Le Deal du moment : -35%
Promo sur les baskets Nike Air Max 200 – ...
Voir le deal
81 €

 

 Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]

Aller en bas 
AuteurMessage
Haldren Alm'mirroanwë
Ancien
Ancien
Haldren Alm'mirroanwë

Nombre de messages : 1193
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeMer 18 Mar 2020 - 16:23


Barkios 17-XI

Elda...

Les tréfonds...

Le haut temple de la déesse...

Peu de lieux possèdent un accès plus restreint que la Chambre Magmatique et les trésors qu'elle contient. Peu de drows y ont jamais mis les pieds, sans même parler des autres races dont les rares spécimens à le visiter vinrent surtout pour y être sacrifiés à la plus grande gloire d'Uriz. L'intrus qui se faufilait à l'ombre des massifs piliers n'aurait jamais du s'y trouver, n'aurait même jamais du pouvoir en approcher. Mais les Dieux eux-mêmes savaient qu'il n'était pas du genre à se laisser arrêter par de telles contraintes et peu de drows connaissaient depuis aussi longtemps que lui les accès de ce lieu ; ni d'ailleurs les différentes façons de pénétrer dans le sanctuaire sacré de l'Elda.

Depuis quand n'avait-il pas foulé les dalles de ce lieu voué au culte de Teiweon, la sévère déesse qui jugeait les drows après leur mort, les condamnant aux glorieuses félicités ou aux tourments éternels ? Guère plus d'une dizaine d'années en réalité mais cela lui paraissait un siècle tant son chemin était devenu tortueux et sidérant depuis son dernier passage. Ironie du destin, il revenait en ces lieux spécialement pour la personne qui était la cause de son exil loin de sa terre natale. Autrefois l'un des maîtres du Puy, il devait se faufiler comme un voleur pour éviter d'être reconnu et traqué comme l'un des pires hérétiques de l'histoire. Si Teiweon avait réellement l'esprit aussi vif que le prétendait ses prêtres, elle devait également trouver la situation des plus amusantes.

Fort heureusement le temple de la Dame des Ombres était suffisamment sombre pour lui donner de nombreuses cachettes lorsque passait un des rares prêtres assurant le service de nuit, et les cours d'eau qui le parcouraient camouflaient efficacement le bruit de ses pas. Contrairement aux zones militaires, les édifices religieux n'étaient pas sous haute surveillance puisque les fidèles devaient pouvoir y faire leurs dévotions et qu'un vol y paraissait rigoureusement impensable sous peine de subir les foudres divines. Tout en faisant une pause derrière un pilier tandis que l'un des gardes voilés passait en silence dans la nef, l'intrus observa une statue de la déesse en se demandant ce qu'elle allait penser de lui après cette nuit. Le haïrait-elle encore plus qu'avant ? Ou bien serait-elle amusée de sa surprenante audace qui la tirerait de son éternelle lassitude ? Connaissant l'inconstance des divins, les deux réponses risquaient de s'avérer correctes.

Quittant le refuge de son pilier, l'intrus se glissa discrètement dans la crypte du temple, se collant aux parois et l'oreille aux aguets. "Elle" devait être là. Ses contacts lui avaient clairement indiqué qu'après avoir retiré le cœur pour le brûler, le reste du corps avait été placé dans une stase magique visant à empêcher la putréfaction et à permettre de le conserver en cas de cérémonie. Après tout, malgré sa fin "Elle" avait été le vecteur terrestre d'une entité à laquelle aucun drow ne pouvait penser sans ressentir la peur lui mordre les entrailles. Tout hérétique qu'il soit, l'ombre ressentait lui aussi cette peur et cela l'incita à presser le pas pour la retrouver aussi vite que possible et ficher le camp loin de ce lieu d’ultime malveillance.

La crypte réservée aux personnalités de premier plan de l'Elda n'était pas très grande. En longueur, elle se composait de multiples sarcophages engoncés dans de petites niches à même la roche, tandis qu'au milieu diverses tables et instruments permettaient d'effectuer les processus d'embaumements lorsque cela était demandé. Sans s'intéresser au matériel, l'intrus commença à lire les noms indiqués sur les différents sarcophages jusqu'à trouver celui qui l'intéressait. Il savait qu'il aurait du se sentir humble au milieu des corps de tant d'illustres personnages, mais honnêtement il s'en foutait royalement. Pour avoir lui-même été l'un d'eux, il savait mieux que quiconque à quel point le pouvoir au Puy s'avérait fragile, et à quelle vitesse le destin peut vous faire choir de votre piédestal jusqu'aux plus profondes abysses.

Avec une petite exclamation de succès, l'intrus repéra enfin le nom convoité qui justifiait sa présence cette nuit-là. Marmonnant quelques paroles à voix basse, il tendit la main et comme en réaction le lourd sarcophage se mit à bouger dans son logement. Dans un raclement sourd de la pierre sur la pierre, il sortit de la niche dans laquelle il se trouvait et glissa lentement jusqu'au sol de la pièce. Sans perdre une seconde, l'intrus fit sauter les scellés portant la marque de Teiweon et rabattit le couvercle avant de contempler le beau visage serein de celle qu'il avait tant haï à défaut de pouvoir l'aimer.


Ma chère Krish, comme on se retrouve.
Revenir en haut Aller en bas
Na'ri Yisfi
Drow
Na'ri Yisfi

Nombre de messages : 260
Âge : 36
Date d'inscription : 26/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  648 ans
Niveau Magique : Maître.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeDim 22 Mar 2020 - 21:14


Et voilà. Elles étaient là, toutes les deux. Là, dans ce lieux sombre et humide. Là, si proche et si loin du temple de Teiweon. Elles ne se parlaient pas, ou plus. Elles avaient déjà tout dit. Elles s'étaient déjà mises d'accord.

Tout était allé plus vite depuis… depuis la mort de la Reine.
Le surlendemain, Na'ri c'était présentée au C'nros comme d'habitude pour soigner Shyn'taë. Et comme d'habitude, seules à seules, elles avaient discuté. Longtemps. Plus longtemps que d'habitude. Et elles s'étaient découvertes une préoccupation commune : le devenir du corps de Krish Al'Serath.

Krish… Elle avait été une Reine, un avatar du Père, une forgeronne et juste avant que le voile de la Gardienne ne tombe, elle avait été aussi une… hérétique ?!
Dans un premier temps, la prêtresse avait douté. Mais les oreilles de la plus jeune était presque autant affuté que l'esprit auxquelles elles étaient reliées. C'était le témoignage de l'assassin et pas celui de la vendeuse de poison agrémenté des commentaires de Dame Mi'Schou.

Depuis, elles avaient fait vite. Il le fallait. Elles devaient devancer les décisions que les trois nouveaux Triumvirs prendraient. Quelle que cette décision soit, ni Shyn'tae ni Na'ri ne croyaient qu'elle serait à la hauteur de celle qu'avait été jusqu'au bout Krish Al'Serat.

Elles avaient pris le temps d'élaborer un plan. Un plan faisant appel à une brouette. C'était donc un bon plan. Elles avaient laissé derrière elles au temple de Kiran les chaperons de Shyn'tae. Ils avaient l'habitude que les séances de la prêtresse avec leur charge durent quelques heures. D'ici là ils profitaient des services de deux esclaves masseurs, de thé et de petits gâteaux. Escorter l'aspirante de L'Renor au temple de Kiran n'était définitivement pas la corvée la plus difficile que le C'nros pouvait confier à ses membres.

Et ainsi, en cette heure où dehors le soleil était couché, pendant que les prêtres de Teiweon devaient se réunir en prière dans la grande salle, deux esclaves du culte s'avançaient dans les cryptes jusqu'au caveau sculpté qui abritait la dépouille de l'ancienne reine.

Devaient?

Oui, car il y avait un retardataire qui se hâtait dans ce couloir froid, sec et obscur. Les deux petites femmes s'écartèrent aussitôt de son passage, baissant la tête avec humilité. Seul le pas pressé du prêtre résonna un moment contre la pierre volcanique. Il passa en coup de vent à coté d'elles, soulevant de longues mèches de cheveux sans même leur adresser un regard.

Parfait.

Elles relevèrent la tête à l'unisson et levèrent chacune un pied d'ébène pour reprendre leur marche.

- Attendez, vous deux."

Shu

Elles s'immobilisèrent, et entreprirent de se retourner vers le prêtre de la gardienne.

Le grondement de la pierre glissant contre la pierre retentit dans le silence, non loin. "Qu'est ce que.. Venez avec moi." Le drow se hâta dans la direction du bruit. Ils l'avaient tous entendu et il ne pouvait signifier qu'une seule chose.

Dans la pièce, un drow solitaire était penché sur le sarcophage ouvert de la reine. Comment avait-il pu le déplacer seul si ce n'était par la magie? Le prêtre franchit en premier l'encadrure de la porte. Derrière lui, la plus jeune des deux esclave fronça les sourcil. Elle connaissait tous les praticiens de la dynamique, et celui là ne pouvait pas être Valsrik. Il y avait une autre possibilité… Était-ce possible?

- VOUS N'AVEZ RI…." Le prêtre fut interrompu dans son exclamation lorsque le coté de la main de l'autre esclave frappa sa nuque avec précision pour lui faire rejoindre un sommeil sans rêve. Sa comparse l'attrapa avant qu'il ne tombe au sol pour l'y déposer avec délicatesse sans quitter le sombre du regard.

- Archimage Haldren? souffla-t-elle finalement, sur la défensive. "Que voulez-vous faire d'elle?" Sa main droite glissa souplement dans sa robe de soie noire.
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Alm'mirroanwë
Ancien
Ancien
Haldren Alm'mirroanwë

Nombre de messages : 1193
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeMer 25 Mar 2020 - 14:45


Trop concentré sur le délicat visage de la morte qui éveillait en lui maints souvenirs doux-amers, Haldren n'entendit pas approcher les trois intrus... si toutefois nous pouvons considérer le prêtre comme un intrus puisqu'il se trouve après tout dans le temple de sa déesse. Ce fut son exclamation de surprise coupée par une frappe efficace en pleine nuque qui tira l'archimage de son apathie tout en lui arrachant un juron de mécontentement. Quel imbécile il faisait de se laisser ainsi aller à la rêverie au beau milieu de ses ennemis ! Se redressant d'un bond sans même chercher à comprendre pourquoi les nouveaux-venus se frappaient entre eux (depuis sa rencontre avec Cécilie de Missède, le tir allié ne choquait plus l'archimage), il brandit dans leur direction une main au creux de laquelle apparut une sphère noirâtre de mauvais augure.

Mais ce fut d'être interpellé par son propre nom qui stoppa son geste, tant cela se révélait inattendu.


Je vous connais ?

Deux esclaves en apparence, mais ni leur ton ni leur allure ne correspondait à la basse servilité des serviteurs du temple. Et celle qui avait glissé sa main dans sa robe y cherchait probablement une dague de lancer ou tout autre objet de ce type, bref ces deux inconnues paraissaient être tout autant en intrusion que lui-même. D'ailleurs leurs visages éveillaient quelques souvenirs parmi la mémoire délabrée de l'archimage où cohabitaient tant de souvenirs que le flot en débordait régulièrement. Pourtant deux noms en ressortirent, s'extrayant péniblement d'un fatras millénaire pour venir maladroitement se reconstituer sur les lèvres fines de l'ancien Triumvir.

Vos visages... oui je vous connais... Nira'Ya et Shan'tira ? Un truc comme ça ?

Lentement Haldren s'éloigna du cercueil de la défunte reine, sans jamais baisser son bras armé. Le prêtre qui gisait au sol indiquait clairement que les deux fausses esclaves ne se trouvait pas en ce lieu avec la bénédiction de Teiweon, mais que fichaient-elles donc dans un lieu aussi dangereux que la chambre magmatique ? Une partie de la réponse fut donnée par la question posée... que voulez-vous faire du corps de Krish... ainsi donc elles se trouvaient en ces lieux pour la même raison que lui, ironie du facétieux destin qu'ils se retrouvent ainsi dans cette crypte au même moment. Peu importait au fond pourquoi Shyn'tae et Na'ri comptaient récupérer le cadavre, probablement espéraient-elles s'en servir comme signe de ralliement pour préparer une énième révolution de palais dont l'Elda raffolait tant. A moins qu'elles ne souhaitent étudier le cadavre d'un Avatar, essayer d'y trouver une parcelle de la Flamme Divine.

Lui offrir une sépulture décente, loin d'ici. Et je ne vous laisserai pas m'en empêcher. Désolé, rien de personnel mais le corps de Krish ne servira ni de jouet à des nécromants ni de porte-étendard à des fanatiques servant une divinité maléfique.

La sphère dans la paume de l'archimage se gonfla et des éclairs violets apparut à sa surface alors qu'il visait Shyn'tae, l'estimant la plus dangereuse des deux. Il lui fallait en finir vite avant que l'absence du prêtre ne soit remarquée.
Revenir en haut Aller en bas
Na'ri Yisfi
Drow
Na'ri Yisfi

Nombre de messages : 260
Âge : 36
Date d'inscription : 26/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  648 ans
Niveau Magique : Maître.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeVen 3 Avr 2020 - 2:22



Dans la main de l'archimage, la boule de ténèbres grandissait à vue d'œil. Les éclairs qui la zébraient étaient fascinants.

- Attends ! Attends nous aussi ! " dire les deux sombres en chœur.

Dans un claquement, l'orbe de ténèbres dévorantes se dilata d'un seul coup, les consumant. Shyn'tae avait à peine eu le temps de dégainer son petit couteau, si insignifiant.

Le monde était devenu noir.
Noir comme la suie.
Noir comme l'antre d'un volcan.
Noir comme la plus sombre des nuits sans lunes.

Autour d'elles, il n'y avait que le néant.

Autour d'elle, il n'y avait que du noir. La prêtresse était assise. Elle avait chaud. Elle avait froid. Et les ténèbres l'entouraient.

Les yeux écarquillés, elle finissait par distinguer des formes opaques. Un mur. Une chaise. Une tête de lit. Son lit. Son bureau. Sa cellule.
Petit à petit, la prêtresse reconnaissait le mobilier familier. Elle porta sa main sur sa poitrine. Son cœur battait la chamade, elle était vivante. Le sommeil l'avait quitté et pourtant son rêve étrange était encore là.

Ancré.

***

Et voilà. Elles étaient là, toutes les deux. Là, dans ce lieux sombre et humide. Là, si proche et si loin du temple de Teiweon. Elles ne se parlaient pas, ou plus. Elles avaient déjà tout dit. Elles s'étaient déjà mises d'accord.
 
Tout était allé plus vite depuis… depuis la mort de la Reine.
Le surlendemain, Na'ri c'était présentée au C'nros comme d'habitude pour soigner Shyn'taë. Et comme d'habitude, seules à seules, elles avaient discuté. Longtemps. Plus longtemps que d'habitude. Et elles s'étaient découvertes une préoccupation commune : le devenir de Krish Al'Serath.
 
La Reine avait laissé à la jeune aspirante du C'nros une impression dont elle ne parvenait toujours pas à se défaire.  Les espoirs, les plans, les projections que son ainée avait su semer, faire éclore puis grandir en elle refusaient de mourir avec leur créatrice. Shyn'tae se sentait prisonnière de Krish Al'serat.

Dans un premier temps, la prêtresse avait douté des dernières paroles, cela lui avait semblé tellement improbable dans la bouche de la Flamme d'Uriz. Mais les oreilles de la plus jeune était presque autant affuté que l'esprit auxquelles elles étaient reliées. C'était le témoignage de l'assassin et pas celui de la vendeuse de poison agrémenté des commentaires de Dame Mi'Schou.
 
Depuis, elles avaient fait vite. Il le fallait. Elles devaient devancer les décisions que les trois nouveaux Triumvirs prendraient. Quelle que soit cette décision, ni Shyn'tae ni Na'ri ne croyaient qu'elle serait à la hauteur de celle qu'avait été jusqu'au bout Krish Al'Serat.
 
Elles avaient pris le temps d'élaborer un plan. Un plan faisant appel à une brouette. C'était donc un bon plan. Elles avaient laissé derrière elles au temple de Kiran les chaperons de Shyn'tae. Ils avaient l'habitude que les séances de la prêtresse avec leur charge durent quelques heures. D'ici là ils profitaient des services de deux esclaves masseurs, de thé et de petits gâteaux. Escorter l'aspirante de L'Renor au temple de Kiran n'était définitivement pas la corvée la plus difficile que le C'nros pouvait confier à ses membres.
 
Et ainsi, en cette heure où dehors le soleil était couché, pendant que les prêtres de Teiweon devaient se réunir en prière dans la grande salle, deux esclaves du culte s'avançaient dans les cryptes qui abritaient la dépouille de l'ancienne reine.

" Shyn'taë… J'ai un mauvais présentiment." chuchota la première.
- On ne va pas se faire arrêter par un pressentiment… Ne perdons pas de temps. Na'ri avait déjà vu la jeune drow arborer ce regard décidé auparavant. Elle n'était pas certaine que quiconque aurait pu arrêter sa partenaire à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeVen 3 Avr 2020 - 2:23



Elles marchaient d'un pas rapide, leurs pieds nus frappaient en rythme la pierre ici bien plus froide que dans le reste de la chambre magmatique. Les prêtres de Teiweon œuvraient chaque jour pour maintenir les cryptes sèches et fraiches pour aider à la conservation des corps.

Elles approchaient de l'alcôve où reposait LE corps. Pendant que Na'ri continua sans s'arrêter pour écarter les voiles et entrer dans la pièce, sa camarade se retourna brièvement, sa longue chevelure d'argent dansa glorieusement autour d'elle. Personne ne les suivait.

L'instant d'après, elle disparaissait à son tour dans la chambre dans laquelle le corps de la reine reposait.

Shyn'tae s'arrêta juste après avoir franchit le sol.

Krish semblait dormir, comme apaisée après des siècles de lutte.

J'espère qu'il t'a récompensé malgré tout. Elle t'a résisté comme toi tu as toujours résisté. A ta place, en aurais-je eu le courage? Tu auras défié jusqu'aux dieux… Et tu m'as fait confiance…

Shyn'tae l'admirait tant. Son cœur était comme pris dans un étau. Elle connaissait si bien cette sensation douloureuse, angoissante. Pourquoi? Elle la connaissait pourtant si mal. Elle la connaissait pourtant si peu. Pourquoi?

Ses mains se serrèrent, la gauche tremblante. C'était injuste. Shyn'tae ne mourrait pas. Krish comme Viconia n'étaient plus. Une larme coula sur la joue de l'aspirante. Une autre suivit.

Un barrage se rompit.

Ce n'était pas le moment. Na'ri posa délicatement une main sur l'épaule frêle de sa puînée sans dire un mot.

- Allons-y. Inexpressive, Shyn'tae parcouru la pièce, le regard posé sur le sol. Il ne lui fallut pas longtemps pour trouver ce qu'elle cherchait. La grille d'évacuation des eaux était bien là où elle s'attendait à la trouver. Sa main droite s'empara d'un barreau, qu'elle tira. Sans grande surprise, la grille était scellée par un verrou.

La sombre magicienne fouilla dans sa robe aux couleurs de Teiweon pour en tirer entre deux doigts une petite tige métallique gravée d'arabesques et de tracés dont les lignes subtiles se croisaient encore et encore. Elle l'inséra délicatement dans la serrure du verrou.

Elle tendit les bras, se hissa sur la pointe des pieds, et commença à danser. Son focalisateur lui donnait si peu de puissance… Mais ne suffisait-il pas d'un levier pour soulever le monde? Comme animée par un fantôme, la tige vibra légèrement. Shyn'tae ferma les yeux, et se concentra entièrement sur les motifs.

Pendant ce temps, sur la peau froide et sombre les doigts de la prêtresse de Kiran s'animèrent. Elle voulait s'assurer que le corps ne se déliterait pas durant le trajet, ni n'était trop rigide.

Rompant le silence, un cliquetis métallique résonna dans la crypte. La danse de la magicienne ralentit, puis elle s'immobilisa, ses pupilles dilatées qui emplissaient ses yeux rougis mirent quelques secondes à se focaliser sur Na'ri. Lorsqu'elle tira la grille, cette dernière s'ouvrit.

Shyn'tae sourit. C'était presque trop facile.

Sans un mot, la prêtresse lui indiqua d'un regard les jambes de la reine. Elles savaient toutes deux exactement ce qu'elles avaient à faire.

Retenue dans un drap blanc, Shyn'tae et Na'ri soulevèrent la dépouille mortelle de celle qui aux yeux de la jeune Eldéenne serait pour toujours La Flamme d'Uriz.
Revenir en haut Aller en bas
Driz'na
Drow
Driz'na

Nombre de messages : 120
Âge : 28
Date d'inscription : 13/01/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeSam 4 Avr 2020 - 22:36

(Musique)


Partir, loin d'ici. Quitter l'un des lieux les plus gardés du Puy en essayant de ne pas se faire remarquer ou tout du moins le moins possible. L'ennui et les jeux qui nous ont habités depuis notre arrivée sont désormais une partie de nos armes puisqu'ils nous permettent de connaître quelques passages secrets. Couloirs réservés aux esclaves et serviteurs, fenêtres, toits... tout est bon pour éviter de se retrouver face à de potentiels ennemis - qui n'est pas un ennemi dans notre situation ? - et quitter ce palais de malheur au plus vite. On avance, on recule, on court, s'arrête... Quand on peut on fait en sorte que les morts ne soient pas trop visibles mais de toute manière dans quelques heures ils empesteront et nous serons assurément poursuivis. A partir du moment où Elghinn avait tué quelqu'un, même dans ce passage secret, le temps nous était comptés.

Le temps est notre ennemi. L'apprentissage de mon père et l'instinct de survie d'Elghinn sont nos alliés. Pas trop loin du haut-temple de Teiweon nous arrivons à trouver une grille menant dans les tunnels d'évacuation des eaux, aussi je m'applique à la crocheter pour qu'on puisse passer par là. Elghinn avait raison, il ne valait vraiment mieux pas que je joue à l'innocente auprès d'un prêtre... parfois mon amour pour mes proches me fait vraiment avoir des pensées suicidaires ! D'ailleurs ça me rappelle la plus belle gifle que je me suis jamais prise de mon enfance... pour avoir voulu aider ma mère dans une mission hautement risquée visant à faire tomber une haute tête pensante du Puy et ce alors que j'avais un bras cassé... mais j'étais si idiote que ça avant le Clor d'Dormagyn ?! Visiblement oui. Bon. Autant arrêter d'y penser. Là, je ne suis plus un boulet que les adultes auraient dû laisser derrière eux. Mais j'ai quand même de sottes idées, il faut dire ce qui est...

Spoiler:
 

Bref, le verrou est déverrouillé, Elghinn a soulevé la grille et c'est parti pour les profondeurs aux odeurs infectes. Je file un carnet et un crayon à Elghinn pour qu'il note au fur et à mesure de notre avancée les couloirs que l'on emprunte. Pas que je n'ai pas confiance en mes capacités de mémorisation mais sur le retour, si jamais je n'en suis pas, il vaut mieux que mon grand petit frère puisse partir tout seul. Qu'il râle s'il veut mais ouvrant la marche, il vaut mieux que j'ai une dague à la main et toute ma concentration portée sur ce qui s'ouvre à nous plutôt qu'un carnet. Et clairement, à mon sens Elghinn n'a pas une mémoire suffisante pour reprendre exactement le même chemin qu'à l'aller en courant ou en se battant. Et je ne veux pas qu'il meure bêtement dans ces tunnels nauséabonds, de ma faute en plus. Enfin... avec toute la meilleure volonté que je peux avoir, si lui y met la plus mauvaise qui soit, surtout en menaçant de balancer mon carnet par terre, je ne peux rien faire de plus pour lui. Donc je range rapidement ces deux pauvres affaires avant de passer en premier, l'air dépité.

Merci papa, on aura réussi à prendre un chemin relativement direct pour le haut-temple. Plus qu'à monter la corde de soie gris-argenté descendant jusqu'à nous. Un regard vers Elghinn pour se mettre d'accord mais il m'arrête et ce avec raison. Notre échange ne sont que murmures à l'oreille de l'autre.

"On n'est pas seuls.
- Le cadenas est toujours en place, tu préfères t'en occuper ?
- Passe, mais reste prudente et regarde avant d'ouvrir."


Je monte donc la première après avoir vérifié que mes gants tenaient bien et que la capuche cachait le haut de ma tête. Ca peut paraître bête mais si jamais quelqu'un venait à regarder par la grille à se moment là, il remarquerait moins du noir dans un tunnel noir que des cheveux blancs. Mes outils de crochetage facilement à portée de main j'entreprends la montée, n'entendant pas du fait du bruit de l'eau le cliquetis d'une serrure s'ouvrant en haut. Par contre, arrivée au moins à la moitié de la corde je perçois le bruit de la grille s'ouvrant juste au-dessus de ma tête. Le souffle se coupant instantanément je baisse la tête et fais bouger le moins possible la corde en priant tous les dieux pour passer suffisamment inaperçue et qu'on ne me jette pas une carcasse hideuse sur la tête. Je prie. Sincèrement, là je prie comme jamais - ou presque. Je me dis que je n'aurais jamais dû laisser mon coeur parler ou avoir trop de considération pour celle qui fut ma mère. J'attends. Rien. Je relève la tête et me concentre sur le peu que j'entends venant d'en haut. Visiblement je n'ai pas été remarquée... Je fais quoi maintenant, on descend et on court ? Ou bien ce n'est pas normal que des prêtres ouvrent cette grille et je monte le plus rapidement possible, quitte à tomber dans un traquenard ? Bon... allez, je monte. Advienne que pourra !

Bons dieux ! A peine la tête sortie du trou pour un rapide repérage que je vois deux femmes poser un corps dans un drap blanc. Maman. Je crois que je ne peux pas m'empêcher de murmurer quelques mots à cette vision. Mais ce détail, je n'arrive pas à m'en souvenir. La rage m'envahit. J'ai envie de hurler qu'elles ne touchent pas à son corps. Mais pas un mot n'échappe de mes lèvres. Au lieu de quoi, alors que les deux femmes retournent leur attention sur le lieu où elles comptent faire passer le corps de feu leur reine, je prends pied sur le sol et saute vers la première tout en dégainant ma dague, les outils de crochetage tombant en même temps sur le sol en un cliquetis.
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeDim 5 Avr 2020 - 16:44



Krish était si lourde. Pourquoi les gens, vivants ou morts d'ailleurs, étaient-ils si pesants, comme s'ils portaient toute leur vie avec eux? L'extrémité du drap blanc enroulé autour de sa main droite, Shyn'tae progressait prudemment en marche arrière vers la trappe, pas après pas. L'imposante crinière qu'elle portait masquait une partie de son visage, sa démarche penchée vers la gauche alors qu'elle tentait d'équilibrer sa charge.

Un cliquetis métallique résonna juste derriere elle et ses oreilles s'orientèrent dans la direction du bruit... Un frisson la parcouru, il y avait Qu'est ce que...

Sa tête suivi un instant après, sans qu'elle ne lâche sa charge. Juste à temps pour distinguer les yeux emplis de colère de la furie qui se jetait sur elle, et surtout l'éclat de l'acier dans sa main.

Trop prêt, trop vite. Comment était-ce possible?

Félicitation, tu as l'occasion de mourir poignardée par une gamine alors que tu tentes de piquer le corps d'une reine. Était-ce vraiment le moment de se laisser aller au sarcasme?

Impossible de se mettre en dehors du chemin de l'acier. Shyn'tae se retourna subitement sans pouvoir lâcher le drap dans lequel sa main était empêtrée. Un pas de coté, Driz'na vit la drow placer son bras gauche entre le couteau et son torse. La lame coupa dans l'étoffe de sa robe, et, si Shyn'tae jugeait l'impact, s'enfonça dans les chairs sans provoquer plus qu'une sensation d'irritation étouffée. Avec un peu de chance, rien d'important n'avait été coupé et elle ne se viderait pas de son sang. Pour l'instant, elle devait parer au plus pressé.

La jambe nue de la magicienne frappa alors celle de Driz'na, dans l'espoir qu'entrainée par son élan, elle s'étale au sol.

C'était une gamine. Son agresseurs était une gamine, sortie d'une bouche d'évacuation qu'elle venait elle-même d'ouvrir. En dehors du coté totalement improbable de la situation, il n'y avait qu'une seule conclusion possible:

Elle n'avait rien à faire là, elle non plus.

- Attend... Arrête! La drow  chuchotait, la mâchoire serrée, l'urgence perceptible dans sa voix. Une tâche brune dont elle semblait n'avoir rien à faire grandissait lentement sur sa tenue d'esclave, son regard allait de l'enfant à la grille ouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Elghinn
Drow
Elghinn

Nombre de messages : 11
Âge : 37
Date d'inscription : 05/04/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 8ans - 1m85
Niveau Magique : Non-Initié.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeMar 7 Avr 2020 - 22:11


Pas à pas, le jeune homme montait le long de la paroi. Arrivé en haut, et après avoir passé un bref regard pour s'apercevoir que sa sœur s'élançait vers deux autres ombres, il s'appuya des deux bras sur le rebord pour y sauter à pieds joints, bas sur ses appuis.

Son couteau de chasse toujours à la main, le regard éteint, il prit une impulsion pour s'élancer à la suite de la frêle jeune fille. Son corps grand et ciselé la surplombait en une étrange ombre blanche vêtue de cuir brun. Un pas. Ses yeux, loin de s'attarder sur les traits des deux femmes présentes estimaient les distances et les vitesses. Un pas. Encore un et le manche de son coutelas s'abattrait sur le flanc de sa sœur avant que son autre poing ne lui coupe la respiration en lui enfonçant le diaphragme. La femme qui tenait le drap d'une main se pencha pour armer son coup. Le tissus bailla.

Une peau encore noire.

Des paupières closes.

Un nez droit et trop prononcé dans un visage mal équilibré.

Les cheveux blancs.

Les points de couture.

Le cercle d'encre.

Droite.

Raide comme ne peut l'être que la plus froide des pierres.

...

La botte de gros cuir se posa sur le sol de pierre dans la course du jeune homme. Une grande chaleur lui enserra le crâne. Un trou béant dans la poitrine. Au lieu de donner une nouvelle impulsion, son genoux soutint à peine son poids. Un froid mordant jusqu'à la moelle des os. Il déglutit.

Quelle étrange sensation...

Avoir froid et chaud. Ne plus savoir différencier le haut du bas, le jour de la nuit. Tien, il ne voyait plus. Depuis quand ? Pourtant il avait les yeux ouverts et aucune magie n'était à l’œuvre. Les quelques sons qui lui parvenaient étaient loiiiiiin. Où était-il ? Les réflexions logiques se tenaient trop loin, il n'arrivait pas à penser. Et il avait chaud. Si froid.

Les points palpitants de lumière et d'ombre qui lui obscurcissaient la vue s'écartèrent légèrement. Des pieds... Il était sur le sol. Froid. Humide. La tête lui tournait, une légère nausée lui montait au bord des lèvres, mais il reprenait doucement ses sens...

Le visage noir aux traits figés.

Tout l'intérieur de son corps se révulsa. Une décharge traversa son dos, le jetant à genoux sans qu'il ne parvienne à savoir comment il s'était redresser. Les yeux fixant le sol et la respiration haletante, les images dans son crâne se mêlaient de plus en plus vite. Il tenta de se relever, mais sa respiration continuait d'accélérer. Fébrile. Incontrôlée. Appuyé de l'épaule contre le mur, la main qui ne tenait pas son couteau se serra sur sa propre gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Na'ri Yisfi
Drow
Na'ri Yisfi

Nombre de messages : 260
Âge : 36
Date d'inscription : 26/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  648 ans
Niveau Magique : Maître.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeDim 26 Avr 2020 - 20:02



Touchée. Mais pas assez, pas au bon endroit. Elle lâche prise, c'est déjà ça. Pas assez mais déjà ça. Driz'na sentit un coup à sa jambe et perdit l'équilibre. Elle tomba, sentit sa dague se déplanter de la chair et se réceptionna en une roulade sur le sol froid. Elle eut peur une courte seconde car dans ce laps de temps elle était facilement atteignable. Et pourtant…

Dans les bras de l'esclave, reposait celle qui avait été la reine. Dans le bras de l'autre esclave, une dague s'était plantée. Elles n'étaient pas seules, plus seules. Une petite, armée et un jeune qui tournait de l'oeil. Tandis que le sang de Shyn'tae s'écoulait, Na'ri posa le corps inanimé. Lentement, elle leva les mains pour montrer qu'elle était désarmée. Pendant ce temps, Shyn'tae luttait pour se débarrasser sa main droite du drap dans laquelle elle était empêtrée. Mais comment s'y était-elle pris? L'impression d'être ridicule commençait à se diffuser comme un gros chat dans son esprit.

" Petite, laisse moi aller voir ce jeune drow. Il ne se sent pas bien et à du sang sur son visage. Je ne lui veux aucun mal. Ni à feu Al'Serath. Au contraire. " La voix de l'eldéenne était douce, posée et presque chuchotée.

La médecin regardait la petite. Elle lui donnait la sensation d'être un chaton ébouriffé mais avec des griffes trop bien acérées pour les ignorées. Le jeune eldéens était aussi armé. Ce n'était pas une arme de guerre, mais toute lame bien utilisée pouvait être létale.
- C'est pas elle qui vient de se prendre un coup de couteau... Marmona sa comparse, qui, elle, avait finalement réussi à reprendre le contrôle de son bras droit. Souple sur ses jambes, elle s'était mise en garde, et un couteau de cuisine s'était retrouvé dans la main. Ses yeux carmins suivaient les moindres gestes de Driz'na avec méfiance. "Range ton arme, si on reste trop longtemps ici, on va se faire attraper..." Il était clair que c'était une issue que cette drôle d'esclave ne souhaitait pas. Il était facile de comprendre pourquoi d'ailleurs. Personne ne voulait se faire prendre en train d'escamoter le corps d'une reine d'Elda.

Leurs réactions étaient étranges. Driz'na, une colère brûlante embrasant son ventre, avait envie de leur répondre avec force. Mais les deux femmes étaient déstabilisantes... et surtout elle se devait de faire le moins de bruit possible. Aussi empêcha-t-elle cette boule de colère de remonter jusqu'à ses lèvres, se contentant de faire attention à chaque geste des deux étrangères. Malgré ses mains levées pour signaler qu'elle ne portait pas d'arme, l'adolescente fit un pas rapide pour se positionner entre la seconde femme et Elghinn. Ce dernier n'avait l'air vraiment pas bien... on lui avait jeté un sort ou quoi ? Et elle la pensait bête à ce point-là ? Comme s'il y avait besoin d'arme d'acier pour faire mal à quelqu'un ! Manquerait plus qu'elle soit une mage, sorcière ou autre... et proche de son frère il lui serait très facile de le prendre en otage. Quitte à devoir choisir, l'enfant préférait protéger l'être cher qui était encore vivant plutôt que celle qui avait déjà rejoint Teiweon. Reconnaissant tout de même l'urgence de la situation, elle se mordit les lèvres puis chuchota, d'un ton ferme.

"Pourquoi prenez-vous son corps ? Et pourquoi nous ferions-vous confiance ?"
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeDim 26 Avr 2020 - 21:28



- Mais qui êtes-vous tous les deux ?" Murmura aussitôt la sombre blessée, manifestement agacée. "Il faut qu'on la sorte d'ici maintenant, ou qui sait ce qu'ils lui feront. Elle mérite mieux. Ils peuvent arriver d'un instant à l'autre." Le regard décidé, elle fit un pas vers sa jeune congénère.

De son côté, luttant pour respirer, le jeune homme avait vrillé son regard sur l'esclave qui voulait l'approcher... Mais contrairement à sa sœur, ce n'était pas de la colère et de la méfiance qui froissaient son visage délicat, mais une surprise mêlée à la panique qui l'empêchait de reprendre son souffle. Voyant l'autre adulte commencer à bouger, il retomba à moitié à genou en s'agrippant au bras de sa sœur pour la retenir sans lâcher la prêtresse des yeux.

- Na... Na... So'o'l'Dorn... soi'agner o'ord...alie...
Oui… Je suis Na'ri Yisfi et nous étions à Sol'Dorn. Mais concentre toi sur ton souffle, suis le mien en attendant. La prêtresse s'était accroupie. Elle n'avait pas pu s'approcher du jeune drow. Mais au moins, elle pouvait le conseiller. Elle amplifia sa propre respiration pour qu'il puisse l'entendre et la suivre, ce qu'il fit, bien que ses oreilles suivent encore chaque bruissement alentours.
Les yeux méfiants de l'enfant passèrent des adultes à son frère, avant qu'elle ne rengaine son arme. Elle se tourna vers le drow blanc pour l'aider à se reprendre, le regard plus mature que ce à quoi on pourrait s'attendre pour une gamine de sa taille.
- Vous ne deviez pas la connaître tant que ça... Nous voulions juste lui dire au-revoir mais si vous prenez son corps pour le protéger de l'hérésie dont certains sont capables, alors nous vous aiderons.
Puis, murmurant tout bas.
- N'est-ce pas, Elghinn ?"

Il lui envoya un regard peu amène, mais... Si seulement ils avaient le choix... c'était pour l'heure la meilleure chose à faire.
Petite, peux tu l'allonger et relever ses jambes ? Elghinn, c'est bien, continue à respirer fort et lentement. Dès que tu te sentiras mieux, il faudra partir.

Sous sa tignasse imposante, la drow au bras mou avait haussé un sourcil blanc et une oreille effilée... Et rangea sa lame pendant que l'homme blafard faisait en sorte de se reprendre. Son regard abandonna les deux jeunes pour se porter vers l'entrée de la crypte. Elle frissonna, une boule d'angoisse soudain dans son ventre. C'était une impression diffuse, le fruit de son instinct, ou peut-être d'un peu plus.
- Depechons-Nous... Vite. Murmura-t-elle, pressente.

Elghinn redressa la tête.

Et tous les entendirent...

... L'écho des bottes, qui, pas après pas, encore lointaines, martelaient le dallage de pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Driz'na
Drow
Driz'na

Nombre de messages : 120
Âge : 28
Date d'inscription : 13/01/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeDim 17 Mai 2020 - 20:56

Acceptant toute l'aide proposée, le jeune homme se releva en faisant son possible pour ne pas aggraver son état en bougeant trop rapidement. Un calme étrangement pragmatique compte tenu de la réaction qu'il venait d'avoir, semblait s'être emparé de celui qui ramassa son couteau et se coordonna au mieux avec les soi-disant esclaves malgré son état encore un peu vaseux.

Comme demandé, même si elle risquait de ne pas avoir une force et une hauteur suffisantes pour sortir rapidement le corps de sa mère de cet endroit funeste, la "petite" se déplaça tout aussi souplement que silencieusement vers le côté indiqué du linceul, se rapprochant de la sorte d'autres corps exposés en attente de leur dernière cérémonie. Elle se pencha, ramassa le tissu, et se redressa tout en regardant autour d'elle cet endroit dans lequel elle n'aimerait jamais y séjourner. C'est alors que son regard s'arrêta bien malgré elle sur l'un de corps inertes, un corps que Na'ri connaissait déjà. Elle le connaissait ; l'avait déjà vu. Non, ce n'était pas lui : il était mort depuis pas mal d'années. Mais d'un autre côté, la chasseresse qui lui avait rendu visite juste avant la bataille, ses yeux si particuliers... Pendant que son frère finissait de se relever avec l'aide de Na'ri de son malaise, Driz'na fit les deux petits pas la séparant de la dépouille dont le voile avait été retiré. Son coeur battait fortement, comme si quelque chose en elle reconnaissait des traits qu'elle ne reconnaissait pas vraiment. Histoire de s'enlever définitivement le moindre soupçon de toute manière injustifié, elle tira l'encolure de la robe sacerdotale. Le même tatouage... Fronçant les sourcils, elle délaissa cette partie du vêtement pour remonter très rapidement une manche. Les mêmes tatouages, les mêmes cicatrices à peu de chose près - le temps que quelques années ne s'écoulent. Ce n'était pas lui... c'était faux... juste un hasard. Comme en moquerie divine, son coeur et ses tempes battirent plus fort pour que plus aucun son extérieur ne lui parvienne. Elle ouvrit les yeux du mort...

Ses lèvres s'entrouvrirent. Son teint prit soudainement une pâleur presque identique à celle d'Elghinn. Le linceul resta pourtant dans sa main. Elghinn n'avait pas vu sa soeur pleurer à l'annonce du décès de leur mère ; là il aurait pu remarquer des larmes couler silencieusement le long de ses joues... Mais par trop égoïste, le jeune homme soulevait la civiaire de tissus en s'efforçant de ne pas penser à ce qu'elle contenait.

Dans le couloir, les talons claquaient sur le sol de pierre.

Dans la poitrine de la prêtresse, son coeur cognait tout autant. Il restait tant à faire... Avec l'aide d'Elghinn et de Shyn'taë, ils avaient réussi à glisser le corps inerte de la Reine. La prêtresse était descendue en premier pour le réceptionner et amortir la chute. Et heureusement car sous la précipitation, la Princesse des vents avait eu droit à un peu trop d'élan que la médecin en était tombée à la renverse. Par chance, le drap vaguement noué au niveau des jambes, ne s'était pas trop éloigné de la dépouille.
C'était une première chose de faite. Plus que les vivants... Les vivants qui tardaient. Le jeune homme blanc avait été le premier à descendre pour aider la prêtresse avec des gestes mécaniques, le regard voilé.

Shyn'tae s'arrêta, les pieds nus agrippés au rebord de la grille comme des griffes fragiles. Le corps finit de glisser, le tissu quitta ses mains. Son regard se posa sur le dos de Driz'na, figée devant cet autre corps dont elle ouvrait les yeux, sur cette entrée dans laquelle une ombre commençait à se dessiner. Elle pourrait partir, refermer la grille derriere elle, laisser la gamine à son sort.

Elle pourrait...
Son coeur se serra. Elle était stupide, faible, idiote.
Elle ne pouvait pas. Ils avaient besoin de temps.

Le couteau avait retrouvé sa main, le corps fin s'élança. Combien de puissance avait-elle besoin? Presque rien, cela tiendrait. Ou pas. Il fallait essayer. Et s'ils faisaient la relation? Il faudrait mieux qu'elle soit loin, très loin. Peut-être même un peu plus que cela. La magie lui vint, crachotante. Elle sentit le focalisateur souffrir. Cela donnait la nausée. Tenant le couteau entre le pouce et l'index, son bras se leva. Son corps se cambra, sur la pointe des pieds, elle se fit plus grande. Elle sentit la brulure sur sa cheville, et la sensation brûlante du feu magique si proche.

Elle lacha le couteau.

Il fila vers l'ouverture, si vite que le regard eut du mal à le suivre.

S'il touchait, ce serait un miracle, se dit-elle. Le cri de surprise qu'elles entendirent confirma qu'un miracle venait d'avoir lieu. Un miracle, ou une malediction. Shyn'tae se saisit du bras de l'enfant et la tira avec elle vers la trappe. Elle l'y jeta et attrapa la grille, ce qui provoqua un "boom" suivit d'un "aïe". Une cavalcade résonnait entre les colonnes. Elle sauta en tenant la grille d'une main, qui claqua. Il manquait le cliquetis du verrou.

"Shu."

Serrant les dents, pestant intérieurement contre ce materiel foireux, la sombre tira sur son bras pour faire claquer la grille avec l'énergie du désespoir. Une fois, deux fois.... Trois fois... Le verrou cliqueta au moment où une main noire s'emparait d'un barreau.

Elle lâcha, tombant sur les fesses, le cœur battant et les yeux sur la grille. Au même moment, une Driz'na sauvée par son sac mais ayant mal au dos se relevait, regardant autour d'elle pour essayer de comprendre où elle se trouvait. Elghinn était près d'elle, s'assurant qu'elle n'avait rien de cassé et la poussant à se relever le plus vite possible.

Il pleuvait des drows comme il pleuvait des soucis.

L'état d'urgence se faisait sentir, certes, des voix se faisaient entendre depuis au-dessus, mais ce fut surtout Shyn'tae qui accapara l'attention de Driz'na. Le temps que l'adulte se relève et sans prononcer un seul mot elle prit un pan du linceul, prête à le soulever en même temps que d'autres puis à regagner la surface. Comme si de rien était, le visage de marbre. Sitôt debout, sans que son regard ne quitte la grille, la délicieuse sensation du danger courant dans ses veines, Shyn'tae la poussa dans le boyau de pierre volcanique polie par la magie, la masquant ainsi aux deux yeux de flamme qui s'étaient posés sur elle par delà les ténèbres.

Une silhouette fine et longiligne semblable à celle que Shyn'tae avait arboré la plus grande partie de sa vie apparaissait à contre jour. Une longue tresse lâche de cheveux blanc encadraient un masque d'argent uniquement percé par ces deux yeux. L'étrange miroir de la fausse esclave posa la paume sur la grille et ferma les yeux. Totalement immobile. Plus loin, d'autres bruits de pas s'approchaient. Quelques chuintements coulaient de ses lèvres... Ou de la grille ? Hélas, si les fuyards ne pouvaient le savoir, ce n'était pas le métal que Shundara pouvait plier à sa volonté...

La fausse esclave se sentit parcourue d'un frisson… "Shu..." murmura-t-elle en disparaissant à son tour dans l'obscurité aussi vite qu'elle le pouvait. Une mage… Une repentie. Shyn'tae déglutit en rattrapant ses camarades. "Vite... les repentis… Ils nous ont vu descendre." Elementaliste ? Ce serait le pire. Il pourrait être là d'ici... quelques minutes tout au plus ? Mage de vie ? Mysticiste ? Mage de l'âme ? L'idée tournait et retournait dans son esprit. Aucun moyen de savoir ce qu'elle avait commencé à incanter, ni de quoi elle était capable en si peu de temps. Mieux valait ne pas inquiéter les autres : s'ils ne les suivaient pas bientôt, tout se passerait bien, du moins pour l'instant. Elle se sentait si fatiguée. Le sang imbibait sa manche noire.

... Et du drap blanc, un bras émergea pour attraper l'un des porteurs près de sa tête. La marionnettiste était trop loin pour que la défunte attaque avec précision, mais la férocité de la non-mort n'en serait pas moins grande.

La prêtresse sursauta quand elle sentit sur elle une main aussi froide qu'un glaçon.

"Oups…" Il ne manquait plus que cela… Le reste du corps se tendit également, gênant la prise des quatre voleurs. Les pas claquaient sur le sol lisse et pentu du couloir d'évacuation des eaux. L'habitude des champs de bataille avait appris une chose à la médecin : plus le corps était éloigné, moins le mage avait d'emprise sur lui. Ils avaient donc une solution : continuer à fuir. Mais, plus vite !

"A trois, on court." Articula la prêtresse dans ses dents. Les doigts de l'auguste défunte tentaient de pénétrer dans la chaire de son épaule.

"Trois !" Et la prêtresse prit son élan et allongea sa foulée. La main continuer de s'agripper. Le buste se redressait. L'adolescente suivit la cadence, courant le plus vite possible tout en essayant de garder en main le linceul pour que le corps bougeant ne tombe pas. C'était exactement ce qu'elle voulait éviter pour sa mère... qu'on prenne son corps pour une marionnette gratuite.

Derrière eux, il fallut un instant pour Shyn'tae pour commencer à les poursuivre... S'éloigner du nécromant. Rompre le contact... Qu'il ne puisse les retrouver et le rétablir ensuite. Elle s'élança à leur poursuite sur la pierre lisse et humide. Il n'y avait aucune arête, aucun interstice pour défigurer les parois ou le sol pentu. Combien de siècles, combien de millénaires plutôt s'étaient écoulés depuis que la magie, puissante, irresistible, avait creusé la roche du Vatna. Le bracelet d'argent frappait sa cheville à chaque pas, réveillant la douleur de la brulure. Sa tête tourna. Sa cheville glissa.

"Ah !" La magicienne tomba sur le sol, sa vitesse l'entraina dans la pente, plus vite. Elle entra en collision avec Driz'na, la fit tomber, le corps de la reine entrainé avec elles. La prêtresse était également tombée et avait glissé.

L'adolescente ne s'attendait pas à ce que celle qui se trouvait en-dehors du linceul lui tombe dessus. Le sol luisant d'humidité manqua une fois de plus de l'assommer. Elle se releva rapidement, le coeur battant extrêmement fort, pour regarder le pauvre corps de la défunte se mettre à quatre pattes à une vitesse effarante. Les deux pieds sur le sol, les articulations tirant sur sa musculature forte sans les limites de souplesse et de douleur qu'imposait la vie, le corps relevé voulait se ramasser sur lui-même en une posture animale. Prêt à bondir. D'étranges râles menaçants grinçaient dans sa gorge à chacun de ses mouvements. Ses linceuls noir et blanc pendaient en loque, alourdis par l'eau sale. Comment faire quand la Flamme n'est plus dans le corps ? Le visage au front marqué du cercle noir de Teiweon semblait chercher quelque chose dans le silence.

Driz'na ne réfléchit pas plus que la situation le lui permettait. Son premier pas rapide claqua sur la pierre. Les yeux opaques de ce qui avait été sa mère se braquèrent sur elle. Avant que le cadavre de Krish Al'Serat ne prenne position sur ses appuis, elle lui fonça dans les jambes pour le faire chuter... que ce soit par terre ou dans l'eau. Les mains s'abattirent sur le dos de la jeune fille pour le labourer sans une once d'hésitation. Ce corps rompu à la lutte avait toute la puissance nécessaire pour la garder dans ses griffes. Renversée sur le dos, sans être perturbé de se sentir glisser sur la pierre lisse, la non-morte se contorsionnait pour tenter de planter ses dents dans la chair qui s'offrait à elle, au pied d'un Elghinn statufié au sourire dérangeant.

"Non mais ça suffit !" râla la soignante. Elle remonta la pente en courant tout en détachant sa ceinture. Puis se baissa pour récupérer le linge qui fut blanc. "Ça suffit les câlins !" L'ordre claqua et se répercuta sur les parois du couloir. Puis, sur la marionnette accroupie, prête à bondir, le drap tomba comme un filet. Puis ce fut une sombre qui n'avait pour l'immédiat qu'une idée en tête : ligoter le tronc.

Le zombie tanga...

L'équilibre était instable. La ceinture passa d'un côté. Il ne fallait plus que la nouer pour lier les bras.

… et tomba.

Irrémédiablement, morte et vivantes furent attirées par la pente.
Revenir en haut Aller en bas
Elghinn
Drow
Elghinn

Nombre de messages : 11
Âge : 37
Date d'inscription : 05/04/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 8ans - 1m85
Niveau Magique : Non-Initié.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeMer 20 Mai 2020 - 19:06


Shyn'tae sortit la tête du filet d'eau mêlé au sang qui courait au fond du boyau juste à temps pour voir le paquet de membres disparaitre dans l'obscurité. Interloquée par l'enchainement des évènements, elle resta un instant ainsi, sur ses trois pattes, la quatrième mal assurée, avant de lever un regard penaud et fatigué vers Elghinn. "On devrait les suivre je crois...
- Je crois aussi..." répondit le jeune homme en lui tendant la main d'un air absent.

Une fois la fausse esclave remise sur pied, ils avancèrent d'un même pas vers les abysses. En bas, cela aurait pu être un amoncellement de cadavres soudés par un mage de la vie particulièrement imaginatif : pourquoi une tête se trouvait entre deux jambes, à qui appartenait tel bras, telle jambe ? La gamine, par exemple, avait la tête entre les jambes de la défunte, le buste caché par celle-ci, un bras sous la fausse esclave et une jambe dessus... Niveau artistique et confort, il existait mieux ! Au moins, seulement deux sur les trois corps bougeaient un tant soit peu ou émettaient le moindre bruit. Pour l'instant, sans aide, l'adolescente était incapable de se dégager de cette position quelque peu grotesque.  

S'extrayant prudemment de la conduite, Shyn'tae et Elghinn les rejoignirent peu après. Le trio s'était immobilisé à moins d'un pas du vide sur une corniche de basalt qui faisait le tour d'un vaste puits circulaire. Des filets d'eau dégringolaient de boyaux similaires creusant la paroi à intervalles régulier. Au dessus d'eux, d'autres corniches s'enchainaient, desquelles pleuvaient un peu d'eau dans les profondeurs. Venant d'au dessous d'eux, une lueur orangée baignait l'obscurité et un épais panache de vapeur remontait le puits, rendant l'atmosphère étouffante.

Heureusement, le corps de la reine ne bougeait plus.

- Ca va? Faites attention... Shyn'tae s'était agenouillée pour aider Na'ri et Driz'na à se démêler. Un rapide coup d'oeil par dessus le rebord lui permet de confirmer ce à quoi elle s'attendait. Loin en dessous d'eux, la lueur orangée se transformait en flammes aveuglantes. Le sang du Vatna n'était pas si loin et ronflait d'un grondement sourd.
L'air était épais, presque gras. Il charriait avec lui de nombreuses effluves. L'une d'elle était d'ailleurs bien reconnaissable entre toute, elle évoquait l'oeuf pourrissant : le souffre. Sinon on y retrouvait pêlemêle des odeurs acides des métaux.

Na'ri avait le nez dans les chairs, et même si la défunte avait été soigneusement lavée, il émanait de ce corps des senteurs poivrées et piquantes qui masquaient celle plus douçâtre des corps. Ce fut avec un plaisir non dissimulé que la prêtresse reçut l'aide de sa comparse.

" Merci. Dès que l'on se sera éloigné du puit, je prends deux minutes pour m'occuper de ton bas. On repartira après. " Avec Shyn'taë, elles saisirent le corps redevenu inanimé pour cette fois ci l'emmailloter avec soin dans le drap. L'avantage de leur petite épopée était que la Reine n'était plus droite : le drap l'enveloppait plus facilement. Le désavantage était que le corps n'était plus droit : la répartition du poids était différente.

- Ca va aller... sortons d'ici avant qu'ils ne rappliquent.
Revenir en haut Aller en bas
Na'ri Yisfi
Drow
Na'ri Yisfi

Nombre de messages : 260
Âge : 36
Date d'inscription : 26/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  648 ans
Niveau Magique : Maître.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeMar 26 Mai 2020 - 21:56



Shyn'tae sortit la tête du filet d'eau mêlé au sang qui courait au fond du boyau juste à temps pour voir le paquet de membres disparaitre dans l'obscurité. Interloquée par l'enchainement des évènements, elle resta un instant ainsi, sur ses trois pattes, la quatrième mal assurée, avant de lever un regard penaud et fatigué vers Elghinn. "On devrait les suivre je crois...
- Je crois aussi..." répondit le jeune homme en lui tendant la main d'un air absent.

Une fois la fausse esclave remise sur pied, ils avancèrent d'un même pas vers les abysses. En bas, cela aurait pu être un amoncellement de cadavres soudés par un mage de la vie particulièrement imaginatif : pourquoi une tête se trouvait entre deux jambes, à qui appartenait tel bras, telle jambe ? La gamine, par exemple, avait la tête entre les jambes de la défunte, le buste caché par celle-ci, un bras sous la fausse esclave et une jambe dessus... Niveau artistique et confort, il existait mieux ! Au moins, seulement deux sur les trois corps bougeaient un tant soit peu ou émettaient le moindre bruit. Pour l'instant, sans aide, l'adolescente était incapable de se dégager de cette position quelque peu grotesque.  

S'extrayant prudemment de la conduite, Shyn'tae et Elghinn les rejoignirent peu après. Le trio s'était immobilisé à moins d'un pas du vide sur une corniche de basalt qui faisait le tour d'un vaste puits circulaire. Des filets d'eau dégringolaient de boyaux similaires creusant la paroi à intervalles régulier. Au dessus d'eux, d'autres corniches s'enchainaient, desquelles pleuvaient un peu d'eau dans les profondeurs. Venant d'au dessous d'eux, une lueur orangée baignait l'obscurité et un épais panache de vapeur remontait le puits, rendant l'atmosphère étouffante.

Heureusement, le corps de la reine ne bougeait plus.

- Ca va? Faites attention... Shyn'tae s'était agenouillée pour aider Na'ri et Driz'na à se démêler. Un rapide coup d'oeil par dessus le rebord lui permet de confirmer ce à quoi elle s'attendait. Loin en dessous d'eux, la lueur orangée se transformait en flammes aveuglantes. Le sang du Vatna n'était pas si loin et ronflait d'un grondement sourd.
L'air était épais, presque gras. Il charriait avec lui de nombreuses effluves. L'une d'elle était d'ailleurs bien reconnaissable entre toute, elle évoquait l'oeuf pourrissant : le souffre. Sinon on y retrouvait pêlemêle des odeurs acides des métaux.

Na'ri avait le nez dans les chairs, et même si la défunte avait été soigneusement lavée, il émanait de ce corps des senteurs poivrées et piquantes qui masquaient celle plus douçâtre des corps morts. Ce fut avec un plaisir non dissimulé que la prêtresse reçut l'aide de sa comparse.

" Merci. Dès que l'on se sera éloigné du puit, je prends deux minutes pour m'occuper de ton bas. On repartira après. " Avec Shyn'taë, elles saisirent le corps redevenu inanimé pour cette fois ci l'emmailloter avec soin dans le drap. L'avantage de leur petite épopée était que la Reine n'était plus droite : le drap l'enveloppait plus facilement. Le désavantage était que le corps n'était plus droit : la répartition du poids était différente.

- Ca va aller... sortons d'ici avant qu'ils ne rappliquent. Maintenant que l'adrénaline commençait à l'abandonner, Shyn'tae paraissait épuisée et avait aidé Na'ri, Driz'na et Elghinn sans un mot de plus.. La victoire était à portée de main, elle était presque certaine qu'on ne les retrouverait pas, si elles continuaient encore un peu. Les réseaux souterrains qui parcouraient le Puy d'Elda étaient vastes et mal connus. Il ne leur restait plus qu'à ne pas se perdre. Driz'na, quant à elle, regardait d'un absent le trou si profond dans lequel elles avaient failli y perdre leur Braise. Le miroir se brise alors que le feu s'éteint... elle secoua la tête puis posa un regard éteint sur ses compagnons d'infortune.

"Saurez-vous retrouver votre chemin depuis ici ou bien prend-t-on le nôtre ? Dans le dernier cas il faudra remonter un peu avant de bifurquer."
-Je... Le regard un peu flou de la sorcière passa de Driz'na à Na'ri, puis, dans la chaleur étouffante, le bruit de la lave, assourdissant, se reverberant dans le puit sans fin couvrant tout autre son, elle entreprit de les aider à relever le cadavre de la reine. Seul le jeune homme resta loin du linceul, incapable de s'en approcher. Disparue cette expression féline et dangereuse, disparu ce regard de malice et de danger. Une bouffée de nostalgie coupable s'empara de Shyn'tae, expression d'une faiblesse qu'on ne saurait dévoiler au grand jour. Elle redressa un peu plus le cadavre, un rectangle noir glissa du linceul maculé par leur cavalcade, rebondit sur la corniche, disparu dans le puit rougeoyant avant que la drow n'ait pu l'attraper.

Shu!
Revenir en haut Aller en bas
Shyn'tae Vaen're
Drow
Shyn'tae Vaen're

Nombre de messages : 547
Âge : 37
Date d'inscription : 10/01/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeSam 30 Mai 2020 - 13:03




C'était un livre. La sorcière ne prit pas le temps de réfléchir. Fermant ses paupières pour se concentrer sur les motifs de la magie, elle l'appela à elle, son corps s'arquant dangereusement, ses jambes fines esquissant quelques pas. La magie répondit, contrainte, sauvage, rebelle. La main ouverte au dessus du vide, la respiration bloquée, le cœur battant, elle sentit la brulure, mais aussi le poids du livre sur sa paume.

Ses doigts se tendirent, son bras se plia, tremblant.

Le livre noir lentement surgit des panaches de vapeur pour se loger dans sa paume.

Elle serra le livre... Il était peut-être important... Il devait être important. Son crâne battait au rythme des battements de son cœur. Elle eut le vertige, la nausée la saisit.

La tranche de l'ouvrage serré entre ses doigts, elle mit un genoux à terre sur le basalte chaud. L'instant d'après, elle tombait la tête la première. Pourtant, quelques secondes suffirent pour qu'elle s'en éloigne à nouveau. Laissant sa sœur et la prêtresse s'occuper de ce qu'il ne pouvait regarder, le jeune homme à la peau blanche soulevait avec précaution la fausse esclave pour la hisser sur son épaule. Passant le petit livre relié de cuir noir à sa ceinture pour éviter de le perdre jusqu'à ce qu'ils soient en lieu sûr, Elghinn assura sa prise sur le corps bien moins épais qu'il ne l'aurait cru et prit la tête du petit groupe, refusant obstinément de regarder par dessus son épaule.

La prêtresse fit de même avec le corps inanimé de Krish et elle ouvrit la marche. Bien sûr, ils tournèrent un peu en rond. Bien évidement, ils parcoururent des boyaux avec plus ou moins de plafond, jusqu'à ce qu'ils trouvent une bonne âme qui hululait de temps en temps. C'était un humain, un esclave. Il était remarquable par deux égards : il avait une brouette et une belle musculature. Dès que le petit groupe lui fut visible, il se précipita vers Na'ri pour la soulager de son fardeau. Etonné, il proposa également ses services à l'eldéen encapuchonné.
Avec leur nouveau compagnon, ils ne se perdirent plus et une fois remontée à la surface, leur chemin se séparèrent à nouveau dans une sombre ruelle.

Sombre mais les pavés étaient réguliers, les déchets étaient nettoyés. Sombre et presque pas mal famée.

Shyn'tae le regarda s'éloigner l'air un peu absent, sans prononcer un mot. Elle était revenue à elle pendue au travers de l'épaule du jeune mâle, et avait su faire rapidement comprendre qu'elle était capable de marcher seule. Pour autant ,elle n'avait pas dit un mot et jouissait d'une partie des caractéristiques habituellement attribuées aux morts vivants les moins nerveux.

Lorsque le dos musclé eut disparu dans un coin avec son étrange chargement, Na'ri se tourna vers les deux autres visiteurs du soir. Elle les observa, vraiment. Puis quand son étude pris fin, elle posa une unique question.

" Al'Serat ? "

Revenir en haut Aller en bas
Elghinn
Drow
Elghinn

Nombre de messages : 11
Âge : 37
Date d'inscription : 05/04/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 8ans - 1m85
Niveau Magique : Non-Initié.
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitimeHier à 19:04


C'était un livre. La sorcière ne prit pas le temps de réfléchir. Fermant ses paupières pour se concentrer sur les motifs de la magie, elle l'appela à elle, son corps s'arquant dangereusement, ses jambes fines esquissant quelques pas. La magie répondit, contrainte, sauvage, rebelle. La main ouverte au dessus du vide, la respiration bloquée, le cœur battant, elle sentit la brulure, mais aussi le poids du livre sur sa paume.

Ses doigts se tendirent, son bras se plia, tremblant.

Le livre noir lentement surgit des panaches de vapeur pour se loger dans sa paume.

Elle serra le livre... Il était peut-être important... Il devait être important. Son crâne battait au rythme des battements de son cœur. Elle eut le vertige, la nausée la saisit.

La tranche de l'ouvrage serré entre ses doigts, elle mit un genoux à terre sur le basalte chaud. L'instant d'après, elle tombait la tête la première. Pourtant, quelques secondes suffirent pour qu'elle s'en éloigne à nouveau. Laissant sa sœur et la prêtresse s'occuper de ce qu'il ne pouvait regarder, le jeune homme à la peau blanche soulevait avec précaution la fausse esclave pour la hisser sur son épaule. Passant le petit livre relié de cuir noir à sa ceinture pour éviter de le perdre jusqu'à ce qu'ils soient en lieu sûr, Elghinn assura sa prise sur le corps bien moins épais qu'il ne l'aurait cru et prit la tête du petit groupe, refusant obstinément de regarder par dessus son épaule.

La prêtresse fit de même avec le corps inanimé de Krish et elle ouvrit la marche. Bien sûr, ils tournèrent un peu en rond. Bien évidement, ils parcoururent des boyaux avec plus ou moins de plafond, jusqu'à ce qu'ils trouvent une bonne âme qui hululait de temps en temps. C'était un humain, un esclave. Il était remarquable par deux égards : il avait une brouette et une belle musculature. Dès que le petit groupe lui fut visible, il se précipita vers Na'ri pour la soulager de son fardeau. Etonné, il proposa également ses services à l'eldéen encapuchonné.
Avec leur nouveau compagnon, ils ne se perdirent plus et une fois remontée à la surface, leur chemin se séparèrent à nouveau dans une sombre ruelle.

Sombre mais les pavés étaient réguliers, les déchets étaient nettoyés. Sombre et presque pas mal famée.

Shyn'tae le regarda s'éloigner l'air un peu absent, sans prononcer un mot. Elle était revenue à elle pendue au travers de l'épaule du jeune mâle, et avait su faire rapidement comprendre qu'elle était capable de marcher seule. Pour autant ,elle n'avait pas dit un mot et jouissait d'une partie des caractéristiques habituellement attribuées aux morts vivants les moins nerveux.

Lorsque le dos musclé eut disparu dans un coin avec son étrange chargement, Na'ri se tourna vers les deux autres visiteurs du soir. Elle les observa, vraiment. Puis quand son étude pris fin, elle posa une unique question.

" Al'Serat ? "

Le plus grand des deux énergumènes avança d'un pas devant sa sœur, portant la main au manche du couteau de chasse qu'il avait à la ceinture. Les yeux de sang du jeune homme soutinrent ceux de l'étrangère qu'il s'était retrouvé à aider par la force des choses. Il n'y avait qu'une réponse à offrir et il était sur ses gardes. Il suffirait d'une fraction de seconde pour qu'il disparaisse avec Driz'na en faisant un carnage si nécessaire.

- Oui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] Empty
MessageSujet: Re: Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]   Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Un dernier adieu à la Reine [Shyn, Na'ri]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: TERRES DE L'EST :: Cité d'Elda :: Chambre Magmatique-
Sauter vers: