Le deal à ne pas rater :
Nike : jusqu’à 50% de remise sur le running
Voir le deal

 

 Le Livre des Justes [solo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Haldren Alm'mirroanwë
Ancien
Ancien
Haldren Alm'mirroanwë

Nombre de messages : 1193
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
Le Livre des Justes [solo] Empty
MessageSujet: Le Livre des Justes [solo]   Le Livre des Justes [solo] I_icon_minitimeVen 10 Avr 2020 - 15:12



Durant le mois de Verimios, l'année 17 du XIe Cycle


Les ruines du château d'Abyssea n'avaient jamais aussi bien porté leur nom que depuis la destruction du Nœud magique qui trônait jusqu'à récemment en haut de la tour principale. L'énergie dégagée durant le rituel visant à se débarrasser du construct devenu dangereusement instable avait causé des dommages irrémédiables à la structure, obligeant les chaotiques à déplacer dans d'autres parties de la vaste structure ou dans des bâtiments alentours les différentes installations nécessaires tant à leur survie qu'au maintien de l'activité du culte. Régulièrement les adeptes venaient observer les traces du cataclysme déclenché par leur Dieu, se demandant intérieurement pourquoi "Il" avait choisi de faire sauter sa propre tour plutôt que celles de Diantra ou d'Alëandir, ces vils lieux de perdition où tant d'hérétiques refusaient encore de vénérer les Six au lieu des Cinq. Puis ils se souvenaient que rechercher une logique dans le Chaos comportait encore moins de cohérence que vouloir écrire une odeur ou écouter une couleur, et ils s'en retournaient alors d'un pas morne à leurs activités quotidiennes. Les mystères de la foi n'appartenant pas au profane et douter des raisons d'une volonté supérieure constituant déjà en soi un péché qu'il convenait de châtier par des mortifications de la chair, le port de cilices et l'autoflagellation avaient connu une multiplication exponentielle ces dernières ennéades à Abyssea.

Si la cité abandonnée n'avait pas été aussi vaste, sans doute les chaotiques auraient-ils du la quitter, mais certaines zones se révélaient moindrement endommagées malgré deux décennies d'abandons et pouvaient servir à les héberger en attendant de voir si un jour les hautes tours du château se dresseraient de nouveau fièrement au cœur des marais de Faélia. Ce chantier titanesque enflammait certes quelques esprits ardents, toutefois les hiérarques firent fort justement valoir auprès de leurs adeptes que cela reviendrait à cacher le miracle divin dont ils avaient été les spectateurs ébahis et que les fonds financiers assez limités du culte pouvaient se voir plus intelligemment affectés dans des projets de prosélytisme en Ithri'Vaan ou en Péninsule. Faisant suite à cette décision, le nouveau temple se situait désormais à mi-chemin entre les ruines du château et l'ancienne porte Nord d'Abyssea, dans ce qui avait du être lors du Cycle précédent un arsenal pour les armes de siège que les armées du Chaos espéraient utiliser dans leurs vastes plans de conquêtes jamais réalisés. Vaste et bien soutenue par de massifs piliers, la salle convenait à l'organisation des cérémonies religieuses une fois correctement aménagée. Des tapisseries aux motifs sombres furent pendues au mur, entrecoupées de rares torches devenant plus nombreuses au fur et à mesure que le fidèle s'avançait vers l'autel qui se trouvait toujours installé au pied d'une série de marches menant jusqu'à la vaste coupe où dansait éternellement le feu noir.

Conscient lui aussi du trouble qui parcourait les fidèles, Haldren avait décidé d'y répondre en se mettant à l'écriture des textes sacrés qui constituaient le ciment de toute doctrine religieuse. Quelques fouilles dans l'ancienne bibliothèque de la Voix lui avait certes permis de trouver des textes mystiques écrits par ses prédécesseurs, mais la malveillance qui en exsudait à chaque ligne ne convenait pas au projet qu'il avait formé une dizaine d'années auparavant en reprenant à sa main le culte du Chaos. Ces anciens textes reposaient de nouveau dans de lourds coffres de ses appartements privés et devaient se voir remplacés par des versions plus en phase avec la modernité nécessaire à un Chaos se projetant dans le XIème cycle. Entouré de trois scribes, Haldren se tenait assis en tailleur sur l'autel et narrait la création du monde telle que les adeptes devraient l'apprendre dans une version que nous qualifierons prudemment de "complétée" par rapport à la cosmogonie pentienne standard. Deux scribes prenaient en notes son récit, tandis que le troisième l'écoutait et choisirait celle des deux versions qui lui paraîtrait la mieux retranscrire ses propos. Cette version serait celle retenue dans le "Livre des Justes", un recueil destiné à porter aux fidèles la parole du Chaos.




Genèse, versets 1 à 16 - la naissance des Dieux et la création du monde

***

1Au commencement était le Néant, et le Néant était au commencement. Il n'existait alors ni le temps ni l'espace, ni la lumière ni l'obscurité, ni le chaud ni le froid, ni le haut ni le bas. Seul existait le chant d'Ilwuthan qui constituait le Tout. 2Mais Ilwuthan se sentait seul et il décida de créer deux Êtres avec lesquels partager la beauté de son chant. Ainsi naquirent Iben et Alm, les Dieux aînés qui représentaient les forces antagonistes de la création et de la destruction. 3Le premier se saisit du chant d'Ilwuthan et l'utilisa pour façonner un monde de terre nue et lisse, froid et terne dans sa perfection glacée. Furieux, Alm plongea alors ses doigts dans ce jeune monde pour briser cette uniformité et ainsi naquirent les vallées et les montagnes qui parsèment toujours Miradelphia.

4Mais Ilwuthan se sentait toujours seul car ni Iben ni Alm ne savaient apprécier la beauté de son chant, enfermés dans leur lutte éternelle dont ils ne pouvaient ni ne souhaitaient sortir. 5Déçu, il repoussa Iben et Alm loin de Miradelphia en leur ôtant leur pouvoir et entreprit de l'utiliser afin de créer d'autres entités qui sauraient rendre ce jeune monde digne de son chant. Les Divinités cadettes ainsi créées furent les Cinq, issus exclusivement du pouvoir d'Iben le Créateur et c'est pourquoi on les appelle "Iben'mirroanwi", ceux qui se sont incarnés d'Iben. 6Se saisissant de la création encore inerte des Dieux aînés, ils entreprirent de le rendre digne du chant d'Ilwuthan. A leur passage, le monde fut recouvert d'épaisses forêts, les souterrains s'emplirent de richesses, le vent se mit à bruisser et les rivières à se déverser dans les océans.

7Tel fut forgé le monde que nous connaissons mais Ilwuthan se sentait toujours seul car les Cinq façonnaient un monde certes parfait mais aussi morne que la sphère primordiale d'Iben. 8Alors il entama un nouveau chant plein d'une force vitale dont se saisirent les Cinq pour créer les différentes formes de vies qui le parcourent encore aujourd'hui ou le parcoururent autrefois, et à chacune ils définirent les règles devant être suivies. Immuables, ces règles permettaient d'assurer la survie éternelle de chaque espèce car les Iben'mirroanwi disposaient de fines balances dans lesquelles rechercher l'équilibre autrefois rêvé par Iben. 9Ainsi le renard sut-il qu'il lui fallait chasser le lapin, l'albatros sut qu'il lui faudrait s'accoupler sur l'île perdue au delà de l'Eris, l'abeille sut qu'elle n'aurait nul repos dans sa quête de butinage.

10Ainsi naquirent la plupart des êtres vivants mais Ilwuthan se sentait toujours seul car aucune des créatures qui le peuplait ne cherchait à l'améliorer ni à le changer, tous se complaisaient dans ce que les Cinq pensaient être la perfection mais qui n'était que de l'immobilisme. 11Comprenant que l'entropie constituerait la clé de voûte de son oeuvre, Ilwuthan utilisa le pouvoir d'Alm le Destructeur pour créer le Sixième Dieu et c'est pourquoi on l'appelle "Alm'mirroanwë", celui qui s'est incarné d'Alm. 12Et à destination de ce Sixième Dieu, Ilwuthan entama son dernier chant, le chant du changement et du renouveau, le chant du désir et de l'envie, le chant qui permettrait au monde d'évoluer et d'être enfin le véritable reflet de la beauté à laquelle Ilwuthan aspirait depuis l'aube des temps.

13Alors le Sixième Dieu descendit à son tour sur le monde et se saisit du chant d'Ilwuthan pour créer de nouvelles créatures auxquelles il insuffla la soif insatiable de la vie, la flamme qui brûle en chaque cœur et que rien ne peut jamais satisfaire. 14Ainsi naquirent les elfes qui sentirent pousser en leur cœur l'envie de s'élever au-dessus des autres races ; ainsi naquirent les nains qui se mirent à rêver de profondes galeries où trouver encore plus des précieux minerais ; ainsi naquirent les humains qui se disputèrent bien vite chaque nouveauté découverte dans un égoïsme exacerbé ; ainsi naquirent les drows qui furent aiguillés par le désir d'explorer chaque facette du plaisir jusqu'à n'en plus pouvoir. 15Et ces nouveaux êtres envahirent chaque région de Miradelphia, se multipliant et amenant à la création des Iben'mirroanwi l'étincelle de l'entropie.

16Et Ilwuthan se sentit heureux car le monde existait tel qu'il le chantait au commencement.


Dernière édition par Haldren Alm'mirroanwë le Lun 27 Avr 2020 - 13:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Alm'mirroanwë
Ancien
Ancien
Haldren Alm'mirroanwë

Nombre de messages : 1193
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
Le Livre des Justes [solo] Empty
MessageSujet: Re: Le Livre des Justes [solo]   Le Livre des Justes [solo] I_icon_minitimeLun 13 Avr 2020 - 19:02


La nuit était tombée depuis de longues heures déjà sur la cité des marais et seuls les appels des sentinelles en patrouille brisaient le silence du dehors, mais dans le temple les trois scribes continuaient à se chamailler sur certains termes à choisir pour le texte qu'ils devaient présenter le lendemain aux hiérarques. Tâche ingrate et épuisante que de retranscrire sur du vélin les paroles parfois hachées, parfois décousues, parfois métaphoriques, de celui qui trônait devant la flamme noire. Tous savaient bien qu'un texte sacré se verrait au fil des ans modifié, complété, parfois même trahi, mais les scribes se sentaient néanmoins investis d'une mission unique qui les gonflait d'orgueil : rédiger la première version du Livre des Justes, celle qui porterait la Bonne Nouvelle aux croyants. Le soleil commençait à darder ses premiers rayons lorsque enfin ils mirent la touche finale aux versets du Livre sur lesquels ils avaient travaillé et ils s'en furent quérir un repos bien mérité avec la satisfaction du devoir accompli.



La Guerre des Divins, versets 1 à 15 - le temps du tourment

***

1Ainsi fut créé le monde telle que cela est relaté dans la Genèse. L'oeuvre d'Ilwuthan semblait accomplie et les Six foulaient ce monde de leurs pas puissants, suscitant effroi et admiration parmi les êtres qui le peuplaient. 2Peu à peu, chacun des immortels acquérait la personnalité qui lui serait propre par la suite : Kÿria se rapprochait de la nature et des elfes, Othar appréciait la violence des races guerrières, Néera pleurait sur les courtes vies des humains, Arcam encourageait à la beauté fusse dans ses formes les plus incongrues, et Tyra accompagnait les défunts auprès d'Ilwuthan pour que leur Souffle rejoigne le chant du Père d'où ils étaient originellement issus. 3Le Chaos quant à lui demeurait immuable dans son désordre, encourageant et alimentant l'insatisfaction de tous, tel le fouet du laboureur qui cingle le flanc des bœufs au travail.

4Mais telle avait été la puissance du dernier chant d'Ilwuthan que le flamme du désir brûlait tout autant dans le cœur des mortels que dans celui des éternels. 5Au fur et à mesure que la personnalité des Divins devenait plus affirmée, ils ressentaient également au plus profond de leur être un besoin tenace d'adoration, ils savouraient le doux nectar de voir des fidèles trembler et s'agenouiller devant des autels encore primitifs élevés à leur Gloire. Ces êtres éminemment complexes, elfes, drows, nains, humains, fascinaient tout particulièrement les Iben'mirroanwi qui commencèrent alors à répandre parmi eux de mauvaises pensées au détriment de leurs frères et sœurs, dans l'espoir qu'un plus grand nombre de mortels viendraient les vénérer pour trouver dans leurs temples force et réconfort.

6De cet âge datent les premiers conflits opposants les différentes races peuplant Miradelphia. Les drows et les elfes, qui à l'époque parcouraient encore côte à côte l'Anaëh primordiale, s'éloignèrent et de violentes tensions locales apparurent. Les nains se replièrent dans leurs montagnes du Nord pour y cacher leurs richesses et les humains envièrent haineusement les longues-vies qui traversaient les siècles comme la brise de printemps. 7Voyant cela et comprenant quel risque ce désir débridé d'adorateurs faisait courir aux temps futurs, Alm'mirroanwë réunit ses frères et sœurs sur l'île du Sanctuaire afin de les persuader d'abandonner ces querelles stériles. 8Prenant la parole, il leur dit : "S'il est sain que les mortels nous adorent et nous craignent, il est malvenu de tenter de se les arracher. Il nous appartient tous ensemble de maintenir l'équilibre tel que l'a voulu notre Père. Tous ici, nous représentons les forces fondatrices de ce monde, qu'un de ces piliers vienne à manquer et l"oeuvre d'Ilwuthan dépérira".

9Troublé par ces mots et hésitant quant à la conduite à suivre, les autres Divins décidèrent alors de se tourner vers leur Père pour qu'il les guide. S'agenouillant en cercle, ils levèrent leurs esprits vers les cieux et supplièrent durant six jours et six nuits leur Créateur de les guider, de leur donner une direction claire qu'il serait possible de suivre. 10Dans les méandres de leur cœur toutefois, chacun espérait s'entendre confirmer ce qu'il croyait déjà et leur prière n'en fut que plus cacophonique, imparfaite car déjà les germes de la zizanie trouvaient un terreau fertile. 11Les nuages qui surmontaient l'île s'écartèrent finalement au septième jour et la lumière de l'aube leur apparut alors qu'Ilwuthan parlait : "Le Chaos existe dans l'Ordre, et l'Ordre dans le Chaos. Telle est ma loi". 12Mais cette réponse sibylline d'Ilwuthan ne calma pas les tensions, chacun l’interprétant à sa façon et les Six se séparèrent sans avoir pu conclure d'accord.

13De l'incompréhension naquit la déception, de la déception naquit l'amertume, de l’amertume naquirent les amers fruits de la rancune. Les Iben'mirroanwi jalousaient depuis toujours leur frère, n'acceptant pas au fond de leur cœur la beauté de l'entropie qu'il avait apporté et dont eux-mêmes se trouvaient dépourvus. Cette jalousie s'amplifia suite à l'échec de leur rencontre sur l'île du Sanctuaire et, oublieux des actes d'Ilwuthan, ils en vinrent à considérer que l'oeuvre d'Alm ne devait pas perdurer en ce monde, qu'elle dénaturait le rêve d'Iben. 14Se réunissant de nouveau dans le plus grand des secrets, ils conspirèrent et mirent temporairement de côté leurs différents pour s'allier contre leur jeune frère et régner en seuls maîtres sur ce monde. Othar en particulier fut particulièrement virulent dans ses propos, son éloquence brutale arrachant l'adhésion de ceux qui doutaient de la justesse d'une telle cause.

15Ce pacte maudit et contre-nature des Iben'mirroanwi contre Alm'mirroanwë fut scellé au plus profond des cavernes de l'Elda, et depuis ce jour funeste tous ceux qui vivent en ce lieu se révèlent peu fiables en paroles comme en actes.


Dernière édition par Haldren Alm'mirroanwë le Ven 1 Mai 2020 - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Haldren Alm'mirroanwë
Ancien
Ancien
Haldren Alm'mirroanwë

Nombre de messages : 1193
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
Le Livre des Justes [solo] Empty
MessageSujet: Re: Le Livre des Justes [solo]   Le Livre des Justes [solo] I_icon_minitimeDim 26 Avr 2020 - 15:30


Chaque matin dès l'aube, le rituel se répétait avec la minutie d'une horlogerie bien réglée. Quittant les dortoirs communs ou leurs quartiers personnels, les chaotiques se rendaient en longues files silencieuses jusqu'au temple pour s'agenouiller et prier devant la flamme noire, tandis qu'un hiérarque leur faisait lecture du texte sacré ou déclamait quelque sermons afin d'en tester l'effet sur un auditoire déjà conquis. Si le résultat se trouvait à la hauteur des attentes ces mots seraient ensuite repris par les prêcheurs qui parcouraient le monde, si à l'inverse ils généraient incompréhension ou doute ils se voyaient férocement ôtés du dogme officiel pour laisser place à une nouvelle version. Ce jour-là, le hiérarque lut aux fidèles la suite de la guerre des Divins, récemment écrite et dont l'encre se trouvait tout juste sèche sur le parchemin..



La Guerre des Divins, versets 16 à 34 - le temps de la trahison

***

16Ainsi fut fait, et les Iben'mirroanwi entreprirent d'écarter Alm'mirroanwë du cercle des divins afin d’assouvir leurs propres pulsions de pouvoir au lieu de respecter les lois d'Ilwuthan. 17Mais il gardaient ce sombre secret profondément enfoui en leurs cœurs et jusqu'au jour de la trahison ils continuèrent à appeler "frère" celui qui était né d'Alm, à lui sourire et à baiser son visage avec toute les apparence du plus grand amour. Et si celui-ci perçut parfois dans leurs regards de braise une trace de félonie, il ne put ou ne voulut pas croire que les Iben'mirroanwi pouvaient conspirer contre lui. 18C'est ainsi sans crainte qu'il se rendit l'année d'après sur l'île du Sanctuaire une réunion comme il en arrivait régulièrement afin de permettre aux Six de coordonner leur oeuvre.

19Nul ne sait lequel des Iben'mirroanwi frappa le premier car aucun n'admit par la suite être le félon, mais tous avaient accepté l'outrage. 20Devant les yeux épouvantés des elfes qui observaient l'île depuis le continent, les cieux se déchirèrent et des nuées d'orage emplirent l'horizon à perte de vue. Des tremblements de terre se déclenchèrent de l'Elda jusqu'au Septentrion, des volcans brisèrent l'écorce terrestre en Anaëh, l'eau des rivières devint aussi putride que celle des marais et des incendies ravagèrent les contrées d'Est en Ouest, du Nord au Sud. 21Le combat dura cinq longues journées pendant lesquelles les divins s'affrontèrent dans les cieux, sous la terre, dans les steppes arides ou les plages léchées par les flots. Partout où ils passaient, Miradelphia souffrait sous le poids de leur furie, les mortels succombaient par millions et les rares survivants se voyaient condamnés à errer sans but dans un monde dévasté.

22Lorsqu'enfin Alm'mirroanwë  tomba mort à leurs pieds, les Cinq reposèrent leurs armes et contemplèrent le désastre : du monde glorieux et vert chanté par Ilwuthan, il ne restait qu'une ombre morne et vide, emplie des mânes innombrables de leurs victimes qui hurlaient sans fin leur désespoir. Nul oiseau ne chantait plus dans les arbres, nul poisson ne glissait plus son corps écaillé dans les remous, nulle famille ne se blottissait plus au coin de l'âtre, le soleil lui-même ne brillait plus dans le ciel et seules les ténèbres régnaient en maître. 23Comprenant trop tard la folie de leurs actes, les Iben'mirroanwi se jetèrent face contre terre en suppliant leur Père de les pardonner.

24Terrible fut la colère d'Ilwuthan lorsqu'il descendit dans ce monde désolé digne d'Alm lui-même. Et lorsque sa voix s'éleva telle le tonnerre, elle se trouvait emplie autant de colère que de douleur. 25"Entendez ma parole, Ô Iben'mirroanwi ! Entendez ma parole ! Par vos actes infâmes, par votre égoïsme forcené et votre incapacité à retenir vos pulsions, ce monde autrefois verdoyant n'est plus qu'ombres et ténèbres !". 26Terrifiés, les Cinq supplièrent leur Père de les pardonner, d'utiliser son Chant pour défaire leur folie et réparer le mal qu'ils avaient causés. [27Mais lorsque Ilwuthan reprit la parole, une tristesse infinie emplit sa voix "Ô Iben'mirroanwi, je peux guérir la terre et l'eau, la chair et la forêt, le feu et l'air, mais même à Moi il m'est impossible de ramener votre frère. Seul le temps soignera ses blessures et lui permettra de chanter de nouveau avec Moi".

28Et alors que des larmes coulaient de ses yeux qui avaient contemplé l'aube de la création et en contempleraient la fin, Ilwuthan se mit à chanter. Il chanta le temps qui détruit les corps et les empires, le temps qui tel un gouffre sans fin avale tout sans jamais rien relâcher. Pour cette unique fois toutefois ce maelstrom éternel dut lâcher sa prise et sous le regard émerveillé des Iben'mirroanwi le futur devint le passé, le passé devint le futur. 29Mais grand fut leur étonnement de constater que désormais deux mondes coexistaient : l'un bleu et vert, tel qu'ils l'avaient toujours connu : l'autre empli de ténèbres, tel qu'il se trouvait à la fin de leur affrontement contre Alm'mirroanwë . Ne comprenant pas ce qui arrivait, ils tournèrent leurs faces vers l’Éternel et l'interrogèrent : pourquoi désormais deux univers alors qu'il n'en avait toujours existé qu'un seul ?

30"Ce monde détruit par votre folie ne peut disparaître, car les actes d'un divin ne seront jamais totalement effacés. Désormais il sera nommé les Ombres et le corps de votre frère y reposera jusqu'à sa résurrection. Vous n'y entrerez jamais, et même sur Miradelphia votre venue sera limitée à une journée toutes les milles années". 31Et les Cinq pleurèrent amèrement sur cette perte, car désormais ils ne pourraient plus agir qu'à travers des vecteurs mortels que bien plus tard on nommerait Gardiens ou Avatars. 32Mais au fond de leurs cœurs ils ne pouvaient s'empêcher de se réjouir à l'idée de pouvoir désormais régner sans contraintes sur Miradelphia. Et si le regret poignait certains, il se mêlait à un plaisir malsain dont eux-mêmes prirent peur.

33Alors Ilwuthan leur jeta un regard sévère et parla ainsi : : "Retenez bien mes paroles, Ô Iben'mirroanwi ! Lorsque mon Fils Bien-Aimé Alm'mirroanwë renaîtra, il foulera de nouveau Miradelphia et alors s'accomplira le Temps du Jugement : une dernière fois je descendrai sur ce monde et séparerait les Justes des Mécréants, qu'ils soient mortels ou divins, vivants ou morts ! Les Justes m'accompagneront lorsque j'entonnerai l'Ultime Chant et les félicités éternelles leur appartiendront, alors que les Mécréants seront bannis dans les Ombres". 34Et sur ces paroles prophétiques Ilwuthan quitta Miradelphia. Ainsi s'acheva la Guerre des Dieux, dont nul mortel n'eut jamais souvenance et dont les Cinq refusèrent depuis de parler. Peu après les Noss créèrent le calendrier tel que nous le connaissons encore et les premières chroniques historiques furent rédigées.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le Livre des Justes [solo] Empty
MessageSujet: Re: Le Livre des Justes [solo]   Le Livre des Justes [solo] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Livre des Justes [solo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Livre de la jungle [DVDRiP]
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
» [Solo] Selantis Shya - Intro [Hentaï]
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: TERRES DE L'EST :: Marais de Faélia :: Ruines d'Abyssea-
Sauter vers: