-34%
Le deal à ne pas rater :
Perforateur burineur SDS+ MAKITA DHR202RM1J avec batterie et coffret ...
295.99 € 449.80 €
Voir le deal

 

 Promesse tenue [Nakor]

Aller en bas 
AuteurMessage
Drystan
Ancien
Ancien
Drystan

Nombre de messages : 1737
Âge : 30
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (42ème Jour de Barkios, An 967:X)
Niveau Magique : Apprenti.
Promesse tenue [Nakor] Empty
MessageSujet: Promesse tenue [Nakor]   Promesse tenue [Nakor] I_icon_minitimeMar 11 Fév 2020 - 18:23


Mois de Barkios, courant sixième ennéade


Depuis quelques minutes déjà, le dragon est apparu dans le ciel couvert qui précède l’orage, au-dessus de l’Aurore, silencieux, décrivant de larges cercles comme un oiseau de proie.

Quelque part, bien que ça n’ait guère d’importance en vérité, il se sent plus légitime aujourd’hui qu’hier à pénétrer dans un lieu entièrement dévoué à la magie car voilà six ans qu’il s’est ouvert à la Trame, six ans qu’il est apprenti à l’Académie d’Alëandir, six ans qu’il entend développer au mieux ce talent qu’il a tant désiré bien qu’il ne semblait disposer d’aucune disposition.
Mais ça n’est pas vraiment pour apprendre, pour chercher protection ou pour exercer qu’il est là, ça n’est même pas du tout cela. C’est à une vieille connaissance qu’il rend visite, c’est une curiosité exprimé six ans plus tôt peu après qu’il ait cessé d’être humain, son corps amaigri, affaibli par sa nouvelle naissance.

Ainsi, voilà donc l’Aurore, le chantier auquel ce bon vieux Nakor se consacre depuis la mort de Trystan ? Un ambitieux et vaste projet, assurément, qui semble avoir bien pris sous la protection de Naelis. L’archimage n’avait manifestement pas perdu de temps pour se trouver un nouveau roi, ou reine en l’occurrence, pour ce qu’il sait du petit royaume indépendant, mais quoi de plus normal, en y pensant ? Viendra peut-être un temps où lui-même décidera d’accorder de nouveau de l’intérêt à une terre et alors, combien de seigneurs se succèderaient au cours de la longue existence promise ?

D’une volonté partagée, ils amorcent leur descente jusqu’au large pont de pierre qui fait le lien entre l’îlot sur lequel se dresse la forteresse et le continent, leurs sens à l’affût d’une quelconque folie de la part d’un des mages présents en ces murs.
Posant pied à terre, le dragonnier récupère les quelques affaires qu’il a emporté avec lui dans ce petit voyage – à dos de dragon, Naelis n’est qu’à quelques heures -, une main caressant le flanc du grand reptile dont il s’écarte immédiatement après pour le laisser reprendre son envol.

A nouveau, plusieurs minutes, le dragon tourne et tourne au-dessus de la forteresse alors que le dragonnier emprunte le sentier qui mène aux imposantes portes, serein mais pressé par ce que les vents lui soufflaient depuis un moment mais qui devient évident même à ceux qui n’ont sa sensibilité.

Parvenu aux imposantes portes, il martèle ces dernières avec le heurtoir pour qu’on l’accueille.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Promesse tenue [Nakor] Empty
MessageSujet: Re: Promesse tenue [Nakor]   Promesse tenue [Nakor] I_icon_minitimeSam 15 Fév 2020 - 16:07

Nakor oeuvrait calmement au sommet de la plus haute tour du château de l'Aurore. Faire fonctionner une guilde était une entreprise entière et demandeuse de beaucoup de temps. Il y avait mille choses à gérer et c'était bien peu dire. Les tâches étaient plus ou moins intéressantes, plus ou moins drôles aussi pour le vieux fou. Il fallait avouer que marchander le prix des oignons frais n'avait ni la même intensité ni le même intérêt qu'une leçon sur la concentration active en magie de méditation ou la propagation de l'énergie arcanique chez les mages guérisseurs. De fait, Nakor papillonnait parfois devant les innombrables parchemins déposés sur son lourd bureau en bois. Son esprit vagabondait et sans s'en rendre compte, il pouvait même partir loin, entrer presque en transe méditative et ne jamais finir de rédiger un courrier important pour une nouvelle livraison de savon de chaux. C'est ainsi que, épuisé par l'administration pure de sa guilde, le vieillard jeta une feuille qu'il avait sous les yeux : il dû la lire trois fois pour comprendre où voulait en venir le maudit Zurthan qui l'avait rédigée. La feuille en train de lentement retomber au sol, il poussa son siège en s'appuyant lourdement sur sa table et se releva en soufflant.

"Maudits soient ces producteurs avides d'or!"

Et il ouvrit la fenêtre de son bureau pour jeter un œil aux environs

"Ho ... un dragon ... que??? Un dragon!!!"

Et c'est sans même attendre une seule seconde qu'il courut à sa porte, attrapa son bâton au vol et descendit si vite les marches des escaliers de sa tour qu'il manqua de choir à maintes reprises. Arrivé en bas, il avait tout de même eu le temps de repasser ce qu'il venait de voir en mémoire. Un grand dragon aux couleurs ressemblantes à celle d'un dragon qu'il connaissait. Et il fallait bien dire qu'il n'en connaissait pas personnellement beaucoup. Là, en train de se poser de l'autre côté du pont de jonction. Était-ce seulement possible que son vieil ami Arthur soit venu jusqu'à la Guilde du Firmament? Aux abords des escaliers, deux jeunes mages, sans doute de garde ce jour là, semblaient se précipiter vers le vieux fou. Un des deux essaya de prendre la parole

"Magistère, Magistère, un ... un ...
- Un dragon!"

Et déjà Nakor filait devant eux. Avait-il fini la phrase du plus courageux ou avait-il simplement dit "un dragon" pour s'exclamer sans même s'être rendu compte que deux novices étaient sur son chemin? Il fallait bien avouer que les deux jeunes gens furent laissé là sans pouvoir répondre à cette question.

"Tu crois qu'il nous a seulement vu?
- ... "

Un haussement d'épaule en réponse, ils restèrent à regarder l'archimage filer vers l'entrée. Craignant du grabuge, ils allèrent se cacher dans les rayons de la grande bibliothèque. Barbe au vent, le vieil homme alla en toute hâte jusqu'à la grande porte et à un mètre de celle-ci, il entendit des coups de heurtoir. Sans plus attendre, Nakor tendit une main devant lui et la ramena violemment vers lui. La magie du vent entra en action et la lourde et puissante porte du château s'ouvrit laissant découvrir là, un vieux fou barbu, chapeau pointu en tête, bâton à la main et sourire aux lèvres.

"Bienvenue à vous ... mon vieil ami."

Nakor n'eut qu'une espèce de légère hésitation. Il fallait dire que si c'était bien Arthur qui se trouvait face à lui, il avait radicalement changé de l'être faible et en guérison qu'il avait rencontré en quittant l'Anaëh voilà une éternité semblait-il. Et enfin, faisant fi d'éventuelles étiquettes, il offrit l'accolade au dragonnier.

"Par tous les dieux Arthur, vous êtes méconnaissable. Laissez moi vous regarder. Mais comment allez-vous? Quel plaisir de vous voir ici ... ho, pardon, je manque à tous mes devoirs. Entrez donc et bienvenue à la Guilde du Firmament. L'aurore est vôtre maison. Vous devez avoir tant de choses à me raconter! Vous restez à dîner dites-moi?"

Le vieux magicien était véritablement ravi de revoir l'ancien chevalier ici, si loin dans l'Est. Pourquoi était-il venu d'ailleurs? Par simple amitié? Cela réchaufferait le cœur du magicien. Pour demander une aide quelconque, cela ne changerait rien. Nakor avait l'air d'avoir six ans et de recevoir un ami à la maison. D'ailleurs? Nakor était-il autre chose qu'un enfant?
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Ancien
Ancien
Drystan

Nombre de messages : 1737
Âge : 30
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (42ème Jour de Barkios, An 967:X)
Niveau Magique : Apprenti.
Promesse tenue [Nakor] Empty
MessageSujet: Re: Promesse tenue [Nakor]   Promesse tenue [Nakor] I_icon_minitimeJeu 20 Fév 2020 - 11:46


C’est un détail qu’il a certainement oublié, mais voir le mage – inutile en fait d’ajouter l’adjectif vieux, ça n’a pas de sens, n’est-ce pas ? – porter un chapeau même en intérieur le surprend… A croire qu’il s’agit en vérité de son focaliseur ! Et c’est possible, en plus ! Ça ne serait pas très pratique, mais il n’est pas dit que ça doit être pratique mais seulement toujours avec soi.
Il ne réagit pas non plus au fait qu’il ait employé le vent pour ouvrir ses portes – ça n’est pas la magie qu’il perçoit, c’est le courant d’air puissant et anormal – c’est toujours un homme de mise en scène, malgré ses responsabilités nouvelles.

« Beaucoup mieux que la dernière fois, comme tu peux le voir. » Se contente t-il d’abord de répondre en emboitant le pas de l’archimage, avec un grand sourire. Ça n’était pas dur, en l’occurrence ! La dernière fois, il était dans un piteux état et affaibli, la chair et les muscles dévorés par la magie qui l’avait refaçonné.

« Une tempête approche, je suis bien heureux que tu n’aies pas trainé pour m’ouvrir. » Oui, malgré le vouvoiement de Nakor, pour sa part, il fait le choix de ne plus s’embarrasser de ces manières, surtout avec une connaissance pareille ! Voilà un sacré long moment depuis qu’ils ont été présenté l’un à l’autre pour la première fois, à Diantra, quand bien même leurs vies respectives ne permettent pas des rencontres régulières – tout au moins jusqu’à présent – depuis la mort de Trystan et le chamboulement de leurs existences.

« Je reste à dîner, effectivement, si ça ne te pose pas de problème, peut-être même quelques jours, je suis curieux de finalement découvrir ce grand chantier dans lequel tu t’es lancé, si ça te convient ? Il regarde autour de lui, instinctivement attiré par les plus petits détails, avant d’en revenir au mage. Ne t’avais-je pas dit que je finirais par te rendre une petite visite ? » Involontairement – ou non -, il balayait du revers la possibilité qu’il puisse rechercher une protection. C’était une première visite de courtoisie, longtemps différée, et certainement pas la dernière.

« J’espère que nous n’avons pas trop perturbé les travaux en cours. Un rugissement puissant se fait entendre à l’extérieur, d’une certaine façon pour appuyer les mots du dragonnier – mais en l’occurrence, c’est probablement ça qui peut le plus sûrement troublé que l’agitation de quelques-uns devant les fenêtres, et le dragon se retire, en chasse ou bien à la recherche d'un abri naturel le temps que passe le gros de la tempête. Mais il y a effectivement beaucoup à dire depuis la fois dernière. Et toi alors, comment vas-tu ? »

Oh, et il en est un qu'on oublie... C'est bien loin de là, à Thaar, que demeure ce jour-là Monarth, bien au chaud dans un palais des Soieries, en très bonne compagnie !

Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Promesse tenue [Nakor] Empty
MessageSujet: Re: Promesse tenue [Nakor]   Promesse tenue [Nakor] I_icon_minitimeJeu 20 Fév 2020 - 19:43

Nakor trouva devant lui un homme qui n'avait plus rien à voir avec l'ancien chevalier qu'il avait connu. Comme une vieille bourrique, l'archimage continuerait jusqu'à la fin des temps à l'appeler Arthur et à le voir comme l'ancien chevalier de Melassinir mais il fallait avouer que se trouvait là, devant l'entrée de l'Aurore, un être largement différent. La peau, sa structure et sa couleur, le regard et sa profondeur, sa voix même et maintenant, son tutoiement direct et franc. C'est en réfléchissant à tout cela que le vieillard marmonna dans sa barbe, en réponse à la première tirade

"En effet!"

Et c'est en entendant parler de tempête que la longue barbe blanche leva les yeux vers le ciel. Il leva ensuite les bras, paumes vers les nuages et tourna sur lui-même.

"Nous sommes ici aux abords de la mer Oelienne mon ami. Les tempêtes vont et viennent."

Il se mit alors à glousser et ils continuèrent de marcher vers la grande porte, donnant sur le corps principal du château.

"Avec grand plaisir! Il y a toujours de la place pour mes amis à l'Aurore. Encore plus quand cela fait longtemps que nous ne nous sommes vus et que l'on vient tenir une promesse!"

Nakor garda sur les lèvres un puissant et sincère sourire chaleureux. Il était content de voir le dragonnier ici en ses murs. Et alors qu'à un mètre de la porte d'entrée seulement, un puissant rugissement se fit entendre. Le Magistère marqua une pause, Arthur dans son dos et, plutôt que de regarder l'origine du cri dans le ciel, il regarda le long et haut mur de la tour centrale. De nombreuses têtes aux travers des fenêtres ouvertes à la va vite. Une moue réprobatrice se fit voir sur le visage ridé du magicien et il hurla alors, d'une voix amplifiée par la magie

"Et alors! N'avez-vous jamais entendu un dragon bande d'imbéciles! Retournez à vos oeuvres!"

D'un seul coup, toutes les fenêtres furent claquées pour obéir promptement au Magistère. Les membres de la guilde savaient reconnaître une montée en fureur du maître et surtout, ils savaient qu'il ne fallait pas rester dans son champ de vision ensuite. Nakor se tourna sur lui-même pour faire face à son ami, souffla longuement et, retrouvant son sourire, il fit comme si tout cela avait été absolument normal

"Je vais extrêmement bien merci. Occupé certes mais vous ne perturbez aucun de nos travaux. Je suis l'heureux propriétaire de cette guilde et de ce château depuis plus d'une décennie. Et l'avantage c'est qu'ici, tous les membres sont magiciens! Cela ouvre des perspectives stupéfiantes. Faut-il simplement avoir un peu d'imagination."

Nakor se mit de nouveau à rire et il invita d'un geste, Arthur à entrer et à le suivre.

"Au départ, le bâtiment central était en très bon état mais la toiture faiblissait et tout le reste était ... en ruine. Nous nous sommes d'abord concentrés sur la tour, puis les différentes pièces. Les logements, la cuisine, les salles de bain, les bibliothèques, les salles de cours et l'écurie par la suite. Au fil du temps, le nombre de membres allant grandissant, nous avons continué la rénovation, renforcé la tour d'enceinte et aujourd'hui, le château n'a plus besoin que d'entretien. Un emploi du temps assez précis dicte la journée des membres. Les plus érudits oeuvrent aux postes clés, enseignent, effectuent les missions extérieures, compilent les livres intéressants. Les néophytes oeuvrent aux tâches de la vie courante et étudient le reste du temps. De mon côté, je m'assure du recrutement de tous les nouveaux membres, je donne quelques leçons et je reçois et signe toutes les demandes extérieures."

Puis, cessant d'un seul coup de parler, c'est avec un hoquet de stupeur qu'il se retourna vers Arthur

"Avez-vous un régime particulier depuis votre dernier ... changement?"

Et sans même laisser à Arthur le temps de répondre, il hurla

"Elrindel! Elrindel! Haaa mais vous voilà vous aussi! Que faisiez-vous?
- Et bien je ...
- Je ne veux pas savoir. Nous avons un invité particulier ce soir. Je compte sur vous. Comme toujours.
- Bien Magistère."

Et le cuisinier elfique qui était apparu comme par enchantement, s'en alla sans demander son reste ni même sans avoir laissé à Arthur le temps de donner quelques informations. Comme bien souvent à la guilde du Firmament, il se produisait des choses étonnantes et personne n'y faisait attention. Nakor entreprit de monter les très nombreuses marches qui menaient à son bureau personnel, en haut de la plus haute tour, dans l'escalier en colimaçon, il continua de discourir.

"Nos magiciens ont aidé à créer de nouveaux circuits d'irrigation dans les champs aux abords de Naelis et même dans l'Ouest de la Péninsule, nous avons aidé aussi sur un grand chantier de construction navale et à la rénovation de différents châteaux. Un mage maître de l'air, de l'eau, du feu ou de la terre est souvent d'une aide conséquente. De temps à autre, il y a besoin de nos mages soigneurs et quelques fois beaucoup plus rares, des mages de l'immatériel lorsque l'on découvre des problèmes anciens, liés à des artéfacts étranges. En sommes, comme j'avais tenté de le faire voilà si longtemps auprès de Trystan d'Erac, je continue d'oeuvrer pour que la magie soit plus acceptée, notamment par les humains. Ce qui est, vous le savez, une tâche d'une grande complexité. Mais voilà enfin mon bureau!"

Nakor arriva sans même avoir perdu une seule seconde son souffle alors que les marches se comptaient par centaines. Il ouvrit la porte et montra le siège devant son bureau

"Un peu de thé? Asseyez-vous je vous en prie."

Puis, se calant au fond de son vieux siège, Nakor souffla un peu avant de dire

"Evidemment, j'aimerai pouvoir passer beaucoup plus de temps ici auprès de mes magiciens, mais je ne vous cacherai pas que je continue d'arpenter le monde. Trop de choses inquiétantes sur lesquelles je veux garder un oeil ... "

Puis le vieux sorcier sembla pensif. Il y avait peu, il avait découvert l'existence de mares noires potentiellement reliées au monde d'Arcamenel et il continuait de s'intéresser au retour puissant des dragons sur Miradelphia. Les troupes drows et leurs mouvements, l'organisation politique naine et son ouverte nouvelle, les manigances à Thaar, le Puys et ainsi de suite. Il ne s'était donc pas rendu compte qu'il avait, une fois encore, terriblement parlé. Mais après tout, Arthur avait posé une question! Et quand on demandait des nouvelles au vieux barbu, il en donnait.
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Ancien
Ancien
Drystan

Nombre de messages : 1737
Âge : 30
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (42ème Jour de Barkios, An 967:X)
Niveau Magique : Apprenti.
Promesse tenue [Nakor] Empty
MessageSujet: Re: Promesse tenue [Nakor]   Promesse tenue [Nakor] I_icon_minitimeJeu 27 Fév 2020 - 15:06


Il est un grand mystère à propos de ce bon vieux Nakor qui s’impose au dragonnier tandis qu’il le suit à travers les couloirs et les escaliers, dans ce dédale de pierre au sein duquel il n’a guère le temps de ressentir la gêne qui l’envahit insidieusement désormais, enfermé et si loin du ciel.

Dans quelle obscure magie puise-t-il une telle énergie ?

A le voir presque cavaler sans s’essouffler dans cette forteresse, tout en livrant des monologues enthousiastes à tout allure comme un gamin excité, sans offrir l’opportunité d’une réplique, alors que, par tous les dieux, il a six cent ans, tout de même ce bougre de mage, il est tout à fait légitime de se poser la question ! Les elfes ont leur secret : ils prennent le temps. Mais pas Nakor… Non, Nakor continue manifestement de vivre au rythme des éphémères sans paraître en souffrir.
Aussi la question se pose-t-elle, d’où vient-elle ?
Il est bien quelques contes et légendes plutôt méconnus évoquant des individus ou des shamans se nourrissant de la vigueur et de la jeunesse des autres pour conserver la leur intacte… Etait-ce son cas, volontairement ou non ?

C’est à ça qu’il réfléchit, entre deux détails d’intérêts que captent son regard dans cette visite guidée que lui offre l’archimage… euh, le magistère ! Et finalement tout en haut de la forteresse, dans son bureau, alors qu’il se pose enfin, sans surprise, le mage révèle que toute cette énergie, tout ce qui les entoure n’est que la partie émergée et que se cache derrière certainement l’essentiel : les efforts qu’il déploie pour se tenir au courant – et parfois intervenir, pour ce qu’il en imagine – de tout ce qui se produit sur ce continent…

Définitivement, il y avait quelque chose derrière tout ça ! Un effet secondaire de la façon dont il s’y est pris pour échapper à Tyra jusqu’ici, peut-être ?

Il s’est installé face à l'archimage, prenant ses aises.

« Volontiers, oui… Et pour répondre à ta question à la volée, pas de régime particulier, la vie chez les elfes à son influence, évidemment mais il m’arrive de prélever une part de ce que nous chassons. Mais inutile d’exiger la tenue d’un banquet ou de proposer un véritable festin auquel je te soupçonne de songer en ce moment. La vie de noble est loin derrière moi, l’abondance dans laquelle je me plaisais à vivre alors également. Je mène une vie bien plus simple, je ne prélève que le nécessaire et c’est tout aussi bien. »

C’est là un des aspects de son application toute personnelle des préceptes et principes de Kÿria... Comme chevalier idéaliste, il avait le souci de laisser vivre les hommes aussi longtemps que c’était possible et préférable, comme dragonnier, une telle considération s’est étendue aux proies autant qu’aux prédateurs, préférant la méthode des dräkes et l’intimidation ou la distraction plutôt que la confrontation et la mise à mort, aussi longtemps que le choix existait, aussi longtemps qu’il n’aurait pas de terrible conséquence.

« Des choses inquiétantes ? Toujours à t’inquiéter pour le monde ? Même lorsqu’il ne pouvait rien y faire ?  Des sujets comme le retour de nombreux dragons sur le continent, j’imagine ? » Il sourit, s’en amuse en se doutant bien, connaissant le mage, qu’il était probablement partagé entre l’enthousiasme qui est le sien à l’égard de créatures qui n’étaient probablement déjà plus qu’un fragment d’histoire, des créatures appartenant à une ère mythique du temps des Nisétiens et son inquiétude vis-à-vis des conséquences qu’un tel retour, et la collision avec des peuples qui ont oublié et considère que ce vaste continent est à eux, sans partage.

« Qu’as-tu apprit à leurs sujets ? »

Autant sonder ce qu’en sait le magistère avant de s’ouvrir à lui des quelques découvertes qu’il a eu l’opportunité de faire, sur l’Île du Sanctuaire ou dans l’Archipel de Nelen.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
Nakor

Nombre de messages : 1665
Âge : 33
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  638 ans
Niveau Magique : Archimage.
Promesse tenue [Nakor] Empty
MessageSujet: Re: Promesse tenue [Nakor]   Promesse tenue [Nakor] I_icon_minitimeSam 29 Fév 2020 - 13:53

Nakor laissa enfin la parole à son camarade, ne s'étant pas rendu compte une seule seconde du rythme effréné auquel il avait soumis le bon chevalier dragon. Le vocabulaire employé était bien spécifique et ce n'était donc pas que son enveloppe charnelle qui avait changé, mais aussi sa profonde façon d'être. Plus proche d'un animal maintenant car il ne se nourrissait plus mais il prélevait un part de son gibier. Le vieillard garda cela pour lui et inclina simplement la tête obséquieusement en réponse à la première inquiétude d'Arthur

"Non, je vous rassure, pas de banquet ostentatoire. Mais quelques plats bien faits sont toujours plus appréciables qu'une vieille soupe trop diluée."

Nakor s'esclaffa comme il l'avait presque fait à chaque instant de sa très longue vie. A croire que tout pouvait le faire rire. Il était par contre évident qu'il ne laisserait aucun ami de passage venir passer quelques jours à la guilde sans mettre un peu les formes, au moins pour le premier repas. La discussion devint alors un peu plus sérieuse et c'est presque un peu sombre, son sourire disparu, qu'il prit la suite de la discussion à propos des dragons et des questions de son vieil ami

"Oui par exemple ... "

Un bref silence étonnant chez l'archimage

"De tels événements mettent en place un échiquier qui a la taille de Miradelphia tout entier. J'étais là très longtemps avant vous mon cher ami. J'ai grandi dans les ruines d'un empire où la puissance des dragons n'avait rien à envier à personne. Mais Nisetis s'est éteint, le chaos semblant venir autant par que pour les dragons. Je sais aussi que le monde tourne dans un cycle qui parfois semble se reproduire à l'infini. Comme vous, j'ai vécu le frêle et discret retour des dragons en Péninsule. Même si cela était resté caché."

Pendant qu'il parlait, Nakor ne pu s'empêcher de penser à Johann, à la découverte des quelques humains qui avaient en leur possession un œuf de dragon et de son étonnement sans borne à cette lointaine époque.

"Et voilà que maintenant, de grands dragons reviennent dans différentes zones de notre monde. On pourrait presque dire : un dragon par race. Des imbéciles ont remit sur pied la secte de Zhak'Bar et pense que le dragon rouge du Sud est la divination elle-même revenue sur ce monde. Ils lancent des quêtes plus folles les unes que les autres. Soyons honnêtes, que des pauvres hères aillent se faire dévorer par un grand dragon rouge ne me gêne pas. Mais je ne peux m'empêcher de penser qu'il y a dix ans, le Voile a été destructeur pour bien des gens sur notre monde ... et c'était une manifestation des dieux. Voilà que d'anciens dieux dans le culte Nisétien reviennent sur notre monde. Je reste méfiant. Avec l'arrivé du grand dragon vert du nord, d'autres créatures sont sortis des profondeurs de la montagne et s'en prennent aux nains. Vous savez mon amitié pour la majorité des gens du peuple dawi. L'île de Nelen avec tout ce qu'elle a de mystérieux depuis des années ... si je couple cela à la découverte d'anciens artéfacts oubliés dans différentes parties du monde, en lien avec une secte secrète d'Arcam."

Nakor soudainement se tut et frappe de tout son poing contre la surface de son bureau. Une force incroyable dans ce vieux corps décrépie qui manqua encore de faire céder le bois épais de son meuble.

"Le monde a connus une trop longue suite d'années sans guerres intestines. Et voilà que maintenant, trop de pièces se déplacent sur l'échiquier Arthur. Trop pour que je puisse rester totalement serein. Une tempête se prépare ... plus dangereuse encore qu'un peu d'eau et de vent sur la mer et ses abords. Je m'imagine peut-être le pire, comme bien souvent. Mais quelques événements au fil de ces six derniers siècles ont tendu à montrer que je n'avais pas toujours tord."

Pourquoi le monde ne pouvait-il pas simplement rester en paix? Nakor pourrait alors tranquillement enseigner la magie depuis le haut de sa tour, en présence de toujours plus de nouveaux membres et veiller de loin, sur un monde qu'il aimait tant. Au lieu de cela, il devait à jamais être inquiet des nouvelles horreurs que quelqu'un, quelque part, préparait par soif de pouvoir, de maîtrise ou de contrôle. Trop de gens aimeraient asservir les dragons ou les contrôler comme pouvait l'avoir fait il y a des siècles, Nisetis. Un archimage ne se referait pas, encore moins à son âge!
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Ancien
Ancien
Drystan

Nombre de messages : 1737
Âge : 30
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (42ème Jour de Barkios, An 967:X)
Niveau Magique : Apprenti.
Promesse tenue [Nakor] Empty
MessageSujet: Re: Promesse tenue [Nakor]   Promesse tenue [Nakor] I_icon_minitimeSam 7 Mar 2020 - 6:58


Alors que le magistère parle, le dragonnier se lève, se désintéressant momentanément de sa tasse, il fait les quelques pas qui le sépare de la grande fenêtre qui fournit sa lumière à la pièce quand le temps est clément. Croisant les bras en regardant au dehors la tempête, dont le coeur est encore éloigné, au-dessus des eaux de l’Olienne. Le ciel s’assombrit.
Son attitude, dans sa posture droite que l’expression sur ses traits, dans son regard tourné vers les nuages où scintille désormais un éclat d’émeraude plus intense qu’autrefois, à cet instant, naturellement, alors que le magistère expose ses inquiétudes concernant les affaires du continent, redevient celle de l’ancien maître-espion du roi.

Mais cet homme n’est plus, plus vraiment… Certaines habitudes ont la peau dure, évidemment, et il ne manque pas une occasion de se rendre en quelques tavernes pour écouter les rumeurs, même les plus fantasques et dénués d’intérêts, les histoires que s’échangent marins ou marchands, il tend l’oreille aux histoires des anciens des hameaux dans lesquels il troque parfois ses peaux ou auxquels il lui arrive de proposer quelques services, alors que ces derniers lui offrent un repas chaud.
Il écoute, mais contrairement au magistère, il ne se mêle pas à l’actuel marche du monde.

“Tu n’as pas toujours tort, c’est sûr. Trop optimiste par moment, sur certains sujets, éventuellement, mais ça doit faire partir de tes secrets pour rester jeune, n’est-ce pas ?”

Il regarde toujours la tempête au loin, mais il s’amuse, affiche un grand sourire désormais coutumier, ce qui le détache d’autant de l’ancien maître-espion. Il lui semble avoir déjà eu, un jour où l’autre des mots sur ce sujet, sur cette confiance et cette foi qu’avait le mage envers l’humanité et sur sa capacité à s’améliorer, à s’assagir un beau jour. Rien n’ébranlait cette conviction chez lui après six siècles, pas suffisamment en tout cas pour la faire disparaître.

“Moi aussi, j’ai vu des signes annonciateurs de tempêtes à venir, que les hommes soupçonnent à peine, je me suis tenu à l’écoute des rumeurs et des bruits du monde, à ma façon, bien que me gardant même de la pensée de m’en mêler. Il est plus sérieux, cette fois. Je me suis rendu sur l’Île du Sanctuaire après que de rumeurs parvenues à la Cité Blanche évoquent l’arrivée de dragons, d’Argent, de Bronze et d’Or. Ils se sont appropriés le nord de l’île et cohabitent pacifiquement avec les rares habitants tant que ceux-ci ne pénètrent pas le territoire des dragons. Dans une certaine mesure, même, l’un d’eux tout au moins, peut parfois accorder sa sagesse à ceux qui la demandent, car le Bronze est Mémoire, c’est ce que m’avait raconté Arnhild, il se souvient, c’est dans sa nature.
Mais à moi, il n’a rien apprit, sinon que cette sagesse supposée a un prix que je ne suis pas prêt à payer. Un souvenir pour un souvenir, une copie contre un original, s’oublier soi-même pour se souvenir de quoi ?”


Il est songeur, plongé dans ses propres souvenirs, et passe au suivant.

“Plus récemment, il y a quoi… deux mois il me semble, je finis par me rendre dans l’Archipel de Nelen. Quand apparurent les dragons, j’étais toujours en Alëandir, prévenu par une Princesse-Marchande qui m’avait aidé à rallier le domaine des elfes en me prêtant les services d’un demi-elfe pour me guider et m’apprendre, la langue et les manières… Celui que tu as rapidement croisé lors de notre dernière rencontre. En retour, je lui recommandais d’éviter les îles et la confrontation, en partie pour sauver la vie des marins, en partie pour éviter d’offrir trop prématurément aux dragons le souvenir de retrouvailles musclées, et pour ce que j’en sais, elle a convaincu tout à la fois la Principauté que Diantra d’éviter ces eaux.”

Il aurait dû s’en réjouir, mais il n’en était rien.

“Ce que j’y ai découvert, c’est une guerre inévitable qui couve encore, car les humains sont revanchards et si certain de leurs supériorités sur le reste de la Nature, et les nobles ont bien du mal à évaluer le prix du sang avant que celui-ci ne soit déjà bien trop élever.

Port-Cinglant est une ruine, son port a été détruit par une force prodigieuse, les quelques navires gisent au fond de l’eau ou ont été arraché à la mer pour finir échouer sur des habitations et le reste de la ville a été abandonnée.
Le scénario que je devine, c’est que dans un premier temps vinrent les dragons, peut-être animés par la même volonté de trouver dans ces îles reculés un endroit à l’abri des hommes. Cette apparition provoqua un mouvement de panique et la fuite d’une partie des habitants qui ont aujourd’hui trouvé pour la plupart refuge à Thaar. Mais il en est forcément pour avoir voulu se battre…
J’imagine qu’ils auront chassé les serpents marins sur les mers ou arpenter les montagnes pour y chercher les blancs, convaincus de pouvoir les chasser car ignorant à quoi ils avaient à faire. En ont-ils tué ? Blessé ? Je l’ignore. Mais ils sont apparus comme une menace, je crois, et les serpents de mer et les dragons les ont suivi alors qu’ils rentraient aux ports et auront frappé.
Tout laisse à penser que les habitants n’ont pas tous péris… Des traces de sépultures, probablement des fosses communes, mais pas âmes qui vivent sur les côtes me font deviner qu’ils se sont enfuis dans la jungle, profondément, loin de la mer mais également à l’abri des menaces venues du ciel.

Diantra ignore encore le véritable sort des habitants de l’Archipel, mais je devine qu’ils ne renonceront pas à ces îles pour laisser en paix les dragons, qu’ils peindront un tableau terrible de ces derniers en éludant complètement la possibilité que ce soit là les conséquences de la bêtise des hommes et que ce portrait terrifiant se transmettra, d'une génération à une autre… Combien de frêles navires enverront-ils face à des créatures qui les dépassent et seront à leur avantage ? Combien de milliers de marins et peut-être de dragons sacrifieront-ils avant d’apprendre ? Je n’ose l’imaginer, mais je sais que ça arrivera, c’est inévitable.”


Il soupire, secouant la tête.

“Quand ce moment arrivera, il me faudra être prêt… A quoi, je l’ignore encore, mais il ne fait pas de doute que j’aurais un rôle à jouer dans cette histoire. Qui sait, je finirais peut-être par savoir ce qu’attend de moi Néera lorsqu’elle a envoyé Roxane me sauver, il y a vingt ans. Il sourit cette fois, à ce souvenir. J’ai l’impression que tout ce qui m’arrive découle de ce moment… Il a entraîné dans son sillage ma découverte des dragons et le changement qui m’a fait aller au devant de la Brume Luminescente pour presque y perdre la raison avant d’être sauvé par un dräke. C’est l’obsession que sont devenus les dragons, à la disparition de Roxane, qui m’a mené jusqu’à l’Oeuf de Pradias que m’a confié la Gardienne de Néera… Et c’est ma relation durable et étroite avec un dräke qui a donné sa forme à ma magie, à mon insu, d’après mon maître…”

Mais il a renoncé à chercher un sens, tout au moins, activement. Si quelque chose doit arriver, cela dépasse forcément son entendement et son raisonnement, tout comme cela pourrait arriver dans un an ou dans cinq siècles et Nelen n’être qu’une étape supplémentaire. Inutile de courir après et de chercher, donc, si une volonté divine est à l’oeuvre, il sait ne pas pouvoir y échapper… Néera le placera devant un nouveau choix, le moment venu et consciemment ou non, il choisira.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Promesse tenue [Nakor] Empty
MessageSujet: Re: Promesse tenue [Nakor]   Promesse tenue [Nakor] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Promesse tenue [Nakor]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ITHRI'VAAN :: Royaume de Naelis :: Guilde de Magie : l'Aurore-
Sauter vers: