Partagez
 

 [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 691
Âge : 41
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeMar 12 Nov 2019 - 1:19




3e jour de la 1ere ennéade de Favrius ~ Automne
17e année du XIe Cycle
Principauté des Sept-Monts
il fait nuit, juste  après Survivants

De sa main blessée, Dante ouvre la porte de la cahute, laissant le froid de dehors bousculer les feuillets… Combien de temps s'est il absenté? Pas plus que quelques minutes sûrement. Silencieux, il regarde les feuilles qu'il a écrit, le temps qu'il a passé dessus. Une émotion qui pourrait passer pour une montée de larmes lui monte à la gorge, mais il la réprime.

Dante ne sait pas pleurer. Sans émotion, il regarde les papiers en laissant tomber le seau d'eau au sol, mouillant le plancher poussiéreux constellé de traces de bottes et de pieds nus. Le bruit du bois sur la pierre du plancher résonne fortement dans la pièce vide habitée par la lueur des flammes dansantes. Le pied botté de cuir souple se meut alors avec aisance tandis que l'homme contourne la table et ramasse avec un calme surnaturel les papiers volants.

Il n'a plus mal nulle part. Il ne sent pas le papier sur le bout de ses doigts. La chaleur des flammes ne l'atteint pas. Il enregistre tout ca dans un recoin de son esprit d'une façon étrangement détachée. Dante sait ce qu'il fait. Mais il s'en fout dans une certaine mesure. Une fois le carnet soigneusement ficelé. Son nécessaire de soin rangé de nouveau rangé dans sa cassette d'herboriste en ébène toute simple, abîmée par l'usage, l'assassin se tourne vers le foyer. Pendant un instant, il jongle avec l'idée de tout foutre dans les flammes et d'en finir… Un instant, un infime instant.

Il serait idiot de jeter tout ce travail. Il n'aime pas le gaspillage. Aussi l'assassin reprend il le carnet et les deux feuillets en train de sécher avant de se diriger vers la petite chambre. Déposant le carnet et les feuillets sur le lit, il se met en frais de se changer. Il pue et il est plein de boue. C'est intolérable. Comme un automate, il bouge et agit. Le frottement du tissus sur sa peau aurait dû lui faire mal, mais il ne sent rien. Ses scarifications devraient le brûler atrocement, mais non. L'air frais devrait le faire frissonner mais non.

La porte ouverte, les flammes renvoient, dans le bout de miroir piqueté, le reflet de sa silhouette en contrejour. Dante s'arrête… Et se regarde. Encore une fois, il y voit un étranger… Plissant les yeux, il s'approche du morceau de glace et se regarde. Une émotion fleurit alors dans les prunelles inexpressives.

De la Haine… pure…

Un poing se lève et percute la glace, la fracassant impitoyablement sans égard pour la rareté de ce matériau.

Une fois, deux fois… trois fois…. Jusqu'à ce qu'une coulisse de sang ne tache le miroir fracassé. Sans émotion, Dante regarde ses jointures fendues avant de bander distraitement sa blessure et de se rhabiller. Il repasse dans la pièce à vivre, ramasse ses trucs, son paquetage qu'il dépose sur le côté de la porte, prêt à partir. Ramasse tout les bijoux qu'il a volé à la bonne femme du chemin, sans se poser de question.

Le paquetage de Shyn'Tae capte alors son regard. Brusquement, il l'attrape et fouille dedans, cherchant quelque chose en particulier, qu'il trouve.  La Bête, brusquement relâchée dans sa tête ne se heurte cependant qu'à un mur. Dante n'a plus de chaîne, mais lui a laissé une prison. Il ne l'entend pas et ne veut pas l'entendre.

Il n'a rien à dire.

Prenant le seau d'eau de sa main bandée, l'humain traverse la place et ouvre l'autre porte, celle qui donne dans la réserve, dans la pièce d'Urgoll'Ven. Dans sa main blessée, le seau d'eau. Dans l'autre, les pierres de Phish Oura d'Urgoll'Ven. Laissant la porte ouverte et le feu de cheminée éclairer les lieux, Dante entre, un doigt sur les lèvres, signe universel pour dire au colosse de fermer sa grande gueule…

Déposant le seau, l'humain ralentit ses gestes, s'accroupit pour pouvoir regarder le drow dans les yeux. A contre jour, comme ça, son expression doit être indéchiffrable. Et les prunelles sanglantes ne le quittent pas du regard. Accroupit, Dante se dirige en crabe vers l'étagère, faisant toujours face au captif. Sur l'étagère des pots de cornichons, l'humain prend les pots et les déposent au sol en faisant attention à ne pas déranger la couche de poussière dessus.

Il sait parfaitement ce qu'il fait tandis que, fixant toujours Urgoll'Ven dans les yeux, la grande main aux longs doigts va chercher une petite pierre descellée, recelant une cache dans laquelle il met le focalisateur du drow. Toujours un doigt sur les lèvres, parce que ca sera leur secret. Elles chercheront l'objet et là, il est en sûreté et à la portée du drow quand il décidera de se défendre.

Pourquoi agit il ainsi? Qui pourrait le dire. Nul éclat explicite des prunelles dépareillées, nulle expression de duplicité sur le visage. Dante voit Urgoll respirer, il devrait être capable de sentir son odeur, son souffle. Il le sent d'une certaine façon, mécanique.

La mission est de le garder vivant…

Doucement, la pierre est remise en place, les pots de marinades remis sur leur étagère, de la poussière redéposée pour camoufler les traces de dérangement.

Puis, comme si de rien n'était, Dante ramasse le bol d'eau souillée et va le lancer dehors, par la fenêtre, qu'il referme sans la verrouiller par la suite. Il revient et dépose le bol qu'il remplit d'eau fraîche, passe de l'autre côté et revient avec un autre bol, plus petit qu'il remplit d'eau lui aussi avant de boire dedans, deux grandes lampées pour montrer qu'il n'y a pas de poison, avant de le tendre à Urgoll, sans expression.

Mais Urgoll ne bouge pas, se contentant de le fixer d'un air indéchiffrable. Dante reste un moment immobile, avant de déposer le bol d'eau au sol. Se relevant, il laisse alors Urgoll seul, la porte ouverte. Disparaissant un moment de sa vue. Revenant, s'asseyant bien en vue et face au sombre, il se met alors à manger de ses rations de viandes séchées et d'orge.

La texture est de cendre, ca n'a aucun goût. Les prunelles n'ont aucune expressions et ce, même si elles sont baignées par la lueur du feu. Prenant une poignée d'orge, il l'enfourne, ne sentant pas leur texture croquante ni leur goût prononcé, deux choses qui apportent à l'humain énormément de réconfort en temps normal. Mastiquant longuement, il contemple le sombre nu, dans son cachot ouvert. Avec un peu de chance, il va bondir et lui ouvrir la gorge… Avec un peu de malchance, lui-même va se défendre et le tuer. Un moment passe ou les deux servants de la destruction se regardent en chien de faïence.

Bizarrement, cette pensée ne lui fait rien. Rien du tout. La voix grave s'élève dans l'Air, mais Dante ne la reconnait pas. Il ne ressent pas la vibration qu'elle fait dans sa cage thoracique. Pourtant , il sait que c'est lui-même qui parle. Mais il s'en fout.

La voix grave de l'homme s'élève dans l'air, quand il a finit d'avaler ses cendres.

Vel'bol ol satiir ulu evven'to foluss? Ulu satiir ukt siltrin t'larryo harl dosst clau, ulu bahk'tess ukta dal wu'suul?
Qu'est ce que ca fait de violer quelqu'un? De sentir sa chair se briser sous ta queue, de la dominer de l'intérieur?




Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252 En ligne
Le Brûlé
Admin
Admin
Le Brûlé

Nombre de messages : 585
Âge : 29
Date d'inscription : 29/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  918 ans
Niveau Magique : Maître.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeJeu 14 Nov 2019 - 12:38


Le vide. Le vide d'une pièce sans intérêt. Le vide d'un corps sans force. Le vide d'un esprit étiré, vidé, délaissant ce qu'il est pour se tendre vers ce qui s'éloigne, prend de la distance, le laissant exsangue. Si seulement... Lâcher prise et se laisser partir, lâcher prise, tel un chien abandonnant son os,, creusant non plus pour pour l'enterrer mais s'enterrer lui-même, et s'oublier. Si seulement. Attaché à son corps, piégé dans celui-ci, faible, exsangue, une carcasse vivante, des os sous de la peau, l'ombre d'une musculature animant encore cette pantomime d'existence.

Le silence qu'a perturbé des voix, des éclats. Le silence qui s'est rappelé à lui-même. Le silence que n'a pas perturbé le grand corps courbé, si ce n'est par sa respiration, entre sommeil et apnée, entre vie et oubli. Un prisonnier prisonnier docile, un cadavre attendant un charognard, une Braise attendant d'être éteinte, une bonne fois... Par quoi ? Il ne sait, ne se questionne ni demande. Fermer les yeux... Et les rouvrir. Fermer les yeux, se tendre vers la perception d'un autre... Et rouvrir les paupières sur l'honni, la bâtardise, ses restes piteux. Le silence, qui ne dure jamais.

Au cœur de la carcasse amère, l'envie de vivre a trouvé sa corde et s'est pendue... Mais sous son poids, elle a cédé. Et la vie, tenace et méprisable, s'accroche encore. D'envie, il n'y a plus. De hargne, il y en a trop. Une hargne qui se refuse, une hargne qui cherche contre qui se tourner. Soi, les autres, le corps, l'existence...

L'autre qui s'en vient, et agit.

Pas un geste envers l'intrus, pas un frémissement, si ce n'est ce regard, ce regard... Ce regard qui saigne de voir, qui fixe, appelle et tue à la fois. L'éphémère signifie le silence, l'éphémère cache les pierres précieuses mais inutiles sans volonté, l'éphémère mange... Puis parle.

Que veux-t-il ? Que veulent-ils ? Le savoir, parait-il... Sur quoi, sur qui, à quel prix ? Des réponses isolées, incomplètes, laissant dans l'attente, le rejet comme l'expectation. Et lui, l'éphémère aux crocs limés, le jouet cassé, qui geint après sa femelle et la mord à la fois. Cassé, rassemblé, distordu et agaçant.

Le grand sombre donne l'image d'un corps abattu, les bras ballants, qu'un coup de vent abattrait enfin. L'entrelacs confus et gris qui lui couvre la tête, s'emmêle sur sa figure; ses battoirs violents, ballants comme de vieux gants; sa musculature flétrie, ses traits usés, tirés, sans grâce ni dignité, où la crasse s'accroche au pli... Un corps nu qui fut tant, n'est plus, capable de tuer encore comme de s'effondrer sous son fardeau.

Les mots touchent, les mots attirent. Un frémissement, une contraction... L'éclat blanc des crocs, le début d'un grondement. La chose qui lui sert de coeur, qui se tord, se contracte, douloureux. Mais le bruit se fait doux rire, étrange, presque mielleux s'il n'était pas cassé par cette gorge usée.

"Ele nindol erg'les...? Ulu xo'al... ? Pholor vel'uss... ? Dosst... Jabbress... ?" Soufflé, susurré, craché... Tant d'impressions, sur ces quelques mots dits bas.
Pourquoi cette question... ? Pour essayer... ? Sur qui... ? Ta... Maîtresse ?

_________________
Voix du Brûlé : #996699
Comparateur de taille de perso
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 691
Âge : 41
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeJeu 14 Nov 2019 - 16:56

En d’autres circonstances, la raillerie du drow aurait pu le toucher. Pas en cette nuit cependant. Il le regarde de sa chaise en enfournant encore quelques grains d’orge de plus, analysant froidement l’évolution des expressions de ce qui fut jadis une créature intelligente.

Ce qu’Urgoll a vécu pour etre si usé et abîmé, il s’en carre. Ce que le colosse ressent le laisse de marbre... Il a eu encore la preuve sur milles que les émotions humaines, pourlui c’est comme le travail d’équipe. Ça ne lui réussit pas du tout.

La mission est que ce grand énergumène vive et il va vivre. L’assassin ne répond pas à la pique du grand drow. La voix grave s’élève de nouveau, égale.

lu'oh ol satiir ulu ssinssrin jhal naut ulu ssinssrin? Ulu naut ssinssrin l'partner vel'uss ann dos ulu elgg ilta? Ulu ssinssrin ulu kku jhal ulu ssinssrin mzild? Ulu phlith a ulu ssinssrin ulu cal ilta? Ti tlu bahk'tess, sluda, saph natha circus' fuer'yon? dos xun naut ssinssrin ilta? Vel'uss zhah ilta?
-Alors, ça fait quoi vouloir sans vouloir.... Pas vouloir celle qui te supplie de la ravager? Vouloir en finir et vouloir que ça continue? Hair a vouloir la bouffer? Se faire dominer, enchainer comme une bête de cirque? Tu la voulait pas... pas elle... c’est qui, elle?


Dernière édition par Dante Corvac le Ven 15 Nov 2019 - 0:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252 En ligne
Le Brûlé
Admin
Admin
Le Brûlé

Nombre de messages : 585
Âge : 29
Date d'inscription : 29/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  918 ans
Niveau Magique : Maître.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeJeu 14 Nov 2019 - 19:01


Des questions, des questions en bouche, assénées, enchaînées, distantes. Un vrombissement désagréable, qui rampe sous les paupières qui se closent, s'accrochent à ses oreilles, s'y infiltrent et y creusent. Les poings qui blanchissent, un spasme, les battoirs qui se posent sur les genoux et s'y rivent, s'y pressent, avec une méticuleuse lenteur. Le géant qui se crispe, le regard fixe, les lèvres tendues en une moue dédaigneuse.

"...Phlith. Tahcaluss. Sluda. Ssinjin wiles, lotha ste'kol...Nind ssinssrin... Zhaun nindel...? Un grondement bas, forcené. ... Nind'll inbal ulu doer... Xuileb sending nind lince'sa..."
... Haine. Chaînes. Faim... Jolis mots, petit jouet...Elles veulent savoir... Ça ?... Elles devront venir elles-même...

Les mots sont difficiles, arrachés de force à la gorge prise. Plus de regard, le bol d'eau laissée sur le sol. Voir, entendre... Quoi ? Le mâle, le jouet, l'inutile, l'agaçant, bruyant, geignard, ignorant, alors que les battoirs frémissent d'envie, que les crocs crissent du désir. Le désir qui lui tord les entrailles, immonde et sanglant, vif et enivrant. De ballant, le géant sombre s'est fait statue de tension, figée, retenue.

_________________
Voix du Brûlé : #996699
Comparateur de taille de perso
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 691
Âge : 41
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeJeu 14 Nov 2019 - 21:32




Les paroles du grand gris s’effacent dans le silence seulement brisé par le crépitement des bûches sèches Encore une fois bravade et railleries. La seule chose qui reste à cet être brisé. La voix égale de Dante s’élève de nouveau dans l’air après un moment de silence absolu. Il peut essayer de l’attaquer avec ses mots. Ca ne lui change rien.

-Natha ste'kol... ol zhah vel'bol dos ph'whol ilta. Mayoe ol zhah vel'bol Shyn ssinssrin... jhal l'rivvil ssinssrin folbol dkinoss lu'ulu cal dos p'luin. Dos ph'yibin... Dos z'klaen flohlu nind ilstaren l'draeval dos yikss ka dos ssinssrin ulu dro xor el. Ka dos el, dos orn shlubnaut xun a dosst Il vel'bol dos ssinssrin xun xun ulu ilta vel'drav dos zhahus whit l'Byr. Dos z'klaen morfeth natha detholir... qee.

jouet... c’est ce que tu es pour elles. Peut être que cest ce que Shyn veut... Mais l’Humaine, elle veut autre chose et te bouffer après. T’es faible, physiquement... Tu as pas le choix de jouer selon leur règles le temps de te décider si tu veux vivre ou crever. Si tu crève par contre, tu retouvera jamais ta elle pour lui faire ce que tu voulais lui faire quand t’étais avec l’autre. Va falloir te décider vite.

L’assassin se penche un peu vers l’avant, faisant craquer sa chaise. Les flammes dansent dans ses prunelles dépareillées, mettant en relief son côté de visage ravagé.  Il garde son but personnel pour lui, ne ressent rien que le vide du rejet au centre de ce qui lui a servi de coeur.  Attentif, L’humain  examine le sombre avec une expression indéchiffrable, mais qui n’a rien d’humaine.  


Dernière édition par Dante Corvac le Ven 15 Nov 2019 - 0:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252 En ligne
Le Brûlé
Admin
Admin
Le Brûlé

Nombre de messages : 585
Âge : 29
Date d'inscription : 29/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  918 ans
Niveau Magique : Maître.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeJeu 14 Nov 2019 - 23:10


Étrangement, le sombre se décrispe. Sur la figure rude, une grimace se fraye un chemin. De dégoût comme de moquerie, telle une vieille plaie jamais fermée, lancinante et là, familière. Les pognes se relâchent, pendant seulement entre les cuisses. Que reste-t-il pour trembler, que reste-t-il à perdre ? Si peu, en vérité. Quelque chose qui en vaille la peine ? Le sombre arbore la figure d'un cadavre souriant, comme invulnérable dans son trépas annoncé. Mensonger, si mensonger...

"...Nixm'io plynn vel'bol's zet... Ka gaer zhah folbol zet... Un amusement sans joie. Iueth dos... ? Mufiga dosst ssinssrigg... Yallt lil' rivvil... Vel'bol's phor, ste'kol, dos anika' galach ghil jalamzild ? Xor lil' ilstaren inbal thir'ku ?"
...Elle prendra ce qu'il restera... S'il reste quelque chose...Hier, ta compagne... Aujourd'hui, l'Humaine... Eh bien, jouet, tu ne l'amuses-plus ? Les règles ont-elles changé ?

La curiosité se fraye une petite place dans les mires sanglantes, petit et railleuse. Là où l'autre se penche, lui se recule, loin de l'inexpressivité de son vis-à-vis. Dans cette discussion sans chaleur, les mots, aussi lents et rauques soient-ils, semblent se faire plus nombreux, moins laborieux. Le jeu des questions et des réponses, si simple, si longtemps délaissé...

_________________
Voix du Brûlé : #996699
Comparateur de taille de perso
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 691
Âge : 41
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeVen 15 Nov 2019 - 0:16

C'est qu'il est curieux le grand gris! Inexpressif, Dante ne répond pas à la question, à la provocation. Qu'il pense ce qu'il veut, mais sa curiosité grandissante est déjà un signe qu'il est encore vivant. Chaque mot traversant la gorge émaciée aux grands crocs est un mot de plus le rapprochant de l'humanité… Ou de l'eldéennité, selon le point de vue.

Il pourrait lui répondre, mais ca ne l'intéresse pas. Une fois sa curiosité assouvie, Urgoll pourrait retomber dans sa catatonie… Au moins les interrogations pourraient servir à lui donner une raison de bouffer et de reprendre forme reconnaissable. D'avancer.

Laissant sa bouffe sur la table, bien en vue, l'homme se relève et laisse la chaise en plan, comme pour inviter le sombre à prendre place. Pour sa part, rien n'est fixé, rien n'est immuable. Il n'y a que son esprit qui carbure à toute vitesse pour prendre les différentes variables en considérations.

A l'interrogation de La Bête sur ses plans, il n'y a qu'un silence radio absolu… Mais il sait parfaitement ce qu'il fait et où il veut aller…

dro yallt... udos orn kyorl gajak whol l'ilstaren klezn.

Vis aujourd'hui… On reparlera de tes conneries de règles demain…

Laissant la porte de la chambrette ouverte et le drow en liberté dans la cahute, Dante empoigne son paquetage, le seau et son arc avant de quitter les lieux, refermant derrière lui. C'est à son tour d'aller se laver parce que même s'il ne sent pas la saleté sur sa peau, Dante ressent atrocement les trois traces noires sur sa joue. Il est temps de laisser Urgoll'Ven mijoter un peu. Qu'il reste ou qu'il parte, Dante s'en tape royalement. Qu'il se laisse crever ou qu'il décide de vivre aussi… Il fera avec ou sans. Qu'il fouille els affaires des filles si ca lui chante, elles avaient qu'à ne pas se laisser traîner.

Maintenant, il a d'autres comptes à régler. Mais être propre avant est sa priorité


Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252 En ligne
Le Brûlé
Admin
Admin
Le Brûlé

Nombre de messages : 585
Âge : 29
Date d'inscription : 29/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  918 ans
Niveau Magique : Maître.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeSam 16 Nov 2019 - 14:33


Sans davantage de parole, l'éphémère s'en retourne, et le regard de l'immortel se détourne, des questions comme de l'être futile. Le vague intérêt s'évanouie, au profit de l'éloignement. Un remous dans la mare, qui a vite disparu, laissant s'assombrir l'eau, et avec elle, l'attention du géant voûté.

Ses jambes le porteraient à peine.
Ses bras ne tiendraient pas la mesure.
Son corps s'effondrerait bien vite.
Sa magie lui échapperait sans doute.
Tout cela, il le sent, en est conscient.

Lentement, il se redresse. Claudiquant, il inspecte, fait le tour, laborieusement. La petite cahute, les maigres biens, les murs humides et la porte close. Il ne peut qu'attendre, alors qu'au loin, une part de lui, retrouvée pour mieux être perdue, s'éloigne. La lassitude et l'épuisement l'enserrent comme autant de suaires. Se coucher pour mieux attendre, les yeux ouverts, que quelque chose se passe... Il ne sait quoi, il ne sait quand. Mais lui ne peut qu'être assis, courbé, l'esprit ailleurs... Si seulement.

Le battoir s'est crispé sur le battant. Devant ses yeux, il y a la pièce minuscule où il demeurait. Ce qu'il voit... Les yeux de sang s'écarquillent, alors que les jointures blanchissent, que la respiration s'accélère. Quelque chose d’irrépressiblement. Quelque chose qui emplit et cache tout le reste, fait oublier tout ce qui n'est pas ça. Sensations, souvenirs... Un son qui s'échappe de la gueule figée, une plainte presque muette. L'autre main qui se plaque sur l'autre versant, sans le percevoir pourtant.

Les questions et leurs réponses. Les questions qui rappellent. Les questions, retournées, sans avoir accrocher l'autre, mais qui lui reviennent à lui. Les battoirs cherchent dans la pierre la chair à écraser. Nul sang ne coule, si ce n'est le sien. Le coeur qui cogne, le souffle qui s'emballe, la sueur, les tremblements. La plainte, la plainte inaudible, et la gorge qui s'étrangle seule.

Un fracas. De meubles renversés, de verre brisé, d'objets qui dégringolent en cascade, et de corps, qui cogne le mur, trébuche et heurte le sol. Le souffle étranglé, les muscles qui n'en peuvent plus, alors que le grand corps, encore, s'agite, son intérieur étreint par l'innommable, invisible.

Dans la petite pièce, la couche a été saccagée, l'étagère, jetée à terre. Dans la plus grande, les rares meubles sont renversés, jetés, le feu s'agite encore. Dans un coin, il y a une masse grise, faite de jambes et de bras qui s’entremêlent, qui s'agrippent, se griffent et se lacèrent. Sur le flanc, le grand sombre respire trop vite, les yeux écarquillés, s'ouvrant et se fermant précipitamment, sans différence, sans échappatoire.

_________________
Voix du Brûlé : #996699
Comparateur de taille de perso
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 691
Âge : 41
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeSam 16 Nov 2019 - 23:11

Combien de temps peut il passer… cinq minutes? cinq heures? Dans l'immobilité de la cahute, La lampe tempête a chut sur le sol et a versé, déversant son combustible précieux. Le dit combustible a bien flambé, amenant avec lui une odeur âcre d'huile, noircissant le métal et le verre de la dite lampe, mais sans créer plus de dommage. Dans l'air, plane une odeur de vinaigre et de marinades diverses. Ce qui serait quand même agréable à moins grande dose.

Dans le silence, une porte s'ouvre silencieusement, avant de frapper doucement la patte de la table qui gît sur le côté, tel un païm éventré. Il y a un moment de silence, durant lequel Dante dissimule son paquetage et ses affaires au pied d'une vigne, recouvrant le tout d'une branche coupée, à l'affût du moindre signe de vie à l'intérieur.

Mais nul mouvement. Aussi dégaine t'il Mensonge et se coule t'il dans l'étroite ouverture de l'entrée, regardant d'un air inexpressif le carnage de la pièce. La mince pile de bois propulsée partout, la table renversée sur le côté, la lampe tempête  au sol, ayant finit par s'éteindre. La poussière partout a été bougée, dérangée, avant de retomber en une couche tout sauf uniforme…. Le vaisselier est éventré, a tombé devant la porte de la chambre, les tasses et les gamelles en milles morceaux. Et… de la viande séchée, de son orge… des légumes aussi gisent au sol, témoignage d'un acte brusque. Un carnet aussi ouvert, froissé, au milieu de ce qui ressemble au reliquat de sac de Shyn'Tae… L'épée est un peu plus loin, à demi ensevelie sous la table, avec le peu de vêtements qu'elle avait.

Ca ne l'émeut pas, loin de là. Dans ce bordel, un sourire satisfait soulève brièvement un coin de la grande bouche. Se mettant en mouvement, l'assassin se meut avec aisance au milieu de ce carnage, le pied botté de cuir souple passant même près de piler à dessein sur ce livret idiot… Avant de passer par dessus doucement sans s'arrêter. Laissant ses yeux s'habituer à la pénombre de l'autre pièce, égayée seulement par la lueur du feu de la pièce à vivre,  Dante évase ses narines, cherchant une odeur bien particulière.

Et parmis les cornichons et les asperges, les kumkats et les piments, il la trouve, ténue… Un sentiment étrange sous sa botte, lui fait arrêter son mouvement. Bougeant la tête un peu, l'homme devine qu'il doit s'agir des pots de conserves en terre cuite. S'immobilisant, il tourne alors les yeux, cherchant et trouvant.

Urgoll'Ven… Le flanc contre le mur, yeux baissés présume t'il, parce que Dante ne voit pas leur éclat reflétés par le feu. Il a fait un beau carnage, il faut le reconnaitre. Il voit la paillasse tournée sur le côté, l'étagère renversée, toute cette bouffe ruinée. Un coup d'oeil sur sa cache lui indique que les pierres n'ont pas bougées. Rapidement, il remédie à la situation, les cachant ailleurs. Cet endroit n'est plus sûr.

Un raclement sur le sol, et le meuble reprend sa place initiale. Un bruit de pas qui passe de l'autre côté un moment, avant que la lumière de la lampe miraculeusement sauve ne vienne égayer ce carnage sous un jour nouveau. La lumière, crue, éclaire les tessons et quelques récipiens par chance intacts. L'odeur piquante du vinaigre et de l'alcool pourrait piquer les yeux, mais l'assassin ne montre nul signe d'inconfort, se contentant d'ouvrir la fenêtre, surveillant le sombre du coin de l'oeil.  

Bwael emp'poss. Ph'dos dro? Xun naut inbal dos z'lonzic ulu dro saph natha fuer'yon? Ph'dos ji llaar stre ulu ?
Beau boulot. T'es vivant? T'en a pas assez de vivre comme une Bête? De quoi as tu si peur que ca?

Dante est vêtu comme d'habitude, tressé comme d'habitude. Mais peut-être est ce quelque chose dans la lumière, peut-être est ce ces traces noires à demi effacées sur sa joue. Il y a quelque chose…  
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252 En ligne
Le Brûlé
Admin
Admin
Le Brûlé

Nombre de messages : 585
Âge : 29
Date d'inscription : 29/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  918 ans
Niveau Magique : Maître.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 22:44


Lentement, les rigoles rouges s'écoulent sur le terme gris, ayant goûté là sur le sol, moucheté ici un mur. Après le fracas, le silence, retentissant et lourd, que perturbe bientôt le retour de l'éphémère. Le murmure des pas, du tissu, la respiration, attentive, maîtrisée, là où celle du géant est simplement effacée. Tel un poids mort, le grand corps pèse contre la pierre froide, la tête penchée vers l'avant, les membres ballants. Contracter ce qui amenait de l'air dans sa carcasse semblait être la seule chose l'animant encore. Une oreille frémit peut-être, alors que l'homme se faufilait, une ligne rouge qui regarda, pour disparaître, trop lourde à maintenir, trop...
Un soupir qui le traverse, l'emplit, et le laisse vide. Une chair sans force, un esprit sans volonté... Le grand sombre gît, entend, sent, et n'y peut rien, si ce n'est savoir. Un soupir qui l'anime encore, mais à peine.

"...Naut natha...Xan'ss whol verve... Les silences qui s'étendent, s'imposant dans leur pesanteur, leur absence de force. ...Lueth nin...Dos..."
...Pas un mot... Pendant longtemps... Et maintenant... Toi...

Un raclement qui ne clame que lassitude et dédain. Le sombre ne bouge pas, grande chose d'os et de peau que l'on pourrait croire froide, si ce n'est les traits de rouge, séchant, le souffle qui persiste, tirant sur la peau du torse, faisant osciller les mèches crasses et grises. Un vide où pourrait s'engouffrer tant de chose... Mais seul le silence s'y répand, la tension, une hostilité vaincue, tenace mais sans consistance, tant le corps est épuisé, et l'esprit, élimé.

_________________
Voix du Brûlé : #996699
Comparateur de taille de perso
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 691
Âge : 41
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 23:38

Accrochant tranquillement la lampe sur un clou au mur, Dante se met en frais, posément, lentement, de ramasser les pots intacts pour les ramener dans la pièce à vivre… Puis de ramasser les tessons qu'il commence à regrouper en tas.

Encore torcher un imbécile qui sait pas apprécier les faveurs faites… Il se fait l'effet d'un larbin et ca commence à lui taper royalement sur les nerfs. Pourtant, physiquement, rien n'y parait. Ca pourrait être Claude en train de ramasser les dégâts d'un patient qu'il n'y mettrait pas plus de flegme. Les pots fendus mais encore passablement pleins se retrouvent pas trop loin.

"...Naut natha...Xan'ss whol verve......Lueth nin...Dos…"

Tranquillement, l'assassin prend les plus gros tessons et va les balancer au pied de la petite fenêtre ouverte. Sur le sol de la petite pièce, plein de vinaigre et de légumes, il va prendre la paillasse qu'il balance dehors sans cérémonie. Le silence accueille la déclaration du grand gris…  

Pour ce qu'il en a à foutre de ce que ce connard pense de lui… Dans un silence de mort, Dante continue son ménage…. Passe à côté d'Urgoll.

Un coup de pied en pleine gueule, ébranlant bien quelques dents au passage, se fait ressentir soudainement. D'un geste leste, Dante l'empoigne et le traine au sol, baignant ses plaies dorsales dans le liquide piquant qui entre dans ses chairs malmenées. Sans égard pour rien, il lui vide les pots restant sans cérémonie sur le torse, envoyant des piments forts marinés et des cornichons sur la loque au sol.  Qu'il fasse mine de se relever, et un autre coup le renverra directement à terre.

Ca peut sembler gratuit, mais ca ne l'est pas. Outre le gaspillage manifeste de bouffe, le vinaigre est un bon désinfectant et il se doute que le captif ne se laissera pas faire, donc, on fait ça à la bonne franquette. Qu'il souffre un peu, ça lui fera pas de mal… Sur sa peau sombre glissent langoureusement quelques cornichons, petits oignons et piments marinés jusqu'au sol… Dante traite Urgoll, ce grand cornichon, aux petits oignons, c'est le cas de le dire.

Laissant tomber le dernier pot de terre cuite, un pied botté de cuir souple se pose sur la gorge d'Urgoll'Ven, le mettant au défi de résister… Qu'il marine encore un peu dans son vinaigre, ca pourra juste être bénéfique. Au delà du pied, deux prunelles dépareillées le regarde sans émotions.

C'est peut être ca le plus effrayant en fait. La voix grave résonne d'un ton de velours, engageant…

Siyo... uns'aa...
oui… moi…

 
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252 En ligne
Le Brûlé
Admin
Admin
Le Brûlé

Nombre de messages : 585
Âge : 29
Date d'inscription : 29/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  918 ans
Niveau Magique : Maître.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeMer 20 Nov 2019 - 22:45


Comme autant de piques dans une chair déjà froide. De la carcasse vivante, le premier coup ne tira qu'un infime sursaut. Les langues de vinaigres dans lesquelles fut traîné son dos firent gémir faiblement le sombre efflanqué, ses mirs sanguines se révulsant sous les paupières si fines. Sous la cascade brûlante, le large torse tressauta, les plaies tressaillant, noyées, rongées, alors qu'il semblait presque qu'un plus ample soupir tremblant, étranglé, le traversait, imprégné d'une douleur innommable tant elle était familière, immuable, éternelle... Étreignant ce qui n'était qu'à peine, imprégnant ce qui était malgré tout.

Le son, pitoyable, s'éteignit un peu sous le poids d'une botte. Sur le sol rendu visqueux, le grand corps se tordait faiblement, agité de sursauts sans force ni vaillance, des sursauts épuisés malgré la vulnérabilité abjecte. Aux deux mots, rien ne répondit, si ce n'est la mince plainte qui fuyait d'entre les crocs blanchâtres, au milieu de la figure livide. Les battoirs aux ongles brisés ne frappaient ni ne s'agrippaient, les doigts n'en semblaient plus capables, s'accrochant pour lâcher presque aussitôt les reliefs irréguliers du sol de la bâtisse étouffante.

Une bête de l'eau laissée à agoniser sur le sable, sa peau sensible se desséchant sous un astre brûlant, indifférant, ne trouvant aucun soulagement dans un air ennemi, ses forces anéanties par son propre poids, le fardeau de son être l'étouffant sans un mot pour nommer son agonie, passive et futile... Et le sang, par gouttelettes solitaires, dispersaient, se mêlait ici et là au vinaigre et aux condiments, tâchant d'un rouge sombre et terne le vert granuleux et le blanc jaunâtre et lisse.

_________________
Voix du Brûlé : #996699
Comparateur de taille de perso
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Dante Corvac
Humain
Dante Corvac

Nombre de messages : 691
Âge : 41
Date d'inscription : 09/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28?
Niveau Magique : Non-Initié.
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitimeMer 20 Nov 2019 - 23:48

Nulle réponse, nulle résistance. Ca pourrait être décevant si Dante en avait quelque chose à foutre. Il pourrait y réfléchir, il y réfléchira sûrement, mais pas en cet instant précis. Il est beau l'Urgoll sauvage tiens. celui qui a esquinté Cécilie, qui l'a brisée.

Il le hait. Viscéralement. D'une haine glaciale, aussi glaciale que les yeux bleus. Bien caché derrière le mur de ses yeux dépareillés. Il pourrait le torturer tien, le couper morceau par morceau… Le battre come plâtre. Lui fracasser le crâne au sol encore et encore jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une bouillie sanglante de ce qui lui sert de matière grise. L'écorcher vif et faire une descente de lit à Cécilie.

Toujours immobile, inexpressif, dominant Urgoll de toute sa stature quelconque d'humain, Dante se contente de le regarder. Il n'y a qu'une infime contracture de la main blessée, envoyant goutter sur le grand corp gris. La voix grave transperce l'air sans émotions.


Vel'drav dos orn inbal folbol ulu telanth, lar uns'aa... Hwuen t'yin, zu'tour phor.
Quand t'aura quelque chose d'intéressant à causer, tu m'appellera… Sinon ta gueule

Il pourrait avoir du mépris, de la tristesse, de la compassion peut-être. Mais ce n'est pas dans sa palette. Le pied botté de cuir souple quitte la gorge du cadavre en sursis avant que l'homme ne s'éloigne. Il ferme la fenêtre, éteint la lampe et laisse ce grand connard dans son jus. Il n'a pas envie de le torcher plus. Dans la pièce à vivre Dante s'arrête un moment et contemple le carnage avant de laisser le tout en plan. Non, il n'a pas envie du tout. Qu'elle se démerde.

Il y a le bruit d’une chaise que l’on déplace et repose au sol. Un silence se fait, tendu.... avant qu’un

scriiiiiiiiiiiiiiitccccccchhhhhhh

A faire grincer les dents et les nerfs ne se fasse entendre à intervalles réguliers. Tranquillement, zen, faisant face à la porte grande ouverte de la salle obscure où gît le colosse, l’assassin prends soin de ses Filles en fantasmant tranquillement.

Urgoll empalé longuement, le pieu lui sortant par la bouche...

scriiiiiiiiiiiiiiitccccccchhhhhhh

Suspendu au plafond par les fameux piques à viande, ses entrailles extirpées lentement de son abdomen par ses soins…

Boire dans son crâne blanchi aux orbites vides….

scriiiiiiiiiiiiiiitccccccchhhhhhh

Lui arracher les yeux, lui planter la queue dans la gueule…
Lui injecter de l'acide dans les articulations…

scriiiiiiiiiiiiiiitccccccchhhhhhh

Tranquillement, attentif à tout signe de mouvement ou d'hostilité de la pièce, il continue sa guerre des nerfs, défiant silencieusement le sombre de lui donner une raison de le buter.

scriiiiiiiiiiiiiiitccccccchhhhhhh

Lui arracher les dents, lui déchirer la langue, lui transpercer la jugulaire avec ses pauvres dents d'humain… Lui bouffer le coeur...

A ces idées, le coeur de l'homme ralentit. Dans les prunelles dépareillées, s'allume une lueur dangereuse.



.
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t23317-assassin-a-louer#388252 En ligne
Contenu sponsorisé




[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) Empty
MessageSujet: Re: [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)   [La Cahute] Joie et bonne humeur (libre) I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[La Cahute] Joie et bonne humeur (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bonne douche bien méritée [PV Lelouch][Hentaï]
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» [UPTOBOX] Le Pacte [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ITHRI'VAAN :: Principautés Vaanies :: Principauté des Sept-Monts-
Sauter vers: