-53%
Le deal à ne pas rater :
GACHI Batterie Externe 26800mAh
24.94 € 52.99 €
Voir le deal

 

 [Principautés de Thaar] Cité d'Ys

Aller en bas 
AuteurMessage
Sapientia
Admin
Admin
Sapientia

Nombre de messages : 942
Âge : 29
Date d'inscription : 10/02/2010

[Principautés de Thaar] Cité d'Ys  Empty
MessageSujet: [Principautés de Thaar] Cité d'Ys    [Principautés de Thaar] Cité d'Ys  I_icon_minitimeMar 7 Avr 2020 - 21:05



La Cité d'Ys.
La Perle Noire de l'Oliya.


Spoiler:
 



Sommaire:
  1. D'Ys et de son Histoire.
  2. Diplomatie.

  3. Du système politique et juridique de la cité.

  4. La Maréchaussée.

  5. Economie.

  6. Culture et traditions.

  7. Quartiers et lieux notables.




[Principautés de Thaar] Cité d'Ys  Logo_y10

« Ys grandit mais ne vieillit pas »


I. D'Ys et de son Histoire.

Située en face des ruines de sa première édification rasée par les Drows entre l’an 700/X et l’an 800/X, l’actuelle cité d’Ys est installée sur les berges Ouest de l’embouchure méridionale de l’Oliya. Rebâtie avec les moyens du bord, la cité d’Ys est frappée d’un édit séculaire lui interdisant de reconstruire sur les ruines de son aînée. Cette situation fait de l’actuelle Ys une cité marchande ayant moins de 300 ans d’existence et peut se prévaloir d’être la plus petite des grandes cités de l’Ithri’Vaan.

Ys a beau être petite, elle n’en reste pas moins une cité marchande. Elle s’articule économiquement autour de l’Agora, un immense marché à ciel ouvert, et autour du port, où règne la Compagnie Oliyane et ses armateurs. Ys exporte principalement des céramiques créées à partir des gisements sur les berges de l’Oliya et des briques de terre crue. Mais ce qui distingue la cité du reste de ses concurrentes est la production d'un papier d'excellente qualité, rendue possible grâce aux nombreux plants de papyrus qui poussent à l’embouchure de l’Oliya, ainsi que sa production de verre, réalisée à partir d'un sable noir extrait des plages.

La cité est actuellement contrôlée par une oligarchie constituée des principaux représentants des guildes de l’Agora ayant mis fin au régime de Kahina d’Ys. Ce conseil des guildes – nommé les Treize - contrôle d’une main de fer la politique yssoise par le biais de leur représentant élu, portant le titre de Protecteur. Un conseil de citoyens triés sur le volet se charge des affaires courantes et d’effectuer la liaison avec le reste de la population qui n’a pas voix au chapitre. Ces notables sont aidés dans leurs tâches par les prévôts d’Ys, une petite administration et la milice locale, renforcée par la présence de prévôts de Thaar et de membres du Guet.



II. Diplomatie.

Le Protecteur de la cité est chargé des relations diplomatiques avec le reste des cités et factions présentes, et peut désigner à sa guise des ambassadeurs parmi les citoyens d’Ys pour l’aider dans cette tâche. Le moindre écart quant à cette politique pouvant lui valoir l’ire de Thaar, la cité d’Ys entretient une posture diplomatique pacifique et mercantile.


  • II.1. L'Emprise de Thaar.

Les absences de réponse succédant aux refus du Conseil de Thaar pour laisser entrer Ys au Conseil ont été très mal pris par les notables de la cité, qui pourtant avaient multiplié les démarches et les gestes de bonne volonté. Aussi le Protecteur veille à ce que la bonne entente soit de mise entre les habitants de la Principauté et Ys, malgré le ressentiment des Treize envers le Conseil de Thaar.
Ys bénéficie toujours de la protection de Thaar, subissant par la même son occupation. Malgré la surveillance accrue du Conseil de Thaar sur ses activités, Ys voudrait pouvoir peser dans le jeu des décisions.


  • II.2. Les relations d'Ys.


  • Vis-à-vis des Eldéens : Ys n’a jamais caché sa rancœur envers les eldéens, même si de l’eau a coulé sous les ponts depuis. Si la cité ne refuse pas de commercer avec eux via Esion, car cet accord profite aux deux parties, Ys n’est pas dupe du fait que les Eldéens frapperont à nouveau un jour et qu’il faut s’y préparer. Ys n’a accepté de commercer avec Esion que sur le tard, y voyant une opportunité qu’il aurait été bête de ne pas saisir. La Protectrice, Cassiopée Meldyrin, a récemment développé avec feu Viconia X'Ianxin une teinturerie qui produit un bleu exceptionnel et séduisant à Méthylène, en signe d’un rapprochement entre les deux peuples. Ce bleu connait un petit succès auprès des Péninsulaires et de Qirya.

  • Vis-à-vis de la Péninsule : Ys développe depuis quelques années des tentatives pour s’ancrer convenablement au cœur des littoraux péninsulaires. Elle a récemment fait l’acquisition d’un contrat commercial avec Odélian et Missède. Malgré les préjugés, les deux contrées parviennent à commercer en bonne intelligence.



    III. Du système politique et juridique de la cité.

    Ys est une cité marchande sous la surveillance de Thaar dirigée par un conseil de guildes et un conseil de citoyens épaulé par une administration et des forces de l’ordre composées en partie par des agents de Thaar. Cette organisation politique a été mise en place suite au renversement du pouvoir nobiliaire par les pontes de l’Agora et afin d’éviter un nouveau bain de sang dans les rues de la ville.


    • III.1. Les Treize.

    Les Treize représentent les chefs des guildes les plus importantes d’Ys ayant mis la main sur le pouvoir après la destitution de Kahina d’Ys et des troubles qui s’ensuivirent entre la classe nobiliaire de la cité et la petite bourgeoisie de l’Agora. Les Treize forment un conseil de guildes à treize sièges et pas un de plus. Pour intégrer ce conseil, il est nécessaire d’être intronisé par les membres déjà présents et de s’être assuré que le prédécesseur a laissé sa place – volontairement ou non. Ainsi, ce conseil s’assure que le pouvoir reste entre de bonnes mains : les siennes. Ils désignent le Protecteur de la cité et se chargent de dessiner les perspectives économiques, politiques et diplomatiques d’Ys sur les prochains mois et les prochaines années.


    • III.2. La Chambre des Citoyens.

    À l’origine créée comme un élément transitoire permettant de contenter ceux qui voulaient leur part du gâteau sans trop se salir les mains, la Chambre des Citoyens s’est révélée être un outil commode au service du nouveau pouvoir. Elle est constituée des représentants des citoyens d’Ys. Elle permet aux Treize de disposer d’une soupape de sécurité à laquelle ils délèguent les affaires courantes : gestion des quartiers, assainissement, fêtes populaires, aménagement urbain, remplissage des greniers, … Il sert surtout d’intermédiaire avec la population et veille à ce que tout le monde reste bien à sa place. L’enjeu est de pouvoir recueillir les doléances de la population et de les traiter rapidement pour éviter tout débordement, mais aussi d’asseoir le pouvoir et l’importance des citoyens sur ceux qui n’ont pas les moyens de payer le titre.


    • III.3. La Troisième Chambre.

    La Troisième Chambre est le nom de l’organisme qui regroupe en son sein l’administration d’Ys : les prévôts, la milice, mais aussi les gratte-papiers et les gestionnaires de tous poils qui font fonctionner la cité portuaire. La Troisième Chambre est constituée en partie d’éléments envoyés par Thaar (prévôts, membres du Guet et administratifs), présents pour en surveiller l’activité.



    IV. La Maréchaussée.

    Ys n’a jamais eu à entretenir une vaste armée pour se protéger : la seule guerre à laquelle elle a pu participer s’est terminée en désastre. De toute façon, Thaar ne lui donnerait pas la possibilité de se militariser. La ville ne dispose pas de murailles et n’entretient pas de flotte de guerre. Pour gérer son territoire au quotidien, la cité s’appuie sur les Heaumes de Bronze, une milice armée de matraque et les Patrouilleurs, des cavaliers qui sillonnent la région.


    • IV.1. Les heaumes de bronzes.

    Milice traditionnelle d’Ys, les Heaumes de Bronze sont chargés de la sécurité de l’Agora et d’Ys de manière générale. Armés de matraques, d’armures de cuir et de heaumes ronds à bords élargis en bronze (des saladiers retournés selon les dames d’Ys), ils constituent une force de sécurité qui épaule les prévôts dans leurs tâches, arrêtent les criminels et les passent à tabac si nécessaire. L’autorité des Heaumes de Bronze est totale entre les murs de l’Agora, où ils ont leurs quartiers généraux. Ils sont recrutés dans toutes les strates de la société yssoise : il suffit d’être bien musclé et assez sourd pour supporter au quotidien le bruit de l’Agora et des rues d’Ys. Les Heaumes de Bronze ont une formation analogue à celle des basses couches du Guet de Thaar : savoir tenir la matraque du bon côté, mais aussi savoir reconnaître un voleur de fruits d’un marchand d’esclaves.


    • IV.2. Les Patrouilleurs.

    Les Patrouilleurs sont des cavaliers à lance dont la principale mission est d’accompagner les prévôts afin de s’assurer que les lois soient correctement respectées dans les alentours. De temps à autre, ils sont déployés pour gérer une attaque de bandits ou régler un différend entre deux propriétaires terriens. Incorporés en unités d’une dizaine d’individus, les Patrouilleurs vivent principalement dans des domaines protégés où les chevaux peuvent être entretenus et les armes réparées. Il y a actuellement à Ys sept unités de Patrouilleurs stationnées à l’extérieur de la ville dans un haras fortifié.
    Chaque unité, ou brigade, dispose de son propre prévôt, d’un capitaine et d’un échevin responsable du suivi au quotidien des actions des diverses patrouilles et a toute latitude pour faire respecter la loi.


    • IV.3. La Main du Guet.

    Le territoire d’Ys est constamment occupé par une caserne d’agents du Guet, chargés de surveiller les activités de la cité et de la protéger si jamais elle venait à être attaquée. Les relations sont parfois tendues entre les forces du Guet et les Heaumes de Bronze, ces derniers étant jalousement attachés à leur pré carré. A un niveau supérieur, Thaar a fait venir des prévôts pour épauler ceux d’Ys et faire en sorte que les lois du Conseil de Thaar soient respectées. Cette coexistence est pour l’instant relativement pacifique, mis à part quelques rixes de tavernes. Il est communément admis que les agents du Guet présents à Ys sont mieux entrainés au combat que les Heaumes de Bronze.



    V. Economie.

    Le territoire d’Ys est situé dans un delta fertile entre deux bras de l’Oliya. La vallée est constituée de petites forêts, de collines et de champs entrecoupés par de petites localités où sont produites les denrées agricoles et les matières premières. Ys est positionnée sur une vaste plaine à l’embouchure du fleuve en aval de la cité de Qiryah. Le lit de l’Oliya dépose régulièrement des alluvions nécessaires aux cultures et permet l’extraction de l’argile nécessaire aux céramiques. Le climat y est doux en hiver et chaud en été et les vents marins apportent un peu de fraicheur.


    • V.1. Ressources des territoires.

    Profitant de la proximité avec l’Oliya, la campagne agricole Ys produit principalement de la nourriture. Les habitants d’Ys importent le bois d’autres contrées, notamment de la Péninsule, où il est moins cher. En effet, exploiter les forêts locales reviendrait à priver Ys de l’ombre qui permet aux cultures de ne pas trop souffrir des chaleurs estivales. Ys ne dispose pas de carrières de pierre, ni de marbres et en fait importer de Thaar et des Milles-Caves – des carrières de Adad. Si elle ne dispose pas de pierre ni de bois, Ys s’est tournée vers l’exploitation de trois ressources dont elle dispose dans de très bonnes quantités : le sable noir, l’argile et le papyrus.
    Il est à noter qu'elle possède deux mines, la première d'où l'on extrait du fer et la seconde du bronze, mais ne dispose d’aucune mine de pierres précieuses sur son territoire. Ces métaux finissent dans les fonderies de la cité pour y être transformés en lingots, servant principalement à la confection et l'entretien des équipements de la Maréchaussée.


    • V.2. Artisanats yssois.

    Ys est particulièrement efficace sur le plan de la céramique et de la production de briques en terre crue. Le fait de disposer de mines de métaux et d'importantes ressources en argile a permis à Ys de développer des manufactures produisant des matériaux comme de l’acier ou des alliages pour son propre compte, mais aussi de disposer de petites fonderies. Les fourneaux d’Ys utilisent la houille trouvée sur le territoire pour tourner à plein régime nuit et jour. Les fours d’Ys sont connus pour produire de belles céramiques et l’intervention des alchimistes apporte beaucoup aux procédés mis en place. Sur les berges de l’Oliya, l’extraction des terres permet la réalisation de briques de terre crue, activité essentiellement réalisée par les plus pauvres pour construire les habitations mais aussi alimenter les marchés extérieurs.


    • V.3. Produits de luxe.

    Là où la cité d’Ys parvient à tirer son épingle du jeu et ne pas passer pour une simple cité de gueux ramassant de la terre ou d’ouvriers passant leur journée derrière des fourneaux, c’est qu’elle s’est spécialisée dans deux types d’artisanat de luxe dont ses partenaires commerciaux raffolent : le verre et le papier.

    La création du verre est une des spécificités d’Ys. Les souffleurs de verre d’Ys sont extrêmement prisés pour leurs compétences artisanales. L’extraction du sable noir sur les plages d’Ys et son transport dans les hauts-fourneaux a permis à la cité portuaire de valoriser une ressource jusque-là peu considérée dans ses applications pratiques. Le verre donne de merveilleux objets du quotidien pour les plus aisés, mais aussi les vitres et les miroirs. C’est à Ys que l’on produit le cristal, cette matière dont le secret de fabrication est jalousement gardé par un très petit nombre de personnes.

    Spoiler:
     

    L’autre ressource dont Ys peut se targuer d’avoir maîtrisé la fabrication est le papier réalisé à partir du papyrus qui pousse en quantité à l’embouchure de l’Oliya. La maîtrise de la fabrication du papier d’Ys – ou du papyrus – est un secret bien gardé, mais il est communément admis que la qualité de celui d’Ys rivalise aisément avec celle des meilleurs vélins (c’est aussi moins cruel de sabrer des plants de papyrus que d’écorcher des veaux).

    Spoiler:
     


    • V.4. Importations alimentaires.

    Ys produit une partie de sa propre nourriture grâce à ses territoires agricoles. Toutefois, sa population ne se contente pas que de céréales, de poissons et de petites volailles et doit absolument faire importer d’autres produits de l’extérieur si elle veut proposer une véritable sécurité alimentaire et améliorer son ordinaire : épices, alcools forts, viandes rouges, … Le développement des échanges avec la Péninsule et des cités de la Principauté permet à la cité de disposer d’une sécurité alimentaire réelle tandis que la Côte Brûlée lui fournit les épices, le miel et l’huile d’olive. Ys ne peut pas exporter sa propre production de nourriture vers l’extérieur mais n’en manque pas à l’intérieur de ses terres. Elle dépend beaucoup de Thaar et de la Côte Brûlée pour lui fournir les produits de luxe que très peu de ses habitants peuvent se payer.


    • V.5. Commerce d'esclaves.

    Le commerce des esclaves s’effectue sur l’Agora d’Ys, conformément aux lois vaanies. La position d'Ys concernant l'esclavage étant un peu particulière, c'est un marché peu développé, extrêmement réglementé et dépendant de l'importation. L'un des prévôts de la cité est entièrement dédié au contrôle et à la régulation de l'esclavage.

    En Barkios de l’an 17:XI, la mise en chantier des routes pavées d’Ys a renouvelé la posture de la cité quant à l’utilisation des esclaves en les achetant sur les marchés thaaris.
    En leur offrant l’affranchissement et un lopin de terre dans le territoire d’Ys, la cité cherche à utiliser la main-d’œuvre des esclaves pour non seulement paver ses routes, mais aussi, suites aux violents affrontements ayant entourés le changement de régime, repeupler son territoire. Reste à savoir si ces esclaves voudront bien rester.



    VI. Culture et traditions.


    • VI.1. Considérations raciales.

    Ys est une cité qui se veut ouverte à l’égard de toutes les races. Là où la différence se fait véritablement, c’est au niveau des allégeances. Les Yssois ne cachent pas leur antipathie envers les Eldéens et si les Doebens sont bien acceptés dans la société yssoise, les premiers sont vus avec méfiance et ne recevront pas la chaleur des habitants de la cité s’ils montrent clairement leur attachement au Puy d’Elda.


    • VI.2. La citoyenneté à Ys.

    Avant la chute de Kahina d’Ys, la citoyenneté achetée à prix d’or permettait de posséder un titre de propriété au sein de la cité. La mise à bas du pseudo-duché local a rebattu les cartes quant à l’usage qui serait fait de la citoyenneté. La citoyenneté à Ys est désormais conditionnée selon trois principes : le fait de vivre à Ys, le paiement d’une taxe annuelle et le fait de savoir lire et écrire. Cela permet à Ys de ne compter dans ces citoyens que des gens qui ont réussi non seulement à s’en sortir financièrement (et qui peuvent se permettre de payer leur citoyenneté chaque année), mais qui ont aussi disposé d’une éducation suffisante (et de se débarrasser de ceux qui ne savent pas gérer leur fortune). Ys reconstitue ainsi une nouvelle classe dirigeante basée non pas sur des titres nobiliaires et des titres de propriétés mais sur l’argent et l’éducation : une bourgeoisie lettrée. Être citoyen à Ys permet non seulement de marquer un statut supérieur vis-à-vis des gens du peuple, mais aussi d’élire ses représentants à la Chambre des Citoyens (et potentiellement de devenir l’un des Treize). Désormais n’importe qui peut être propriétaire à Ys pour peu que la Troisième Chambre puisse formellement l’acter. Ce processus prend nettement moins de temps si vous êtes un citoyen estimé bien entendu … Habiter proche de l’Agora reste toujours gage d’une certaine prospérité, tandis que les plus pauvres continuent à s’entasser en bordure de la ville. Certaines habitudes ont la vie dure.


    • VI.3. La Fête des Perles.

    La fin du pseudo-duché d’Ys ne fut pas une partie de plaisir et de nombreuses rues d’Ys ainsi que l’Agora portent encore les marques des affrontements qui eurent lieu lors du renversement du pouvoir. Suite à la destitution de la dynastie de Kahina d’Ys, de sanglantes vendettas eurent lieu dans les rues de la ville, principalement entre la vieille noblesse et la bourgeoisie, épaulée par les couches les moins aisées de la cité, désireuses de profiter du chaos ambiant pour s’imposer. Quand la poussière retomba et que les affrontements cessèrent, les Treize s’étaient finalement emparés du pouvoir et instaurèrent de nouvelles règles. Afin de calmer les ardeurs de la population, la Protectrice nouvellement désignée décréta l’instauration du Jour des Quinze Perles, en l’honneur des quinze guildes qui renversèrent Kahina d’Ys (deux ont malheureusement disparues lors des affrontements … ou après …). Tous les cinq ans, les enfants d’Ys sont conviés pour cette grande fête sur les marches du Palais d’Ys pour piocher une perle symbolique dans un grand vase de bronze (que l’on remplace astucieusement par des cailloux peints … pour éviter les vols). Ceux qui piocheront l’une des quinze miraculeuses perles noires (un caillou peint en noir) se verra alors accueilli dans l’unique école d’Ys financée sur les deniers de la Protectrice. Il recevront alors, tous les quinze, une instruction complète en cinq années ainsi qu’une formation complémentaire au Firmament pour devenir un mage accompli.


    • VI.4. De l'interdit et du toléré.

  • La pratique de la magie et de l’alchimie est autorisée à Ys du moment qu’elle ne contrevient pas aux règles du Code des Lois (les expériences dangereuses doivent être menées à l’écart).

  • Concernant l'esclavage, la citée possède d'Ys ses propres lois. Il est interdit de maltraiter les esclaves et de les tuer sans procès. Il est d’usage d’affranchir un esclave après une décennie de services. Les esclaves ne payent pas d’impôts et peuvent posséder des biens propres, mais sont toujours sous la responsabilité d’un maître, qui doit être déclaré aux autorités de la Troisième Chambre d’Ys afin de contrôler à tout moment combien d’esclaves vont et viennent sur le territoire. A la mort du maître, si ce dernier n’a pas d’héritier, l’esclave est affranchi.


    • VI.5. Le Creuset et La Guilde des Mages à Ys.

  • Les alchimistes installés à Ys ont pour obligation de s’inscrire à la guilde des alchimistes : le Creuset. Travaillant en équipes sur les projets civils de la cité, ils sont principalement employés auprès des métallurgistes, des maîtres-verriers, des papetiers et des céramistes pour améliorer les processus de fabrication de ces produits. Les alchimistes du Creuset ont pour consigne de ne pas divulguer les fruits de leurs recherches, sauf sur décision des Treize. Il y a actuellement au sein de la guilde une petite centaine d’alchimistes de tous niveaux (avec un référent de niveau maître par département).

  • La guilde des mages d’Ys tient plus d’un regroupement administratif que d’une véritable guilde des mages comme le Firmament. Elle n’a d’ailleurs même pas de nom, les mages d’Ys n’ayant jamais pris le temps de lui en donner un. Constituée d’une dizaine de personnes, la guilde permet de contrôler l’activité des mages d’Ys et de les employer sur les projets de la cité. On compte parmi les mages six vitalistes employés principalement dans les plantations de papyrus, et quatre élémentalistes. Les mages occupent principalement un pavillon dédié dans les Promenades Suspendues, où ils forment leurs quatre apprentis.


    • VI.6. Cultes religieux.

    Ys est une cité dominée par une forte culture pentienne. Les habitants de la cité vénèrent principalement les divinités pentiennes et notamment le culte de Néera, qui jouit d’une excellente réputation. Le panthéon eldéen est aussi vénéré sous sa forme doeben. Les panthéons elfiques et nains sont vénérés dans le privé. Ils ne disposent pas de temples officiels dans la cité, mais restent les bienvenus du moment qu’ils se conforment aux lois.



    VII. Quartiers et lieux notables.


    • VII.1. L’Agora.

    L’Agora est la plus grande polarité commerciale d’Ys. En partie rénové par les élites d’Ys, depuis l'ouverture d'un grand chantier visant à réparer les dégâts causés lors des émeutes suite à changement de régime, cet ancien colisée était l’un des symboles de l’ancienne Ys avant d’en devenir le centre d’activités principales après la destruction de la vieille cité. L’Agora accueille les marchands de l’ensemble de l’Ithri’Vaan pour y négocier les différents biens de consommation, sous l’œil vigilant des Heaumes de Bronze.


    • VII.2. Les Suies.

    Les Suies, ou Ys-la-Noire, est le quartier des manufactures et des fourneaux d’Ys. Situé non loin du port, il s’agit de l’endroit où sont raffinés les métaux, l'argile et le verre qui serviront après aux artisans. Le bruit aux Suies est constant, entre le ronronnement des fourneaux, celui des hommes qui chargent les marchandises et le martèlement du maillet sur l’enclume. Les fumées qui s’échappent des fourneaux ont progressivement noirci les cheminées, donnant au quartier une impression quelque peu sinistre.


    • VII.3. Les Boues.

    Comme toutes les cités de l’Ithri’Vaan, Ys n’échappe pas à la pauvreté. Les Boues constituent le bidonville qui jouxte les Suies et où vivent les travailleurs des mines et des fourneaux. Les Boues sont constituées de nombreuses masures en torchis et en briques mal agencées, couvertes par des toits de paille, assemblées de manière à créer un véritable dédale tortueux, où l’on peut croiser au détour d’une ruelle, un marché ou un petit autel dédié à une divinité. Les autorités d’Ys laissent les Boues tranquilles : elles n’ont pas les moyens d’intervenir avec les Heaumes de Bronze dedans, ni même d’améliorer la salubrité du quartier pour l’instant.


    • VII.4. Les Promenades Suspendues.

    Bâties à l’emplacement d’un ancien notable de la cité ayant fui Ys après la prise de pouvoir des Républicains,les Promenades Suspendues constituent un petit parc en surplomb de la ville, restauré et aménagé par les jardiniers. C’est l’un des lieux les plus agréables d’Ys, mais surtout l’un des moins envahi par la population. On trouve dans ce petit parc des espèces de plantes venues des quatre coins de l’Ithri’Vaan et probablement une ou deux espèces florales péninsulaires. Les mages d’Ys spécialisés dans le soin des végétaux occupent une ancienne aile du domaine, dont une partie a été reconvertie en pépinière.


    • VII.5. Le quartier des Temples.

    Le quartier des Temples existait bien avant l’arrivée de la famille de Kahina d’Ys au pouvoir. Depuis la reconstruction d’Ys sur les berges ouest de l’Oliya, les temples se sont implantés pour récupérer de nouvelles ouailles. La concurrence fut rude pendant plusieurs décennies, chaque panthéon tentant de s’imposer dans la cité. Il en résulte, après moult vendettas, que le quartier des Temples est aujourd’hui géré selon des règles de coexistence qui permettent aux différents cultes de ne pas s’entretuer toutes les ennéades. Il est d’ailleurs étonnant de voir qu’un temple de Natha puisse coexister à deux pas d’un temple de Néera … Mais il n’y a qu’en Ithri’Vaan que ce genre de choses peut se produire. A l’instar de l’ancien Palais du Prince, les temples du quartier sont construits pour moitié avec du marbre et des pierres récupérées dans l’ancienne cité d’Ys.


    • VII.6. Le Palais d'Ys.

    L’ancien vestige du pouvoir de Kahina d’Ys a été récupéré par les élites de la cité marchande d’Ys pour en faire le siège du nouveau pouvoir. Le palais a été réaménagé à l’intérieur pour pouvoir y faire tenir les différents conseils de la cité. Anciennement nommé Palais du Prince, composé d’un assemblage hétéroclite de marbre de la vieille Ys et de briques de terre crue, l’immense palais qui fermait la cité est simplement devenu le Palais d’Ys, afin de symboliser la rupture avec l’ancienne dynastie régnante.


    • VII.7. La Calcinée.

    Ys la Calcinée est le nom donné aux ruines tentaculaires qui s’étendent à l’embouchure et sur la rive est de l’Oliya. Symbole de la destruction d’Ys par les Eldéens, ce territoire aujourd’hui recouvert en partie par la végétation luxuriante est frappé d’une interdiction séculaire visant à empêcher les habitants d’Ys de s’établir dessus. Les ruines restent toutefois utilisées par les habitants pour des promenades, des parties de chasse ou pour le plaisir archéologique. De nombreuses pierres ont été recyclées de La Calcinée pour bâtir le palais d’Ys.


  • (copyright) Fiche rédigée par : Cassiopée Meldyrin.
    À partir du travail de Kahina d'Ys.
    Revenir en haut Aller en bas
     
    [Principautés de Thaar] Cité d'Ys
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Miradelphia :: Où tout commence :: Géographie :: Ithri'Vaan-
    Sauter vers: