Le Deal du moment : -30%
Enceinte connectée Amazon Echo (3ème ...
Voir le deal
69.99 €

 

 50 nuances plus sombres de [Grayle]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeLun 24 Fév 2020 - 22:42




1er jour de la seconde ennéade de Karfias, an 17, cycle XI


Le soleil se couchait déjà sur l'horizon des seigneuries morcelées, au coté de la silhouette imposante de Sol'dorn. Pieds nus, d'indigo vêtue, l'épée au coté, la drow marchait d'un pas décidé au travers du camp du C'nros. Son regard brillant d'agacement passait en revu tentes et materiel à la recherche d'une éventuelle imperfection.

Qu'il n'y en ait aucune qu'elle ne remarque n'était qu'une maigre consolation à cette longue et déplorable journée. Une de plus.

Enfoirés.

Comment en était-elle arrivée là? C'était simple. Par petits pas, insignifiants. Son grade ne suscitait le respect de personne, ce qu'elle avait accompli provoquait le mépris. Les hommes des Osts le lui faisaient savoir. Pourquoi se priveraient-ils? Leur hiérarchie regardait ailleurs avec un sourire entendu, quand elle ne participait pas activement.

Elle n'allait pas provoquer toute l'armée en ordalie.
Elle n'allait pas abandonner.
Elle n'allait pas se plaindre.

Ca va mal finir.

Son poing droit était serré à s'en blanchir les phalanges lorsqu'elle franchit la toile de sa tente. Les yeux clos, la drow soupira longuement, immobile. Sa longue chevelure de neige frôlait son dos. Si elle faisait un bon travail, certains lui en seraient au moins reconnaissants? Peut-être, peut-être pas.

Au moins, elle serait satisfaite de ce qu'elle avait accompli.

Cela demandait beaucoup de travail, mais n'importe qui aurait pu le faire.

Shyn'tae vacilla, prise de vertige. Lorsque ses paupières dévoilèrent à nouveau les rubis de ses yeux, ils se figèrent sur l'esclave qui attendait dans l'ombre telle un meuble particulièrement encombrant. Elle soupira: Elle avait déjà du travail, et il faudrait bien qu'elle trouve un moyen d'executer les ordres que la triumvir lui avait donné à propos de cet humain mignon.

La boucle de son ceinturon cliqueta. Quelques instants plus tard, Eveil reposait sur la dalle de pierre polie par la magie élémentaire qui constituait le grand bureau de la drow. Ses doigts caressèrent quelques secondes le fourreau quelconque qui protégeait sa lame, puis la pierre froide, son visage indéchiffrable.

Elle aurait aimé, au moins quelques instants, oublier tout ca…

Une idée déploya ses pétales dans son esprit. Une idée stupide, mais étrangement attirante. Les yeux de la demoiselle se posèrent sur l'esclave, énigmatiques. Ses oreilles frémirent, elle sembla hésiter.

Elle se décida. Personne ne viendrait la déranger avant plusieurs heures. Et si cela arrivait... ils penseraient ce qu'ils voulaient.

- J'ai quelque chose à te demander.  Sa voix chantante aux accents exotiques s'était élevée dans la pièce. Comment des créatures aussi maléfiques pouvaient elles être si attirantes. Elle fit un pas vers lui, puis d'autre, légère. Sur le chemin, elle glissa la main droite sous sa tunique, et la retira, se mettant à nue.

L'uniforme de soie d'araignée atterrit dans un coin de la tente. Elle n'avait pas les formes de la plupart des drows, mais ses longues jambes, ses courbes fines, sa poitrine menue avaient leur propre beauté.

- J'espère qu'il te reste un peu de caractère..." Murmura-t-elle, proche de lui. Il sentit ses doigts glisser sur sa peau. Elle tremblait légèrement.

La drow recula d'un pas avant de continuer, avec autorité malgré son incertitude. C'était probablement une énorme bêtise. Ou peut-être pas. Elle ne le saurait pas avant d'avoir essayé.

- C'est très simple. A partir de maintenant... La noirelfe réfléchit quelques secondes avant de continuer C'est toi le Maitre. Je t'appartiens. Tu ne seras pas puni, quoique tu fasses, tant que tu ne t'enfuis pas, et que tu t'arrête à l'instant où je prononcerai ce mot : omniprésent. "

Un sourire en coin grandit sur les lèvres de l'aspirante. Les mots qu'elle avait prononcé étaient déjà dangereusement délicieux. "Tu as compris? Tu en es capable? Essaye de prendre du plaisir... donne moi ce dont j'ai besoin. Punis-moi, recompense-moi... Fais-moi un peu oublier tout ca.

Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
Grayle Gardair

Nombre de messages : 247
Âge : 28
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeMar 10 Mar 2020 - 0:00

Grayle resta silencieux lorsque Shyn entra dans la tente. Après plusieurs semaines dans le camps, il avait vite compris une chose. Un esclave pris à ne rien faire, c'est un esclave qui attire les ennuis. Une fois qu'il avait accompli la dernière tâche qu'on lui avait affecté, Grayle rentrait bien sagement dans la tente.

Et attendait.

L'inactivité ne lui pesait pas du tout. Debout, attendant les ordres, tel un bon petit soldat, il réfléchissait. A tout et à rien. Au Puy. Aux dows. A Miriel. A ses nombreux et invraisemblables plans d'évasion. Il en était à son vingt-septième. Bientôt la liberté. Il devait juste supporter ces infâmes drows, et attendre son heure.

Shyn était probablement la seule du camps qu'il appréciait. C'est étrange, comme elle semblait... humaine ? Moins arrogante, pédante, ou agressive. Comme une gentille poule au milieu d'un nid rempli de vautours.

La première qu'ils s'étaient vus, elle l'avait impressionné et intimidé. Mais la revoir revenir chaque jour, gémissante, tabassée, abbatue, avait changé sa vision d'elle.

Il la savait jeune, pour une drow.

Au final, elle était aussi paumé que lui. Il éprouvait presque de la compassion pour elle. Il continua de l'observer silencieusement, jusqu'à ce... qu'elle le fixe.

Ce n'était pas dans ses habitudes. Ce n'est pas qu'elle l'ignorait, bien sûr. Mais généralement, son regard... glissait sur lui. Elle le regardait, lui parlait parfois, mais il sentait qu'elle pensait toujours à autre chose.

Mais pas là. L'attention de la drow était entièrement portée sur lui. Ce n'était pas habituel.

Il resta silencieux. Pas un seul son ne fut émit par le serein esclave lorsqu'elle se déshabilla. Ses yeux s'agrandirent furtivement.

* Ca non plus, ce n'est pas habituel !*

Nue comme au premier jour. Il ne se priva pas pour la détailler avec politesse, avant de revenir à son visage. Les vêtements drows ne laissaient que si peu de place à l'imagination que se déshabiller entièrement n'avait guère présentée beaucoup de nouveautés aux yeux de l'esclave.

Tout au plus n'avait-il ressenti qu'un frémissement.

Et, contrairement à avant, ca ne l'effrayait absolument pas.

- C'est très simple. A partir de maintenant... La noirelfe réfléchit quelques secondes avant de continuer C'est toi le Maitre. Je t'appartiens. Tu ne seras pas puni, quoique tu fasses, tant que tu ne t'enfuis pas, et que tu t'arrête à l'instant où je prononcerai ce mot : omniprésent. "

Tu as compris? Tu en es capable? Essaye de prendre du plaisir... donne moi ce dont j'ai besoin. Punis-moi, recompense-moi... Fais-moi un peu oublier tout ca.

Il resta silencieux. Il était plus grand qu'elle. Son visage devenu plus mûr, presque sévère, semblait la regarder de haut.

Il souffla du nez, un minuscule sourire en coin, alors que ses deux joues se gonflaient, l'homme essayant avec un certain succès mais sans aucune discrétion, de retenir un fou rire.

La drow était décidément bien surprenante.

* Et probablement atteinte * pensa t-il poliment en espérant très fort qu'elle ne sache pas lire dans les esprits.

Il s'avanca vers elle. Ses deux mains se tendirent vers le corps nu de la drow. Il vit le regard que la drow posaient sur ses mains calleuses et ses avant-bras couturés de cicatrices. Il savait ce que ce regard disait.

" Depuis quand est-il comme ça ? "

Ces deux mains se posèrent sur les flancs de la drow, glissant lentement dans le dos. L'une monta doucement jusqu'aux épaules, alors que l'autre, sans aucune gêne, glissa jusqu'à la croupe de la drow. Les doigts s'enfoncèrent dans la chair brûlante.

Sans aucune peine, il la souleva légèrement au dessus du sol, et l’enlaça avec autant de tendresse que de force.

- Je sais que c'est dur.

La Drow était collée contre l'esclave. Elle pouvait sentir la tension de ses muscles vibrant contre elle. Il forca un peu, jusqu'à ce qu'elle commence à avoir mal. Un peu.

- Laisse toi faire.

Ces mains et ces bras, assez forts pour la tuer, caressaient son corps avec gentillesse. Il souffla comme un taureau, la secouant lentement de droit à gauche, comme s'il l'invitait à danser. Un peu d'insouciance sensuelle. Il chuchota à son oreille.

- C'est dommage d'avoir enlevé la robe... J'aurais préféré m'en occuper.

Ses doigts griffèrent doucement le dos de la drow, descendant le long de la colonne vertébrale.

Puis, d'un seul coup, le monde devint flou. La drow se retrouva en l'air, puis sur l'épaule de l'homme, la tête et les jambes vers le bas. Il se dirigea vers le lit, portant la drow tel un barbare venant de ravir une femme lors de son dernier raid.

Elle était légère comme une plume. Et elle vola ainsi, alors qu'il la jetait sur le lit. Elle venait à peine d’atterrir qu'il était déjà sur elle.

Les yeux gris cendré de Grayle étaient brillants d'envie, rehaussés par un petit sourire provocateur alors qu'il lui écartait les jambes avec autorité, dévoilant ce qu'il y avait de plus précieux chez elle.

De toute façon, même si elle y mettait toute sa force, elle ne pourrait pas les refermer.

Il se pencha sur elle, son visage disparaissant entre ses jambes.

Du caractère ? Il allait lui montrer ô combien il en avait.

Un souffle chaud. Deux lèvres qui s'ouvrent. Une langue qui se tend.
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeMar 17 Mar 2020 - 2:01



L'avait-il vraiment comprise?

L'humain était resté silencieux, immobile, à l'observer.

Était-il stupide?

Lui aussi allait-il lui refuser ce qu'elle demander? Lui aussi allait-il l'humilier en lui refusant l'humiliation même? Il vit ses oreilles fines s'agiter soudain, prises d'un tic nerveux peut-être annonciateur d'une tempête à venir alors qu'elle scrutait son visage et y remarqua un sourire en coin.

Il avait toutes les raisons de vouloir se venger sur une drow. Il avait toutes les raisons d'accepter. Non, il avait toutes les raisons d'obéir. Il avait l'obligation d'obéir et de prendre ce qu'il voulait certainement.

Et s'il ne le voulait pas?

Si elle ne suscitait rien de plus que sa pitié? Elle déglutit, la nausée menaçante.

Alors il s'avança. Elle hésita, reculant d'un pas. Elle se sentit vulnérable, il était plus grand qu'elle, plus solide, plus lourd. Ses mains s'emparèrent de ses flancs minces, glissèrent sur la peau soyeuse. Il la sentit se tendre, frémissante, à la limite de resister.

Ses lèvres s'entrouvrirent, ses yeux grands ouverts lorsque ses pieds fins quittèrent le sol, et qu'il la serra contre lui, tendue, légèrement tremblante. Seul un soupire quitta ses lèvres alors que l'esclave la retenait contre lui comme il aurait pu le faire d'une poupée.

Son cœur battait fort dans sa poitrine.

- Je sais que c'est dur."

Elle résista, par reflexe. Qu'avait-elle fait? Elle pouvait arrêter tout cela quand elle le voulait. Ce serait lâche de s'échapper. C'était indigne de ce qu'elle était de laisser faire ce qu'elle avait demandé.

Mais qu'était-elle?
Elle était une vilaine petite chose, elle méritait d'être punie.
Elle faisait seulement ce qu'il fallait et que personne d'autre ne voulait faire.

l'aspirante mage luttait pour se dégager, autant contre lui que contre elle même. Alors il serra, il entendit son miaulement. Comment des créatures à l'apparence si délicate pouvaient elles être si ignobles?

Elle ne l'arrêta pas, mais s'arrêta de lutter pour l'instant. Chacune de ses caresses la faisait frémir, trembler, tendue comme un animal sauvage à apprivoiser...

En réalité, chacune attisait les flammes du désir en elle, et sapaient sa résistance hésitante. Elle était si vulnérable... La jeune noirelfe ferma les yeux. C'était une sensation qui caressait des parties de son souffle qu'elle aurait préféré garder cachées. Mais.. en avait-elle vraiment l'envie.. ou même la capacité?

Alors elle se détendit légèrement.

- C'est dommage d'avoir enlevé la robe... J'aurais préféré m'en occuper.

Son souffle chaud caressait son oreille effilée et si sensible. Elle se tendit à nouveau, mais cette fois c'était different, plus léger… l'expression silencieuse d'un corps brûlant. Ses lèvres tremblantes s'ouvrirent plus grand, se refermèrent brièvement… Puis un murmure à peine audible parvint aux oreilles de l'homme.

- Pardon..." Il y eu quelques secondes de silence, avant qu'elle n'ajoute quelques mots avec une lenteur exquise. Maitre... je.. ne le ferai plus...

Etaient-ce le genre de mots qu'il se serait attendu à entendre de la bouge d'une de ces noiraudes, aussi perverses soient-elles?

Et alors il l'emporta brusquement sur son épaule. Sa chevelure soyeuse dansa, son corps léger dans son bras alors qu'il la portait sans peine. Il entendit le début de cri de surprise qu'elle étouffa, et qui ne fut qu'à son seul bénéfice. Ses jambes battirent l'air, ses ongles griffèrent superficiellement son dos juste avant qu'il ne la jette sur son propre lit.

Non, ce n'était pas son lit. C'était celui de son Maitre.

La sombre sentit son imagination s'enflammer à cette compréhension. L'idée qu'elle était peut-être vraiment cinglée lui traversa l'esprit. Mais quelle importance cela avait-il, tant que le plaisir, la liberté et l'oubli se trouvaient au bout du voyage?

Il força ses jambes, elle résista à nouveau, plus par reflexe que par opposition. Elle pouvait tout arrêter quand elle le voulait. Ses yeux carmins se posèrent sur ceux, gris, du mâle. Au sourire provoquant de Grayle répondait un mélange de désir, d'inquiétude, de sensualité. La longue chevelure de neige de Shyn'tae encadrait son visage fin comme un soleil.

Et il plongea ses lévres entre ses jambes. La drow se cambra, exposant son ventre comme ses petits seins aux sommets dressés par l'excitation. Ses poings se serrèrent un instant autour de l'étoffe des draps soyeux, ses courbes sveltes traversées par un frémissement de plaisir.

Elle tenta de resserrer les jambes, échoua. L'échec ne fit qu'amplifier son désir, et elle oublia que c'était mal. La drow gémit alors que la langue de l'humain se glissait dans les plis du temple de son plaisir puis chatouilla sa perle.

Ses paupières se fermèrent, sa tête se pencha en arrière, elle exposa sa gorge. Ses petits pieds se tendirent, à leur tour, ses jambes tremblantes.

- Oh... continue.. Cette langue était capable de faire oublier le respect qu'imposait le rôle qu'elle s'était elle-même donné.

Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
Grayle Gardair

Nombre de messages : 247
Âge : 28
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeMer 18 Mar 2020 - 1:23

Maître... ce n'était pas le genre de mot par lequel il s'attendait à être désigné. Ni aujourd'hui, ni demain, ni même dans toute cette vie ou la suivante.

C'était grisant. Il compris, un petit peu plus, pourquoi les drows insistaient tant pour qu'on les appelle ainsi. L'ego de l'esclave, sans cesse réprimé depuis sa naissance, s'enflamma tel un immense brasier.

Il aimait que cette drow.

Cette femme.

Cette femelle.

Il aimait qu'elle l'appelle ainsi, et il comptait bien en profiter.

En abuser, même.

Oh, cela n'avait rien de personnel Shyn. Grayle l'aimait bien. Mais, de part sa nature de drow, elle courait un risque, ténu, mais bien présent. Celui de payer pour le reste de sa race.

Le fait que beaucoup d'entre eux soient aux alentours de la tente n'était que plus motivant.

Elle était bonne. Il aimait son goût, la générosité de ses fluides, alors que sa langue, ses lèvres, son nez même, son souffle chaud, se lançaient dans un assaut combiné de la drow. Chaque gémissement, chaque soupir, chaque tension de son corps étaient attentivement suivies par le jeune homme, qui réagissait en conséquence. Petit à petit, il l'acculait, animal affamé devant une proie bien trop appétissante. Aux gémissements de la belle répondaient les doux soupirs et grondements du jeune homme.

- Oh... continue..

Les deux mains de Grayle, qui caressaient la peau des hanches et des cuisses de sa maîtresse devenue esclave, glissèrent sur ses fesses, s’enfonçant dans la peau avant de griffer cette dernière. Gentiment. Un avertissement poli, comme l'éclair au loin avant la tempête.

- Maître.

Il s'était arrêté. Un court silence se fit, comme si la drow essayait de comprendre ce qui se passait.

Elle répéta sa supplique, rajoutant son titre à la fin.

- Brave fille.

Il recommença, et le silence fut bien vite remplacé par la voix de plus en plus sonore de la drow. Elle ondulait, des pieds à la tête, une belle vague faisant ressortir ses muscles et ses minces courbes. Une délicieuse vision, qui gênait les efforts de l'esclave. Ses jambes s'agitaient, essayant de se refermer comme si elle voulait se dégager.

Il n'aimait pas celà. Ce n'était pas pratique. A vrai dire, elle était allongée sur le lit, là où lui était à moitié accroupi devant elle.

Comme un serviteur.

Alors qu'il était le maître.

Grognant de frustration, il s'arc-bouta au dessus d'elle. Ses pieds se posèrent à plat sur le sol. Ses deux jambes épaisses, tels de jeunes troncs d'arbres, s'immobilisèrent.

Sans que ses lèvres ne quittent le puit de plaisir inondé de la belle, il se leva petit à petit. Rapidement, les fesses de la noiraudes se retrouvèrent en l'air. Puis son ventre. Son dos. Après quelques secondes, seul l'arrière du visage de l'"esclave" était en contact avec le lit. Il la sentit s'agiter, paniquer un peu.

Mais ainsi, elle était complètement sans défense. Ses belles jambes appuyaient sur les épaules indestructibles de son maître, fermement maintenues par les bras épais de ce dernier. Il la dominait totalement. Ses gesticulations, de plus en plus frénétiques, n'avaient plus aucun effet sur lui.

Elle était à sa merci, ne pouvant rien faire d'autre qu'attendre et espérer... peu importe quelle diablerie elle espérait.

Elle se mit à murmurer quelque chose qu'il ne comprit pas, avant de convulser. Un petit cri déchira la tente, plus longtemps et plus fort que l'amour-propre de la drow ne le reconnaîtrait jamais, alors qu'il continuait malgré tout son office. Elle poussa un soupir langoureux, satisfait, épuisé. Doucement, il ouvrit ses mains, la chair blanche de la jeune femme revenant au noir. Elle glissa, vaincue, sur le lit, devant lui.

Bien qu'il soit habillé, la pénombre ne masquait pas l'envie dévorante qui le tenaillait.

Il la regardait avec intensité, de haut, grondant comme un animal en cage.
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeMer 25 Mar 2020 - 23:47



- Continuez... Maitre... s'il vous plait." Elle n'avait pas compris tout de suite au début. Elle n'avait pas compris ce qu'il lui demandait, qui pourtant était si logique, si évident... Alors elle avait répondu d'une voix faible rythmée par ses respirations profondes.

- Brave fille." Les deux mots étaient étranges, gênants aussi. Ils manquaient de raffinement, et pourtant ils avaient résonné en elle, parcourant son corps frêle et vulnérable comme s'ils étaient une vague de feu liquide pour finalement se concentrer dans son bas ventre.

Elle avait honte... Que devait-il penser d'elle ? Le prenait-elle pour une privilégiée qui s'émoustillait à prendre, par jeu, la place du soumis, mais sans jamais avoir à en assumer réellement la situation.

Cela n'a aucune importance.

Pourtant c'était ce qu'elle était. Une drow libre, enfermée dans une situation insoluble... Une drow libre qui à cet instant avait besoin de s'échapper en ne devenant qu'une chose, au moins pour quelques heures.

Soudain, elle sentit ses fesses être soulevées. Les bras solides de l'homme... non de son Maitre... décida-t-elle, maintenaient fermement ses cuisses soyeuses. Ses pieds fins quittèrent le lit, et il continua. Son corps d'ébène se tendit, ses bras gracieux s'étendirent et son dos finalement lâcha prise avec le lit défait. Elle se sentit vulnérable. Elle l'était. L'inquiétude la saisit. Ses muscles se tendirent, elle se cambra, enserra l'humain de ses cuisses soyeuses alors qu'il ne cessait pas de l'explorer de sa langue.

Des éclairs de plaisirs la parcouraient. Elle tenta de s'échapper. Devait-elle lui dire? omniprésent. Un seul mot, qu'elle ne pouvait pas prononcé, car une part de plus en plus présente en elle s'y opposait.

S'abandonner... Son corps ondoya, la langue glissa contre sa perle, ses lèvres l'enveloppèrent, il suçota, elle miaula fort en retour.

Accepter... être l'esclave... Il retourna fouiller entre ses lèvres. Elle s'agita plus fort, mais cherchait elle encore à lui échapper dans des efforts inutiles ou bien à ressentir plus encore cette bouche qui lui donnait du plaisir?

- Maitre... C'était à peine un murmure, elle avait prononcé le mot pour elle. Il glissait si délicieusement entre ses lèvres.. Sa main droite se porta à son oreille effilée, elle en pinça le lobe frémissant.

Vulnérable, elle poussa un cri de plaisir. D'autres suivirent aussitôt alors que vague après vague, le plaisir prenait possession de la gracieuse noiraude. Comme s'il était décidé à jouer d'elle comme d'un instrument il persistait dans ses efforts incessants, même alors que ses formes sensuelles s'agitaient, convulsaient sous l'effet de la jouissance.

Ainsi, lorsqu'il la relâcha, haletante, tremblante, le regard vague, elle se laissa retomber sur le lit. Il fallut quelques longues secondes pour que ses yeux carmins et brumeux ne se posent sur ses yeux habités par le désir.

Ce qu'il voulait était évident.

La drow nue s'appuya sur son bras droit, le gauche suivait ses mouvements avec maladresse. Elle se redressa aussi souplement qu'un serpent pour lui faire face à genoux.

- Maitre… Puis-je...?" Ses oreilles frémirent alors que son bras droit vint effleurer ses vêtements simples aux couleurs du C'nros. Sa tête s'abaissa humblement, ses doigts glissèrent jusqu'au membre dressé derriere l'étoffe.  C'était de plus en plus facile. Même s'il venait de la conduire jusqu'à l'extase, elle ne pouvait pas arrêter maintenant, elle était trop forte pour ca… C'était ce que la part la plus rationnelle d'elle se disait. Mais en réalité, elle était incapable d'arrêter maintenant.

- Tu dois." Avait-il alors grondé. L'humain grondait beaucoup, nota-t-elle, comme l'animal qu'il était. Alors elle s'était penchée vers son bas ventre, à genoux devant sa stature imposante. Son bras gauche inerte au coté, elle avait posé les doigts de la main droite sur l'attache de son pantalon, et délicatement la dénoua. Ses oreilles se tendirent, elle avait eu une idée.

La sombre se pencha plus encore. Elle tendit la tête, son visage disparut sous la tunique de son partenaire. Il sentit le souffle chaud produit par ces sombres lèvres contre son ventre clair, il sentit le baiser contre sa peau, ces lèvres trainantes le caresser avec langueur.

Elle attrapa alors l'ourlet de son pantalon entre ses dents et ainsi, de sa main et de sa bouche l'abaissa. Le vêtement glissa jusqu'au sol, alors son regard se posa sur le membre qu'il avait mal caché jusque là.

Quel genre d'esclave était-elle? La sombre sourit malicieusement.

Timidement, ses lèvres se posèrent sur le coté de cette verge dressée, elles l'effleurèrent, puis, après un long instant, sa langue les rejoint. Elle le sentit se tendre un peu plus, osciller au rythme des contractions du périnée de son Maitre, signe qu'il appréciait l'attention.

Ses timides caresses devinrent peu à peu plus enflammée, elle inclinait la tête, il l'entendit pousser un miaulement étouffé. Elle oublia sa feinte timidité, et lui montra son experience. Ce n'était clairement pas sa première fois.

Il grogna, donna un coup de bassin, par reflexe.

Il la vit glisser de sa main droite sa main gauche entre ses cuisses, puis se saisir d'un sein menu de l'autre.

"Il ne t'a pas autorisé à ca, peut-être cela plaira-t-il à ton Maitre, à moins qu'il ne te l'interdise et te punisse? Que préférerais-tu vraiment?" Elle frémit. Elle avait honte d'elle même, mais l'intensité des flammes dans son ventre parlait d'elle-même. Les forts prennent ce qu'ils désirent. Voilà ce qu'elle désirait.

Alors Elle se décida finalement à glisser le sommet de ce membre rigide entre ses lèvres. Juste ce qu'il fallait pour qu'il la prenne.

Il le fit.

Yeux clos, elle le sentit se glisser jusqu'au fond de sa bouche. Sa tête recula alors lentement, sa langue autour de lui, puis elle revint, encore et encore, concentrée sur les sensations de son Maitre
Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
Grayle Gardair

Nombre de messages : 247
Âge : 28
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeSam 28 Mar 2020 - 1:50

Les grondements avaient laissés place à un soupir, alors que la drow, d'elle-même, était venir honorer Grayle comme il méritait. Il ne bénéficiait guère de ce genre de faveur, aussi l'esclave devenu maître s'en délectait. La -relativement- jeune drow pouvait le voir aux mouvements de jambe de l'humain, qui tremblait légèrement en expirant.

Une lourde main se posait sur sa tête alors que Grayle, le corps secoué par d'agréables vagues de chaleur, se rappelait son rôle et sa place ici. Savourer, oui. Mais il n'était pas le jouet de cette femme... c'était l'inverse.

- T'es douée... chuchota t-il d'une voix rauque, qui venait des profondeurs de son torse. On aurait dû faire ça depuis longtemps. Ses yeux gris fixaient ceux de la drow, et il put voir l'esprit de cette dernière s'enflammer, alors que, de manière très perceptible, sa croupe encore humide se mettait à trembler.

Son autre main vint se poser sur la joue de la jeune femme. Il lui administra une claque, mesurée, mais assez forte pour laisser temporairement une marque sur la peau parfaite de la drow.

- Arrête de te toucher. Y a que moi qui te touche, ici. dit-il d'une voix surprenamment autoritaire.

La joue de la belle se mit à gonfler alors que le mât épais de l'homme envahissait sa bouche, puis sa gorge, écartant ses lèvres peu à peu. Ses coups de bassins se faisaient de plus en plus insistants, alors qu'il se mettait petit à petit à prendre le rythme en main.

Les deux mains de Grayle caressaient avec fermeté le visage de la drow. Elle était petite. Ses mains étaient épaisses. Lourdes. Dures. Des mains d'artisan, de paysan, d'esclave, renforcées par l'effort et l'exercice. Les neufs doigts se perdaient dans les cheveux, caressaient le dessus du crâne, glissaient sur les oreilles fines et agîtées de la femme. Les pouces caressaient doucement les globes oculaires de Shyn, qui pouvait sentir, petit à petit, la pression des mains s'accentuer sur son visage, telles deux puissantes presses.

Il pouvait la tuer, ici et maintenant.

Rapidement, elle fut immobilisée. Son visage était figé, à la merci des doigts et de la poigne oppressante de Grayle. Le bruit mat et sourd du bassin se cognant contre le visage devenait de plus en plus fort, de plus en plus rapproché, alors que l'homme forniquait purement et simplement avec le visage de la drow, la regardant s'étouffer peu à peu, bavant même, émettant des sons de plus en plus vulgaires.

C'était un traitement parfaitement avilissant, qui aurait dégoûté Grayle si le plaisir physique de profiter ainsi des lèvres gracieusement offertes de ce qui était un prétendu "être supérieur" n'était pas aussi intense. Les caresses de ses cheveux et ses oreilles étaient douces, presque amoureuses, contrastant avec la rudeur des coups pelvien.

Après un long moment, il se mit à pousser un râle de plaisir, ondulant plus doucement, alors que son plaisir explosait en elle. Dans la pénombre, un observateur aurait pu voir le visage de la jeune femme trembler alors qu'elle gargouillait. Lorsqu'il se retira, la pauvre se mit à glapir, reprenant sa respiration, comme si elle venait d'échapper de peu à la noyade, alors que des fluides coulaient de ses lèvres pou se répandre sur son corps, malgré sa déglutition.

Il la rattrapa par les cheveux, la tirant vers le haut, avant de la saisir à la gorge, ses doigts enserrant son cou presque entièrement, son pouce glissant délicatement contre cette glotte. Il pourrait l'écraser d'un coup sec.

Ce serait si simple.

- Je n'en ai pas fini avec toi.

Il était à fond dans son rôle, et il s'y débrouillait terriblement bien. Toujours imperturbable, invincible, détaché de son propre orgasme.

La tenant toujours par la gorge, il posa son genou sur le lit, et vint l'y rejoindre pour la première fois. Il se glissa derrière elle, l'emmenant à sa suite comme un animal disparaissant en traînant sa proie sur le sol. Adossé sur le lit, il se glissa dans le dos de la jeune femme, l'enserrant dans ses bras et ses jambes. La différence de force entre les deux était presque grossière. Elle était emprisonnée, les bras de Grayle se glissant au dessus des siens, lui bloquant tout autre geste que battre désespérément des bras et des jambes.

Il lécha son oreille, savourant ses gémissements, alors que ses mains glissaient entre les cuisses ouvertes de la sombre, l'autre pétrissant un sein, tirant le mamelon avec exagération. Se frottant contre elle, il jouait avec son corps, en profitant sans se priver, sans qu'elle ne puisse y répondre.

Elle pouvait sentir l'odeur puissante et musquée de l'esclave, ayant encore le goût de ses fluides au fond de la gorge et des lèvres. La dureté de ses muscles et de son corps épais, le relief de ses innombrables cicatrices et balafres contre son corps à elle. Son corps entier était harcelé, caressé, frotté, massé, palpé par celui de Grayle, qui roulait et s'agitait sous elle.

Heureusement, elle n'avait pas les yeux derrière la tête. Car si elle voyait le regard de Grayle, ivre du pouvoir qu'il avait sur elle, aussi bien physique que psychique, à devoir lutter aussi bien contre ses instincts d'amour que de mort...

Elle aurait probablement hurlé "omniprésent".
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeMar 31 Mar 2020 - 1:29



Comment aurait-elle pu imaginer que cet esclave cache cela en lui?

"Tu es douée, On aurait du faire cela depuis longtemps." Comment quelques mots pouvaient-ils faire aussi bien que des caresses? Ils flattaient si bien cette part sombre de l'Eldéenne qui ne demandait qu'à s'épanouir et prospérer en noyant ses peurs et ses doutes dans la douce moiteur du désir.

Le sexe du mâle profondément dans la bouche, ses oreilles dressées vers lui, elle avait gémit en réponse. Oui elle voulait être douée à cela, à défaut d'autre chose, oui ils auraient du faire cela depuis longtemps. Ce soir là au moins, c'était lui, l'esclave devenu Maitre qui dictait ses volontés.

Qu'il se venge, qu'il laisse parler ses frustrations, qu'il la dégrade. Cela faisait tellement de bien.

Elle avait miaulé à la gifle et elle avait retiré aussitôt ses mains lorsqu'il l'avait ordonné, cet acte de soumission un exaltant plaisir à lui tout seul.

Il avait saisit son visage, ses yeux clos, le retenant si bien qu'elle avait été immobilisé, vulnérable alors qu'il prenait sa bouche avec de plus en plus de force. Ses coups de bassins à chaque fois plus profond poussèrent contre sa gorge. Il la sentit résister, gémir. Elle aurait pu mordre… elle se retint, elle tenta de le repousser de ses mains, la gauche l'abandonna, secouée de spasmes.

Tu voudrais l'arrêter que tu ne le pourrais pas. Tu n'as même pas gardé d'armes. Tu t'es rendue si vulnérable… Et ca t'excite tellement… Regarde, tu es le jouet d'un esclave… Tu es une insultes faite aux dieux, comme le dit ton père, comme le répètent ses hommes comme de bons petits pantins stupides. [/color]

Elle gémit… se cambra, s'arqua comme une anguille paniquée.

[i]Il pourrait te tuer.


Non, elle pouvait survivre… elle pouvait se laisser aller.

Il la sentit se détendre, s'enfoncer un peu plus encore dans la soumission. Ce n'était pas la première fois qu'elle s'offrait ainsi. En trois cent ans de vie au Puy, on apprend des choses. Elle étouffait, elle sentit sa gorge chercher à l'expulser, mais il put s'enfonça un peu plus loin encore dans sa bouche. Il accéléra, elle gémit plus fort, seul un gargouillé lamentable parvint aux oreilles de l'humain.

Son bassin finalement percuta ses lèvres. Il ne ralentit pas, il se retira, il revint, logeant ce membre rigide au plus profond d'elle.

Elle inspirait désespérément à chaque fois qu'il se retirait, elle était à la merci de l'esclave. Chaque coup de rein faisait mal et plaisir à la fois.

Sa chevelure dansait dans son dos alors qu'il se servait d'elle comme de son jouet. Détendue, offerte, tremblante, ses bras Qu'il l'avilissait, l'humilier. Elle pouvait oublier, oublier qu'elle était autre chose que l'esclave, son ventre brûlant.

Il se déchargea dans sa gorge, emplissant sa bouche du goût salé et amer de sa semence, jets après jet, l'étouffant. Pouvait-elle mourir noyée de cette manière?

Son corps tendu et en sueur vibrait de désir. Elle fit de son mieux pour avaler, pourtant il déborda, maculant ses joues et son menton. Elle voulait se caresser, se faire jouir. Elle se força à retenir sa main. Le désir n'en fut que plus fort.

Lorsqu'il se retira, elle dut reprendre son souffle, haletante, toussant, un filet de sa salive et de semence mêlées coulant de sa bouche abusée par son partenaire pour se répandre entre ses petits seins galbés.

Elle pouvait tout arrêter… Elle devait… Elle manqua de s'effondrer, il la retint par les cheveux, la forçant à se redresser. La douleur s'emparant de son cuir chevelu, elle poussa un cri étouffé, il se saisit de sa gorge.

Le voulait-elle?

Non, la vraie question est tout autre. Le mérites-tu?

Le regard paniqué de l'esclave se posa sur celui du Maitre.

- Je n'en ai pas fini avec toi. La main valide de la sombre elfe avait faiblement saisi son avant bras alors qu'il l'emporta derrière lui, la maitrisa, l'immobilisa entre ses membres puissants.

La langue de l'homme glissa sur son oreille pointue.

Son corps s'arqua, tendu, elle ne put retenir un gémissement faible alors que le plaisir la parcourait comme une vague puissante prompte à vouloir ébranler ses fondations.

Il la retint plus fort en retour. Sa bouche s'empara du morceau de chair si sensible. Elle chanta un peu plus fort, malgré elle. Elle devait se retenir, il ne fallait pas qu'on l'entende.

Une main se glissa entre ses cuisses. Il l'empêcha de les serrer. Il suçotait son oreille, trouva la perle de plaisir qui surplombait le temple de son plaisir.

L'autre s'empara d'un sein menu qu'il se mit à pétrir. Le goût de sa semence dans la bouche, en son pouvoir, il jouait d'elle tel un instrument de plaisir. Sa chevelure de neige ondoyait contre l'humain, le corps chaud et nubile dont elle avait si honte logé contre lui, il savourait les caresses de sa peau soyeuse contre son torse à chacun des soubresauts que ses attentions rudes et possessives lui imposaient.

-Ah…arré…
Il la sentit très vite se tendre, résister au plaisir, il pinça la pointe de ses petits seins, mordilla son oreille, massa fermement son clitoris. Ses gémissements devinrent d'abord des plaintes, les soubresauts des spasmes.

A sa merci, elle ne put empêcher la jouissance de la submerger comme une vague irrésistible.

Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
Grayle Gardair

Nombre de messages : 247
Âge : 28
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeVen 3 Avr 2020 - 21:39

Un rire cruel répondit aux gémissements de la femme alors qu'elle jouissait. Convulsante et tendue comme un arc, les frémissements de la belle se répercutaient délicieusement sur le corps de Grayle, qui profitait beaucoup du spectacle. Ses doigts, noyés par un déluge de mouille, continuaient pourtant de s'activer en elle. Elle ondulait de plus en plus, le plaisir refluant sans cesse telle les vagues de la mer revenant sur la plage.

Il ne voulait pas lui laisser un seul instant de répit, continuant de l'épuiser, avant de parcourir son corps fatigué de ses deux mains? Il caressait ses flancs, son ventre, sa poitrine, s'arrêtant même autour de son cou.

Elle finit par retomber sur lui, il caressa ses lèvres, sentant qu'elles étaient sèches, presque craquelées. Elle était en sueur.

Il écarta ses cheveux et lécha sa joue, goûtant à sa sueur. Il lâcha un " hmmmmmm ! " de contentement.

Il la repoussa ensuite. Bien plus brutalement qu'il ne l'aurait fait un temps normal, comme quand on se débarasse de quelque chose n'ayant pas vraiment d'importance. Elle roula un peu sur le matelas, tandis qu'il se redressait. Il retourna ensuite, en face d'elle, et la traîna sur le lit pour qu'elle soit en dessous et en face de lui, n'ayant aucun mal à manipuler la drow si légère.

Elle avait fermé les yeux, respirant lentement, comme si elle était prête à sommeiller.

Une légère claque lui remit les pendules à l'heure.

- Je n'en ai pas fini avec toi dit-il d'une voix rauque et pleine de reproche, avant de caresser affectueusement la joue rougie et brûlante. Il tira Shyn vers lui, écartant ses jambes, ne faisant aucun mystère de la suite à venir.

D'une main, il se saisit d'un oreiller, qu'il approcha du visage de Shyn...

De l'autre, il souleva la tête de la jeune femme, et glissa l'oreiller sous cette dernière, afin de garantir son confort. Un autre oreille se retrouva dans le creux de son dos.

Agenouillé entre ses jambes grandes ouvertes, il la contempla. Elle était belle, il fallait l'avouer. Fine, ses cheveux blancs disposés en auréole autour d'un visage bien trop amical pour une drow trop gentille. La candeur de sa face contrastait avec son corps qui puait la luxure, le manque et le désir.

Petit à petit, alors qu'il se placait au dessus d'elle, le corps de Grayle recouvrit celui de Shyn. Il tira son visage en arrière afin qu'elle soit en mesure de répondre à un baiser, le premier qu'il fit. Il envahit sans gêne sa bouche, jouant avec sa langue, lui offrant sa salive comme liquide salvateur. Ses mains parcouraient le corps ainsi offert, alors qu'il guettait la respiration emportée de la drow. Il la sentit s'accélérer alors qu'il approchait petit à petit de l'acte suivant.

- Je ne te retiendrais pas dit-il mystérieusement.

L'instant d'après, il s'enfonça brutalement en elle, sans gêne, avec l'assurance impériale, de celui qui a tous les droits et toute la légitimité. Il serra les dents, enfoncant le corps de la drow sous lui.

- Lâche toi conseilla t-il alors qu'il battait en retraite pour mieux revenir à la charge.

Car lui ne comptait pas se retenir.


Dernière édition par Grayle Gardair le Dim 19 Avr 2020 - 0:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeMar 14 Avr 2020 - 1:01



Il la retenait... Il la travaillait... Encore et encore.. Son corps se tendait sous les vagues de plaisir auxquelles elle ne parvenaient pas à resister. En sueur, elle criait, sa retenue du début oubliée, elle gémissait, elle miaulait. Il lui imposa la jouissance, puis ne lui laissa aucun répit.

Elle jouit encore, elle se débattait plus faiblement cette fois-ci. Elle avait soif... Elle se laissa aller contre lui... Elle jouit encore, l'épuisement la gagnant. Or de question d'abandonner pourtant, or de question de demander grâce. Elle méritait ce qu'il faisait. Pire... elle adorait ca.

Lorsqu'il la repoussa, elle tomba la tête la premiere sur le lit, étourdie, haletante, tremblante. La sueur collait sa longue chevelure neigeuse, le goût de sa semence en bouche, la substance maculait son visage. Elle aurait pu tenter de se relever. Elle savait pouvoir y parvenir... Mais en avait-elle la volonté?Il saisit sa cheville menue et l'attira à lui, avant de la retourner sur le dos.

Elle avait fermé les yeux. Une petite gifle la força à rouvrir ses paupières fatiguées.

- Je n'en ai pas fini avec toi.

La drow frémit... il caressa sa joue, rassurant. Une petite partie d'elle voulu le remercier pour ce geste de tendresse. Une partie qui la fascina et l'effraya en même temps. Elle le laissa écarter ses jambes. Ce qu'il voulait était évident...

Lorsqu'il approcha l'oreiller il la vit ouvrir de grand les yeux, son corps subitement tendu, sur le point de crier. Il souleva tendrement sa tête, la cala sur le coussin. Il la vit soupirer, rassurée et elle le laissa placer l'autre coussin sous le creux de son dos, soulevant ses fesses, mettant en valeur ses seins si discrets pour une sombre elfe. Sa poitrine se soulevait au fil de ses respirations profondes.

Il l'admirait, elle frissonna.

- Merci... Maitre..." murmura-t-elle finalement.

Il vint alors se placer au dessus d'elle, imposant, massif. Sa main large se saisit de son visage, il le tira en arrière, affirmant le contrôle qu'il avait sur elle. Shyn'tae gémit, le feu dans son ventre peu à peu attisé. Ses lévres s'entrouvrirent, elle l'accueillit en lui, sa langue dansa avec la sienne... Cela faisait du bien.. Elle se fit tendre, l'humidité de la bouche masculine apaisant momentanément la sienne, sèche. Ses mains parcouraient sa peau soyeuse, elle soupira, son baiser se fit plus langoureux, le feu dans son ventre brulait à nouveau... Encore...

Qu'il prenne son esclave...

Et il s'exécuta. Elle poussa un cri étouffé, tendue sur le lit, cambrée, alors qu'il l'empalait sur son membre jusqu'à la garde. Elle était prête à le recevoir, et il l'avait pénétré si facilement.

Il la quitta. Elle gémit, son bas ventre rayonnant de plaisir à son passage.

- Lâche toi

Il revint aussitôt. L'esclave attrapa un drap humide entre ses doigts, et obéit. Cette fois-ci son cri de plaisir fut sans aucun doute entendu par quiconque se trouvait non loin de la tente. Malgré son épuisement, elle se lança contre lui lorsqu'il revint à l'assaut une fois de plus. Leurs bassins entrèrent en contact, il appuya contre sa perle si sensible.

Maitre.... Elle avait murmuré... Une petite voix séduisante au fond de son esprit lui disait que le crier serait tellement mieux. Shyn'tae l'ignora.

Il la prenait avec force, elle dansait, elle s'offrait faiblement. Elle pouvait n'être que son esclave, pour une soirée au moins.

Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
Grayle Gardair

Nombre de messages : 247
Âge : 28
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeDim 19 Avr 2020 - 1:15

Dans l'obscurité ambiante où l'on ne voyait presque rien, le temps suspendu défila à toute vitesse, et les souvenirs devinrent vite aussi flous que les visions.

Grayle aurait bien été incapable de dire combien de temps leurs ébats durèrent. 40 secondes ? Une demi-heure ? Toute la nuit. Comme à chaque fois qu'il se retrouvait pris par le plaisir, son âme et son corps s'abandonnaient tout entier à la tâche.

Une petite voix vint chuchoter à son esprit, alors que ses yeux dévoraient la drow du regard.

Spoiler:
 

La maîtresse/esclave se mit à crier, encore. Une douce sonorité aux oreilles du mâle, qui redoubla d'ardeur. Le choc répété et frénétique des corps l'un contre l'autre, l'un dans l'autre, devenait de plus en plus endiablé et les cris de plus en plus perçants.

Parfois, la drow semblait essayer de se débattre, ou de disputer le rythme à l'homme, presque instinctivement. Il ne la laissa jamais reprendre l'initiative, la rabrouant ou la plaquant toujours plus contre le lit. Il la dominait avec une déconcertante facilité.

Conscient de sa position exceptionnelle, le jeune homme comptait bien en profiter aussi longtemps que possible. Il n'épargna rien à la drow, qui se retrouva exploitée jusqu'à ce que l'homme soit repus d'elle.

Lorsqu'il devint évident qu'il fallait mettre fin aux efforts, il se coula contre elle, soupirant doucement.

Repu et vidé.

Ils suaient tellement que leurs corps brillaient dans la nuit, glissant l'un contre l'autre comme s'ils étaient imbibés d'huile. Il embrassa son front et sa joue.

- Tu étais très bien. dit-il d'une voix qu'on ne pouvait définir comme autre que paternel. Une main coula contre ses cheveux, caressant une oreille.

- Je suis fier de toi.

Le sourire épuisé de la drow lui en arrachant un. Malgré tous ses efforts, Grayle ne pouvait pas longtemps armurer son coeur et réprimer ses élans d'affection envers... le monde entier.

Ils étaient tous les deux dégoûtants. Le lit était souillé, la tente puante. Mais sur le corps en apparence ravagé et exténué de la drow, il lisait le bonheur. Et se dire qu'il en était, ne serait-ce qu'un tout petit peu, la cause, le contentait extrêmement.

Après l'effort, le réconfort. La jeune femme se retrouva emmitouflée sous les calins de son tortionnaire, qui se saisit d'elle sans difficulté avant de la faire se glisser sous les draps bazardés et collants. Comme un rideau qu'on tire avec le spectacle.

Pas fou, lui aussi se glissa dans le lit. Espérant que la magie ne se briserait pas, pas tout de suite du moins.

Une nuit dans un lit, il ne dirait pas non. Quelqu'un à côté de lui était un bonus contre lequel il n'était pas contre.

- Repose-toi maintenant. Tu en a besoin et tu le mérite. Tu ne sera bonne à rien si tu ne prend pas soin de toi.

Une petite claque bien méritée sur ses fesses, sous le drap.

- C'est un ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeJeu 23 Avr 2020 - 23:19



- Tu étais très bien, je suis fier de toi.

Des longues jambes d'ébène à son visage élégant, la noirelfe était couverte de sueur et de leurs fluides mêlés. Combien de fois l'avait-il... Elle ne savait pas, elle ne voulait pas chercher non plus à le savoir. Son cœur battait encore fort dans sa poitrine, mais elle se sentait plus capable de faire le moindre mouvement.

Elle aurait du avoir honte, elle aurait du regretter, mais à la place, ne restait que la douce moiteur de la fatigue et du plaisir. Ses muscles, son corps abusé lui rappellerait sans aucun doute que cela avait été une épreuve, mais pour l'heure elle souriait, le regard lointain et absent. Il avait posé la main sur sa chevelure et la caressait avec tendresse, et elle pouvait se contenter de n'être rien d'autre que la créature d'un Maitre aussi tendre que reconnaissant.

Ils étaient sales, les draps, la couche elle-même tout autant, mais comme le reste, rien de tout cela ne devait briser cet instant: Il serait toujours temps de s'en soucier le lendemain. Le sommeil l'appelait, plus fort qu'il ne l'avait jamais fait ces dernières nuits. Epuisée de corps et d'esprit, la sombre était prête à se glisser dans ce chaleureux néant.

L'homme massif prit la légère noirelfe dans ses bras, et, délicatement, la glissa sous les draps… Il l'y accompagna, son corps chaud serré contre le sien. Elle était trop épuisée pour s'y opposer, et pourquoi l'aurait-elle fait d'ailleurs?

De la tendresse…
Du réconfort…

Après tout... qui saurait... Et le propre de la force n'était-il pas de pouvoir faire tout ce dont on avait envie? A cet instant, c'était cela qu'elle désirait.

- Repose-toi maintenant. Tu en a besoin et tu le mérite. Tu ne sera bonne à rien si tu ne prend pas soin de toi. C'est un ordre.

La drow tressaillit lorsque la main claqua ses fesses, une dernière fois. Trop épuisée pour répondre, elle hocha doucement la tête. Une larme incontrôlable glissa sur sa joue. D'autres suivirent. Heureusement, il ne les remarqua pas. Il la sentit juste se recroqueviller un peu et appuyer son dos gracieux contre son ventre musclé. Shyn'tae se perdit dans le sommeil sans s'en apercevoir.

***
Le soleil n'était pas encore levé lorsqu'elle ouvrit difficilement les yeux. Les odeurs de leurs ébats emplissaient son nez mutin, des traces de sperme séché maculaient son visage. En chien de fusil, elle était logée contre son ventre et il l'entourait, protecteur.

Il dormait toujours... Shyn'tae ne bougea pas, elle pouvait profiter encore un petit peu de ce moment impossible.

Puis ce ne fut plus possible, il fallait se lever et affronter une nouvelle journée, avec son lot de délicieuses épreuves et d'insupportables imbéciles. Son corps courbaturé se déplia doucement comme un papillon s'extrayant de son cocon.

La drow s'étira gracieusement, arquée, jambes tendues. Puis elle se leva et s'avança doucement jusqu'à son bureau pour y saisir un feuillet, puis son encrier dans lequel elle plongea une plume. Sa longue chevelure coulait le long de son dos nu.

- Vas chercher de quoi me laver et manger, puis, avant de reprendre tes tâches normales, j'aurai une autre mission pour toi." Annonça-t-elle d'une voix neutre. Finalement, elle se retourna vers lui, une bourse et le document couvert de ses pattes de mouche.
- Tiens. Fais toi escorter à Frontière, passe aussi par le temple d'Isten. Procure-toi tout ce qu'il faut pour orner et entretenir une esclave de plaisir.

Alors, entièrement nue, elle retourna s'asseoir à son bureau. Sa main gracile se saisit d'un des nombreux feuillets égarés, qu'elle commença à parcourir. "Ne me déçois pas."
Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
Grayle Gardair

Nombre de messages : 247
Âge : 28
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeSam 2 Mai 2020 - 22:58

Grayle s'était endormi comme un souche dans le lit. Comme toujours, fermer les yeux et se calmer suffisait à l'emmener au royaume des songes. Il ne resta pas pour autant immobile. instinctivement, son corps se mit à bouger, détectant la présence d'une autre personne. Plus petite, plus fragile, plus vulnérable, plus fraîche. Et tout comme il avait entouré le corps de ses frères et soeurs successifs pour les protéger de la froideur de la nuit, il fit de même avec la drow.

Il se réveilla peu après qu'elle se soit levée, sentant la chose fragile s'en aller. Il ouvrit lentement les yeux. Agitant les doigts de pieds et de ses mains, comme pour vérifier qu'il était en vie et que rien ne manquait. Il ne bailla pas car il était en forme.

Le jeune homme était une machine parfaitement bien réglée. Il s'endormait quand il avait sommeil. Et comme il dormait bien, il était toujours en forme. Aussi, bien qu'il soit encore dans le lit, à peine revenu dans le royaume des vivants, il comprenait parfaitement ce que lui demandait Shyn. Ses déclarations, simples, directes, autoritaires, perdaient tout leur poid et crédibilité lorqu'on regardait la femme, encore souillée par les actions de l'homme.

Il n'allait pas se le nier, il avait pris un immense plaisir cette nuit. Mais il ne se sentait pas fier.

Il comprenait qu'elle prenait de la distance avec lui. C'était même préférable. Normal. Maître et esclave. Simple jeu de rôle. Mais pour le jeune homme débordant d'amour et d'affection, mais qui manquait de personnes à qui les partager... cette froideur était vécue comme un mépris.

Foutus drows. Il compliquaient même les choses les plus simples. D'une puissante torsion du bassin, il sauta du lit et atterit sur le sol, inspirant l'air -puant-.

- Ais-je déjà été décevant ?

Un sourcil fut haussé, mais la voix de la drow resta imperturbable.

- C'était très bien.

Il glissa son pied entre les plis de ses vêtements, par terre, et d'une seule impulsion, les fit voler en l'air. Il les attrapa avec aisance, et commença à s'habiller. Il se dirigea vers le coffre, se saisissant d'une serviette, et d'une corbière vide, ainsi que d'un peignoir. il se dirigea vers la drow, et, avec douceur, déposa le vêtement sur ses épaules.

Elle était belle, nue, mais il fallait se couvrir.

- A tout à l'heure dit-il de sa chaude voix chantante, avant de sortir de la tente.

****

Il ne revint qu'une bonne demi-heure plus tard. La panière était pleine de fruits ainsi que de dates, ainsi que de pain et de fromage. Il la déposa sur le bureau. Son autre main tenait une bassine.

Elle était toujours en train de travailler. Sans se cacher, il renifla fort.

- Ca sent mauvais.

Il ne savait pas s'il devait la tutoyer ou la vouvoyer. Aussi, décidait-il de rester... indirect. Il posa sa main sur son épaule pour la forcer à se lever, mais elle résista, concentrée sur son travail. Il soupira, posant sa main sur sa nuque, avant de remonter ses doigts le long de son cou. Il caressait doucement sa nuque, comme si elle était une chatte qu'il essayait de flatter.

Sans réelle difficulté notoire, il la souleva de sa chaise, la forçant gentiment à se mettre debout, et la traîna à sa suite. Elle réagit à peine, encore plongée dans ses idées, laissant des papiers tomber à sa suite.

- Ce n'est pas le moment de faire l'enfant. Dit-il avec un mélange de sévérité, d'ennui et d'amusement. Il lui fourra une pomme -soigneusement épluchée et nettoyée préalablement- dans sa bouche. Il se saisit d'une serviette humidifiée dans la bassine d'eau chaude et commença, sur le champ, à faire la toilette de la drow. Comme il le faisait de ses jeunes soeurs, ou de Viconia.

Les mains épaisses du jeune homme frictionnaient le corps à travers la serviette, nettoyant et purifiant ce dernier de ses saletés. Il n'ignora aucune partie du corps, des chevilles jusqu'à la tête, ignorant les gémissements de la belle quand ses mains puissantes passaient sur sa croupe et sa poitrine.

Il trempait la serviette dans l'eau, l'essorait, et recommençait. Le tout ne prit que quelques minutes. Ce n'était peut-être pas aussi agréable ou sensuel que ça aurait pu, mais l'efficacité était là.Il essuya énergiquement le corps de la drow et, après moins d'une dizaine de minutes d'ablutions, cette dernière était propre et sèche. D'un geste ample, Grayle entoura son torse de la serviette, lui accordant un peu de pudeur.

- Et voilà. Propre comme une brebis !

Il s'éloigna, jouant avec la bourse qu'elle lui avait donné.

- Je vais faire quelques courses. dit-il d'un air faussement mystérieux. A tout à l'heure.

Il sortit de la tente, avant de revenir, glissant sa tête par l'ouverture.

- Et bonne journée. Reste saine et sauve.

Puis il disparu.

*****

Dire que Grayle était embêté par la requête de sa propriétaire serait un euphémisme. Malgré son assurance apparente, il était un peu désarçonné. S'il était... compétent au lit, il était débutant en amour, et les arts du plaisir, que les drows avaient portés au rang d'art, lui échappait totalement. Lui demander à LUI, de trouver de quoi équiper une esclave de plaisir -dont il suspectait Shyn'tae de vouloir jouer le rôle-, était comme demander à une prostitué d'aller chercher des outils de ferme convenable pour une récolte sur sol dur.

Une erreur de distribution complète. Mais bon ! La vie était une découverte ! Il resta muet pendant le trajet jusqu'à frontière, épargnant au drow l'escortant -un mâle dur, bougon et silencieux- les affres de palabres inutiles. Aussi le duo marchait-il silencieusement sous le soleil dur du désert.

C'était toujours mieux qu'être sous terre.

Puis, enfin, ils arrivèrent à destination.


****

La frontière.

Il était allé au Lupanar le plus prisée du coin.

Ici, l'esclave fort et serein redevenait un petit enfant. Il fut accueilli par un drow goguenard. Lorsque Grayle expliqua qu'on l'avait envoyé ici pour trouver de quoi équiper un esclave de plaisir débutante, mais qu'il n'y connaissait rien, le drow explosa de rire. Il appela plusieurs de ses confrères, et quelques prostituées. Il demanda à Grayle de se répéter.

Il se répéta.

Ils explosèrent de rire en cœur devant la mine penaude et craintive du jeune homme, qui ouvrit les yeux en grand lorsque son regard capta du coin de l’œil une jeune femme qui...

* Elle se met QUOI dans les fesses ?! *

Naturellement, ils lui demandèrent ce qu'il voulait.

Naturellement, il n'en avait aucune idée.

Naturellement, ils s'amusèrent à lui montrer à peu près tout. Et comment les utiliser. Au grand dam de l'esclave.

Il resta au moins deux heures ici.

*****

Relonyl, le drow chargé d'escorter Grayle, baillait lorsqu'il vit l'esclave sortir ENFIN du temple. Le jeune homme semblait... changé. Son visage hagard fixait l'horizon avec des yeux vides, et il semblait avoir vieilli d'au moins six mois. Il resta ainsi, pendant une bonne demi-minute, tenant entre ses mains un sac qui semblait bien lourd.

- Hey ?

Grayle cligna subitement des yeux. Puis il sursauta, et se mit à pousser une exclamation de surprise après 3 secondes de décalage, afin de fixer le drow comme s'il avait vu un fantôme.

- Oui.

- Ca t'a plût ?

Silence.

- Je sais pas si je saurais. Répondit Grayle avec franchise. Le drow d'habitude pourtant si bougon se mit à rigoler, avant de frapper Grayle -un peu agressivement- d'une grande tape dans le dos.

- Allez, on rentre, j'ai pas que ça à faire.

Et ainsi, alors que l'après-midi était bien entamé, Grayle revint à Shyn.
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeLun 11 Mai 2020 - 1:58



Pour la sorcière, le réveil était le moment le plus propice à l'inspiration, celui où les idées que la nuit avait fait lentement sédimenter étaient à nouveau remuées pour prendre ainsi des tournures nouvelles et uniques.

La plume crissait sur le papier, vive, gracieuse. Lorsque l'esclave était revenu, elle l'avait ignorée. Elle s'occuperait des rapports ensuite, après tout, si quelque chose de vraiment important avait eu lieu, on l'aurait déjà informée. Le C'nros ronronnait comme un gros chat, elle avait fait en sorte qu'il puisse se passer d'elle.

La main de l'humain frôla son dos le long de sa colonne vertébrale. La main de la drow crasseuse et indécente traçait un diagramme, l'entourait de symboles mystiques. Il la sentit frémir sous ses doigts. Devait-elle l'arrêter ? Dans son esprit, la drow visualisa le mouvement précis qui le mettrait au sol à chercher reprendre sa respiration. Mais quel intérêt ? Avait-elle vraiment besoin d'affirmer son pouvoir sur lui? Pouvait-elle le laisser ainsi affirmer le sien sur elle? Les doigts de l'humain remontèrent jusqu'à sa nuque.

Elle frémit, ferma les yeux... Comme un chat qu'il flatterait, la drow inclina la tête, laissant sa chevelure graisseuse couler entre les doigts de l'humain. Elle en avait écrit assez pour que l'idée ne s'évanouisse pas dans le néant. Elle pouvait peut-être se laisser aller encore un peu. Et il n'avait pas tort... Alors, lorsqu'il la souleva, elle ne résista pas.

La plume glissa de ses doigts jusqu'au sol, abandonnée, suivie de quelques feuilles de papiers légères.

- Ce n'est pas le moment de faire l'enfant."

Était-ce de la sévérité dans sa voix ? Il vit les oreilles pointues de sa Maitresse se dresser vers lui, son regard de rubis glissa sur son visage sans qu'elle ne dise un mot, ses lévres s'orner d'un sourire plein de malice, mais elle ne le corrigea pas. Et lorsqu'il fourra la pomme dans sa bouche, elle la mordit à pleines dents, avant de s'en saisir de la main pour la manger pendant qu'il la lavait énergiquement.

Sans piper mot, sans protester, elle offrit son corps à ses efforts. Faisait-elle exprès de se rendre attirante par ses postures, par les gémissements qu'elle laissa échapper? Il était clair qu'elle jouait avec lui, à le tenter, sachant pertinemment qu'il resterait concentré sur sa tâche. Lorsque la pomme ne fut plus qu'un trognon, l'Eldéenne la laissa choir pour qu'il la ramasse.

Et lorsqu'il eut terminé, elle se releva gracieusement.

Les mots qu'ils prononça alors étaient bien trop irrévérencieux. Complices, directs, naturels. Elle connaissait des drows qui auraient tué leur esclave pour de telles paroles.

Etrangement, cela l'amusai.

- Et bonne journée. Reste saine et sauve.

Allait-il vraiment parvenir à faire ce qu'elle lui avait demandé ? Shyn'tae se doutait qu'il n'avait aucune experience en la matière, et il était possible que sa maladresse le fasse tuer. Si cela arrivait, il lui faudrait s'excuser auprès de Viconia... Mais après tout, cet humain, même esclave, était libre de son destin. En retirerait-il quelque chose?

Shyn'tae était curieuse et elle savait exactement quoi dire. Juste avant qu'il ne quitte la tente, il entendit sa voix malicieuse et exotique l'appeler une dernière fois.

- Ne vous en faites pas pour moi… Faites attention à vous, Maitre.

Amusée, la sorcière s'habilla rapidement. Elle avait un état major à préparer. Elle se sentait mieux qu'elle ne l'avait été depuis des jours.

***

Si Grayle revint à Shyn'tae lorsque l'après-midi était bien entamé, ce fut pour trouver une tente vide. Ce n'était guère surprenant, compte tenu des habitudes de sa maitresse. La nuit était déjà tombée depuis une bonne heure lorsque la drow écarta la toile de la tente.

Elle était vêtue du très humble uniforme qui était celui d'une aspirante du C'nros, d'une tunique bleue, sa taille fine ceinte de soie rouge. Shyn'tae se glissa souplement à l'intérieur. Il y avait des journées plus faciles que d'autres. Celle-ci en avait fait partie.

Déjà parce que son père était en expedition et n'avait donc pu l'accabler d'insultes et de mesquineries.
Ensuite parce que Krish et Liss'na lui avaient toutes deux apporté de précieux conseils.
Enfin parce qu'elle se demandait ce que l'esclave avait pu apprendre et trouver. La sorcière aimait être surprise.
Même les contrariétés que les soldats avaient mis sur le chemin de sa route, les rumeurs qu'elle avait entendu n'avaient pas été suffisantes pour affecter la qualité de cette journée.

Mais avant toute chose, elle avait faim.

- Grayle, trouve-moi quelque chose à manger."
Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
Grayle Gardair

Nombre de messages : 247
Âge : 28
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeVen 22 Mai 2020 - 7:50

*Elle ne peut pas le faire elle-même ?* se demanda l'esclave, un peu ennuyé.

Il ne l'avait pas attendue très longtemps, et en avait profité pour ranger et nettoyer un peu la tente en son absence. L'odeur tenace de leurs ébats s'était évanouie, un peu, mais restait encore discernable si l'on s'approchait du lit.

Il regarda furtivement la drow. Les habits simples lui allait bien. Grayle avait toujours préféré l'élégance posée et raisonnables aux habits exagérés et faramineusement complexes que portaient certains drows. Il hésita à la complimenter, puis se dit qu'il n'avait rien à gagner à être gentil -à part probablement un petit rire moitié charmé, moitié méprisant- et garda ses pensées pour lui.

- Je vais vous trouver quelque chose.

Il sortit de la tente. Il avait déposé son sac bien en évidence, entre un coffre et un meuble de la tente. Assez proche pour qu'elle puisse voir que Grayle n'était pas revenu les mains vides. Mais assez rangé et à l'étroit pour qu'elle ne puisse pas voir ce qu'il y avait dedans, sauf à fouiller délibérément dedans. Il savait Shyn assez curieuse de nature, et la tenter un peu lui plaisait.

Dehors, la nuit était tombée. Les quelques torches n'étaient que de vagues points de lumières dans les ténèbres nocturnes. Les drows n'avaient aucun mal à s'orienter dans le noir et leurs esclaves avaient plus ou moins adoptés ce trait -de gré ou de force-. Grayle n'eut donc aucun mal à s'orienter dans l'immense campement, où chaque tente se ressemblait.

Une armée ne marche pas le ventre vide, et les drows le savaient très bien. La nourriture et la cantina n'étaient pas très loin du centre, afin de protéger la nourriture de tout raid ennemi. La majorité des cuisiniers étaient esclaves, surveillés par des drows, car il ne fallait pas non plus déconner. L'organisation millimétrée des drows faisait qu'il restait encore quelques esclaves de garde, en train de préparer de la nourriture pour les sentinelles.

C'est donc là bas que Grayle se rendit, saluant poliment les quelques gardes de faction, qui le laissèrent rentrer dans la zone. L'esclave au cheveux gris était souvent affecté aux cuisines. Il était plutôt doué avec, et il faisait partie de cette races extraordinaire d'hommes qui appréciait de faire la vaisselle.

On ne mangeait pas forcément bien chez les drows, mais il y avait toujours des restes. Il suffisait d'être imaginatif. Quelques herbes ici, des fruits pas encore pourris là, un morceau de viande froide de ce côté... allant à droite à gauche, Grayle resta ainsi dehors, éclairé par le feu hésitant des luminaires, concentré et silencieux, comme toujours.

Il savait ce que Shyn aimait, alors il consentit à faire quelques efforts pour lui faire plaisir.

Il revint une petite demi-heure plus tard, une assiette entre les mains.

- Désolé d'avoir tardé. J'espère que ce petit plat achètera mon pardon dit-il avec humilité en déposant l'assiette sur une petite table qu'il avait tiré. En quelques instants, il prépara le couvert pour sa maîtresse.

Devant elle se trouvait une petite pièce de viande bien chaude, encore un peu fumante, saupoudrée de quelques herbes pour rehausser le goût. Et, autour, des morceaux orangeâtres suspects... qui étaient en réalité des morceaux de pommes coupés puis cuites

- Bon appétit dit-il avant de reculer et de revenir à son "point d'attente" habituel dans la tente. Bras croisés derrière le dos, attendant qu'on lui fasse une demande, se content de couver du regard la drow.

(en cours)
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeSam 23 Mai 2020 - 1:40



Shyn'tae avait-elle remarqué l'agacement passager de l'esclave à sa demande? En tout cas un des sourcils de la daedhel s'était levé alors que l'humain disparaissait par l'entrée de la tente.

Grayle était... unique. "Unique" était le meilleur adjectif que la Phor'dur honoraire avait trouvé pour qualifier l'esclave. Il n'y avait rien de pejoratif dans ce terme, mais il était heureux pour lui que l'humain ne se soit pas trouvé avec des Maitres moins compréhensifs.

Un petit sourire se dessina sur le visage de Shyn'tae. Unique n'était pas négatif. Au contraire, cela pouvait avoir son charme. Un esclave cassé pour une maitresse cassée. La drow préférait les chats aux chiens comme animaux de compagnie. Son regard se posa sur le sac qu'il avait posé dans un coin de la pièce.

La curiosité l'étreint. Ses oreilles pointues se tendirent, frémirent, l'une se leva, l'autre abaissée. Elle pourrait regarder... Qu'avait-il bien pu trouver ? Avait-il été capable de trouver quelque chose ? Il y avait à peine une journée, elle aurait pensé que l'humain n'en serait pas capable, mais maintenant elle devait bien reconnaitre n'être plus sûre de rien.

En attendant, elle s'assit devant la grande table en bois massif, de sa sacoche tira un de ses grimoires et approcha un lourd ouvrage de magie dont elle avait marqué une page. L'encrier et la plume posés devant elle, elle commença à tourner les pages à la recherche des informations mystiques qu'elle recherchait.

Ses devoirs étaient accompli, elle pouvait mobiliser un peu d'énergie au plaisir. La drow redressa la tête et se tendit, cambrée, pour bailler un grand coup. Peut-être pouvait-elle commencer par une petite sieste.

***

Ce fut l'odeur de la viande qui la réveilla. Combien de temps avait-elle passé, la tête posée sur le papier, sa chevelure de neige étalée sur le bois, coulant comme une cascade sur le rebord de la table.

Elle se redressa doucement, évoquant un instant un chat ébouriffé, avant que ses yeux ne se focalisent sur le mâle. La sorcière fit un peu de place sur le bureau, et ferma les yeux en humant le plat que l'esclave avait posé devant elle.

Parfait

Un très mauvais esclave, mais il le compensait largement par d'autres qualités. Une fourchette dans sa seule main valide, elle commença à manger avec grand appétit.

- C'est excellent. Bien mieux que le ragoût des soldats de la cantine, Grayle. Attrapant entre ces dents un morceau de viande, elle tira dessus pour en arracher un morceau. Cela manquait de raffinement, mais comment pouvait-elle faire autrement ? Son bras gauche ne possédait pas la force de l'aider à cela.

Lorsqu'elle eut terminé, elle mit l'assiette de coté, et, passant une jambe gracieuse sur l'assise de son siege, se retourna à demi, le menton posé sur le dossier, et l'observa avec grande curiosité. Il fallut de longues secondes avant qu'elle ne commence à parler, un sourire en coin des plus malicieux illuminait son visage félin.

- Je réalise que je ne vous ai jamais demandé d'arrêter. Ma conduite a du être des plus irrespectueuse."

Revenir en haut Aller en bas
Grayle Gardair
Humain
Grayle Gardair

Nombre de messages : 247
Âge : 28
Date d'inscription : 04/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitimeHier à 12:55

La fierté, petite, mais bien présente de voir quelqu'un apprécier le repas que vous avez préparé, étreint le coeur de Grayle, qui se mit à sourire, en faisant bien attention à ce qu'elle ne le voit pas. Il regarda le bras de la drow.

*J'aurais du couper des plus petits morceaux...*

Puis... leur petit jeu de théâtre recommença. Et il se mit à sourire, avant de s'approcher avec lenteur vers elle.

- Il faut un peu de mal pour savourer le bien dit-il en essayant de philosopher. Une vie sans aucun excès n'est pas une bonne vie. Un peu de désobéissance ou d'irrespect ne fait pas de mal...

*Je crois*

La main du jeune homme vint caresser les joues fatiguées de la drow, laissant transparaître l'affection non feinte (et peut-être hors propos lors de ce jeu de rôle) du jeune homme pour la femme. Les doigts remontèrent au sein de ses cheveux, avant de se disposer sur son crâne comme les griffes de la serre d'un oiseau.

- Te voilà pardonnée. Sois sans crainte avec moi.

Doucement, il se mit à masser son cuir chevelu et il s'amusa des réactions de la drow, qui était bien incapable de cacher son appréciation de ce massage impromptu. Son autre main puissante se posa sur le dossier de la chaise, et il la tira sur le sol, apparemment guère gêné par le poids de l'individu dessus. Il se retrouva penché derrière elle, chuchotant à son oreille, avant de se lancer et de lécher cette dernière tendrement.

- Mais tu n'es pas du genre à te satisfaire d'être généreusement pardonnée n'est-ce pas ?

*Par les dieux Grayle tu dit vraiment des bêtises*

Les mains de l'homme devenaient de plus en plus baladeuses, se frayant un chemin sous la tunique légère de la drow, dont les seins se retrouvèrent bien vite assaillis. Coincée entre la chaise et le poids de l'homme derrière elle, Shyn'Tae était prisonnière.

*Allez, lance toi Grayle. Ca passe ou ca casse*


- Mais je pense que tu va m'être utile ce soir...

Lentement, la drow pu sentir son maître-esclave s'écarter, avant de la soulever de sa chaise, avec des gestes tout aussi précautionneux, comme si l'humain craignait de la casser. Il s'assit sur le bureau, avant de l'entraîner contre lui. Elle se retrouvait elle aussi assise, devant et dos à lui, se retrouvant encore enlacée par le corps brûlant de l'homme, malgré les vêtements les séparants.

- J'ai eu une rude journée. J'ai pu voir, mais pas toucher...


Elle sentait bon, la cire, le papier et l'encre. Pas de rire, ni de baffe. Allez Grayle. Continue.

- C'était très frustrant. Heureusement, que tu es là

Ses mains descendirent le long du corps fin de la drow, avant qu'il ne la repousse, la faisant se remettre debout. Il la repoussa du bout des pieds, d'une petite impulsion sur ses fesses.

- Va t'accroupir sur le lit et attend y moi. Reste habillée, mais enlève ton bas.

Il eut un moment de silence, avant de reprendre. Un moment de folie, d'outrecuidance, d'arrogance peut-être.

- Dorénavant, je ne veux plus que tu en porte quand nous sommes ici.

Et, alors qu'elle s'approchait du lit, il vint se saisir du sac. Son cœur battait à tout rompre. Le fait qu'il était probablement le plus stressé des deux était sans doute ce qui était le plus ridicule ici. Elle pouvait arrêter leur jeu à tout moment, et même mettre fin à sa vie.

Il tira un harnais, un bandeau et des cordes, regardant les objets avec un mélange de respect et de... dégoût. Avant de prendre son inspiration, et d'aller la rejoindre, alors qu'elle était face contre le lit, fesses relevées. Il se demandait ce qui passait dans cette petite tête.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




50 nuances plus sombres de [Grayle] Empty
MessageSujet: Re: 50 nuances plus sombres de [Grayle]   50 nuances plus sombres de [Grayle] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
50 nuances plus sombres de [Grayle]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ITHRI'VAAN :: Sol'Dorn-
Sauter vers: