Le Deal du moment : -31%
Scie sauteuse sans fil Ryobi – sans batterie ...
Voir le deal
45.55 €

 

 On est bientôt arrivééé? Non.

Aller en bas 
AuteurMessage
Lilyanna
Sang-mêlé
Lilyanna

Nombre de messages : 45
Âge : 23
Date d'inscription : 15/12/2019

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  552 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
On est bientôt arrivééé? Non. Empty
MessageSujet: On est bientôt arrivééé? Non.   On est bientôt arrivééé? Non. I_icon_minitimeJeu 23 Avr 2020 - 22:08


Début de la première ennéade de verimios 17 : XI.
Dans l’Annon, pas loin de Celimë
« On est passé par là à l’allé, non? »  Demanda la prêtresse en poussant une branche qui lui bloquait la vue.
« Je… peut-être. » Khosro avait beau regarder tout autour de lui l’endroit ne lui disait strictement rien. « Là-bas c’est pas l’arbre bizarre que vous aviez remarqué ? »
« Où ç… aïe! » L’adolescent se retourna pour observer sa professeure se couvrir l’œil. « Qui est l’abruti qui a eu l’idée de mettre une branche ici ?! »  
« Kÿria… je suppose. » Lilyanna poussa un soupir, à quoi bon lui répondre que sa question n’était que rhétorique ?
« Bon il est où ce fameux arbre? » Khosro désigna l’arbre en question à la forme singulière. « Tu as raison, c’est peut-être lui. Ça veut dire qu’on est pas bien loin de l’orée de la forêt. »  
« Plus qu’à trouver la bonne direction maintenant. »
« Allons par là. »
« Vous êtes certaine de vous là? »
« Non mais si on est pas sortis à la tombée de la nuit on aura qu’à revenir sur nos pas et aller dans la bonne direction. »  

***

Fin de la première ennéade de verimios 17 : XI.
A la frontière de l’Annon et Sol’Dorn.

Le soupir de soulagement poussé par la pair de voyageurs fut aisément audible par quiconque ayant des oreilles dans un sacré rayon à la ronde. Lilyanna s’adossa contre un arbre et se laissa lentement tomber au sol tandis que Khosro s’allongea tout simplement.

« Je sais que je devrais pas me plaindre parce que c’était plus rapide qu’à l’allé mais quand même : cinq jours ça fait long. »
« Au moins tu as appris qu’il faut mettre tes bottes sur des bâtons pour pas éviter de retrouver des insectes à l’intérieur le lendemain. »  

Quant à Lilyanna, elle avait envie de se plaindre aussi, pas à propos du temps de trajet, c’était certes pénible mais ce n’était pas bien grave au final, ce qui la dérangeait réellement fut d’avoir reçu un refus. La garnison du fort Celimë ne lui avait même pas donné la raison dudit refus. Un simple non. Voilà tout ce qu’ils avaient récolté après leur odyssée. Maintenant il ne leur restait plus qu’à retourner à Sol’Dorn.

« Au moins on revient pas les mains vides. »

Le gloussement de l’adolescent agaça d’autant plus la prêtresse qu’il avait raison. Justement, c’était leur but de rentrer les mains vides. Elle rabattit le pan de son manteau qui accueillait l’écaille de dragon et caressa ladite écaille du bout des doigts à travers le tissus.

« Ça tombe bien, tu as tout le trajet du retour pour trouver une nouvelle façon de nous rendre sur l’Île du Sanctuaire, à ta place je commencerais à y réfléchir maintenant au lieu de rire. »

Elle l’avait dit sur un ton plus cassant qu’elle n’avait voulu alors qu’elle se relevait.

***

Début de la deuxième ennéade de verimios 17 : XI.
Sur les berges de l’Oliya, à Sol’Dorn.

Lilyanna, et Khosro encore moins, n’aimaient pas la façon qu’avaient les dorniens de regarder l’adolescent pourtant il n’était pas le seul humain bien que ces derniers se fassent rares même dans la population asservie de la cité. Suivie de près par son assistant et élève, l’hybride entra dans le premier débit de boisson qui se présenta en espérant qu’il soit un minimum cosmopolite, vu qu’il se trouvait sur les quais elle n’en demandait pas tant. Ils n’étaient pas restés plus de quelques heures dans la ville lorsqu’ils avaient remontés l’Oliya et ils avaient eut fort à faire, c’était peut-être pour ça qu’ils ne l’avait pas remarqué.

« Mets ta capuche. » Il s’assirent dans un coin. La prêtresse commanda deux bières avant de revenir auprès de Khosro. « Tu m’as dit que tu avais peut-être trouvé quelque chose ? »  
« Peut-être. » Il lança un coup d’œil inquiet au drow qui s’était assit non loin d’eux avant de reprendre. « On a essayé de traverser l’Anaëh, ça n’a pas marché... et si on essayait de contourner ? »
« Tu penses qu’on aura plus de chance avec d’autres elfes ? »  
« Non, de vraiment contourner. »
« Et en quoi ça va nous aider? »  
« Attendez, vous allez voir. »

Il trempa son doigt dans sa bière et avec son doigt humide il traça une vague forme puis une seconde juste au-dessus et une troisième plus ou moins en haut à gauche de la première.

« L’Oliya remonte le long de l’Anaëh, certes, mais elle prend sa source dans les monts du Septentrion. » Du bout du doigt il traçait l’Oliya et, par extension, le trajet qu’il leur faudrait emprûnter. « Si mes souvenirs sont exactes, si on s’arrête un peu avant on peut descendre le Nivor et arriver dans la mer nordique et dans la mer nordique il y a... » il laissa sa phrase en suspend en tapotant du doigt la petite flaque au nord de la plus grosse qui devait représenter l’Anaëh.

« L’Île du Sanctuaire. »  Compléta-t-elle plus par automatisme qu’autre chose, faisant naître un grand sourire satisfait sur les lèvres de l’adolescent. Et dire qu’elle ne l’avait jamais vu comme quelqu’un de très studieux. « Mais il va falloir passer par le… la nanie, non ? »  
« Oui et si ce que j’ai entendu à propos du Zagazorn est vrai, ils ne sont pas très… ouverts mais j’imagine que ça vaut le coup d’essayer, non ? »

Elle hocha lentement la tête et puis si les nains refusaient également, ils pourraient peut-être tenter de demander à une cité elfique du nord de l’Anaëh, avec un peu de chance le fort de Celimëh et lesdites cités ne communiquaient pas.

« Bien… on a plus qu’à trouver un navire qui remonte le fleuve maintenant. »  

***

Début de la troisième ennéade de verimios 17 : XI.
Sur l’Oliya, pas loin d’Oësgard.

« On arrive bientôt. »
« Je vois ça et j’ai bien peur que cette fois on va devoir inverser les rôles. » Lilyanna rabattit sa capuche sur sa tête et grimaça avant de replacer correctement son oreille pliée. « Tu ne parles pas péninsulaire par hasard? »  
« Quelques mots, principalement pour commercer mais ça devrait bien suffire pour trouver un bateau qui continue de remonter. »
« J’espère, j’ai pas envie de rester deux jours à terre en attendant une embarcation comme à Sol’Dorn. »  
« Et moi donc... » le simple souvenir fit frissonner Khosro. Sur le pont du navire ils regardèrent les maisons lentement grandir au fur et à mesure qu’ils se rapprochèrent. Les bruits de pas aisément audible sur le pont derrière eux les fit tourner la tête. C’était le capitaine qui approchait d’un pas rapide en houspillant un mousse qui, visiblement, n’était pas assez rapide à son goût.
« Si vous voulez éviter des… désagrément, madame, je vous recommande de débrquer un peu avant et ça tombe bien parce que je sais exactement où vous pouvez faire ça. »
« Combien? » Demanda-t-elle dans un soupire alors qu’elle mit la main à son escarcelle.  
« Une poignée d’écus fera bien l’affaire. » Il tendit la main et reçu quelques pièces, il les regarda un instant d’un air insatisfait mais referma tout de même ladite main pour transférer ses nouvelles richesses dans sa bourse. « Soyez prête, vous n’aurez pas beaucoup de temps. »

Puis il repartit, sans doute pour entammer les manœuvres pour lesquelles il avait été payé. Lilyanna se retourna alors vers Khosro.

« Il va falloir que tu te débrouilles sans moi, je vais rester dans la forêt qu’on a passé il y a peu en attendant que tu trouves un bateau, je vais marquer les troncs des arbres devant lesquels je passe, tu n’auras qu’à suivre les marques pour me retrouver. Tu as compris ? » Le jeune homme hocha vivement la tête alors que leur embarcation ralentissait, la prêtresse détacha son escarcelle et lui la mit dans les bras. « J’en aurais probablement pas besoin, toi, oui, c’est tout ce qu’on a alors t’as pas intérêt à la perdre. »  
« Madame, c’est maintenant ou vous descendrez au port! » Appela le capitaine qui se trouvait vers la poupe de son navire.
« Bonne chance. » Glissa Khosro qui regarda l’hybride, résistant à l’envie de la suivre.
« Bonne chance à toi. »  

Lilyanna tira sur sa capuche pour tenter de cacher un peu mieux ses traits en se disant que son apprenti allait en avoir besoin, lui aussi, de chance, car s’il n’avait pas du sang de drow dans les veines elle ne doutait pas que les humains trouveraient bien une autre raison de lui en vouloir. Sans doute le simple fait que sa peau n’était pas aussi pâle que la leur. Un grand classique.

***

Milieu de la troisième ennéade de verimios 17 : XI.
Aux alentours d’Oësgard.

« Alors, tu as trouvé quelque chose ? » Demanda Lilyanna qui n’eut pas besoin de réponse verbale en voyant la tête de Khosro lorsque ce dernier l’avait enfin retrouvé. « Ça fait trois jours, personne ne remonte l’Oliya pour aller en nanie ces temps-ci ? »  
« Faut déjà pas être normal pour aller dans le nord en hiver alors au Zagazorn... »
« Certes mais les nains rentrent bien chez eux de temps en temps, non ? »  
« Faut croire que non... »
« Bon on va devoir être patients... »  
« J’en ai bien peur. »
« Et sinon ça va toi ? Pas trop froid? »  
« Si mais bon j’imagine qu’on y peut rien si il neige. Après j’aurais probablement plus de chance de trouver ce qu’on cherche si les gens voulaient un peu plus discuter avec moi mais j’imagine qu’on les changera pas. »
« J’en ai bien peur. » Elle tira sur un de ses gants pour le remettre en place puis Mehmet lui revint en tête et elle ne toucha pas au second. « Et l’escarcelle, elle en est où ? » Elle savait qu’il n’y avait plus grand-chose dedans lorsqu’elle lui avait confié alors elle se doutait bien que la réponse n’allait pas être appréciable.
« J’ai une trentaine d’écus aux dés mais maintenant plus personne ne veut jouer avec moi, les gens pensent que je triche, d’une façon ou d’une autre et ce même si je n’ai pas de dés et que je suis obligé d’utiliser ceux des locaux. Du coup j’évite de trainer dans la basse-ville ou de la ville-basse, je sais plus. Disons que le port n’est pas spécialement confortaaa… » il remarqua le sourcil haussé de Lilyanna et il se mit à prononcer son dernier mot de plus en plus lentement jusqu’à s’arrêter. « Et vous ? » Demanda-t-il, légèrement gêné.
« Ah bah ça va bien, j’ai trouvé deux cadavres la veille, sûrement des victimes de bandits des environs et les bois sont très confortables. » Son sourire et son sarcasme dégoulinant s’estompa bien vite. « Félicitation pour la partie de dés mais essayes d’économiser ce que tu peux, je me débrouille pour manger mais je ne sais pas ce qu’un nain demandera pour qu’on l’accompagne jusqu’à Lante et puis il va sûrement nous falloir de l’argent pour le reste du voyage, ne serait-ce que de l’équipement pour traverser la nan… le Zagazorn jusqu’à la mer nordique. »  
« Je sais, vous avez besoin de quelque chose ? »
« Non, ça ira, merci. »  
« Dans ce cas je vais retourner à Oësgard, ça serait dommage de louper un bateau parce que j’étais pas là. »
« En effet, fait attention à toi, les routes ne sont peut-être pas sûres. » Il hocha la tête.  
« Que l’Unique vous guide. » La phrase surprit la prêtresse, agréablement, qui lui posa une main sur l’épaule avant de lui répondre.
« Que l’Unique te guide. »  

***

Milieu de la quatrième ennéade de verimios 17 : XI.
Dans l’Enclave de Lante.

Lorsqu’elle posa enfin pied à terre, Lilyanna eut envie de se retourner pour dire au capitaine nain qu’il faudrait faire le voyage plus souvent. Les six jours de voyage n’avaient pas vraiment fait passer les cinq jours durant lesquels elle avait dû se terrer dans les bois enneigés. Toutefois à quoi lui dire ça à lui qui, au moins, faisait le voyage contrairement à nombre de ses semblables.

« Maintenant on va où? »
« Dans une auberge. Une auberge avec des lits, j’en ai assez des hamacs, l’Unique sait que ma cabine me manque… »
« On va bien trouver ça, ne vous inquiétez pas. »

Alors ils se mirent à déambuler dans les rues, en demandant en oliyan où trouver l’objet du désir de l’hybride et une heure plus tard cette dernière put s’effondrer sur un lit et n’en bouger que le lendemain venu. Après ses prières matinales elle descendit dans la salle commune et mangea comme quatre, pour rattraper le repas qu’elle avait sauté la veille, devant un Khosro qui, lui, buvait une bière.

« Vous ne m’aviez pas dit d’économiser? »
« Si mais… » elle termina d’avaler le bout de pain qu’elle avait dans la bouche avant de poursuivre. « C’est pour nous donner du cœur pour la dernière ligne droite donc ça va. »  
« Si vous l’dites. Du coup une fois que vous aurez fini d’engloutir la moitié du cellier de notre hôte, on fait quoi ? »
« On va profiter de la gentillesse de notre hôte comme tu l’appelles et on se mettra en route. »  
« Ça me paraît compliqué, j’ai déjà demandé à l’aubergiste et il m’a dit d’aller voir les autorités de la ville. »
« Dans ce cas on ira voir les autorités de la ville et puis voilà. »  
« On va devoir s’arrêter aux portes de la ville et traiter avec la garde, ça m’étonnerait qu’on puisse parler à quelqu’un d’important. »
« Comment tu sais ça, toi? »  
« Je me suis levé plus tôt que vous. » Elle bougonna quelque chose qu’il ne comprit pas.
« T’en a profité pour payer? »  
« Oui. »
« C’est déjà ça. »  

Une vingtaine de minutes plus tard les deux comparses quittèrent l’auberge pour se diriger vers l’une des portes dans les murailles de la ville. Sans grande surprise ils furent arrêtés bien qu’ils n’aient pas tenté d’entrer dans Lante et lorsqu’un garde, visiblement de mauvaise humeur, parla dans un langage qui lui agressa les oreilles l’hybride eut un mouvement de recul.

« Vous parlez l’oliyan? »

Demanda-t-elle lentement mais elle n’eut pour toute réponse qu’une autre poignée de consonnes qui n’était pas sans lui rappeler des ongles raclant contre de l’ardoise. Elle voulut répéter mais le nain la prit de court en criant quelque chose. Les oreilles de Lilyanna se plaquèrent sur son crâne et quelques instants plus tard un soldat apparut pour se placer devant la prêtresse qui lui montra son autorisation pour laquelle elle avait chèrement payé.

« Vous… vous me comprenez? » Cette fois le nain hocha la tête et l’hybride retint un soupir de soulagement. « Je veux continuer de remonter par l’Oliya pour ensuite descendre le… » elle se tourna vers Khosro qui était bien plus érudit qu’elle en géographie, ce qui n’était pas bien compliqué lorsqu’il était question du nord du monde.
« Le Nivor. »
« Oui, le Nivor. Donc je voudrais le descender pour ensuite aller sur l’Île du Sanctuaire. »  
Revenir en haut Aller en bas
 
On est bientôt arrivééé? Non.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée à la demeurre Tohsaka (Topic Hentaï)
» Suite de l'arrivé d'une pauvre Neko (hentaï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ZAGAZORN :: Terres de Lante :: Cité de Lante-
Sauter vers: