Partagez
 

 [Libre] Ce qui te revient

Aller en bas 
AuteurMessage
Valsrik'Hrae Zezxyra
Drow
Valsrik'Hrae Zezxyra

Nombre de messages : 113
Âge : 22
Date d'inscription : 04/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 417
Niveau Magique : Maître.
[Libre] Ce qui te revient Empty
MessageSujet: [Libre] Ce qui te revient   [Libre] Ce qui te revient I_icon_minitimeMer 1 Mai 2019 - 21:20


Première ennéade de Karfias
Dix-Septième année du Onzième Cycle
Chambre Arcanique






Voir à nouveau. La sensation était grisante, libératrice, euphorisante, inouïe, enivrante, exaltante, enchanteresse, délicieuse, étourdissante… ensorcelante… Voir à nouveau, non pas de tes yeux, condamnés à jamais par ta condition, mais d’une magie rendue plus forte encore, plus sensible encore, plus précise encore par la privation. Voir à nouveau, non pas de tes yeux, mais à travers le don que t’avais fait Valas après que tu aies réussi à traverser son épreuve. Cinq longues années incapable de tisser le moindre sortilège. Cinq longues années privé de ta raison de vivre, ta raison de vivre devenue une source de douleurs indescriptibles. Cinq longues années à sentir le dessin de la chimère se creuser sur ta peau sans la possibilité de le voir, sans la possibilité de l’imaginer. Cinq longues années soumis à ceux qui te sont fidèles, à baigner entre la tristesse, la vexation, la frustration et de maigres joies. De maigres joies que tes incapables de collègues de l’Erekd’Fe Renor auront chaque fois tôt fait de condamner, une étrange disparition après l’autre, un meurtre avéré après l’autre.

De maigres joies, qu’ils ravivaient en même temps qu’ils les condamnaient, leur sort te rappelant chaque fois la puissance de l’allié que tu avais en Ran’Lyn.

Mais tu étais seul cette fois, car ce que tu préparais ne concernait que toi. C’était ton combat, celui que tu avais fait en silence durant ces cinq années. Tu marchais vers la consécration de tout ce travail. Tu marchais vers la récompense que tu méritais après avoir raturé tant de feuilles, aveugle que tu étais, quand même désireux de servir le fruit de ta réflexion au Vatna. Tu marchais vers la récompense que tu méritais après t’être si souvent brûlé, faute de pouvoir correctement repérer les substances destinées à tes alambics. Tu marchais vers la récompense que tu méritais après t’être couché devant des Sombres qui n’en étaient pas dignes, tout cela pour le bien de ton peuple. Tu marchais vers quelque chose que l’on ne pourrait pas te retirer. Vers quelque chose qui t’était destiné. Vers quelque chose que maintenant tu voulais pour ce qu’il était, et pas seulement pour ce à quoi il te donnait accès.

C’est avec une assurance renouvelée que tu pénétrais l’enceinte de la Chambre arcanique, et avec une indiscutable témérité que tu laissais trainer tes doigts contre les murs, puis les meubles, parfois dans l’air, retraçant à la vue de tous les parcours des flux en cet endroit. Ce que tes mains touchaient, voilà longtemps déjà que tes braises l’avaient déjà léché. Tu ne faisais que marquer un territoire déjà conquis, des lieux déjà les tiens, quoi qu’en disent les quelques occupants au rythme de travail assez décalé pour s’être retrouvés sur ton passage. Pour la plupart, ton regard vide et l’aisance avec laquelle tu jouais avec la trame suffisait à les dissuader de t’approcher. Pour les autres, c’est la curiosité qui les empêchait d’agir. Que ferais-tu ensuite ? Quel était ton but ? Pourquoi cette entrée triomphale ? De quel droit.


Tu leur montrerais.


Les portes des appartements de l’Ust Meld’Zar. Restées fermées trop longtemps. Attendant depuis de longues années qu’un Mage qui en soit digne se présente à elles et investisse les lieux. Attendant depuis de longues années que la guerre intestine silencieuse qui rageait au sein de la branche scholastique de la magie Eldéenne se termine, et que se désigne un vainqueur. Seulement, cette guerre ne pouvait pas avoir de vainqueur. Les mages de l’Etude Noire n’en désigneraient jamais, de peur d’avoir à faire face au courroux des autres. Les mages de l’Etude Noire n’en désigneraient jamais, parce qu’en désigner un, pour tous ces vieux croulants au savoir considérable mais au talent discutable, ce serait abandonner l’espoir sur lequel ils refusent depuis trop longtemps d’acter. Désigner un nouveau Prime Sorcier, pour l’Etude Noire, ce serait abandonner cette ère de chaos au sein de laquelle prospèrent les médiocres et les égoïstes, n’ayant à rendre compte ni de leurs échecs ni de leurs découvertes.


Le nouveau Prime Sorcier devait se désigner de lui-même.


Tes doigts tournent, dirigent avec dextérité. Les forces se mettent en mouvement. Et ce qui était inaccessible est bientôt prêt de se dévoiler. Tu souris. Clef universelle que tu es. Pensaient-ils réellement te tenir dehors aussi facilem…
Un obstacle. Un rire dans ton dos. Eraillé, usé, fatigué. Un des anciens de l’Etude Noire. Professeur élémentaliste réputé.

- Tu pensais peut-être que les appartements de l’Ust Meld’Zar n’étaient protégés que par une pauvre serrure ?

- Voilà qui m’aurait bien étonné, mais une barrière n’est jamais aussi solide que le mysticiste qui l’a érigée… tu te saisis de ta baguette et il y a trop peu de mysticistes au Puy capables de me retenir indéfiniment

Tu signes lentement au départ, traçant des glyphes dans l’air de la queue du dragon d’os. Ainsi tu jauges ton adversaire, la qualité de son art, les forces qu’il te faudra mettre en œuvre pour passer outre, les efforts exacts qu’il te faudra fournir. Il ne s’agit pas de donner plus que de nécessaire. Il ne s’agit pas de forcer ton chemin avec brutalité. Il s’agit de défaire un verrou.
Tu signes rapidement maintenant, des traces courtes, comme tranchant en des endroits précis dans la trame, dans l’espace, dans le tissu de la réalité. Tu déplaces des grains de sable un à un, tu redistribues des forces minuscules une à une, tu t’amuses à jouer de la magie ambiante comme s’il s’agissait de points de pression d’une veine, comme si tu cherchais à en rétablir la circulation alors qu’elle était encombrée par un corps étranger.

- Ça ne sert à rien le Sombre jubile alors que les premières gouttes de sueur te coulent des tempes tu n’y arriveras jamais. D'autres ont tenté avant toi.

- Regarde, et apprend.

Durant de longues minutes tu continues de signer à toute vitesse, de plus en plus vite, de plus en plus vite, jusqu’à ce que… un grand cercle du poignet et le loquet cliquetait. De ta main libre, tu pousses la porte maintenant ouverte, pour prendre place à un bureau qui n’attendait que toi. D'autres ont tenté, mais ils ne maîtrisaient pas les mêmes arcanes que toi. Comment pourraient-ils, quand ton don était l'un, sinon le plus rare qu'il y ait au sein du Vatna.

- Salues ton nouvel Ust Meld’Zar.

Que la rumeur s'étende, que les opposants viennent. D’ici-là cet espace sera le tien. Et dans un espace qui est le tien, tu ne saurais être défait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Viconia X'Ianxin
Drow
Viconia X'Ianxin

Nombre de messages : 352
Âge : 40
Date d'inscription : 09/12/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  250 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[Libre] Ce qui te revient Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Ce qui te revient   [Libre] Ce qui te revient I_icon_minitimeVen 3 Mai 2019 - 13:38

[justify]

Quand on est venu te l’annoncer, tu ne l’a pas cru de prime abord. Jamais durant vos leçons vous n’avez abordé le sujet délicat de tout ce qui s’est passé en l’an 15. Habituée à compartimenter ta vie, Valsrik’Hrae étant toujours si marginal, tu n’as simplement pas pensé te confier à lui. Cela ne fait pas longtemps que l'Etude Noire a été matée et que tu travaille enfin de concert avec tout ce beau monde pour arracher des compromis, des arrangements acceptables qui permettront de protéger les secrets de l'Oeil, entre autre. 

Depuis 6 ans que tu y travaille d'arrache pied. Les progrès n'ont pas été rapides, certes, mais mieux vaut être moins rapide et plus solides. Travailler selon les règles. Comme il a été fortement suggéré par le plan de départ. 

La Viconia qui arpente ce corridor, avec Varg à ses côté, flanquée de deux Phoenixs, le mysticiste et un mage de la vie, pour contrebalancer le pouvoir de Ran'Lyn si cet enfoiré est dans le bureau, n'est plus celle de voilà six ans justement. Un méchant poignard à la ceinture de disques dorés, ses jupes noires et écarlates cachant Meurtrière , toujours fidèlement attachée à sa cuisse, cachée. Le bracelet lourds, en forme d'ouroboros montant le long de ton bras gauche, rassurant, toisant le monde de ses yeux sertis de rubis.

Tant de travail, tant de compromis, tant de sacrifices… Tant de Flammes ont payé le passage vers le succès de cette ambition tes pieds et tes mains trempent dans leur sang, le sang des tiens, comme ceux de tes ennemis.  Aussi quand tu a appris qu'IL a osé forcer la porte du bureau et s'est octroyé la place de Prime Sorcier alors qu'il n'a même pas levé le petit doigt, avec une excellente raison certes, mais le résultat est le même, alors que tu t'es démenée comme une diablesse, ne le prends tu pas, mais pas du tout. 

Ce n'est pas de la rage ni de la colère, ni même de la frustration qui émane de ta personne… Une volonté froide, implacable. 

Aussi ouvre tu la porte de TON bureau et y entre tu, droite et fière, dans le cliquetis des multiples colliers qui recouvrent ta poitrine opulente. Les boucles de tes cheveux sont lâchements attachés, tombant doucement sur ta chute de reins. Une mèche rebelle coure le long de ta poitrine, soulignant négligemment sa courbe recouverte de colliers.  Tes yeux d'émeraude rougeoyant se pose sur l'individu parcourant les dossiers, assis à ton bureau. Ainsi on ne t'a pas mentie, il a bien revendiqué cette place par la force. Tu ne voulais pas y croire et en ce moment, tu es obligée de le croire. Tu entend sa mélodie , pleine et entière… c'est supposé te faire peur? 

Ta voix douce et mélodieuse empli l'air tandis que tu entre, Varg te suivant comme ton ombre, les deux gardes derrière toi. Jouer selon les règles? Mais pour quoi faire? Quand on joue selon les règles, il y a toujours un con qui veut de doubler. Au moins il est seul… Tu n'aurais pas souffert Ran'Lyn. Pas. Une. Seconde. 

Dans la douceur de ta voix,il n’y a aucune sympathie, aucune faiblesse dans ta voix. Aucune agressivité non plus. tu module ton timbre et tes paroles. Ton non verbal aussi même si le mysticiste ne te voit pas. Le respect inconditionnel des ainés t'a passé… Après trois… non, quatre…. Tentatives d'assassinats par des vieux croûtons, et tout ce que tu as survécu, tu t'octroie le droit d'être comme tu es en ce moment. Et il peut le sentir. 

Solide, calme, implacable, déterminée. 

Bonjour Valsrik'Hrae… 

Tu pourrais en dire plus, mais il te prendrait pour une jeune drow revendicatrice et chouinarde. Aussi te contente tu de l'essentiel, nullement agressive. Tu pourrais rajouter quelque chose d'autre… Ou non. Le laisser dévoiler ses intentions. Se rappelle t'il ses promesses? Qui a tu devant toi, allié ou ennemi? Se lèvera t'il pour t'acceuillir comme ton rang le lui intime? Ou restera t'il affalé sur ces papiers en te défiant? Jusqu'où sera tu obligée d'aller pour réclamer ce qui t'es justement dû de par ton travail acharné?


Dernière édition par Viconia X'Ianxin le Mer 8 Mai 2019 - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sandrachapdelaine.com
Valsrik'Hrae Zezxyra
Drow
Valsrik'Hrae Zezxyra

Nombre de messages : 113
Âge : 22
Date d'inscription : 04/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 417
Niveau Magique : Maître.
[Libre] Ce qui te revient Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Ce qui te revient   [Libre] Ce qui te revient I_icon_minitimeVen 3 Mai 2019 - 19:21


Les secondes ont passé et l’étonnement est retombé. Les minutes ont passé et les premières questions sont nées. Les heures ont passé et les premières réponses sont arrivées. Ton esprit court à travers des lieux que tu t’appropries un peu plus chaque seconde. Le toucher éthéré qui te sert d’yeux glisse sur le cuir des reliures, glisse sur le parchemin rugueux, glisse sur l’encre et la teinture, et tu lis. Tu lis aussi vite que tu le peux, autant que tu le peux. Tu apprends ce que tu as toujours voulu apprendre. Tu révises des postulats à tes yeux aujourd’hui dépassés en même temps que tu découvres des hypothèses aussi folles que prometteuses. Les grimoires et les manuscrits dansent autour de toi en un florilège de vélin, de papyrus et de parchemin. Les encriers flottent autour de toi comme des astres autour de leur soleil, tandis que les plumes y plongent une à une, graphant dans une calligraphie parfaite tes pensées sur des feuilles qui ne resteraient pas longtemps vierges.

Quelle folie a bien pu te pousser à penser abandonner cette place. Quelle folie a bien pu te pousser à penser la distinction d’Ust’Meldzar secondaire devant les secrets que tu fouillais ? Quelle folie a bien pu te pousser à penser qu’en tant que celui qui comprenait, et tant que celui qui enseignait, tu pouvais te séparer de la place de celui qui dirige.
La peur. L’incertitude. De dangereuses insécurités, que bien trop de Sombres ont exploité avant ce jour. Voilà ce qui t’avait retenu. De dangereuses insécurités qui aujourd’hui n’étaient plus. Tu es le héraut de Valas, l’héritier de sa magie. Tu es un sorcier exceptionnel, un esprit comme le Puy n’en a que rarement vu. Et il est temps que tu commences à te comporter comme tel. Il est temps que tu prennes les responsabilités qui te reviennent, plutôt que de te cacher derrière ton taciturne personnage. Il est temps que tu te laisses éclore, et qu’enfin ce que tu es devienne indiscutable.

Ceux qui t’ont vu déjouer les défenses des appartements du Prime Sorcier n’ont pas osé t’arrêter avant que tu y mettes le pied. Ceux qui t’ont vu prendre possession des lieux n’ont pas osé te séparer des grimoires que tu semblais tant chérir. Parce que le désir de savoir, le désir d’avancer, le désir de comprendre, le désir d’apprendre, le désir d’enseigner, le désir de voir s’élever l’Etude Noire toujours plus haut, de voir s’élever l’excellence des arcanes Eldéennes toujours plus haut, chez toi il est évident. Evident au point de se lire sur les formes chimériques dessinées à l’encre noire sur ta peau autrement blanche comme le marbre.

Evident. Du moins à ceux dont l’ambition n’est pas suffisante à les rendre plus aveugles que tu ne l’es.

La présence de la prêtresse X’Ianxin et de ses sbires, tu l’as sentie longtemps avant qu’elle ne pose effrontément la main sur la porte de ton antre. Tu l’as sentie longtemps avant qu’elle ne s’invite là où elle ne s’était pas annoncée. Tu l’as sentie longtemps avant qu’elle ne t’interrompe avec impertinence au cours d’un travail important.
Les plumes se figent. Les pages arrêtent de tourner. Les grimoires se referment sans pour autant arrêter de flotter. Le temps semble comme gelé autour de toi alors que tu te lèves, ton regard mort se dirigeant approximativement vers celui de la Triumvir. Et tu ne peux retenir un sourire, non pas parce que tu es heureux de la voir, ou fier de l’avoir prise de court, mais simplement parce que l’effervescence de pensées t’excite. Réfléchir à tout et à rien à la fois t’est le plus agréable des jeux, et voilà des heures durant que tu t’y livres. Tu es d’une excellente humeur, mais tu sens malheureusement que la chose ne va pas durer.

- Bonjour Viconia. tu marques une courte pause Comme tu peux le voir voilà quelques heures que je travaille, et je crains d’être loin d’en arriver au bout. donc tu aimerais autant que cette entrevue soit aussi courte que possible Alors ne perdons pas de temps. Qu’est-ce qui t’amène ?

La question est presque rhétorique. Tu sais ce qui l’amène. Tu veux juste l’entendre le dire. Tu veux juste l’entendre se confondre. Et qu’elle s’étale si elle le désire. Qu’elle te fasse perdre son temps si elle le souhaite. Le temps a déjà terminé de jouer contre elle, et chaque tic de l’horloge ne fait qu’un peu plus sceller l’issue de votre rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Viconia X'Ianxin
Drow
Viconia X'Ianxin

Nombre de messages : 352
Âge : 40
Date d'inscription : 09/12/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  250 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[Libre] Ce qui te revient Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Ce qui te revient   [Libre] Ce qui te revient I_icon_minitimeVen 3 Mai 2019 - 20:30

 

Il se lève… Bon point. Il est toujours aussi fendant qu'avant l'hydre. Etrangement tu t'en réjouis. Ca prouve que Valsrik'Hrae est en forme. Par contre, tu as l'impression qu'il te perçoit comme une ennemie. Tes oreilles se dressent légèrement de curiosité. D'un pas discret de côté, tu contourne le bureau, pour te retrouver près de celui que tu pensais être un soutien. Qu'il se tourne ou non vers toi est secondaire. Les encriers et les grimoires qui flottent ne te perturbent pas outre mesure.

Ton odeur est suave. Musc et lys noir. 

Valsrik'Hrae? Puisque tu me demande d'être brève, je le serai. Tu le sais très bien ce qui m'amène. NOUS savons très bien ce qui m'amène. Ce qui était valable de ma part voilà 6 ans l'est encore aujourd'hui…. A moins que tu n'en décide autrement. 

Tu penses… Réfléchis bien aux conséquences d'une trahison Valsrik'Hrae. Préfère tu un siège partagé ou un siège imbibé de sang? Et te me mettre à dos, aussi puissant soit tu, est ce une bonne idée? Me tuer? Certes… Les conséquences seraient terribles. Pour le Puy, entre autre. Pour Sol'Dorn qui subirait les contrecoups de cet acte inconsidéré. Survivrais tu? Tu pourrais t'octroyer ma place, certes. Pour combien de temps? Mais désire tu vraiment jongler aux ennéades longues avec les gamins attardés qui peuplent la cité d'Elda. Une autre période de chaos, d'instabilité. Les milliers de Flammes qui sont à Sol'Dorn compromises… Sans compter celles qui s'éteindraient.   

Attentive au moindre changement de mélodie du maître tu te tiens, immobile. Tu n'a pas peur, il n'y a qu'une sereine certitude. Il devrait être raisonnable. A ce que tu sache, vous avez toujours été capable de discuter et de trouver des compromis vous deux. Est ce encore possible?


Dernière édition par Viconia X'Ianxin le Mer 8 Mai 2019 - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sandrachapdelaine.com
Valsrik'Hrae Zezxyra
Drow
Valsrik'Hrae Zezxyra

Nombre de messages : 113
Âge : 22
Date d'inscription : 04/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 417
Niveau Magique : Maître.
[Libre] Ce qui te revient Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Ce qui te revient   [Libre] Ce qui te revient I_icon_minitimeVen 3 Mai 2019 - 22:12


- Que celui sorti de six ans de réflexion sans rien remettre en cause jette la première pierre. l’éternel sarcasme de tes jours de grande forme suinte littéralement de chacun de tes mots Il y a six ans j’étais au plus bas. ton sourire disparaît, ta voix de basse retrouve tout le sérieux dont elle est capable J’étais au plus bas, et convaincu que je serais incapable de me hisser jusqu’ici. Tu as réussi à me persuader que je ne serais pas capable d’y arriver sans toi, et à ce moment-là dans toute ma faiblesse j’étais convaincu que nous partagions les mêmes valeurs.

Tu te rassois, guide du bout des doigts les documents et les outils d’écriture figés jusqu’à leur place dans les bibliothèques et les tiroirs. Ton front se plisse. Tes sourcils se froncent. L’absence de vie dans tes orbites est la seule raison pour laquelle elles sont incapables de faire peser le poids du reproche sur ton vis-à-vis.

- Je te vois toujours comme un grand talent, et qu’il s’agisse de t’aider pour l’étude de la magie ou pour asseoir ton autorité en tant que Triumvir, je suis prêt à t’aider. tu marques une courte pause Mais à condition que ce soit sous mes termes.

Parce que tu ne lui fais pas confiance. Tu ne lui fais plus confiance. Le temps avait prouvé que la prêtresse avait mal choisi son dieu tutélaire. Une disciple d’Isten, une enfant perdue de Zhak’Bar, une adepte de Kiel qui s’ignore ; Viconia avait prouvé être beaucoup de choses, mais d’entre tout, une passionnée de l’érudition elle n’avait pas prouvé être. Une Sombre attachée à la grandeur de vos institutions magiques elle n’était pas. Elle cherchait sa grandeur. Elle cherchait à asseoir son pouvoir. Qu’elle prenne la direction de l’Etude Noire sans changer drastiquement de mentalité et elle  l’emmènerait à sa perte. Comme Y’shahinn avait manqué de le faire avant elle.
Jeunes, talentueuses, mais victimes de leur orgueil. De jeunes talents gâchés par leur propre mégalomanie, et qui l’une comme l’autre risquaient de faire tomber tout une part d’un monde avec elles.
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 271
Âge : 36
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[Libre] Ce qui te revient Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Ce qui te revient   [Libre] Ce qui te revient I_icon_minitimeSam 4 Mai 2019 - 18:42



Les drows aimaient les surprises et les bonnes péripéties. C'était d'autant plus vrai lorsqu'ils en étaient à l'origine. Maitre Sel'drin faisait partie des mages qui s'assuraient que personne ne s'aperçoive de l'absence de Prime sorcier à la tête de l'étude. L'institution devait continuer à former les mages, recevoir les ressources dont les Maitres avaient besoin dans leurs recherches, conclure des accords avec les cultes et la branche guerrière, et surtout, éviter de perdre trop de membres dans des luttes fratricides. L'ère glorieuse où les mages devaient prendre garde à verifier qu'aucun scorpion ne s'était glissé dans leur drap était révolue… Pour le moment.

Son bureau était assez quelconque, en bois. Dessus étaient posé plusieurs piles de vélins parfaitement alignées, un encrier et un ensemble de plantes en pot phosphorescentes. La plume à la main, il était penché sur son travail et écrivait une missive lorsque l'arcaniste avait fait irruption dans son bureau pour lui annoncer la nouvelle. Maitre Valsrik était sorti de son laboratoire et était entré dans le bureau du Prime sorcier pour s'asseoir sur le fauteuil.

Une blague circulait parmi les apprentis: "L'aveugle se serait juste trompé de porte." Le maitre mysticiste se frotta les yeux et soupira. Combien de temps avant qu'un acte aussi irraisonné ne ramène les mages à leurs mauvaises habitudes? Il avait fallut faire preuve de beaucoup de diplomatie pour que tous se mette autour d'une table et mette de coté leurs égo personnel. Devant la décision unilateral de Valsrik, il était possible que tout cela vole en éclat. Le Prime sorcier, quel qu'il soit, aurait du travail de diplomatie à faire et aurait intérêt à verifier le contenu de son lit avant de s'y coucher pour quelque temps.

- Il a ouvert la porte et il s'est assit sur le fauteuil en effet. Si cela suffisait, le maitre des ombres aurait du devenir Prime Sorcier depuis longtemps." Répondit-il, impassible, à l'arcaniste inquiet.
-Il a reussi à crocheter la serr…
- Qu'attendiez-vous? C'est un Maitre dynamiste. L'arcaniste Vaen're s'amusait à verrouiller vos tiroirs après y avoir rangé la clé." Continua-t-il, légèrement agacé de devoir expliquer l'évidence. L'arcaniste sembla réaliser quelque chose qui lui avait échappé jusqu'à présent. "Oh... Ca explique tout." Maitre Sel'drin soupira. Ce n'était pas une serrure qui avait arrêté les autres. Ni une porte ni des murs n'arrêtaient un mage décidé. La certitude que tout partirait en eau de boudin sitôt que quelqu'un poserait les fesses derriere ce bureau sans y être invité était bien plus efficace… normalement.

Sauf que Valsrik avait passé tout ce temps en convalescence à faire ses recherches, et on l'avait oublié. Lui manifestement n'avait pas oublié par contre. Maitre Sel'drin n'avait rien à priori contre l'idée d'avoir Valsrik comme prime sorcier, mais en l'état, personne ne savait apparemment ce que le chercheur désirait. Les drows supposeraient à coup sûr que c'était pour satisfaire son égoïsme personnel. Il connaissait une douzaine de Maitres qui devaient déjà penser que si lui le pouvait, pourquoi pas eux? La catastrophe s'annonçait totale.

Le sombre posa la plume et se leva en époussetant sa robe.

- Si lui ne juge pas necessaire d'informer ses collègues et potentiels subordonnés, autant aller à lui.


***

Les mages étaient des créatures curieuses. Non pas bizarres, mais simplement emplies de curiosité. De plus ils aimaient beaucoup les ragots. C'est probablement pour cette raison qu'un petit groupe mélangeant étudiants, arcanistes et même quelques Maitres s'était formé devant le bureau en question, dont la porte était en effet ouverte. Quelques étudiants tentaient de trouver le meilleur équilibre entre s'approcher pour écouter ce qui se passer dans le bureau et s'éloigner pour protéger leur vie d'un éventuel incident. Leur positions respectives le long du mur permettait donc de les classer sur une échelle d'audace.

Le mysticiste s'approchait avec nonchalance lorsque les mages l'aperçurent. Un haussement de sourcil en direction des étudiants leur permit de se souvenir qu'ils avaient peut-être quelque chose de constructif à faire. Les Maitres le saluèrent. Sel'drin remarqua sur leurs visages tantôt de l'inquietude, de l'agacement et du soulagement. Apparemment, le Triumvir Viconia se trouvait avec son Maitre dans la pièce. La Maitre jugea cela inquiétant.

Au moins, il y avait des chances que cette affaire se règle plus rapidement que prévu, réfléchit-il, dans un sens ou dans un autre. Le drow espérait seulement que l'étude noire en sortirait grandie.

Le Maitre franchit le seuil du bureau en entendant la dernière réplique de Maitre Valsrik. Et elle était désagréablement à la hauteur de la réputation du chercheur.

- Salutations, Maitre Valsrik. C'est un plaisir de vous revoir parmi nous. Puis-je néanmoins vous parler en toute honnêteté?" Son ton était jovial, chaleureux. Il y eut une pause, puis il continua avec grand sérieux, chose qu'on voyait rarement. " Vous donnez la sensation à tous que vous souhaitez cette charge pour le pouvoir et le savoir qu'elle pourrait vous conférer. Par égoïsme. Mais si cela s'appelle une charge… C'est parce qu'elle est censée prendre plus qu'elle n'apporte. Le triumvir ici présent est bien placée pour le savoir. Avec tout le respect que j'ai pour vos compétences et vos réalisation, commencer la discussion par vouloir dicter vos termes, et traiter une triumvir de la sorte et la meilleure façon pour que ladite discussion se termine fort mal. Personne ici n'y a intérêt. Au lieu de cela... Aurions-nous l'honneur d'entendre... poliment, les raisons qui pour vous justifient que vous soyez le plus à même de défendre les intérêts de l'institution?"

Revenir en haut Aller en bas
Valsrik'Hrae Zezxyra
Drow
Valsrik'Hrae Zezxyra

Nombre de messages : 113
Âge : 22
Date d'inscription : 04/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 417
Niveau Magique : Maître.
[Libre] Ce qui te revient Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Ce qui te revient   [Libre] Ce qui te revient I_icon_minitimeDim 5 Mai 2019 - 0:47


Mouvement. Inéluctable mouvement. Le son vibre à travers l’air, est étouffé, déformé par ses rebonds, pour ne finalement offrir qu’un discours tronqué aux oreilles presque attentives dressées au dehors. Quelques sons suffisent. Quelques mots suffisent. La curiosité d’un chercheur est facilement attisée. Les oreilles pointues s’amoncellent, les yeux rouges s’additionnent, et ton altercation avec ta Triumvir d’élève devient un spectacle. C’est ainsi qu’elle a choisi de jouer son jeu l’opposition. En attendant. En écoutant. En analysant. Chaque parole prononcée, que ce soit par Viconia ou par toi serait une arme à utiliser un jour contre vous.

Ou au contraire étais-ce l’occasion pour vous de défendre vos positions auprès d’eux.

Sel’drin n’était pas connu comme l’un de ces mages prenant plaisir à déconstruire la personne de ses interlocuteurs pour en faire son jouet. Au contraire, il était l’un de ces mages-fondation, dont la simple présence permettait aux piliers comme toi à se lancer vers le ciel. Malgré tout l’arrivée du Mysticiste dans l’enceinte du bureau t’avait légèrement tendu, et cela s’était ressenti dans la circulation même de l’air autour de vous. Une immobilité accrue, des silences soudainement plus tranchants, mais des voix d’autant plus vibrantes. Si rien ne servait plus pour toi d’essayer de dissimuler ton malaise, au moins tu pouvais au fil des mots du mage, faire comprendre de la même manière qu’il se dissipait.

- Dire que je ne m’intéresse pas au savoir et au pouvoir rangé dans ces tiroirs serait mentir. Parce que je les veux. C’est vrai. tu marques une courte pause Mais celui qui s’imagine que je ne le veux que pour moi fait mentir tout ce en quoi je crois. S’il est la moindre chose que j’ai apprise et gardée pour moi, c’est que j’étais convaincu qu’elle n’était pas encore assez mûrie pour être divulguée. Tout ce que je sais, je l’ai toujours partagé avec l’Etude Noire, en prenant seulement garde de ne pas enseigner le danger à qui n’est pas encore prêt à le maîtriser. ton ton s’échauffe légèrement alors que tu avances dans ton discours J’ai toujours considéré le travail de notre institution comme étant d’une importance capitale au sein du Puy, parfois presque au prix de ma vie. Je n’ai jamais désiré rien d’autre que de voir l’Erekd’Fe’nor s’élever en excellence, se voir donner la place qu’elle mérite devant le peuple Eldéen, et ainsi fortifiée, permettre à un peuple comptant plus sur la magie qu’il ne veut bien le réaliser d’enfin faire un pas de plus vers la réalisation des désirs du Père des Batailles. tu repenses un instant à ces assassins de la Doth’Ka, t’ayant pris en grippe lors de la chute du temple d’Uriz, toi dont l’amour affiché pour l’œuvre des Maîtres des arcanes avait tracé une cible dans le dos. Ils t’imaginaient déjà construisant ta magiocratie… Et ces dernières années m’ont poussé à penser que Dame X’Ianxin ne partageait pas ces convictions. Qu’elle était plus attachée à son assise politique qu’au devenir de notre institution. tes yeux morts vont chercher la concernée J’ai craint qu’elle ne continue d’essayer d’engranger du soutien par la peur, et que dans sa course, d’autres éléments précieux n’aient à disparaître d’entre nos rangs, qu’une meurtrière n’arrive à la tête d’une Etude Noire affaiblie plutôt que renforcée. Et j’ai eu peur qu’ensuite elle dirige sans passion et qu’elle ne nous représente qu’à demi-mot une fois la sécurité de son siège assurée. Avec tout le respect que je lui dois, j’ai du mal à imaginer Prime-Sorcier quelqu’un refusant de reconnaître son manque actuel d’érudition comme profondément dommageable à cet office ; comme j’ai du mal à imaginer Prime-Sorcier quelqu’un prêt à sacrifier pour son profit les ressources, effectives ou potentielles, que chacun des Sombres parcourant ces couloirs représentent sous d’autres justifications que le blasphème devant Valas, Uriz ou Teiweon.
Quant à savoir les raisons pour lesquelles je tiens à ce que les conditions d’un soutien politique à la Triumvir soient les miennes…
tu soupires avant d’entamer Vous savez dans quelle condition j’ai été durant près de cinq ans. Pendant ces cinq ans, dans ma faiblesse, j’ai accepté des accords face auxquels j’aurais dû opposer plus de fermeté. J’ai laissé croître et se concrétiser des idées dangereuses. Je refuse d’être pris ainsi au dépourvu une nouvelle fois. Si en tant que représentant de l’Etude Noire je dois offrir mon soutien à un personnage politique, je me dois de m’assurer ces accords ne pas être pris au détriment de l’Etude Noire, voilà tout.

Mais n’étais-ce pas évident ? Etais-tu à ce point étranger à tes propres collègues ? T’étais-tu vraiment à ce point cloîtré avant ta convalescence… au point d’être plus connu de la Doth’Ka que de tes propres camarades sorciers ?
Revenir en haut Aller en bas
Viconia X'Ianxin
Drow
Viconia X'Ianxin

Nombre de messages : 352
Âge : 40
Date d'inscription : 09/12/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  250 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[Libre] Ce qui te revient Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Ce qui te revient   [Libre] Ce qui te revient I_icon_minitimeLun 6 Mai 2019 - 1:00



Note hj: pour des raisons de santé mentale, je passe au elle.  Désolée pour le pavé au fait.

La porte est refermée, Viconia n'a pas haussé ne serait-ce que le ton. Polie, aimable comme toujours. Bien fin serait celui qui saurait ce qu'elle pense en cet instant précis.  

-Que celui sorti de six ans de réflexion sans rien remettre en cause jette la première pierre.

Le ton sarcastique du mysticien ne perturbe pas la jeune drow, habituée aux piques du mâle. Par contre, ce qu'il lui dit la heurte de plein fouet. Si lui a changé d'idée, elle, ne l'a jamais fait. De par ce qui est arrivé à l'hydre, elle a toujours mis ce dernier sur un piédestal, tout le long de son apprentissage théorique un profond respect a toujours émané de sa personne. Elle n'a jamais remis en cause cet état de fait. Elle a protégé Valsrik depuis la chute de Malag, toujours dans l'ombre justement pour qu'il ne se sente pas diminué en quelconque façon. Et ça lui a coûté cher... Très cher...  

Il y a six ans j’étais au plus bas. Son sourire disparaît, sa voix de basse retrouve tout le sérieux dont elle est capable J’étais au plus bas, et convaincu que je serais incapable de me hisser jusqu’ici. Tu as réussi à me persuader que je ne serais pas capable d’y arriver sans toi, et à ce moment-là dans toute ma faiblesse j’étais convaincu que nous partagions les mêmes valeurs

Une claque au visage ferait le même effet. Les phoenixs ne peuvent décrypter l'expression de leur maitresse, aussi s'échangent -il un bref regard, inquiets. Monument de muscles silencieux, Varg est assis, les oreilles droites, alerte et vif. Valsrik se rasseoit au bureau et Viconia toujours près de lui, à côté de lui, s'asseoit sur le bureau sans lui demander son avis. Sérieusement? Elle pose son cul ou elle veut. Il a quelque chose sur le cœur. C'est évident. Mais quoi?  

Viconia monte ses remparts mentaux, compartimente son esprit pour rester efficace, lucide. Ses émotions, elle les reportent loin, très loin dans ses compartiments. Les repoussent dans celui réservé aux émotions d'Urgoll.  

Elle pourrait parler, mais chaque parole prononcée serait tournée contre elle. Elle a découvert avec les années qu'un silence attentif de sa part est toujours plus formateur et déstabilisant pour son interlocuteur. Si Valsrik'Hrae a eu une élève studieuse, attentive et bavarde, il a maintenant une interlocutrice avare de paroles. Les oreilles de Viconia restent droites. A portée de main du prétendant au titre, elle l'écoute attentivement autant par sa perception magique qu'avec ses jolis appendices.  


Je te vois toujours comme un grand talent, et qu’il s’agisse de t’aider pour l’étude de la magie ou pour asseoir ton autorité en tant que Triumvir, je suis prêt à t’aider...Mais à condition que ce soit sous mes termes.

Pardon?  

Les oreilles de Viconia se couchent imperceptiblement de mécontentement. Sous ses termes? Il arrive ici, s'arroge le bureau taché du sang des siens, s'assied dessus en despote et essaye de lui dicter SES termes? A-t-il tant changé en six ans pour qu'il ne la reconnaisse plus? Déjà, un constat se fait chez la jeune femelle...  

Il l'a manipulée de bout en bout. L'a utilisée, elle et sa mission sacrée de le protéger, pour la jeter aussitôt qu'il n'a plus eu besoin d'elle. Le rouge lui monte aux joues. La mâchoire se carre, mais elle se contient, se contrôle. Le laisse parler. C'est alors qu'un nouveau protagoniste se dessine sous la forme de Sel'Drin et de son œil borgne, toujours aussi de bonne humeur. Depuis cette fameuse soirée il s'est toujours montré de bon conseil. Et vu que quand elle parle elle passe pour une enfant revendicatrice, Viconia garde son silence, sa superbe et son flegme. Ne faisant que Saluer le Maitre avec un aimable sourire

Maitre Sel'Dorn, c'est agréable de vous voir. Joignez vous à nous!

- Salutations, Maitre Valsrik. C'est un plaisir de vous revoir parmi nous. Puis-je néanmoins vous parler en toute honnêteté? Vous donnez la sensation à tous que vous souhaitez cette charge pour le pouvoir et le savoir qu'elle pourrait vous conférer. Par égoïsme. Mais si cela s'appelle une charge… C'est parce qu'elle est censée prendre plus qu'elle n'apporte. Le triumvir ici présent est bien placée pour le savoir. Avec tout le respect que j'ai pour vos compétences et vos réalisation, commencer la discussion par vouloir dicter vos termes, et traiter une triumvir de la sorte et la meilleure façon pour que ladite discussion se termine fort mal. Personne ici n'y a intérêt. Au lieu de cela... Aurions-nous l'honneur d'entendre... poliment, les raisons qui pour vous justifient que vous soyez le plus à même de défendre les intérêts de l'institution?

Si en apparence l'introduction et les remontrances du Maitre de l'Etude sont en sa faveur, et si, en apparence Viconia ne montre rien, intérieurement la triumvir frémit. Borné comme il est Valsrik'Hrae est capable de se braquer juste pour prouver qu'il a ra raison. Ça s'est vérifié au cours des années, de multiples fois. Mais non, elle s'inquiète pour rien semble t'il. Les gens, dehors, ne la préoccupent pas, au contraire... Le mysticiste a décidé de la rejeter du revers de la main? Non mais c'est superbe! Qu'ils écoutent, qu'ils voient…  Comment les gens pourraient entendre ce qui se passe dans le bureau de toute façon? Les murs sont épais, et la porte close. Elle ne hausse pas le ton, elle ne parle même pas. Pourquoi elle le ferait? L'Enchanteresse doit rester calme et posée, imperturbable. Inébranlable. Peu importe ce qu'elle ressent en elle.  En parfait contraste avec le malaise soudain de son vis-à-vis. Viconia est en pleine possession de ses moyens. Ne dépend pas de sa magie pour survivre... Si Sel'Drin perturbe les mélodie et la font légèrement grimacer, elle ne bouge pas d'un iota.  

Elle doit écouter jusqu'au bout. Comprendre la perfidie dont elle est encore la cible. Elle l'écoute, chaque parole dans cette atmosphère lourde étant comme une flèche directement dans son cœur qui est, par chance, protégé par un compartiment triple épaisseur. Il saigne certe, le compartiment se remplit, mais le sang reste dans la place. Personne ne sait, personne ne peut deviner ce qui se passe.  

Il commence par tout ce qu'il a apporté à l'Etude. Vantard va. Elle le laisse aller, un léger sourire indéchiffrable. Imbu de lui-même comme il est, ça l'aurait étonné qu'il commence ailleurs. Elle devine que ce n'est qu'un apéritif, que la suite va lui laisser un goût amer.  Et la jeune drow ne se trompe pas du tout. Il l'a vue... Il l'a connue. Elle n'a arboré aucun masque, aucun rôle en sa présence. Elle a toujours été franche, pleine et entière. Si lui la perçoit de cette façon, malgré leur proximité relative. Que pense les autres?  

Parce que, dans la vie, tout est question de perceptions. Viconia comprend qu'il croit vraiment tout ce qu'il dit. Ils ont des buts communs... Mais... qu'a-t-elle bien pu faire de si horrible pour qu'il déverse son fiel ainsi? Son assise politique au détriment de l'Etude Noire? Es il resté si isolé que ça, à écouter ses propres rancoeurs, jalousies pour être tant aveugle même avec ses deux yeux vides?  Elle a dû batailler fort, la jeune triumvir bataille toujours fort pour se faire les oreilles et la voix de tout ce beau monde.  

D'ailleurs la diatribe de Valsrik'Hrae lui laisse le goût attendu. Lui donne l'impression du discours d'un enfant gâté réclamant encore plus, toujours plus, soit disant pour les autres, mais bien plus pour sa gloire à lui. Voyant au delà, la mage entend l'écho d'autres mages, de dizaines d'autres, de centaines d'autres, prémices d'une catastrophe imminente pour la cité. Viconia n'a jamais pensé une seconde occuper ce siège seule. Sel'Drin est au courant d'ailleurs. Elle pensait que ensemble, les deux suivants de Valas Talberith seraient efficaces, imbattables.  

Les dieux sont parfois de sacrés farceurs. Mais ça pose une autre question: au-delà de ce poste, il y a la cité d'Elda.  Des milliers de mages... Valsrik'Hrae pense cela d'elle, d'accord. Alors combiens de mages le pensent aussi? Aujourd'hui, il la met dans une situation impossible. Elle doit choisir entre elle, Valsrik'Hrae ou son peuple. Brisant son immobilité, Viconia regarde le siège sur lequel est assis son ancien maitre. Parce que, il y a quelque chose de brisé. Ce siège, peu importe qui s'assied dessus par la force aujourd'hui, ne causera plus que guerre et malheur. Chaos et douleur. Un frein à l'Eda Vengeur, un frein au siège de Sol'Dorn. Ils ont plus besoin d'elle comme triumvir que comme Prime Sorcière. Des occasions, il y en aura d'autre. Par contre, les règles doivent être suivies.  

Par tous.  

De toute façon, ce siège est imbibé de sang, du sang des trahisons, des complots. Du sien, des siens. Sel'Drin peut voir le masque impassible de la mage de l'esprit se fissurer un moment d'un profond dégoût.
La voix calme et mélodieuse de Viconia s'élève enfin dans l'air lourd de la pièce. Elle va chercher le compartiment du remord et l'ouvre avec respect.  Contrôlant le débit pour ne pas se laisser ni submerger, ni se laisser aller dramatiquement. La voix est douce, égale, posée, modulée avec douceur. Une pointe de tristesse, de vulnérabilité qu'elle laisse poindre, mais à peine.

J'ai quelque chose à dire et j'aimerais ne pas être interrompue. Comme je t'ai écouté jusqu'au bout.  

Premier point... J'ai tué certes des mages. Qui ont détruit Onzes Flammes... Onzes. Merryn Noquund, Bard Rilynani, Dinerd Hlaath, Kelzaer Teken'ana, Jalyngar Dhunneztice, Elenkoph Illaen, lodal Toryn, Jalyndal Dhalmiirn, Kyorlin Tanor'Thal, Imbros Olonrae, Akorjss Melghym. Une douzième... Une jeune, innocente. Morte avant de respirer. MON fils...

Ces flammes étaient sous ma responsabilité. Qui es-tu pour décider qu'une flamme mérite de mourir plutôt qu'une autre? Cette conversation, je l'ai déjà eu avec Maitre Sel'Drin. Après, j'assume parfaitement mon acte. Je prends la peine d'exposer ici ce dont je ne parle jamais à personne.  J'ai pris les flammes qui ont pris ceux que, je te le dis, j'aimais. J'aurais pu m'attaquer à Ran'Lyn après qu'il m'a agressée, marquée et jetée à la rue comme un vulgaire déchet pendant que tu dormais. Je ne l'ai pas fait et tu ne l'a jamais su. Pourquoi? Parce que j'ai compris que même si c'est un enfoiré de première c'est le seul enfoiré à qui tu tenais. Comment aurais tu réagis si je l'avais fait tuer comme le devoir de le commandais? Si tu ne me crois pas, envoie une chauve souris à Krish et demande lui. Elle est au courant...  Fais en ce que tu veux. Pour les autres morts que l'on m'attribue, ce n'est pas ma manière de faire. Ca me décoit que tu penses de la sorte.

Deuxième point. Tu ne vois pas tout ce que j'ai  accompli, dans l'ombre ou non.  Tu ne vois pas les ressources que j'ai dénichées et mobilisé pour l'Etude, les recherches poussées pour la gloire de l'Eda Vengeur, pour appliquer la magie civile à la gloire guerrière de notre peuple juste par exemple. Les doléances que je reçois a tout les jours, les pieds de jambes que je fais pour contenter, trouver des compromis, rapprocher les différentes écoles de pensées... Je prends le temps de connaitre ceux que tu dis que je méprise.  Non, tu préfère te fier aux racontars. Me demander nous aurait fait gagner un temps précieux. Je pensais que tu savais que la Vantardise n'es pas ma nature. Je pousse les gens à accomplir leur potentiel. Et je travaille dur. Tu n'a pas le droit de rabaisser d'écraser mes efforts de la sorte

Troisième point Je n'ai jamais pensé, une seule seconde, occuper ce siège seule. Je te l'ai dit et je le réitère...Je n'ai jamais changé d'idée en 6 ans.   Comme je t'ai dit que je ne me mettrais jamais entre tes ambitions et toi. Pense en ce que tu veux Valsrik'Hrae.

Par contre. Peu importe qui s'asseoit sur CE siège en cet instant précis, ça n'amènera que chaos et destruction, ta vie sera en danger permanent, que je le prenne aujourd'hui, sur ton cadavre ou en te flanquant dehors, que tu me le cède ça ne changerait rien, ca serait la mienne qui serait en sursis. Aujourd'hui, ce siège est maudit pour la personne qui posera ses fesses dessus. Ne sent tu pas le sang qui en est imbibé?. En brisant les règles dictées, tu crées un précédent qui va à l'Encontre des valeurs que tu vante. Des gens mourront par ta faute. Ici, à Sol'Dorn parce que nous ne pourrons plus soutenir l'Eda Vengeur, nous nous serons entretués pour quoi? Nos Egos hypertophiés?  Tu vante ton érudition par contre tu manques de clairvoyance, tu manques de prévoyance. Il te manque le côté drow. Je ne suis pas érudite de la façon que tu le conçoit, l'idéalise. Par contre j'ai un énorme bagage dans ma tête. Les mages de l'esprit, n'apprenons pas grand-chose d'utile à notre art dans les livres, chaque individu est unique... et pourtant tu ne t'es jamais intéressé à ce que je savais.  Nous apprenons le plus en côtoyant les gens, en les regardant évoluer, en faisant des tests et des études sur le terrain.  Si on m'avait parlée, comme tu l'a fait en ce moment, AVANT qu'on essaye de me tuer quatre fois, j'aurais écouté. J'ai toujours écouté....  J'ai réellement envie de te laisser ce siège et m'en aller. Crois moi. Pour notre peuple, je ne peux le permettre.
 

Une pause, pour reprendre son souffle, calme posée, même si intérieurement elle hurle de dépit. Non pas pour elle, mais pour tout ce temps perdu et gâché. En six ans, elle a survécu sans ce poste. Elle survivra encore. Au moins, les tentatives d'assassinats sont terminées, elle peut travailler en paix.    

-Aujourd'hui, Valsrik'Hrae, tu vas m'écouter attentivement c'est pour notre bien à tous. Je n'ai jamais utilisé de mes pérogatives  à ton sujet, mais je vais le faire maintenant. Tu vas lever tes fesses de ce siège maudit, nous allons ressortir ensemble et nous reverrouillerons cette porte. J'annoncerai ensuite mon retrait à la course. Par contre, pour le bien de notre peuple et de l'Eda Vengeur, je vais déclarer cette course nulle et non avenue. Une nouvelle course va commencer et je ne serai pas dedans.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sandrachapdelaine.com
Valsrik'Hrae Zezxyra
Drow
Valsrik'Hrae Zezxyra

Nombre de messages : 113
Âge : 22
Date d'inscription : 04/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 417
Niveau Magique : Maître.
[Libre] Ce qui te revient Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Ce qui te revient   [Libre] Ce qui te revient I_icon_minitimeDim 12 Mai 2019 - 17:14


- Il te manque le côté drow.

Tu ne diras rien. Absolument rien. Elle ne le mérite pas. Quiconque ose remettre en question ta dévotion envers le Puy, ta dévotion envers la réalisation de l’Eda Vengeur, ta dévotion envers chacun des commandements de chacun de vos dieux ne mérite pas que tu lui portes la moindre attention. Enfermée dans ses voies, incapable de comprendre les tiennes, incapable de comprendre les raisonnements derrière tes actions, comme l’urgence dans ta déraison, tu l’avais simplement bien trop longtemps laisser se bercer dans la conviction d’avoir ton indéfectible soutien… mais l’avais-tu vraiment fait ? Lui avais-tu jamais vraiment promis de partager ce siège ? L’avais-tu jamais déclarée prête à tes yeux à y asseoir ne serait-ce que la moitié d’une fesse ? Si oui tu ne t’en souviens pas, et pourtant tu as bonne mémoire. Même ce que tu as dit dans la douleur, même les déclarations que tu as fait dans la faiblesse, et que tu regrettes, tu t’en souviens. Tes erreurs, tu t’en souviens et tu en apprends.

Peut-être fut-ce  simplement une plus grande erreur que tu ne le crût autrefois que de mettre entre ses mains plus de pouvoir qu’elle n’en avait déjà reçu.

Tu lui as offert du savoir en plus de la poigne que lui avait offert son soudain accès aux hautes sphères. Tu as été une lamia de plus sur son chemin, et tes charmes ont terminé de briser ses défenses. Elle a cédé à l’attrait du contrôle. Elle a cédé à l’attrait de son monde idéal, et se refuse à faire face à une réalité dans laquelle son écrasante victoire n’était plus. Elle combat péniblement l’orgueil, et elle perd la bataille, se dissimulant derrière autant de mensonges et de faux efforts qu’elle était capable d’en imaginer. Et tu en avais assez de l’entendre. Assez d’entendre parler celle qui se clame capable de ce qu’elle n’est pas, celle qui se vante d’accomplissements qui ne sont pas les siens.

Viconia ne sait pas écouter. Vous n’en auriez pas été là si elle en était capable.

Viconia veut toujours ce siège. Elle ne t’en chasserait pas ainsi si ce n’était pas le cas.

Parce que l’Etude Noire te connaît. Parce que l’Etude Noire connaît tes faiblesses. Parce que l’Etude Noire sait tes qualités. Peut-être n’es-tu pas le Prime-Sorcier qu’il faut à l’Etude-Noire, mais tu en es un. Tu es un Sombre prêt à assumer une place restée trop longtemps vacante. Tu es un Sombre prêt à mettre un terme à une situation ayant trop longtemps forcé un à un travail logistique médiocre, contestable et contesté des érudits dont ce n’était pas la vocation. Tu es un Sombre dont la passion pour ces lieux et ces affaires n’a aucun égal dans les galeries du Vatna. Tu es le Sombre que la Doth’Ka poursuit lorsqu’elle est à la recherche d’un leader parmi les mages. Là où les sorciers se sont appliqués à essayer de chasser la jeune orgueilleuse qui menaçait de se hisser à leur tête, tu sais pertinemment qu’ils te laisseraient te faire l’agent de ta propre destruction avant de lever la main contre toi.

Mais pour cette fois, parce que tu es beau joueur, tu acceptes d’accorder ce sursis à ton adversaire.

Tes pieds quittent le sol, et tu flottes mollement à travers la pièce, obéissant à la commande de la Triumvir. Mais avant de repasser cette porte, tu t’adresses une dernière fois à elle, d’une voix sifflante.

- Rapprocher les différentes écoles de pensées sert juste à ralentir le progrès. tu marques une pause, t’éloigne légèrement, avant de déclarer Et pour Ran’Lyn… je savais.

Tu glisses aux côtés du mysticiste, dernier rempart avant la porte, lui murmurant au passage.

- J’espère que tu sauras choisir qui mérite ton aide. tu baisses légèrement la tête Elle est précieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Libre] Ce qui te revient Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Ce qui te revient   [Libre] Ce qui te revient I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Libre] Ce qui te revient
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Lettre [libre]
» [intervention, Tribunes: Bouquet final [PV nakor +Libre]
» Une petite baignade [libre]
» Une Ombre passe... [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: TERRES DE L'EST :: Cité d'Elda :: Profondeurs-
Sauter vers: