Le Deal du moment : -11%
Réduction -34% sur la caméra sport DJI ...
Voir le deal
249.99 €

 

 [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaël de Laval
Humain
Gaël de Laval

Nombre de messages : 228
Âge : 21
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeVen 8 Mai 2020 - 8:44

Elenwënas de la 6ème ennéade de Verimios
17:XI


Grandcoeur:
 

Cette journée d’hiver comportait l’avantage non négligeable d’être ensoleillée. Quelques nuages blancs se frayaient certes un chemin pour couvrir quelques minutes durant l’astre solaire néanmoins l’extrême majorité du temps, les rayons étaient libres d’inonder la terre de leurs bienfaits. Il n’en fallait pas moins pour cette journée si particulière. Au milieu des vignes endormies et des collines recouvertes d’une fine pellicule de poudreuse, se trouvait un hameau. Un bel hameau soyons en fier ! Il n’y avait pas deux cents âmes, pourtant tout, de l’architecture au tracé des routes pavées semblait avoir été fait pour sublimer la moindre ruelle.

Posée sur la rive de l’Afayel, la ville de Grandcoeur prospérait à son rythme au fil de l’eau et des saisons. Les demeures aux mille et une couleurs semblaient préserver un soupçon d’été au cœur de l’hiver malgré la disparition des fleurs aux balcons. La mousse verdâtre qui s’était immiscée sur les toits mourrait à petit feu et ça et là, il était possible d’apercevoir un nid d’oiseau abandonné, certainement partis en pays soltaar. De la fumée s’échappait en permanence des cheminées occupant une large part des habitations. Et au sommet de la colline rocheuse, presque au milieu du bourg, s’élevait un palais aux matériaux nobles et clairs. Courbes et angles formaient un jeu géométrique cher au créateur du lieu. Il n’y avait pas à dire, l’architecte fit un beau travail. Que l’on aime ou non, le respect des règles architecturales était indéniable et pourtant ! Pourtant… Par endroit un rigide créateur pourrait s’arracher les cheveux à la vue des libertés prises.

Au sein du château qui n’avait rien d’un donjon, les employés se démenaient pour que l’âtre de la grande salle ne cesse de brûler. Il était grand et gourmand et nécessitait des troncs entiers pour que le brasier ne faiblisse point. Face à lui, se trouvaient deux longues tables en bois espacées de quelques mètres pour ne point gêner la valse des plats. Le gratin rivegeois fût convié à cette fête bien particulière puisqu’elle était donnée en l’honneur de ton cousin, Natael d’Orman.

Comment un nobliau sans terre aucune, puisse bénéficier de pareil apparat pour un simple anniversaire ? Cette question germait certainement sur la plupart des lèvres présentes. Bien qu’officiellement, ce n’était qu’une largesse de ta part pour faire plaisir à un cousin quelque peu perdu de vue, une raison officieuse n’était pas très loin. C’est aussi cela être noble, une raison officielle n’est jamais unique. Ce fût également l’occasion de vous montrer, toi et ta famille. En cela, Linaëlle -alors enceinte jusqu’aux yeux- et Maël prirent part aux festivités.

La première fut heureuse de te retrouver après tes voyages entre Diantra et l’Estrévent et tout aussi ravie de pouvoir s’amuser le temps d’une soirée. Ton neveu quant à lui, ne cacha point sa joie de retrouver ses parents d’infortune qui plus est dans ce beau cadre ; une occasion pour lui de s’enfuir avec Linaëlle, dès le second plat pour vagabonder et discuter de tout et de rien, de longues heures durant. Car c’est aussi cela la vie seigneuriale : tandis que Monsieur le seigneur devait assumer les cinq entrées, douze plats et dix huit desserts, femme et enfant étaient libre de se retirer pour cause de fatigue. De « fatigue » … Les chanceux !

* * *

Les convives arrivèrent par groupe dès la fin de l’après-midi. On te murmura même l'arrivée probable d'un émissaire du marquis, si ça ce n'était pas une surprise ! Au moins, il y aurait des choses à dire et des dire à chose... Non, non, non, plutôt des choses à faire.

Les équidés et autres fiacres durent traverser tout le bourg avant de débuter l’ascension de la colline, puis, une fois au sommet, ils franchirent les lourdes grilles métalliques amenant jusqu’à une place pavée donnant sur un temple, quelques bâtiments administratifs, des écuries et le fameux palais, que nous nommerons palais d’été (quel merveilleux endroit pour organiser une réception en hiver n’est-ce pas ?), illuminé par moult torches et braseros. Quelques hommes en armes et en tenue colorée montèrent la garde bien qu’il n’y ait pas grand-chose à garder. Ils n’étaient ici que pour meubler, ne nous voilons point la face.

Tu accueillais la foule, aux côtés de ton neveu, tout deux vêtus des couleurs de ta famille : le pourpre dominait l’ensemble malgré quelques pointes d’or et d’argent. Enfin, une touche de bleu que tu accordes volontiers à Linaëlle, vînt finir la coloration de vos atours. Nul doute possible, si la couleur était synonyme de beauté, vous feriez pâlir un clown.
Maël:
 
Les froufrous des gardes en question:
 
Linaëlle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Griffon de Langehack
Humain
Griffon de Langehack

Nombre de messages : 184
Âge : 23
Date d'inscription : 22/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 43
Niveau Magique : Non-Initié.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeVen 8 Mai 2020 - 17:18

La voiture qui les mènerait à Missède, ou du moins au domaine où son père fut invité, attendait Prudence de Langehack et Anne d’Olside. La première était l’aînée du marquis mais la seconde ne pouvait se targuer d’être aussi haut placé dans l’ordre de succession et encore moins d’avoir une famille aussi puissante ; ce qui ne l’empêchait pas d’être la dame de compagnie de l’héritière légitime du marquisat. Cette dernière fit la moue en voyant le fiacre et son escorte mais monta tout de même à l’intérieur du véhicule pour s’installer confortablement, ce qui était toujours ça de pris. Lorsqu’Anne monta un homme d’arme ferma la porte derrière elle et la puînée d’Olside s’assit et regarda sa maîtresse un instant.

« Tu sais où on va? »
« Au nord de Missède… le nom commence par ch. »
« Tu sais qu’au nord de Missède il y a trois seigneuries dont le nom commence par ch ? »
« Et tu sais que ce n’est pas moi qui devrait y aller. Je devrais rester au palais avec père pendant que Théo fait le voyage à ma place. »
« Dans ce cas tu aurais tout de même dû supporter ton frère pendant deux ou trois jours. »
« Inutile de remuer le couteau dans la plaie, Anne. » Prévint Prudence alors que le fiacre se mettait en route, secouant légèrement ses passagères. « Si l’occasion n’était pas aussi officielle moi aussi j’aurais pu monter à cheval pour me rendre à Ch… Cha… »
« Champani ? »
« Non. Peu importe le nom, j’aurais pu monter à cheval, ça nous aurait éviter de nous traîner sur la route d’Or et prendre plusieurs jours là où un, deux au pire, auraient suffi. »
« Ta haute naissance fait que les apparence comptent beaucoup. » La remarque fit échapper un rire dédaigneux à Prudence
« Les apparences… » Elle lança un coup d’œil dehors pour voir le destrier d’un chevalier avancer au pas. « Ce n’est pas comme si je m’étais déjà lancé dans des expéditions pour le compte du collège langecin. Tout le palais est au courant. »
« Mais pas Missède. »
« Et alors ? Une femme qui monte à cheval, la belle affaire ! »
« Je peux comprendre que certains n’apprécient pas parce... »
« Parce que ça risquerait de froisser une bande d’égos fragile ? Qu’ils grandissent un peu. Nous ne sommes pas comme ces barbares du nord, à peine plus évolués que les sauvages qu’ils retiennent dans leurs immondes forêts. »

Anne ne répondit rien, laissant Prudence broyer du noir dans son coin, préférant un silence pesant, peut-être gênant. La dame de compagnie savait que sa maîtresse se calmerait bientôt, une heure ou deux plus tard elles pourraient discuter à nouveau pour peu que la discussion porte sur un autre sujet. Toutefois elle put entendre l’héritière légitime marmonner dans la barbe qu’elle aurait aimé avoir que tout ça était absurde, que tous ces chevaliers et tous ces hommes d’armes qui les accompagnaient étaient parfaitement inutile au vu des patrouilles substantielles qui arpentaient la route d’Or et puis qu’elle pouvait bien se défendre toute seule. Encore une fois Anne ne répondit rien, bien que cette fois les remarques ne lui étaient pas adressées, et ce parce que la présence des soldats étaient rassurante et bienvenue ; surtout qu’il n’y avait que deux chevaliers et une poignée d’hommes d’arme ce qui, au final n’était pas tant que ça. Cependant ça aussi elle le garda pour elle, sentant que si elle l’avait dit elle n’aurait fait que donner du grain à moudre à Prudence qui serait peut-être repartie dans une tirade, se plaignant que quelqu’un de son rang méritait plus de protection sans forcément se rendre compte de la nature contradictoire de ses paroles.

Tout ce beau monde arriva finalement au plus grand soulagement d’Anne qui remercia la DameDieu lors d’une prière muette que le voyage soit enfin terminé ; voyage qui ne fut pas des plus agréable avec une Prudence qui n’aimait pas passer des heures dans un fiacre mais dont l’humeur était rendue d’autant plus exécrable qu’elle voyait le tout comme une injustice. Toutefois il fallait dire que ce n’est qu’une fois arrivé à Charmeroux l’aînée de Griffon de Langehack s’était tût pour regarder le bourg que le petit groupe traversait. Anne supposa que l’intérêt de sa maîtresse pour l’architecture, bien que bienvenu, n’était que passager. Toutefois fut donc une douce libération lorsque le fiacre s’arrêta enfin et qu’un chevalier de leur suite ayant mis pied à terre ouvrit la porte. Une fois Anne sortit le même chevalier lui tendit le manteau de Prudence que la dame de compagnie mit sur les épaules de sa maîtresse. Si le soleil était de sortie pour cette fois, ça n’empêchait que la température restait bien basse.

Enfin le chevalier, oui, toujours le même, une main sur le pommeau de son épée et son casque calé sous son autre bras, fit office de héraut.

« Damoiselle Prudence de Langehack, fille aînée de son Excellence Griffon de Langehack. »

La damoiselle en question laissa son regard vert émeraude vagabonder sur les invités déjà présents, il s’arrêta une seconde sur les gardes et leur tenue singulière, elle se força à réprimer le sourire qui lui vint puis poursuivit avant de s’arrêter une nouvelle et dernière fois sur Gaël, son épouse et Maël.

« Seigneur de Laval, c’est un plaisir de vous voir. » Elle lui tendit ensuite le dos de sa main.

Revenir en haut Aller en bas
Natael d'Orman
Humain
Natael d'Orman

Nombre de messages : 11
Âge : 32
Date d'inscription : 27/04/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeVen 8 Mai 2020 - 20:26

Natael sortit de sa chambre, le pas léger. Ce soir, c'était fête. Et même s'il ne pourrait se lâcher autant qu'on l'attendrait du principal concerné par l'évènement, cela le mettait plutôt en joie. Pour quelques instants encore, il laissait la Trame lui chatouiller la peau avant de devoir fermer son esprit pour de nombreuses heures. Gaël avait fait fort... L'idée de venir à Charmeroux (en hiver) pour célébrer son anniversaire était une plus que bonne. Mais user de son domaine de Grandcœur et inviter tout ce monde, était-ce bien nécessaire ? Il se serait contenté du groupe restreint de sa famille. Convier tous les nobles des environs alors qu'il n'avait pas forcément très bonne réputation, c'était osé. Mais la noblesse ne manquait jamais une occasion de s'amuser, n'est-ce pas ?

Le plus jeune des fils d'Orman descendit les escaliers avec entrain, sautillant presque. Il n'était arrivé que depuis peu et n'avait pas encore pu voir toute sa famille. Il avait croisé ses parents en arrivant ainsi que Lambert quelques heures plus tard qui, comme d'habitude, n'avait pas étiré un sourire. Philippe ne tarderait pas à pointer le bout de son nez. Quant à Gaël, il devait être trop occupé avec toute l'organisation de cette soirée et il avait été introuvable jusque là. Heureusement, à cette heure, il n'y avait qu'un endroit où il pouvait être.
Natael prit donc la direction de l'entrée et, sans surprise y aperçut quelques silhouettes bien connues. Il s'avança alors vers eux tandis qu'une femme se tenait devant eux. Son cousin lui présentait ses respects lorsque Maël remarqua le blond à la peau cuivrée s'approcher. Il les abandonna aussitôt et sans le moindre regret pour courir dans sa direction.

-Natael !!

Le jeune d'Orman s'accroupit pour réceptionner l'enfant et le souleva aussitôt de terre pour le prendre dans ses bras.

-Comment va mon petit Baron ?
-Tu peux vraiment m'appeler encore comme ça ?
-Tu seras bien Baron un jour, non ?
-C'est vrai ! Dis, tu me racontes ton dernier voyage ?
-Ce n'est pas vraiment le moment, tu ne crois pas ?

Le garçon lui répondit avec une moue boudeuse. La patience, ce n'était pas vraiment se qui caractérisait les enfants, alors celui-ci...

-Je ne compte pas repartir de si tôt. Nous aurons tout le temps de discuter.
-Tu restes ? Pourquoi ?
-Je t'expliquerai. Il reposa Maël à terre. Et si nous retournions accueillir les invités ?
-Pfff...
-Rassure-toi. Je n'ai jamais aimé ça non plus.

Fermant son esprit aux flux qui l'entouraient, Natael avança, main dans la main avec son petit cousin, pour rejoindre Gaël et son épouse. Il avait soudain l'air plus sérieux que la seconde d'avant mais c'était un air que beaucoup lui connaissait. Et puis, personne ne se comporte jamais de la même façon avec un adulte qu'avec un enfant, n'est-ce pas ? Approchant du petit groupe à l'entrée, il se mêla à eux en quelques mots.

-Pardonnez-moi de vous interrompre. Je crois que ce petit fugueur est à vous. Dit-il en enjoignant Maël à rejoindre son oncle à l'aide de la main qui tenait celle de l'enfant. Ce dernier reprit sa place à leur côté et le d'Orman reporta alors son attention sur les adultes. J'ai bien peur d'avoir manqué les présentations. Mon cousin aurait-il l'obligeance de bien vouloir réparer cet impair ? Demanda-t-il en s'inclinant à demi vers l'intéressé.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
Gaël de Laval

Nombre de messages : 228
Âge : 21
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeSam 9 Mai 2020 - 11:53

Le ballet des invités ne cessait de croître. Il y avait les de Beaurivages bien évidemment, qui à eux seuls représentaient certainement le quart des invités, les d’Orman, les d’Heucville et d’autres noms bien connus des Rivegeois. Cette soirée n’était tout compte fait pas uniquement l’anniversaire de Natael mais bel et bien les retrouvailles de toutes ces familles qui partageaient un lien de cousinage plus ou moins proche entre elles. Il fallait saluer la tante, le cousin, le frère, le grand père et la grande tante, un beau monde dont les noms furent méticuleusement appris quelques heures plus tôt. Les hommages et les courbettes se succédèrent jusqu’à l’arrivée d’une femme que tu ne connaissais ni d’Eve, ni d’Adam. Nul doute qu’elle était belle avec ses lèvres rougeoyantes et ses cheveux par endroits enguirlandés. Le fiacre était décoré aux couleurs du marquisat, il semblerait que ce bon vieux Griffon n’ait pu se déplacer, ce qui au final n’était pas plus mal pour ne pas tendre l’atmosphère. Et puis tu ne peux nier préférer la compagnie des dames.

_ Damoiselle Prudence de Langehack, fille aînée de son Excellence Griffon de Langehack.
_ Seigneur de Laval, c’est un plaisir de vous voir.


Répétant l’Etiquette comme s’il en avait été l’architecte, le Gerfaut vient effleurer le dos de la main avec son menton. De sa bouche, il laisse échapper un souffle chaud et léger avant de se relever et d’afficher un sourire de courtoisie.

_ Le plaisir est partagé. C’est un honneur de vous recevoir parmi nous Dame Prudence. J’espère que le voyage ne fut point ennuyant. Laissez moi vous présenter mon épouse, Linaëlle de Laval et notre neveu que vous devez déjà fort bien connaître, Maël de Missède.


La tradition veut que Linaëlle renonce à son nom en entrant dans les ordres mais la tradition veut aussi que ce soit une noble femme qui dirige le Rivage aux côtés du seigneur, en ce sens la Dame de Chiard est certainement la seule religieuse ayant à la fois gardé son titre de noblesse et un nom de famille. Les deux membres de ta famille répondirent aux usages et Maël fit part d’un certain plaisir à retrouver cette dame qu’il connaissait peu mais qui fut toujours très agréable avec lui durant son séjour dans la capitale du Langecin.

_ Vous jouerez certainement le rôle d’invitée mystère au sein de cette réunion de famille mais je gage que nous saurons vous offrir un agréable séjour en ces lieux. Après tout ce bourg est un peu mon premier enfant.

Tu oses un clin d’œil à Linaëlle qui répondit par un roulement d’yeux et un soupir appuyé tout en hochant la tête de droite à gauche. Mais déjà fallait-il que l’ex et futur baron se mette à jacasser pour rejoindre ton cousin. Tu tournes la tête pour sourire à la vue des retrouvailles entre les deux bougres, des retrouvailles faisant chaud au cœur.

_ Nul doute qu’il fuguera de nouveau avant la fin de la nuit. J’ose croire qu’un jour il sera au centre de l’attention et ce jour-là, je le jure, je disparaîtrai avant les douze coups de minuit !

Tu t’approches de Natael pour lui attraper le bras et lui poser ta fine paluche sur l’épaule. Tout en le présentant, ton regard jongle entre l’invitée et ton cousin.

_ Natael cher cousin, je vous présente Prudence de Langehack, fille de notre marquis. Ma Dame, se tient devant vous la relève de nos plus valeureux explorateurs, l’impétueux Natael d’Orman.

Les présentations quelque peu théâtrales te firent sourire et l’excitation de l’événement t’arracha même un mordillage de lèvre. La soirée s’annonce folle !
Revenir en haut Aller en bas
Griffon de Langehack
Humain
Griffon de Langehack

Nombre de messages : 184
Âge : 23
Date d'inscription : 22/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 43
Niveau Magique : Non-Initié.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeDim 10 Mai 2020 - 19:05

Le baise-main arracha un frisson à Prudence. Les gens ne s’agenouillaient pas devant elle alors en attendant de devenir marquise, si son frère ne lui volait pas la place, elle se contentait de ça. C’était l’un des rares plaisirs qui, peu importait sa régularité, était toujours aussi grisant.

« Je vois que votre réputation de chevalier galant n’est point usurpé, messire. Pour être honnête je crains que le voyage ne fut pas des plus intéressant bien qu’il s’est considérablement amélioré après Reolansor, une fois que nous avons traversé l’Afayel. »

Toujours deux pas derrière elle, Anne ne savait si elle devait en rire ou en pleurer alors dans le doute elle resta silencieuse. Le moins qu’elle pouvait dire, du haut de son expérience pénible des cinq jours de voyage, c’était que sa maîtresse avait été plus insupportable après avoir traversé le pont qui les vit entrer sur le territoire missédois. Ni les paysages féeriques du domaine de son père ni ceux de son vassal, n’avaient apaisé sa maîtresse. Cependant la dame de compagnie n’était pas surprise de l’entendre dire ça après tout c’était aussi ce qu’on attendait d’elle. Quant à l’intéressé, elle hocha lentement la tête lorsque le maître des lieux lui proposa de présenter sa famille proche.

« En effet j’ai déjà eu le loisir de côtoyer Maël. » Elle accompagna sa phrase d’un sourire chaleureux. En réalité elle ne le connaissait pas, pas vraiment. C’était un enfant sympathique, certes, mais il avait la fâcheuse tendance de lui rappeler son frère au même âge. Alors elle avait tout fait pour paraître aimable, elle avait même joué avec lui quelques fois mais la plupart du temps elle se cachait derrière son travail au collège. Ce qui était, il fallait bien le dire, très pratique.

« Je sais que mon père vous a déjà félicité pour votre enfant à venir mais permettez-moi de le faire à nouveau. » Les deux émeraudes qui lui servaient d’iris s’attardèrent sur le ventre de Linaëlle avant de revenir se poser sur le visage de l’époux de cette dernière. « Vous êtes un hôte charmant et je ne doute pas que les membres de votre famille le sont tout autant. De plus… » Prudence se tourna vers la prêtresse avec un sourire bienveillant aux lèvres. « Ma sœur, me ferez-vous l’honneur de… » l’ancien baron la coupa en plein milieu de sa phrase ce qui lui fit grincer des dents.

Par les dieux qu’elle détestait les enfants et ces derniers ne faisaient rien pour améliorer son opinion d’eux. Dire qu’on attendait d’elle qu’elle en ait un jour… heureusement que les nourrices existaient. Pendant que Maël se réjouissant de ses retrouvailles avec… avec elle ne savait pas trop qui mais était-ce réellement important ? D’un mouvement de tête à peine perceptible elle décida que non. A la place elle se retourna vers l’épouse du maître des lieux. Elle se racla discrètement la gorge dans l’espoir d’attirer l’attention de la prêtresse.

« Comme je disais: ma sœur, me ferez-vous l’honneur de me guider durant cette fête ? »
Elle avait parlé un peu plus vite que d’ordinaire dans l’espoir que l’enfant ne recommence pas à l’interrompre pour une raison des plus triviale. Alors elle tourna la tête vers le petit monstre et son accompagnateur, ou peut-être était-ce l’inverse, dans tous les cas elle se retint de répondre à Gaël avec un sourire sibyllin que s’il désirait disparaître avant minuit cela pouvait s’arranger. Bien que cela l’eut fortement amusée, ne serait-ce que pour l’apoplexie que subirait probablement Anne, il était encore trop tôt pour ça. Alors elle ne répondit rien, du moins le temps des présentations.

« C’est un plaisir de vous rencontrer, sir d’Orman, permettez-moi de vous souhaiter d’ores et déjà un joyeux anniversaire. » Comme pour le seigneur de Chiard, Prudence présenta à Natael le dos de sa main. Maintenant qu’elle savait qui il était, elle avait révisé son jugement à son égard.
Revenir en haut Aller en bas
Natael d'Orman
Humain
Natael d'Orman

Nombre de messages : 11
Âge : 32
Date d'inscription : 27/04/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeLun 11 Mai 2020 - 20:25


Gaël malmène un peu le bras de son cousin afin de l'attirer à lui et de le présenter. Ainsi dont, il est arrivé juste au moment où le représentant du Marquis arrive. Il ne sait pas vraiment si c'est une chance ou non, quoi que cela lui permette de se défaire d'ores et déjà de sa principale obligation de la soirée. Car, en dehors de l'accueil de Mademoiselle Prudence, personne n'attendra plus rien de lui jusqu'au lendemain.
Natael ne fait aucun cas de son Seigneur qui le charrie amicalement et il s'adresse à ces dames sur le même ton enjoué, quoi qu'il paraisse un peu plus sarcastique dans sa façon d'être.

-Allons bon, voilà qu'il flatte le cancre de la famille. Entre ça et le faste de cette fête, je crois qu'il a une faveur à me demander... Conclue-t-il en plissant des yeux suspicieux sur le jeune homme.

Il se défait alors de son emprise et, à son tour, il salue la fille de Langehack comme il se doit dans un baise main qui porte bien mal son nom puisque jamais les lèvres ne touchent la peau, ni même ne l'effleure. Mais peu importe, il est bien placé pour savoir que ce n'est pas le meilleur des contacts pour se préserver des épidémies. Il se redresse et toise Prudence avec bonhomie.

-Le plaisir est partagé, Mademoiselle. Et merci. Nous allons essayer de faire en sorte qu'il soit aussi joyeux que possible. J'espère vous retrouver sur la piste de danse. Suggère-t-il en s'inclinant légèrement en signe de respect.

Il ne compte évidemment pas lui forcer la main, elle est encore bien libre de lui dire non même si les convenances l'obligent à passer un peu de temps avec son hôte. A cette fin, Natael se veut plutôt informel afin de la dédouaner de tout engagement. De toute façon, les femmes de la noblesse ont mille manières de dire oui qui en réalité veulent dire non et au moins autant d'astuces pour vous éviter poliment durant des heures.
Puis il se tourne vers la future mère.

-Tu ne m'en voudras pas de ne pas te faire la même proposition Linaëlle. Je suppose que tu préfèreras que je t'offre un siège plutôt qu'une valse.

Il s'en amuse mais le jeune d'Orman s'est toujours montré des plus prévenant avec elle et particulièrement soucieux de son état depuis le début de sa grossesse. Tout comme il l'a fait pour ses neveux, il a déjà demandé à pouvoir toucher le ventre de la prêtresse, soit disant pour tenter de sentir les mouvements du bébé. En réalité son intérêt dans ce geste est tout autre... Mais rares sont ceux qui détiennent les informations permettant de le deviner.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
Gaël de Laval

Nombre de messages : 228
Âge : 21
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeVen 15 Mai 2020 - 21:10

_ Je vois que votre réputation de chevalier galant n’est point usurpée, messire. Pour être honnête je crains que le voyage ne fût pas des plus intéressant bien qu’il s’est considérablement amélioré après Reolansor, une fois que nous avons traversé l’Afayel.

Est-ce qu’un voyage pouvait réellement être intéressant ? Tous ces allers et retours que tu as gentiment avalés ne sont pas des excuses pour voir du pays, tu t’en serais bien passé. Tu n’avais aucun doute quant au partage de cette certitude par l’héritière de Griffon. A vrai dire, la moitié des sangs bleus de ce royaume partagent certainement ton avis. Pour cette raison, tu ne lui en voulus point, l’ennui était partagé.

_Je sais que mon père vous a déjà félicité pour votre enfant à venir mais permettez-moi de le faire à nouveau.

Linaëlle inclina la tête et remercia l’invitée pour sa sollicitude, la grossesse arrivait peu à peu à son terme et malgré la fatigue et les sautes d’humeurs, elle tenait à assister à l’événement. La religieuse se plaignait rarement mais suffisamment pour que toute la cours sache qu’elle rêve du jour où elle pourra de nouveau gambader librement. L’intervention de Maël fit souffler du nez la dame qui se retînt par respect pour l’Etiquette.

_ Comme je disais : ma sœur, me ferez-vous l’honneur de me guider durant cette fête ?
_ C’est avec plaisir que je vous sauverai des palabres de mon époux.
_ Cette pique me traverse le cœur avec une indéniable violence, Dame Prudence en est témoin.


Tu poses ta main sur le cœur et ta prestation théâtrale arrache un sourire à ton épouse. Puis les présentations se passent entre les deux inconnus.

_ Allons bon, voilà qu'il flatte le cancre de la famille. Entre ça et le faste de cette fête, je crois qu'il a une faveur à me demander...

Tu ne dis rien, te contentant d’afficher un large sourire innocent. Ce n’était point un endroit pour se dévaloriser, ni même le moment. Il est vrai que Natael se drapait d’une auréole particulière au sein de la large famille, et ce n’est pas pour te plaire. Devenu malgré toi le chef de la famille de Laval, toutes les branches et alliances familiales gravitant autour de toi devaient rester soudées et fortes, surtout aux yeux de tes homologues.

_ Tu ne m'en voudras pas de ne pas te faire la même proposition Linaëlle. Je suppose que tu préfèreras que je t'offre un siège plutôt qu'une valse.
_ Je n’ai droit ni au vin, ni à la danse, tu reconnaîtras que la vie de femme est d’un ennui dans ces moments… Mais je me contenterai avec plaisir de nos discussions.


Elle lui sourit sans trop s’avancer. Il était devenu au fil des ans, un ami et confident de bon conseil. Il leur arrivait de se lancer dans de longues discussions et de débattre des Dieux et des Rois sans jamais entrer en conflit. Ce n’était après tout, point leur nature.

_ Je vous en prie, rentrez vous mettre à l’abri du froid, je ne tarderai point à vous suivre.
_ Je m’en vais vous guider tandis que les nobles seigneurs font leur devoir d’accueillir un à un les invités.


Elle s’était amusée à dire cela et Maël ne manqua pas de se plaindre, comment lui en vouloir après tout ? Il y avait des obligations fort ennuyeuses que tout sire devait assumer et aujourd’hui, tu étais bien heureux de ne pas les assumer seul, pour la plus grande désillusion de ton neveu. C’est ainsi que Linaëlle mena les deux invités à l’intérieur du palais, ils franchirent les portes pour découvrir une succession de sales éclairées par de grands et moins grands vitraux de verre. Sobriété et couleurs se succédaient dans un savant mélange dans le but de rendre ce lieu accueillant. Il n’y avait après tout nulle fortification et la grâce et le beau furent les maîtres mots des architectes.

Finalement, les trois sangs bleus pénétrèrent dans la salle de réception à la hauteur sous plafond suffisante pour que de grands lustres enguirlandés de plantes puissent pendre sur quelques mètres. Les tables étaient recouvertes de grandes nappes sur lesquels se trouvaient fruits et légumes, sucreries et amuse-bouche. De chaque côté de pièce se dressait un orchestre distillant aux convives de douces et parfois entraînantes mélodies. Prudence n’était pas loin d’être la dernière et cela se voyait, la salle était pleine.
Revenir en haut Aller en bas
Griffon de Langehack
Humain
Griffon de Langehack

Nombre de messages : 184
Âge : 23
Date d'inscription : 22/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 43
Niveau Magique : Non-Initié.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeMar 19 Mai 2020 - 1:52

La réponse de Linaëlle fit sourire Prudence qui se retint, par respect pour son hôte, de rire.
« Je n’en demandais pas tant, ma sœur mais si c’est si gentiment proposé... » elle lança un coup d’œil vert à Gaël. « En effet, et sa détresse m’est insupportable ainsi je me vois dans l’obligation d’accepter votre aide pour échapper à sir votre époux cependant pour les autres... »

Une fois les présentations faites, elle hocha doucement la tête. Elle n’était pas vraiment bonne danseuse, son éducation portait plus sur la magie que la couture et comment administrer comme il se devait un manoir ou peu importait ce qu’on apprenait aux jeunes filles. Cela dit, si elle n’avait pas envie de venir, maintenant qu’elle était là autant faire de son mieux pour rendre cette journée la plus agréable possible… toutefois une piste de danse pouvait être un moyen de se ridiculiser ce dont, évidemment, elle n’avait pas besoin.

« Avec plaisir, j’espère que vous ne m’en voudrez pas si j’ai du mal à vous suivre, vous qui avez l’air d’un expert en la matière. » Elle le détailla pendant qu’il se tournait vers Linaëlle, un homme fin, sec, musclé, pouvait-on rêver meilleure carrure, meilleur physique, pour danser ? Ses yeux brillèrent un instant avant de rapidement détourner le regard.

« Votre humilité vous honore, ma sœur. » Et elle le pensait, après tout combien de nobles pouvaient en dire autant ?

Pour beaucoup un anniversaire, ou toute fête en général, n’était qu’une excuse pour manger jusqu’à en vomir et boire jusqu’à s’écrouler, les conversations n’ayant là-dedans qu’une place au mieux secondaire. Au moins à Langehack ces personnages-là avaient la bonté de recouvrir leurs excès d’une fine couche de vernis civilisé. L’idée d’assister à un banquet au nord, et voir ce genre de gens se vautrer sans retenue dans l’alcool et la nourriture lui hérissait le poil de dégoût. Elle suivit la prêtresse en défaisant son manteau qu’elle rendit à Anne qui trouverait bien, quelque part, un endroit où le mettre le temps de l’anniversaire ; ou bien ça deviendrait son fardeau du jour, cette dernière n’avait plus qu’à espérer trouver un serviteur qui s’en chargerait pour elle. Dans les couloirs du palais Prudence laissa son regard vagabonder, son cou gracile accompagnant doucement le mouvement de ses yeux d’émeraude, puis elle fronça les sourcils en se rappelant les paroles de Gaël.

« Je dois admettre que pour un premier… enfant, votre époux a fait fort, ma sœur, il me rappelle le palais ducal. »

Une fois arrivés dans la salle de réception Prudence, une fois de plus, ne s’attarda pas à détailler tous les visages qui s’y trouvaient. Elle savait pertinemment que c’était peine perdue, elle qui ne connaissait même pas le nom de la bourgade comment pouvait-elle mettre des prénoms, ou même des noms, sur ces visages ? A la place elle se tourna vers Natael.

« Que de monde, et tout ça pour vous, êtes-vous certain d’être le cancre de la famille ? »
Revenir en haut Aller en bas
Natael d'Orman
Humain
Natael d'Orman

Nombre de messages : 11
Âge : 32
Date d'inscription : 27/04/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeJeu 21 Mai 2020 - 19:51


Il était assez rare que la franchise de Natael ne vexe pas ses interlocuteurs. Aussi, lorsqu'il avait trouvé en Linaëlle une personne aussi ouverte au dialogue et aux opinions divergentes, il avait été ravi de pouvoir s'exprimer sans le moindre filtre. Leurs conversations n'étaient jamais animées, elles restaient plutôt courtoises au contraire. Il savait lui aussi entendre l'avis de quelqu'un qui ne pensait pas comme lui. Il n'y avait que lorsque l'autre lui sortait des idioties dont il était convaincu qu'il pouvait s'emporter. Mais la future mère n'était pas ainsi.

Le noble s'inclina en direction de la prêtresse, toujours ravi de lui offrir sa compagnie pour égayer un tant soit peu ses journées qui devenaient de moins en moins trépidantes à mesure que la grossesse avançait. Il aurait bien jeté un œil au bébé mais il savait la fille de Griffon de Langehack pratiquante des arts occultes. Il ne pouvait donc pas se le permettre pour l'instant. Qu'à cela ne tenait, il aurait bien d'autres occasions.
Prudence accepta son invitation à danser, bien que seul le temps pourrait lui dévoiler si elle était sincère ou non. Cependant, il se devait de la détromper sur ses compétences en la matière.

-A vrai dire, c'est peut-être vous qui me perdrez. Je ne pratique que lors des fêtes de famille comme celle-ci. Mais soyez rassurée, je n'ai encore jamais écrasé un orteil.

Bien vite, Linaëlle offrit à la demoiselle de Langehack de s'abriter à l'intérieur et les cousins les regardèrent s'éloigner. Natael ne manqua pas de remarquer la façon dont Prudence se délesta de son manteau à l'attention de sa demoiselle de compagnie. Il se tourna alors vers Gaël pour voir s'il avait vu, lui aussi. Il n'était pas rare de croiser un noble faisant preuve d'autant de naturel dans une bienveillante apparence alors que l'intérieur était pourri jusqu'à la moelle. Il n'aurait su dire si la jeune femme était réellement ainsi mais ce geste lui donnait néanmoins un indice. Il haussa les sourcils en direction du Seigneur de Chiard afin de lui faire savoir ce qu'il en pensait. Puis il prit une grande inspiration avant de lâcher un soupir, s'armant de courage avant de se jeter dans la fausse aux lions.
N'ayant pas prévu de manteau, il abandonna Gaël et Maël à leur sort et emboîta finalement le pas aux trois jeunes femmes. Il ne tarda pas à les rattraper et découvrit avec Prudence la décoration qui avait été installée dans la vaste salle de réception. Fêter son anniversaire ici était déjà une belle surprise mais on pouvait dire que son cousin y avait vraiment mis le paquet, pour une raison qui lui était encore totalement inconnue.

-Que de monde, et tout ça pour vous, êtes-vous certain d’être le cancre de la famille ?
-Ne vous y trompez pas : aucun d'eux n'est venu pour moi.

La chose ne semblait en rien le perturber. Tout juste pouvait-on percevoir qu'il n'appréciait guère ces masques de faux semblants dont tout le monde s'était paré. Les regards qui se posaient sur lui étaient souriants mais si creux... Totalement vide de sens. Mais un noble ne manquait jamais une occasion de se montrer en publique. Certaines affaires allaient sans doute se conclure ce soir et c'était là l'attraction principale de la soirée. Lui n'était que le prétexte.

-A part mes parents, bien sûr. Dit-il en les apercevant en grande discussion vers le fond de la salle. Mes frères. Il les désigna, sur le chemin menant à une large baie vitrée. Et, bien évidemment, Gaël et sa charmante épouse. Acheva-t-il en se tournant vers cette dernière avec un sourire aimable. Il continua, sans s'arrêter sur ce détail qui ne devait pas ternir cette soirée à ses yeux. Je vais aller nous chercher à boire. Il serait dommage que vous ayez les mains vides pour le discours d'ouverture. Que prendrez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
Gaël de Laval

Nombre de messages : 228
Âge : 21
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeVen 22 Mai 2020 - 10:58

Tu remarquas le geste de la fille aînée du marquis, ainsi que le regard de Natael. En presque dix ans de pseudo règne et quinze années de vie aux côtés de la noblesse du langecin, ce genre de geste était devenu banal. Après tout n’est ce pas là le rôle de tout serviteur : celui même de servir ? Tu prônais une certaine bonté, certes, mais les sangs bleus restaient bien supérieurs aux roturiers comme il est normal qu’un duc exige la soumission d’un seigneur et son soutien inconditionnel. C’est là l’ordre des choses. Tu haussas donc les épaules en affichant une mine désolée mais compréhensive. Puis l’heureux élu de la fête, les invitées et Linaëlle vous quittèrent pour fuir la neige, te laissant en compagnie de Maël.

_ Il serait apprécié que l’héritier de la Maison des de Missède, se prés…
_ Alors là mon bougre, n’y pense même pas ! Ne crois pas que j’ai oublié que tu es un Laval autant qu’un Missède ! Peut-être même plus d’ailleurs…


L’intéressé détourna le regard pour bouder, décoiffé par la paluche de son oncle.


***


A l’intérieur de l’édifice, les valets et autres serviteurs se démenaient pour que les convives ne manquent de rien. L’événement, bien que principalement ouvert à la famille -et en disant famille, j’entends décliner le mot au sens très larges des mariages arrangés qui courent depuis des siècles- quelques riches bourgeois et fougueux chevaliers s’étaient invités dans l’espoir de ressortir grandis de cette réception. Natael t’en voudras certainement d’user de son anniversaire pour pareil besogne, mais il n’est pas encore temps d’en parler.

_ Je dois admettre que pour un premier… enfant, votre époux a fait fort, ma sœur, il me rappelle le palais ducal.
_ Vôtre maison fût jadis la mienne. Messire de Laval souhaitait que je retrouve quelques détails familiers dans cet océan inconnu qu’était le Rivage missédois.


Elle s’était abstenue de prononcer son prénom car à de nombreuses reprises elle remarqua que ses plus proches amis restaient de marbre et affichaient une impressionnante neutralité quand ils s’affichaient en public avec son époux. Bien que parfois, elle déroge à cette règle tacite, nul ne lui en a jamais tenu rigueur.

_ Que de monde, et tout ça pour vous, êtes-vous certain d’être le cancre de la famille ?
_ Ne vous y trompez pas : aucun d'eux n'est venu pour moi.


Il n’avait pas tout à fait tort, Linaëlle le savait. Elle savait également toute l’affection que les deux cousins entretenaient l’un pour l’autre mais il est des obligations qu’elle comprend sans réellement les accepter. Inviter autant de monde pour fêter l’année de plus d’un garçon dont la moitié ignorait jusqu’à son existence et dont l’autre moquait son rythme de vie. Ce sont ce genre de faux semblants qu’elle détestait et c’est une des choses qui rapprocha les cousins par alliance.

-A part mes parents, bien sûr. Mes frères. Et, bien évidemment, Gaël et sa charmante épouse. Je vais aller nous chercher à boire. Il serait dommage que vous ayez les mains vides pour le discours d'ouverture. Que prendrez-vous ?

Elle inclina la tête en affichant un sourire aimable et sincère, puis posa son index sur le menton pour réfléchir au breuvage qu’elle désirait le plus en cet instant. Une fois que Prudence eut émis son souhait, elle répondit à son tour avec neutralité.

_ Je sais qu’il y a un nectar sucré quelque part, produit par un excellent confiseur de Tevasque. Je ne me rappelle plus le nom mais tu ne pourras point le rater : le liquide est transparent et il y a une olive dans le verre.


Une fois que Natael partit en quête des précieux liquides, la dame de Chiard posa son regard bleuté sur Prudence.

_ Je suis curieuse de savoir comment se porte Langehack ? Cela fait une éternité que je n’y suis plus allée.


Dernière édition par Gaël de Laval le Ven 22 Mai 2020 - 15:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Griffon de Langehack
Humain
Griffon de Langehack

Nombre de messages : 184
Âge : 23
Date d'inscription : 22/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 43
Niveau Magique : Non-Initié.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeVen 22 Mai 2020 - 13:30


 Prudence masque un sourire derrière une quinte de toux. Sans doute Linaëlle l’aurait bien voulu, faire partie de sa maison mais malheureusement pour elle ce n’était pas le cas, et ça ne pourrait jamais l’être. D’autant plus que maintenant elle n’en avait plus, de maison, l’aînée de Langehack se demanda si ça en valait la peine. Toutefois elle se doutait bien que ce n’était pas ce que l’épouse du maître des lieux entendait par là mais l’idée l’amusait tout de même. Après tout qui ne voudrait pas faire partie de la famille qui a fondé le duché ?

« Votre époux est un souffle généreux, la liste de ses qualités s’arrêtent-elles donc un jour ? »

Une fois arrive, la réponse de Natael fit sourire Prudence mais cette fois elle ne le cacha pas bien que ledit sourire, qui n’était aucunement moqueur, était discret.

« Je suis certaine que vous exagérez. » Puis elle considéra la question pendant quelques instants avant de lancer un regard à Linaëlle. « Mon choix sera le vôtre, si vous acceptez d’étendre votre rôle de guide aux boissons proposées évidemment. »

Alors elle répondit la même chose que l’épouse de Gaël, si elle avait bien bu un peu de vin, elle voudrait s’assurer d’abord que ce dernier valait le coup. Alors certes elle ne réservait pas son palais uniquement pour du Hautval mais elle avait déjà goûté des breuvages qui n’en méritait pas l’appellation, celui fait à Sorault par exemple, et l’idée d’en refaire l’expérience ne l’intéressait pas beaucoup. Et puis si en plus de ça le nectar était de qualité alors autant en profiter. La question de Linaëlle la sortit de ses pensées mais elle hésita une seconde avant de répondre.

« Ma foi, bien. La ville n’a pas perdu de ses couleurs et dernièrement s’est déroulé la fête de la corporation des tisserands, autant vous dire que les tenues bariolées étaient de circonstances mais sans doute y avez-vous participé du temps où le palais ducal était votre… maison. D’ailleurs je suis allé me recueillir au grand-temple avant de partir pour vous rejoindre et Père Camille vous souhaites le meilleur. »

Ce qui était faux, elle n’avait pas mis les pieds au grand-temple de Langehack depuis… depuis bien trop longtemps maintenant qu’elle y réfléchissait mais elle ne pensait pas prendre beaucoup de risques en disant ça et ce même si elle ne savait pas quelles relations les deux membres du clergé pouvaient bien entretenir. Elle ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais aucun son ne passa ses lèvres et pendant une seconde elle resta immobile à ne rien dire avant de se raviser puis elle se décida enfin.

« J’allais vous le dire mais vous savez sans doute déjà que vous et vous époux êtes les bienvenues quand vous le désirez. Cela étant dit, je parle probablement trop… et vous, ma sœur ? Comment allez-vous ? Vous plaisez-vous à Missède ? »
Revenir en haut Aller en bas
Natael d'Orman
Humain
Natael d'Orman

Nombre de messages : 11
Âge : 32
Date d'inscription : 27/04/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeVen 22 Mai 2020 - 19:04

Natael n'était pas dupe devant la flatterie de l'héritière de Langehack et elle ne sembla d'ailleurs nullement l'atteindre. Il était très lucide en ce qui concernait sa réputation et son image. Même si tout le monde lui souriait de soir, tous pensaient à la honte qu'il représentait pour sa famille. Les d'Orman étaient tous si bien investis dans l'affaire familiale. Son frère aîné était entré chez les artilleurs et voguait aux côtés de son père tandis que le second gérait la comptabilité. Et lui, que faisait-il ? Il passait son temps à voyager sans que les siens n'en retirent aucun bénéfice. Et le plus étrange était que ni ses parents ni ses frères ne semblaient lui en tenir rigueur. Quant à son amitié avec son cousin, elle restait difficile à comprendre pour la plupart des gens. Cependant, puisqu'il ne pouvait pas expliquer en quoi ces allées et venues lui étaient utiles, le jeune homme avait choisi d'ignorer tout cela depuis longtemps. Il assumait des murmures même s'ils ne reflétaient qu'une image tronquée. Ils ne voyaient que la partie émergée de l'iceberg sans chercher à regarder sous la surface. Alors tant pis.

Natael se fraya un chemin entre les convives. Tous le saluèrent poliment mais pas un ne chercha à l'arrêter pour lui parler de la décoration magnifique, des mets délicieux ou encore de son anniversaire en lui-même. Ils étaient là, c'était vrai, mais, comme il l'avait dit, ils n'avaient pas fait le déplacement pour lui. Finalement, le troisième né des d'Orman trouva un serviteur avec un plateau garni de ce qu'il cherchait. Il prit dans une main deux flûtes avec une olive et dans l'autre ce qui semblait être une coupe de vin. Peu lui importait en définitive puisqu'il n'y goûterait même pas.
Le noble entreprit de faire le voyage en sens inverse, faisant attention à ne pas renverser les verres. Le voyage était périlleux mais il parvint à le réaliser sans encombres. Il retrouva ainsi ces dames en pleine discussion.

-Voilà mes dames. Dégustez-les bien, je ne referais pas le trajet trop tôt. Il y a tellement de monde... J'imagine que Gaël n'en a plus pour très longtemps.

La salle était déjà bien remplie. Nulle doute qu'il ne devait pas manquer beaucoup d'invités. Son cousin serait donc bientôt relevé de ses obligations à l'entrée, pour la plus grande joie de Mael. Il n'y avait pas beaucoup d'enfants de son âge mais il parviendrait bien à trouver comment s'amuser, ce petit était plein de ressources. Et puis, étant donné que la compagnie de Natael n'était guère recherchée, ce dernier se ferait une joie de s'en occuper au besoin.
Le noble se pencha vers Linaëlle, une lueur dans le regard.

-Est-ce que tu sais si Gaël a prévu de me laisser faire le discours ou a-t-il trop peur de ce que je pourrais dire ?

Les deux solutions lui convenaient mais il y avait fort à parier que personne n'apprécierait sa prestation. Il n'avait jamais caché qu'il trouvait que cette soirée largement ouverte était une mauvaise idée. Quatre-vingt dix pour-cent de l'assemblée n'était pour lui que des pic assiettes ou des opportunistes. Aussi, le laisser ouvrir les festivités en connaissant sa franchise habituelle n'était pas très fin. Il ne faisait que le rappeler avant qu'on ne lui reproche d'avoir encore parlé trop franchement.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
Gaël de Laval

Nombre de messages : 228
Âge : 21
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeSam 30 Mai 2020 - 9:03

_ Votre époux est un souffle généreux, la liste de ses qualités s’arrêtent-elles donc un jour ?

Une liste de défauts longue comme un bras défila dans l’esprit de la religieuse ce qui eut pour effet de faire durer le silence précédent sa réponse. Elle se reprit néanmoins en arborant un sourire poli et se contenta de lui offrir une réponse évasive.

_ Je le soupçonne de l’allonger artificiellement en public.

Ce qui n’était pas faux dans l’absolu. Malgré une certaine maladresse et un discours parfois un brin trop lyrique, le chevalier s’essayait à gonfler ses qualités et -dans le même temps- masquer ses défauts aux yeux d’autrui. Un moyen de se faire aimer et respecter de ses sujets peut-être.

_ Ma foi, bien. La ville n’a pas perdu de ses couleurs et dernièrement s’est déroulé la fête de la corporation des tisserands, autant vous dire que les tenues bariolées étaient de circonstances mais sans doute y avez-vous participé du temps où le palais ducal était votre… maison. D’ailleurs je suis allé me recueillir au grand-temple avant de partir pour vous rejoindre et Père Camille vous souhaites le meilleur.

La réponse de Dame Prudence lui fit sans doute plaisir. Peut-être. Possiblement. Elle-même n’en était pas certaine. Linaëlle n’eut nulle agressivité pour sa ville d’enfance mais Langehack restera probablement encore longtemps synonyme de trahison et de souffrance. La capitale marquisale est si différente des petits bourgs de province, les points communs sont au moins aussi nombreux que les différences et c’est aussi cela qui lui permet de se sentir chez elle sans l’être réellement. Quoi qu’il en soi, s’il y a bien un élément du paysage qu’elle apprécie fortement en pays missédois, c’est bien le littoral.

La dame inclina respectueusement la tête quand le Père Camille fut évoqué. Elle le connaissait peu mais entretenait une correspondance assez régulière avec le religieux. Bien que la plupart de leurs écrits soient purement professionnels, il leur arrive à l’occasion de glisser une ligne philosophique ou de demander conseil dans un domaine quotidien. Le dernier en date fut les bienfaits de la soupe aux orties.

_ J’allais vous le dire mais vous savez sans doute déjà que vous et vous époux êtes les bienvenues quand vous le désirez. Cela étant dit, je parle probablement trop… et vous, ma sœur ? Comment allez-vous ? Vous plaisez-vous à Missède ?
_ Il y a fort à faire en ce moment mais je n’oublierai pas vôtre invitation.


A vrai dire, elle n’était point « sous l’eau » et aurait pu trouver le temps de rendre visite au Père Camille mais c’est Gaël qui courrait du Nord au Sud et d’Est en Ouest depuis quelques temps. Sans sa présence, un retour aux sources n’était peut-être pas une bonne idée. Quoi qu’il en soi, elle note et retient.

_ Je passe autant de temps à Missède que dans ses bourgs alentours, je dois reconnaître que la vie y est douce et l’accueil y fut chaleureux.

Elle s’arrêta là. Il est certain que son interlocutrice parlait « trop » par rapport à Linaëlle mais c’est là son caractère. Bien heureusement Natael arriva avant que le silence ne s’installe véritablement et qu’une éventuelle gêne de pointe le bout de son nez. De son nez crochu.
Linaëlle se saisit du breuvage et remercia le d’Orman en le gratifiant d’un sourire appuyé. Le nombre de convives n’avait point augmenté ou très peu, la soirée commencera certainement sous peu.

_ Voilà mes dames. Dégustez-les bien, je ne referais pas le trajet trop tôt. Il y a tellement de monde... J'imagine que Gaël n'en a plus pour très longtemps.

Elle balaya la pièce du regard sans mouvoir son corps gracile avant de reposer son regard violacé sur le cousin de son époux. La lueur de son regard lui fit craindre le pire et étrangement à espérer une proposition amusante pour l’extirper de l’ennui qui la guette.

_ Est-ce que tu sais si Gaël a prévu de me laisser faire le discours ou a-t-il trop peur de ce que je pourrais dire ?

Mortecouille ! Voilà une question qui la fit sourire. Elle se rappela qu’en effet le chevalier aux cheveux crème s’était posé la question et demanda son avis. L’ex duchesse s’était rangé du côté de l’aventurier sans pour autant cacher sa crainte de l’utilisation plus que gênante de certaines piques savamment préparées… Crainte que partageait le seigneur des lieux. Finalement il s’était laissé un temps de réflexion et seul lui connaissait sa réponse.

_ Nous en avons discuté et je le crois tiraillé entre les deux options.

A l’extérieur du château, l’héritier et toi accueilliez les derniers invités et après de longues minutes sans plus de mouvements, un valet vînt t’annoncer que tous étaient là. Tous. Une bien belle victoire que voilà. Les portes se fermèrent derrière vous et vos pas vous menèrent jusqu’aux coulisses de la grande salle, derrière une estrade richement décorée qui servira plus tard aux danseurs et autres acrobates. Tu invitas Maël à t’accompagner afin de montrer à tous que l’oncle reste présent dans l’éducation de l’enfant, une présence importante aux yeux de tes vassaux qui doutent des influences que reçoit le futur baron et qui préfèrent tout naturellement un rivegeophile à la tête du missédois.

L’oncle et le neveu s’avancent à la vue de tous et le calme se fit, lentement mais sûrement. Alors, tu débutas.

_ Seigneurs, pères, frères, sœurs, cousins et fiers sujets, je vous remercie d’être venus en ces lieux. C’est un jour tout particulier que ce jourd’hui car une année de plus s’est amassée sur les épaules de mon cousin Natael d’Orman. Il me tenait à cœur d’inaugurer ce château de la plus heureuse des façons et de tous vous inviter à en profiter. Malgré nos différences, nos rangs et nos richesses, nombre d’entre nous partageons les liens du sang et nombre d’autres sont des amis de nos Maisons. Cette soirée est dédiée à l’unité et à mon bienheureux cousin, puisse les Dieux lui être favorable. Trinquons !

Les invités applaudirent. Certains par conviction, d’autres pour te faire plaisir… et faire plaisir audit cousin dont le nom était parfois obscur aux yeux de certains. Vous disparaissez de la vue des tout un chacun pour redescendre par les coulisses et rejoindre le petit groupe. Sur le trajet, tu expliquas à Maël la situation délicate dans laquelle tu mis ton cher cousin, ce que ton neveu ne manqua pas de décrier malgré les justifications toutes plus compliquées les unes que les autres que tu présentas. Vous parvîntes à les retrouver, verre à la main, au milieu des convives. Maël s’approcha le premier pour fêter un bel anniversaire au « nouveau-vieux », surnom qu’il trouva durant le discours et dont il n’hésitera pas à user une fois en privé. Quant à toi, tu t’approches pour lever ton verre sans perdre le d’Orman du regard.

_ Puisse cette année être encore meilleure que les précédentes.
Revenir en haut Aller en bas
Natael d'Orman
Humain
Natael d'Orman

Nombre de messages : 11
Âge : 32
Date d'inscription : 27/04/2020

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitimeSam 30 Mai 2020 - 19:51

Comme il l'avait prédit, Gaël entra assez vite et prit place au centre de la pièce. Le voyant, tous comprirent et se passèrent le mot pour lui prêter une oreille attentive tandis que les parents et les frères de Natael se rapprochèrent de l'invité d'honneur de la soirée. Linaëlle et lui avaient leur réponse : il se chargeait du discours. Le d'Orman n'en prit guère ombrage, cela lui importait peu. Rares étaient les personnes qui comptaient vraiment dans cette pièce. Et, écoutant avec attention son cousin, il le sembla de plus en plus évident que cette assemblée ne s'était pas rassemblée pour lui... Mais pour celui qui s'était chargé de les accueillir depuis l'entrée jusqu'à cette introduction. Le voyageur blond au teint halé avait été absent longtemps et ignorait ce qu'il se tramait mais il aurait à cœur de s'en inquiéter au moment voulu.

Gaël et Mael les rejoignirent finalement et le jeune Seigneur de Chiard porta un dernier toast en son honneur dans le cadre strictement privé de leur famille. Natael fit mine de mal prendre sa réplique.

-On me passe la corde au cou cette année, tu te souviens ? Dit-il pour rappeler qu'on le mariait par intérêt avec une femme qu'il n'avait encore jamais vue.
-Ne dramatise pas. Le railla Philippe, l'aîné de la fratrie. Si tu choisis la plus jeune, tu auras une année de répit ! Plaisanta-t-il.
-Ce serait reculer pour mieux sauter, non ? Fit remarquer le puîné. Et ce n'est pas de cette façon que je compte faire mon choix.
-Une femme ou une autre. Qu'est-ce que cela change ? Dit une voix monocorde.

Les regards se tournèrent alors vers celui qui venait de parler. Ce n'était autre que Lambert, le cadet de la fratrie. Son regard froid surplombant un corps totalement rigide se posait sur son entourage. C'était l'homme le plus pragmatique et le plus triste que cette terre ait jamais portée. Il n'était pas méchant mais il ignorait le second degré. On lui avait choisi une fiancée et il ne lui avait presque jamais parlé, que ce soit avant ou après le mariage. Ils faisaient chambre à part. Il venait, faisait son office et repartait. Natael plaignait sa pauvre épouse qui, fort heureusement, ne subissait aucun mauvais traitement et avait désormais un enfant dont elle recevait l'affection.

-C'est que je ne veux pas d'une paire de cuisse pour me soulager. Sa mère le gronda du regard pour user d'un tel langage, surtout en présence de femmes... et en public qui plus est ! Cependant, le jeune homme ne s'en formalisa guère et poursuivis. Ce n'était pas la première fois qu'elle le reprenait, et cela ne serait pas la dernière. Je veux une compagne de vie. Puisque j'ai le choix, autant essayer d'épouser celle avec qui je m'entendrais le mieux.

Lambert haussa les épaules. Il savait que son frère était une tête de mule et que leurs avis divergeaient sur tellement de points... Aussi ne chercherait-il pas à le convaincre de son point de vue, c'était peine perdue. Il se contenta de porter sa coupe à ses lèvres, signe que le sujet était clos. Philippe choisit alors de reprendre la parole pour revenir sur une note plus joyeuse.

-Qui sait ? Peut-être qu'une fois qu'elle aura vu derrière ton caractère de cochon, ton épouse verra que tu n'es pas un mauvais bougre que des sentiments finiront par naître entre vous. Un peu comme... Victoire et moi.

Les visages se détendirent alors dans une expression de bien heureuse surprise. Lui aussi avait connu les affres du mariage arrangé mais sa femme était forte et gentille. Malgré les nombreuses absences de son mari, elle parvenait à tenir sa maison et gérer l'éducation des enfants. Quant à Philippe, il tâchait d'être aussi attentionné que possible envers sa famille à chacun de ses passages. Cela aura donc mis des années mais, finalement, l'amour était née dans ce couple pourtant uni depuis dix ans déjà.
Les félicitations fusèrent, tout autant que les gestes amicaux et fraternels.

-Donc tu vois, Nat'. Rien n'est perdu pour toi.
-En effet. D'ailleurs... Fit-il en se tournant vers son cousin. Si tu voulais inaugurer ce château avec un évènement heureux, un mariage aurait été une plus belle occasion non ? Un anniversaire, et même pas une dizaine, c'est un peu maigre pour un endroit pareil, ne trouves-tu pas ? Le titilla-t-il gentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon Empty
MessageSujet: Re: [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon   [Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Seigneurie de Chiard] Les cousinades de Verimios | Natael, Griffon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Marquisat de Langehack :: Baronnie de Missède-
Sauter vers: