté en travaillant comme un honnête homme mais perd tout droit du sang.

Par conséquent et dans un souci de stabilité, nous, le conseil de Régence de sa Majesté Bohémond Ier de la maison d’Ivrey, rétablissons l’Ancien Duché de Serramire : le comté d’Odélian retourne à l’entière charge de son suzerain légitime, Aymeric de Brochant. La succession sera annoncée ultérieurement, et jusqu’à sa promulgation et la terre sera sous la bienveillance d’un conseil vassalique. Par soucis d’équité, et dans une le rétablissement de terres ancestrales, le marquisat de Sainte-Berthilde reçoit par la présente la baronnie d’Etherna. Louis de Saint-Aimé devient le suzerain légitime de la terre et attend de ses baillis la même dévotion qui habite chaque loyal sujet.

Gardez la Foi et puisse la Mère être bienveillante,

Edité par Hubert de Burgaud, échevin de la maison royale et représentant incontestable de la magistrature de Sa Majesté Bohémond Ier, de la maison d’Ivrey et de son conseil de régence.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
 
Edits Royaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Edit royal sur la libre circulation des clercs
» LES JETONS ROYAUX
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» garde royal rohan
» |G.Royale|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Diantra :: Palais Royal-
Sauter vers: