Partagez
 

 Dans la Brande à Scylla

Aller en bas 
AuteurMessage
Lohie de Brandevin
Humain
Lohie de Brandevin

Nombre de messages : 65
Âge : 23
Date d'inscription : 13/02/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Dans la Brande à Scylla Empty
MessageSujet: Dans la Brande à Scylla   Dans la Brande à Scylla I_icon_minitimeMar 4 Déc 2018 - 0:16

Voici un début de trame pour ce qui se déroulera pour Lohie, Papincourt et dans la Brande.

La Brande et Papincourt

La Brande reste la Brande. Papincourt particulièrement. A ceci près que la cité connait un regain d'activité suite aux pèlerinages de Mercatouille, qui vont grandissant. Un temple est bâtie en son honneur. Et le pavé contre lequel mourut le saint, une relique.

En l'an 13, le vicomte repasse par ses terres de la Brande et instaure en son château de Fondecave, une Cour Amoureuse où nobles dames, troubadours et chevaliers rendent des jugement en matières amoureuses. Celle-ci devient fameuse dans le Médian, le Langecin et sa renommée atteint les terres de la Couronne. Des rapsodes, des chevaliers errants et de nobles dames et jouvencelles de ces différentes régions viennent y séjourner.

Peu avant son départ pour Merval en l'An 14, Lohie tient cette fois-ci sa Cour Amoureuse à Papincourt, où a lieu dans le même temps, un grand tournoi réunissant l'ost de la Brande prêt avant son départ en guerre. C'est aussi l'occasion de réunir le Conseil de la Chistole : sorte d'états-généraux de la Brande, où petits et grands seigneurs viennent renouveler l'hommage lige à Lohie et à la maison Brandevin.

-------------


- An 11 : La couronne envoie Lohie à Merval sous couvert du titre d'ambassadeur. Le vicomte s'y rend avec d'autres membres de la cour royale et oeuvre en apparence pour tenter de dénouer les tensions. Mais c'est d'abord pour enquêter sur les meurtres des Wenden que Lohie est envoyé en pays Pharêtan, afin d'en apprendre d'avantage sur les sectes « draconniques » qui semblent s'y épanouir. Il parvient à entrer en contact avec Samsun et Lysandus, deux clercs autrefois attachés à la chancellerie de Cléophas d'Angleroy. Ceux-ci lui révèlent ce qu'ils savent à propos des manigances orchestrées par un dénommé Lévantique et une coterie de nobles mervalois. Les deux clercs deviennent ses yeux et ses oreilles au sein du palais du Porphyrion, où "règne" désormais Lévantique ; lequel a bel et bien assit son emprise sur la côte de sel et les marais pharêtans de Merval.

Les mois passent. Lohie accumule de nombreuses preuves troublantes qui mettent en cause l'intervention d'une main noble dans l'émergence de sectes de fanatiques vouant un culte aux dragons. Mais l'enquête piétine... Entretemps, les relations qu'il entretient avec la noblesse locale, dont Lévantique lui-même, deviennent tendues. C'est le signe, pour Lohie, qu'il touche au but.

A Papincourt et dans la Brande, pendant ce temps là, le pouvoir est tenu par l'oncle, les frères et les cousins de Lohie, secondé par le sire de la Jaille. Ce dernier a été nommé sénéchal par Lohie (c'est un ancien compagnon d'Aetius d'Ivrey) et veille à ce que l'absence de son jeune seigneur ne réveille pas les querelles intestines de la Brande.

A Diantra, par l'entremise de Tibéria, de la maison Soltari-Beronti, Lohie est entré en contact avec des bourgeois de la ville avant son départ pour Merval. Il a pu investir, en s'accordant avec quelques prête-noms, dans l'achat de tavernes et d'hôtels, ainsi que des maisons à demie-détruites et des terrains ravagés, une part substantielle de la petite fortune acquise suite aux rançons payées par la Couronne et par le duc d'Erac. Avec la reconstruction de la cité, le vicomte espère faire fructifier cet investissement en un joli pécule.

-------------

- An 12 : Un an est passé, et Lohie est désormais convaincu qu'un groupe de fanatiques religieux a tenté de déstabiliser la Couronne en assassinant le chancelier de Wenden, un nordien jugé trop influent. Ceux-là même se servant de l'émergence de cultes draconnique dans le petit peuple pour renforcer leur pouvoir. Cette organisation est composée de la noblesse locale de Merval et dirigée par Levantique.

Convaincu qu'il tient assez de preuves pour incriminer les coupables, Lohie décide alors de partir pour Diantra. Est-il victime d'une trahison ? Tandis qu'il s'apprête à regagner la galère du capitaine Gianni Palozi, sur la côte et dans le plus grand secret, Lohie échappe de peu à une tentative d'assassinat orchestrée par des fanatiques. Il fait alors voile pour Port-Royal et déballe tout à l'amiral di Castigliani, qui en informe aussitôt le Conseil. A charge pour celui-ci de prendre une décision sur la manière d'agir.

-------------

- An 13 : Pendant ce temps là, Lohie se voit confier une nouvelle tâche par l'amiral - et non des moindres : remettre sur pieds l'armée royale. En effet, le rétablissement de l’autorité royale et de l’économie dans les domaines de la Couronne passe par l’éradication des bandits et autres soudards en rupture de ban qui saignent le pays.

Lohie va donc s'échiner à réorganiser l'armée royale en lambeaux. Il acquiert à Diantra un hôtel près de Templerond et des sanctuaires mogarites scylléens. L'hôtel des Menus-Plaisirs. Celui-ci sera sa demeure lorsqu'il sera en ville... et il s'attèle aussitôt à la tâche. Ne prenant que le temps d'un rapide voyage en ses terres pour s'y rappeler au bon souvenir de ses vassaux. Après la déculottée subie lors de la dernière guerre, les osts royaux se sont débandés : les auteurs des déprédations et des pillages sont parfois des anciens soldats de la Couronne elle-même, qui profitent de la faiblesse relative de cette dernière sur ses propres domaines. L'objectif est donc de donner à Bohémond et au Conseil les moyens de faire respecter la paix du roi sans avoir recours systématiquement aux grands vassaux.

L’application des ordres de Lohie et le recrutement de soldats parmi les terres royales va aboutir au licenciement de certains hommes d’armes de l’armée royale, pour ne garder auprès de lui que les meilleurs combattants et les plus fidèles au roi. Lohie va aussi nommer de nouveaux capitaines, dont il soumettra la validation au Conseil et traiter le problème des bandes de hors-là avec la plus grande fermeté : il fait appliquer la loi et ne négocie pas avec les truands. Il réorganise l'armée en déléguant aux baillis des terres de la Couronne l'organisation de la réponse militaire au sein de chaque fief. C’est rapidement tout le pays qui s’organise contre les bandits. Chevaliers, villes, paysans envoient des contingents d'hommes pour les combattre. Les brigands sont exécutés.

Avec l'argent des rançons délivrées par la Couronne, le jeune vicomte de Papincourt acquiert le château de Cornells, à Edelys, qui lui permet de faire étape en toute sécurité entre ses terres de la Brande et Diantra. Il ré-institue aussi certaines charges en déshérence suite à la première refonte de l'armée royale par l'Ivrey. On vit ainsi remise à l'honneur la charge de Maître des Arbalétriers, qui avait court sous le règne du roi Aveugle.

Lohie acquiert une certaine notoriété parmi la troupe et au bout d'un an, en l’An 14:XI, le vicomte de Papincourt reçoit l'ordre du Conseil de lever les osts pour « que justice soit faite » au nom de la Couronne. Il était temps ; les sectes draconniques avaient essaimé jusqu'au pays de Pharem, sur la Côte de Sel, et à Missède, dont le régent avait appelé Lohie à son secours.

-------------

- An 14 :

Isolée sur la scène péninsulaire, la baronnie de Merval chercha un temps à résister, livrant bataille à deux reprises au baron de Missède qui, dans la fougue et l'emportement de sa jeunesse, n'avait pas voulu attendre l'arrivée des troupes du Roy. Missédois et mervalois étaient voisins depuis des siècles et les guerres avaient jalonné l'histoire des deux baronnies : on se fit donc une joie de s'entretuer à nouveau et sans attendre.

Hélas pour le jeune sire de Laval, si Othar se montra généreux lors d'une première bataille sur les contreforts de Gardeflot, une seconde bataille, en plein cœur du territoire ennemi, marqua un coup d’arrêt à l’avancée Missédoise qui dû attendre les renforts dirigés par Lohie, lequel se trouvait à la tête des troupes de Valblanc, de Scylla, de Caissa, d'Apreplaine, Vallancourt, Chrystabel, Esteria et d'Edelys, ainsi que des contingents du Langecin, mené par le sire de Sorault et de l'Eraçon.

Bien qu'il félicita le sire de Laval pour sa première victoire, le capitaine de l'armée royale sermonna vivement le damoiseau devant ses vassaux pour n'avoir pas attendu son arrivée. Généreux toutefois, et pour avoir lui aussi connu la hardiesse de la jeunesse, le sire de Papincourt n'en reconnut pas moins les signes de la bravoure du jeune chevalier et lui pardonna sa folle témérité. Il l'invita à marcher à son côté à la tête de l'ost réuni et se lia d'amitié avec lui.

Devant une telle coalition, Merval, déjà en proie à un blocus maritime grâce aux flottes du Soltaar commandées par l'amiral Adriano di Alcacio, de la Marine Royale dirigée par l'amiral royal Francesco di Castigliani en personne et de Missède, rendit bien vite les armes et plus particulièrement après la bataille des Éperons d'or, où les lourds cavaliers mervalois se firent tailler en pièce par les compagnies royales nouvellement formées.

Lohie avait en charge l'ost de l'armée royale et la récupération de la terre. Cette victoire constitua donc un haut-fait pour le jeune vicomte. Le sire de Papincourt envoya comme trophées les éperons d'or de tous les cataphractes mervalois, tombés pendant la dernière bataille, à Diantra et à Papincourt : ceux-ci vinrent orner la cathédrale de Sainte-Deina à Diantra et du temple d'Othar à Papincourt ; "afin que tous les nobles du royaume soient bien prévenus de ce qui attend désormais les félons en cas de rébellion" écrivit-il au Conseil.


Merval était à présent sous la coupe de la Couronne et les gens d'armes du roi occupaient les places fortes du pays. Chaque ville se trouva pourvu d'une garnison et d'un bailli fidèle à la Couronne. Au sire de Laval, qui exigeait une somme conséquente payable en trois ans pour compenser les dépenses relatives à la guerre et que des troupes missédoises restassent dans Merval après la prise de la ville, le vicomte lui répondit que cela était exclu : le cas de Merval relevait désormais de la Couronne et du roi. Et le service des troupes missédoises relevait quant à lui des devoirs d'un vassal envers le trône. Adonques, il était exclu que le trône paya - d'une façon ou d'une autre - pour un service qui lui était dû et que les troupes de Missède restassent dans la cité.

Si cette réponse ne le satisfaisait pas, il fit dire au damoiseau d'aller plaider devant le trône, tout en le prévenant qu'il ne se rallierait pas à sa position : avant que d'être un natif du Langecin lui même, Lohie était d'abord un sujet du roi. Et sa fidélité allait envers le trône.

Quant au traître Lévantique, on le fit exécuter devant le palais du Porphyrion, et son corps fut découpé en cinq parties, chacune envoyée à différents endroits de la baronnie rebelle. De même, tous les nobles qui avaient baigné dans la machination furent occis après avoir été suppliciés. Enfin, on préleva dans chacune des familles impliquées, un à deux otages qui furent envoyé à Diantra et à Papincourt, comme garanties.

Le cas de Merval devait donc être tranché et le régent de Missède se rendit à Diantra pour demander à la couronne la cession de Merval. A la Cour, sa demande fit un tollé. Les nobles missédois et langecins grondaient et un bras de fer s’engagea. Les uns crièrent à la trahison, les autres hurlèrent que la couronne crachait sur le Sud. Lohie écrivit au Conseil pour exprimer sa position et sa loyauté envers Bohémond, et pour assurer ce dernier que les forteresses étaient tenues par les sieurs d'armes du roi. Il renvoya dans leurs pénates les osts de Scylla et de Sorault, au cas où il lui faudrait intervenir depuis le comté contre Missède afin d'y ramener le régent à l'ordre. Les troupes qui lui restaient à Merval, contingents royaux et eraçons, était amplement suffisants pour tenir le pays et les châteaux face aux gens d'armes de Missède, lesquels se trouvaient sans leur seigneur, parti pour la capitale.

-------------

- An 15 :
A Merval et dans le palais du Porphyrion, où Lohie a établi ses quartiers en attendant que le Trône ne prenne une décision quant à l'attitude de Gaël de Laval, le vicomte de Papincourt garde ses gens d'armes près de lui. Accompagnés des redoutables moines-guerriers de la Garde-drac (un ordre mogarite scylléen créé par Aetius d'Ivrey), il s'entoure de clercs et fait juger par à un tribunal ecclésiastique d'exception les meneurs et les meneuses des sectes draconniques que les gens du roi arrivent à capturer et les emprisonnent à Corvall, l'ancienne demeure fortifiée de l'Angleroy qu'il a investi. Certains sont envoyés dans les mines de sel de Pharembourg, d'autres, sont exécutés sur la Grand'place de Merval, face au peuple. A force de couper des têtes parmi les hérétiques, le Brandevin y gagne bien vite le surnom populaire et un peu pompeux de "Dompte-dragons" - il ne s'agit bien sûr pas la créature ailée, mais de ses adorateurs.

Le vicomte en profite pour s'entourer d'érudits du Porphyrion et de troubadours, réputés en Mervalois, qu'il fait venir à Papincourt. Il échappe à trois tentatives d'assassinats par les sectes, dont deux fois grâce à l'action des moines-guerriers mogarites de l'ordre de la Garde-Drac.

En l'An 15, le roi décide de récompenser le jeune vicomte en lui confiant le fief de Valblanc, dont il devient le bailli. A charge pour lui de défendre et d'administrer cette terre au nom de la Couronne lorsqu'il reviendra de Merval.

-------------

Rêve de la Colombe :

A VENIR.

-------------

Des relations avec les autres maisons nobles et tout le tintouin :

Mariage de Lohie et de Lysandre di Maldi en l'an 13. Les maisons Maldi et Brandevin s'unissent à travers cette alliance.

Mariage et union du baron Philippe de Montvif avec Alcione Brandevin, la soeur de Lohie. Puis mariage de Godefroy, le frère de Lohie, avec Elisabeth de Montvif, la soeur de Philippe.



Dernière édition par Lohie de Brandevin le Mer 2 Jan 2019 - 15:03, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Francesco di Castigliani
Humain
Francesco di Castigliani

Nombre de messages : 193
Âge : 219
Date d'inscription : 04/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 50 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Dans la Brande à Scylla Empty
MessageSujet: Re: Dans la Brande à Scylla   Dans la Brande à Scylla I_icon_minitimeMar 4 Déc 2018 - 7:31

Hey !

Pas mal tout ça, il te faudra peut être rajouter une partie sur l'engagement de Langehack je pense. Griffon projetait d'aider aussi.

Également, rajouter que la marine royale et le duché de soltariel aideront au blocus de Merval et des cités côtières.

Pour le reste, rien à redire.
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Humain
Renaud d'Erac

Nombre de messages : 532
Âge : 42
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Dans la Brande à Scylla Empty
MessageSujet: Re: Dans la Brande à Scylla   Dans la Brande à Scylla I_icon_minitimeMar 4 Déc 2018 - 13:08

Bonjour Lohie,

Tu as oublié Erac aussi, qui va participer à la guerre contre Merval, aux côtés des troupes royales
Revenir en haut Aller en bas
Lohie de Brandevin
Humain
Lohie de Brandevin

Nombre de messages : 65
Âge : 23
Date d'inscription : 13/02/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Dans la Brande à Scylla Empty
MessageSujet: Re: Dans la Brande à Scylla   Dans la Brande à Scylla I_icon_minitimeMar 4 Déc 2018 - 13:34

Parfait ! Ajouté pour Soltariel et la MR, ainsi que les troupes de Sorault Wink

Je vais rédiger un peu plus le tout, histoire de donner un peu consistance à la partie sur Merval.

J'ajoute également Erac ! Dans la Brande à Scylla 1728150167

N'hésitez pas à me donner quelques infos sur les contingents respectifs et par qui ils sont menés.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco di Castigliani
Humain
Francesco di Castigliani

Nombre de messages : 193
Âge : 219
Date d'inscription : 04/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 50 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Dans la Brande à Scylla Empty
MessageSujet: Re: Dans la Brande à Scylla   Dans la Brande à Scylla I_icon_minitimeMar 4 Déc 2018 - 14:22

Tu peux déjà rajouter que Francesco dirigera la marine royale. Pour Soltariel, ce sera Adriano di Alcacio, amiral du Soltaar.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Dans la Brande à Scylla Empty
MessageSujet: Re: Dans la Brande à Scylla   Dans la Brande à Scylla I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la Brande à Scylla
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un portail dans Strayana ?
» Imagine-toi dans un bateau sur une rivière... [LIBRE]
» [Missions D] Balades dans les égouts...
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» Les multinationales dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Organisation de l'Ellipse (11:XI à 16:XI) :: Royaume Péninsulaire-
Sauter vers: