Le Deal du moment : -17%
TOSHIBA 43UA3A63DG TV 4K UHD – 43″
Voir le deal
305.99 €

 

 Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère)

Aller en bas 
AuteurMessage
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 1101
Âge : 124
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Empty
MessageSujet: Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère)   Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) I_icon_minitimeMer 22 Jan 2020 - 23:46


Les aventuriers du désert

RP précédent
Une bande de bras cassés.
RP suivant
(lien à venir)


Double post autorisé après 4 jours.

Contexte :
La troupe récemment mise sur pied pour l'expédition a quitté Thaar. Marchant au rythme de leur païm, c'est à dire plutôt lentement, ils entreprennent un périple qui les mènera au cœur du Désert Zurthan, à la rencontre de ses peuplades, de ses mythes et de ses dangers.

Automne, Panahos, troisième ennéade de Barkios, an dix-sept, onzième cycle.


Une quinzaine de jours auparavant, toute la troupe s’était retrouvée sous les premières lueurs du soleil devant la Grande Bibliothèque de Thaar. Ils avaient dès lors rejoint le païm sur lequel les tentes et sacs de couchages, la marmite et les casseroles, les pelles et les pioches et tout ce qui pouvait servir de près où de loin à vivre sur les routes avaient été solidement harnachés. Le vieux pachyderme servait plus d’animal de bât que de monture, bien qu’au cours des premiers jours de voyage, les plus feignants prirent la fâcheuse habitude de passer plus de temps sur son dos qu’à marcher.
Ainsi débuta leur périple, remontant la Route Capitale jusqu’à hauteur d’Uldal’Rhiz, après quoi il fallut payer un batelier pour traverser l’Oliya. Une traversée paisible qui leur donna l’occasion de souffler une journée. Puis, s'enfoncant dans les plaines brulées d’Ouest en Est, suivant toujours la même direction, leur guide commença à prendre de plus en plus de directives. C’était bien le signe qu’ils approchaient du désert Zurthan. Et la troupe prit la direction d’un petit avant-poste situé au Nord de ce que le « marcheur du désert » et les autochtones, d'après lui, appelaient « Les Dunes Tranquilles ».

L’avant-poste en question, ou plutôt le « Guet de Mezo’Rhabil » – ne laissant nul doute sur l’identité de son propriétaire – était en réalité une sorte d’ancienne ruine retapée. Ce qui en faisait un incontournable dans cette partie du désert c’était sa capacité à rassembler des êtres de tous horizons. Ici, point d’inimitié ni d’agression. Les armes restaient dans leurs fourreaux, les flèches dans leurs carquois. Mezo’Rhabil tenait à ce que son terrain et sa bâtisse soit une oasis de paix au milieu des conflits, ce qui expliquait que l’endroit était très bien gardé par ses hommes. Par ailleurs, en tout cas d’après les rumeurs, il n’était pas rare que les tribus, de ce coin du désert, empêtrées des conflits et cherchant à les entériner approchaient Mezo’Rhabil pour entamer des pourparlers avec leurs opposants. Quant aux marchands zurthans, ils s’y arrêtaient souvent afin de profiter d’un semblant de repos ou vendre et acheter quelques denrées avant de repartir. Ainsi, s’étendaient autour de la bâtisse plusieurs tentes colorées appartenant à des brocanteurs et négociants en tout genre, comme des voyageurs et des aventuriers intrépides.

Doromos et Haradwen s’affairèrent à monter les tentes, comme d’habitude. Les frères Sarim profitèrent de l’occasion pour faire le tour des autres tentes et saluer les marchands. Forgas, quant à lui, ne manqua pas de s’installer à même le sol afin de souffler un peu. Le bougre n’était plus tout jeune et ces longues et rudes journées à marcher en plein cagnard avaient tendance à le vider de ses forces assez rapidement.
T’sisra s’occupait de décharger les tabourets du païm, aidant à l’installation du camp. Tout ceci n’était autre qu’une routine désormais bien rodée. Et plus tard dans la soirée, les uns et les autres se retrouveraient autour du feu pour déguster l’un des ragoûts de Doromos, dont lui seul détenait les secrets de fabrication, avant de jouer aux cartes ou aux dames. Puis, en fin de soirée, les hommes iraient se coucher dans leur tente, T’sisra et Haradwen dans la leur, exception faite pour Nasser qui se chargeait toujours du premier tour de garde.

- Tu te débrouilles bien maint’nant p’tiote ! Tu me rappelles… Tu m’rappelles Martha, ma femme, la pauvre a rejoint l'Royaume de Tyra il y a d'ça quelques années. Expliqua-t-il en enfonçant le piquet de tente dans le sol à coup de maillet. Aah… C’tait une bonne mangeuse, comme moi, on croquait la vie à pleines dents à c’t’époque-là. Il marqua une pause, le regard vaguement dans le vide, puis secoua la tête et revint à son piquet. Elle a pris la toux du désert, c’est qu’la nuit ça caille dans c’désert. Je t’ai déjà raconté comment ça s’est passé ?

- Oui. Se contenta l’elfe entre deux coups de maillet. P… Plusieurs fois.

- Ah ! Je t’ennuie ? S’enquit le bonhomme dans rire gras. ‘Scuse moi, j’radote avec l’âge. Tu verras, toi aussi un jour, bon… Pas de suite, mais d’ici quelques siècles, quand t’auras pris un peu d’âge et que j’aurai fait pousser mon hertis depuis un sacré paquet d’temps… Toi aussi tu radot’ras ! Doromos s’éclaircit la voix pour prendre celle d’une petite vieille. Ouuui… Dans ma jeunesse, j’voyagais dans l’désert avec un p’tit gros qui m’racontait tout l’temps les mêmes histoires…

Haradwen se fendit d’un sourire en jetant un bref coup d'œil aux alentours comme si elle ne souhaitait pas qu’on le remarque.

- Et tes p’tits enfants i’t’diront… Mamie, t’as d’jà raconté ça trois mille fois au moins !

T’sisra esquissa un sourire à son tour, rejoignant Forgas pour déposer un tabouret devant lui.

- Asseyez-vous mon ami, vous semblez en avoir plus besoin que moi.

- Traite-moi d’vieux tant que t’y es ! Fit-il mine de s'offusquer.

La noiraude haussa les épaules, puis soutenant le regard de l’ancêtre, le mot franchit ses lèvres : « Vieux. ».

- Mmh… J’peux pas l’nier. Bien content qu’on s’arrête ici pour la nuit en tout cas ! Pas sûr qu’les voisins soient heureux par contre. Not’ cuistot ronfle comme un dragon, c’est pas croyable tout d’même…

- De quoi qu’est-ce ? Intervint ledit ronfleur.

- Hein ? Nan rien, j’parlais des dragons et des histoires de l’ancien temps ! Tu veux un coup d’main pour les tentes ?

- J’dis pas non !

- Ah, ce serait vraiment bien si vous pouviez le remplacer. Ajouta la daedhelle en terminant d’installer les tabourets. Doromos ! Vous pourriez peut-être faire un tour dans le Guet et nous trouver quelques provisions supplémentaires ?

- Sûr qu’je l’peux !

Forgas s’empara du maillet du marmiton et se posta aux côtés d’Haradwen, entamant une conversation sur ces jeunes années à lui, lorsqu’il n’avait pas encore son lumbago et était encore capable d’esquiver, soi-disant, des coups de lances et d’épées à grand renfort de cabrioles.


Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Prfu
Doromos, l'elfe, Forgas, Nasser et Ungas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Brohan Wulfekiin
Modérateur
Modérateur
Brohan Wulfekiin

Nombre de messages : 337
Âge : 31
Date d'inscription : 23/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 37 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Empty
MessageSujet: Re: Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère)   Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) I_icon_minitimeJeu 30 Jan 2020 - 23:59


Le guet de Mezo'Rhabil, un lieu de rencontre bien particulier pour ceux de la région. Neutre autant pour les vaanis que pour les zurthans, cet improbable champ de tentes est bien connu des habitués du désert. Et si l'archiviste n'y a jamais mis les pieds le guide, lui, y est apparemment un habitué. Tandis que le corpulent et l'elfe s'affaire à monter le camps, et que les autres membres du groupes s'occupent de choses et d'autres, l'érudit s'extasie. Son regard curieux passe d'une tente à une autre, d'un groupe de gens à un autre, et l'archiviste ne peut s'empêcher de noter mentalement les innombrables différence qu'il existe entre ces gens du désert. Certains, ordinaires, sont des négociants vaanis. D'autres sont zurthans, de clans dont l'apprenti n'a eu connaissance que dans les livres. Quelques uns sont drows, mais ceux-là l'humain préfère ne pas trop les fixer.
"Qu'est-ce t'as toi ?" Demande un homme étrange que le curieux fixe depuis un moment sans s'en rendre compte.
"R-rien." Balbutie Iind avant de repartir vers le groupe de la drow.
Mais malgré ce qu'il a répondu, l'interprète ne peut s'empêcher de trouver étrange qu'un homme vêtu à la manière d'un clan du Sud ait un accent oliyan aussi septmonsien. Une interrogation qui s'estompe sitôt que l'érudit croise dans son regard un groupe de zurthans dont les attribut claniques lui sont inconnus. Qui sont-ils ? Le physique ce ces trois là est sensiblement différent de ses zurthans habituels, leurs yeux épatés et leur dialecte harmonieux intriguant fortement l'érudit. C'est bien la première fois qu'il en croise des comme ça, le désert cache encore bien des mystères.

Distrait par ses pensées et ses observations, l'archiviste ne voit pas le piquet tendant la tente à ses pieds. Y trébuchant, c'est sur le bon vieux Forgas que s'étale le maladroit. De honte comme de précipitation l'homme de savoir se relève, époussette ses vêtements puis se fonds en excuses.
"Pardonnez-moi, messire Forgas, je marchais et j'ai pas vu le piquet. Je pensais à... Y'avait... Peu importe."
Les sourcils de l'érudit se froncent tandis qu'il examine le vieil homme, craignant d'avoir blessé "l'Increvable" dans sa maladresse. C'est que le bougre n'est plus de toute jeunesse, et il faudrait pas qu'il se brise un os avant d'entrer dans le désert.
"Euh... Vous allez bien, vous avez rien de cassé messire Forgas ?"


Le guide, de son coté, s'est éclipsé dès l'arrivée de la caravane du païm unique au gué. Son nocturne animal dormant bien confortablement installée sur son sac à dos, le zurthan au nez aquilin négocie l'achat d'une breloque pour trois maigres piécettes. Suite à cela, le Marcheur-du-désert troque la breloque à un autre visiteur du Guet contre une pierre taillée, puis la pierre contre un coutelas, le coutelas contre un turban, le turban contre un bracelet, et ainsi de suite jusqu'à obtenir quatre beaux souverains d'un marchand de Baaz-Hima pour un bouclier artisanal zurthan. Satisfait de son dernier échange, le dresseur de chouette se rend droit vers le bâtiment principal du lieu, celui là même où réside le propriétaire des lieux.

Le Marcheur du désert salue bien cordialement les gardes, visiblement habitués, qui ne lui prêtent qu'une attention sommaire. Accoutumé des lieux, le guide solitaire n'a aucun mal à retrouver le dénommé Mezo'Rhabil qu'il salue tel un vieil ami, quoique relativement peu disposé à le retrouver.
"Je te salue, Mezo'Rhabil, le Roc-de-paix, mon vieil ami."
Un surnom qui fait légèrement grimacer l'intéressé, visiblement peu appréciateur de ce sobriquet. Cela n'empêche cependant pas le charismatique bonhomme de saluer à son tour cet invité surprise.
"Cela fait bien des jours que les vents du déserts ne m'ont mené ici. Deux mois ? Trois ? Ce lieu n'a vraiment pas changé. M'accepterait-tu à prendre le thé ?"
Honorant naturellement les règle de l'hospitalité zurthane, l'hôte invite son invité à prendre cousin en face de lui. Le Marcheur-du-désert y prend confortablement place, posant précautionneusement son compagnon animal auprès de lui.
"Alors dis-moi, comment se porte ton épouse ? Et tes fils ?" Un sourire malicieux étire les lèvres du dresseur. "Et comment vont tes filles ?"


_________________
Dialogues : steelblue
Thème musical de Brohan et Thème musical de Höginheim

Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Logo_h11

Nous n'avons rien à déclarer:
 

Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) 991758FLPNJ
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 1101
Âge : 124
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Empty
MessageSujet: Re: Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère)   Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) I_icon_minitimeMar 17 Mar 2020 - 0:54

Automne, Panahos, troisième ennéade de Barkios, an dix-sept, onzième cycle.


Un hoquet de surprise échappa des lèvres d’Haradwen qui, contemplant la scène éminemment maladroite se déroulant sous ses yeux, venait de porter une main sur sa tête sans savoir quoi faire.
Forgas poussa un soupir d’agacement sous le poids de l’érudit étalé sur lui. Comment pouvait-on être empoté à ce point et encore en un seul morceau à son âge ? Après tout, ce jeune homme n'était qu'un rat de bibliothèque qui n'avait certainement jamais affronté que les rues thaaries pour tout lieu extérieur.

- Y a pas d’mal gamin, j’ai rien d’cassé. Fit-il en se redressant dans un craquement sinistre. Mes articulations… Ne sont plus ce qu’elles étaient.

- Ça va aller ?

- Bien sûr qu’ça va aller ! Lança Forgas en ramassant le piquet de tente pour le planter à nouveau dans le sol. Tiens, file-moi donc un coup de main !

Ainsi l’elfe vint donner quelques coups de masse sur le piquet tenu par le vieil homme, et tous deux se remirent à la tâche. En une vingtaine de minutes, les toiles de tentes trônaient sur leurs piquets. Haradwen et T’sisra s’affairaient à déballer leurs affaires dans la première, réservée à la gent féminine de l’expédition, quand Forgas s’occupait de la seconde.

Entre temps, leur guide s’en était allé agacer le maître des lieux, en ayant au passage fait quelques profits en l’espace d’une poignée de minutes. Saluant le marcheur du désert, Mezo’Rhabil l’invita à prendre place en face de lui et commença à servir le thé.

- Agréable, comme toujours. Susurra le zurthan entre ses dents. Quant à mes fils, le plus jeune est parti pour la Grande Mer des Sables, l’autre fait route pour les Pierres Levées. J’imagine que tu veux savoir ce que les vents du désert murmurent avant d’emmener tes vaanis dans les dunes ?

Mezo’Rhabil se fendit d’un sourire à son tour, ayant volontairement éludé la question concernant ses filles. Depuis que l’un de ses hommes l’avait averti de l’arrivée du groupe guidé par le marcheur du désert, l’homme se doutait de ce que son visiteur voulait.

- Les dunes sont trop calmes ces derniers temps, les grandes forces de ce côté-ci du monde ont leurs regards tournés vers les terres vaanies. Et pourtant les peuples des sables se sont refusé à abreuver de sang la Mer des Dunes. La mine du zurthan se fit plus sombre, son regard trahissant une inquiétude palpable. Les vents sont porteurs de malédictions et de frayeurs. D’aucuns accusent les djinns, d’autres y perçoivent des visions des temps passés ou à venir. Mais l'on rapporte des apparitions, des disparitions et des morts subites causées par des esprits malfaisants.

Mezo’Rhabil porta sa tasse à ses lèvres pour la vider d’une seule traite. Le regard dans la vague, l’homme pourtant connu pour sa sérénité semblait bien méfiant.

- A l’Est des plaines de la Corne, même les Tamengasset évitent cette partie de la Grande Mer des Sables, qu’ils ont surnommé les « Dunes Moribondes ». Je ne sais où tu comptes mener tes étrangers, cependant je ne peux que te conseiller la prudence.



Entre temps, les frères Sarim avaient rejoint les leurs qui, installés autour d'un feu de camp, jouaient aux cartes tout en observant le ventripotent Doromos préparer le souper. L'ambiance ne pouvait être plus agréables, surtout que depuis quelques jours, l'elfe qui les accompagnait s'était faite moins timide et plus entreprenante. Les éclats de leurs rires résonnait dans le Guet, attirant les regards de quelques curieux.

- Semblerait qu'tu sois en fâcheuse posture l'oreille-grise ! Tonna Forgas en abattant sa carte sur le sol. Tu n't'en r'lèvera pas !

T'sisra fronçait les sourcils en observant son jeu. Ce vieux bougre devaient tricher ou voir l'avenir, puisqu'il parvenait toujours à l'éliminer dans les premiers tours de la partie.

- Mes carottes sont cuites. Soupira la drow en révélant ses cartes, abandonnant la partie par la même occasion sous les rires de l'elfe et du vieil homme.



Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Prfu
Doromos, l'elfe, Forgas, Nasser et Ungas.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Brohan Wulfekiin
Modérateur
Modérateur
Brohan Wulfekiin

Nombre de messages : 337
Âge : 31
Date d'inscription : 23/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 37 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Empty
MessageSujet: Re: Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère)   Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) I_icon_minitimeDim 22 Mar 2020 - 17:07


Le Marcheur-du-Désert prend place au coté du propriétaire des lieux, prenant ses aises comme s'il se trouvait dans sa propre demeure. Les nouvelles sont dites et le maître-Hibou ne se formalise pas de l'esquive de son vis-à-vis. Après tout le vieux Mezo, en père protecteur, n'apprécie guère que l'on s'intéresse à ses filles. Surtout lorsqu'il s'agit d'un homme tel que le dresseur Zoran, que beaucoup trouvent bien étrange même au sein des peuples zurthans. Les lèvres du guide s'étirent en un sourire à la question de son hôte, et il acquiesce d'un signe de tête tout en se saisissant de la tasse de thé.
"C'est ce que j'aime chez toi, mon ami, tu sais toujours ce dont ont besoin tes visiteurs." Commente le voyageur, après avoir écouté les inquiétantes nouvelles de l'homme de paix. "As-tu eu des nouvelles des chasseurs près des Crevasses Suintantes ? Les prédateurs ont-ils commencé à hiberner ?"
"Aucune nouvelle. Pas récemment en tous les cas. De ce que les hommes du désert en disent, mieux vaut ne plus les approcher. La nuit, surtout. Des crevasses s'élèvent un bourdonnement incessant, animal... Quant au reste, contes ou vérités, je ne crois pas connaître qui que ce soit capable de le dire. Prudence est mère de sûreté.
Le sourire malicieux du guide s'étire à nouveau. Rares sont ceux qui osent s'approcher des ces immenses crevasses, nids d'insectes aussi immenses que mortels. Nombreux sont ceux parmi les quelques fous l'ayant tenté à ne jamais en être revenu. Et pourtant certains clans des alentours les surveillent, car parfois, lorsque les prédateurs sont trop nombreux, ces créatures de mort s'en éloignent pour chasser dans le désert. Y mener un groupe tel que celui de la noirelfe serait tout bonnement inconscient... Ce serait fou, n'est-ce pas ?

"Ainsi tu t'inquiètes pour moi, mon ami ? J'en suis bienheureux, et je retiens ton conseil. Je me méfies pourtant plus des Djins et de leur malice que des créatures qui peuvent habiter ces crevasses. Ne pas se préparer à cette éventualité peut-être plus risqué encore."
Après tout, qui sait où cette étrange expédition va mener ce groupe étrange ? L'homme-hibou réfléchit un moment, dégustant son thé, avant de reprendre.
"Le voyage sera long, j'aurais besoin de vivres pour compléter celles que nous avons. Et aussi..."
Le hibou pousse un petit sifflement aigu tout en faisant trembler son plumage. Coupé dans sa phrase par ce mouvement soudain, le fauconnier s'y intéresse, caressant le plumage ventral du bout des doigts.
"Qu'y a-t-il, ma belle ?"
L'animal répond par de petits hululements secs, terminés par un autre plus long.
"Mais oui, ne t'en fais pas. Je ne vais pas l'oublier."
Caressant désormais son compagnon volant sous la tête, le guide reporte alors son attention sur l'homme lui tenant compagnie.
"As-tu reçu des gerbilles impériales, récemment ? Vivantes, évidemment. Et s'il te reste un peu de ctte herbe à fumer venue du grand Oasis, j'en voudrais une pochette. Je sais que tu en gardes toujours quand tu en reçois, je te donnerais un bon prix."

"Ceux capables d'en ramener des territoires elfiques se comptent sur les doigts d'une main, je crains ne pas avoir ce que tu cherches."
Répond le zurthan, passablement surpris par cette demande incongrue. S'il en est quelque peu déçu, le Marcheur-du-Désert n'en est pour autant pas surpris. C'est que ce met délicat apprécié par son volatile compagnon n'est pas de ceux qu'il est aisé à se procurer, même au grand bazar de Thaar.
"Quant au tabac, le marchand fait signe à l'un de ses hommes de lui amener une sacoche de cuir, je peux m'en séparer contre un service. Si ta route te mène au Nord, je veux que tu reviennes me voir après. Tu m'apprendras tout ce que tu as vu. Compte tenu des étranges rumeurs que portent les vents ces dernières ennéades, l'information se monnaye à prix d'or."
Les lèvres fines du guide s'étirent en un large sourire. Le Nord, c'est là où souhaitent se rendre la noirelfe et son groupe. Quel heureux hasard. Et même s'il lui a été spécifié de ne rien divulguer de ce qu'ils feront ou trouveront au cours de leurs mystérieuses recherches, rien n'empêchera au guide d'informer son peuple des mouvements que le désert lui révèlera là-bas.
"Je te rapporterais ce que les vents du Nord m'apprendrons, sois en certain." Assure le guide, avant que la conversation ne prenne une tournure plus triviale.
Ce n'est qu'après de bonnes dizaines de minutes, quand le thé et la conversation des enfants du désert sont terminées, que le guide se lève.
"Eh bien, je crois qu'il est temps pour moi de rejoindre mon groupe de voyageurs. C'était un plaisir, mon ami, ton thé est toujours aussi bon."
Mezo'Rhabil salue le voyageur à son tour et ce dernier ajoute de dernières paroles avant de sortir de la pièce.
"Oh, et peux-tu dire à Shaena que je pense souvent à elle ? Les nuits sont froides sans elle pour les réchauffer, et cela ne va pas s'arranger. J'espère pouvoir la voir lorsque je reviendrais de ce voyage."

C'est alors un large sourire sur le visage et accompagné de vivres supplémentaires, ainsi que divers équipements complémentaires portés par des hommes de Mezo"Rhabil, que le guide rejoint le groupe de la noirelfe. Ces derniers ayant déjà monté leur tentes, ils s'occupent désormais à une partie de carte dont l'archiviste ne semble pas trop mal s'en sortir. A tout du moins, s'il n'est pas en train de gagner, cela ne semble pas le déranger tant son rire est franc. Il ne reste au guide qu'à les informer des informations récoltées auprès du maître des lieux, à rectifier leur route, et lorsque que le soleil se lèvera le groupe pourra attaquer la route du désert.

_________________
Dialogues : steelblue
Thème musical de Brohan et Thème musical de Höginheim

Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Logo_h11

Nous n'avons rien à déclarer:
 

Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) 991758FLPNJ
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 1101
Âge : 124
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Empty
MessageSujet: Re: Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère)   Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) I_icon_minitimeMar 24 Mar 2020 - 1:22

Automne, Calimehtarus, quatrième ennéade de Barkios, an dix-sept, onzième cycle.


Leur soirée au Guet de Mezo’Rhabil, tous les aventuriers en avaient profité sans retenue aucune. L’ancêtre avait même vidé une bouteille d’alcool en compagnie d’Ungas, le seul des deux frères ayant un véritable penchant pour les boissons d’allégresses. Les autres passèrent la soirée à jouer aux cartes et à manger plus que de raison, au point que même Doromos en avait fini par être écœuré. Et pourtant ce bougre-là n’était pas le dernier pour se resservir quel que soit le menu !
T’sisra aussi prit part à quelques parties de cartes, avant de rejoindre le marcheur du désert un peu à l’écart des autres. L’homme parlait presque par énigme, tout du moins ses propos étaient toujours enveloppé d’une aura de mystère, sans aucun doute relative aux croyances des peuples zurthans. Cependant, la daedhelle entendait bien l’incertitude et l’inquiétude entourant leur périple. Des disparitions aussi inexpliquées que certaines apparitions, des phénomènes insensés vraisemblablement plus fréquents dans certains lieux jouissant d’ores et déjà d’une réputation intimidante… En somme, beaucoup de rumeurs aux allures de mythes et de légendes que la noirelfe peinait à croire sur parole. En revanche, quelle que soit la teneur du conte ou de la fable, l’histoire ne venait jamais non plus de nulle part.

La noirelfe avait néanmoins rejoint le reste de la troupe et participé aux dernières discussions avant de retrouver sa tente et son sac de couchage. Les tours de gardes ne s’organisaient plus depuis des jours tant cela était devenu une routine quotidienne, ainsi Nasser salua ses comparses et resta près du feu, seul et sans bouteille. Quant à son frère, au vu de la gueule de bois à laquelle il aurait droit le lendemain, le pauvre ne serait certainement pas de garde cette nuit-là.

Le voyage reprit le lendemain dès l’aube, une rude matinée pour les soulards de la veille car le soleil de plomb eut tôt fait de taper très fort sur les crânes des aventuriers. Nul doute qu’ici, le plus grand de tous les dangers restait l’environnement en lui-même, les chaleurs de la journée se révélaient parfois insoutenables et les nuits bien trop froides. Et encore, sans parler des besoins vitaux des mortels qu'ils étaient, trouver de la nourriture était une chose ardue dans ces étendues désertiques et mettre la main sur une source d’eau tenait plus du rêve que de la réalité. En tous les cas pour ceux qui ne se préparaient pas aux traversées des dunes. Cependant, les premiers jours furent loin d’être les plus durs. L’expédition avançait régulièrement à l’ombre de hautes et imposantes rocailles, un endroit que les autochtones appelaient communément « Les Pierres Levées ».

Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Snr6

Chaque soir, T’sisra et Haradwen mettaient en pratique ce que leur guide leur avait appris et creusaient un trou dans le sable, dont elles recouvraient le fond d’un tissu avant d’y déposer un pot en fonte pour ensuite couvrir le trou d’un nouveau morceau de tissu. Au petit matin, et avec les premières chaleurs de la journée, elles récupéraient un peu d’eau issue de la rosée et des premières condensations. Le marcheur du désert leur avait aussi montré quels endroits creuser afin de trouver un peu plus d’eau. Il s’agissait d’une terre rougeâtre que l’on trouvait au pied de ces pierres levées. Il suffisait de creuser jusqu’à découvrir un peu d’humidité, d’en extirper quelques poignées de terre à envelopper dans un tissu pour ensuite presser le tout et en filtrer quelques gouttes d’eau.
La chasse quant à elle, se trouvait être très loin de ce qu’ils s’étaient imaginé. Le « Coven des Actels », qui ne semblaient pas abriter un quelconque représentant de cette espèce d’ailleurs, était le territoire des rapaces et des charognards ailés. Ce qui expliquait la raréfaction du gibier de ce côté-ci du désert. Fort heureusement, ils n’avaient pas quitté le Guet de Mezo'Rhabil sans emporter quelques provisions supplémentaires sur les judicieux conseils du guide. Ils n’avaient pas fait la moitié du trajet que la noirelfe se félicitait d’être passée outre l’étrangeté du marcheur du désert sans qui, sans aucun doute possible, leur entreprise eut été bien plus difficile, voire suicidaire.

Les jours défilèrent, ainsi que les paysages. Les Pierres Levées laissèrent place à de vastes plaines sèches et arides, cependant la végétation y était plus développée et le gibier bel et bien présent. L’homme à la chouette leur conta l’histoire de ces terres, terrain de chasse et lieu de résidence des Kheerin Volvyes, un peuple profondément pacifique. Ces hommes et ces femmes parlaient leur propre dialecte et se mêlaient très rarement aux autres peuplades, seuls quelques-uns des leurs s’en allaient commercer de temps à autre. Le reste du clan chassait et cueillait sur ces terres tout au long des mois d’automne et d’hiver, pour repartir passer le printemps et l’été aux abords de l’Oliya dans de plus vertes prairies. Et ces histoires de chasse eurent tôt fait de ravir Nasser et Ungas qui ne manquèrent pas une seule occasion d’abattre un ou deux ibaks royaux.

Enfin, ils arrivèrent aux abords de que les hommes du désert appelaient, depuis quelques ennéades désormais, « les Dunes Moribondes ». La dernière ligne droite avant d’atteindre la zone de recherche dans les escarpements montagneux, zone que la daedhelle avait déterminée au fil de ses lectures de cet antique ouvrage que Nakor lui avait gracieusement prêté.
Le camp fut établi en fin de journée sur une dune plus imposante que les autres, offrant une vue imprenable sur la Grande Mer des Sables. Celle-là même que la noirelfe avait traversée par deux fois voilà six ans de cela. Ce voyage improbable l’avait menée, elle et ses compagnons de l’époque, aux Portes de la Mort, face à la Déesse et au Karkal. Un périple qui leur avait coûté cher et qui avait laissé des traces, car si sa peine s’était atténuée, une autre blessure plus profonde et indicible l’avait marquée pour ne jamais disparaître.

- T’sisra ?

- O… Oui ? La daedhelle détacha son regard des dunes pour se retourner avant d’avoir à lever la tête vers son interlocutrice.

- Nous t’attendons, Doromos s’apprête à servir le souper. Souffla Haradwen dans un sourire en invitant la noirelfe à la suivre d’un geste de la main. Notre guide souhaite s’entretenir avec nous au sujet de ces lieux. Et… Je le trouve plus nerveux à mesure que nous avançons.

T’sisra se fendit d’un sourire, comprenant l’inquiétude à laquelle un autochtone pouvait être en proie en ces lieux craints et évités.

- Les zurthans sont très superstitieux, tu sais. D’autant que ces terres sont celles des mythes et des légendes.

L’elfe et la drow rejoignirent le feu de camp, au-dessus duquel bouillait une marmite pleine d’un ragoût dont l’odeur chatouillait agréablement les narines des uns et des autres.

- On attendait plus que vous ! S’écria le marmiton en remplissant deux nouvelles écuelles. Tenez, goûtez-moi donc ça, vous allez m’en dire des nouvelles ! Et c’te fois on a pas manqué de bonne bidoche avec l’ibak que nous ont ramenés les Sarim. Succulent, je vous l’jure !

Les discussions concernant la suite du périple reprirent de plus belles, chacun y allant de ses théories quant aux histoires que le marcheur du désert leur avait racontées. Doromos devait être le moins superstitieux de tous et partageait la même sérénité que Forgas. Pas pour la même raison en revanche, car l’Increvable avait attendu la mort bien trop longtemps pour s’inquiéter de son sort.

- Vous vouliez nous dire quelque chose ? Fit la drow à l'attention du zurthan entre deux cuillerées.



Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Prfu
Doromos, l'elfe, Forgas, Nasser et Ungas.


Dernière édition par T'sisra Do'ath le Ven 3 Avr 2020 - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Brohan Wulfekiin
Modérateur
Modérateur
Brohan Wulfekiin

Nombre de messages : 337
Âge : 31
Date d'inscription : 23/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 37 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Empty
MessageSujet: Re: Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère)   Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) I_icon_minitimeVen 27 Mar 2020 - 13:28


An 17 du Cycle XI, Bàrkios, Calimehtarus de la quatrième ennéade
Zurthanie, région Nord


L'animal se déplace d'un caillou à l'autre, vif et curieux. Il renifle, il lèche, et il repart. Dans ce lieux si chaud, au sable brûlant et aux colonnes géantes de pierre, la nuit est le seul moment où l'on peut sortir sans en souffrir. Le seul moment durant lequel l'animal peut sortir chercher de la nourriture. Et il ne lui en faut pas beaucoup, à ce petit animal. L'un de ces cactus poussant au pied des grandes pierres, avec ses petites feuilles succulentes et ses racines profondes. L'animal a faim, et l'animal a trouvé de quoi se nourrir. Il s'y dirige  avec vigueur, traversant courageusement l'espace qui l'en sépare, et... Non ! Un prédateur !

L'animal se fige soudain, se tourne à droite, à gauche, et se précipite pour se protéger. Mais il est trop tard, les serres de la mort le saisissent. Un piqué, une remontée, et le volatile vient de récupérer son repas. Le hibou se pose, ou plutôt se perche, à l'ombre, en haut d'une des pierres. D'un coup de bec il ôte la vie de sa proie, et la déchiquette, se délectant de son repas. Sa faim apaisée le rapace ouvre les ailes et reprend son envol vers le ciel nocturne. A le lumière des étoiles, l'oiseau de proies survole les pierres levées, invisible comme une ombre dans les ténèbres. L'odeur lui parvient et au loin il le voit : son foyer, sa famille. Un cri perçant signale sa présence, et l'animal décrits quelques cercles jusqu'à percevoir le signal. Alors il peut redescendre, avec bien moins de vitesse que lorsqu'il avait fondu sur sa proie.

Assis sur son siège, un pierre relativement plate posée près du feu de camp, le zurthan éteint sa pipe en voyant approcher le reste du groupe. Bien que d'un caractère peu commun, le guide s'est lui aussi familiarisé à la routine prise par le groupe depuis qu'ils ont quitté le guet de ce bon vieux Mezo'Rhabil. Il faut avouer que ce groupe est particulièrement amène, et le Marcheur-du-Désert n'a que rarement vu des étrangers suivre ses conseils avec autant d'attention. En général il y a toujours un ou deux idiots qui se brûle ou qui se fait surprendre par les pièges du désert parce qu'il se trouvait plus malin que le guide, parfois c'est quelqu'un qui prend froid parce qu'il croyait les nuits aussi chaudes que les jours. D'autres fois, c'est un groupe tout entier qui se fait surprendre par une tempête, et quand ils réalisent leurs erreurs il est toujours trop tard. Alors il est préférable de se trouver avec un groupe comme celui-ci, qui écoute et fais confiance au guide qu'ils ont payé.

Zoran remercie l'homme d'embonpoint par un sourire grotesque en saisissant le bol qui lui est tendu, pour déguster séant l'appétissant repas du cuisinier. C'est que la cuisine de ce Doromos est bien bonne, du goût du guide zurthan. Le pauvre homme n'est peut-être pas fait pour le voyage dans le désert, et il représente un poids autant littéral que figuratif pour ce qu'il s'agit de se déplacer, mais au moins il sait se rattraper en fournissant de savoureux et consistants repas aux voyageurs.
"Vous vouliez nous dire quelque chose ?" Demande la noirelfe après que les diverses discussions faisant suite à la dernière histoire du guide ne se soient quelque peu atténuées.
"Vous dire quelques chose ? Oui, c'est possible. Une histoire, un conseil...  Pas vraiment, non. Une mise garde ?"
Le sourire du Marcheur-du-Désert s'étire et il porte son bol à ses lèvres, pour terminer sa soupe dans un silence perturbant.
"Jusqu'ici, les régions que nous avons traversé étaient agréables. Les Dunes Tranquilles, le Convent des Actels, les Pierres Levées, là-bas le djinns se sont montrés calmes. Et, grâce à Mezo'Rhabil et ses relations, nous avons même pu chasser l'ibak aux abords des Plaines de la Corne."
Le zurthan ne se défait pas de son air malicieux, pourtant son ton à la fois mielleux et chantant se mêle pour cette fois à un soupçon de sérieux.
"Maintenant, nous sommes aux portes des Dunes Moribondes. La terre des mauvais djinns et des esprits maudits. A nouveau je..."

Un cris aigu parvient à ses oreilles et Zoran lève les yeux au ciel. Il est difficile de distinguer sa silhouette sous ce ciel étoilé, et pourtant le dresseur sait que son compagnon est là, quelque part, décrivant des cercles au-dessus d'eux. Il tend le bras gauche, et tapote de son autre main sur le brassard de cuir ainsi positionné à l'horizontal. L'animal s'y pose et reçoit des caresses en récompense, avant de descendre se lover contre le flanc du zurthan. Ce dernier reprend alors la conversation là où il en était, restant naturel malgré cette interruption.
"Même si cela peut nous faire gagner quelques jours nous devrions plutôt les contourner que les traverser. Ce qui vous attend là-bas est la mort, voyageurs. Nul étranger n'en revient jamais, et seuls les maudits en ressortent parfois. Si malgré tout tu souhaites y mener ce groupe, T'sisa Do'ath, je voudrais être payé pour mes services jusqu'ici avant que les Mauvais Djinns ne vous trouvent."

_________________
Dialogues : steelblue
Thème musical de Brohan et Thème musical de Höginheim

Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Logo_h11

Nous n'avons rien à déclarer:
 

Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) 991758FLPNJ
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 1101
Âge : 124
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Empty
MessageSujet: Re: Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère)   Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) I_icon_minitimeAujourd'hui à 12:49

Automne, Calimehtarus, quatrième ennéade de Barkios, an dix-sept, onzième cycle.


La daedhelle dégustait son ragoût, délicieux comme tout ce qui mijotait dans une marmite sous l’œil attentif de Doromos, en écoutant parler l’« homme à la chouette ».
« La terre des mauvais djinns ». La noirelfe retint un sourire, elle qui avait durant de longues années entendu parler des superstitions zurthanes et n’avait pourtant connu ni drow ni voyageur n’ayant jamais croisé un djinn quelconque. Nul doute qu'elle n'accordait que peu de crédit à ces histoires, quand bien même elle préférait au moins adopter la méfiance par précaution.

Et la chouette vint interrompre la discussion, comme souvent. Haradwen en profita pour se pencher vers la daedhelle et lui murmurer sa question :

- De quoi parle-t-il ?

- Des esprits du désert, répondit T’sisra sur le même ton, il y en a des bons et d’autres… Moins bons. Du moins selon ses croyances.

L’elfe opina du chef et se renferma dans son mutisme à peine leur guide avait-il repris la parole. Et là, on approchait du nœud du problème. Certes, elle pouvait comprendre que leur guide souhaitait être payé avant de s’enfoncer dans cette partie du désert, mais elle ne pouvait s’empêcher de se demander s’il n’allait pas leur fausser compagnie en cours de route.

- J’ai déjà traversé ce désert, plusieurs fois, dans un sens et dans l’autre. Je ne crains pas les djinns et encore moins les dieux. Répondit platement la daedhelle et déposant son écuelle vide à ses pieds. Je ne souffrirai d’aucun détour et dans ce cas vous serez payé d’avance.

Le regard de la drow se planta dans celui du guide, comme les crochets d’un serpent affamé qui ne laissera pas sa proie s’enfuir.

- Je m’interroge tout de même sur l’intérêt pécunier soudainement urgent et impératif. Si ces djinns que vous craignez tant nous trouvent, ils s’en prendront autant à nous qu’à vous, non ? À moins que vous ne pensiez pouvoir leur échapper ou vous cacher à leurs yeux ? Soit ça, soit vous comptez nous fausser compagnie.

Le silence était tombé sur le campement comme une véritable chape de plomb, les uns et les autres observant la drow et le guide dans leur échange qu’ils craignaient devenir houleux. Seuls les frères Sarim, habitués aux déserts, aux drows et situations tendues ne bronchaient pas et continuaient de déguster lentement leur souper.



Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Prfu
Doromos, l'elfe, Forgas, Nasser et Ungas.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) Empty
MessageSujet: Re: Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère)   Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère) I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les aventuriers du désert. (Brobro', Invité Mystère)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Invités de mon père [DVDRiP]Comédie dramatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: Désert Zurthan-
Sauter vers: