Partagez
 

 Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac]

Aller en bas 
AuteurMessage
Macabre
Fossoyeur
Fossoyeur
Macabre

Nombre de messages : 326
Âge : 32
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 153 ans (née en 863:X)
Niveau Magique : Arcaniste.
Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] Empty
MessageSujet: Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac]   Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] I_icon_minitimeLun 3 Déc 2018 - 18:01

Fin de la septième ennéade de Favrius
Automne de l'an 11 du XIème cycle

La nuit était tombée. L'automne rallongeait ses quelques heures, ramenant avec lui le froid qui rendait la pénombre si silencieuse. Pas un bruit ne venait perturber le palais si ce n'était l'activité des employés de maisons et les quelques discussions qui se tenaient çà et là. Du côté des appartements des convives au Palais d'Alëandir, le calme régnait malgré les bouleversements qui avaient eu lieu lors du Haut Conseil. Si Macabre savait que beaucoup de Protecteurs étaient présents en ce moment, elle n'avait guère prêté attention à la raison de ce grand rassemblement. Elle ignorait encore qu'Anorn n'était plus Régent ni que celui qu'elle avait croisé à demi nu lors du festival des arts était devenu Roi. Il n'y en avait qu'un dont elle se souciait de la présence pour le moment. Le seul avec qui elle avait l'impression de pouvoir parler de tout, dans la mesure où elle parvenait à exprimer ses idées et le peu de sentiments qu'elle éprouvait. Ils se voyaient tous les jours. Parfois, cela ne durait qu'un instant. Neraën avait des responsabilités et elle avait appris à s'effacer dans ces moments-là, comme elle le faisait à Tethien. Le plus souvent, ils passaient un moment ensemble. Pas toujours très longtemps mais cela suffisait à alléger son cœur.
Les lieux de leur rencontre étaient plutôt variés. Cela pouvait être à la bibliothèque de l'Académie de magie, les jardins Palais, la forêt, les rues de la cité ou encore le logement qui avait été prêté à sa famille pour la durée de leur séjour. Parfois, il lui traduisait un ouvrage de magie écrit en elfique. Quelques fois, il vaquait à ses occupations tandis qu'elle lisait non loin, l'interrompant de temps à autre lorsqu'elle ne comprenait pas un mot ou une expression alambiquée. Ils discutaient souvent, la jeune femme fournissant un certain effort pour tenter d'exprimer ses idées, poser des questions qui la taraudaient ou tout simplement partager sa pensée.

Ce jour-là, Ciryië avait passé sa journée dans un cours pratique à l'Académie. L'exercice consistait à former un binôme et trouver comment associé deux magies différentes, voire opposées, pour créer quelque chose de nouveau. Afin d'éviter des groupes par affinité -soi disant- les duos avaient été imposés. La petite elfe avait été associée avec un mage de la lumière. Si elle se révélait très douée dans son domaine, Macabre voyait l'Art de son camarade comme totalement incompatible avec le sien car il détruisait ce qu'elle faisait. Aussi, les premiers temps de l'exercice furent assez difficiles pour elle car elle ne voyait pas comment combiner ombre et lumière. Et puis, son binôme avait fini par trouver la solution et, avec un peu de pratique, ils finirent par parvenir à leurs fins...
Le soir venu, elle rendit visite à Neraën dans sa chambre au Palais. Comme à leur habitude, ils s'intéressèrent à la journée de l'autre. Ciryië essayait de comprendre ce que faisait le Protecteur. Si le rôle lui semblait clair, les problématiques qu'il rencontrait l'étaient beaucoup moins. Elle se posait mille questions mais nombreuses étaient celles qui revenaient à chaque fois, son esprit asservi semblant fermé à bon nombre d'idées qui seraient impensables sans la liberté adéquate. De son côté, elle lui parla de son expérience avec la magie de la lumière. Bien qu'elle soit toujours aussi impassible, elle faisait montre d'un certain enthousiasme pour leur découverte.

Aussitôt, ils trouvèrent comment reproduire l'exercice dans cette chambre. Ils s'installèrent sur un tapis, une bougie posée entre eux et un mur rendu vierge de toute décoration par le retrait de quelques cadres. Ainsi installé dans le noir et le calme, Macabre étira une ombre jusque sur le mur de pierre puis la détacha pour qu'elle soit entourée par la lumière de la bougie. Là, elle pencha la tête sur le côté tandis qu'elle lui donnait une forme. L'ombre prit bien vite l'apparence d'une marionnette de spectacle. Lorsque la silhouette fut suffisamment stable, elle l'anima tel que les deux mages en avaient convenu pour leur présentation le lendemain matin. C'était lui qui la ferait parler au rythme des mouvements qu'elle lui imposait. Ainsi, de quelque chose d'assez effrayant manipulé par une fille tout aussi étrange, ce jeune homme avait créé une animation plutôt distrayante (sans doute bien plus avec le son...). La jeune femme s'était prêté au jeu, surprise voir ce qu'elle pouvait créer avec des ombres. Elle continua sa démonstration, créant un petit grimpeur qui escaladait le mur de pierre, dérapait, se rattrapait de justesse puis continuait pour finalement arriver sur une pierre plus haut et lever les bras en guise de victoire. Peu à peu, elle arriva à la fin de ce qu'elle avait préparé mais elle laissa son esprit divaguer. Plutôt que de marionnettes, les ombres prirent la forme de personnes qu'elle connaissait. Olorin, Maliss, Anorn et Arwain, Laliëmerel avec son bébé, Seregon avec son arc. Neraën fut évidemment de la partie mais, bien loin d'en rester simple spectateur, celui-ci se plia à un tout autre exercice. Macabre rompit sa concentration et laissa l'ombre disparaître sous la lumière de la bougie pour observer les curieux gestes de son ami. Elle fronça brièvement les sourcils en voyant les mains du Protecteur s'assembler de manière étrange de l'autre côté de la flamme et ce ne fut que lorsqu'il lui indiqua où regarder qu'elle comprit qu'il l'imitait, à sa manière...

_________________
Ne parle pas l'elfique !
(Langues parlées : Oliyan et Drow)


Citation :
Anorn : - Et tu sais, elle est assez particulière comme petite, mais je crois que je l’aime bien.
Arwain : - Pardon ? Ai-je bien entendu ?


Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Telenwë Neraën
Elfe
Telenwë Neraën

Nombre de messages : 553
Âge : 27
Date d'inscription : 04/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] Empty
MessageSujet: Re: Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac]   Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] I_icon_minitimeMar 11 Déc 2018 - 18:13

Comment ne pas y repenser ? Alors que Ciryië s'installait pour lui montrer ce qu'elle avait travaillé avec un autre étudiant dans la journée, Neraën ne pouvait que repenser à la fois où la jeune felle lui avait rendu un livre... et à la malheureuse discussion qui s'était ensuivie avec Maliss, sa mère. Cette dernière n'avait aucunement apprécié l'idée seule qu'une homme puisse aimer sa fille à peine retrouvée, d'autant plus une personne bien plus âgée qu'elle... et si Telenwë se fichait éperduement de l'avis d'une femme reléguant sa propre fille à une "fragile d'esprit", ce qui n'était pas du tout le cas, il avait bien conscience que si jamais Mac venait à s'épanouir dans cette relation ce serait à lui de demander à Maliss la main de sa fille. Et ça risquait d'être très mal parti. Mais bon, il avait pas mal d'années devant lui si la Mère le voulait.

Un sourire se dessina sur le visage du protecteur alors que son amie commençait à faire jouer les ombres sur le mur dont ils avaient auparavant enlevé toute décoration. Une simple bougie remplaçait le mage de la lumière qui normalement faisait le numéro avec elle et si ce n'était pas le mieux, au moins cela permettait à Macabre de s'entraîner. Les ombres s'enchainaient, racontant une histoire muette, jusqu'à ce que l'etenirili finisse par reconnaître quelques silhouettes dont... la sienne. Il ne put s'empêcher un petit rire étonné tout en regardant la mage. Il se reprit en voyant l'expression de son visage, et s'évertua à lui expliquer qu'il ne s'était pas attendu à reconnaître sa silhouette dans son exercice. Et que cela lui faisait plaisir. De là, il la laissa reprendre sans plus la déranger. Lorsqu'elle eut fini sa présentation, il l'applaudit doucement.

"C'est très bien fait. Merci de m'avoir montré... Tiens, cela me fait penser à quelque chose que ma mère faisait le soir quand j'étais tout petit, pour que je n'aie plus peur du noir. Elle prenait une bougie, comme nous avons fait là, et passait des objets que j'aimais devant. Cela renvoyait les ombres de mes jouets contre les murs et elle me racontait que ces ombres, celles de mes amis, me protégeraient de celles qui me faisaient peur. Par exemple, avec ce collier..."

Il prit le collier qu'il avait autour du cou, auparavant son focaliseur. Fissuré de toute part sous la puissance de la magie, son dernier rôle lui restait à être rempli... rôle auquel Telenwë pensait régulièrement, bien qu'il n'aie pas encore eu le temps de s'en occuper. Il plaça le collier de sorte à ce que le pendentif soit voie son ombre se refléter sur le mur, avec un petit sourire. Puis les deux elfes parlèrent à propos de ces ombres mouvantes créées avec des objets ou même les mains, comme Neraën s'évertua par la suite à le faire. Avec un peu de mal il projeta ainsi un oiseau, un loup... puis invita son aimée à faire de même. C'était nettement moins réussi qu'avec la magie mais cela leur permettait de partager un instant ensemble.

Puis on frappa à la porte. L'etenirili se leva, cessant par-là même l'activité de son côté, du moins temporairement. Il ouvrit la porte et discuta rapidement avec un autre elfe. Il l'invita d'une main à entrer.

"Entre, n'hésite pas à t'installer. Mac, je suis désolé mais je vais devoir arrêter l'exercice pour ce soir..."

Il avait un peu peur de la réaction de Ciryië. Pas qu'elle n'était pas capable de comprendre qu'il y avait des situations qui demandaient l'arrêt d'un jeu, loin de là. Il craignait juste qu'elle ne fuit en reconnaissant la personne qu'il laissait entrer. Parce qu'il s'agissait de Fineldor, le protecteur de Tethien... avec qui elle était depuis peu en froid.
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion
Elfe
Fineldor Elwëndrion

Nombre de messages : 48
Âge : 31
Date d'inscription : 01/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  799 ans
Niveau Magique : Maître.
Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] Empty
MessageSujet: Re: Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac]   Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] I_icon_minitimeLun 17 Déc 2018 - 3:21

Les temps demeurent parfois inchangés. Mais il est de ces périodes où les bouleversements sont si nombreux que l'on craint de ne basculer dans la folie, voire pire. Les quelques jours suivants les retrouvailles avec celle qu'il avait délaissé. Il n'avait pas eu grand espoir, et avait été cruellement blessé. L'état de ses quartiers peu après ladite rencontre avait parlé davantage que tout discours quel qu'il fut.

Il lui fallu ainsi plusieurs jours pour s'en remettre. Cette durée, fut pénible, et seuls quelques rares individus purent le voir. S'il s'acquitta de ses devoirs auprès du Grand Conseil, il refusait la plupart des visites privées, ne laissant que ses proches, notamment Enoriel, le voir. Beaucoup craignaient de le voir disparaitre de nouveau, et beaucoup ignoraient la raison de ce nouveau revirement, si peu après la sortie de son isolement. Tombait-il dans la folie?

Et puis il se décida. Se prendre en main, ne plus sombrer. Il avait des devoirs. Et il entendait profiter de la présence de la plupart des Protecteurs. L'un des premiers a recevoir sa visite fut le Seigneur Protecteur d'Eteniril. Il avait eut vent des nombreux malheurs qu'il avait traversé, et des bouleversements de sa terre. Parvenir à lutter ainsi était plus que louable. Et les rumeurs qui prétendaient qu'il s'était rapprocher d'une Noss au point d'en devenir un membre ne l'importait que peu. A ses yeux, quelle importance, tant qu'il resta enfant de Kyriä et apte à mener sa terre et son peuple pour le mieux?

Ce fut donc en cette douce fin de journée qu'il se décida à rendre visite à Neraën Yeldoreï. Frappant quelques coups à la porte de l'appartement, il patienta très peu avant que le Seigneur Protecteur vienne lui ouvrir. Ce logement lui avait été attribué le temps de son séjour en Alëandir, comme la plupart des membres du Haut Conseil. Son hôte le salua et lui fit signe d'entrer, ce à quoi il répondit par un salut des plus respectueux.

"Entre, n'hésite pas à t'installer. Mac, je suis désolé mais je vais devoir arrêter l'exercice pour ce soir..."

Il y eu un tressaillement, à peine perceptible. Suffisamment toutefois pour lui faire marquer un temps d'arrêt. Ce surnom... se pouvait-il que... Non, c'était là probablement son esprit qui le bernait. Il se savait tellement obnubilé par cela depuis quelques jours, qu'il attribua cela dans un premier temps à ses divagations...

Jusqu'à entrer dans la pièce. Et la voir. Celle qu'il avait cru retrouver pour mieux de nouveau la perdre. Celle qui avait tracé une plaie béante, planté une lourde épine dans son cœur. Ce ne fut aucunement de la colère. Ni aucun sentiment agressif. Mais bien de la peine, et de la douleur. Cette sensation d'avoir perdu un être cher, et que le destin se jouait de lui au point de la lui afficher sous les yeux, sans autre forme de retenue. Par la Mère, son isolement méritait-il pareil châtiment?

Faisant mine de faire fi de tout cela, Fineldor vint s'asseoir sur le siège auquel le résident des lieux l'invitait. Son ample robe grise fut pliée sous lui afin de ne pas le gêner.

Mes excuses de vous déranger ainsi. Mais vous n'êtes probablement pas sans savoir que depuis peu, Tethien est sorti de son isolement. Pour concrétiser cela, je souhaite prendre contact avec la plupart des Protecteurs et Seigneurs Protecteurs, afin de pouvoir nouer des liens solides avec ceux partageant certains de nos visions, et pourquoi pas entamer des échanges durables et divers.

Il avait grand peine à empêcher son regard de se diriger parfois furtivement vers celle qu'il ne s'attendait pas à trouver ici. Pourquoi? Avait-elle décidé que ce serait là son nouveau protecteur? Se reconcentrant, il poursuivi.

Je suis au fait des critiques dont vous êtes la cible, Seigneur Neraën Yeldoreï. Je vais être franc, je m'en moque. Mieux, je trouve certaines gratifiante. J'ai eu vaguement échos de votre rapprochement aux résidants des Noss après la terrible guerre qui vous secoua. Je tente d'opérer des rapprochements similaires sur ma terre, malgré l'hostilité de Daranovar sur ce genre de projet. Je pensais que vous pourriez... m'aider là dessus.

Le sujet était lancé. Tiendrait-il longtemps? La seule présence de la jeune elfe non loin ne manquait pas de le tenter de changer. Mais il tiendrait bon. Du moins l'espérait-il...
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Fossoyeur
Fossoyeur
Macabre

Nombre de messages : 326
Âge : 32
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 153 ans (née en 863:X)
Niveau Magique : Arcaniste.
Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] Empty
MessageSujet: Re: Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac]   Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] I_icon_minitimeLun 17 Déc 2018 - 6:46

Macabre suivit Neraën du regard tandis qu’il se levait pour aller ouvrir avant de revenir sur le mur illuminé. La façon dont il manipulait la lumière étaient très curieuse à ses yeux, elle qui n’avait jamais connu que la magie pour plier les ombres à sa volonté. Si elle ne s’était pas essayée à l’exercice, elle avait étudié la chose avec une attention nouvelle. La tête penchée sur le côté était signe qu’elle réfléchissait tout en regardant son ami procéder. Tout en observant les objets se mouvoir devant la flamme, elle avait constaté une chose à laquelle elle n’avait encore jamais prêté attention jusqu’alors. La densité des ombres… Elle les faisait toujours opaque mais la teinte pouvait varier. La lumière ne traversait jamais du bois ou du métal mais il n’en était pas de même pour un tissu.

Désormais seule à côté de la bougie, elle pouvait laisser libre cours à son imagination. Alors que la porte s’ouvrait derrière elle, la tête de la petite elfe se penchait à nouveau et des flammes d’ombres apparurent sur le mur. Les faisant danser devant elle, elle s’évertua à en moduler la noirceur. Cela ne faisait pas très réaliste… Peut-être en donnant l’illusion qu’il y avait plusieurs flammes qui se superposaient par endroit ?
Elle commençait à peine à dessiner quelque chose de correct lorsque la voix de Neraën se fit entendre derrière elle, lui demandant de s’arrêter là pour le moment. Macabre ne s’en vexerait pas. Elle savait qu’il lui consacrait son temps dès qu’il le pouvait et qu’il était prêt à se libérer si d’aventure elle avait réellement besoin de lui. Alors elle ne répondit rien, signe d'acquiescement, tandis qu’elle achevait de tester ce nouvel exercice.

Quelqu’un entra sans un mot et s’assit. Puis une seconde voix raisonna dans la pièce et dans l’esprit de la petite elfe. Les flammes d’ombres s’évaporèrent en une seconde à peine tandis que le dos de Macabre était devenu aussi dur que le bois.

Il était là…
Il ne lui adressa pas un mot et elle ne se tourna même pas pour vérifier que c’était bien lui. Elle n’avait pas le moindre doute. Il ne pouvait ignorer sa présence mais il fit comme si elle était aussi invisible que ces ombres auxquelles personne ne prêtait jamais attention. Il engageait la conversation avec Neraën sur des sujets qui ne l’intéressaient pas le moins du monde et, d’après l’orientation de sa voix, sans porter un regard à son ancienne protégée.

Sa présence n’était plus requise.
Pire encore, elle la trouvait elle-même dérangeante.

-A plus tard, Nerèn.

Sa voix contenait ce petit grain qu’elle n’avait plus depuis qu’elle était habituée à parler tous les jours. Il ne revenait qu’en de rares occasions où l’émotion parvenait à transpirer un temps soit peu de son coeur pourtant si hermétique. Elle n’avait même pas su faire l’effort de prononcer le nom du Protecteur correctement alors qu’elle s’y attachait pourtant à chaque fois depuis qu’elle avait cru le perdre.
Pourquoi à plus tard et pas à demain ? Parce que, contrairement à elle, Fineldor ne risquait pas de passer la nuit dans cette chambre. Et elle aurait besoin d’aide pour démêler ce flot d’émotions qui la traversaient et qu’elle n’arrivait pas à traduire. Elle reconnaissait la colère et la tristesse, ignorant comment elles pouvaient être mêlées l’une à l’autre. Et peut-être d’autres choses aussi qu’elle ne connaissait pas jusqu’alors.

Ciryië se leva dès qu’elle eut salué son ami et se dirigea vers la première ombre qu’elle trouva. Son corps commença alors à disparaître, laissant voir au travers elle. Si personne ne l’arrêtait, elle ne serait bientôt plus une gêne pour leur conversation.

_________________
Ne parle pas l'elfique !
(Langues parlées : Oliyan et Drow)


Citation :
Anorn : - Et tu sais, elle est assez particulière comme petite, mais je crois que je l’aime bien.
Arwain : - Pardon ? Ai-je bien entendu ?


Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion
Elfe
Fineldor Elwëndrion

Nombre de messages : 48
Âge : 31
Date d'inscription : 01/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  799 ans
Niveau Magique : Maître.
Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] Empty
MessageSujet: Re: Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac]   Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] I_icon_minitimeVen 4 Jan 2019 - 16:58

Après avoir commit tant de fautes à son encontre, il avait encore espoir de bien faire. Il semblait qu’en cette soirée, il en fut autrement. S’il avait pensé que ne pas  s’adresser à elle fut une bonne chose, ce fut hélas bien pire erreur que bien d’autres. Il sentit le ton glacial et acerbe. Ce ton qui en disait plus long que tous les longs discours. Qui le mettait face à ses fautes. N’allait-il donc pas arrêter de se tromper et d’échouer ? S’il n’aimait pas l’échec, il était pourtant un vieil ami, qui l’avait si longtemps accompagné. Il s’était relevé, avait appris. Pour lui les échecs étaient formateurs, sources de savoir et d’apprentissage. Jusqu’à ce jour…

Alors que la jeune elfe usait de sa magie pour partir, il parvint à trouver la force de lui adresser la parole. Sans doute la dernière fois qu’il le pourrait avant des années. Il aurait dû peser ses mots, mais n’en avait pas le temps. Pour une fois, ce ne fut pas sa logique, son savoir, qui parlèrent. Ce ne furent pas la raison ou le calme. Ce furent le cœur et les émotions, qui se livrèrent. Cela l’aiderait-il ? Peut être, peut être pas. Mais ce fut ce qui fut dit.

Sache, jeune enfant, que depuis que je t’ai vu, je n’ai cessé de penser à toi comme ma propre fille.

L’entendait-elle ? Elle disparaissait déjà, et devait être déjà bien loin dans son esprit, ses oreilles sourdes de colère et d’amertume.

Non que je t'estime mienne, mais que je t'aime comme tel. Ton absence est à mon désespoir ce que ta présence est à mon espoir. Tes progrès sont à mon cœur ce qu’un rayon de soleil peut être au travers des ténèbres. Pars, si tu l’estime juste… je ne te retiendrais pas, car tu es libre. Mais cela ne changera pas ce que je ressens pour toi. Haïs moi, jamais je ne cesserais de t’aimer. Comme la fille que je n’ai jamais eue.

Ainsi s’achevèrent les paroles du protecteur. Celui que nombreux connaissaient comme pragmatique, diplomate et capable de retenue. Lui qui semblait fier et imperturbable. Qui semblait tout entier donné au savoir et à l’Art. Ainsi, n’était-il pas aussi insensible qu’on pouvait le croire. Nul doute que Neräen lui-même avait entendu nombre de rumeurs. Etait-il étonné ? En avait-il seulement quelque préoccupation ? Cela pouvait sembler fort impoli. Mais de cela Fineldor n’avait que faire.

Car lorsque l’on perd un être cher, on espère pouvoir lui dire adieu. C’était là ce qu’il semblait avoir fait. Et le poids sur son cœur n’en fut que plus lourd. Plus noir. Plus tranchant. Plus amer…
Revenir en haut Aller en bas
Telenwë Neraën
Elfe
Telenwë Neraën

Nombre de messages : 553
Âge : 27
Date d'inscription : 04/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] Empty
MessageSujet: Re: Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac]   Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] I_icon_minitimeLun 7 Jan 2019 - 16:29

C'était... particulier. Vraiment particulier. D'un côté Fineldor se montrait aussi froid que la grlace, de l'autre Ciryië refusait que son protecteur puisse agir ainsi. Un bref instant, Telenwë se retrouva dans son confrère : auparavant il mettait lui-même de la distance avec les gens, notamment pour les protéger de lui-même. Ou peut-être le tethian essayait-il de se protéger lui-même de sa propre bêtise. Malheureusement il ne fit que l'aggraver et Macabre, après un court au-revoir destiné uniquement à sa personne, commença à partir dans les ombres. Cela aurait pu être tout. Elle pouvait juste fuir celui qui s'était dit son père d'adoption, ne voulant de base pas lui pardonner le fait de l'avoir abandonnée pendant deux ans alors qu'elle avait vécu tant d'épreuves pendant ce temps. De courtes années pour ceux qui étaient censés être éternels mais qui à ses yeux semblaient une éternité. Elle serait simplement partie si son protecteur n'avait pas repris la parole, s'adressant cette fois-ci à elle. Lui exprimant en des mots poétiques chargés d'émotion ce qu'il pensait. Il l'aimait comme sa propre fille et ne cesserait jamais de veiller sur elle. Cela, l'empathique qu'était Telenwë et qui fut Neraën ne pouvait que le comprendre...

Car lui l'aimait d'une toute autre manière. Et quoi qu'il arrive, quels que soient les sentiments (ou leur absence) qu'elle éprouverait pour lui, jamais il ne l'abandonnerait. Il ferait toujours tout ce qui serait en son pouvoir pour l'aider, être là. Et peut-être avait-elle besoin qu'il soit-là, ce soir-là. Peut-être que Fineldor avait besoin qu'il intercède en sa faveur. Alors le fit-il. Toujours debout près de la table où s'était assis Fineldor, il regarda doucement son aimée à moitié disparue, mais qui s'était arrêtée dans son geste, et parla doucement.

"Mac. Peut-être devrais-tu lui dire ce que tu as sur le coeur, ce qui te met vraiment en colère, avant de partir. Avec tes mots. Tu regretteras de ne pas l'avoir fait, plus tard. Crois-moi."


Cela n'avait été sur le plan amoureux... mais combien de fois avait-il pu perdre un frère ou une soeur sans avoir pu lui dire ce qui lui tenait à coeur ? Combien de fois avait-il pu regretter d'avoir dû tenir sa langue du fait de son poste, jusqu'à ce qu'il soit trop tard ? Trop de fois, à son goût. Alors donner une dernière chance aux deux elfes de ne se séparer le coeur complètement brisé par leur amour familial.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Fossoyeur
Fossoyeur
Macabre

Nombre de messages : 326
Âge : 32
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 153 ans (née en 863:X)
Niveau Magique : Arcaniste.
Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] Empty
MessageSujet: Re: Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac]   Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] I_icon_minitimeLun 7 Jan 2019 - 17:52

La voix de Fineldor raisonna et Macabre s'arrêta dans son geste. Elle ne fit pas un pas de plus tandis qu'elle essayait de s'échapper de cette situation qui la dérangeait. Elle demeura entre lumière et ombre, comme indécise alors que son protecteur lui parlait et même après qu'il eut fini. Le fait qu'il lui adresse la parole avait suffit à la stopper et ses mots la perturbaient plus qu'elle ne l'était déjà.

Il l'aimait...
Pas comme un ami. Pas comme sa mère. Pas comme Neraën. Autrement.
Pourquoi y avait-il tant de façon d'aimer ? Elle croyait savoir ce qu'était que l'amitié mes toutes ces autres formes d'amours se succédaient en quelques mois alors qu'elle était incapable de savoir ce qu'elle-même ressentait.
Au final, elle n'était pas plus capable de répondre à Fineldor qu'à celui qui se tenait près de lui.

-Je ne sais pas ce que cela veut dire.

Entre ombre et lumière, le son raisonna dans les deux univers, produisant un écho dans le vide de l'un tandis qu'il sonnait clair dans l'autre. Elle allait reprendre son élan mais sa robe eut à peine le temps de se mouvoir qu'une autre voix s'éleva jusqu'à elle. Une voix qui, à présent, avait plus d'impact sur elle que celle du tethian.
Ciryië tourna presque insensiblement la tête du côté de Neraën alors qu'il lui demandait de s'exprimer sur ses sentiments tandis que ses épaules s'étaient détendues l'espace d'un bref instant. Il savait à quel point cela était dur pour elle. Parler lui demandait déjà un effort. Il fallait réfléchir à son idée, trouver les termes qui correspondaient le mieux à ce que l'on cherchait à dire puis formuler une phrase correcte. Mais ce qu'elle ressentait... Elle ne le savait pas elle-même alors il était d'autant plus difficile d'y associer les bons mots.
La colère, oui. C'était ce qu'elle ressentait, mais pas seulement. C'était sa façon d'extérioriser tout ce qui s'agitait à l'intérieur d'elle.

C'était Neraën qui lui posait la question. Alors c'était à lui qu'elle répondrait. Mais sans pour autant se retourner.

-Oui... Je suis en colère. Il avait promis... de toujours veiller sur moi... de me protéger. Comme toi. Mais il a disparu. J'ai écrit mais il n'a pas répondu. Il était juste chez lui. Il n'a pas répondu parce qu'il ne pouvait pas... Il a choisi. J'avais si mal... J'avais besoin d...

La voix de Macabre s'étrangla, l'empêchant de continuer. Elle essaya de reprendre une bouffée d'air et son inspiration se transforma bien vite en sanglot. Puisqu'elle devait parler de ses émotions, son esprit s'y était plongé, ainsi que dans ses souvenirs. Elle repensa aux évènements qui l'avaient poussée à lui écrire. La mort d'Hiradrilion, l'absence de Neraën et le silence d'Eteniril, le départ de Seregon lui donnant un soutien de moins au quotidien, les cauchemars qui ne la quittaient pas même après la fin de la guerre civile, l'arrivée de Maliss avec l'affirmation qu'elle était sa fille...
Elle reprit avec des tressaillements dans la voix.

-J'avais besoin de toi mais tu ne pouvais pas. Tu ne pouvais pas... J'avais besoin de lui... Et il m'a ignorée. Il avait promis...

Trahison. Elle ne connaissait même pas la véritable signification de ce mot. La notion même lui était interdite. Trahir son maître serait assurée sa perte. Alors elle ne pouvait pas... Difficile dans de telles conditions d'imaginer que quelqu'un d'autre le puisse.
Elle tourna un peu plus la tête vers Fineldor mais sans pour autant montrer son visage. Son ton redevint plus sec.

-J'avais appris à faire sans vous et vous réapparaissez. Je découvre ma colère et vos mots la font grandir. Vous n'aviez pas de raisons de rester muet. J'avais besoin de vous.

Elle lui fit enfin face, son visage entrant dans la lumière tandis que son dos restait dans les ombres. Elle n'avait pas encore décidé de partir... Pas plus qu'elle ne voulait rester. Son visage était dur comme de la pierre et son regard étaient tel qu'on aurait pu croire qu'il pouvait glacer et brûler celui qu'elle regardait. Ses joues étaient encore ornées chacune d'une larme qui s'étaient échappées alors qu'elle repensait aux épreuves qu'elle avait traversé.

-Savez-vous seulement de quoi je parle ? Demanda-t-elle en vrillant son regard bleuté dans le sien.

Pas une fois il ne l'avait appelée. Ni Macabre. Ni Ciryië. S'il avait utilisé son pseudonyme, elle se serait emportée de colère en découvrant qu'il n'avait rien lu de ses lettres, comme s'il n'en avait rien eu à faire. S'il connaissait son prénom, cela ne ferait qu'ajouter plus d'ampleur à sa trahison... Car alors, il aurait eu connaissance de tout ce qu'elle avait enduré et aurait choisi de l'abandonner à son sort.
Quoi qu'il dise, il n'aurait pas la bonne réponse. Rien, aux yeux de la petite elfe, ne semblait pouvoir effacer la douleur de son silence. La douleur qu'il avait provoqué par une décision qu'il avait prise en son âme et conscience.

_________________
Ne parle pas l'elfique !
(Langues parlées : Oliyan et Drow)


Citation :
Anorn : - Et tu sais, elle est assez particulière comme petite, mais je crois que je l’aime bien.
Arwain : - Pardon ? Ai-je bien entendu ?


Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] Empty
MessageSujet: Re: Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac]   Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le cœur remplace un père par un autre homme. [Fin / Nera / Mac]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la Diaspora Tousse, Haïti a la Fièvre
» Quand les beaux-parents débarquent....
» Quand on cherche les ennuis, on les trouve ! (pv)
» Quand un homme a honte de lui, il est impitoyable pour les autres. [PV Take et Shy]
» Quand la nuit tombe [Privé Utopie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ANAËH :: Terres d'Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: