Le Deal du moment : -85%
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
23.05 €

 

 Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sorne
Humain
Sorne

Nombre de messages : 19
Âge : 30
Date d'inscription : 02/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeDim 5 Avr 2020 - 16:52



Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Daniel10



Près du lac d'Aegir


La journée avait été pluvieuse et la brume humide s'accrochait aux versants boisés de ce que les wandres nommaient le « Bouclier du Monde » en désignant les monts Umenast, au loin. Se reflétant entre les parois abruptes des gorges environnantes, le grondement de la source proche du lac Aegir leur parvenait comme si au loin, dans les monts, l'orage et la colère des dieux se déchainaient dans un vacarme assourdissant.
C'était un endroit béni des dieux que les hommes et les femmes du clan du Grand Cornu avaient choisit pour fixer leur village, depuis maintenant plusieurs générations. Bâti sur les rives du lac d'Aegir, nommé aussi la cuvette du géant (par égard à une légende voulant que le géant Aegir se fut assis là, creusant le lac), c'était un lieu balayé par les vents, la pluie, et les tempêtes hivernales viennent s'y écraser avec force. Surnommé les rivages gris ; il incarnait la fin (ou le début, selon la direction qu'on prenait) de la forêt, là où les pins ancestraux cessaient, remplacés par de vertigineuses falaises de grès.

Comme c’était le cas pour la majorité des villages wandres, celui-ci n’avait aucun plan d’agencement ou de planification globale. Les demeures, des maisons aux toits de chaume, entourées par une palissade modeste, étaient construites sur une colline près du lac. Une colline elle-même recouverte par un épais tapis de sapins et d'épicéas et sur laquelle serpentait un cours d’eau qui terminait sa chute en une petite cascade.

Assis sous le porche de sa maison, Caradog, le Maître des Mots, regardait à présent les derniers rayons du soleil baigner le village de ses ancêtres et la vie ordinaire de celui-ci qui s'écoulait.
Sur le lac, des hommes pêchaient au filet ou à l'aide de lances, sur de petites coquilles de noix. Sur la rive, des femmes rassemblaient quelques boeufs des Wandres et enfermaient dans leur enclos un troupeau de sangliers du Brissalion, sous l'oeil attentif de quelques Gazan’Grom, ces chiens-ours, que les gens des clans appréciaient pour leur fidélité et leur efficacité à garder le bétail.
Non loin, des enfants ramassaient les bulots sur la plage, au canif, et les esclaves étaient mis à contribution pour saler le poisson.

Oui-da. C'était une belle journée pour le Maître des Mots, le skälde du clan. Une journée un peu spéciale, il est vrai, car demain débuteraient les cérémonies de l'hiver, qui marqueraient l'entrée pour toutes et pour tous, l'entrée dans une période sombre. La nature se trouvait peu à peu dépouillée et réduite à la nudité. C'était le sommeil de la Terre, que chantaient les skäldes : un temps de gestation où la nature se trouverait dépouillée et réduite à la nudité.
Alors que le monde semblait s'endormir dans une léthargie profonde, et que la Mère des Voix et le Père des Montagnes entraient dans leur sommeil, il devenait nécessaire aux hommes et femmes des clans, de réaffirmer le pacte entre les dieux et les hommes, dans un cérémonial destiné au renouveau de la lumière et à la réactivation de la vie.

C'était un moment spécial pour les hommes et les femmes des clans, celui d'une mort symbolique de la saison chaude. Un moment où celles et ceux qui aspiraient à devenir des guerriers passaient les rituels initiatiques pour entrer dans une nouvelle vie : une renaissance
Sous l'oeil vénérable des sages et des anciens, ils y réaliseraient la danse du Grand Esprit. Car c'était la période de prédilection pour les rites de passage entre les périodes chaude et froide, entre l’obscurité et la lumière, entre la mort psychique symbolique et la renaissance spirituelle.

A vrai dire, le vieillard est tellement pris dans ses pensées, qu'il n'entend d'abord pas le tumulte montant depuis le portail du village, et qui se dirige dans sa direction. C'est une bousculade portée par des enfants du village, dans laquelle s'échappent toutes sortes d'exclamations, de saluts et de questions. De temps à autres, on entend aussi des exclamations et de salutations joyeuses, venues de la part de guerriers ou des femmes.
La raison en est toute simple, devine le vénérable : des étrangers viennent d'arriver. Et à l'accueil qui leur est réservé, ils sont là en amis... "Ils" ?

Revenir en haut Aller en bas
Meledwen
Humain
Meledwen

Nombre de messages : 16
Âge : 40
Date d'inscription : 02/03/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  16
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeDim 5 Avr 2020 - 19:03

Autant le rappio marque le début de la saison des raids et des guerres, autant les cérémonies de l'hivers marquent une trêve quand même assez bienvenue au sein des divers clans. Pendant la saison froide, la priorité va à la survis du clan.  Le pragmatisme pour la survis l'emporte sur la sauvagerie. C'est aussi une occasion de crâner, avouons le. Le butin de guerre amassé durant la belle saison de raid, début de saison soulignée dans son clan par le rappio.

Les Kertovas ne font pas exceptions à la règle. Même si elles ne partagent habituellement pas les rituels des célébrations d’hivers, elles marquent und trêve durant la saison froide, s’arrêtant pour échanger le butin brillant et inutile, les fourrures superflues et autre chose amassé durant la belle saison. Ayant monté le campement non loin du lieu des célébrations, une délégation d'une dizaine de ces farouches guerrières. se dirigent vers l'Aegir

Pourquoi, se demande Meledwen tandis qu'elle emboite le pas tranquillement aux siennes. Goûtant l'honneur qui lui est fait, elle ne s'en interroge pas moins. La bonne humeur ambiante par contre ne lui tire qu'un sourire mitigé, figé quand des enfants mâles lui tournent autour. Elle retient un reniflement de dégoût. Mais accepte néammoins de bonne grâce la boisson et la viande qui lui est offerte, ne prenant qu'une lampée avant de passer la corne à sa voisine, une vétérante à l'air rébarbatif à sa droite.  

Sans être exceptionnelle, Mel sait qu'elle peut paraitre intimidante du haut de son mètre quatre-vingt. elle est une grande femme musculeuse, à la peau de lait marquée de guède, de tatouages et de cicatrices, aux yeux d'un vert dérangeant et à la longue chevelure de feu étroitement tressée avec une lanière de cuir. Sa tunique de peau légère laisse découvrir ses flancs tatoués et une cuisse puissante qui s'engouffre rapidement dans de lourdes bottes fourrées. La posture naturellement droite de la guerrière qui est dans les plus grandes la fait trancher, comme chacune des femmes présentes. D'ailleurs, leur cher a bien choisis, elle a pris les guerrières les plus disparates possibles, pour souligner l'unité Kertovanes sans aucun doute. Même sans armes, elles en imposent.

Elles ne s'inclinent pas, aucune guerrière Kertovane ne s'incline devant un homme sauf si elle est vaincue. Néammoins la chef de clan commence la cérémonie d'usage, échangeant des amabilités avec le maitre des mots. La grande rousse n'y prête que plus ou moins d'attention, ses prunelles vertes attirées sur le côté. Mais elle est prestement rappelée à l'ordre.

L’hivers est à nos portes. Nous venons sceller la trêve froide...Freya et Meledwen représenteront le clan pour la cérémonie de ce soir.

Appelée par son prénom, la grande rousse s'avance jusqu'au côté de sa chef de clan, son torque d'or à tête de renard luisant doucement, son poid rassurant pesant sur ses clavicules. C'est à elle cette année? La connait elle seulement cette danse? Sous le trac, un doute l'envahit. Un doute superbement ravalé par le menton altier et arrogant qui se dresse, mais un peu moins par l'éclat des prunelles vertes.




Dernière édition par Meledwen le Dim 12 Avr 2020 - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sorne
Humain
Sorne

Nombre de messages : 19
Âge : 30
Date d'inscription : 02/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeLun 6 Avr 2020 - 17:02


Le Maître des Mots, muet, sourcille. Une lippe vient caresser ses lèvres. Quelle étrange chose, dites, que ces guerrières à la fierté sans limites ? Autour d'eux, les membres du clan du Grand Cornu s'arqueboutent sur leurs jambes et crochètent leurs pouces à la boucle de leur ceinture de cuir, levant le menton en direction de la dizaine d'amazones kertova, fièrement campées.

Alors le sage se lève doucement, en s'appuyant sur la hampe de son bâton de chêne. Il détaille tour à tour les kertovanes. Parées de torques et de poignets de force en bronze, leurs tatouages, leurs cicatrices et leur peau, recouverte de guède, elles ont fière allure.
L'une d'elles en particulier, attire son attention. Elle est belle et grande, et elle arbore une longue chevelure de feu étroitement tressée avec une lanière de cuir. Mais c'est son torque d'or à tête de renard qui attire l'attention du sage. Est-ce le fruit d'une rapine ? Ou la marque d'un rang élevé parmi son clan ? C'est à coup sûr un objet de prestige et de grande valeur. Peu de wandres peuvent se targuer d'en posséder, à part les chefs ou les guerriers les plus renommés.
A l'exception de la grande fille aux cheveux couleur de feu, chaque guerrière se tient parfaitement immobile, comme figée, et cette immobilité les rend plus effrayantes que n'importe quel hurlement de guerre.

"Soyez les bienvenues, fières guerrières du Kertova. Et salut à toi, Meledwen à la rouge crinière. Ce soir, l'hydromel coulera à flot dans les cornes, et les guerriers et les guerrières des clans seront présents pour festoyer à grande profusion de viandes ! Le farouche Sorne au Bouclier Noir, fils de l'intrépide Fannar, les partagera avec vous et il fera honneur aux lois de l'hospitalité. Ici, vous vous conformerez à ses lois."

Le vieillard s'avance et vient au devant de la délégation. Bien que ridé par les années, son visage est ferme et bienveillant. Il est illuminé par une satisfaction sereine. Caradog est un sage et parmi les sages et un ancien parmi les skäldes. Chez les wandres, il fait office de gardien des traditions.

Le temps d'une méditation, suivie d'une injonction et le Maître des Mots élève les deux mains pour marquer sa décision : "Tous les clans ne sont pas encore là... Vous pourrez installer votre campement dans les jachères, si vous le souhaitez... Mais avant cela, je vais vous conduire au chef de ce village... Il est au grand lac, où se préparent les jeunes qui subiront demain les rituels d'initiation pour rejoindre les guerriers et les guerrières à la prochaine saison."

Et c'est ainsi que la délégation emboite le pas au vénérable ancêtre en descendant la pente herbeuse de la colline, suivie des enfants et des habitants du clan qui les ont accompagné. Sur leur chemin la volaille et le bétail s'ébrouent et se dispersent devant cette irruption soudaine. Toutes les portes des habitations aux toits de chaume sont ouvertes et l’aire à battre le grain est en pleine activité, pour préparer les festins qui vont rythmés les neuf prochains jours.

Mais parvenu au lac, où s'éparpillent les bivouacs accueillant les visiteurs des autres clans, c'est un spectacle tout autre qui attend les visiteuses !
Des hommes sont en train de lutter dans la poussière de la berge, à grand renforts de provocations, de cris et d'insultes. Est-ce un jeu ? Est-ce une rixe ? La tension est palpable dans l'air.

Dans l'assemblée qui accompagne les kertovanes, on s'assoit en riant sur le sol, pour jauger le combat, en lançant des encouragements aux combattants. Débout, appuyé sur la hampe de son bâton de cérémonie, le vénérable Caradog laisse échapper un rire acerbe, amusé de la scène qui lui fait face.

Trois hommes se font face. Et le spectacle promet d'être amusant. Le premier se rue sur un guerrier à la chevelure noire et d’une attaque maladroite, tente de le renverser. En vain. L'homme à la chevelure noire bloque de justesse son bras et lui assène aussitôt un coup de tête. Le coup est porté en plein visage et il envoie s'étaler le premier assaillant sur le sol dans un nuage de poussière.
Comble de malchance : l'homme qui a reçu le coup de tête tombe sur le chemin du second assaillant, qui bute contre lui et trébuche lourdement.
L'homme à la chevelure noire le fauche au passage d'un revers de jambe, et les deux assaillants se retrouvent au sol, sonnés. La scène déchaine les applaudissements et les rires des spectateurs et des spectatrices, entrecoupés de lazzis et de huées moqueuses pour les deux hommes à terre.

Revenir en haut Aller en bas
Meledwen
Humain
Meledwen

Nombre de messages : 16
Âge : 40
Date d'inscription : 02/03/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  16
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeMar 7 Avr 2020 - 0:10

Et les Kertovanes s'asseyent elles aussi, seule la chef de clan restant debout à côté du maître des mots. Et ses sœurs ne mâchent pas leur mots face au combat qui oppose les trois mâles.

-Il est mignon, il ferait bien dans ma collection.


- Tu parle du blondinet qui vient de se faire assommer?


-Non, je te parle du j... Freya se retient juste à temps, reformule sa phrase de façon plus socialement acceptable au beau milieu du village hôte. Meledwen retient un rire. Elle connait la guerrière. Jouet aurait sonné plus juste. … guerrier noir.

Solveig, une belle blonde plantureuse, se penche de l'autre côté d'elle.

-Il faudra aller le chercher toi-même je pense.

Un sourcil couleur de flamme se hausse… Les trois Kertova ricanent doucement, retenant les blagues usuelle de leur clan sur la seule utilité manifeste des mâles qui paraitraient grossières et inconvenantes en ces festivités. Il y a neufs jours aux deux ans qui doivent unir les Wandres et elles ont été quand même bien averties avant le départ. Freya revient à la charge.

-Regarde le jeu de jambe…
-Tu pense que…
-Trop encombrant… Quoique…
-Vous êtes terribles… Arrêtez, il ne durera pas assez longtemps si vous vous mettez toutes les deux dessus.

Murmure Mel, audible seulement de ses deux voisines en jetant un regard en coin à la chef qui leur lance un regard semi sévère, semi amusé. La vétérane de l'autre côté leur donne un coup de coude pour les rappeler à l'ordre.

Meledwen repousse Solveig qui est à moitié sur elle, mais la bonde renchérit, posant une question piège.

-Tu sais pas qui c'est avoue.

La jeune fille hausse les épaules.

-Ca n'a aucune importance.
-C'est le chef du village grande bécasse rouge, c'est lui qui va mener la danse de cette année… Rigole Freya
-Par les saintes oreilles de Carmelane, qu'est ce que tu veux que ca me change? Rétorque Mel d'un ton excédé.

Mais elle saisit très bien ce que ca change… Parfait, se dit la rousse, comme ca on saura qui ramasser pour le rappio de l'an prochain. Un chef de clan, ca aurait le mérite de faire plaisir à la leur. Elle se met à le regarder plus attentivement, les yeux vert plissés, un léger sourire sur son visage pâle marqué de bleu lui donnant un air de renard chafouin.

Observer comment il bouge. Observer le mâle ennemi de l'an prochain.


Revenir en haut Aller en bas
Sorne
Humain
Sorne

Nombre de messages : 19
Âge : 30
Date d'inscription : 02/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeMar 7 Avr 2020 - 13:27


La béquille fauche proprement son adversaire et celui-ci roule cul par dessus tête dans la poussière dans un tonnerre de rires et d'encouragements. Ce que voyant, le guerrier à la chevelure de jais, encore rouge de sueur, se dirige vers ses adversaires malheureux, et les voyant allongés, il part d'un rire franc qui se communique à ces derniers et à toute l'assemblée.
Alors Sorne tend la main à l'un des jeunes guerriers, puis se penche et l’aide à se mettre debout. Il en fait de même avec le second, qui commence peu à peu à reprendre ses esprits. Avant qu’il ne retombe, le chef le soulève de terre et le passe sur son épaule.

Ce n'est qu'à ce moment qu'il aperçoit les nouvelles venues, assises un peu plus haut sur la pente. A leur côté se dresse le vieux Maître des Mots et une guerrière, qui se tient debout elle aussi. A voir la composition de cette bande hétéroclite, Sorne se doute qu'il s'agit de guerrière du clan Kertova. Quel autre clan sinon, enverrait une délégation exclusivement composée de femmes ?
Aussitôt, le jeune guerrier sent monter la tension en lui. La violence et l'orgueil de ces amazones était connue et redoutée chez les fellings et les soccors, autant que le Rappio. Avec elles, le moindre désaccord pouvait devenir un enjeu de compétition acharnée entre mâle et femelle.
Confiant alors son compagnon à un autre guerrier, il réclama qu'on lui apporte à boire et se fit amenée une outre en peau de daim.
Sorne en bu une longue rasade et l'hydromel coula dans son gosier comme de la soie enflammée. Alors, enfin, le jeune guerrier se mit en tête de gravir la pente herbeuse, en direction des spectateurs. Plus de deux cents personnes s’étaient réunies pour assister à la lutte, joyeuse, entre les trois guerriers du clan Fomor et la foule, à présent, se dispersait pour retourner à ses occupations habituelles. Des guerriers s’agglutinaient autour de lui, d’autres lui donnèrent une bonne claque dans le dos. 
Sorne se sentait d'un seul coup très fatigué, de la sueur lui coulait dans les yeux. Il l’essuya d’un revers de manche avant de se planter devant les nouvelles venues.

"Sacrée bagarre, mon garçon", déclare Caradog, d'une voix amusée.

"Oui-da ! La fête à venir échauffe les esprits et plus d'un veut s'entrainer avant de se mesurer dans le cercle des guerriers, ce soir, pour faire honneur aux dieux !"

Ainsi sont les wandres, hommes et femmes... Chez eux, la guerre est d'abord un moyen de faire tourner les cycles. Elle permet de maintenir l’équilibre et de faire circuler les ressources, de réguler la population, d'alterner les pouvoirs, d'évoluer et de s'élever vers l'excellence selon les vertus qui leur sont chères. La violence, inhérente à la vie dans les Wandres, est une forme de compétition. Elle est omniprésente et permet de canaliser les esprits, les fougues et les rancoeurs internes.

Mais trêve de palabres ! Le guerrier, parvenu devant les visiteuses attarde son regard sur les visages et sur les flancs des guerrières kertovanes. Malgré la guède, les tatouages et les cicatrices, le groupe revêt un aspect foutrement hétérogène ! Ses yeux glissent tour à tour sur la plantureuse Solveig, puis sur la farouche Freya et s'arrêtent enfin un moment sur Meledwen, puis sur son torque en or et sur ses formes avantageuses. Du haut de son mètre quatre-vingt, il la devine presque aussi grande que lui. Ce qui - même dans les Wandres - n'est pas chose commune !

"Soyez les bienvenues, femmes. Je suis Sorne, fils de Fannar, lâche-t-il d'une voix brève. Et joignant le geste à la parole, il leva l'outre d'hydromel, tendit le bras et en renversa une mesure par terre. Pour la Mère des Voix, déclara Sorne, avant de tendre l'outre à la chef des Kertova. On dit des kertovanes qu'elles sont féroces et endurantes, viendront-elles dans le cercle des guerriers ?"


Dernière édition par Sorne le Ven 15 Mai 2020 - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Meledwen
Humain
Meledwen

Nombre de messages : 16
Âge : 40
Date d'inscription : 02/03/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  16
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeMer 8 Avr 2020 - 2:37

Je suis Radja, se présente simplement leur chef de tribu, passant outre le massacre de leur nom de tribu. En apparence seulement. En fait c’est l’invitation pour les cérémonies d’hivers qui la rende perplexe derrière son masque placide. Une telle invitation est une première d’histoire Kertova. Il serait mal avisé de refuser mais hors de question de montrer les plus féroces guerrières à l’oeuvre. En plus cela pourrait les renseigner sur les raids de l’an prochain La tribu Kertova te remercie de cette invitation. Choisissez celles qui auront l’honneur de participer à votre cercle guerrier.

Aux paroles de sa chef de clan, les guerrières se lèvent d’un bond. Meledwen aussi se lève prestement, sa longue tresse rousse quittant le sol. les murmures de ses deux sœurs semblent l'irriter quelque peu. A moins que ce ne soit l'examen un peu trop poussé à son goût sur sa personne qui lui déplait.

Deux yeux d'un vert venimeux toisent Sorne qui peut s'apercevoir qu'une fois debout, la guerrière est aussi grande que lui et n'a pas à lever le menton pour le regarder dans les yeux. Le port droit et régalien, elle semble même légèrement plus grande. Sans être aussi musclée que lui, on devine à sa silhouette qu'elle n'a pas encore totalement finit de se former, n'arborant pas encore totalement les courbes de la pleine féminité. Ou du combattant accompli, c'est selon le point de vue.

Accompagnée de la Kertova brune qui lui murmure un autre truc à l'oreille au passage, elle va rejoindre d'un pas félin et sans piper mot sa chef, avant de toiser le chef de tribu de la même façon qu'il l'a fait pour elle. Elle n'est pas aussi musclé que lui, pas encore. Freyja l'est.

Pourquoi il la regarde comme ça? Mel ne quitte pas Sorne des yeux, le visage neutre et sollennel. Ces mâles, tous les même...  Comme si une goutte de leur géniteur mâle leur donnait tout les droits. Le pire, c'est que les géniteurs peuvent être n'importe qui autre que l'officiel. Elle le reconnait comme un Felling… Et qu'est ce que ca change ca aussi? Ce n'est qu'un pourvoyeur de semence sur deux jambes comme les autres.

Mais revenons à nos moutons… Son sourire de renard mutin soulève imperceptiblement le coin de la belle bouche teintée de bleu.

Si en apparence les femmes restent impassibles, en elle même, la jeune guerrière se demande fichtrement pourquo Radjah offre l’une des sienne comme ça. Comme gage de bonne foi? Comme otage? La main rassurante de sa sœur se referme discrètement sur son coude, apaisante. La brune sait comment la grande bécasse rousse peut être impulsive. Calme toi, semble t'elle dire… C'est normal. Meledwen ne comprend pas trop, mais se ravise. Elle veut être tappo plus tard. C'est le meilleur moyens de faire ses preuve ici et maintenant. Finalement c'est peut-être une chance.

La chef de clan reprend, plus posée que jamais. Attends qu'il fasse son choix avant de reprendre. 

Nous te la confions pour le temps de notre séjour, Sorne fils de Fannar… Avec ta permission et ta collaboration, maître des mots, nous allons monter le camp et commencer notre contribution au banquet de ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Sorne
Humain
Sorne

Nombre de messages : 19
Âge : 30
Date d'inscription : 02/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeJeu 14 Mai 2020 - 17:39


Le soleil n'allait pas tarder à se coucher. Et l’air était frais et pur. Au bords du lac d'Aegir, que l'on nommait aussi la cuvette du géant par égard à une légende voulant que le géant Aegir se fut assis là, creusant le lac, les guerriers et les guerrières qui s'étaient entrainés durant la journée se jetaient maintenant à l'eau à grand renfort de cris, de rires et d'éclaboussures.
C'était un lieu étrange qu'avaient choisi les fomors pour établir leurs villages depuis plusieurs générations. Les sagas racontaient en effet que là où le géant Aegir s'était assit, se trouvait jadis une cité mirifique. Légende ou réalité, chaque année, les jeunes du clan plongeaient en vain dans le lac à la recherche de ses trésors enfouis.
Debout sur la rive, et devant les paroles de la chef de clan, le Maître des Mots avait dodeliné du chef en signe d'assentiment. Et les guerrières s'étaient levées d’un bond, prête à obéir aux ordres de leur meneuse.

En bon maquignon, le fils de Fannar faisait à présent mine de peser l'offre et les candidates qui allaient s'offrir en otage le temps de la cérémonie. Plissant les yeux alors qu'il avait déjà fait son choix, il parcourait les rangs des kertovanes d'un air réfléchi et étudié. C'était une tradition ancienne dans les Wandres, que des otages soient parfois confiés à un autre clan, le temps d'une cérémonie ou d'une année, afin de garantir des alliances et d'offrir des gages de bonne entente.
Parmi les femelles alignées, certaines toisaient le mâle avec morgue tandis que d'autres affichaient un regard inexpressif et quelque peu blasé. La brune Freyja affichait une mine renfrognée, et la blonde aux formes plantureuses mordillait ses lèvres d'un air goguenard en le dévisageant. Mais la plus insolente de toutes était sans conteste la grande guerrière aux cheveux de feu qui lui lançait des regards venimeux.

"Alors que la fille aux cheveux de feu nous fasse l'honneur de rester parmi nous, noble Radja. Elle sera reçue et traitée avec honneur, comme une Fomor."

Et sans plus ajouter de mots, après avoir serré dans leurs bras Meledwen, les deux groupes se séparèrent avec de brefs saluts. Tandis que les guerrières Kertova rejoignaient leur camp, les fomors s'éparpillèrent et retournèrent vaquer à leur occupations.
Les préparatifs pour la cérémonie battaient leur plein et bientôt, ce furent pas moins d'une dizaine de sangliers du Brissalion qui se retrouvèrent à rôtir sur de grande broches, au-dessus de plusieurs feux qu'on alimentait régulièrement.

La tête du chef vira vers la kertovane, les yeux plissés : "Sois la bienvenue parmi nous, kertova, je prends les dieux et les miens à témoins que tu n'auras rien à craindre ici ! Quel est ton nom ?"

A peine Meledwen lui avait-elle répondu, le fomor huma l’air ambiant et tourna son regard vers le lac, puis gloussa en coulant un léger sourire énigmatique. "Viens !" Ses prunelles à nouveau posées sur la guerrière, il ajouta : "On dit que les dieux ont béni ce lac il y a des milliers d'années. Lorsqu'au commencement de toute chose, le monde appartenait aux ténèbres et ne connaissait ni le soleil ni le jour. Et que si tu plonges assez loin, tu peux voir le passé."
Revenir en haut Aller en bas
Meledwen
Humain
Meledwen

Nombre de messages : 16
Âge : 40
Date d'inscription : 02/03/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  16
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeVen 15 Mai 2020 - 1:25

Ca ne lui plait pas, mais pas du tout. Les ordres sont les ordres cependant et l'utilité d'un tel rituel est parfaitement compris et assimilé par la jeune femme. Elle en reste avec un goût amer en bouche cependant que le fils de chef semble les regarder comme de vulgaires pièces de viandes. Elle ne pipe mot, Meledwen, se contentant de pincer de ses lèvres pleines, acceptant avec stoïcisme son sort.

Ils sont mieux de bien la traiter, parce que le reste des kertovas vont lui tomber sur la gueule et raser le village pour finir par se faire des boucles d'oreilles avec ses couilles.  Silencieuse, elle ne fait aucun, mais aucun effort pour engager la conversation. De sa démarche souple de guerrière, elle emboite le pas au mâle… Comment il s'appelle déjà? Ah oui, Sorne. D'ailleurs, il s'arrête et la dévisage. Droite et fière, quelques mèches s'embrasant autour de sa figure pâle sous la lumière du soleil, elle lui retourne la politesse froidement. 

Si des yeux verts pouvaient tuer, il serait mort sur le champ. 

 "Sois la bienvenue parmi nous, kertova, je prends les dieux et les miens à témoins que tu n'auras rien à craindre ici ! Quel est ton nom ?

Ne m'insulte pas. Qu'est ce que je suis supposée craindre? Je suis une kertova, je ne crains rien. Pense la wandraise qui se contente d'un Meledwen très succinct comme réponse. Depuis qu'elles l'ont secourues, elle n'est jamais restée éloignée de son clan.

"Viens !"Un unique sourcil diabolique se hausse malgré elle, mécontent, lui donnant un air étrange, un peu décalé. "On dit que les dieux ont béni ce lac il y a des milliers d'années. Lorsqu'au commencement de toute chose, le monde appartenait aux ténèbres et ne connaissait ni le soleil ni le jour. Et que si tu plonges assez loin, tu peux voir le passé."

On dit beaucoup de chose, Sorne fils de Fannar...

Les yeux verts lui retourne un regard incendiaire, avant qu'elle ne tourne malgré elle la tête, vers où le campement des Kertovanes devrait se trouver. Avant de se retourner avec fluidité vers lui.

Je ne te comprends pas, mâle. Essaye tu de me parler de tes coutumes, de me défier à la plongée ou si c'est du charme que tu penses me faire? Bien c'est très raté. Meme le con de Carmelane resterait insensible. Soyons clairs. Je suis ici pour le cercle des guerriers, pas pour te servir de chauffe lit.

Revenir en haut Aller en bas
Sorne
Humain
Sorne

Nombre de messages : 19
Âge : 30
Date d'inscription : 02/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeVen 15 Mai 2020 - 11:09


Sur cette face coléreuse où roulent des yeux furibards, difficile de saisir le moindre signe de douceur. Décidément, le début de la conversation avec cette invitée se plaçait sous les auspices les plus enflammées, se réjouit Sorne. Ces regards incendiaires, n'étaient-ce pas une invite à faire plus ample connaissance ? Et voilà que la kertovane parlait d'un défi en lui évoquant pèle mêle l'occasion de lui faire du charme et de chauffer son lit. Qu'elle lui parle seulement de s'attribuer ses génitoires pour s'en faire des bijoux et cette fois, ce sera certain, elle en pincera pour lui.
Le fomor découvre que la guerrière a aussi de la répartie. Mordante ou provocante ? Comment le savoir ! Sorne, qui se piquait d'avoir un peu connu la gent féminine au cours de ses raids et des pillages, s’assura qu’il s’agissait d’un petit combat d’esprit pour se mettre en chauffe avant de passer aux choses sérieuses, et rien d’autre.

"C'est quoi ce couplet, daube le guerrier en gratifiant Meledwen d'un sourire caustique. On ne vous a jamais appris la politesse en tant qu'hôte, chez vous autres, dans vos forêts ?"

Son oeil frise alors qu'il délivre ces banalités à la femelle. Et son sourire s'accentue. Il donne au chef fomor une sorte d'expression madrée, que ses proches et ses familiers ont appris à redouter... Le drôle morgue la guerrière quelques instants, songeant à lui adresser quelques remarques sur le fait que chez lui, dans son village, il n’est pas très respectueux de faire la conversation en plein vent, le cul par terre. Autour d'eux, les femmes et les hommes qui se sont entrainés tout l'après-midi procèdent à présent à leurs ablutions pour le banquet du soir.

"Tu as de la gueule quand tu es en colère, femme, concède le fomor en s'amusant de l'indocilité de Meledwen. L'agressivité de la jeune femme trahit selon lui une certaine fébrilité... Peut-être un manque d'assurance ? Il s'esclaffe : Mais pour ce qui est de chauffer ma couche, c'est peut-être encore un peu tôt pour toi... Tu ne dois pas avoir connu beaucoup d'hommes. Et tu dois être plutôt maladroite... je ne suis pas sûr que ce soit un cadeau pour un mâle, de t'avoir dans son lit !"

Et tout en coulant une moue sarcastique à la kertovane, l'oeil rieur, il coupe cavalièrement la conversation. Sans plus de cérémonie, la guerrier fomor la plante là et se dirige vers l'eau, où s'ébrouent les guerrières et les guerriers en riant. Il retire le plaid de laine qui l'entoure et défait sa ceinture de cuir et ses brogues. Puis il entre nu dans l’eau glacée et s'éloigne, vêtu de son seul torque en or. Toujours sans se retourner, il adresse une dernière remarque, toujours sur un ton gouailleur, à l'attention de la kertovane :

"Il faudrait quand même qu'on cause un peu, toi et moi. Histoire que je te dégrossisse pour t'apprendre les bonnes manières. Dommage que tu sois mon hôte, tu aurais fait un beau trophée."



Revenir en haut Aller en bas
Meledwen
Humain
Meledwen

Nombre de messages : 16
Âge : 40
Date d'inscription : 02/03/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  16
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeVen 15 Mai 2020 - 13:46

A la mention de la forêt, les prunelles vertes se parent du plus pur mépris. Leur forêt? Il les prend pour des elfes ou quoi? Les marais du nord des Wandres, il n'y a que ca de vrai. Elle ne prendra même pas le temps d'expliquer à cet inculte la différence entre les deux écosystèmes, il prendrait ça comme une marque d'intérêt.

Oh, semble t'il qu'il est temps de se laver. Ca ne la dérange pas vraiment se promener nue… Ce qui la dérange, c'est de le faire devant lui. D'ailleurs, le fils de chef lui rend service en la plantant là pour aller se désaper, sa pique tombant dans un océan d'indifférence glaciale.

"Il faudrait quand même qu'on cause un peu, toi et moi. Histoire que je te dégrossisse pour t'apprendre les bonnes manières. Dommage que tu sois mon hôte, tu aurais fait un beau trophée."

Silencieuse, Meledwen ne reste pas là, s'éloignant de cet horrible individu avec dignité, recherchant d'instinct un endroit à prépondérance féminine avant de se déshabiller à son tour, prenant le temps de plier et de poser ses cuirs et ses fourrures en une pile bien nette, nullement gênée par sa nudité. Pourquoi le serait elle? Sur son dos, entrelacés avec ses tatouages, les anciennes marques de fouet et des cicatrices plus ou moins récentes. Ses hanches rondes, ses clavicules décorées de son torque à tête de renard et la lourdeur de sa poitrine qui se soulève quand elle se met à défaire sa tresse, sa taille plus fine que les guerrières wandraises, mais pas assez pour les standards péninsulaire, elle est une créature étrange, assurément.

Tranquillement, indifférente aux fomors, aux murmures et aux regards autour d'elle, Meledwen fait ce qu'elle a à faire. Tant que cet imbécile ne vient pas l'embêter, tout ira bien. Elle? craindre quelque chose? Pfft! Faites la rire!

Enfin libérée, son opulente chevelure tombe jusqu'à ses genoux, lui faisant un voile pudique tandis que la jeune fille se penche pour attrapper un bout de savon avant de s'avancer, régalienne, dans l'eau glaciale, seulement vêtue de son torque d'or et de ses tatouages.

Minutieusement, avec classe, se met t'elle à savonner ses cheveux qui, doués d'une vie propre, semblent faire un rempart entre la Kertova et les autres. Sa poitrine se dresse, les pointe raffermies par le froid glacial et sous les coups de savon.

Alors, signe que, malgré tout, elle a quand même écouté ce que ce mâle avait à dire, une fois terminé, la guerrière commence à s'éloigner à la nage vers le milieu du lac avant de subitement plonger, disparaissant aux regards du clan hôte.

Nager en profondeur… Vers son passé… Est ce vrai? Pourrait t'elle revoir mère? Par Carmelane. Qu'est ce qu'elle dirait?

Le temps passe et Meledwen ne remonte pas à la surface.
Revenir en haut Aller en bas
Sorne
Humain
Sorne

Nombre de messages : 19
Âge : 30
Date d'inscription : 02/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeVen 15 Mai 2020 - 15:56


Debout dans l’eau peu profonde, Sorne pénètre dans l'eau, doucement d'abord, habituant son corps au contact de l'eau glacée. Sur la surface du lac, quelques wandres, qui pèchent, filent sur l'eau à bord de leurs coracles.
Curieux, le guerrier jette son regard sur les dizaines de petits poissons, étranges et agiles formes argentées qui viennent glisser autour de lui et lui chatouillent pieds et chevilles. Il voit les couleurs peintes sur sa peau - ses couleurs, celles de la tribu des fomors - à la poudre de la fleur de guède, dont il s'induit le visage lors des cérémonies, se diluer dans l'eau au fur et à mesure qu'il pénètre celle-ci plus avant. Alors, plus gaillardement, avec une joie presque enfantine, le guerrier inspire et plonge des pieds à la tête dans l'eau claire... pour émerger quelques brasses plus loin ! En se retournant vers la rive, il observe Meledwen rentrer dans l'eau.

Indifférente aux fomors qui l'entourent, et qui continuent de vaquer à leurs activités en jetant parfois des regards amusés sur cette inconnue, Meledwen s'assoit dans l’eau et se lave.
Le soleil déclinant jette des reflets dorés sur ses cheveux roux, lesquels cachent à présent le spectacle de sa poitrine nue, noyée dans une masse de boucles qui lui chatouillent les joues et les épaules. La nudité ne dérange pas les wandres. Contrairement aux péninsulaires, ces derniers n'ont jamais eu honte de leur corps.

Enfin, lentement et presque sentencieusement, elle pénètre à son tour dans l'eau glaciale, seulement vêtue de son torque d'or et de ses tatouages. Ce détail du collier n'a pas échappé au chef des fomors : l'épaisse tige métallique ronde qui ceint le cou de la donzelle n'est pas anodine. Elle se termine en boule à ses deux extrémités, ornées par deux têtes de renard. C'est un signe de noblesse et d'un statut social élevé dans les Wandres... Et Sorne se demande comment a-t-elle pu se procurer un objet aussi précieux. Est-ce un butin, un héritage ou un présent ?
Une sorte de mystère plane autour de la kertovane, et la curiosité mutine du fomor n'en est est que plus attisée. La donzelle est accorte, force lui est maintenant de le reconnaitre, alors qu'il examine - peut-être avec un peu trop de complaisance - la grâce de la rustaude.
Si Meledwen est timide, simple d'allure comme d'atours, elle est séduisante cependant, fine et bien en chair. Ni l'homme ni le guerrier ne s'y trompent. Rien qu'à la voir se couler dans l'eau, souple et mince, on la devine savoureuse.

L'histrion, qui croyait que personne ne savait mieux nager que les fomors, se surprend également à admirer les qualités de nageuse de la jeune femme, qui vient de plonger sous la surface. Il s'attend à la voir remonter aussitôt, pour reprendre son souffle. Mais le temps passe. Et bientôt, l'inquiétude vient. La kertovane ne remonte toujours pas. Est-ce une farce ? S'est-elle changée en poisson, ou lui est-il arrivé un problème ? S'il advient un malheur, les conséquences pourraient s'avérer fâcheuses pour les deux clans. Meledwen est sous la protection des fomors.

Alors le wandre, non sans avoir maugréé et juré par trois fois, prend à son tour une grande bouffée d’oxygène et plonge.

L’eau est claire. Elle est moins boueuse depuis que les pluies d'automne ont cessé. Il aperçoit un poisson, qui file se cacher derrière un gros rocher. Le guerrier nage dans la direction où il a vu la kertovane pour la dernière fois, et sa respiration devient irrégulière... jusqu'à ce que l'air se fasse rare dans ses poumons. Où est donc passée cette grande bécasse aux jolis yeux ?

Revenir en haut Aller en bas
Meledwen
Humain
Meledwen

Nombre de messages : 16
Âge : 40
Date d'inscription : 02/03/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  16
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeSam 16 Mai 2020 - 0:30

Les yeux grands ouverts, après avoir plongé, Meledwen regarde les profondeurs du lac, ses pieds la propulsant telle une sirène vers le fond. Pourquoi, murmure une voix dans son esprit, accorde tu quelconque crédit à cet énergumène?

C'est simplement l'appel du défi qui la guide. En ligne droite, elle dépasse un banc de poissons argentés, fixant les ténèbres insondables du fond marin. Le froid l'engourdit peu à peu… Raisonnable, la guerrière ralentit avant de s'arrêter, continuant de bouger pour ne pas tomber en hypothermie. Levant la tête, elle voit la surface miroiter, avant de la rebaisser et de contempler les insondables fonds.

Un grand sourire ravi éclaire alors son visage, avant que, telle une flèche, elle ne retourne vers la surface. Mais pas assez vite à son goût. Ses poumons crient grâce, ses muscles hurlent sous le manque d'oxygène, sa gorge se serre, mais Mel continue de sourire à pleines dents. Elle repousse sa limite et elle en est ravie. Peut-être n'y arrivera t'elle pas… Susurre le doute qui tente de miner sa confiance en elle.

Mais elle est là, la surface. De plus en plus près, de plus en plus scintillante, l'air et la vie à portée… Encore un peu… Un peu plus, encore un effort. Enfin. Elle n'a pas conscience du trouble que son défi à elle-même cause chez ses hôtes. Un peu plus loin, c'est un Sorne qui plonge, une fraction de seconde avant que, dans une gerbe d'eau, la kertovane refait surface, prenant une grande inspiration. Puis, c'est son rire, clair et cristallin franc, qui s'élève dans l'air du lac.  Elle a réussit! Rien n'est impossible.

Les lèvres bleuies par le froid de l'eau, la guerrière commence à nager paisiblement vers le rivage, ne sachant pas qu'elle est cherchée sous l'eau. Sa longue crinière trainant dans son sillage, telle la queue d'une comète, son corp à contre jour semblant infiniement plus long et élancé, vu d'en dessous.

Tiens, l'insupportable mâle s'est barré, a t'elle seulement comme réflexion, ce qui la fait sourire encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
Sorne
Humain
Sorne

Nombre de messages : 19
Âge : 30
Date d'inscription : 02/10/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeSam 16 Mai 2020 - 16:55


Les poumons du fomor commencent à le brûler. Hélas, il ne voit toujours aucune trace de la kertovane !
Encore quelques brassées, et il aperçoit ce qui lui semble être un pilier... de roche... ou peut-être est-ce un gros rocher ?
Sorne nage plus près... La forme a l'air ancienne et fait bien sept, ou huit mètres de haut... C'est étrange, peut-être est-ce le fruit de son imagination : il croit presque discerner le visage d’un homme vieillissant, aux yeux caves, qui porte une couronne. Mais peut-être est-ce un rêve ? Les incrustations d'algues et les crustacés recouvrent presque entièrement la pierre. Cette fois, l'air, dans ses poumons se fait plus rare...

Son pouls se fait lent, et la respiration devient lus difficile, comme si l'homme subissait une pression énorme de toutes les forces du corps et de l'esprit. Le guerrier s'apprête à donner un coup de pied vers le bas pour remonter à la surface, lorsque soudain : son regard accroche une forme jaune en contrebas, près de la pierre !
Pas le temps d'aller voir : il se sent prêt d'exploser. Prenant assez d'impulsion, le fomor nage jusqu'à sur la surface et la traverse à grands renforts d'éclaboussures ; aspirant l'air à grandes goulées !

Autour de lui, la surface du lac est plate et calme, à peine froissée par les gestes de ses bras pour rester à la surface. Au loin, les rires et les conversations des fomors retentissent, rebondissant sur l'eau ou portés par la brise qui se lève sur le lac. Sorne se prépare à replonger à la recherche de Meledwen, lorsque devant lui le lac se brise sur une silhouette en train de se diriger vers la rive. L'épaisse crinière rousse ne laisse guère de doute sur sa nature ! C'est la kertovane, qui lui tourne le dos et regagne la barge. Sa peau blanche dénote sur l'eau sombre, qui lui arrive jusqu'au épaules et émerge de temps à autres ; à chaque fois que les bras de la jeune femme s'élèvent pour fendre l'eau.

Le fomor serre ses mâchoires jusqu'à en avoir mal aux dents et décoche à Meldwen un regard assassin en jurant. Il aspire pour la seconde fois une bonne goulée d'air et plonge sous la surface, en quête de la forme jaune qu'il a aperçut tantôt.
Revenir en haut Aller en bas
Meledwen
Humain
Meledwen

Nombre de messages : 16
Âge : 40
Date d'inscription : 02/03/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  16
Niveau Magique : Non-Initié.
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitimeSam 16 Mai 2020 - 23:03

Un bruit, un remous dans les vagues qui la porte au rivage font ralentir et s'arrêter la guerrière qui regarde autour d'elle, les sourcils froncés. Elle n'est pas seule…

L'adrénaline lui fait oublier le froid, son pouls s'accélère tandis qu'elle se prépare à une attaque. L'oreille dressée, Mel regarde à gauche et à droite, essayant de deviner quelle créature marine pourrait bien avoir envie d'essayer de s'en prendre à elle dans ce lac quasi surpeuplé par les Fomors.

Un autre bruit d'éclaboussure, derrière elle, fait hérisser son échine. La créature est sous l'eau maintenant. Hors de question qu'elle ne l'attende. La meilleure défence c'est l'attaque. Dans une longue ondulation de ses longs cheveux, la Kertovane fait volte face… Là où était la créature, il n'y a qu'un rond qui se dissout rapidement dans les eaux sombres.

Quelqu'un de sensé regagnerait la rive.
Quelqu'un de sensé ne poursuivrait pas une créature inconnue dans un élément qui n'est pas le sien.

Mais la grande rousse n'est pas "quelqu'un". Sans attendre, elle prend une grande goulée d'air et replonge, à la poursuite de cette forme sombre qui semble s'éloigner. De la distance où elle est, elle ne reconnait pas Sorne, parce qu'elle s'en irait. Si lui est plus lent dans son avancée, elle sait exactement où elle va. Elle reconnait le dos d'un mâle qui semble chercher quelque chose.

Sous l'eau, l'émeraude de son regard luit dangereusement tandis que la jeune fille ne ralentit pas du tout, ayant l'intention manifeste de piquer l'objet des recherches du mâle directement sous son nez, d'ailleurs, elle se met à fixer le fond elle aussi, ne sachant pas trop ce qu'elle cherche, mais sachant qu'elle va le savoir quand elle va le voir.

Un mince filet de bulles s'échappent de sa bouche, tandis qu'elle compense la pression que cause la rétention de sa respiration. Il lui reste un peu de temps avant de devoir remonter à la surface.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]   Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre aux prémices de l'hiver [Meledwen]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ZAGAZORN :: Les Wandres :: Le Landnörten-
Sauter vers: