Partagez
 

 [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lœthwil
Admin
Admin
Lœthwil

Nombre de messages : 761
Âge : 22
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  966 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeMar 8 Jan 2019 - 16:22


Calimehtarus de la neuvième ennéade de Karfias
Onzième année du Onzième Cycle
Cœur d’Aduram





Trente longues journées à arpenter la forêt maudite. Vos vivres étaient épuisés depuis longtemps maintenant, et ce n’est plus que le produit de la cueillette et de la chasse qui vous nourrissait. Tes pairs découvraient enfin ce que c’était que de véritablement vivre en forêt, et s’ils essaient de ne pas trop s’en plaindre, il est évident que cette vie n’est pas faite pour eux.
C’est une vie du jour le jour, interdisant les prévisions. Parce qu’ils l’ont appris à leurs dépens, la forêt voit tout. Ce que tu lui prélèves, la forêt l’observe, et quand elle juge que trop a été pris en une fois, elle récupère ses biens de force. Instinct militaire Péninsulaire, Glenn aura failli chèrement payer sa tentative de faire des provisions. Mage humain de trop peu de retenue, les méditations de Nakor vous auront souvent coûté votre sécurité. Demi-Sang découvrant son héritage elfique, Nehril se sera quelque fois perdu à redécouvrir sa propre psyché, tandis que le mystérieux Dante dans ses nébuleuses attitudes, durant les instants les plus tendus aura plusieurs fois manqué de détruire l’unité naissante de votre petit groupe.

Mais vous teniez bon. Vous teniez bon malgré tes égarements. Ils te faisaient confiance malgré les aléatoires élans de rage que t’insufflaient les douleurs d’Aduram. Ils continuaient à te suivre dans ton errance, à la recherche de ce que tu leurs avait promis être le dernier adversaire qu’ils auraient à affronter avec toi. Ta dernière épreuve.
Avec l’archer tu chassais la viande qui vous tenait debout. Avec le semi-elfe tu pouvais te réfugier dans les contes de ton monde du côté paisible d’Anaëh. La magie du vieux sorcier vous protégeait, et le pragmatisme de Glenn contenait tes troupes.

Ton cœur bat fort. Tu résistes. Tu cherches. Tu suis les voix. Tu suis les voies. Mais elles changent trop souvent. Elles changent à chaque seconde. Elles refusent de te conduire où il faut. Est-il en train de fuir ? Tente-t-il une échappée, le Chanteur aux larmes d’acide ? Ou ses Dissonances sont-elles juste assez puissantes pour vriller jusqu’aux bordures de l’ancien Linoïn ?

Ici la boue est omniprésente. Les marécages empeste de l’odeur des damnés qui les parcourent. Ici, aussi proche du Centre de l’Aduram, vous marchez sur la périphérie du Royaume de son autoproclamé Seigneur. Porte-la-Peste n’est pas loin, mais il est le moindre de vos soucis. Tes dents claquent, tes poings se serrent à en pâlir, tes yeux brillent d’une menaçante lumière d’or, tout comme ta peau, brûlante comme les rochers sous le soleil d’été. Tu te contiens. Tu te contiens. Mais pour combien de temps ?

_________________
Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois

[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Thumb-10
Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 385
Âge : 40
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeMar 8 Jan 2019 - 20:17

Trente longues journées à arpenter cette foutue forêt. Le rythme monotone de leur épopée semi épique commence à ennuyer l'assassin… Avancer, tuer, pisser, manger, dormir, avancer manger, tuer, pisser, dormir… Et pas nécessairement dans cet ordre. Ne pas tuer plus que nécessaire pour survivre, check. Pas trop récolter, check!



Durant cette folle balade, Dante perd du poid, son corp se muscle un peu plus, aussi finement qu'il est possible de l'être. Son odorat s'affine sans toute cette puanteur urbaine et il se fie aussi beaucoup sur son ouïe… Du moins quand Nakor arrête de parler. De pas trop bavard, Dante devient particulièrement silencieux, encaissant les accès de colère de colère de Loethwil qui lui était adressées avec un stoicisme déconcertant, parfois détournant la rage de l'elfe vers lui dans un but toujours indéfini pour les autres, mais si clairement apprécié en son fort intérieur.


Il aime cette souffrance peinte sur le visage de leur guide. Mais ca, personne ne peut le savoir. Personne ne peut savoir non plus pourquoi ils se réveillent parfois la nuit sous la lueur dérangeante de son regard perturbant. Personne non plus ne peut savoir comment, dans sa tête, il les aurait milles fois tués.

Mais ce n'est pas dans ses ordres, la collecte d'information sur des macchabés, bien ca ne sert à rien. Et, avouons le, il apprécie cette dure vie. C'est simple, on se casse pas les nénettes. On tue et on mange…

Alors quand l'odeur du charnier de Porte la Peste lui parvient aux narines, Dante ralentit l'allure, et se tord le cou, attiré par l'odeur des cadavres du nécromancien. Puis, il s'immobilise sans raison apparente, le regard brumeux.

Et si j'allais y rendre visite?

Pense t'il, l'idée de danser avec les Morts le fait sourire rêveusement. il ne quittera pas le chemin de leur guide, mais l'archer n'avance plus.

Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252
Nehril
Sang-mêlé
Nehril

Nombre de messages : 178
Âge : 124
Date d'inscription : 08/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeSam 12 Jan 2019 - 15:55

Les jours se succèdent, inlassablement. Le soleil apparaît puis disparaît à l'horizon, les nuages se massent, vomissent leurs flèches pluvieuses puis s'écartent afin de laisser naître un jour nouveau. Les aventuriers progressent dans la végétation touffue, parfois ils s'animent, d'autres fois ils demeurent silencieux. Ils le savent. La fin de leur voyage approche.

L'odeur nauséabonde assaillit soudainement les narines du mercenaire. Nehril haussa les sourcils mais, habitué à l'odeur putride de la mort, n'eut guère d'autres réactions.
Le sol devint spongieux, et le semi-elfe reporta son attention sur ses pieds craignant de s'enfoncer dans cette vase par mégarde. Il balaya ensuite les environs, et lâcha une grimace lorsqu'il aperçut qu'ils étaient entré dans un marécage. Il nota également les légers tremblements de Loethwil et s'approcha de lui d'un air incertain.

- Tu vas bien ? lui lança-t-il en évitant son regard doré. Il remarqua que Dante s'était immobilisé sur le chemin et il lâcha un claquement de langue agacé.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1582
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeDim 13 Jan 2019 - 20:45

La chasse aux Gardiens de l'Aduram fut rude et longue pour cette petite troupe. Les conditions de vie n'étaient pas optimales et la fatigue pouvait amplifier la sensation de stress, de colère ou de tensions internes. Mais ils purent aussi profiter du temps commun pour apprendre les uns des autres. Nakor avait toujours tendance à parler plus que nécessaire mais les discussions ou les silences finissaient toujours par en apprendre plus sur ses petits camarades de jeu du moment. Près de trois ennéades après leur entrée dans la forêt, ils avaient déjà affronté deux gardiens et plusieurs monstres. Loethwil changeait lentement mais sûrement, la forêt avalait son âme, son coeur et son corps. Il avait fait son propre choix mais cela gênait Nakor. Lui qui, depuis toujours, se battait pour le libre arbitre des gens, ne voyait pas d'un bon oeil ce sacrifice. Cependant, il respectait le choix de son ami archimage. Ils s'étaient promis tous deux de traverser ensemble le temps, unis par la magie. Des promesses que la barbe blanche ne prenait pas à la légère. Il avait aussi promis que personne ne meurt dans cette maudite forêt. Et par un jour plus étrange que les autres, il ne pu retenir son commentaire

"Cette odeur fétide ... je la connais."

En effet, dans l'odeur cadavérique qui remontait aux narines de Nakor, il y avait aussi des effluves magiques. Et ces dernières, il les connaissait en effet. Dans la proche cité d'Amblère, Nakor avait eut à unir ses pouvoirs à ceux de Porte-la-Peste pour faire face à la magie noire des prêtres maudits de Kiel Elghinn sous les ordres de l'infâme Bol d’Jiv’elgg! Des souvenirs qui firent froid dans le dos au Magistère du Firmament, alors lourdement sur ses gardes. Il regardait dans tous les sens et scrutait les environs, se tenant prêt. S'il fallait affronter le terrible maître des morts, le feu serait l'arme la plus puissante, mais alors la plus dangereuse. Les marécages pouvaient libérer des effluves inflammables voir explosives et les arbres aux abords des marais pouvaient aussi prendre feu. C'est donc un peu tard qu'il observa Loethwil alors qu'il allait simplement prononcer le nom de Porte-la-Peste à voix haute ... ce regard de feu, ces dents qui claquent

"Par tous les dieux du ciel!"

Si cela recommençait, voir s'amplifier, Nakor n'aurait peut-être pas la force de contenir la furie dévastatrice de son ami. L'archimage colossal avait modifié son énergie interne. Laisserait-il la troupe achever l'oeuvre pour laquelle ils étaient tous venus? Allait-il additionner son pouvoir à un magicien aussi dangereux que Porte-la-Peste? D'autres gardiens allaient-ils attaquer en même temps? Loethwil allait-il devenir lui-même un gardien à combattre. Ils allaient vite le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Lœthwil
Admin
Admin
Lœthwil

Nombre de messages : 761
Âge : 22
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  966 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeMar 15 Jan 2019 - 13:30


- Il est là. tu dis une première fois, à voix basse Il est là ! tu hurles, dans une folie rageuse Il est là !

Tu ne tiens plus, ton sang ne fait qu’un tour, et tu cours, tous crocs dehors et la bave aux lèvres. Tu cours sans penser à ceux qui te suivent, bondissant de branche en souche à toute vitesse vers le sujet de tes frustrations. Un bond et les flammes dansent autour de toi, un second et la glace lui fait révolution contraire, un troisième et la pierre se joint au spectacle. Trois sauts et tu es déjà bien loin d’eux. Quelques secondes de plus et tu es face à lui

Une monumentale explosion crache le feu, la glace et la vapeur par-dessus la canopée.

Il te faut défendre le Linoïn. Il te faut à tout prix sauver ta forêt, ton foyer, l’Œuvre de La Mère. Il te faut à tout prix la préserver de celui qui est destiné à la détruire. Une fois a suffi. Une fois c’était déjà bien trop. Cette fois-ci tu ne laisseras pas faire. Tu les arrêteras cette fois, tu ne les laisseras pas souiller ton monde et le plonger dans la folie.

À la force de ta magie tu arrêteras les légions d’Unvan le terrible. Et le Linoïn ne deviendra jamais Aduram.



~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Elle a subi ta détresse trop longtemps sans sourciller la petite créature. Elle s’est nourri de ta magie trop longtemps sans être enseignée. La protection des fées, il sait pourquoi tu l’y a soumise, car il sait de par le lien que vous partagez ce qu’il est infligé à ton Souffle servile. Mais il est une partie de toi. Il est comme l’enfant que tu n’auras jamais. Il est la magie de ta magie à défaut d’être la chair de ta chair, alors si tu dois tomber il tombera avec toi au combat. Ta psyché déteint sur lui, alors il préfère aller face à la mort plutôt que de l’attendre.

Ilweran te rejoint, de peur que ces moments ne soient pour vous les derniers.

_________________
Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois

[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Thumb-10
Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 385
Âge : 40
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeMer 16 Jan 2019 - 2:07

Pour une fois, Dante se fait tirer l'oreille un peu. Le brouhaha le tire de sa rêverie et l'irrite profondément aussi c'est au tour de l'archer de claquer de la langue, manifestant ainsi sa première émotion vrai de toute l'équipée.

Il est là.

La lueur rêveuse des yeux de l'humain s'estompe un peu. Se détournant de l'appel qu'il ressent, il emboite le pas à Loethwil. Dans sa main, son arc tremble… Il lui faut un effort pour se soustraire à cet appel.  Son auto discipline et sa volonté est sa seule planche de salut. Il a une mission à accomplir. L'oeil marron et le vert se fixent méchamment sur des teintes toxiques, la chasse est ouverte!

Dante a un petit ricanement en passant en trombe à côté de Nehril et Glenn avant de sauter à la suite de Loethwil. Il ne saute pas Dante, non… Plutôt il utilise le terrain à son avantage, disparaissant dans les frondaisons. Il lui fait un peu plus de temps pour atteindre le lieu ou l'elfe combat.

L'assassin combat…. Une marée humaine… L'odeur du sang, capiteux, saute aux narines de l'humain, lui fait monter la salive à la bouche. La souffrance l'horreur qui se trouve ici lui fait monter un frisson d'exaltation à l'échine. Il encoche une flèche incendiaire mais attiré par le chaos il sort des frondaisons. Il a le droit, il a le choix, en cet instant précis, de choisir son camp. Il y a Loethwil qui combat les humains, lui tournant le dos. Il y a des elfes qui combattent des hommes, des animaux qui combattent des hommes… Des hommes qui combattent des elfes et des animaux.

Il doit choisir un camp, maintenant… S'il ralentit la progression des hommes, les elfes et les animaux souffrirons plus. S'il tue ces derniers, leurs souffrances ne se rendront jamais à Kiel.

Deux flèches incendiaires explosent dans l'armée humaine près de Loethwil. Une autre atteint un humain qui s'en allait viser le grand elfe. Flèches incendiaires et flèches régulières se succèdent dans la masse grouillante humaine à un rythme fou. De toute façon, il est inutile de viser. Contaminé par le chaos ambiant, l'humain n'en perd pas moins son objectif de vue…

Tant de vies pour le Prime Dragon! Tant de sang versé!

Avec un léger sourire, Dante continue de tirer, couvrant Loethwil du mieux qu'il peut. Sa prunelle marron tourne au miel, sa prunelle verte prend une teinte végétale sous l'émotion du moment.

Souffrir, faire souffrir, Tuer, mourir, Vivre... Son carquois se vide rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252
Nehril
Sang-mêlé
Nehril

Nombre de messages : 178
Âge : 124
Date d'inscription : 08/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeMer 16 Jan 2019 - 17:47

Les rayons du soleil s'engouffrent sous la ramure des pins, plongent la clairière dans une pénombre épaisse. En son centre rugissent les éléments, des torrents de feu jaillissent du sol, des émanations de glace recouvrent les troncs grisâtres de cristaux blancs. Un vent glacial, d'outre-tombe, balaye les environs. La cacophonie s'est emparé des lieux : une marée humaine, composée d'êtres difformes aux proportions humaines, exhale une puanteur rance, puissante et musqué. Leur beuglement résonne avec force, envahissant l'espace et le temps. L'enfer se déchaîne sous leurs yeux.

Nehril observa Loethwil se jeter dans la mêlée, suivi de près par un Dante surexcité. Le semi-elfe tira sa lame, plus pour répondre à son indicible sentiment d'être pris entre le marteau et l'enclume, que par véritable désir de fondre sur la masse mugissante.

Les éléments se déchaînaient, rugissaient : des halos de flammes dansaient autour des combattants, la terre tremblait légèrement à chacun de ses pas, mais le semi-elfe arborait toujours un visage empli d'assurance. Ses yeux papillonnaient d'un corps à un autre, repérant les failles, observant leur manière de se mouvoir, de s'orienter sur le sol chancelant. Les traits enflammés de Dante ne tardèrent pas à faire réagir la masse ombrageuse, elle semblait se contorsionner, comme si elle se préparait à  les assaillir de toutes ses forces.

Nehril restait en retrait. Foncer au cœur de la mêlée ne lui semblait pas être la chose à faire. De plus, le déluge magique qui vrombissait autour de lui ne l'incitait guère à employer ses propres pouvoirs. Il craignait les répercutions à faire jaillir davantage de feu en ces lieux. L'arme au clair, il restait près de Nakor, tranchant régulièrement les adversaires qui venaient le titiller de trop près.

Son regard argenté accrocha finalement un Loethwil écumant de rage, et ses sourcils se froncèrent. Les simples mots n'auraient guère d'emprise sur lui. Se disperser était dangereux. Il rappela Dante, l'incitant à ne pas s'exposer trop en avant. L'ultime défense de la forêt n'avait rien à voir avec un quelconque Gardien. À pécher par excès de confiance, leur groupe sombrerait avec la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1582
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeMer 16 Jan 2019 - 19:10

Nakor avait observé un peu trop tardivement les effets secondaires sur Loethwil. Cela faisait des jours qu'ils marchaient dans la forêt dense sans rien trouver. Il avait baissé sa garde! Le contre coup fut extrêmement soudain : Loethwil donna l'air de devenir complètement fou et il s'en alla bien loin dans le coeur de l'Aduram, comme un fauve, prêt à donner sa vie. C'est la puissante folie de ce regard qui glaça le sang du vieillard magicien. L'elfe était-il si prêt du but qu'un sacrifice de sa propre personne ne le gênait même plus? Et pour couronner le tout, Dante se jeta quasiment au même moment dans la bataille.

"Par tous les dieux du ciel! Nehril, Glenn, restons groupés! Vite, suivons les. Soyez sur vos gardes!"

Nakor activa lentement mais sûrement ses pouvoirs magiques, il réfléchissait déjà à tous les sortilèges qu'il pouvait déclencher, autant offensifs que défensifs. Il augmentait, au fond de lui-même, les sources de son pouvoir profond. Il restait en connexion avec la nature autour de lui, mais un malaise se faisait sentir. Quelque chose de malsain mais aussi de triste, d'ancien, très ancien ... et hostile. Sur quel monstre allait-il tomber? Qui était là? Il avait dit qu'il était là ... puis Nakor fut frappé mentalement par un élément de réflexion pendant qu'il évitait une racine en bondissant dans la direction dans laquelle étaient partis Loethwil et Dante. Il marmonna dans sa barbe

"Il n'a pas dit de tuer! Qui diantre est là?"

Et enfin, approchant du lieu principal, il fut frappé, avec horreur de la scène sous ses yeux. Un charnier épouvantable, le sang, la mort, les hommes contre les hommes, les elfes contre les hommes, les animaux contre les elfes, les elfes baignant dans le sang des leurs ... une fureur infâme. Mais quelque chose n'allait pas. Il arrêta Glenn en tendant son bras droit sur le côté et posa sa main sur l'épaule de Nehril.

"Restez là mes amis ... quelque chose ne va pas!"

Les vieilles mains de Nakor tremblaient. Dans ses yeux, un déluge de fureur, de magie, d'agonie et de haine. Dans son esprit, un doute. Le monde n'était pas entré en guerre subitement et heureusement pour cette petite troupe, l'archimage avait prit part à de nombreuses batailles depuis six cent trente huit ans. Il avait connu la haine, la mort, la perte d'être chers, les charniers, le sang qui coule en rivières mortuaires. Il avait apprit à vivre avec, à dépasser l'horreur de ces infamies. Il voyait aussi Dante devenir un monstre de destruction et Loethwil, déchaîné au milieu d'ombres difformes.

"Nehril, Glenn ... trop de noirceurs sont réunis en ce lieu. Apaisez votre esprit du mieux que vous pouvez. Concentrez vous sur votre passé, votre apprentissage militaire, quelque chose qui donne du lien avec un bien être passé ... vos anciens maîtres, vos amis d'armes ... quelque chose de récent!"

Pendant que Nakor parlait, il tentait de conserver un contact physique avec ses deux camarades qui donnaient de l'épée. Il ferma alors les yeux et mit son énergie en vibration. Il chercha à faire pulser son aura d'abord en lui, puis autour de lui et chercha à amplifier son aura. Il y mettait toute la chaleur qu'il pouvait, en ne se concentrant que sur les moments de bonheurs dans sa vie, à la joie des années de paix, au lien avec toutes les personnes qu'il avait élevé, aidé, accompagné, à la nature florissante d'un monde tranquille et faisait résonner dans sa magie, la sérénité de son très ancien esprit maître de lui-même. Cette chaleur engloba d'abord Nehril et Glenn, créant une sensation de bien-être, de protection saupoudrée d'un réel espoir : la confiance doit se tourner vers l'avenir et un jour enfin, les choses iront bien. S'aidant de la bonne volonté de Nehril et Glenn, il amplifia sa magie, protégé par ses camarades et fit de son mieux pour projeter son aura dans ce champ de bataille infernal. Il souhaitait toucher l'esprit de Loethwil, il souhaitait toucher l'esprit de Dante mais surtout l'esprit du Gardien, l'esprit du coeur de la forêt qui oeuvrait ici. Il était persuadé que ce charnier était une illusion de l'esprit et des sens, il voulait le croire en tout cas et ne risquait pas grand chose à essayer. La puissance magique qui déferlait dans le cercle de combat était trop grande pour y mêler quoi que ce soit de plus et espérer que cela soit efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Lœthwil
Admin
Admin
Lœthwil

Nombre de messages : 761
Âge : 22
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  966 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeJeu 17 Jan 2019 - 0:56


Tes flammes en dévoraient dix, et il en venait vingt. Le givre creusait la chair de vingt et il en venait cent. Les roches en écrasaient cinquante, et il en venait mille. La marée humaine était sans fin, sans remords, sans peurs, sans âme. Ils frappaient ne frappaient plus comme des êtres pensants. Il ne pensaient plus à ce qu’ils frappaient. Ils ne pensaient plus à rien d’autre qu’à la conquête d’une terre qui les avait repoussé par le passé. Ils ne pensaient plus qu’à la vengeance. Ils ne pensaient plus qu’à la destruction de celui qui les privait de la puissance qu’ils convoitent tant.

Et à la violence vous répondiez par la violence, parce qu’il n’y avait pas d’autre solution. À l’agression vous répondiez par l’agression, parce que vos Souffles d’elfes sont sensibles, et que la souffrance les a facilement plongé dans la folie. La forêt hurle, la forêt pleure, la forêt boit le sang de ses ennemis comme de ses enfants. La forêt supporte les traits de feu de ses défenseurs, car les écorchures qu’ils creusent en elle ne sont rien face à ce que lui promettent ses assaillants.
Comme un animal enragé, comme un enfant outragé, tu griffes, tu mords et tu hurles dans le vain espoir de protéger ta Mère. Tu déchaînes des rafales de plus en plus puissantes de ta magie. Tu sacrifies à chaque fois un peu plus de ton être. Tu sacrifies chaque fois un peu plus de ton Souffle. Tu sacrifies chaque fois un peu plus de ton être. Et tes larmes coulent, et la mort t’arrache des pleurs, pendant que lui rit, pendant que lui se délecte du spectacle.

Unvan déguste goulûment l’ignominie dont est capable son peuple.
 

_________________
Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois

[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Thumb-10
Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 385
Âge : 40
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeJeu 17 Jan 2019 - 2:43

O douce symphonie… 

Une flèche enflammée atteint un groupe d'humain, coupant la charge contre Loethwil d'un coup net. Dante avance d'un pas, insensible à l'appel de Nehril. Par contre, la tentative de magie de Nakor lui fait tourner la tête et gronder sourdement à l'adresse du Magistère, son œil marron ambré et son œil vert quasi phorsphorescent. Le sourire qu'il arbore en ce moment est un sourire de pure folie, de pure malveillance… Qu'il s'approche de lui le vieux ou l'autre et il les bouffera tout crus! Il n'y a plus de Dante placide et raisonnable. Pour une raison étrange, inconnue, ils ont une bête fauve devant eux. Aussi féroce que leur guide, sinon plus… Parce que, en ce moment, ils ne l'ont sûrement pas vu venir. 

Souffrir, mourir, tuer, vivre… O douce Kiel Puisse tu me donner le temps… Prie intérieurement Dante.

La corde vibre… Sans relâche. L'arc tire flèche sur flèche. Les phish Ouras bondissent dans la mêlée en meutes enragées, déchirant, broyant étouffant. L'odeur tenace du sang versé en ce jour funeste monte au nez de Dante qui augmente le rythme de ses tirs, avançant sur le champ de bataille, bondissant entre le cadavre d'un cheval éventré et le corp d'un humain tellement piétiné qu'il n'en reste qu'une bouillie méconnaissable à côté d'un elfe empalé qui essaye vainement de retirer la longue lance dégoulinante de sang et d'entrailles du sol et de son corp. 

Son carquois tombe vide. Sans y penser, Dante se défait de son paquetage. Il a un énorme sourire mauvais aux lèvres tandis qu'il fait un autre pas. Son arc tombe au sol. L'oeil vert examine la situation. Les elfes sont mal sur le flanc gauche, poussés par une charge de cavalerie. Le flanc droit semble bien tenir, les animaux semblant s'en charger quand même bien. Le centre, Loethwil fait un carnage… Au milieu des détonations magiques, il peut voir les corps s'amonceler en un rempart sanglant autour de lui. Il y a encore des foyers d'incendies ou certaines de ses flèches ont touché des arbres. L'archer a fait un peu  de dégât certe, mais la majorité des  dégâts viennent du gardien lui même. 

Pendant que Dante lâche son arc, l'oeil marron admire l'efficacité meurtrière de leur guide. Admire le sol empourpré de sang… Non, l'elfe tiendra… Cet elfe tiendra… 

L'arme tombe au sol blessé, gorgé de liquides vermeils. L'humain s'agenouille et prend un peu de terre empoissée de sang sur ses doigts avant de tracer trois sillons sur son visage, les sang des hommes, le sang des elfes, le sang des bêtes, le sang de la terre. D'un geste leste, il défait la tresse de ses cheveux. La Bête de Zhak'Bar est lâchée… Le camp est choisi, le côté perdants, le côté de ceux qui ont le plus souffert. 

Toujours à genoux, il dégaine ses longues dagues… Celle de l'armée Naelisienne et l'autre, une belle dague de combat légèrement courbée. Nakor, Nehril et Glenn peuvent frissonner tandis qu'ils le voient s'enfoncer dans le flanc gauche qui est en train de se faire proprement défoncer. Les elfes sont en sous nombre. D'ailleur, devant lui, un coup d'épée bâtarde tranche net la tête d'un des oreilles pointues. 

C'est alors que toute la puissance de la voix de Dante résonne sur le champ de bataille… Quand on avait dit une voix puissante, capable de rameuter les gens et de guider au combat, ils l'entendent. Un appel au sang et à la sauvagerie pour défendre les terres… Un cri primal exprimant toute la colère, la souffrance et la haine des elfes pour ces humains avides de pouvoir. Redonnant du coeur au ventre aux défenseurs. Nehril, Nakor et Glenn peuvent l'entendre. En d'autres temps et d'autres circonstances, l'archer aurait pu être général. Mais les aléas de la vie en ont fait un assassin… Ou archer pour eux.  

Telle une flèche noire, Dante disparait parmis les guerriers lourdements cuirassés, profitant du fait que les humains ne s'attendent pas à voir un humain les attaquer. Mais on peut suivre ou il passe. Profitant de la mobilité de son armure légère et de l'avantage de ses deux courtes lames dans la mêlée, il ouvre une brèche parmis les attaquants. Glissant, il coupe les tendons d'un fantassin, avant de se redresser pour poinçonner habilement un lourd destrier de guerre qui se cabre avant de propulser son cavalier et ses tonnes sur quelques humains. Un autre pivot. il passe sous les pattes d'un autre, coupant le harnachement de la selle. 

Une lance essaye de le cueillir maladroitement, mais une flèche elfique touche l'ennemi dans l'oeil, éclaboussant l'assassin de cervelle. Dante ne sait pas qui a tiré, et il s'en fiche… Ses pieds glissent dans le sang, les arbres pleurent le sang, les animaux de toute la forêt accourent pour repousser l'envahisseur. 

Une dague traverse le haubert d'un homme… Elle y reste prise, tant pis, Dante la laisse la et empoigne  le poignard resté dans la ceinture du homard. Avec un autre cri primal, il rassemble les elfes près tout autour de lui, leur donne de sa sauvagerie et de sa combativité. Parmis toute cette bande de dégénérés, il y a un humain qui se bat pour eux, avec eux. Mais peut-être que sous ces cheveux lâchés ne voient ils pas l'oreille ronde. Peut-être ne remarque t'ils pas non plus la relative petite taille de celui autour duquel ils se rassemblent. 

 Autour d'eux, il commence y avoir un flottement… Comme si les humains se repliaient. Mais Dante n'en a cure, il les pousse et les harcèle, laissant dans son sillage une mort ensanglantée. On peut le voir, parfois, dans un éclat de cape noire, véritable démon avec ses lames. Éventrant, lacérant, mordant, cognant. Pris dans une frénésie semblable au Gardien. 

Mais il en tue un il en vient deux. Il en tue dix, il en vient cent… Il ne pourra pas tenir ce rythme. Mine de rien cependant, il tient bon l'assassin, ayant un but en vue… Celui du fanion de la garde du chef de la bande… La guerre c'est laid, la guerre c'est sale… Le bruit des humains mourant se couple au bruit des bêtes rugissantes et mourantes… A celui des elfes  mourants, la haine alimentant la haine. 

Dominez ou mourrez bandes de cons.


Dernière édition par Dante Corvac le Dim 20 Jan 2019 - 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252
Nehril
Sang-mêlé
Nehril

Nombre de messages : 178
Âge : 124
Date d'inscription : 08/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeJeu 17 Jan 2019 - 11:51


La terre se gorge d'un sang épais, froid et visqueux. Les êtres difformes s'effondrent sans un bruit, comme des pantins désarticulés, mais d'autres viennent les remplacer. Deux membres de la compagnie se jettent voracement dans la mêlée, leur esprit embrumé par la rage, tandis que d'autres les observent, interdit. Le champ de bataille empeste la mort, des relents de pourriture, porté par un vent glacial, assaillent leurs narines. Le feu et la glace se rependent autour des combattants, formant des spirales erratiques dans les airs.

Nehril observa la main du magicien se refermer sur son épaule, l'incitant à calmer son esprit. La Chant dissonant était désormais d'une redoutable force, troublant ses pensées, menaçant de piéger son esprit dans les affres de l'obscurité. Il n'évita de fondre dans la masse grouillante que grâce à l'intervention de Nakor. Glenn et le semi-elfe tachèrent d'écouter ses conseils, marmonnés rapidement entre ses dents serrées, et finalement il put détacher son esprit de l'horreur qui s'étalait devant lui.

La bataille faisait toujours rage. Nehril repéra Loethwil qui déchirait ses ennemis, en proie à une folie guerrière. Il percevait derrière son aura meurtrière un certain désespoir : celui de préserver le Linoïn de la corruption des hommes. Dante continuait de semer la mort de ses flèches, plongeant plus avant dans le combat malgré les mises en garde proférées par Nakor et le mercenaire.

Nehril secoua sa tête, trancha net une main brumeuse qui se dressait devant lui. Il fit tournoyer sa lame afin d'en chasser le sang noir qui la recouvrait. Ses yeux parcouraient inlassablement le champ de bataille, tâchant de repérer un indice quelconque lui fournissant une piste afin d'aider ses compagnons.
Soudainement ses pensées s'éclaircirent, un plan germait dans son esprit et il décida de s'en ouvrir à Nakor et à Glenn.

- Nos deux compagnons ont sombré dans la folie, lâcha-t-il en transperçant un nouvel ennemi. Sous nos yeux se déroulent l'instant où le Linoïn a cessé d’exister, donnant naissance à l'Aduram corrompu. Par je ne sais quelle sorcellerie nous revivons ces instants passés Nakor, continua-t-il en croisant le regard du magicien. Il désigna de sa main gantée la marée humaine qui se mouvait autour de Loethwil et de Dante. Cette masse informe est probablement la manifestation des hommes qui ont souillé cette forêt. La combattre ne fera pas disparaître cette illusion, nous devons frapper le mal à sa source. Trouver celui qui est à l'origine du mal.

Nehril s'élança en avant et désigna du doigt une créature qui trônait de l'autre côté du carnage.

- Unvan ! s'écria-t-il. Injustement surnommé le Grand par ses pairs. Le Fou aurait été plus approprié. Avant que la bataille n'avale nos compagnons, nous devons mettre un terme à sa vie. Hâtons-nous !

À ces mots, Nehril bondit, son épée brandit en avant, se dirigeant vers ce qui lui semblait être la source de ce mal.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1582
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeDim 20 Jan 2019 - 17:39

Nakor avait fait de son mieux mais la force du trouble présent en cette terre, hantée par la haine, était trop fort. Il ne pouvait pas lutter contre tout cela. Il n'empêche, son intervention laissa à Nehril, le temps de percevoir certaines choses et de faire du lien entre plusieurs éléments. Une sorcellerie puissante était alors à l'oeuvre si le guerrier avait raison. Il décrivit alors la situation et Nakor hocha doucement la tête sans avoir le temps de répondre quoi que ce soit. Il observait la situation tout en ayant les méninges en ébullition. Dante était devenu une arme de guerre dangereuse qui en disait long sur ce qu'était le guerrier ... tout sauf un guerrier anodin en quête de mission. Un tuer né, formé pour cela. Un montre. Loethwil n'avait rien à lui envier. Ils étaient en effet devenus fous tous les deux. Mais ils occupaient la masse difforme autour d'eux. Unvan semblait être le chef ennemi à abattre, mais entre Nehril, Nakor, Glenn et lui, il y avait un déluge terrifiant de magie. Sans attendre plus longtemps, le sorcier plongea sa main droite dans la manche gauche de sa robe et en sorti un long tissu épais, une toile jaune très ancienne que l'archimage avait toujours sur lui depuis des siècles. Il y déploya sa magie de l'air et la toile devint solide, bien horizontale et capable de supporter plusieurs personnes.

"Glenn, continuez à attirer l'attention vers vous!"

Le magicien bondit sur son tapis volant et cria

"Nehril, sautez! J'ai une idée ... maintenant!"

Nakor attrapa le guerrier et ils s'envolèrent dans les airs. Le Magistère du Firmament fonça loin au dessus du sol et débuta un grand contournement en parlant fort pour que son compagnon puisse l'entendre. En effet, en se déplaçant très vite, le vent rendait les discussions complexes et la barbe blanche avait autre chose à faire de sa magie que de détourner les forces de la nature pour simplement tenir un petit échange.

"Nous allons contourner la masse centrale! La magie à l'oeuvre est trop dense pour y faire une percée ... cela serait dangereux! Vous êtes sur que c'est lui là bas? Il est aux abords du cercle de magie! Nous allons le prendre à revers. Je vais me rapprocher au maximum et ... vous lancer! Il faut le perturber, le déconcentrer! Je compte sur vous. Ecartez vous ensuite de lui immédiatement, je vais le foudroyer de toute ma force ... puis je vous rejoindrai!"

Nakor ne laissa pas plus le temps de la discussion, ils étaient presque arrivés.

"A mon signal!"

Il fit un décompte et d'un seul coup, alors que Nehril était derrière le vieillard, le tapis volant fit un volte face en tournant à cent quatre-vingt degrés et le maître des éléments balança sur toute la surface du dos, du bassin et des jambes de son compagnon, un mur d'air épais qui le projeta droit sur le dos de leur adversaire. Il y avait une petite distance aérienne à parcourir. Il fallait que Nehril réussisse son coup, sans ça, ils allaient tous continuer à être en danger. Nakor ressentait la colossale quantité de magie en oeuvre sur le champ de bataille alors que lui, n'en était qu'aux abords. Il coupa sa magie de l'air immédiatement et atterrit sur ses deux jambes, à même le sol. Il ne visualisa plus que sa cible, ce satané Unvan et contracta tous ses muscles, forma un cercle avec ses deux mains, arquées comme les serres d'un aigle et une bouillonnante sphère de foudre apparu entre. Pour condenser ses forces, il hurla même dans un cri d'effort, chose extrêmement rare chez le vieux fou et lorsque le moment fut venu, il balança toute sa décharge magique droit vers Unvan. Il n'avait plus que cet être en tête, tout son esprit était concentré sur lui, toute sa magie, toute sa concentration et il faisait de son mieux pour que le sort aille droit sur son point de focus malgré les forces arcaniques déchaînées autour. Il fallait que cela marche ou déstabilise au moins le champ de bataille et face apparaître le vrai Gardien, l'origine réelle de toute cette folie. Si cela fonctionnait, ou ne fonctionnait pas, de toutes les manières, Nakor rejoindrait directement Nehril pour l'aider à survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Nehril
Sang-mêlé
Nehril

Nombre de messages : 178
Âge : 124
Date d'inscription : 08/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeDim 20 Jan 2019 - 19:37

Le vent cingle les cheveux clairsemés du semi-elfe. Ses yeux se plissent, tentent de distinguer leur ennemi mortel à travers la brume magique. La toile du magicien chevauche le vent avec aisance, à leurs pieds s’étend une tapisserie de mort et de folie : des cris gutturaux retentissent, déchirent l'air aussi bien que la chair avant de s'éteindre sous le fracas des lames.

Le mercenaire prêta autant attention aux paroles de Nakor qu'à ses propres tentatives pour conserver l'équilibre précaire dont il jouissait sur le tapis volant. Fendant les cieux à toute allure, Nehril grognait à chaque fois qu'un bord du chapeau du mage lui rentrait dans l’œil. Il inclina légèrement la tête pour remédier à ce problème bien que cela l'enjoignît à empoigner l'épaule du vieil homme pour ne pas basculer dans le vide.

Ils parvinrent à contourner la masse d'énergie nécrosée qui enveloppait l'espace, les nuages sombres s'écartèrent d'eux comme à regret, et Nehril releva la tête afin de s'épargner les horreurs perpétrées par Loethwil et Dante en contrebas. Le semi-elfe frissonna lorsque le magicien lui expliqua son plan, sa barbe blanche virevoltante autour de lui, lui fouettant obstinément le visage.  

Finalement, son compagnon marmonna des paroles inintelligibles et il se sentit propulser en avant, droit sur la créature nimbée de ténèbres. Brandissant son épée en avant, il lui asséna un terrible coup avant de la percuter de plein fouet.

Il eut l'impression d'avoir plongé dans un puits d'eau glacée. Se relevant difficilement, chancelant, il se rappela au dernier moment les paroles de Nakor alors que ce dernier apparaissait subitement non loin. Lâchant une bordée de jurons, Nehril s'éloigna en courant de son adversaire gisant qui restait toujours immobile. Il lui asséna malgré tout un coup de pied bien senti avant de poursuivre sa progression vers l'arrière.

Alors qu'il se ruait sur le côté, il jeta un dernier coup d’œil à leur adversaire mais ne parvint pas à le distinguer clairement : était-ce bien Unvan le responsable de toute cette folie ?

Il ne prit pas la peine de le vérifier et se jeta sur le sol alors que la magie de Nakor se déchaînait. Le déchirement de la foudre envahit l'espace et Nehril planta son épée dans le sol au cas où des restes d'énergies électriques ne viennent jusqu'à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Lœthwil
Admin
Admin
Lœthwil

Nombre de messages : 761
Âge : 22
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  966 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeJeu 24 Jan 2019 - 8:35


La foudre lui brûlait les entrailles, lui arrachait les chairs et lui dévorait la lymphe, mais le sourire d’Unvan ne faiblissait pas. Au travers de la douleur au contraire il se fait plus carnassier, plus vorace, plus sadique. Le visage de celui qui un jour se voulut conquérant s’écharpe, mais ses pupilles s’affolent de la même manière que le feraient celles d’un drogué l’esprit voilé par la substance. Son faciès se tord en un indescriptible rictus malsain, rendu plus ignoble encore par les plaies qui s’y creusaient au fur et à mesure que les éclairs le défiguraient.

Le ciel se teinte de rouge. Un grand cri retentit au sein des armées humaines. La Symphonie excitée retient son Souffle. C’est le silence. Un silence brisée par la seule plainte des hommes, et les échos du rire d’Unvan. La folie sanguinaire de Dante, ta fureur désespérée, les derniers espoirs des elfes, tous se conjuguent en un violent assaut sur la marée humaine chancelante. La magie gronde, les épées s’enfoncent dans les chairs, les flèches pleuvent, chacune se fichant dans un crâne différent, et les humains tombent. Les humains tombent mais leur plainte refuse de se taire. La mort les gagne, mais pas le Royaume de la Voilée.
Les corps humains se fondent avec leurs Souffles dans une tornade de chairs, d’os et d’âmes fragmentées en une infecte poussière. Et Unvan. Unvan les bras au ciel en appelle à tout ce pouvoir. Ce pouvoir est le sien. Ce pouvoir est celui qu’il utilisa il y a plus de Sept Cycles pour créer les horreurs que vous aviez combattu. Ce pouvoir est celui que possèdent toujours les Hommes, dormant en eux en attendant le jour où il l’un d’entre eux choisirait d’à nouveau l’éveiller. Dormant en eux en attendant le jour où le peu de mémoire du peuple éphémère terminerait de disparaître, et emporterait avec lui ce qui leur reste de retenue.

Ce pouvoir, Unvan s’en drape, s’en grandit, s’en voit transformé. Une gigantesque abomination humanoïde, un colosse de chairs, d’os, et de dangereuse ignorance. Un colosse condamné à une mort certaine, désireux de prendre tout ce qu’il pourrait tant qu’il en est encore temps pour lui. Un colosse désireux d’emporter autant d’âmes que possible vers la mort à laquelle lui ne peut pas échapper. La forêt pleure une mélopée résignée. La forêt est prête à sombrer dans une rage salvatrice. Ce n’est qu’ainsi qu’elle peut sauvegarder sa propre vie.

Face à vous se tient debout toute l’horreur de l’humanité Miradelphienne.

Face à vous se tient debout la personnification des craintes des elfes.

L’immense main du colosse s’abat sur les arbres proches, apportant sans la moindre difficulté la destruction et la corruption dans son sillage. Et Unvan rit. Unvan rit de sa voix cadavérique. Et à la surface de la peau scarifiée d’Unvan glissent les images de ses descendants. À la surface de la peau scarifiée d’Unvan émergent et replongent les visages de ses héritiers.

Les Trystan

Les Aymeric

Les Nimmio

Les Nakor…

_________________
Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois

[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Thumb-10
Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 385
Âge : 40
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeVen 25 Jan 2019 - 3:01

Au milieu d'un amoncellement de cadavres humain, tandis que ses compagnons elfiques finissent de terrasser les derniers, Dante se tient debout, saignant de quelques entailles, plein de sang humain.


Il cherche, il cherche l'homme.. il cherche sa nouvelle cible des yeux, haletant, les pupilles dilatées sous l'effet de l'adrénaline et de l'endorphine qui lui coule dans le sang. Tant de hurlements… Tant d'appels proviennent des morts… L'assassin l'entend et la ressent plus profondément que n'importe qui d'autre, il est humain lui aussi comme l'armée qu'il vient d'affronter. Cette plainte qui vient le harceler régulièrement depuis le pacte avec Zhak'Bar… Cette demande régulière, cette réminiscence qui pulse à la limite de sa conscience… La Voilée qui ouvre ses bras et embrasse ses enfants… Sauf que ce n'est pas elle qui les acceuillent en cet instant précis.

Le souffle coupé, Dante s'arrête net. Les hommes tombent, hurlant, et Dante hurle avec eux. Il se sent se dissoudre avec eux… Partir il ne sait où… Mais ca n'est pas festif.

Son esprit de contradiction se manifestant sous la voix du Prime Dragon qui hante son subconscient lui murmure à l'oreille, ramassant les lambeaux de son âme meurtrie au delà de toute rédemption, l'empêchant de rejoindre les Autres dans la Monstruosité géante qui s'élève maintenant au dessus des arbres. Le souffle cours, Dante tombe à genoux, ses mains plantées profondéments dans le seul meuble empoissé de sang, ses dagues tombant avec lui, se plantant avec lui dans le sol. Le souffle court, il essaie de se remettre d'aplomb. Et c'est long, de précieux instants perdus.

Il en est encore à essayer de se situer quand la gigantesque main s'abat au sol près de lui, le faisant trembler sur ses genoux et ses mains, abattant les arbres comme des jouets balayés par un enfant furieux. Ah! Une cible, un but… Quelle cible, quel but? Il serait bien incapable de le dire, mais inconsciemment, il sait. Canalisant sa rage en une énergie froide, l'assassin se met en mouvement, silencieux comme une ombre, tout poisseux de sang et de viscères, Dante ramasse ses deux dagues, la damassée Naelisienne et une nouvelle, une belle dague de combat elfique de belle facture, prise il ne sait trop où durant les combat. Et tel David affrontant Goliath, il monte à l'assaut de la main de l'abomination, avec comme but de monter jusqu'en haut pour lui crever les yeux, peu importe combien ca en a, il est trop près pour voir le géant dans son intégralité..

Il ne pense pas blesser la peau épaisse de ses armes qu'il utilise comme crampon et appuis lors de son escalade, mais même le plus petit moustique peut être irritant s'il frappe bien. En espérant qu'il survive. En espérant que ca donne aux autres le temps de trouver une solution au problème, qu'il arrête de les entendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1582
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeSam 2 Fév 2019 - 12:29

Nakor balança une telle salve de puissance magique que l'éclair créé, lui fit presque perdre pied. Il y avait mit une sacré dose d'énergie et sa robe ainsi que sa barbe flotta au vent, son chapeau menaça même de s'envoler tant la pression de l'air était forte. Il était concentré et sa cible fut frappée de plein fouet. Unvan aurait dû se dégrader rapidement et mourir. Et c'est ce qu'il fit, partiellement. Sa peau brûlait, ses entrailles aussi mais il se mit à rire et convoqua une puissance magique venu d'un autre monde. Avec horreur Nakor recula de quelques pas et se protégea le haut de son visage de sa main droite et le bas de son menton avec la gauche comme un faible mur devant l'effroyable sortilège qui se mettait en place. Partout autour de Nakor et Nehril, une marée terrifiante se levait, les corps sans vie, les morts se plaignant, les cris, la douleur, tout cela se condensait autour d'un homme non moins mort mais semblant refuser le passage vers l'au-delà.

"Attention Nehril, il faut reculer ... ho par tous les dieux!"

Le monstre géant se forma et dans la fureur d'une tornade destructrice, poussa un cri capable de faire trembler les fondements de la terre. Ils se jetèrent alors en arrière pour éviter de justesse un gigantesque coup de poing qui arracha arbre, feuille et terre.

"Que peut-on faire contre une telle folie ..."

Loethwil et Dante continuait de se déchaîner mais rien n'y faisait, l'un avec sa magie mortifère et l'autre avec des armes plus conventionnelles. Peu importait, le monstre réunissant l'agonie des hommes morts au combat voilà sept cycles semblait ne rien sentir, ne pas être arrêté. Et c'est là, assis sur son derrière, devant l'immense main qui avait manqué de l'écraser que Nakor le vit. Des visages humains passant comme des formes évaporées, le long du corps déformé d'Unvan et de son armée humaine. D'abord Trystan d'Erac, puis Nimmio de Velteroc et Aymeric de Brochant ... et

"Mais!"

Son propre visage passa là, devant lui, un Nakor déchaîné, en train de déployer une magie furieuse et semant la mort et la destruction. Il n'attendit alors pas une seule seconde et alors qu'il hurla

"Pas ça! Jamais!"

Il se redressa sur un genou, entoura son avant bras droit de sa magie comme pour s'en faire un bouclier et vint planter sa main, tendu, dans le corps infâme d'Unvan. Une puissante douleur s'empara du vieillard, qui alla jusqu'au plus profond de son être. Des vibrations pures et féroces qui l'attaquaient depuis l'intérieur. La peur, la haine, l'éternel oubli, la jalousie, la corruption, la soif de pouvoir. Comme des poignards venant se planter dans le corps, le vieux magicien subit de toutes part, différents chocs mentaux. La Dissonance était à son paroxysme et des visages apparurent dans une tempête mentale difficile à affronter, comme débout là, sur un roc en plein océan, dans le coeur d'une tornade dangereuse. Des visages lui rappelant les plus horribles moments de sa vie, la mort, les batailles, les amis perdus, la haine, la rancoeur, le dégoût. Trystan en train de mourir et hurlant à Nakor qu'il était le seul responsable, qu'il l'avait oublié et le pauvre vieillard se débattant et refusant d'y croire. Mais c'était puissant, trop réel dans son esprit pour pouvoir le dépasser. La magie et la pression qui en découlait étaient bien plus fortes que le très vieux sorcier. Cependant, rien ne pouvait lui enlever une longue expérience et le caractère nécessaire pour continuer à sourire et aimer le monde après plus de six siècles de vie en tant qu'humain. Nakor avait déjà, depuis très longtemps, versé toutes les larmes de son corps. Un nouveau flash de douleur et il revit ses deux premiers enfants, mourir au combat et lui, prenant leur cadavre et les enterrant de ses propres mains sans jamais cesser de pleurer. Une douleur sans fin et un calvaire que très peu dans ce monde connaissait. Et cela recommençait, encore et encore

"Non ... pas ça non ... nonnn je vous en supplie ... "

Le vieillard hurlait de douleur et de tristesse. Mais revoir ces visages, si calmes, si doux dans la mort, apaisés, cela fit resurgir en lui son sentiment continu et diffus, celui qui définissait Nakor mieux que n'importe quel autre sentiment : l'amour pour les autres. Le bonheur qu'il avait eut à élever ces enfants, les aider à devenir des hommes valeureux, fondant à leur tour une famille. Il fit son possible pour couvrir de confiance et d'amour ses ressentiments. Chaque image de mort, il y jetait toute son âme, toute la nécessité des combats pour le bonheur d'une paix durement mérité et les milliers de vie, depuis son existence, qu'il avait permis de sauver au sacrifice de dures épreuves. Il était là, tel un rempart dans l'histoire des humains. Il serait là encore longtemps, oeuvrant comme depuis au moins cinq cent ans, auprès des puissants du monde pour apporter lien, calme, confiance et paix. Le combat mental n'était pas fini, mais comme un homme prêt à mourir pour les autres, au milieu de la tempête magique, Nakor releva son genou et tenta de rester droit. Il luttait de toutes ses forces dans un combat qu'il avait rarement eu tant de mal à tenir durant sa longue vie d'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Nehril
Sang-mêlé
Nehril

Nombre de messages : 178
Âge : 124
Date d'inscription : 08/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeSam 2 Fév 2019 - 14:12

Le feulement des flammes et les hurlements s'échappant des multiples gorges s'entremêlent en une vaste trame dissonante. La terre se craquelle, des monceaux de bois pleuvent sur un champ de bataille blafard aux reflets pourpre. Une silhouette immense émerge d'une obscurité opaque, à travers une ombre vaporeuse constituée d'agrégats de souffrances, de haine condensée qui semble tourbillonné, fustigé par un vent violent, vomissant une écume noirâtre et enveloppant les environs dans une pénombre scintillante.  

La magie de Nakor avait fait virevolter le mercenaire dans les airs, son épée s'était dégagé aisément de la terre lorsqu'il avait été emporté. Il retomba quelques mètres plus loin, le souffle court et le dos douloureux, mais il trouva néanmoins la force de se remettre sur ses pieds. Protégeant son visage blême de ses bras, il progressait en direction d'un Nakor hypnotisé. Les visages au sein de la créature d'ombre se succédaient, laissant entrevoir des faciès inconnus mais aussi un autre plus familier. La tête grisonnante de Nakor passa furtivement et Nehril s'immobilisa, abasourdi. Il reporta son regard sur le vrai magicien qui semblait être prit dans un de ces cauchemars insidieux, absorbant l'âme et l'esprit. Nakor enfonça ses bras dans le corps d'Unvan avant d'être violemment repoussé, l'envoyant valser dans les airs avant de retomber à quelques pas de Nehril.

Le mercenaire tenait toujours Aeris dans sa main, la serrant si fort qu'il craignait de la briser. L'éclat des flammes dansait sur les reflets argentés de la lame et il aperçut également son propre visage : maculé de terre, cireux et ses yeux incolores qui brillaient comme les faisceaux d'un fanal. Le semi-elfe abaissa son arme et se dirigea d'un pas chancelant vers le magicien qui gisait au sol, se contorsionnant comme s'il était toujours piégé dans ses rêves horrifiques.

À quelques mètres à peine de lui, Nehril sentit quelque chose prendre possession de sa voix, de sa gorge et de son corps. Celui-ci cessa de trembler et il se retrouva à hurler en direction de Nakor :

- Supplier ne changera pas le vrai visage de l'humanité que tu aimes tant, vieil hypocrite !

La présence se retira aussi soudainement qu'elle se manifesta, laissant le semi-elfe transi, nageant dans l'incompréhension. Cette vague se mua rapidement en une évidence, balayant ses réserves et ses doutes concernant la naissance de cette horreur. Les hommes étaient responsables des maux de la forêt, la scène horrifique à laquelle ils assistaient présentement était l'origine de la haine des elfes envers les hommes. Elle était la racine sur laquelle reposait l'arbre de leur conscience, la plaie béante qui jamais ne guérit, les flammes qui brûlent mais jamais ne consume.

Le semi-elfe parvint à rejoindre Nakor qui reprenait conscience, il s'agenouilla difficilement auprès de lui et tâcha de le remettre debout. Ses cheveux clairsemés semblaient pris dans un gigantesque souffle, dansant négligemment autour de son visage soucieux.

- Cette créature ne peut être vaincue par nos lames Nakor ! s’époumona le mercenaire en tâchant de réprimer l'urgence qui donnait à sa voix des accents plus rauques que d'ordinaire, vous seul possédait un lien avec celle-ci !

Il asséna une tape sur l'épaule du vieux mage afin de lui signifier sa présence, mais également pour lui assurer son soutien face à la vérité qu'il soupçonnait. Il jeta un œil en direction de ses autres compagnons : Dante semblait s'échiner en vain sur la monstruosité qui ne lui prêtait guère d'attention, s'efforçant de réduire en cendres tout ce qui touchait sa gigantesque main. Loethwil quand à lui, faisait pleuvoir un déluge magique sur la créature, mais celui-ci n'avait que peu d'effet, ricochant sur la carapace ombreuse d'Unvan.

- Il n'est nulle question de vaincre la haine, comprit le mercenaire, on ne peut anéantir quelque chose d'aussi intangible, d'aussi abstrait. Mais nous pouvons l'apaiser, non pas par la force des armes car elle a été le vecteur de toute cette haine, mais par le pouvoir de nos mots, de nos sentiments.

Nehril posa un genou à terre, saisissant la main de Nakor et plongeant son regard perçant dans ses yeux. Il sentait son sang s'écouler de son menton, provenant d'une blessure qu'il ne sentait plus.

- C'est à vous, maître mage. Reprenez espoir pour ceux qui n'en ont plus. Il lui décocha un sourire nerveux. Je tâcherais de vous aider malgré ma simple condition de mercenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1582
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeDim 3 Fév 2019 - 12:22

Comme si le combat mental avait duré des siècles, Nakor avait l'impression de ne plus être là, dans le monde matériel, confié au passage du temps. Mais Unvan usa de sa puissance et le vieux sorcier fut projeté au loin, en roulant jusqu'à arriver presque au niveau de Nehril. Il devait reprendre ses esprits et revenir au monde. La voix hurlante du semi elfe aida la barbe blanche à douloureusement reprendre pied dans un monde de furie, de douleur et de combat.

"Qu'est-ce que ..."

On lui avait lancé au visage le vieux monde, la colère voir l'ire de l'humanité. Mais le monde avait changé depuis que la forêt de l'Aduram accumulait la rancoeur et la haine du monde qui l'entourait. C'est une main sur l'épaule que Nehril aida le Magistère du Firmament à se relever. Nakor poussa lourdement sur ses genoux pour se redresser et appela son bâton jusqu'à lui, qui vola dans les airs en ligne droite. Posant un regard lourd sur le monstre, il observa la scène. Loethwil s'était arrêté, il était là, debout, prostré comme vidé de toute forme d'énergie interne ou de la moindre envie. Et Dante continuait d'user de force vive contre la terrible créature. Le combat avait long et difficile, voilà des ennéades entières qu'ils avaient arpenté la forêt, affronté des gardiens surpuissants, combattu du mieux qu'il pouvait la Dissonance, ils ne pouvaient pas perdre maintenant. Pas après tant d'efforts. Une des mains colossales du monstre s'apprêtait à pulvériser Loethwil, qui ne bougeait plus du tout.

"Nonnnnn!"

Nakor usa de toute sa puissance pour soulever de terre, un immense pilier solidifié par la magie qui empêcha le poing de fracasser son ami archimage elfe. Cela fut de justesse. Il envoya aussi un poing d'air repousser Dante en hurlant d'une voix magique amplifié sur tout le champ de bataille éteint

"Il suffit! Cela fait des siècles entiers que le peuple humain et le peuple elfe sont unis. La guerre est terminée entre nos peuples. Je suis Nakor de Nisetis, humain éternel, ami du peuple sylvain. Vous ne toucherez pas à un seul cheveu de mes compagnons ici présents. Cela fait six cent ans que j'oeuvre dans le monde, j'ai permis la naissance d'alliance où les hommes et les elfes, se sont unis contre les horreurs du monde afin d'établir un monde de paix. Les frontières sont stabilisées depuis plusieurs cycles, les humains ne veulent aucun mal à la forêt, certains sont prêts à donner leurs vies pour leurs frères elfes. L'ennemi n'est pas ici, il ne l'est plus."

Nakor marchait vers Unvan et cette réminiscence d'une haine antique qui avait disparu depuis des générations. Il avait fait rappel de la création de l'alliance de la Lumière dont il avait été un instigateur. Le roi des elfes, le roi des hommes et le roi des nains, s'unissant pour combattre l'ennemi véritable, les drows, et assurer au monde, la paix. Il était le symbole du lien qui existait dans Miradelphia. Il en était la personnification et il oeuvrait depuis toujours pour que cesse la folie et la soif de grandeur et d'ambition. Il était un frein à la gourmandise des hommes, un rappel contre la crainte et le mépris des elfes. Non, les barrières devaient être franchies, dépassées, le monde avait changé et la forêt devait aussi avancer vers une nouvelle ère. Il avait fondé une guilde où toutes les races vivaient en paix. Il venait une nouvelle fois de sauver la vie d'un elfe et arrêter la haine meurtrière d'un homme, sous les yeux d'Unvan. C'est ainsi, avec la main de Nehril sur l'épaule qu'il termina.

"Ici, je le jure sur ma vie et mon oeuvre, moi Nakor Magistère du Firmament, votre combat est terminé Unvan, vous n'existez plus! Votre monde est révolu, votre haine aussi. C'est main dans la main que nous avançons ..."

Et jetant un oeil à Loethwil, il usa de la très ancienne incantation qu'il avait prononcé en se liant à lui après leur premier affrontement amical en Alëandir.

"Liés par le cœur, reliés par le pouvoir des arcanes!"

C'était ainsi, son aura de magie chaleureuse et sincère autour de lui, qu'il se tenait là, en bouclier pour les autres, devant Unvan le terrible et sa haine infernale.
Revenir en haut Aller en bas
Lœthwil
Admin
Admin
Lœthwil

Nombre de messages : 761
Âge : 22
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  966 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeDim 3 Fév 2019 - 20:33


Ton regard sans vie se tourne vers Nakor, renonçant à tenter d’exprimer des pensées qu’aucune torsion de ton visage ne pourrait traduire. Tu ne détestais pas Nakor. Loin de là. Depuis votre rencontre, tu voyais dans le vieux mage une véritable bulle d’air au sein d’un monde trop sérieux. Un être séculaire d’une naïveté rafraîchissante malgré les épreuves qu’il avait dû traverser… mais il avait suffit de quelques secondes, et de quelques mots pour tout enterrer.

Entre naïveté et mauvaise foi il y avait un fossé pourtant.

- Avant de faire semblant d’ouvrir ton cœur, tu marques une sombre pause ouvre les yeux.

Tu te détournes sans autre forme de procès, plonges dans tes propres flammes, transfigures dans une absence de geste dénotant de ta profonde déception, et te propulses droit vers le cœur de la gigantesque créature. Le météore vivant que tu es perce sans effort la carapace d’Unvan. La chaleur se répand à travers les veines factices de l’abomination, striant son épiderme d’un flamboiement rougeoyant. Puis les flammes s’éteignent, et le froid les gagne. Le bleu reprend possession du tableau. L’intérieur du titan se fend, et la créature qui jusque-là semblait invincible s’effondre sur elle-même. Desséchée par les flammes, asséchée par la morsure du froid, la créature se déverse en un flot de cendres emportées par le vent, la moitié d’entre elles rouges comme le sang, l’autre moitié noire comme la mort.
Le rouge t’encercle, détonne face à ta silhouette toute de neige, d’eau et de glace, alors que le noir s’écarte en une tempête plus chaotique, menaçante, portant toujours la rage de l’engeance. Les cendres rouges s’abattent sur ce qui te sert de peau en une nouvelle marque, et les noires de même… mais sur Nakor.

Un inquiétant signe à l’encre noire se dessine sur la poitrine de l’archimage humain, lui infligeant une cuisante douleur, la même qu’une marque au fer rouge, tout du long de son tracé. Et puis le calme revient. Et tu retombes au sol. Et ta magie s’éteint. Et la forêt se tait. Et les arbres tombés se relèvent. Et la bourbe des marais entourant le territoire de Porte-La-Peste redevient la même que celle que vous aviez connu avant que la bataille ne commence.

Vous vous retrouviez au point de départ, à la différence près du calme qui pesait désormais sur la Dissonance. Drapé dans les langues élémentaires qui te servaient désormais de peau, tu observes le petit humain de deux prunelles sentencieuses, brillantes comme deux minuscules soleils au milieu d’une nuit sans Lune.

- Merci. Vous êtes libres de vous en aller maintenant. Le reste, c’est à moi seul de le faire.




La marque de Nakor:
 

_________________
Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois

[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Thumb-10
Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nehril
Sang-mêlé
Nehril

Nombre de messages : 178
Âge : 124
Date d'inscription : 08/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeDim 3 Fév 2019 - 23:34

La créature s'affale dans un bruit mat, libérateur, à l'image d'un tronc dont les racines corrompues cèdent enfin. Et dans sa chute elle libère des flots cendreux, voletant, tournoyant autour d'un Nakor et d'un Loethwil dans un ultime ballet dansant avant de fusionner avec leur peau. Les cris s'éteignent en même temps que cesse le fracas des lames et le sol retrouve son aspect terne, froid et inhospitalier. Le calme s'installe progressivement mais la tension reste palpable, flottant dans l'air avec nonchalance comme le vestige de la présence inquiétante d'Unvan.

Nehril fronça les sourcils, sa lame toujours brandit en avant, figée dans son dernier mouvement destiné à transpercer l'ultime ombre avant que celle-ci n'éclate en une brume vaporeuse. Unvan était tombé et il ne s'en rendait toujours pas compte. Il n'avait prêté que peu d'attention aux paroles du mage et de Loethwil, trop concentré à voltiger d'une créature à l'autre avant leur étonnante disparition. Légèrement incertain, il se tourna vers Nakor afin de lui demander confirmation mais il se figea aussitôt. Le vieil homme palpait sa tunique comme s'il y cherchait quelque chose, tirant sur le tissu grisâtre jusqu'à en faire apparaître une marque noire. À sa vue, la main du mercenaire se contracta sur la poignée de son arme et il fit quelques pas prudents sur le côté, jaugeant le magicien d'un œil nouveau. Ses traits se durcirent et ses muscles se raidirent à nouveau.

Il resta prostré ainsi quelques dizaines de secondes avant de finalement se détendre. Ses sens lui criaient de frapper le vieil homme, de verser son sang, de mettre un terme à son interminable existence. Après un moment d'hésitation, Aeris trembla à nouveau dans ses mains, refusant l'étreinte du fourreau dans lequel Nehril la rangeait. Ne pouvant faire taire cette sensation indicible qui violentait son esprit, le mercenaire s'éloigna à nouveau du magicien, son visage ridé exprimant l’âpreté de sa lutte intérieur.

- Sang et Rage ! jura-t-il alors qu'il se détournait difficilement de Nakor, sa main toujours serrée sur le pommeau de son épée. Il se dirigea d'un pas déterminé vers Loethwil. Ses yeux brillaient d'une colère contenue et son masque impassible s'effritait progressivement au profit d'un rictus haineux. Vous nous renvoyez à peine notre combat s'achève elfe ? Pensez-vous demeurez ici alors que nous autres regagnons des terres plus austères ?  
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1582
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeLun 4 Fév 2019 - 11:52

Les propos de Nakor et sa conviction semblèrent faire leur effet : Unvan se stabilisa et cessa presque de se mouvoir, comme tiré dans différentes directions sans pouvoir pencher pour l'une ou pour l'autre. Et dans le même temps, Loethwil sortait de sa transe, lança une phrase piquante et se projeta avec violence au travers de la créature. Là où un déluge infini de magie n'avait eut aucun effet, cette fois, la puissance de l'impact eut bien lieu. Nakor avait-il désarçonné le gardien? Le résultat fut là et la boule de colère, de haine, de soif de destruction et de pure aigreur se mit en branle une fois perforé. Une tempête mêlant le rouge au noir faisait irruption entre Nakor et Loethwil. Par pur réflexe, Nakor tendit le bras pour protéger Nehril pas loin de lui et sans qu'il puisse le prévoir, le rouge fila s'écraser sur la peau de Loethwil mais le noir ne fit pas de même. Un trait magique ancien fulgura vers le magicien humain là où précédemment, les gardiens avaient toujours été avalés par son ami elfique.

"Par tous les dieux qu'est-ce que ... "

Et une cuisante douleur se fit sentir sur sa poitrine. Sur le dessus de sa peau, comme s'il subissait une griffure profonde. Il tira même sur le pan de sa robe pour révéler son vieux torse desséché. Il se traçait sous ses yeux et dans la souffrance, une marque étrange. Une sorte de main griffue. Une malédiction? Un sceau magique? Une nouvelle forme de pouvoir? C'est donc les yeux écarquillés qu'il passa sa main sur la marque tout en étant frappé alors par des images.

"Mais enfin ... on dirait ... "

Il pensa à la très répandue main de Kÿria dans le culte elfique ancien. Le tracé n'était pas tout à fait le même, comme plus bestial, dessiné avec plus de férocité ... quelle était encore cette infamie? Lui qui était venu ici pour aider la forêt, qui avait sauvé à plusieurs reprises la vie de ses camarades, voilà qu'il était frappé d'un sceau qui ne lui disait rien qui vaille. Préférant ne pas tenter de choses idiotes, il n'usa pas de sa magie dessus et redressa le pan de sa robe. Tout juste à temps pour voir devant lui un Nehril rempli de haine dans les yeux, sa main fermement serrée sur le pommeau de son arme. Le magistère du Firmament eu même un mouvement de recul du visage, étonné de voir son ami dans cet état. Le regard de Loethwil n'avait rien à lui envier non plus. La longue barbe blanche toisa alors son propre torse, puis les elfes et son regard s'étrécit, comme plongé dans une réflexion tout à fait personnelle mais nécessaire. Il n'aimait pas ça. C'est alors que Glenn arriva en claudiquant pour féliciter l'équipe. Nakor fut alors frappé par autre chose et se tapa le front avec sa main

"Dante!"

Et Nakor se tourna dans tous les sens pour chercher l'humain dans cette forêt redevenue normale. La Dissonance se faisait silencieuse, apaisée et le vieux magicien finit par voir Dante, inconscient non loin de là, contre le tronc d'un arbre. Il alla rapidement jusqu'à lui et le fit rouler pour qu'il soit sur le dos et non sur le ventre. Une de ses manches était retroussée et laissait entrevoir un symbole, gravé lui aussi sur sa peau, un symbole qui était là depuis longtemps, un symbole que Nakor reconnu rapidement lui qui vivait depuis longtemps aux abords du Puys d'Elda, en Nisetis. La marque de Zhak'Bar, le dieu drow de la destruction. Un dragon colossal, que le dieu de la guerre envoyé en première ligne. L'ancienne divinité vénérée en Nisetis par l'empire dragon. Le Prime Dragon là, sur la peau de Dante en disait long sur ce qu'il était, ce qu'il avait peut-être été? Une marque d'esclavagisme subit, ou une formation recherchée et pleinement révérée. Décidemment, cette quête et sa fin menait le vieillard de surprises en surprises. Il savait bien qu'il y avait quelque chose de particulier chez le jeune humain. Nakor était à quelques centimètres seulement de toucher la marque quand il recula un peu la main et tira la manche pour masquer le symbole avant de secouer gentiment Dante

"Dante ... Dante ... Dante, revenez à vous. C'est Nakor ... calmez vous, calme ... là ... le combat est terminé mon garçon. Vous pensez pouvoir vous relever?"

Et le vieux magicien aida le guerrier à se redresser tout en posant sur lui un regard étrange. Un regard qui disait autant qu'il allait l'avoir à l'oeil qu'un regard de confident encourageant. Il hocha très imperceptiblement la tête et retourna auprès de Glenn, Nehril et Loethwil. Repensant à son torse, il s'arrêta à distance et fouilla la zone du regard avant de dire tout haut

"Mes amis ... nous avons affronté le dernier Gardien qui conservait en lui une haine féroce, une aigreur contre les humains et les anciennes guerres, contre la mort provoquée sans cesse sur les champs de bataille en plus de la destruction de la forêt. Et nous sommes tous encore vivant. J'estime avoir oeuvré comme je l'avais promis. Cependant je ne peux accepter que vous restiez là, au milieu d'une zone qui a subit tant de troubles. Etes-vous sur de vouloir rester ici?"

Nakor savait que d'une manière ou d'une autre, Loethwil était devenu le gardien principal de la forêt d'Aduram. Il allait donc y rester pour oeuvrer comme il fallait qu'un Gardien le fasse. Il n'était donc pas vraiment question de faire un grand banquet pour s'autoféliciter tous puis se dire au revoir amicalement. Enfin, le Magistère trouva du regard ce qu'il cherchait, son étoffe ancienne, là, à même le sol. Il claudiqua, aidé de son bâton, jusqu'à l'étoffe et fut surpris de voir différents petits animaux vociférer à son égard avant de fuir comme s'il venait de voir la mort en personne. Ce fut encore un hoquet de surprise. Il ramassa alors ce qui lui servait de tapis volant et dit tout haut

"J'ai encore assez de force pour transporter quelques personnes aux abords de la lisière de la forêt et retourner au campement du seigneur Hereon. Que fait-on mes amis?"

Nakor était là, sincère dans sa proposition, mais une partie de son esprit encore en train de réfléchir au symbole sur son torse, ce qu'il pensait que c'était, ce qu'elle avait comme influence et testa doucement dans son coin sa propre magie. Le tapis volant se souleva du sol et son contrôle des éléments n'était pas atteint. Il restait bien l'archimage Nakor et souffla comme déjà un peu soulagé!


Dernière édition par Nakor le Lun 4 Fév 2019 - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 385
Âge : 40
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeLun 4 Fév 2019 - 19:46

Une poussée, un vol plané au travers de la canopée, un choc sourd, et… le néant. Un néant tout sauf reposant. Un néant sous forme de menaces et d'imprécations de la part du Prime Dragon, mécontent de tout ceux qu'il a tué pour lui. La quantité y est certe, mais il n'y a aucune qualité dans les proies offertes. Aucunes âmes à soumettre, dévorer ou détruire.

La voix dans sa tête qui se nomme Zhak'Bar est mécontent et, dans son inconscience, Dante souffre…  

Dante ... Dante ... Dante, revenez à vous. C'est Nakor ... calmez vous, calme ... là ... le combat est terminé mon garçon. Vous pensez pouvoir vous relever?


Se calmer? de quoi se calmer? Dante se sent… palpé… Tourné, ou tourné et palpé. Aussi grogne t'il et ouvre les yeux pour voir… deux Nakor? Déjà que un c'était presque trop… AH, mais non, il est seul. Il essaie de se dégager, mais une de ses épaules ne veut pas bouger. à la brûlure, Dante soupçonne fortement une dislocation. L'oeil marron qui finit de se focaliser sur Nakor est terne d'épuisement. Le vert semble avoir la couleur des brumes irlandaises. Un vertige le prend. Dans un soupir, il se laisse retomber au sol, vanné.

Donne moi deux minutes…



Le souffle court, Dante regarde autour de lui, au sol, à quelques pas, sa belle dague Naelisienne luit doucement sous la lumière du jour. Un peu plus loin, une dague inconnue, qu'il se rappelle vaguement avoir ramassé dans un ventre humain quelque part pour l'enfoncer dans la gorge de l'ennemi. Dante sourit, content. Si Zhak'Bar est mécontent, sans nul doute que toute cette souffrance a plu à Kiel. Grognant sourdement, avec un bel effort, l'assassin se remet sur ses genoux, luttant pour ne pas crier sous la douleur qui lui martyrise le dos. Probablement qu'il a recu un coup de souche ou de branche lors de son envolée. Aussi se dirige t'il carrément à quatre pattes vers ses armes qu'il ramasse avec révérence. Un don… quel humain peut se vanter d'avoir une dague elfique? L'assassin admire la finelle, le finit et l'argentée de la lame. Il la nommera Silencieuse.

J'ai encore assez de force pour transporter quelques personnes aux abords de la lisière de la forêt et retourner au campement du seigneur Hereon. Que fait-on mes amis?

Sur ses genoux, plein de sang dont la majorité n'est pas le sien, Dante tourne la tête de côté et fixe Loethwil dans les yeux. Ses prunelles dichotomiques notant l'évolution, la transformation et les changements chez Loethwil. Il n'y a plus d'elfe, il n'y a que le gardien.. Feu, air, terre et eau entremêlés et dansant joyeusement ensemble.   Pour l'humain, ni l'un ni l'autre n'a choisi son destin. Même si les dieux qui les ont choisis sont opposés, le principe reste le même. La Bête de Zhak'Bar baisse brièvement les yeux en signe de reconnaissance de l'être qu'il voit maintenant et de sa charge.

On débarasse…

Dit simplement Dante de sa voix grave, rendue légèrement rauque d'avoir trop hurlé durant le combat pour donner du coeur au ventre à ses alliés.

Il a un boulot à faire maintenant et ça ne nous concerne pas.


Dante essaye de se lever, mais la chute doit l'avoir blessé. Une douleur sourde dans le bas du dos l'empêche de se lever seul, aussi reste il à genoux.
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252
Nehril
Sang-mêlé
Nehril

Nombre de messages : 178
Âge : 124
Date d'inscription : 08/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeVen 8 Fév 2019 - 12:06

Le calme s’abat subitement sur les marécages, comme le gong retentissant d'un marteau qui se fracasse sur son enclume. Le groupe se réunit distraitement, leur regard s'effleure mais ne s'attarde guère. La lassitude les enserre dans son étau grisâtre, les enjoignant à s'activer pour ne pas songer aux horreurs auxquels ils ont assisté. Les affres du combat ont laissé place à une mélancolie silencieuse. Leur esprit reste aiguisé mais leurs sens s'émoussent sous le harassement.  La fin d'un long voyage. Le point de départ d'un autre.

Nehril jeta un regard en direction du vieux magicien, du roi et du mercenaire fou. Ses membres tremblaient tant par la fatigue que par la frustration de laisser un compagnon en arrière. Il savait bien que Loethwil appartenait désormais à la forêt, que leur confrontation face aux Gardiens l'avait changé, qu'il devait dès lors aller au bout de sa mission. Mais cela le répugnait. Lui donner l'impression d'avoir abandonner avant même d'avoir essayé.

- Nous allons réussir à tous tenir sur votre tapis Nakor ? lança le mercenaire d'une voix calme et posé qui contrastait avec les rictus haineux qui traversait furtivement son visage. Je me passerais bien de revivre notre folle envolée de tout à l'heure, mais si c'est le moyen le plus simple de rejoindre le campement...

Il fit quelques pas hésitant en direction de Dante, ne sachant comment l'aborder après l'avoir vu perdre la raison. L'homme lui était toujours aussi étranger qu'à ses débuts au sein de leur compagnie, mais il ne pouvait se résoudre à laisser le silence s'installait entre eux, probablement dû à l'aventure similaire qu'ils avaient tout deux partagés.  

- Cramponnez-vous Dante, lâcha Nehril avec un mince sourire qui se voulait amical, si nous rentrons en un seul morceau, cela vous fera une bonne histoire à partager au coin du feu durant vos vieux jours.

Hochant ensuite la tête à leur idée de reprendre la route aussitôt, Nehril s'approcha une dernière fois du grand elfe silencieux qui embrassait la forêt de son regard lumineux.

- Bonne chance à toi Loethwil.
Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
Glenn Hereon

Nombre de messages : 626
Âge : 23
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeDim 10 Fév 2019 - 15:00


Son bouclier était brisé et la lame de son épée fendue quand Glenn contempla l’effondrement de la créature contre laquelle ses compagnons venaient de lutter. Fort heureusement pour lui, il avait trouvé une aide providentielle en la présence du mercenaire demi-elfe, avec qui ils étaient rapidement parvenus à créer une synergie  dans leur manière de combattre. Exténué par ce combat d’une rare intensité contre les spectres, le roi de Naelis profita d’un large rocher pour s’asseoir, où plutôt s’affaler, au sol. Des journées à marcher, à combattre des entités qui nous dépassent, dans un lieu qui m’a vu mourir… Cet affrontement, écho d’une lointaine bataille, lui rappelait l’enfer dans lequel il avait erré pendant plusieurs mois, à lutter contre les morts, avant qu’Altiom ne le trouve pour le soustraire à Tyra. C’est alors que lui revint en mémoire la déchéance de son ami ainsi que les propres maux qui l’accablait et ce qui avait constitué l’une de ses raisons à s’engager dans cette quête. Tandis que Loethwil leur faisait ses adieux, Glenn se releva tant bien que mal et l’interpella :

- Loethwil ! Nous avons tenu nos engagements, à vous de tenir les vôtres. Vous aviez promis de me conduire en Aléandir, il en va de me survie. »

Glenn avait personnellement participé à cette quête pour prouver son engagement auprès du peuple elfique et mériter son entrée dans la cité elfique. Au demeurant, l’apaisement de l’Aduram, en tant que voisin tumultueux, concernait Naelis au plus haut point. Il était fier d’avoir versé son sang pour sécuriser les frontières de son royaume.

Tourmenté par ses propres démons, Glenn ne prêta pas plus d’attentions au supplice de Dante et à ce qui avait frappé le magicien Nakor. Il ne réagit que quand ce dernier leur proposa de quitter les lieux. Le mage avait raison, quel que fut l’endroit, il était temps pour eux de rejoindre la civilisation.

- Nous sommes peut être plus prêt du territoire elfique. Peut être que certains d’entre vous souhaiterez m’accompagner chez les elfes ? Je ne vous en voudrez pas si vous refusez, auquel cas le campement de mes chevaliers est le point de départ le plus sûr pour rejoindre l’Ithri’Vaan. »

Il s’aperçut alors que Dante venait de flancher. A la surprise de tous, l’homme s’était battu comme un démon. Qui est-il vraiment ? Instinctivement, Glenn, qui se trouvait être le plus proche, s’approcha de lui pour l’aider à la relever.

- Tu dois être blessé, laisse moi voir ça. »

Glenn posa délicatement sa main contre le dos de Dante. S’il y avait une plaie, sa main gantée ne manquera pas de s’imbiber du sang de l’archer.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1582
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitimeLun 11 Fév 2019 - 21:07

D'un geste sec, le vieux magicien étendit son étoffe sur le sol droit devant lui. Il soupira longuement, les yeux fermés. Il avait vécu cela de nombreuses fois, mais ne s'y était jamais fait et ne s'y ferait sans doute jamais : voilà venu le temps de se dire adieu. Loethwil était là, terriblement décidé à couper net des ponts qui avaient été durement construits. Il y avait une forme d'absolue assez surprenante, irrémédiable, qui faisait presque froid dans le dos. Le rôle de Gardien de la forêt rendait il si fortement hermétique aux sentiments personnels? N'avaient-ils pas tous gagné la confiance de l'elfe par leur présence, leur aide, leur sacrifice de chaque instant? Nakor tournait le dos à Dante quand il s'installa lourdement en tailleur à l'avant de son tapis. Il entendit d'abord Dante, puis Nehril et enfin Glenn prendre la parole dans le silence assourdissant d'un Loethwil prostré. Etonnamment, c'est le guerrier, serviteur du terrible Zhak'Bar qui semblait le plus à même de comprendre la situation. Ainsi, c'était au tour de l'archimage humain de prendre la parole. Il fallait bien que quelqu'un se décide pour tout le reste en prenant en compte réellement tous les événements actuels et l'état de ses camarades. C'est avec les yeux perçants de son habitude qu'il toisait le dos de Loethwil en disant tout haut

"Il semble qu'ici, plusieurs d'entres nous aient fait leur choix. Loethwil ne peut partir. Dante ne sera pas soigné chez les elfes. Il faut le ramener en Ithri'Vaan ... le choc a été plus violent que je ne l'ai voulu mais dans la précipitation, j'ai dû éloigner de ce Gardien déchaîné toutes les formes existantes de haine et de férocité. Il n'y a rien de cassé ... sinon il ne parlerait pas croyez moi. C'est un homme solide pour sur! Cependant le choc a sans doute comprimé certains muscles et nerfs de son dos. Il va lui falloir beaucoup de repos et surtout ... dormir sur le ventre!"

Et Nakor se mit à rire doucement dans son coin. Pourquoi Dante ne se ferait pas soigner chez les sylvains, ça, il le garda pour lui. Il ne dirait pas que c'était sans doute un fanatique meurtrier, au service du dieu drow de la destruction, un horrible et puissant dragon! Non, il gardait cette information secrète mais avait dit cela avec beaucoup d'aplomb.

"Vous l'appuierez contre mon propre dos. Il y aura alors assez de place pour deux personnes, debout derrière Dante. Nehril mon ami, à vous de voir si vous souhaitez aller chez le peuple sylvain ou si vous préférez d'abord prendre un peu de recul sur toute cette histoire."

Et c'est toujours, sans se tourner, sans bouger, assis tranquillement les jambes croisées sur son tapis, qu'il s'adressa à Glenn, le regard toujours sur son ami archimage elfe.

"Monseigneur, vous êtes le roi de Naelis, vous ne pouvez pas vous présenter dans cet état auprès du roi des elfes et de son conseil. Chez le peuple immortel, la notion de temps n'est pas la même. Venir dans l'immédiat est presque une erreur politique. Il faut du temps pour que les événements qui viennent de se produire aillent jusqu'en Alëandir, qu'ils imprègnent les elfes de leur fait, de l'évolution que cela entraîne et qu'ils l'acceptent. C'est donc en grand seigneur, ami des elfes que vous devrez vous présenter, avec une petite délégation et avec l'autorisation du roi ... pas ainsi, pas dans cet état, ce serait trop précipité. Je vous enjoins à la raison mon ami. Venez avec nous."

Et après un silence un peu pesant, Nakor lança alors

"Loethwil, quand à vous ... prenez soin de vous, je vous en supplie. Notre combat ces trente derniers jours l'a montré. Le rôle de Gardien de la forêt est un lourd fardeau, qui peut s'allonger sur des cycles et des cycles. Eloigné de tout, coupé de vos anciens liens, vous prenez le risque de devenir comme eux, abusé par des images qui ne doivent jamais vous faire oublier que des gens comme nous existent Loethwil, des amis, issus de différentes races, capable de véritablement s'unir pour faire avancer une même cause. Que la paix règne sur votre coeur et je l'espère ... à notre prochaine rencontre."

Il y avait de la tristesse dans la voix de Nakor, comme si c'était leur dernière rencontre. Etrange sentiment qui étreignait là son vieux coeur d'humain fatigué. Alors, sans attendre plus longtemps, ses deux mains claquèrent l'une contre l'autre, paume bien ouverte et réunissant son pouvoir, il souleva son tapis du sol, qui se tendit, bien droit, solide, résistant. Et il attendit là, à trente centimètres du sol, que ses compagnons le rejoignent pour s'envoler de cette forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final Empty
MessageSujet: Re: [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final   [ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Le Cœur de l'Aduram ] L'Affrontement Final
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Affrontement(s) au Wizzardstadium ! [Juliet & Pilli]
» Petit affrontement Elfes vs Gobelins.
» Soleil, sable, et affrontement [PV Zechs, Shiro, Axel]
» Un affrontement hors du commun ♪ Les hommes contre les nains !
» Patte sanglante, amie de votre terreur, ennemie de votre affrontement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: