Partagez
 

 J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 393
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeMar 9 Avr 2019 - 19:40



Suite de ce RP

La salle de la garde, quelque part dans la villa du grand architecte.

Les gardes avaient peut-être l'intention de ne pas laisser dormir les prisonniers, mais Bok'ris dormait pourtant à moins qu'il ne soit juste inconscient. C'était difficile à dire. En tout cas, il salissait le sol en parfait état de la salle de son sang et émettait de temps en temps une série de grognements agaçants.. Bref, il parvenait à se montrer pénible par sa seule présence.

Nat'kacha, quant à elle, dans la pièce voisine, était assise sur le sol, genoux contre la poitrine. Elle avait froid et aurait été bien incapable de savoir où elle se trouvait, manifestement la demeure de quelqu'un d'important, car ce qui lui tenait lieu de cellule était beaucoup plus grand que sa propre chambre. Chambre qu'elle partageait d'ailleurs avec trois autres personnes. Malheureusement, il n'y avait pas là matière à célébration.

Dans son esprit, elle n'arrivait pas à déterminer pourquoi ces gens l'avaient arrêté, elle et ce crétin de Bok'ris…. Elle avait tellement sommeil. Ses yeux commencèrent à tomber. Aussitôt, un garde lui mit une baffe.

Le lendemain de la capture, à l'étude noire

- "Arrêtez de parler tous en même temps... Khev'in."
- "Mais.."
- "Ta camarade d'abord." L'elfe, une brune à l'allure jeune, soupira. C'était toujours pareil avec les apprentis.

Khev'in pointait le mur, lequel venait de littéralement s'ouvrir. L'elfe se retourna, et soudainement, avant que quiconque ne puisse réagir, une troupe d'arme se déversa du tunnel avec l'experience , le premier pointant son arbalète dans la direction du petit groupe. Une deuxième troupe surgit au même moment de derriere la bibliothèque.

La pièce était décorée avec goût, du moins selon les critères Eldéen. Une série d'épais tapis en couvrait le sol. Des bibliothéques couvraient la plupart des murs, et les espaces restant étaient ornés de tableaux  représentant des silhouettes encapuchonnées aux traits difficiles à percevoir. Quelques cabinets emplis d'objets et de bocaux mystérieux complétaient l'ensemble. Proche de l'arrière de la piece, à un gros bureau en basalt noir poli se trouvait un drow qui leva les yeux à l'irruption soudaine, avant de se mettre aussitôt à incanter frénétiquement.

A coté du grand  bureau, autour d'un autre, plus petit du même materiaux, se trouvait un groupe de jeunes drows qui s'étaient tourné vers les agresseurs, interloqués. L'elfe qui était au bureau du se pencher pour voir ce que l'un d'eux montrait du doigt.

Axk'lison était une daedhelle jeune et encore émotive, quoique fort bien dotée en courbes et en puissance vocale. Sans réfléchir, parce que ce n'était pas son fort, elle hurla.

Au même moment, devant une demeure cossue des profondeurs

La demeure était spacieuse, le fruit du mérite de nombreuses générations. De pierre massive, elle dégageait une impression de grandeur, et tentait d'écraser les visiteurs sous son poids avant qu'ils ne doivent s'abaisser devant celle de ses habitants. Au sommet d'escaliers abrupts, des symboles mystiques avaient été gravé tout autour de l'imposante porte d'un bois massif prélevé, selon la rumeur, directement sur les forêts de l'Anaeh. La porte elle-même était décorée de magnifiques gravures à la gloire de chaque dieux.

Et devant la porte, deux gardes se tendirent en voyant la petite troupe approcher. Assurément voir débouler une troupe armée sans signes distinctifs n'était pas dans leurs habitudes.

- Halte, pas un pas de plus! Ils dégainèrent vivement.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Myr'Hennis Vect
Drow
Myr'Hennis Vect

Nombre de messages : 277
Âge : 163
Date d'inscription : 08/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  548 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeMer 10 Avr 2019 - 1:06


Dans la salle réservée aux prisonniers, les jumeaux montaient la garde et sa tombaient bien qu’ils aient pour ordre de ne pas les laisser dormir parce qu’ils étaient insomniaques. Lorsque l’un commençait à somnoler un des drows frappait sur la porte pour les réveiller et si ça ne suffisait pas l’autre entrait, couvert par le premier, et réveillait violemment Bok’ris ou Nat’kacha, en fonction.

Les deux arbalétriers qui étaient à la tête des deux groupes qui pénétraient dans le bureau, arbalètes lourdes levées, se partagèrent la pièce en deux. Celui qui devançait Vaervy s’occupa de la moitié avec le bureau tandis que l’autre s’occupa de l’autre moitié. Vaervy se glissa sur le côté et elle n’eut pas à confirmer l’ordre : l’arbalétrier devant elle tira sur le mage assez stupide pour incanter. La capitaine ne perdit pas non plus de temps et s’élança sur celle qui criait, lui assénant un coup violent au plexus solaire pour s’assurer qu’elle n’allait pas continuer. Les soldats investirent la pièce d’un pas rapide, désarmant quiconque se trouvait là pendant que l’arbalétrier, son arme rangée dans le dos, se lança vers sa cible pour le réduire au silence, faut dire qu’un carreau dans l’épaule ça doit faire très mal. Le guerrier plaqua sa main sur sa bouche et avec son autre main il lui envoya un coup de poing magistral dans le nez pour l’assommer, un coup de poing d’autant plus violent que le guerrier avait un gantelet de plate. Vaervy fit un signe de tête à ses soldats, puis elle se tourna vers les élèves et l’esclave.

« Le premier qui l’ouvre finit comme lui. » Elle lança un regard appuyé à la silhouette au sol du mage qui avait commencé à incanter. « Ou elle. » Elle se retourna vers l’élève qui avait hurlé.

Ses soldats s’étaient déplacés vers les élèves pour rendre la menace plus crédible, au cas où ils étaient trop cons pour se rendre compte qu’elle était sérieuse. Lesdits soldats se scindèrent à nouveau en deux groupes. L’arbalétrier, avec le mage sur l’épaule donna le mage à un autre guerrier qui s’en alla par le passage derrière la bibliothèque tandis qu’un soldat poussa deux élèves pour le suivre, arme en main, prêt à les tuer au moindre signe d’incantation. Un autre soldat prit l’élève inconsciente sur son épaule tandis qu’un autre poussait l’esclave et l’autre élève vers le second passage secret, prenant les mêmes précautions que son camarade. Vaervy alla ensuite tranquillement s'asseoir derrière le bureau, posa les pieds sur ledit bureau, les arbalétriers derrière elle tandis que les deux derniers soldats avec une arme blanche se placèrent de chaque côté de la porte fermée après avoir refermée les passages secrets.

Ashal se moqua des deux gardes qui tentaient de les arrêter et alors qu’ils esquissaient le geste caractéristique qui permettait de dégainer leurs armes Ashal hocha la tête et les deux soldats à ses côtés, équipés d’arbalètes de siège ouvrirent le feu, traversant sans peine les armures. Les deux guerriers qui se trouvaient encore derrière dans la colonne se jetèrent sur les deux premières victimes du groupe pour les achever si elles n’étaient pas encore mortes. L’ancien veldruk se regarda ses arbalétriers lourds recharger tandis que les deux soldats qui avaient achevés les deux gardes se tournèrent, une fois leurs besognes accomplies, vers la porte. Une fois les arbalètes rechargées et prêtes à les couvrir ils s’y attaquèrent, tentant de la défoncer.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 393
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeMer 10 Avr 2019 - 11:13




Quelque part dans une des nombreuses chambres secrètes nichées dans les tréfonds de l'étude noire, trois jours avant les faits.
Des silhouettes encapuchonnées s'étaient réunies, une fois de plus. Quelques lueurs arcaniques éclairaient chichement la chambre obscure.

- "Bien!" Le mage se frotta les mains. "Maintenant que nous avons réglées les affaires courantes, passons aux choses un peu plus amusantes. Raton Laveur! Votre affaire avec la petite X'lanxin avance-t-elle un peu? vous nous tenez en haleine, mon vieux."

Un mage toussota. Autant il pouvait comprendre le besoin de discretion, autant il n'arrivait pas à se faire au nom de code que le grand Maitre de la conspiration avait choisi. Mais il ne voulait plus en démordre. Les autres participants parvinrent à garder une attitude impassible.

- "Maitre, oui, je suis parvenu à avoir les informations que nous recherchions auprès du grand architecte, et je me suis débarrassé de l'autre fouine."
- "Vous voulez parler de la petite Vaen're?" Il était de notoriété publique que le raton laveur n'appréciait pas la jeune professeure. "Un superbe spectacle. Mais le grand architecte vous a aidé. Le mérite ne vous revient donc pas entièrement. Ne vous en faites donc pas pour elle, elle revient toujours." L'autre se renfrogna. Il savait qu'il y avait du vrai là dedans.

Un troisième mage ouvrit la parole
-" Vous pensez qu'on peut faire confiance au grand architecte? La rumeur dit que c'est un drow très intriguant."

Le grand maitre éclata de rire, car il aimait les bons mots.

Etude noire, le bureau de Maitre Vash'zas, H+2mn

Le moins qu'on pouvait dire, c'est que les mages de la pièce n'offrirent pas une grande resistance aux hommes expérimentés du grand architecte.

Le mage installé au bureau avait en effet fait une erreur en commençant à incanté, et avait été proprement cloué par un carreau d'arbalète qui le priverait probablement pour toujours de l'usage complet de son bras droit. Son regard s'emplit d'incompréhension devant sa situation, ses yeux eurent du mal à fixer les innombrables bougies qui illuminaient la pièce, puis il tomba en arrière dans un bruit sourd.

Car au Puy, ce n'était pas en choisissant une carrière académique centrée sur la recherche qu'on évitait la violence. Car à défaut de la chercher, elle pouvait aussi être livrée à domicile.

Lorsque la hurleuse fut neutralisée par Vaervy, les autres étudiants sursautèrent et levèrent les mains. Axk'lison gisait au sol, et tentait de reprendre son souffle, manifestement
- "Heu.. Oui m'dame" dit l'un d'eux, pendant qu'un autre, un éphèbe musclé et viril au sourire et au brushing parfait, enchaina.

- "Je suis quelqu'un d'important! Relachez-moi ou vous aurez de graves problèmes! Mais on peut toujours s'arranger." Il fit un clin d'oeil à Vaervy, sous le regard abassourdi des autres qui s'éloignèrent quelque peu, pendant que l'esclave à la chevelure d'ébène se prenait la tête entre les mains. Le dernier aidait Axk'lison a se relever.

Personne ne s'opposa à ce que Vaervy ne s'installe au bureau puis y pose les pieds sans le moindre respect, ni à ce que ses hommes sécurisent la pièce. Il n'y eut pas la moindre reaction de l'honorable institution lorsque les deux hommes du grand Architecte escortèrent les étudiants et le mage, lequel avait perdu connaissance entre temps. Le passage secret se referma derriere eux. Seuls restaient dans la place les hommes du grand Architecte et l'esclave, qui se tenait assise à sa place, calme et impassible.

Vaervy fit signe à l'esclave d'approcher. Cette dernière se leva avec grace et majesté, en silence pour s'approcher, les mains jointes sur son ventre. Elle s'inclina en attendant que la capitaine ait fini de détailler le contenu du bureau. Une pile de parchemins se trouvait à sa droite. Elle avait été dérangée par l'action, et s'était eparpillée sur tout une partie du bureau, et l'oeil de la drow y trouva ce qui ressemblait à des series de rapport sur des apprentis. Devant elle, un rapport similaire était entamé, mais son autour s'était interrompu sur le mot "potentiel".

Vaervy nota une lettre cachetée, qui avait été posée bien en evidence au fond du bureau. Elle était adressée à "Myr'hennis Vect, Grand Architecte du Puy d'Elda".

La vétéran traitait les problèmes uns par uns, avec méthode. Ainsi, elle se leva agilement et fit le tour de l'elfe en envahissant sans gêne son espace personnel. La demoiselle resta immobile, le port altier, même si l'oeil exercé de Vaervy pu detecter les signes subtils de son angoisse. Elle portait une longue robe blanche retenue à la taille par une ceinture de cordelette noire. La robe laissait ses bras fins nus, et on distinguait à l'arrière de son épaule gauche la marque de l'étude noire.

- « Je t’en prie, assieds-toi. »

Elle obtempéra aussitôt, prenant place. Une fois l’elfe assise, la drow alla se placer derrière elle, s’accoudant sur le dossier du siège, forçant la pauvre à devoir se courber pour ne pas avoir les coudes de la capitaine qui lui rentrent dans les épaules.

- « Ou est ton maître ? »

L'esclave supposa qu'elle devait parler du locataire normal de ce bureau. Dans le doute, et parce qu'elle n'était pas arrivé là où elle en était aujourd'hui à force de bêtise, elle prit la peine de préciser, penchée en avant, sa tête un peu trop prêt du bureau d'obsidienne à son goût. Elle pouvait presque voir son visage se refléter dans la pierre polie.

- "Si vous parlez de Maitre Vash'zas, Il a reçu un message qui l'a forcé à s'absenter, il y a une trentaine de minutes tout au plus. L'esclave s'interrompit avant de continuer, car elle se doutait qu'on allait lui poser la question Il a demandé à l'arcaniste Sh'ssalre de le remplacer pour terminer ses tâches administratives."

Sh'assalre n'avait pas été heureux de la tournure des événements, et il était de notoriété publique que lui et Vash'zas ne s'entendaient guère. Sh'assalre n'avait pas eu de chance, nota-t-elle en revoyant défiler dans son esprit l'image du mage atteint par un carreau d'arbalète.

Le manoir de Maitre Vash'zas, H+2mn

BOOM
Les portes de la demeure étaient lourdes et imposantes. Elle résistèrent au premiers coups d'épaule des assaillants sous le regard des passants qui se dépêchaient d'ignorer la scène.
BOOM
Il ne s'écoulerait peut-être pas si longtemps avant que des forces mieux organisées que les deux gardes ne viennent s'intéresser aux événements. Pour l'heure ces deux là se vidaient de leur sang sur les marches.
BOOM
La porte bougea légèrement, un craquement se fit entendre.
BOOM
Les battants cédèrent et la porte s'ouvrit en grand sur le hall d'entrée de la demeure. Les hommes déboulèrent à l'intérieur. Le carrelage immaculé et les hauts murs d'obsidienne reflétait leurs silhouettes. La pièce était spacieuse, mais étrangement dépouillée. Au fond de la pièce, un couloir taillé dans la même matière menait à une grande porte entrouverte face à eux, le portrait d'un drow d'âge venerable semblait les suivre des yeux. Sur les cotés de la piece, deux autres portes, plus petites et discrètes. Des orbes à la lueur bleutées donnaient au lieu une ambiance presqu'irréelle.

Une mélopée sombre s'échappait tel un serpent sifflant de la porte entrouverte au bout du couloir.

Ashal scinda son groupe en deux. L'un franchit vivement la porte latérale, pour envahir les dépendances de la bâtisse, puis continuer à explorer pièce par pièce. Ils avaient étudié les plans de la demeure, mais il leur apparut vite évident que les propriétaires des lieux avaient fait quelques modifications. Aucun bruit, si ce n'était celui du craquement du plancher de bois ancien sous leurs pas.

Ils pénétrèrent dans une salle à manger au centre de laquelle trônait une grande table. Soudain… des bruits de pas, et cinq hommes armés firent irruption par la porte qui leur faisait face. Comme eux, le groupe était constitué de deux arbalétriers et de trois fantassins. Finalement la maison était peut-être gardée.

Un peu auparavant, dans la même demeure, une porte s'ouvrit. Enfin, pour être précis, elle explosa presque, projetant des morceaux de bois et d'émaux sur le carrelage. Ashal et ses hommes avaient fait leur entrée fracassante.

Ils se trouvaient dans une grande pièce rectangulaire qui devait faire la hauteur de la demeure. De longues tapisseries décrivant l'histoire des dieux sombres étaient pendues au mur. Mais ce que notèrent surtout les nouvels arrivants, ce fut, au centre de la piece, les quatre ritualistes en train d'incanter, yeux clos, qui entouraient un drow, lequel retira sa capuche.

- Ah! Vous arrivez enfin. Je vous attendais. C'était très aimable de frapper avant d'entrer. Sa voix forte raisonna au travers de la pièce, écrasant sans peine la mélopée des autres mages.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Myr'Hennis Vect
Drow
Myr'Hennis Vect

Nombre de messages : 277
Âge : 163
Date d'inscription : 08/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  548 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeJeu 11 Avr 2019 - 18:49


Vaervy ne savait pas vraiment de qui elle parlait mais elle se doutait qu’il s’agissait de sa cible. Cependant elle se doutait aussi qu’elle ne pouvait pas faire confiance à l’esclave assise devant elle, c’était bien trop dangereux. Certes le drow qu’elle cherchait n’était pas là mais c’était probablement un piège de plus, elle préférait rentrer bredouille que ne pas rentrer du tout. Elle se redressa, prit la lettre adressée à Myr’Hennis sur le bureau et d’un hochement de tête le guerrier à côté de la porte s’en éloigna pour ouvrir le passage de la bibliothèque tandis que la capitaine ouvrait la lettre et se dirigeait vers le passage qui s’ouvrait. Elle la parcourut rapidement des yeux avant de la ranger à sa ceinture puis de s’engouffrer dans le couloir nouvellement révélé.

De retour à la villa du Grand Architecte la capitaine fit son rapport au maître des lieux et lui tendit la lettre. Myr’Hennis la lut attentivement en souriant. Lorsque Vaervy lui demanda ce qu’elle devait faire avec les élèves et l’esclave il lui répondit de faire la même chose qu’avec Bok’ris et Nat’kacha. Il leva la tête de la lettre et après avoir réfléchi quelques secondes arrêta Vaervy alors qu’elle sortait avec l’esclave du maître.

« Finalement non. » Il s’approcha de l’esclave avec un sourire affable. « Je pense qu’on va parler un peu à la place. » Il l’amena dans son bureau et lui indiqua une chaise de l’autre côté de la table qui, pour une fois, était rangée. Vaervy se mit à sa place habituelle : dans l’ombre du Grand Architecte. Plynnil sortit une coupe et la remplie pour la tendre à Myr’Hennis qui en avala deux gorgées avant de la reposer sur la table. « Plynnil, sort donc de quoi écrire je te prie. » L’assistante hocha la tête et sortit ses plumes et du parchemin avant de s’asseoir. Myr’Hennis quant à lui se mit à déambuler dans la pièce puis il se commença à dicter.


Le Maître a écrit:
Cher Myr'hennis,
Etant donné la qualité de notre amitié, j'ai le regret de devoir vous informer d'une nouvelle qui m'attriste au plus haut point. Vos tunnels sont manifestement infesté par la vermine, puisque les hommes que j'ai envoyé y suivre vos instructions ne sont pas revenus. Par ailleurs, il semblerait aussi que vos hommes à vous se soient perdus dans les locaux de l'étude noire. Je ne doute pas que tout cela n'est que coïncidence fortuite, et non pas la preuve d'une coupable désinvolture dans l'exercice de votre fonction. Sachez néanmoins que si de tels épisodes venaient à se reproduire, le triumvirat pourrait pas un fort malencontreux hasard découvrir des informations que vous comme moi préfèrerions garder secrètes.
PS: Si vos hommes souhaitaient s'inscrire à nos cours, informez les que l'accueil se trouve en face de la porte principale
Veuillez accepter l'expression de mon amitié la plus sincère.
V


A mon bon Vash'zas.



Mon cher ami ; j’ai bien reçu votre lettre et je vous suis reconnaissant d’avoir pensé si aimablement à moi. Sachez que je partage votre peine et vous m’en voyez profondément désolé. Pour ce qui est de mes hommes, effectivement ils se sont perdus et c’est d’ailleurs bien dommage car j’avais justement un cadeau pour vous, tant pis, je vous le délivrerais en main propre. Vous le premier devez savoir à quel point il est difficile de nos jours de trouver du personnel qualifié. Mais je digresse, cependant j’ai du mal à voir quelles informations vous faites allusions et encore moins en quoi est-ce qu’elles pourraient m’être dommageables. J’ai la triste impression que vous ne vous rendez pas compte de la situation dans laquelle vous vous trouvez. Il serait dommage que vous et vos collaborateurs se trouvent dans l’embarras parce que vous ne savez pas tenir votre langue alors que de mon côté… disons qu’au mieux on se moquera de vous et au pire ça sera vu comme une tentative désespérée pour détourner l’attention. Une tentative désespérée qui risque sans doute d’énerver d’autant plus notre bon triumvirat, ne pensez-vous pas ? Mais, voyez-vous, je suis un être conciliant et d’une nature généreuse alors je vous propose la chose suivante : que nous nous rencontrions pour discuter.

Dans l’attente de votre assentiment veuillez recevoir l’assurance de ma considération.

PS : Je vous remercie de m’avoir donné tant d’esclaves, il ne fallait pas, votre générosité vous perdra. La prochaine fois vous aurez beau insister je n’accepterais pas, c’est vraiment trop, vous me gênez.


G.


Myr’Hennis alla s’asseoir en face de l’esclave du maître, il avala une nouvelle gorgée de ce délicieux nectar. En réalité c’était le pire qu’il avait mais il se disait que l’elfe en face de lui n’aurait pas le palais assez délicat et encore moins suffisamment entraîné pour faire la différence entre une bonne liqueur et une excellente. Si elle n’avait pas touché à la coupe le temps qu’il dicte sa lettre, il avait gardé un œil sur elle pour observer sa réaction, l’air de rien, il l’invitait maintenant à le faire d’un geste engageant.

« Comment t’appelles-tu ? »


Ashal avait lui-même mit le coup de pied qui fit voler la porte et ses soldats se mirent en position défensive, levant leurs boucliers, formant un rempart derrière lequel les arbalétriers pouvaient viser. L’ancien veldruk, à l’instar de son maître, n’aimait pas la magie, il s’en méfiait même s’il ne pouvait pas nier son utilité. De toute façon les ordres étaient clairs : quiconque usait de magie devenait une cible prioritaire, peu importe que ce soit le maître ou non. Cependant s’ils pouvaient tout de même le capturer vivant c’était toujours ça de pris. Les deux arbalétriers tirèrent sur une cible chacun, un tir synchronisé que faisait plaisir à voir mais qui n’eut pas l’effet escompté. Les deux mages qui incantaient, moururent bien, le problème c’était la suite. Incapable de se sortir de cette illusion, malgré le rire ô combien désagréable du maître, Ashal baissa ses armes. Il avait essayé tant qu’il pouvait mais le guerrier savait surtout quand abandonner. Le sort du maître et de ses acolytes étaient trop fort pour lui, ça ne servait à rien ; si le mage comptait les tuer il lui ôterait toute satisfaction.

Le second groupe quant à lui était mené par Indriira, une drow aux origines modestes qui voyait dans son boulot au service du Grand Architecte un bon moyen de s’enrichir sans faire grand-chose. Elle sut qu’il y avait quelque chose qui clochait lorsque les soldats sous ses ordres n’agirent pas tout de suite, pas du tout même. Elle se tourna vers eux pour aboyer un ordre, les encourageant avec un vilain juron, un vilain juron qu’elle n’avait pas eu le temps de terminer tant il était long et complexe. Il faut dire que parler avec une épée en travers de la gorge c’est bien plus difficile qu’on ne le croit. La lame se dégagea lentement et devant elle le groupe qui leur faisait face disparut pour laisser place à Szinica. Ses yeux se s’agrandirent de surprise, ils ne s’étaient jamais aimés mais de là à la trahir maintenant… en lieu et place des récriminations qu’elle voulait lui adresser elle ne put que continuer à se noyer dans son sang, ne produisant que des gargouillis ; alors que ses jambes n’avaient plus la force de la porter. Elle tomba à genoux sur le tapis épais qui amortit le son de sa chute et elle s’écrasa ensuite sur le sol, la tête tournée sur le côté elle pouvait voir, au fond de la salle, une silhouette encapuchonnée qui n’était pas là lorsqu’ils étaient rentrés. Elle en était certaine. Lentement sa vue se mit à devenir floue puis une tache sombre apparut au centre de sa vision et elle s’étendit progressivement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 393
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeJeu 11 Avr 2019 - 23:31



Le manoir de Maitre Vash'zas, H+8mn

La Maitre illusionniste se frotta les mains, heureux du déroulement des operations. A ses cotés, son équipe d'arcaniste soufflait finalement. Ce n'étaient pas des mages de guerre, mais des expérimentateurs, des chercheurs de la magie, experts dans le fonctionnement et les faiblesses de l'esprit des populations pensantes de Miradelphia. C'était pour la plupart d'entre eux un baptême du feu, ils n'avaient jamais eu à affronter de veritable ennemi, armé et décidé à les tuer s'ils en avaient l'occasion. Vu les deux carreaux qui étaient encore planté dans le vaisselier, ce n'avait pas été un exercice. Maitre Lin'shassae, du haut de ses 723 ans et de son metre quatre-vingt dix, avait par contre connu son lot de conflits, et ce dernier n'était que le couronnement d'une longue pratique des stratégies magiques.

Pour la défense des assaillants, ils avaient couru droit dans le piège qui leur était tendu, si bien que les quelques mysticistes qui lui avaient été attribué en renfort s'étaient contenté d'amplifier leurs sortilèges. Devant elle, un terminait d'assommer d'un arc électrique le dernier du groupe dont elle avait supervisé l'annihilation. Leur chef avait même déposé les armes, et la daedhelle ressentait un délicieux frisson dans ses moments là, lorsque l'autre se sentait si écrasé par la perfection de sa puissance qu'il n'avait d'autre choix que de se soumettre. Elle l'avait fait électrocuter quand même, car Maitre Lin'shassae était prudente. On ne survivait pas 723 ans au Puy sans en apprendre sur les drows. Et elle préférait que personne ne voit sa tête.

Les nouvelles de l'autre groupe étaient moins bonne. Pour une raison qui lui échappait, le leader avait décidé d'innover et de faire s'entretuer les assaillants. C'était astucieux, mais le grand Maitre préférait les avoir vivants, et ce développement compliquait sensiblement la reussite de cet objectif, d'autant plus que sur les cinq, deux étaient déjà morts, et deux de plus gravement blessés. Il faudrait donc faire appel à des soigneurs, et ce avant que ces jeunes gens vigoureux ne se vident de leur sang. Malheureusement, il se trouvait qu'elle n'en avait pas sous la main.

La vieille Eldeenne soupira, et demanda à un des esclaves d'envoyer une chauve souris au temple de Kiran, et une autre à l'étude noire. L'attaque était-elle achevé? A la place du Grand Architecte, elle n'aurait pas mis toutes ses forces dans la même attaque. Mais à la place du Grand architecte, elle n'aurait pas attaquer non plus. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas pu faire appel à son sens de la tactique. Ah! Cela lui rappelait le bon vieux temps.

Elle transmit à ses mage l'ordre de se repositionner.  Maitre Lin'shassae s'amusait tellement.

Le manoir de Maitre Vash'zas, H+8mn
Les étudiants avaient été installés chacun dans une cellule isolé et se morfondaient pour la plupart. L'arcaniste avait perdu connaissance dans une autre, et Bok'ris et Nat'kacha quant à eux se demandaient quel était ce nouveau vacarme. La situation était donc parfaitement sous contrôle. L'elfe par contre, le port toujours parfait, altier et droit, attendait patiemment. Peut-être se demandait-elle quel allait être son sort? Peut-être était-elle angoissait de cet enlèvement?

Non, car elle n'y pouvait rigoureusement rien. Ce n'était pas une combattante, mais une scribe. Ses qualités résidaient dans sa mémoire sans faille, ses facultés d'observation et son discours clair, précis et concis. Par ailleurs, c'était quelqu'un capable de garder son calme dans la plupart des circonstances. Et justement, on était dans le genre de circonstances qui nécessitaient ce genre de talents.

L'esclave s'était donc assise dignement, et avait attendu que Myr'Hennis ait fini de dicté sa missive. Les mains posées sur ses genoux, elle ne toucha pas à la coupe avant que son hôte ne l'y ait invité, polie, impassible. Sa main fine saisit alors la coupe avec douceur, et la porta à ses lèvres pour en prendre une petite gorgée puis la reposer avec précision.

- Merci, c'est très aimable à vous, grand architecte. L'elfe ne buvait pour ainsi dire presque jamais de boissons alcoolisé, et préférait s'abstenir d'en abuser. Tout particulièrement en ces circonstances.
« Comment t’appelles-tu ? »

- On m'appelle Mililwen. Je suis une propriété de l'Etude noire. J'y occupe la fonction de scribe depuis aussi longtemps que je me souvienne. Elle appréciait ce qu'elle y faisait et les gens qu'elle y rencontrait. Elle était esclave et n'avait pas la moindre idée de son âge. La vie était ainsi, mais elle ne se considérait pas malheureuse pour autant. N'ayant connu que ca, il aurait été difficile de saisir ce que la liberté pouvait lui apporter. Surtout que ses Maitres avaient assez confiance en elle pour lui confier des responsabilités de temps à autre.

- En quoi puis-je vous aider? Elle avait déjà rencontré le drow une seule fois, lors de sa visite, et s'en souvenait comme hier. Elle soupçonnait que toute cette situation était en rapport avec l'évènement, vu que Vash'saz était concerné. Les vieux avaient du savoir ce qui allait se produire. Son enlèvement avait-il aussi été prévu? L'esclave espéra que non, car les implications qui en découlaient étaient fort désagréables.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Myr'Hennis Vect
Drow
Myr'Hennis Vect

Nombre de messages : 277
Âge : 163
Date d'inscription : 08/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  548 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeVen 12 Avr 2019 - 5:43

Ce que Maître Lin’shassae avait l’air d’ignorer c’était que le Grand Architecte ne mettait pas toutes ses forces dans une seule attaque, car des gardes il en avait encor tout un paquet, et Ashal encore moins. Même s’il aurait aimé que les soldats qu’il avait gardé en réserve entre plus tôt il se doutait que c’eut été une erreur et finalement ce n’était pas plus mal. Il avait dit cinq minutes et ils allaient arriver dans cinq minutes, il pouvait compter là-dessus car c’était Duag’Dirn qui était à la tête des renforts et ce dernier était procédurier ; s’il y avait des ordres ou un règlement c’était bien pour le suivre sinon ils ne servaient à rien et même s’il n’aimait pas ce qui ne servait à rien il était tout de même capable de s’adapter. Ce dernuer réfléchissait, est-ce que ça faisait cinq minutes ? Non, il comptait depuis que le groupe principal était rentré alors il attendit patiemment le signal qui devait venir.

Puis enfin vint le temps d’agir, il n’avait pas vu de signal, qu’à cela ne tienne il savait quoi faire, il avait des ordres et en plus de ça le règlement prévoyait ce genre de situation, que demander de plus ? Alors il sortit de sa ruelle, s’assurant de ne pas être vu depuis l’intérieur de la maison, il allait rentrer par la porte d’entrée il ne voulait donc pas finir comme le premier groupe, peu importe comment ils avaient bien pu finir. En le voyant bouger les deux guerriers postés à sa gauche et sa droite commencèrent à faire de même puis les deux autres aussi. Trois d’entre eux brisèrent une fenêtre, ne sachant pas où le groupe d’assaut avait pu succomber le plan prévoyait de faire du bruit pour faire penser à une attaque plus nombreuse qu’elle ne l’était réellement et permettre à Duag’Dirn et celui qui rentrait par une porte à l’arrière du manoir, d’avoir une diversion pour s’infiltrer plus aisément. Mais les cinq guerriers n’avaient pas pour objectif de rentrer et d’enfoncer des portes comme c’était le cas des précédents, ils devaient trouver les passages secrets où attendaient calmement leurs binômes. Mais ce ne fut pas ce que Duag’Dirn fit : il se plaça à côté de la porte d’entrée toujours ouverte et il tendit l’oreille, rentrer seul dans un bâtiment où ses camarades était manifestement tombés ne le tentait pas plus que ça alors uatnat profiter de la diversion.

Myr’Hennis se contenta d’hocher la tête. Il ne savait pas si Mililwen était effectivement son nom mais il s’en moquait un peu. Il prit la coupe entre ses doigts et la fit tourner lentement, observant le liquide bouger au fond. « Tu vas sûrement pouvoir m’aider de bien des façons, je n’en doute pas. Avant ça je tiens à te présenter mes excuses à la place de ton maître qui n’a peut-être pas pris la peine de le faire lui-même ; tu as changé de main de façon abrupte mais en réalité la transition aurait dû être plus… calme, disons. Rassure-toi cependant, ton travail ne changera pas tant que ça car Plynnil a besoin d’aide dans ce bureau et il te faudra principalement écrire, c’est, entre autres, pour ça que je t’ai demandé spécifiquement. Tu ne seras pas seule non plus, tu vas pouvoir travailler avec Shyn’tae, j’espère que ça rendra le changement plus facile, que tu seras moins dépaysée. » Le Grand Architecte avala une gorgée avant de reposer la coupe, il se délecta du goût délicieux pendant quelques secondes, fermant les yeux et se laissant tomber dans son siège. Après une grimace de douleur à cause de son dos il répondit aux questions si elle en avait puis il prit la lettre, il se leva pour se diriger vers la porte avant de se retourner pour faire face à Mililwen. « Ah oui, j’oubliais : tu auras tes quartiers, Plynnil te les montrera une fois que vous aurez terminé. Sur ce, je suis désolé ne pas pouvoir rester mais j’ai à faire ailleurs. »

Il sortit ensuite, Vaervy sur les talons, il avait envie d’envoyer la lettre mais il voulait des nouvelles d’Ashal avant alors il alla vers les quartiers de la garde. Une fois à l’intérieur il demanda à voir celui qui se trouvait derrière le bureau de sa cible. La capitaine lui désigna la pièce et il entra avec son ombre juste derrière lui. La pièce était petite mais le vide la rendait plus grande qu’elle n’était réellement. Il était difficile de dire à quoi elle avait bien pu servir avant d’accueillir le mage mais en tout cas de la poussière s’y était accumulé et même si le déplacement de matériel en avait dissipé une partie non négligeable, il fallait mieux éviter de se mettre dans les coins si l’on était allergique. Vaervy, la main sur son arme, resta toujours dans le dos de Myr’Hennis, prête à agir si besoin, en attendant elle laissait son patron faire.

« Bonjour et bienvenue dans mon humble demeure. Je crois que nous n’avons pas été présentés, je m’appelle Myr’Hennis Vect. » Il regarda autour de lui et grimaça. « Ce n’est probablement pas ce à quoi vous vous attendiez en arrivant chez le Grand Architecte mais que voulez-vous, on ne peut pas être parfait. Cela dit j’admets que j’envie davantage ma position que la vôtre pour le moment… conspirer avec Vash'zas mais enfin quelle idée ? La triumvir ne sera pas contente du tout lorsqu'elle l'apprendra. »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 393
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeVen 12 Avr 2019 - 23:11



L'élémentaliste avait achevé d'assommer le dernier assaillant lorsque le bruit de fenêtres brisées raisonna dans le bâtiment. Ces gens ne respectaient rien, ignoraient-ils donc à quel point il était couteux et long de faire fabriquer des vitraux de qualité? Maitre Lin’shassae soupira. Elle n'était pas drow à refuser les distractions, mais elle avait aussi des recherches à mener. De plus l'évaluation des étudiants ne se ferait pas toute seule. Elle comptait donc en finir rapidement. Chacun savait ce qu'il avait à faire et tant pis si la demeure familiale de l'autre idiot de service en subissait les consequences. Au contraire, ce serait drôle.

La daedhelle fit un signe à ses assistants. Quelques secondes plus tard, les mains des mages s'agitaient en mouvement complexes, alors que la magie coulait sans peine au travers de leurs focalisateurs.

Duag'Dirn entendit quelques bruits de course à l'intérieur du manoir, puis plus rien pendant de longues secondes. Finalement, les sens particulièrement affutés du soldat d'élite purent distinguer des mélopés en provenance de la salle dans laquelle Ashal et ses hommes avaient pénétré.

situation:
 

***

« Tu vas sûrement pouvoir m’aider de bien des façons, je n’en doute pas. Avant ça je tiens à te présenter mes excuses à la place de ton maître qui n’a peut-être pas pris la peine de le faire lui-même ; tu as changé de main de façon abrupte mais en réalité la transition aurait dû être plus… calme, disons. Rassure-toi cependant, ton travail ne changera pas tant que ça car Plynnil a besoin d’aide dans ce bureau et il te faudra principalement écrire, c’est, entre autres, pour ça que je t’ai demandé spécifiquement. Tu ne seras pas seule non plus, tu vas pouvoir travailler avec Shyn’tae, j’espère que ça rendra le changement plus facile, que tu seras moins dépaysée. »

- Merci à vous. Mon devoir m'oblige toutefois à vous rappeler, grand architecte, que je ne suis pas la propriété de Maitre Vash'zas, mais celle de l'étude noire. La remise en question de cette cession pourrait donc se faire sur des bases solides. L'elfe avait parlé d'une voix posée, son calme olympien, un peu comme si elle l'avait informé de l'absence pour maladie du garde normalement de service. Elle avait énoncé un fait, sans jugement aucun.

- Le maître se croit peut-être plus important qu'il ne l'est réellement dans ce cas. L'espace d'un instant trop bref, une lueur d'étonnement naquit dans son regard alors qu'elle analysait la réponse. Elle hocha la tête. Les raisonnements de ce drow étaient encore plus étranges que ceux des mages, lesquels l'étaient déjà souvent beaucoup. Néanmoins, ce n'était pas son rôle de prendre ce genre de decisions, elle laisserait volontiers à d'autre le soin de démêler cette situation.

- Je saurai m'adapter. Je sais comment travailler avec… Shyn'tae. Était-ce de l'amusement dans ce regard si noble? Lorsque le grand architecte eut quitté la pièce, elle s'inclina respectueusement devant Plynnil.

Pourrais-je partager mes quartiers avec ceux de Shyn'tae? Cela l'aidera à mieux s'adapter aussi. Il fallait bien qu'à l'étude noire, quelqu'un fasse en sorte que l'habitat de la jeune arcaniste ne dégénère pas trop sous le manque d'ordre de sa locataire. C'était elle qui s'en chargeait. Entre autre.

***

Quelques minutes plus tard, dans une cellule improvisée par la garde de Myr'hennis, ce dernier faisait face à l'arcaniste blessé. Ce dernier était bien pâle suite à la perte de sang, mais les gardes avaient fini par le réveiller, ce qui expliquait peut-être son visage un rien tuméfié. Il écouta son hôte avec la plus grande attention que lui permettait son regard terne. Le drow ne bougeait pas beaucoup, ce qui était probablement la meilleure décision à prendre vu son état. Ce n'était pas un Eldéen très robuste, et le carreau d'arbalète l'avait apparemment beaucoup affecté.

Lorsque Myr'hennis eut terminé, il resta un moment comme abasourdi, avant de commencer un rire, mais toussa à la place.
- Pardonnez-moi... Grand Architecte. Mais… Qu'est ce qui vous fait croire… que j'aurais quoi que ce soit… à voir… avec ce… cet individu? Et pourquoi.. le triumvirat aurait le moindre rapport avec tout ca?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Myr'Hennis Vect
Drow
Myr'Hennis Vect

Nombre de messages : 277
Âge : 163
Date d'inscription : 08/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  548 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeDim 14 Avr 2019 - 20:49


Après s’être plaqué contre le mur Duag'Dirn leva son arbalète, prêt à clouer au mur quiconque se trouverait dans le couloir mais il n’y avait personne alors, toujours avec son arme levée, il avança à pas de loup. Il s’adossa au mur d’où venait les incantations, il prit une grande inspiration et se décala, arme en avant, prêt à tirer. Lorsque l’on sait que l’on attaque une bande de mage sur le qui-vive il vaut mieux être sûr de son coup et ça Duag’Dirn l’était, il s’était concentré sur une voix et lorsqu’il se décala il se trouvait en biais du mage ciblé et il n’eut qu’un ajustement mineur à apporter à sa visée. Le mage en question écarquilla les yeux en voyant la lumière produite par sa boule d’éclaire se refléter sur le carreau qui partait dans sa direction. Il tenta bien de griller la dondaine qui arrivait à une vitesse alarmante sur lui mais son tir au jugé et paniqué loupa le projectile pour aller s’écraser pas loin d’où la tête de Duag’Dirn se serait trouvée s’il n’était pas immédiatement retourné se planquer. La surprise, le cri à glacer le sang, le corps qui vola de quelques mètres en arrière sous l’impact fit voler en éclat la concentration des mages les moins disciplinés. Maitre Lin’shassae tenta tant bien que mal de rattraper le sort, d’en reprendre le contrôle mais reprendre un rituel prévu pour cinq lorsque l’on est que trois c’est difficile, ça l’est encore plus lorsqu’un arcaniste, prenant peur, lâche le sort pour tenter de s’éloigner. Lin’shassae tenta de refourguer un peu d’énergie au dernier arcaniste pour éviter d’imploser mais ce dernier la refusa et l’énergie qui se trouvait désormais sans quiconque pour la canaliser explosa entre deux mages, propulsant ces derniers dans deux directions opposées.

Le mur derrière lequel se trouvait Duag’Dirn s’affaissa tandis que de l’autre côté des bruits de pas auraient pu être entendu par quiconque se trouvant de ce côté-ci de la shalle. La porte encore intacte vola en éclat et deux arbalétriers fouillèrent la pièce du regard. Cette dernière n’était plus du tout reconnaissable pour quiconque l’avait plus tôt. Le mur qui s’était affaissé avait fini par s’effondrer, les meubles, enfin ceux qui n’étaient pas réduits en miette et qui avaient envoyés leurs shrapnels aux quatre vents, étaient éparpillés un peu partout. Les binômes arrivaient au compte-goutte, le second avait un prisonnier sur l’épaule, le troisième arriva alors que les deux premiers commençaient à ramasser les cadavres et le quatrième expliqua qu’il y avait cinq autres corps à ramasser, enfin quatre si on met suffisamment de claques à l’un d’eux. Sans matériel médical adéquat et avec des blessés graves Duag’Dirn ordonna qu’on les achève avant de s’assurer que les autres n’étaient pas dans le même état. Il y avait beaucoup de morts et tous les corps furent rassemblés au centre de la pièce, le de facto commandant de l’opération ordonna à un soldat d’aller chercher son binôme qui était resté dans les tunnels, une paire de bras supplémentaire ne serait pas de trop.

Duag’Dirn compta. Sept morts, deux blessés légers et un blessé grave stabilisé. Onze soldats en état de marcher dont dix qui pouvaient porter quelque chose et un prisonnier. Le guerrier n’aimait pas du tout ces chiffres. On réveilla le prisonnier à grand coups dans la tête, il allait marcher comme les autres. Les blessés légers furent transportés sur le dos tandis qu’on transportait les morts sur une épaule tout en tirant les cadavres de mages encore reconnaissables ; et surtout ceux qui n’étaient pas sous des gravats. Une partie du manoir n’allait pas tarder à s’effondrer alors ils se dépêchèrent, faisant ce qu’ils pouvaient pour ne pas aggraver l’état des blessés. Repassant par les passages secrets ils essayèrent de faire ce qu’ils pouvaient pour ne pas laisser de traces de sang derrière eux mais la vitesse primait, ils enverraient des esclaves nettoyer derrière eux suffisamment loin pour ne pas être facilement suivis.

Myr’Hennis lui tourna le dos et quitta son bureau après sa brève réponse qui, il est vrai, devait sembler cryptique pour l’esclave. Plynnil haussa les épaules, elle n’avait pas reçu d’ordre contraires alors pourquoi pas ? Et puis ça l’arrangeait bien parce qu’elle n’avait aucune idée de quels quartiers elle allait bien pouvoir allouer à l’esclave, disons que ce n’est pas spécialement courant comme situation, d’ordinaire l’architecte la prévenait avant de dire des choses pareilles. Elle hocha la tête et se remit au travail après avoir désigné une pile de documents à recopier.

L’architecte en question fit une moue déçue devant la réponse de l’arcaniste. « Trop blessé pour se présenter hein ? Ce n’est pas bien grave je vous pardonne votre impolitesse. Je dois admettre que c’est bien tenté mais qui sait, peut-être que vous arriverez à convaincre la Doth’ka, ça vous laisse… » l’architecte prit une seconde ou deux pour faire comme s’il calculait quelque chose. « Une petite dizaine de minute pour trouver une histoire convaincante. » Myr’Hennis se retourna vers la sortie et marcha vers la porte.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 393
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeSam 20 Avr 2019 - 21:29



Les paroles du grand architecte résonnèrent dans l'esprit de l'arcaniste. Il était dans les ennuis, et jusqu'au cou. Peut-être allait-il mourir ici, alors même que tout ce qu'il demandait, c'était de retourner dans son laboratoire pour avoir le temps d'explorer des pistes de recherches prometteuses dans le domaine pointu de la magie de la lumière.

Mais il se doutait aussi que le grand architecte face à lui ne se contenterait peut-être pas de ces informations. Une étincelle d'inspiration illumina soudainement son esprit

- Attendez... Je m'appelle Phar'dirrn Freth... Je suis juste un arcaniste chercheur... j'étudie des procédés permettant de graver des supports métalliques avec précision à l'aide de la magie de la lumière. Maitre Vash'saz mène une campagne pour s'opposer à la nomination du triumvir X'lanxin à la fonction de Prime Sorciere. Il trouve qu'elle est trop jeune, pas assez académicienne. Je pense que Viconia peut apporter un sang neuf bienvenu dans notre institution. J'étais dans le bureau de Maitre Vash'saz pour y finaliser ses dossiers... J'aurais mieux fait de rester couché ce matin... Que voulez-vous savoir?

Le sombre préférait manifestement rester aussi neutre que possible à propos de Maitre Vash'saz. Les intentions du Grand architecte n'étaient pas très claires, et bien qu'il eut l'air d'être un ennemi du sorcier, Phar'dirrn était bizarrement rendu méfiant par le cadre et le contenu de la discussion.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Myr'Hennis Vect
Drow
Myr'Hennis Vect

Nombre de messages : 277
Âge : 163
Date d'inscription : 08/02/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  548 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeDim 21 Avr 2019 - 16:11


Myr’Hennis s’arrêta et un sourire s’accrocha à ses lèvres puis il disparut avant qu’il ne se retourne. Il avait l’air un peu soucieux de la réponse de son prisonnier.

"C’est déjà mieux mon bon Phar’dirrn mais est-ce que ça suffira ? Je veux croire en votre innocence car je ne vous pense pas assez stupide pour vous être sciemment allié avec Vash’saz et encore moins contre une triumvir. Cependant ce n’est pas moi qu’il faut convaincre. Cela dit je glisserai un mot aux agents de la Doth’ka qui devraient bientôt arriver à propos de votre coopération, une coopération qui est évidemment la bienvenue bien que tardive. Pour le coup je ne veux rien savoir, je me lave les mains de cette affaire et la laisse entre les mains d’autorités plus compétentes, je n’apprécie guère les mages et moins j’en vois mieux je me porte ; je ne peux que vous donnez raison : vous auriez dû rester au lit ce matin. Sur ce je vais faire ce que je peux pour les convaincre de votre innocence... souhaitez-moi bonne chance, vous allez en avoir besoin."

Il sortit finalement, Vaervy sur les talons et cette dernière ferma la porte, replongeant le pauvre mage dans la solitude sûrement teintée d’angoisse. Pour le moment Myr’Hennis avait une chose à faire, quelqu’un à aller chercher pour être plus précis. On envoya deux soldats prendre la relève car pour trouver celui qu’il cherchait, l’architecte avait besoin des jumeaux, en effet Tu’Ahn était quelqu’un de particulièrement difficile à contacter même s’il était sensé être au service du Grand Architecte. Le frère de Draszith’Blyn était, à l’instar de sa sœur, quelqu’un qui tenait à se liberté alors il ne restait jamais dans le domaine de Myr’Hennis, il fallait donc aller le chercher à chaque fois qu’on avait besoin de lui ce qui était particulièrement fastidieux parce que le bougre se cachait fort bien. Cependant il ne restait jamais loin lorsque sa sœur acceptait une mission de l’architecte alors les jumeaux seraient bientôt de retour se disait avec un sourire le maître des lieux.

Myr’Hennis se souvenait comme si c’était hier de sa première rencontre avec Tu’Ahn, il avait vu sa sœur près de deux mois auparavant et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il avait une apparence atypique et l’architecte lui fit la remarque ; pour un assassin il ne ressemblait pas vraiment à l’idée qu’on peut se faire des représentants de cette charmante profession. L’assassin en question avait répliqué que s’il ressemblait à l’incarnation de Teiweon son travail s’en trouverait tristement plus difficil, même si Myr’Hennis ne pouvait pas le voir derrière son masque il était certain que le drow en face de lui avait un sourire moqueur sur les lèvres contrairement à celui de son masque. Draszith’Blyn et Tu’Ahn étaient aussi différents que le jour et la nuit ; l’aîné avait grandit à Thaar là où la cadette n’avait jamais quitté le puy ; l’une considérait que tuer était un art et qu’elle était une artiste digne de renom et l’autre considérait que le meilleur assassinat est fait par quelqu’un d’autre ; elle était taciturne là où il parlait beaucoup. C’était de Tu’Ahn que Vaervy se méfiait le plus malgré les prouesses de Draszith’Blyn et ce pour plusieurs raisons, les principales étant qu’elle n’arrivait pas à le comprendre à cause de son éducation Ithri’Vaan et parce qu’elle ne l’avait jamais vu se battre malgré plusieurs tentatives.

Plus petit que sa sœur, on ne pourrait pas penser ça possible et pourtant il avait quelques centimètres de moins, Tu’Ahn était un drow qui ne connaissait que deux états : l’immobilisme parfait ou un déplacement fluide et rapide. Avec ses nombreux rubans qui pendaient nonchalamment à ses côtés et ses couleurs criardes il était plus difficile qu’on ne le pensait de se concentrer sur lui en combat ; sans compter ses trois masques de théâtre, un qu’il portait posé à l’épaule et deux attachés à sa ceinture, avec sa vitesse les yeux s’arrêtaient parfois sur un masque qui n’était pas celui couvrant le visage de l’assassin et le cerveau mettait un temps à se débarrasser de la confusion, quelques instants qui se montraient souvent fatals avec lui.  La capitaine de la garde ne l’avait jamais vu combattre mais elle ne doutait pas qu’il était meilleur que sa sœur, que derrière ce clown se cachait quelqu’un qui avait non seulement survécut à Thaar mais visiblement prospéré. Avec les ressources à sa disposition Vaervy n’avait rien trouvé sur lui et ça la faisait frissonner bien plus que si elle avait découvert un tueur de renom. C’était quelqu’un qu’on ne trouve que s’il veut bien être trouvé et ça mettait la capitaine particulièrement mal à l’aise, elle avait plusieurs fois demandé à Myr’Hennis de ne plus le contacter mais évidemment ce dernier n’écoutait pas.

En même temps l’architecte avait une dette envers lui et il venait de trouver un moyen de la repayer et sûrement qu’ils auraient moyen de trouver un arrangement pour que ça lui profite aussi. Alors lorsque Tu’Ahn arriva finalement au domaine du Grand Architecte ce dernier lui expliqua ce qu’il avait en tête et l’assassin hocha lentement la tête. Après une courte discussion un accord fut trouvé et Tu’Ahn demanda qu’on lui prête trois soldats et qu’on leur retire toutes marques d’appartenance à la garde du Grand Architecte, ce qui lui fut accordé. Après quoi Phar’dirrn fut bâillonné, aveuglé, enchaîné et enfin assommé d'être emmené en dehors du domaine de Myr'Hennis par des passages secrets.

Phar’dirrn se réveilla dans une petite pièce aveugle d'environ six mètres carrés, son bâillon et son bandeau avaient disparus mais ses chaînes étaient toujours là, le restreignant toujours douloureusement, il se trouvait dans un îlot de lumière entouré par les ténèbres grâce à la chandelle juste en face de lui. Au loin il était possible d'entendre des gémissements voir des cris de douleurs désarticulés, une forte odeur de cuivre flottait dans l'air et il faisait particulièrement froid, le fait que le mage était désormais nu n'aidait sûrement pas. L'arcaniste put voir une silhouette approcher vers cet îlot de lumière, une silhouette qui semblait avoir quatre visages d'un blanc pur avant qu'il ne se rendre compte qu'il s'agissait de masques alors que la silhouette avançait vers lui, s'extirpant un peu plus des ombres à chaque pas. Tu'Ahn fut rapidement devant le mage, les bras croisés il se transforma en statue avant de parler d'une voix chantante, enjouée presque envoûtante derrière son masque souriant d'une oreille à l'autre.

"Vect avait tort, et vous aussi, rester au lit ce matin n'aurait rien changé, on trouve toujours les coupables et ils ne le restent pas longtemps, en général mais peut-être serez-vous l'exception. Vous allez me raconter tout ce que vous savez sur Vash’saz, ses complices et surtout sa conspiration. Surtout n'oubliez pas votre rôle dans tout ça. Tant que j'y suis: je vous déconseille de mentir, Tesso me le dira."


Pendant ce temps Vaervy rentra dans la cellule des étudiants une par une pour leur dire qu'ils étaient dans les ennuis jusqu'au cou, qu'ils allaient être accusés de conspiration contre le triumvirat mais qu'ils étaient encore les seuls à l'avoir découvert et qu'ils n'étaient pas obligés de rejoindre Phar'dirrn Freth dans les mains de la Doth'ka s'ils coopérait. Le marché était simple: ils pourraient rentrer chez eux et reprendre une vie tout ce qui'l y a de plus normal, sans le fardeau d'une quelconque accusation, en échange de rapports réguliers.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 393
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitimeLun 22 Avr 2019 - 16:22



"Je vous déconseille de mentir, Tesso me le dira". C'était là un phrase bien surprenante qui avait laissé à Phar’dirrn un goût bien étrange dans la bouche(1). Comme tous les drows attentifs et sérieux, il connaissait fort bien les enseignements de dieux. Et pour ce qu'il en savait, écouter Tesso n'était pas vraiment la meilleure façon d'entendre la vérité, et encore moins de savoir si quelqu'un mentait. Jusqu'à quel point l'individu sinistre était-il sérieux, ou psychotique? Lui racontait-il cela pour le destabiliser? Etait-ce vraiment la Doth'ka?

Neanmoins, considérations théologiques mises à part, le mage du bien reconnaitre que cela n'avait guère d'importance. Tout ce qu'il voulait c'est qu'on le laisse tranquille et qu'il puisse retourner à son travail en passant par un temple de Kiran. S'il survivait, ce serait un bonus. Car non seulement Phar'dirrn n'était pas un guerrier, mais en plus il n'avait aucune idée de pour quoi il ne se battait pas. Mais pourquoi donc ces couillons ne le croyaient-ils pas.

Alors il répéta son histoire. Tout le monde savait que Vash'saz, entre autre, était vexé qu'une jeune drow comme le triumvir Viconia puisse aspirer au titre de Prime sorcière. Entre autre parce que la plupart des vieux Maitres étaient du même avis. C'était difficile de qualifier cela de conspiration, ou alors c'était mal connaitre les mages. Car chez eux, il était traditionnel de vérifier le contenu de son lit avant de s'y coucher, de peur d'y trouver un scorpion égaré. Une telle découverte faisait d'ailleurs office de preuve de respect. Quoiqu'il en était, on reprochait à Viconia son manque de maturité, son manque criant de références académiques qui la rendrait apparement incapable de diriger une institution de chercheurs multiséculaires et d'avoir couché pour obtenir son poste, ce qui était -du point de vue de Phar'diirn- particulièrement insultant: Le triumvir Viconia était bien trop parfaite pour avoir obtenue sa place par autre chose que le travail, la passion et la foi.

L'assassin dut ensuite supporter une dizaine de minutes de plaidoyer aussi passionné que convaincant sur l'opportunité hors du commun que représentait Viconia pour l'étude noire et le Puy d'Elda. Le chercheur était clairement amoureux, ce qui était un peu triste. Quelques questions permirent de constater qu'il possédait de nombreux croquis de la triumvir, dont l'un se trouvait d'ailleurs dans sa poche.

Parce que Tu'Ahn était un individu particulièrement consciencieux, il fit répéter l'eldéen plusieurs fois à la recherche d'incohérences. Toutes ces souffrances furent vaines, car il n'en ressorti que plus de conviction. Le discours devait être bien rodé, et quelques questions permirent de comprendre que Viconia était son sujet de conversation favori à l'étude noire, si on omettait ses recherches, dans lesquelles Phar'drinn faillit noyer Tu'Ahn sitôt que de dernier faisait mine de pousser le premier à en parler.

Mais au moins, Tu'Ahn était payé pour l'écouter. Tout de même, si Vash'saz avait eu à subir aussi cette épreuve, il avait du en retirer un profond ressentiment pour le chercheur. Tout cela faisait sens finalement.

Lorsque l'assassin eut la certitude que son sujet ne mentait pas, à moins d'être le meilleur comédien du Puy d'Elda, ou à moins que ce ne fut lorsqu'il n'en put plus, il lui offrit un marché qu'on ne pouvait pas refuser: L'informer de tout complot ourdit à l'étude noire, ou juste mourir. Phar'driin n'était pas totalement motivé pour mourir, et accepta donc aussitôt avec grande angoisse. Il n'était pas très sûr de bien identifier ce que l'homme prenait pour un complot car manifestement leurs définitions différaient sensiblement, mais il décida avec sagesse de remettre cette question à plus tard. Les complots des étudiants comptaient-ils d'ailleurs? Ils étaient bien innocents, mais des gens en étaient déjà morts.

***
Pendant ce temps Vaervy avait entrepris de cuisiner les apprentis qu'elle avait ramené de l'étude noire. Manifestement Keh'vin était quelqu'un d'important, ou du moins le croyait-il, car il aimait répéter. qu'il était un prima sanguis Ils s'étaient tous les quatre trouvés dans le bureau de Maitre Vash'saz pour trouver un remplacement pour une série de cours avec une certaine harpie, laquelle avait apparemment été réduit en esclavage par le grand architectes deux ennéades auparavant. Clairement, Keh'vin avait pris l’événement comme une chose naturelle et qui aurait du arriver bien plus tôt, et il s'en serait fallu de peu pour qu'il élève un autel à la gloire de Myr'hennis.

Les autres étaient dans une situation similaire, mais se montraient plus circonspect et mefiants pour s'abstenir d'êmettre le moindre commentaire sur quiconque dans cette histoire. Vu qu'on ne se faisait pas enlever tous les jours de l'étude noire, ils se doutaient qu'ils étaient dans les ennuis, et assurèrent Vaervy de leur entière collaboration.

Keh'vin, quant à lui, était enthousiaste.

- Père dit tout le temps que c'est grave à la Doth'ka que les déviants ne viennent pas pourrir l'oeuvre d'Uriz! Ce sera un honneur de vous aider à tous les trouver! Y'a trop de laisser aller! La harpie aurait du finir en ordalie depuis longtemps!" C'était clairement un drow doté d'un jugement sûr et équilibré.


(1) A moins que ne soient les oreilles, car on écoutait rarement par la bouche. Mes les oreilles n'étant pas non plus le siège du goût, l'auteur de ces quelques mots s'était trouvé fort ennuyé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] Empty
MessageSujet: Re: J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]   J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai vu d'la lumière, alors suis entré vous voyez. [Myr'Hennis]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alors le design mauve, c'est fun ou pas?
» BG Itila Cala
» Une taffe, une taffe ! [Turner]
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» Un entrainement difficile [pv Akaido]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: TERRES DE L'EST :: Cité d'Elda :: Profondeurs-
Sauter vers: