Partagez
 

 Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran

Aller en bas 
AuteurMessage
La Grise
Admin
Admin
La Grise

Nombre de messages : 283
Âge : 29
Date d'inscription : 02/03/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 47 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeDim 24 Mar 2019 - 0:35


1ère ennéade de Karfias de l'an 16:XI
Non loin de la frontière avec l'Anaëh

Avec la même régularité que le pas de son cheval, le crâne de la Grise la lançait encore. Souvenir de sa déconfiture en échappant à ses anciens compagnons quelque peu remontés, la bosse à l'arrière de son crâne tardait à se faire oublier. Les grommèlements de la demi-drow avaient du rapidement prendre fin, alors  que la complexité de sa situation s'était faite davantage sentir : isolée, sans la couverture des mercenaires, sans beaucoup de possessions, sur un territoire dont la population, du plus ancien des vieillards au nouveau-né sortant de sa mère, se ferait sans doute un plaisir de l'éventrer comme un goret. Une perspective qui ne l'avait jamais tenté, à vrai dire. C'est pourquoi elle se faufilait sur le territoire péninsulaire avec le plus de précautions possibles.

Se cachant le jour, se déplaçant à la faveur de la lune et des étoiles, évitant d'allumer des feux et évitant tout village ou signe d'activité humaine. Sa gueule ne leur revenait pas ? Parfait, elle se tiendrait loin des leurs autant que possible, et tout le monde serait content ! En attendant, elle se nourrissait de racines, de baies, et autre maigre pitance qu'elle trouvait sur son chemin. Pas de quoi lui remplir véritablement la panse mais la vagabonde chronique que la Grise était s'en accommodait. Même si cela faisait plusieurs années qu'elle n'avait pas eu à le faire à ce point. Des années parmi les mercenaires... La fin d'un époque. Bah, elle en verrait d'autres.

Ce jour-la fut pareil au précédent, si ce n'est que sa route manqua croiser celles de paysans. Réalisant la chose à temps, elle retint Casse-Crâne et se tint coi, hors de vue, le temps qu'ils passent... Non sans saisir quelques murmures inquiets. Murmures qui ne lui plurent guère. Qui causaient d'invasion drow, d'éclaireur en maraude... Vrai ou faux, cela ne l'arrangeait en rien. D'autant que la demi-sombre se demandait si les guss sous le nez desquels elle avait du filer à toute vitesse quelques jours auparavant n'y étaient pas pour quelque chose. Enfin, elle n'allait pas poser la question à ceux qui s'éloignaient sur le sentier. Levant les yeux vers les étoiles, elle s'en servit pour partir vers l'est. Cela lui semblait le plus droit chemin hors des terres humaines.

Ainsi fit-elle marcher Casse-Crâne toute la nuit. Dodelinant occasionnellement de la tête, ne dédaignant jamais la moindre plante prometteuse pour elle comme sa monture, se gardant des chemins, elle continuait d'avancer... Obstinément... Paupières lourdes... Quand ces dernières se relevèrent, l'obscurité nocturne s'était teintée de nuances plus chaudes. Et, aux alentours, c'étaient bien des humains qu'il lui semblaient apercevoir au loin. Ah. Combien de temps qu'j'ai pioncé... ? Tapotant l'encolure de sa monture - Casse-Crâne était son nom, en souvenir de la bosse qu'il lui avait offerte, dans leur fuire -, qui mit un temps à réagir, elle reprit contrôle de la manoeuvre... Sans avoir la moindre idée de la direction prise pendant son inconscience. Plus tard. Doit trouver... Une planque. Préférant éviter d'attirer l'attention en partant brusquement au galop, la demi-sang offrit son dos aux lointains êtres, espérant qu'ils ne se soient pas trop attardés sur elle. Une planque, loin d'eux, c'est ce dont elle avait besoin.

Prenant le temps de s'éloigner, la Grise finit pourtant pas s'incliner face à la fatigue, guidant Casse-Crâne entre les arbres avec une ombre de satisfaction. Fermer les yeux plus longtemps... Cacher. Faut qu'on se cache d'abord. Cacher... Avançant au hasard entre les arbres, elle mit pied une fois suffisamment loin de l'orée à son goût, profitant du nivelé du sol, espérant ainsi dérober un peu sa monture aux regards. Accrochant les rênes à un jeune arbre, la demi-sang s’installa près de lui, se calant entre deux grosses racines. Que ce ne soit que du bois et de la terre ne changeait rien au confort de - Elle s'endormit.

_________________
Voix de la Grise : #777777
Elle parle elfique en Georgia
et péninsulaire du nord en Arial Black


Dernière édition par La Grise le Mar 20 Aoû 2019 - 1:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andran Straggen
Humain
Andran Straggen

Nombre de messages : 181
Âge : 21
Date d'inscription : 16/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans en l'An 17:XI
Niveau Magique : Non-Initié.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeDim 24 Mar 2019 - 22:43

Mon Seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois !
— La Grise
1ère ennéade de Karfias de l'an 16:XI
Non loin de la frontière avec l'Anaëh

Depuis quelques jours déjà, Andran arpentait les frontières d'Oësgard, s'assurant qu'aucun ennemi ne s'approche du Royaume sans être vu. Depuis la dernière attaque des Drows, il y a maintenant quelques années, l'Ordre du Calice tenait à ne plus se faire surprendre et envoyait ses chevaliers diriger la surveillance des frontières. Andran l'avait déjà fait en l'an IX. Pour ainsi dire, c'était assez ennuyeux, mais l'air frais de la forêt et le silence régnant était assez relaxant. Généralement, les patrouilles d'un chevalier durait entre deux et trois ennéades, avant d'être remplacé par un autre, même si la majeure partie du temps, c'est le baron d'Oësgard qui dirige ces surveillances par le biais de ses soldats.

Afin d'être plus discret et plus mobile, Andran ne s'était équipé que d'une armure de cuir, et de son épée. En dessous de cela, il portait une tunique blanche et un pantalon noir. Pour se protéger du froid, il s'était doté d'une épaisse cape bleu marine. Il avait bien entendu garder son diadème de cuivre, symbole de son appartenance à l'Ordre. Il était à pied, mais tenait les rennes de son cheval qui le suivait, sur lequel pendouillait son bouclier et son casque, ainsi que ses accessoires de campement.

Il était aux aguets, accompagné de quatre hommes d'armes eux-aussi tendus. En effet, la veille, des rumeurs circulaient parmi les paysans sur une Drow qui trainait dans les bois. Un espion ? Un éclaireur ? Toutes les pistes étaient envisageables avec les elfes noirs. Le fait est qu'après avoir eu vent de ces rumeurs, Andran avait déployé une quinzaine d'éclaireurs sur tout les bois. Mais ceux-ci étaient vastes, et trouver un ou une elfe dans cette interminable forêt est mission impossible. Alors qu'ils avançaient toujours plus profondément dans les bois, Andran s'arrêta devant un gros arbre. Un nouveau repère, c'était déjà ça. Il se tourna vers ses quatre accompagnateurs, frileux et tendus.

« Bon, rester à cinq ne nous avancera à rien. Nous allons nous séparer en deux groupes de deux. Toi et toi, vous irez par là. Vers le Sud, si je ne me trompe pas. » ordonna-t-il à deux hommes qu'il désigna en les pointant du doigt. « Les deux autres, vous irez vers le Nord Nord-Est, par conséquent. Moi, je continuerai plein Est. Allez, allez ! Aucun Drow ne doit passer ! » reprit-il d'une voix sèche et autoritaire.

Andran resta immobile jusqu'à tant d'être seul, alors que feuillage des arbres couvrait la forêt à tel point que c'est bien l'obscurité qui régnait. Une fois ses soldats hors de vue, il reprit son chemin. Il était de plus en plus tendu, à tel point que le simple bruit d'une branche d'arbre tombant par terre le fit dégainer son épée tout en se tournant vers la direction du bruit. « Détends-toi… détends-toi… » se dit-il dans sa tête en fermant les yeux. Il rengaina son épée, et avança lentement, oreille tendue au moindre bruit. Rien. Le seul son qu'il entendait, c'étaient ses pas, ou ceux de son cheval sur le feuillage mort. Cela l'irritait… avant qu'un détail ne capte son attention. Un bruit. Assez lointain, vers sa droite, mais il était sûr que ce n'était ni les arbres, ni des hommes, ni un animal forestier. Il voulait entendre ce bruit à nouveau, en vain. Sans pour autant abandonner, il se dirigea vers l'origine du bruit. C'est toujours mieux que d'attendre bêtement. Il marcha, toujours lentement, oreille à l'affût d'un nouveau bruit, quel qu'il soit.

Chaque arbre, chaque branche, chaque tas de feuilles… tout était bon pour trouver des indices. Andran n'était pas pisteur, mais il avait certaines notions, que certains de ses frères chevaliers avaient pu lui apprendre là et là ; et il put voir que certains tas de feuilles étaient enfoncés dans le sol. Le chevalier suivit ce fatras d'indices disséminés et irréguliers, sans même réfléchir à ce qu'il trouverait ou ce qui l'attendait au bout. Un bout qui ne s'avéra ni dangereux, ni fructueux. Il ne trouva plus aucun indice lui permettant de poursuivre la chasse, alors que les racines se faisaient haute et épaisse ici-bas. Pratique, si on est agile et si on veut jouer à cache-cache. Mais rien n'entravait la détermination d'Andran, qui avait connu son lot de guerres contre les Drows, celles-ci ayant eu l'occasion d'emporter plusieurs de ses amis dans l'au-delà. Il avait soif d'éviter les guerres, ou du moins de laisser le temps au Royaume de se préparer. Les arbres étaient énormes, couvrant la foret de la lumière du soleil, et chacune de leurs racines pouvaient être une cachette… ou un piège.
Le seul avantage, c'était le silence. Il se passait si peu de choses que le moindre bruit (autre que les pas du chevalier) était décisif. « C'est aussi le cas quand on est à cheval » pensa Andran, sourire carnassier aux lèvres, après avoir entendu les hennissements d'un cheval (autre que le sien qui était derrière lui, dont Andran tenait toujours les rennes). Le chevalier accéléra le pas, sans oublier de tirer sa lame, vers l'origine des gémissements de la bête, qui était peut être même à l'origine des bruits qu'il avait entendu auparavant. Après une bonne minute de marche, il trouva le cheval qui faisait trop de bruit pour couvrir son maître. Andran lâcha la bride de son destrier et s'exécuta d'examiner chaque racine, puis, finalement, trouva la, caché sous des racines, quelqu'un en train… de dormir ?

Cela lui laissait le temps de voir qui c'était. Une femme qui ressemblait fort à une elfe noire mais avec une couleur de peau pour le moins étonnante. Un noir qui rappelait bien les drows, mais avec une clarté dans son teint qui faisait référence aux elfes "normaux"… ou aux humains du Royaume, d'ailleurs. Andran ne voyait pas si elle avait des armes, et ne tenait pas à la réveiller en douceur pour le savoir. Même si assassiner les gens dans leur sommeil était contraire à son serment, le chevalier devait faire au mieux pour effrayer l'intruse, et qui sait, pour la dominer.
De sa main gauche, il attrapa la femme par le col, la traîna hors de sa cachette vers un gros arbre pour violemment l'y plaquer par le thorax. Épée empoignée par la main droite, il plaça la lame sur la gorge de cette curieuse femme.

« Tu ne serais pas un peu loin de chez toi ? Je crois bien que les noirs elfes ne sont pas les bienvenue ici ! » lâcha-t-il d'une voix haineuse. « Mais comme à tous, je vais te laisser le Choix : parles ou meurs. » continua-t-il, dans sa langue du Nord, sans même se demander si son interlocutrice le comprenait. « Vous avez encore prévu de nous envahir ? Quand ?! » tonna-t-il en serrant d'avantage le thorax de son "otage".
Revenir en haut Aller en bas
La Grise
Admin
Admin
La Grise

Nombre de messages : 283
Âge : 29
Date d'inscription : 02/03/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 47 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeDim 24 Mar 2019 - 23:31


Arrachée au sommeil, la demi-drow revint à la réalité tandis qu'on la soulevait, avant qu'un tronc ne se précipite contre son dos. Ou... L'inverse ? Puis une sensation de froid se posa sur sa gorge. Papillonnant de ses yeux noirs et encore grandement brumeux, la belle endormie grimaça alors qu'un parfait inconnu lui grognait au visage.

"Non mais j'te payerai, Bolto, t'en fais pas... J'te dis que... Hein ? De quoi ? Envahir quoi ? Hein ?" répondit-elle au hasard, encore égarée dans son rêve, avant de réaliser que le guss parlait un autre langage que l'oliyan.

Mais... Merde attend... J'suis où... Ah ! Jetant des regards confus de droite et de gauche, les éléments se remirent en place dans dans l'esprit fatigué de la Grise. Le cheval qu'elle avait chipé dans sa fuite... La dernière halte... Et le gars qui la regardait comme si elle avait poussé son ancêtre dans les orties avait une bonne gueule d'humain du coin. Avec de jolies protections de cuir. Quoique le bijou sur le front était... La secouant, l'inconnu sembla exiger des réponses. S'étant accrochée par réflexe à la poigne qui la tenait, la demi-drow leva les mains en geste d'apaisement.

"Ja... Jé... Attra... Merde ! grommela-t-elle tâchant de retrouver le parler péninsulaire. Je... Attendez. J'envahis rien, doigt - euh, moi ! Je veux dire. J'envahis rien. Pardon pour le parler mais... 'Vec le réveil, cela n'aide pas. Hmmm... Je.. Ah ! Oui ! Je ne suis pas une drow, hein ! Je ne suis pas une ennemie !"

Voilà c'qui arrive quand j'ai plus de couverture... Crétin' de merco'... Sous la poigne dure qui la tenait sans douceur, la demi-drow devinait déjà qu'elle aurait un joli bleu au niveau du sternum. De plus, elle avait une jambe toute engourdie de... S'être endormie sur le long couteau qu'elle avait à la hanche, seule arme qu'elle avait récupérer dans les sacoches de sa nouvelle monture. Et elle va m'rester aux hanches cette lame. Lui, la sienne est bien placée, donc on va rester sage... Té té té, un brin nerveux... Son visage se crispa quand elle sentit la lame se presser davantage dans sa gorge... Si elle était aussi affutée qu'elle le sentait, le sang n'était plus très loin.

"Je.. J'veux bien parler moi... dit-elle avec précautions, ses pieds tâchant de prendre appuis sur les racines enroulées au pied de l'arbre, des 'fourmis' lui grignotant la jambe engourdie. Mais si vous m'faites un deuxième sourire... J'vais avoir du mal..."

_________________
Voix de la Grise : #777777
Elle parle elfique en Georgia
et péninsulaire du nord en Arial Black


Dernière édition par La Grise le Ven 12 Avr 2019 - 9:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andran Straggen
Humain
Andran Straggen

Nombre de messages : 181
Âge : 21
Date d'inscription : 16/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans en l'An 17:XI
Niveau Magique : Non-Initié.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeLun 25 Mar 2019 - 17:43

« Quoi ? » s'étonna Andran, qui avait desserré la poigne sur le col de sa prisonnière, dont il ne comprenait pas un traître mot. Cela dit, ce qui l'étonna le plus, c'est que son accent ne ressemblait pas aux Drows qu'il a pu entendre par le passé… même si c'était en temps de guerre. Mais elle avait encore le visage embrumé dans la fatigue, ce qui se comprenait vu le réveil que lui a offert le chevalier, qui avait toujours le regard et le visage glacial et chargé de haine.

Ce n'est qu'après que le chevalier se rendit compte qu'il avait parlé dans une langue que la demie-elfe ne maîtrise pas forcément. Pourtant, balbutiant quelques mots pour se faire comprendre, c'est bien dans le parler du Nord qu'elle lui répond. Une réponse qui le surprit, tant par le fait qu'elle se dit ne pas être une drow que du fait qu'elle parlait la même langue que lui. Suspicieux, le chevalier fronça les sourcils et plissa les yeux, fixant les yeux noirs de la femme. Sur le moment, il ne répondit rien, mais, avec un peu plus de lumière et en analysant plus finement ses traits, il est vrai que son interlocutrice épuisée n'avait pas la peau aussi foncée que les infâmes habitants du Puy d'Elda.
L'autre détail qui allait dans ce sens, c'est qu'elle ne tenait ni à mourir, ni à le provoquer. Du peu qu'il connait des Drows, le chevalier est à peu près sûr qu'un noirelfe serait prêt à mourir pour enterrer ce qu'il sait avec lui. Ces gens-là étaient prêts à tout pour servir leurs maîtres. La loyauté irrationnelle, c'est bien la seule chose que le chevalier a en commun avec ses ennemis. Ou alors, cette femme était une grande fidèle d'Arcam et une comédienne de talent. « Pfeuh… manquerait plus que ça. » pensa-t-il, évidemment certain que cette hypothèse était largement improbable.
Andran sentait qu'il avait l'avantage, mais, force est d'admettre qu'il s'attendait à autre chose qu'un « je ne suis pas une drow » et un « j'veux bien parler, moi », tout ça dit dans sa langue natale. Le chevalier serra les dents, partagé entre la curiosité et l'anxiété. Toute erreur lui serait fatale, et qui plus est mettrait en danger tout le royaume si elle était bien une espionne drow. Et dans le cas où elle n'en était pas un… eh bien, si elle est rancunière, elle aurait dans l'idée de se défendre et de l'attaquer s'il baisse sa garde. Sinon, elle pensera que le chevalier est un fou, paranoïaque et agressif, pour peu que ses opinions valent quelque chose aux yeux d'Andran ou de qui que ce soit.
Mais, espionne ou pas espionne, Andran n'était pas très friand à l'idée de lui trancher la gorge de sang-froid. Il n'était pas comme ça, et cela allait à l'encontre de son devoir, de son serment, et ce encore plus si elle était innocente. Nerveux, il finit par lâcher un demi-sourire. Un demi-sourire comme ceux que lâchent les tortionnaires qui prennent plaisir à faire souffrir leurs prisonniers.

« Tu veux parler ? Voilà qui est parfait. » dit-il d'un ton un peu sarcastique. « Tu veux parler, et j'ai des questions. » reprit-il, d'une voix plus normale, quoique légèrement enrouée. Il effaça son sourire et se racla la gorge. Sans pour autant rengainer son épée, il l'éloigna de quelques centimètres de la gorge de la demie-drow, prenant la peine d'essuyer quelques gouttes de sang qui s'échappait de son cou avec son avant-bras. « Je voulais simplement la faire peur, mais j'y suis peut être allé un peu fort. Je n'ai plus qu'à espérer que son sternum ne soit renfoncé sur ses poumons après mon plaquage sur l'arbre. » Mais, pour cette fois, il préféra ne pas en savoir plus, le but étant de garder l'avantage par la peur, même si, il devait l'admettre, il avait un peu de mal à garder cette aura là. Andran n'a jamais été un homme coléreux ou même coléreux.

« Qu'est-ce que tu es, sinon une Drow ? » demanda finalement le chevalier. « Et comment est-ce possible que tu parles ma langue ? » continua-t-il sans attendre une réponse à l'autre question. Il avait enchaîné les questions sans attendre, avec un ton toujours plus dans la froideur et la fermeté au fur et à mesure qu'il l'interrogeait. Il enchaîna encore, avec ces questions qui captaient toute l'attention de son esprit. « Et bon sang, qu'est-ce que tu fais dans ces bois si ce n'est pour espionner le Royaume ?! Tu n'es pas au jus des tensions, dans cette région ? Ou alors tu n'es rien d'autre qu'une espionne pas très douée ? » Dans le même temps, le chevalier avait complètement et brusquement lâché la femme, s'éloigna de quelques pas de cette dernière en lui pointant son épée sur la poitrine cette fois-ci.
« Et si tu n'es pas là au nom des Drows, comme tu sembles le sous-entendre, qu'est-ce que tu fais dans les bois les plus surveillés du Royaume ? »
reprit-il, d'une voix moins froide et menaçante, sans pour autant s'être détendu le visage.
Revenir en haut Aller en bas
La Grise
Admin
Admin
La Grise

Nombre de messages : 283
Âge : 29
Date d'inscription : 02/03/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 47 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeLun 25 Mar 2019 - 20:08


Itch... ! Agréablement surprise de sentir la lame lui laissait ne cuir tranquille, la demi-sombre n'en sursauta pas moins d'une surprise douloureuse quand le gars lui racla la gorge, du cuir de son avant-bras. Pouvant enfin s'appuyer correctement sur ses pieds, la Grise en profita pour se masser la gorge et vérifier la profondeur de la coupure - trois fois rien - tandis que l'inconnu posait question sur question. Son soulagement fut de courte durée quand il la menaça derechef de sa lame.

Tout en se frottant le sternum, à la faveur des pans larges de sa chemise - qu'elle laissait souvent entre-ouverte, pas comme s'il y avait grand chose à cacher -, que ne tenait plus la poigne de l'humain, la demi-sang résista à l'envie de lui tirer la langue. C'était toujours lui qui avait la plus longue, et bien en main, donc tout comportement n'encourant pas la discussion était à éviter. En tout cas, elle eut apprécier qu'il se décide : était-ce un interrogatoire ou un sermon ? A p Dans tous les cas, il employait parfois des tournures un peu complexes. C'est qu'elle avait appris à parler le péninsulaire avec des grouillots, donc son joli phrasé... Bon, en se concentrant, elle parvenait à saisir les mots importants, plus ou moins aidée par son emphase colérique. Une fois la dernière question posée, la Grise attendit un instant... Par précaution...

"...C'est bon ? J'peux répondre ? fit-elle, sans parvenir totalement à cacher des intonations bougonnes. Au cas où, elle garda les mains bien en vue. Alors... J'suis une sang-mêlée. Donc y a p'tète un peu d'drow d'dans. Ce qui n'était pas complètement vrai. Et si j'cause comme toi, c'est qu'j'ai cotoyé des gars qui parlaient comme ça. Pour écouter leur histoire, c'mieux d'parler leur langue, t'vois ?"

Ayant fini de vérifier qu'il ne l'avait pas plus amochée que cela, la demi-sang se permit de... Bailler. Elle ne se rappelait plus bien depuis combien de jours elles tâchaient de quitter ces saletés de terres, en jouant à cache-cache avec les habitants, dans tous les cas cela l'avait quelque peu fatiguée. Son sommeil n'était pas le plus paisible du monde, et visiblement, il lui était tombée dessus alors qu'elle dormait depuis peu. De plus, qu'il ne l'ait pas éventrée aussitôt la faisait hésité quant à savoir si elle devait se méfier de lui ou s'il était un "bon gars". Un bon gars qui n'appréciait visiblement pas les drows - ce à quoi la demi-sang était habituée, depuis le temps -, mais potentiellement un bon gars quand même. Qui ne la mettait pas sur le qui-vive.
Et Casse-Crâne hennit doucement dans son dos. T'aurait pu m'prévenir. Faux frère.

"Aaaah... Hmmm... S'cuzez. J'disais ? Elle se frotta un œil. Alors... J'envahis pas, et j'espionne pas non plu. Pour c'que j'sais des drows, les mauvais chez eux vivent pas vieux. Et c'est très simple : j'étais avec des mercenaires qui cherchaient un seigneur auprès de qui se vendre. Y a eu... Une dispute, on va dire. Et j'ai préféré m'tailler vite fait. Vos affaires, j'suis pas trop au courant. J'étais juste bien dans l'groupe, avec une paye et d'quoi grailler. Comme quoi, j'avais pas prévu d'me r'trouver avec ma seule gueule comme porte-étendard. Par ici, c'pas un bon plan. Un sourire navré disant 'QUe voulez vous, quand on a ma gueule' sur son faciès lisse et gris, la demi-sang préféra enchainer, avant d'essuyer une autre salve de questions. Du coup, j'cherche juste à r'tourner en Ithri'Vaan, vu qu'j'risque moins d'me faire planter à tout va. Et toi, t'gardes ces bois, j'imagine ?"

La dernière question avait été dite sur le même ton de discussion à peine contrainte, malgré la goutte de sueur que la Grise sentit glisser dans sa nuque. Couteau à la hanche ou pas, avec son arme à lui et son manque de protection à elle, l'humain pouvait l'écharper comme il lui plaisait si ce qu'elle lui disait n'était pas à son goût.

_________________
Voix de la Grise : #777777
Elle parle elfique en Georgia
et péninsulaire du nord en Arial Black


Dernière édition par La Grise le Ven 12 Avr 2019 - 9:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andran Straggen
Humain
Andran Straggen

Nombre de messages : 181
Âge : 21
Date d'inscription : 16/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans en l'An 17:XI
Niveau Magique : Non-Initié.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeMar 26 Mar 2019 - 20:44

Andran avait gardé sa lame pointée sur la poitrine de la peau grise, qui d'abord s'assura de ne pas être gravement blessée, et qui finit par lui répondre. Je crois qu'elle n'a rien se dit-il (l'espérait-t-il aussi), alors qu'elle essayait difficilement de lui parler dans la langue du Nord, qu'elle ne maîtrisait pas complètement. Cela le faisait glousser discrètement.
Une sang-mêlée drow ? Ça existe vraiment ? Au moins, cela explique sa couleur de peau. en conclut en Andran dans ses pensées, trop souvent sollicitées en ce moment. Même si cela n'expliquait pas comment elle avait pu apprendre la langue du Nord, alors que les Drows devaient être encore plus détestés que n'importe qui d'autre sur ces terres déjà fort bien haineuses envers les étrangers. Même la thèse des mercenaires semblait improbable : un groupe qui voulait se vendre à un seigneur du Nord prendrait-il le risque d'emmener une drow avec lui ? Peut-être est-ce pour cela qu'ils se sont "disputés" ? Ou peut être que tout le monde n'est pas aussi méfiant envers les eldéens, ou ceux qui y ressemblent de près ou de loin, que ne l'est Andran ? En y pensant, ce dernier ne portait pas plus les mercenaires dans son cœur. Lui-même chevalier, il est difficile d'apprécier ceux qui se battent pour l'argent plutôt que pour les idéaux religieux ou moraux pour lesquels un chevalier dédie sa vie.

Pensées à part, un instant de léger silence s'installa. Se palpant le thorax que le chevalier avait violemment attaqué à plusieurs reprises, la sang-mêlée se mit à bailler. Un détail auquel Andran n'avait pas fait attention : sa captive était complètement épuisée, et, regardant le cheval qu'elle avait à disposition et qui avait attiré le chevalier ici-même, ce dernier supposa qu'elle n'avait probablement rien trouvé d'autre que cette racine pour se couvrir la nuit. Cela pouvait expliquer pourquoi elle n'a pas pensé, sur le moment, qu'elle se jetait dans la gueule d'un bataillon d'éclaireurs déployé sur toutes les forêts d'Oësgard.
Le sourire de la demie-drow surprit Andran. De l'insolence ? De l'audace ? J'en connais qui ont été puni pour moins que ça… se dit-il, en repensant à des évènements de sa jeunesse durant laquelle il se montrait parfois insolent. Finalement, il aimait presque ça, et ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en coin en retour. Même si sa jeunesse n'a pas toujours été facile, ces souvenirs lui faisaient du bien. Mais l'audace de cette femme ne s'arrêta pas en si bon chemin quand elle osa le questionner. On en oublierait presque qu'elle est censée être mon otage avec une telle audace… Mais si c'était réellement mon otage, je pense que je lui aurais fracturé les côtes et marqué la gueule au fer rouge ? se lassa le chevalier, qui pourtant gardait toujours son bras tendu, arme au poing pointée vers la sang-mêlée. Même s'il est maintenant quasiment certain qu'elle n'était pas une espionne, il hésitait encore à lui faire confiance. D'un autre côté, tout épuisée qu'elle était, le chevalier ne l'imaginait pas l'attaquer inconsciemment, sauf si elle cachait bien d'autres talents. Mais à quoi bon se battre ? La seule chose qu'elle pouvait craindre était qu'il lui tranche la gorge, mais lui-même n'avait plus aucun intérêt à faire cela. Il continuait de garder le silence, fixant les yeux noirs de sa captive.

« En Ithri'Vaan ? » finit-il par demander. En y réfléchissant, cela lui semblait assez "logique". Il est vrai que ce n'est pas là-bas qu'elle se ferait trancher la gorge pour sa couleur de peau. Enfin, c'est probablement vite dit, même si les us et coutumes de cette région lui échappait. Mais cela rappela Andran que depuis que le cheval de la Grise l'a alerté, il n'avait pris aucun repère en venant jusqu'ici. Donc si elle veut un guide, il ne sera pas le meilleur en la matière. On va bien rire, quand on devra se réorienter dans cette forêt. qu'il ne put s'empêcher de penser, avec un sourire nerveux. « Avec ce que vous trimballez-là, c'est un miracle si vous sortez de la forêt vivante. Ces bois sont vastes et on s'y perd rapidement. » continua-t-il en désignant le canasson de son interlocutrice, alors que sa voix trahissait sa propre crainte de s'être égaré dans le bois. « Et je ne parle pas des loups… » ajouta-t-il, avec un petit sourire narquois, comme s'il disait ça à une enfant dans le seul but de lui faire peur.
« Et, pour répondre à ta question… » Il soupira. Ce n'était ni faux, ni totalement exact. À une ou deux ennéades près, et cette pauvre mercenaire aurait été empalée, ou assassinée dans son sommeil par l'un de ses frères chevaliers sans rien demander. Une prêtresse me dirait que c'est normal de montrer de la miséricorde, tandis que le grand maître m'ordonnerait sûrement de l'exécuter sans vergogne, pour être sûr. Il soupira à nouveau plus longuement, douteux. Je demande ce que diraient les autres s'ils apprenaient que je discute avec une Demie-Drow. Je suis sûr qu'ils ne me croiraient même pas, ou tout du moins ils me demanderaient comment j'ai mis fin à ses jours, comment si c'était normal d'empaler tout ce qui bouge.
« Bah ! » lâcha-t-il subitement après un instant de silence pour chasser ses pensées. Il avait, dans le même temps, secoué la tête, et un peu agité son bras, manquant de couper le menton de la demie-drow. « Pardon. » s'excusa-t-il immédiatement. Paradoxal, lui qui ne s'était pas inquiété pour son cou ou son sternum. Mais tout air menaçant avec disparu, comme si le moindre geste agressif envers la sang-mêlée deviendrait un pêché. Il avait cependant gardé son épée en main, mais ne l'avait pas re-pointée sur elle. « On va dire que je garde ces bois, oui. Même si certains diraient que ce n'est pas ce que je fais de mieux, à l'heure actuelle. Mais bon, ce n'est pas mon occupation principale, normalement. Je suis chevalier en temps normal. » finit-il par dire avec un demi-sourire et une voix plus bienveillante, sans même se demander si elle savait ce qu'était un chevalier dans le Royaume.
Mais ce n'est pas ce détail là qui préoccupait Andran, qui se rappela du brin d'hésitation qu'elle eut pour parler de dispute. Lacune de langage ou cachoterie ? Le chevalier voulait en savoir plus, certain que ce n'est pas la couleur de peau de cette fille qui fut à l'origine de sa fuite. Il fit deux pas de côté sur sa droite, regardant le sol avant de fixer, à nouveau, les yeux noirs de la Grise.
« Tu as parlé d'une dispute avec les mercenaires. Peux-tu m'en dire plus ? Que s'est-il passé entre vous ? Et où sont ces gens, maintenant ? »
qu'il finit par lui demander.
Revenir en haut Aller en bas
La Grise
Admin
Admin
La Grise

Nombre de messages : 283
Âge : 29
Date d'inscription : 02/03/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 47 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeLun 22 Avr 2019 - 8:10


Mais c'est qu'en plus de m'réveiller, y s'payerait ma poire, c'lui-ci ! Et y m'recoupe l'lard par dessus l'marché ! eut envie de s'exclamer la Grise, tout en se décalant pour disposer de plus d'espace pour éviter plus aisément le coup foireux de ce manieur de lame nerveux. Bon, il prit la peine de s'excuser - Définitivement un "bon gars" - et puis, certes, le réveil n'avait pas été des plus confortables, mais avec d'autres, à n'en pas douter, c'est une lame en travers du corps qui l'aurait sorti de ses limbes, pour mieux l'y rejeter définitivement. Une vraie chanceuse qu'elle était, de se faire secouer comme un prunier pour la mettre debout. Si chanceuse. Arrête de râler. En attendant, le sire avec sa jolie armure de cuir et sa cape des plus seyantes lui courrait quelque peu sur le haricots avec ses questions. Croisant les bras, se renfrognant légèrement, la demi-drow l'ouvrit quand même pour répondre. Aussi "bon gars" soit le gus, il n'en gardait pas moins les lieux de ce qu'il disait, et elle était une drôlesse qu'avait la bonne tête de l'ennemi.

"Bien curieux l'sire sonneur de cloches. bougonna-t-elle, avant de reprendre plus distinctement. Quoi, ça n't'es jamais arriver d'quitter la compagnie d'couillons avec qui t'aurait eu un désaccord ? Bon, p'tète pas d'ce genre, c'la dit. pouffa-t-elle... A moitié. Une nouvelle recrue, Guillar... Qu'c'est planté d'tente. Ça, j'veux bien l'comprendre. C'que j'trouve moins réglo', c'est quand l'gaillard s'plante de cul à cajoler. Un coup dans l'cuir, c'tout c'qu'il a reçu ! Et l'chef de mal l'prendre. 'On touche pas les cam'rades, blablabla, maintenant qu'est-ce qu'on en fout, il pisse l'sang, gnagnagna, c'tu m'plantes tous les couillons qui s'laissent tenter, on est pas rendu, blablabla...' "

Tout en racontant, malgré la fatigue, la demi-drow s'échauffait visiblement, décroisant prestement les bras pour mimer d'une main le charisme de son ancien supérieur. Bordel, c'est qu'elle s'était faite sa petite place parmi les gars ! Elle avait distribué sa volée de mandales aux plus audacieux, entre autres, mais par la suite un équilibre avait été trouvé, et c'était parfait ! Elle en avait fait des missions avec ces gus, chanté moult chansons, rafistolé des blessures, parcourut des miles et des miles... Mais il avait fallu qu'un nouvel enfant de salaud comprenne pas ce que cela signifie une gifle de la part d'une femme endormie. Et Reignar qui d'vait avoir chialé auprès des gars pour son pauvre coussin... Bon, qu'elle ait coupé à ce dernier toute chance de faire joujou par la suite avait dû en refroidir plus d'un aussi, c'était certain même, mais quand même... C'était un petit détail qu'elle préférait garder pour elle. Et voilà, j'suis énervée !

"Pour c'que j'en sais, ils peuvent avoir continué à l'ouest comme s'être creusé une tombe, j'm'en carre les miches ! conclut-elle, les mains sur les hanches, en décernant au péninsulaire un regard vif de contrariété, avant d'ajouter, avec un sourire satisfait. Si jamais t'entend parlé d'un camp abandonné qu'à à moitié cramé, s'possible qu'ce soit d'mon fait. On fait c'qu'on peut quand les copains sont grognons. Et ils l'étaient bien. J'suis sûre qu'y m'en veulent toujours d'leur avoir rafflé leur paie aux osselets. Pas ma faute si z'ont pas l'bon geste d'poignet." fit-elle en se redressant, un sourire chafouin sur le pif.

C'est qu'elle avait cet espoir, un peu con, qu'ils lui en voudraient pas trop, à la fin. Pour l'instant elle prenait le large, le temps que les cendres refroidissent mais, qui sait, par la suite... Les copains c'est les copains, pas vrai ?

_________________
Voix de la Grise : #777777
Elle parle elfique en Georgia
et péninsulaire du nord en Arial Black
Revenir en haut Aller en bas
Andran Straggen
Humain
Andran Straggen

Nombre de messages : 181
Âge : 21
Date d'inscription : 16/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans en l'An 17:XI
Niveau Magique : Non-Initié.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeLun 22 Avr 2019 - 14:52

Cela confirme la théorie selon laquelle les mercenaires sont des porcs. pensa-il en se réjouissant, même s'il ne saurait dire si cela n'existe que chez ce genre d'hommes. Mais bon, tout les prétextes sont bons pour salir les personnes mauvaises. Ces hommes véritablement sans foi ni loi qui pourraient trahir son commanditaire sans la moindre vergogne et en plus, visiblement, ils s'amusent à tenter des approches plutôt incongrues envers leurs membres. Ils ont encore beaucoup de travail à accomplir s'ils veulent nous égaler, nous les chevaliers. En tout cas, l'histoire qui lui racontait la demie-drow tenait debout. Néanmoins, Andran sait pertinemment qu'il n'en sera jamais sûr, même si, là encore, elle n'avait aucune raison apparente de mentir.

Andran tritura sa pilosité faciale de la main gauche, alors que sa main droite tenait (encore) son épée, lame pointe au sol, tout ceci pendant que la Grise avait raconté son récit avec une gestuelle et un vocabulaire fort bien inspirés. Cela lui faisait étirer un demi-sourire. C'est qu'elle n'était pas insolente juste pour le provoquer lui. Elle doit être constamment comme ça. « Si elle imite aussi bien ses anciens partenaires, je me demanderais presque comment elle a pu en arriver là. »

« Quitter la compagnie de couillons ? » répéta-t-il à voix haute, comme si elle venait de proférer un blasphème. Andran inspira et expira bruyamment. « Fort heureusement pour moi, les couillons, comme tu dis, c'est moi qui les punis. » répondit-il, avec un petit sourire, avant de reprendre. « Comme toi, d'ailleurs, si j'en crois ton histoire. »

Un camp à moitié brûlé… connaissant les jeunots qui m'ont accompagné, ils vont crier au loup sans attendre. Mais ce n'est pas vraiment ce qui inquiétait le chevalier. Il y avait une chance que les fameux mercenaires soient encore en vie, et qu'ils s'amusent à raconter leurs problèmes à tout les gens du coin. Et ils raconteront que c'est elle la méchante (c'est peut être le cas ?), qui les a provoqué et caetera et caetera… Le train-train habituel, en somme. En ville ou en forêt, rien ne change.

« Quoi ?! Tu ne sais même pas s'ils sont morts ? » demanda Andran d'une voix sèche, en haussant le sourcil droit. « Oooh par Othar… il n'y aura peut être pas que mes hommes qui seront aux abois. » grommela-t-il en prenant son épée à deux mains et la serrant devant sa poitrine, lame pointée vers le sol, en signe de prière.
Le chevalier comprit rapidement que les mercenaires ne pourront pas aller bien loin sans argent, et surtout avec une de leur membre "en cavale". Quel seigneur voudrait d'une compagnie pareille ? Stratégiquement parlant, les mercenaires se sont forcément mis en tête de chasser leur ancienne camarade. De toutes manières, leur orgueil personnel les pousserait à faire ce choix. Seul espoir : leur mort, qui semble loin d'être acquise.
Il rabaissa son épée avec la main droite, pendant qu'il fit un pas de côté en passant la main gauche dans les cheveux pour se recoiffer quelques mèches. Il reposa son regard sur la demie-drow en fronçant un peu ses sourcils et plissant les yeux. « Et s'ils sont encore en vie, qu'ils t'ont suivi et qu'ils déboulent ici-même pour se venger et prendre l'argent que tu as là ? Tu comptes faire quoi ? Hm ? »

Il avait pris un air un peu narquois, comme s'il voulait la mettre à l'épreuve. Bah oui ! Elle était fatiguée et seule dans une forêt sans aucun repère (théoriquement). Et, exception faite de l'orientation, arriver en Itri'Vaan en un seul morceau n'est pas chose aisée. Sans nul doute que des bandits doivent trainer sur les routes par-ci par-là. Évidemment, il ne faut pas oublier les éclaireurs qu'Andran a déployé dans tout le bois, qui ne seront pas tous aussi serein et/ou magnanimes que le preux chevalier. Dire que surveiller ces bois est supposé être une formalité…
Revenir en haut Aller en bas
La Grise
Admin
Admin
La Grise

Nombre de messages : 283
Âge : 29
Date d'inscription : 02/03/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 47 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeLun 22 Avr 2019 - 15:51


Entre ses cheveux et son épée, c'est qu'il passe son temps à s'asticoter ce gus. songea distraitement la demi-sang, son esprit s'égarant tranquillement, bien loin des préoccupations du chevalier. C'est qu'elle ne s'y connaissait guère en matière de titre des uns et des autres chez les humains de la Péninsule. A la chasser à coup de fourche chaque fois qu'un pouilleux voyait le bout de son nez gris, ils ne lui avaient guère donné l'occasion d'en savoir plus. Et les mercenaires ne s'y connaissaient que grossièrement. Peut-être que ce gars-ma pourrait l'informer tiens, il était bien moins agressif pour rien... Fronçant brusquement les sourcils, ses paupières papillonnant, la demi-sang se concentra plutôt sur ce que racontait le chevalier grisonnant. Ses hommes ? Ah, parce qu'il y en a plusieurs des comme lui ? S'ils étaient du genre à parler avant d'étriper, la Grise aurait pu demandé de boire une p'tite pinte avec eux, cela lui aurait changé de la cavale, mais quelque chose lui soufflait que c'était une très mauvaise idée. Ah oui, la Péninsule... J'suis quand même tombée sur un drôle d'oiseau.

"Attends, j'crois qu't'as pas compris. fit la Grise, se marrant à motié en réalisant la méprise. J'ai pas d'blé, j'me suis barrée sur l'premier cheval venu, qu'avait d'la viande séchée et d'autres trucs dans ses sacoches, mais pas c'que j'avais pu raffler. T'penses bien qu'y en ont profité pour récupérer leur bien, l'temps qu'le chef discute avec moi, non ? Ricanant en se rappelant cette glorieuse - et stupide - fuite, l'ancienne mercenaire poursuivit. Et ça s'saurait si les mercenaires crevaient si facilement ! Enfin... J'cherchais pas à les massacrer, juste à m'sauver la couenne. Alors j'ai bien vu une lanterne embraser une tente, pis Rilbur envoyer valser en courant celle d'Martin qu'sortait d'son pieu pour piger l'bazar, mais sinon, j'ai rien fait d'autres. J'ai juste fichu l'foutoir  en m'taillant, avec eux aux fesses... Avant qu'le feu prenne pendant qu'y r'gardaient ailleurs, et qu'y préfèrent se concentrer dessus.C'est qu'y avait un peu d'vent."

Cela étant précisé, les inquiétudes de l'humain firent un peu mouche quand même. Depuis le temps, si ses anciens camarades avaient vraiment une dent contre elle, la Grise s'était dit qu'ils l'auraient rattrapée, ou qu'elle les aurait au moins entendu râler dans l'un des villages qu'elle avait contourné. Mais rien, pas le bout d'un gueule mal défraichie. En revanche, les chevaliers tout pimpant... Elle en avait justement un sous le nez, disant qu'il avait des copains. Une forêt, ça ne se garde pas efficacement tout seul, pas vrai ? Voilà qui était plus problématique. S'avançant sans autre crainte pour se rappeler son trajet, la demi-sang reprit.

"Bon, je te l'a dit, je veux rejoindre l'Ithri'Vaan. Avec le chemin que j'ai fait, on était pas allé si loin que ça, je continues encore quelques jours vers l'Est. Je finirais bien par tomber sur l'Oliya, que j'aurais qu'à remonter. J'trouverais bien une caravane pour faire un bout d'chemin vers l'sud, en évitant cette fichue forêt d'Aduram. Comme pour signifier toute sa joie face à pareil périple, la demi-sombre bailla de plus belle. Mais voilà, j'pense qu'les gus sont vivants, pour sûr, mais qu'y m'ont pas suivie. J'en ai pas vu l'bout d'un pendant tout c'temps. Si tu les cherches, z'ont dû continuer leur chemin dans les terres. Ou j'sais pas. P'tète que tu les crois'ras plus loin dans 'ta' forêt. La déclaration fut accompagné d'un haussement d'épaules navré. Donc, j'suis arrivée... D'par là. Et j'suivais l'Est. 'Vec ce qui restait d'étoile. Au pire, j'me déguis'rai en paysanne et j'demanderai à un gars du coin. Fit-elle en gloussant... Tout en se disant que ça n'allait pas fort, la. Donc, s'tu m'en veux pas trop mais j'vais y aller. T'as une forêt à garder et moi du ch'min à faire, hein ? J'vais pas t'retenir plus longtemps."

Cela dit avec une innocence à peine roublarde, tandis qu'elle se rapprochait avec un naturel rendu quelque peu pataud par la fatigue, de sa monture qui les observait d'un oeil curieux. Chemin faisant, elle allait forcément passer un peu près du chevalier - faire un arc de cercle autour de lui eut été un peu grossier quand même -, mais jusque-là il s'était montré extrêmement sympathique. Et elle n'avait même pas eu à dégainer le long couteau qu'elle avait à la hanche ! Il n'y avait pas de raison. Tout va bien se passer. songea-t-elle, sa nervosité allégrement cachée sous ses manières et sa fatigue.

_________________
Voix de la Grise : #777777
Elle parle elfique en Georgia
et péninsulaire du nord en Arial Black
Revenir en haut Aller en bas
Andran Straggen
Humain
Andran Straggen

Nombre de messages : 181
Âge : 21
Date d'inscription : 16/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans en l'An 17:XI
Niveau Magique : Non-Initié.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeLun 22 Avr 2019 - 20:27

Je crois qu'il faut que j'arrête de parler aux nobles. Je n'en comprends plus les roturiers… Si mésentente il y a eu, évidemment. Ce n'est pas souvent que ça arrive, mais le langage des petites gens peut parfois lui échapper. Ou alors elle essayait de l'embobiner un peu. Pour si peu, cela parait gros, même s'il jouait avec sa vie un peu plus tôt. Andran n'est pas quelqu'un de cruel, et il l'a sûrement bien montré. Ce n'est pas aujourd'hui qu'il tuera quelqu'un sans raison, étrangère ou pas, peau grise ou peau noire.

« He beh… » lâcha-t-il, sans vraiment savoir quoi dire. Sa théorie se tient, mais les mercenaires sont coriaces. Et eux non plus ne voudront pas que quelqu'un viennent crier dans les villages qu'un groupe de mercenaires s'amuse un peu trop avec ses membres. Pour le coup, le mieux aurait été qu'elle les zigouille, mais bon, seule contre plusieurs, ce n'est pas facile. « M'ouais. » reprit-il simplement, pas vraiment convaincu, mais qui ne tient pas non plus à aller plus loin.

Andran regarda les arbres autour de lui, curieux et étonné. Elle sait encore où est l'Est et l'Ouest avec l'épaisseur de ses arbres et de leur feuillage ? D'un autre côté, c'est une bonne nouvelle pour Andran, peut être qu'il pourra retrouver son chemin : il n'aura qu'à prendre la direction opposée, vu que son dernier repère se situait vers l'Ouest d'ici. Mais les embuches seront légions, entre les mercenaires, les éclaireurs qui cherchent une drow, et les animaux sauvages et autres dangers. Et les rumeurs balancées par les paysans ne feront qu'empirer tout ça.

« Très franchement ? Je ne sais pas où on est… j'ai perdu tout mes repères en venant jusqu'ici. Oui, oui, ce n'est pas malin, ça va, rrh. » grogna-t-il, comme s'il s'attendait à des reproches. Il soupira. « M'ouais… j'aimerais surtout les éviter, "tes amis". Ou plutôt c'est eux qui devraient m'éviter. » reprit-il, songeur et assurément assuré de pouvoir leur faire la leçon, que ce soit sa forêt, ou pas. Andran détestait les mercenaires, et encore plus ceux qui ne respectent pas les lois, ou ceux qui sont peu fréquentables. Il soupira.
« On dira que c'est plutôt moi qui t'ai retenu. » dit-il avec un sourire, et en lui faisant un clin d'œil. « Si tu veux éviter au mieux mes hommes, avances en ligne droite, sans dériver. Eux aussi avance comme ça, mais, de toutes façons, ils ne sont pas très nombreux dans cette zone. » reprit-il, sans grande conviction que ce conseil l'aide beaucoup. « Pour le reste, je ne peux pas vraiment t'aider. » dit-il en haussant les épaules d'un air désolé.

Alors qu'elle voulait récupérer son cheval, qui était à proximité de la jument d'Andran, ce dernier ne put s'empêcher la regarder avec une certaine méfiance. Il la scrutait comme s'il s'attendait à ce qu'elle lui assène une attaque éclair surprise. Puis, une fois qu'il fut relativement hors de portée, il mis sa main droite, tenant son épée, devant son cœur, comme pour la saluer. Puis il la rengaina son épée, quand il reprit les rennes de sa jument, la sombre Nirazam, gardant un œil sur la Grise, et glissant un « Bon courage. » Si tant est que cela serve à quelque chose, puisqu'il ne saura jamais véritablement si elle arrivera en vie à destination.
Revenir en haut Aller en bas
La Grise
Admin
Admin
La Grise

Nombre de messages : 283
Âge : 29
Date d'inscription : 02/03/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 47 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeJeu 25 Avr 2019 - 21:15

Du haut de Casse-Crâne, la demi-drow posa sur le Péninsulaire un regard interrogateur. Il l'avait laissé faire, et maintenant conversait... Tranquillement. Un bon gars, pour sûr. Qu'il avoue s'être égaré la fit, un peu exagérément, pouffer. La fatigue n'était pas l'amie de la subtilité. S'affalant un temps sur la nuque de son étalon, un poil nerveux, la demi-sang décerna cette fois au chevalier un sourire on ne peut plus sincère. Croiser une gueule pas trop agressive, même s'il l'endormait avec ses formules de bien né, après des jours à fuir et se cacher, c'était plutôt agréable, bien que cela lui ait couté un peu de sommeil.

"J'suis les étoiles comme j'peux. Si ça s'trouve j'ai complètement dérivé. J'avis'rai bien. s'amusa-t-elle. C'est moi qui veux les esquiver, tes gars ! T'as été bien gentil, mais j'm'attends pas trop à c'qu'ils l'soient autant. J'ai t'y pas raison ? Nan ? Elle lui fit une moue chaffouine, telle une gamine ayant reniflé un piège, se trouvant très maline.J'utilise plein d'noms selon les lieux, mais l'plus simple c'est encore d'me nommer la Grise. T'vois bien pourquoi. Et toi, comment qu'tu t'nommes ? Qu'il le lui donne ou s'en abstienne, elle n'insisterait pas, le saluant seulement. Enfin, j'vais pas traîner davantage. J'te r'mercie pas pour l'réveil, par contre, d'pas m'avoir égorgée d'office, c'fut bien aimable. S'tu t'rends à Thaar un jour, sait-on jamais, d'mande la Grise, tu m'trouv'ras, ou quelqu'un qui m'connait, et j'te payerai une pinte. J'connais d'bonens adresses, juré ! Elle acheva, avec un salut goguenard. Sur ce, bon vent, m'sire l'gardien d'ces bois !"

Sans autre commentaire, la Grise réveilla sa monture d'un coup bien ajusté et savamment dosé, délaissant la grosse racine contre laquelle elle s'était assoupi, et le gaillard à cheval qui l'avait réveillé. Avec un peu de chance, elle ne le recroiserait pas, ni lui son cadavre, choppé par quelques couillons furibonds après les sangs mêlés, mais si cela devait advenir sous de meilleurs auspices... Alors oui, elle lui en payerait une, et une bonne !

_________________
Voix de la Grise : #777777
Elle parle elfique en Georgia
et péninsulaire du nord en Arial Black
Revenir en haut Aller en bas
Andran Straggen
Humain
Andran Straggen

Nombre de messages : 181
Âge : 21
Date d'inscription : 16/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38 ans en l'An 17:XI
Niveau Magique : Non-Initié.
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitimeVen 26 Avr 2019 - 14:51

Passant la main sur la tête de son cheval, Andran en profita pour admirer la Grise qui était monté sur son cheval. Andran était rassuré de savoir qu'elle était potentiellement perdue… au moins il ne serait pas seul dans ce cas, même s'il finirait par être trouvé par ses hommes. Tout les moyens sont bons pour trouver du réconfort et de la volonté.

« Les étoiles ? » dit le chevalier, étonné, qui finit par regarder le ciel.
« Mes gars ? Ah, oui… eux. » reprit-il, d'une voix lasse et trahissant une légère fatigue. « Je pensais surtout à tes amis mercenaires, au départ. Mais, tu as raison, les miens ne seront pas plus tendres avec toi. » continua-t-il, d'une voix moins fatiguée mais d'autant plus désolée.

Il sourit légèrement. Finalement, elle n'était pas si rancunière que ça. Simplement fatiguée, renfrognée et apeurée, très probablement. Elle finissait par se confier, comme si Andran devenait son confident et un homme de confiance en l'espace de quelques minutes. Il est vrai qu'en Péninsule, discuter avec un Drow ou leur progéniture n'était pas monnaie courante, pour ne pas dire d'une rareté incroyable. Mais Andran, tout aussi méfiant qu'il est (et surtout envers les drows), a trop le respect des lois et de son serment pour se réduire à tuer tout ce qui bouge sous prétexte que telle ou telle personne soit différente. « La Grise ? Facile à retenir, en effet. » répondit Andran en souriant, avant de reprendre. « Si tu tiens à mettre un prénom sur mon visage, je m'appelle Andran. » dit-il en gloussant discrètement. « À Thaar ? Ce genre d'endroits n'est pas fait pour moi… mais qui sait ? » répondit-il, avec un demi-sourire timide, avant lui glisser un « adieu. » sincère.

Andran tira la bride de son cheval vers l'Ouest (ou à peu près), main droite sur le pommeau de son épée. Il regarda derrière lui plusieurs fois, comme s'il voulait s'assurer qu'elle s'en allait vers l'Est (environ), et qu'elle ne lui racontait aucun bobard. Ou peut être parce qu'il se sentait inquiet par rapport au long voyage qui l'attend et aux dangers qu'elle encoure ? Il ne le saura jamais vraiment.
Quand il retrouva ses repères, il finit par recroiser plusieurs de ses hommes. Tous firent leur rapport un par un : ils n'ont rien vu. Quand vint le tour d'Andran (même s'il ne devait pas forcément quelque chose à ses hommes, mais il valait mieux éviter d'être suspect), il lâcha un « Rien, pas un drow à l'horizon. » sec. Après tout, ce n'était pas si faux que ça, si ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran Empty
MessageSujet: Re: Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran   Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon seigneur, un vil drow est tapi dans ces bois ! | Andran
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite virée nocturne dans les bois [Pv Angel ^.^] [HENTAÏ]
» Promenons-nous dans les bois 8D [FEAT COKINETTE CHÉRIE ♥]
» Luther L. Serberoth ⊱ Promenons nous dans les bois...
» Chapitre II, 1 ere affrontement dans les bois de minuit
» Un portail dans Strayana ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Serramire :: Baronnie d'Oësgard-
Sauter vers: