AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Yho Sétano [voyageur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yho Sétano
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1079
Âge : 28
Date d'inscription : 29/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Yho Sétano [voyageur]   Ven 30 Mai 2008 - 15:46

(Je poste ici la première partie de ma fiche, en espérant qu'elle vous plaira):

Nom : Yho Sétano ( Sétano est le nom de son peuple qui, chez eux équivaut à un nom de famille et signe de l’appartenance d’un individu à la communauté).

Age : 30 ans

Sexe : masculin

Race : humain

Particularités :

Alignement : Neutre

Métier: voyageur/Bouffon/barde/érudit

Classe d’arme : corps à corps

Equipement :

Il n’emporte dans ses voyages que trois choses, auxquelles il tient particulièrement : Un sac de voyage plein à craquer contenant une collection impressionnante de babioles et de produits dont il se sert pour assurer ses spectacles, un bâton très simple qu’il grave de motifs dont lui seul connait le sens lorsqu’il à du temps à tuer. Ce bâton est entre ses mains une arme redoutable.
La troisième chose est un instrument particulièrement important pour lui. C’est un objet filiforme creusé de trous sans logique apparente. Sa base et enroulée à la manière d’un serpent. L’instrument se termine par un cône évasif, son extrémité supérieure quand à elle présente une invagination curieuse en forme de bec d’aigle.


Description physique :

Yho, pour les habitants de Miradelphia, possède un physique et un type vestimentaire des plus particuliers.
Il a pour habitude de porter des robes toutes plus colorées les unes que les autres. Il trouve que pour son métier c’est indispensable et de toute façon tout le monde d’où il vient ce vêtit ainsi : une seule longue robe à manches courtes. Il ne porte rien d’autre et se déplace toujours pieds nus sur tous les terrains sans aucune gène, ses pieds, au grès de ses voyages on fini par développer une épaisse couche de kératine plus résistante que n’importe quelle semelle de cuire le protégeant des agressions des chemins les moins bien entretenues.
Il présente par ailleurs le faciès typique de ceux de son peuple. Il a le tient halé de ceux qui passent leur vie à l’extérieur. Son visage, imberbe, sans aucune trace de poil présente des joues creusées et ne porte nullement pas la trace du temps qu’il à passé sur ce monde, il est resté lisse, comme tanné par les années. Sous un front haut, des yeux en amande, noirs et perçants en perpétuel mouvement. Il n’est beau, mais il quelque chose dans sa façon de sourire continuellement d’amical et de rassurant.
Le reste de son corps et à l’image de son visage : imberbe, halé, très maigre. Ses membres ne présentent aucune musculature digne de ce nom mais il présente par ailleurs une remarquable aptitude à la vitesse et à l’agilité grâce à ses longues articulations et à son poids plume.


Description mentale : personnalité dur à cerner que celle d’un Sétanai !!!!!!!!

Yho est un homme joyeux, espiègle, rieur et malicieux, qui, pour les habitants de Miradelphia présente un âge mental à peu près comparable à celui d’un enfant de dix ans. en apparence seulement!! Ce n’est là encore qu’une caractéristique commune à ceux de son peuple. Ils s’intéressent, s’émerveillent et s’amusent de tout, Cherchant toujours les réponses à leurs incessantes interrogations partout où ils le peuvent. C’est ainsi que son peuple (et lui-même), au fil des ans ont accumulés un immense savoir. Il n’est pas matérialiste pour deux sous et se contente de ce qu’il possède (généralement des objets qui n’ont aux yeux des autres aucunes valeurs). La seul chose qu’il ne semble jamais posséder assez c’est le savoir.
Il n’en demeure pas moins sous ses airs d’hyper-actif un homme qui peux s’asseoir et méditer pendant des heures sur des sujets tels que la prompte aptitude de l’homme à donner des baffes et poser des questions après ou encore la soif de vengeance du Zoblux des marais, sujets qui selon lui sont cruciales et pourraient bien changer la face du monde.
C’est un voyageur qui n’aime jamais rester longtemps au même endroit. Etre seul ou accompagné peut lui importe. Chacune de ces situations ont leurs avantages et leurs inconvénients. Il n’a pas à proprement parler d’amis mais lie allègrement conversation avec n’importe qui.
Un de ses plus grands plaisirs est de manipuler les gens grâce aux mots afin de toujours avoir ou savoir ce qu’il désire. Il privilégie toujours le dialogue à l’affrontement. Non pas qu’il soit lâche mais il trouve que se battre et une perte de temps. D’ailleurs, prenez gardes à ses paroles. Lorsqu’il dit quelque chose mieux vaut retourner ses mots dans tous les sens. Mais lorsque l’on à bien compris ce qu’il voulait dire c’est un homme de parole qui respecte ses engagements. Engagements qu’il s’entête cependant à formuler de la manière la plus implicite possible, par simple malice. Il porte extérieurement une attitude toujours sympathique, peu importe ce qu’il pense de son interlocuteur. Il est hypocrite, mais il l’assume. Ses buts premiers : ne pas en dire trop sur soit ou sur ce que l’on sait, ne pas chercher les ennuis, rester le plus intelligent et dominer l’échange.
Quelques uns de ses nombreux autres plaisirs : Jouer de la musique, Voir ses spectateurs émerveillés pas ses tours, rigoler et méditer.
Une dernière chose encore : Il lui arrive fréquemment d’enfreindre les lois et de contourner les usages, non pas parce qu’il le fait exprès, mais parce que les lois et les mœurs de son peuple sont très différentes de ceux de Miradelphia et qu’il n’a disons, jamais pris la peine de s’intéresser à ce sujet.



L'histoire au prochain poste


Dernière édition par Yho Sétano le Lun 9 Juin 2008 - 19:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yho Sétano
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1079
Âge : 28
Date d'inscription : 29/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Yho Sétano [voyageur]   Sam 31 Mai 2008 - 13:29

Histoire


« A l’aube de l’humanité tous les peuples humains que nous connaissons aujourd’hui ne faisaient qu’un. On raconte que la déesse de la vie, Kiria, a déposé un œuf sur la terre puis, remontée dans le domaine des Dieux, avait décochée une flèche d’or faisant ainsi éclater l’œuf, duquel naquirent les hommes. Peu à peu ces créatures, fragiles et vulnérables face aux autres races ancestrales expérimentèrent et apprirent, ils firent ce qu’ils savaient faire le mieux : Ils évoluèrent. Un système complexe naquit et une immense ville fut érigée sur ce que l'on pensait être les restes de l’œuf. Ils l'appelèrent Natakar, première citée des hommes. Les années passèrent, années pendant lesquelles les hommes agrandirent leur royaume.
Ces êtres avaient soif de pouvoir et de possessions. Ils déferlaient sur les terres et y construiraient un monde à leur image, peu importe ce qui leur passait sous les pieds.

Néera, Dieu de la terre et créatrice du peuple immortel s’inquiéta de cette déferlante infernale. Bientôt, les Hommes insatiables aborderaient les terres millénaires et il n’en résulterait rien de bon.
Elle avait entièrement raison. Les hommes, venus des terres au sud du Puy d’Elda, commençaient déjà la traversée des terres stériles et des marais de Faellia, laissant derrière eux le puy d’Elda. Cependant au lieu de continuer au nord comme le pensait Néera ils traversèrent la forêt d’Aduram pour se réfugier dans les plaines d’Atral.

Le Voyage à travers les terres arides et les marais avait décimé leurs armées. Beaucoup étaient morts, encore plus avaient fait demi-tour pour retourner vers Natakar.

Néera en fût rassuré, les Hommes qui avaient survécus n’étaient plus rien, son peuple demeurait hors de danger.

Il ne restait en tout et pour tout qu’une poignée d’humains usés par les restrictions, anéantis par les éléments, impitoyables. Leur grande croisade connue sa première accalmie. Les âmes restantes entreprirent de bâtir de nouvelles citées, de nouvelles places fortes, le temps de reprendre des forces et de reconstituer leurs armées pour une nouvelle fois reprendre leurs incessantes conquêtes. Ils n’eurent pas ce loisir.

Car Néera, voyant que les hommes représentaient à nouveau une menace décida d’agir. Une nuit, alors que la lune éclairait les plaines, une violente secousse ébranla les terres millénaires et un craquement sinistre se fit entendre. Au matin, une balafre défigurait le paysage. De cette nuit de cauchemar un souvenir resterait à jamais gravé dans les plaines. Une faille qui descendait vers les entrailles de la Terre. Nulle végétation n'y poussait, seules les roches peuplaient ce paysage dévasté. Les hommes n’étaient plus qu’animaux en cage bloqués dans ces plaines sans aucune possibilité de retraite.

A présent, le peuple humains qui tirait sa fierté de son union et de sa force ce retrouvait brisé, divisé. Ceux qui avaient fait demi-tour devant les impitoyables forces de la nature furent poursuivit et exécutés pour traîtrise et furent des milliers à mourir. Ceux qui ne furent pas exécutés fuirent la cité de Natakar et fondèrent plusieurs dizaines de petites colonies. La colonie Sétano est une de celles là.»



- Voila les enfants l’histoire et terminée
- Ho allé Yho racontes en encore une !
- ho oui Yho s’il te plait !
- Désolé les enfants, mais j’ai promis à Iétsou de passer la voir avant le coucher du soleil
- Mais c’est dans longtemps le coucher du soleil !
Yho était assit en tailleur, à l’ombre d’un arbre dont les fleurs virevoltaient de temps à autre sous la brise printanière pour venir tapisser le sol de leur blancheur éclatante. Autour de lui une dizaine d’enfants excités, tous vêtus de robes aux couleurs vives, comme la sienne l’apostrophaient gaiement en quête d’une nouvelle histoire.
- le soleil se couchera dans moins une heure, je n’aurais jamais le temps de vous en compter une autre !
- Mais comment tu le sais ça, que le soleil il va se coucher dans une heure, t’en es sur ??
- Ho et bien… c’est très simple. Regardez.
Il se leva, les dominant de toute sa hauteur et fît le tour de l’arbre sous le regard interrogateur de son public. Il réapparut une seconde plus tard avec une brindille dans les mains et un sourire jusqu’aux oreilles.
- venez, suivez-moi.
Tous obéirent et quittèrent l’ombre de l’arbre pour venir former un cercle autour de Yho qui s’était arrêté au milieu d’un terrain dégagé. Il planta la brindille dans le sol et dessina un arc de cercle avec des cailloux posés à intervalle régulier en veillant à ce qu’il soit parallèle à la course du soleil jusqu'à ce que l’on compte treize pierres.
- Regardez. Chacun des espaces entre les cailloux représente une heure. Le caillou blanc représente le lever et le noir le coucher du soleil. On sait qu’en cette saison nous avons à peu près douze heures de soleil d’où les douze intervalles entre les pierres, chacun représentant une heure. Et regardez, vous voyez l’ombre ici ?? Oui ?? Et bien l’inclinaison du soleil donne une ombre particulière. Plus il descend plus l’ombre va vers la droite et l’ombre est presque à la moitié du dernière espace ! Il reste donc une seule demi-heure avant le coucher du soleil.
- ouha, génial
- Ho oui !
- Allez les enfants, je dois vraiment aller voir Iétsou maintenant.
Il laissa derrière lui la bande de gamins, toujours émerveillés devant le cadran solaire improvisé. Pour sur ça allait lui manquer ces après-midi à conter des histoires sous le Yïé. Pourtant il ne pouvait s’empêcher de sourire, demain et tous les autres jours après seraient les meilleurs de sa vie, il était ravi.

Le peuple de Yho avait élu domicile dans un forêt verdoyante au climat méditerranéen près de la côte nord au dessus des marais de Faelia et ils manifestaient une aptitude toute particulière à assurer une sorte de communion entre leurs constructions et celles de la nature. Toute leur civilisation était concentrée dans une unique petite ville : Baëën
Il parcourut lentement les longues allés pavées et sinueuses qui serpentaient entre des bâtiments tous très espacés et construits sur le même modèle : Des murs de pierres blanchies à la chaux troués de grandes fenêtres fermés par de grands panneaux coulissants fait de bois translucides. On les fermait durant la journée et les ouvrait le soir de façon à laisser entrer la fraicheur. Les toits Quand à eux étaient plus remarquables les uns que les autres. Ils étaient constitués d’une résine concoctée à base de sève et de roche pilée. Le matériaux était souple et modelable puis durcirait au soleil et laissait place à toutes les fantaisies. Certains toits représentaient une forêt, d’autres plus simple un seul animal un encore un objet. C’était une coutume très pratique. En effet les temples étaient protégés des intempéries par leur Dieux, les échoppes par l’effigie de ce qu’elles proposaient et plus un homme avait une place importante dans la société Sotanaise plus sont toit était imposant et compliqué. Il n’y avait grâce à eux aucunement besoin de carte.
Les pas de Yho le portèrent devant une petite maison en bordure de la ville dont toutes les fenêtres étaient fermées. Il gravit les quelques marches qui menaient au perron joliment fleurit et frappa deux coups sur le panneau de bois. Il attendit quelques instants puis entendit des pas à l’intérieur, enfin le panneau coulissa.
- Ho bonjour Yho, entre, je t’en pris.
- bonjour tsé. Comment va-t-elle ?
- Son cœur bat encore.
Yho ne trouva rien à réponde. Tout le monde ce faisait du souci pour Iétsou. Cela faisait plusieurs semaines qu’elle ne se levait presque plus et les meilleurs soigneurs de la ville restaient réservés sur son pronostic vital.
Les grandes connaissances des herbes et des plantes de leur environnement avaient conduit le peuple de Yho à acquérir un régime alimentaire et une hygiène de vie qui avaient au fil des temps considérablement augmenté leur espérance de vie. La doyenne, Iétsou avait atteint l’âge de deux-cent-trente-sept ans le mois dernier. Personne, jusqu’à là n’avait atteint un tel âge et sa mort plongerait toute la ville de la tristesse et la douleur. Non pas que la mort soit considéré comme une fatalité. Elle était même considérée comme un moyen d’accéder à toutes les connaissances de l’univers, mais tout le monde ici connaissait Iétsou et ses caprices incessants de vieille femme manqueraient à tout le monde.

Il suivit la jeune fille qui lui avait ouvert. Tsë, Arrière petite fille d’Iétsou qui restait à son chevet jour et nuit depuis que cette dernière était alitée.
- Je m’inquiète vraiment tu sais, elle ne mange presque plus !
Ils pénétrèrent dans une pièce sombre et bien meublée : un lit, une écritoire et une armoire l’occupaient. Dans le lit on pouvait apercevoir une forme ronde qui soulevait la couverture au rythme de sa respiration.
- Elle dort, elle ne fait pratiquement plus que ça.
- Il est inutile que je la réveille.
Il fouilla dans ses poches puis tendit la main à Të, lui ouvrit la paume, versa ce qu’il tenait dans sa main dans celle de la jeune fille et la referma:
- Tu lui donneras ça, c’est tout ce que je peux faire.
Të ouvrit on point et regarda un instant le petit récipient en peau qui contenait de toute évidence un liquide visqueux.
- Ou à tu trouvé ça ?
- Chez les apothicaires, c’est Jêo qui l’a préparé.
Il sourit :
- Je lui ai dis que c’était pour elle. Il ne m’a rien demandé en échange.
Il faut savoir que l’argent n’a pas cour chez les Sotanais. Ils n’ont pas trouvé utile de changer le premier système de paiement humain, à savoir le troc. Ici tout le monde savait faire quelque chose et chacun payait l’autre avec ce qu’il fabriquait après marchandage bien entendu !! Et inutile de vous dire que le marchandage est chez eux une tradition. Il existe d’ailleurs parait-il un concours qui élit tous les ans le meilleur marchandeur de l’année. C’est un vrai sport !

- C’est très gentil de sa part, j’irais le remercier… Si elle va mieux… autrement je n’ose pas la quitter. Elle à l’air si fragile…
- Dire qu’il y a quelques mois elle me battait en quelques minutes… C’était une pratiquante exceptionnelle.
Le silence s’installa entre eux alors qu’ils regardaient tout les deux tendrement celle qui avait été pour eux un modèle.
- Il va falloir que j’y aille la cérémonie du lien brisé dans moins d’un quart d’heure.
Il hésitât puis poursuivit :
- je n’ai toujours rien préparé.
- Quoi ?? Tu n’es pas près ?
- Ben non
- Tu ne changeras jamais Yho ! Je ne te donne pas deux heures avant que tu reviennes en pleurant qu’un Osmouth t’a mordu.
- Les Osmouth n’ont pas de dents…
- exactement mais tu vois très bien ou je veux en venir !
- Ne soit pas jalouse je te ramènerais pleins de souvenirs, c’est promis !
- oui des boutiques du coin !
- ho non !! Je te promets de te ramener la plus belle fleur que je trouverais.
- très bien on parie !
- quoi ?
- Et bien si tu me ramène cette fleur cela voudra dire que tu tiens plus à moi que tu ne le prétends. Dans ce cas je t’accorderais plus d’intérêts que d’habitude. Et si tu oublies et que tu reviens sans tu devras me laisser gagner contre toi au Taho.
Le Taho est une technique de combat défensive inventé il y a bien longtemps par les Sétanais. On pourrait traduire cette discipline par « l’art d’éviter les coups, d’être plus rapide, plus agile que son adversaire et d’utiliser les objets qui nous entourent pour nous défendre». Cette technique est surtout utilisée pour rester en vie jusqu’à l’arrivée des autorités compétentes. Elle peut cependant être une arme redoutable pour le pratiquant qui maîtrise parfaitement sont art car Il existe un rang ultime du Taho, qui permet d’apprendre à retourner les mouvements contre son adversaire Il n’est cependant enseigné qu’à ceux, comme Yho qui sont destinés à quitter la ville de Baëën
- Paris tenu ! Prépare ton vase !
Il l’embrassa sur le front et quitta la pièce, laissant derrière lui une Të un tantinet plus rouge que lors de son arrivée.
Sortit de la maison il se dirigea vers le quartier marchand. Il avait décidé de s’offrir pour son départ un nouveau bâton. Il n’avait plus de place pour graver sur l’ancien.
Il était content d’avoir pu changer les idées et remonter le moral de Të. Chez les Sotanais la joie était un art de vivre et quiconque la perdait devait très vite la retrouver s’il ne voulait pas que son esprit sombre dans les ténèbres et la douleur.
Perdu dans ses pensées, il atteignit rapidement le centre de la ville. Une fois sur la place il rejoignit une ruelle attenante ou ce trouvait l’échoppe des fabricants de bâtons. Il n’existait qu’une échoppe par activité. Ceci dans un souci d’efficacité et de progrès. Ainsi le savoir de chacun était partagé, les recherches étaient grandement simplifiées et plus rapides et cela permettait aussi de ne pas subir la concurrence d’un autre commerce. Pour les Sétanais la concurrence n’était qu’un vice, comme l’argent, seul la concurrence entre deux pratiquants du Taho était tolérée et même appréciée.
L’échoppe était constituée de deux grandes pièces illuminées et exagérément meublées. Il poussa la porte qui actionna une clochette dans l’arrière boutique et prenant bien soin de ne rien renverser sur son passage il s’approcha du comptoir. Le Rideau dissimulant l’arrière boutique se souleva et un homme d’âge plus que mûr, chauve, mais portant une barbe bien garnie vint à sa rencontre.
- Yho !! Mon garçon !! Comment vas-tu ?
Il lui baisa le front, baisé que Yho lui rendit
- Très bien merci Zéo. Je suis venu pour faire affaire.
- Oui ! Oui ! bien sur tout le monde est au courant ! Nous n’allons nous même pas tarder à fermer boutique pour aller à la cérémonie. Je crois que tu vas être notre dernier client. Je suppose qu’il t’en faut un nouveau ?
- Oui, et un solide
- Ils le sont tous Yho, ils le sont tous !
Yho sourit.
- Je suppose que l’on fait comme d’habitude ?
- Bien entendu !
Yho avait depuis longtemps adopté une technique qui lui permettait d’acquérir un nouveau bâton tout en se débarrassant de l’ancien. Il gravait son arme pour lui donner plus de valeur et ainsi pouvoir en acheter un vierge plus solide puis le graver à nouveau pour lui donner une nouvelle fois plus de valeur, en racheter un et ainsi de suite. Les marchants n’étaient pas contre ces pratiques, au contraire plus un homme trouvait de stratagèmes pour ce simplifier ainsi la vie plus il était respecté.
- Alors ?? Dis-moi. Lequel te ferait envie ?
- Tu n’a pas un niveau modèle ?
- hé bien… il y a bien celui en bois d’Hitr qui pourrait convenir… nous n’en sommes encore qu’aux tests bien sur mais… Attends moi là un instant.


Dernière édition par Yho Sétano le Lun 9 Juin 2008 - 19:33, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yho Sétano
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1079
Âge : 28
Date d'inscription : 29/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Histoire suite   Sam 7 Juin 2008 - 22:19

Zéo disparu dans l’arrière boutique, laissant Yho seul dans le magasin. Il entendit vaguement le vieil homme grommeler derrière les bruits assourdissants d’outils que l’on déménage sans ménagement, attitude typique de l’homme qui à perdu quelque chose. Yho Sourit, Sacré Zéo… Il était d’une étourderie qui n’avait rien à envier à celle d’un poisson rouge mais il était pourtant passé maitre dans son art et fournissait, avec Témié et Zétho son fils, des bâtons de toutes sortes et d’une incroyable robustesse à tout le village.

Enfin le bruit, et les plaisanteries de ses amis furent balayés par un cri de triomphe. Apparemment Yho n’aller pas tarder à découvrir la dernière création du maitre.

- Il y a un de ses bazars dans cet atelier, je crois bien que je ne l’es encore jamais rangé, ne serai-ce qu’une seule fois, dit-il en écartant le rideau.

- Je dis toujours que l’on à plus de plaisir à retrouver ce que l’on cherche dans le désordre que dans l’ordre.

- Oui bien sur, mais ça prend du temps, et du temps je n’en ai plus.

- Alors ? c’est ça ton œuvre…

- Oui, voila, en bois d’Hitr de première qualité, verni à la résine du même arbre ce qui le protège de l’eau ou de tout autre liquide. Et petite nouveauté… Tient le moi s’il te plait.

Yho pris le bâton légèrement courbé des mains de Zéo et fût immédiatement surpris par sa légèreté. Il le lança en l’air et le rattrapa en équilibre sur son majeur. Il était parfaitement équilibré.

- c’est du bon travail, Zéo, il me plait beaucoup.

- et attend ! ce n’est pas tout ! regarde.


Zéo approcha un étrange objet composé de trois parties métalliques et d’une pierre de l’extrémité du bâton. Il y eut un déclic et il s’embrassa.

Yho surpris faillit le lâcher mais se retint au dernier moment lorsqu’il vît que seul le milieu du bâton, là ou il le tenait n’était pas soumit aux flammes.

Yho avait du avoir l’air surprit car Zéo paraissait très content de lui.

- On a un peu amélioré la résine, dit-il tout sourire. La seul fois ou on l’a allumé elle à été capable de supporter un feu continu de près d’une heure sans fondre, une propriété stupéfiante de la résine. On à commencé à avoir des doutes après l’incendie de l’an dernier. Seul les Hitrs avaient résistés. On c’est posé la question et voila le résultat. Intéressant non ??

- Stupéfiant tu veux dire !

- Je suis contents que ça te plaise.

Cependant quelque chose intriguait Yho

-Comment ce fait t’il que les deux parties brulent alors que tu n’a allumé que cette partie et que le milieu n’est pas recouvert de résine ?

- Ho c’est très simple. Nous avons implantés à l’intérieur du bâton un filament de cette résine entourée d’un isolant, ainsi la chaleur est véhiculée d’un bout à l’autre de l’arme, permettant à l’autre bout de s’allumer.

- Très ingénieux, bravo !

- Je te remercie, seulement il n’est pas encore tout à fait terminé, la pièce que tu vois là sert à l’allumer comme je te l’es montré et doit ce trouver normalement ici.

Il lui montra un emplacement à porté de main pour quiconque manierait l’arme.

- Une seule pression suffit.

- Ecoute Zéo, je ne crois pas que je vais le prendre, garde le toi, pour pouvoir en fabriquer d’autres, je me contenterai d’une arme moins sophistiquée voila tout.

- Il n’en est pas question. Ce serait de la non assistance à personne en danger si je te laissais quitter notre petite ville sans ce que l’on fait de mieux. Tu va l’accepter ce bâton, et gratuitement encore !

- Zéo, c’est vraiment trop je… je veux…

- encore un mot gamin, et tu crame.

- payer…

Plus vite que Yho ne l’aurait cru possible le vieil homme glissa alors sa main sous l’arme qu’il tenait et l’expédia en l’air avant de la rattraper d’une main de maitre, sans que Yho ne puisse faire quoi que ce soit. Il fronça les sourcils et parla d’une voix qui, il l’espérait imitait la colère :

- Maintenant que l’on a rétablit l’équilibre des forces je te propose un marché.

Yho avait dans l’idée que lui et le vieil homme n’avait surement pas la même notion de l’équilibre des forces et ne trouva d’autre alternative que de l’écouter.

- Tu va aller te préparer pour la cérémonie et moi je vais terminer mon travail. Quand sa sera fait je viendrais personnellement te l’apporter. Maintenant file !

Yho s’avoua vaincu, il adressa gêné un vague hochement de tête et lui sourit en un remerciement muet puis il quitta la boutique.

Une fois seul dans sa boutique Zéo regarda l’arme toujours en flamme l’air embarrassé. Il se gratta le menton.

- Bon et maintenant comme je fais moi pour l’éteindre ? je vais quand même pas attendre une heure !

Le soleil avait disparut et avec lui semblait-il tous les repères familiers qui rassuraient et aidaient l’homme perdu à retrouver son chemin. Seule la lune perçait de temps à autres le feuillage touffu et protecteur des arbres, chassant les ténèbres pour offrir ne serai-ce qu’une vision fugitive de ce que sera l’avenir au voyageur égaré. Traversant la ville d’un pas rapide Yho se dit que demain tout serait ainsi, comme une longue nuit, sans repères, sans familiarité aucune avec se qui l’entourerait…il en était ravit.

Il venait de quitter la petite ville pour s’enfoncer dans la forêt. Suivant un sentier battu par des générations de pieds aucune herbe n’y poussait plus, comme si la végétation s’était résignée à ne plus jamais pouvoir posséder cette petite lande de terre.

Il pouvait déjà apercevoir au loin la lueur de dizaine de torches qui brulaient autour du bâtiment le plus excentré de la ville. Il était construit sur le même modèle que toutes les autres habitations Sétanaises mais son toit était de loin le plus prodigieux de tous. Il représentait un homme immense en train de s’envoler, quittant la terre. C’est sous ce toit que Yho passerait sa dernière nuit près des siens.

Lui parvinrent enfin les clameurs de toute la ville qui semblait déjà s’être rassemblée sur les gradins taillés à même la pierre qui entouraient la place. Au centre se trouvait une piste de terre battu et excentrée sur la droite et un peu en retrait, la fameuse dernière demeure.

La cérémonie était un condensé de tout ce que savait faire les Sétanais. Combats de Taho, exhibition par les marchants de leur dernière créations, acrobaties, contes, musique, tout y passait. Puis viendrait le clou du spectacle, un au revoir général à celui qui allait les quitter.

Il aurait été difficile pour Yho de décrire ce qu’il ressentait à l’approche du théâtre. Un mélange envoutant d’anxiété, de joie intense avec peut-être une minuscule pointe de tristesse à la pensée de ceux qu’il aimait et qu’il ne reverrait pas avant de longues années. Il ne pouvait cependant qu’admettre qu’il était impatient d’être à demain
Il ce retrouva enfin devant les gradins qui lui masquaient tout ce qu’il ce passait derrière. Il se dirigea vers une large arche surmontée de piliers qui avait été creusée dans les gradins pour permettre l’entrée du public. L’arche débouchait jusqu'à la piste au milieu de laquelle ce trouvait un fauteuil de pierre. Yho attendit dans l’ombre que la cérémonie commence.

Enfin, après de longues minutes le brouhaha indescriptible de la foule de spectateurs sembla ce tarir puis mourut alors que s’avançait plusieurs Sétanais vêtus très exceptionnellement de robes blanches. Les prêtres de Kilan, muse du savoir, ouvrirent leurs bras, tendus vers le ciel étoilé et entamèrent leur prière.


Toi notre fils qui en cette nuit quittera ses lieux
Que puisse notre déesse sur toi garder ses yeux
Toi notre fils qui t’en va quérir le savoir
Que notre déesse nous permette de te revoir

Par delà le vaste monde nous écouterons tes pas
Par delà les horizons nous verrons ce que tu vois
Et peut importe le tonnerre et les saisons
Car ou que tu sois nous t’entendrons

Nos prières et nos chants t’accompagnent
Toi qui de ton sang ne versera pas une goutte
Car à travers toutes les campagnes
Notre bonne déesse Kilan t’écoute

Nous t’invitons maintenant à entrer
Toi qui bientôt devras nous quitter
Pénètre à présent dans l’arène
Sans, nous l’espérons qu’aucun sentiments te freine


Les prêtres se turent et baisèrent les bras, leur regard à présent braqué sur l’Arche sombre. Une Silhouette se détacha peut à peut de l’obscurité et s’avança lentement vers le centre de la piste sous les acclamations du public. Tout sourire Yhos’avançat lentement comme un film au ralentit vers le fauteuil. Il parut mettre un temps infini à parcourir la courte distance qui séparait l’arche du fauteuil mais il parvint cependant jusqu'au siège ou il s’assit. Puis il attendit que le silence revienne.

- On m’a demandé de préparer un discourt pour cette occasion unique, mais, comme vous vous en doutez je ne l’ai pas fait. Je préfère ce soir parler librement, sans la contrainte d’écrits qui ne retranscriraient pas ce que je ressens maintenant. Il n’y a de bon discours que s’ils se marient parfaitement à la situation présente et je ne crois pas qu’un papier datant de plusieurs jours puisse convenir à ce que j’éprouve ce soir alors que je me tiens devant vous.

Il fît une pose pour donner le temps à son explication de faire son chemin puis reprit :

- J’attends énormément des prochaines années de ma vie. Mais il y a quelque chose en moi que je n’ai jamais eut l’occasion de ressentir. Ce mélange de sentiments et d’émotions tellement emmêlées que je n’arrive même plus à différencier la tristesse de la joie. Une chose et sur cependant, c’est que tous autant que vous êtes, vous qui êtes ma famille, vous qui êtes ce que je chérie le plus allez me manquer énormément et je pris moi aussi pour qu’à mon retour toi soit comme avant.

Il se rassit sous un tonnerre d’applaudissements qui se répercutèrent contre la pierre brute des gradins, emplissant le théâtre d’un grondement sourd et interminable et alors que les prêtres s’avançaient vers lui pour lui transmettre la grâce de Kalin les premiers pratiquants du Taho vinrent prendre possession de la piste sous des applaudissements renouvelés.


La soirée se poursuivit ainsi et les artistes se succédèrent, rivalisant d’imagination et de techniques, bientôt suivit par les artisans venus présenter leurs dernières créations. La plus appréciée fût bien entendu celle de Zéo qui fît la démonstration de son nouveau bâton et tous furent surpris mais ravit de voir Yho ce le faire offrir.

- Voila, il est terminé lui avait glissé Zéo à l’oreille. On à même trouvé un moyen de l’éteindre !

Yho sourit puis le vieux marchant repartit s’asseoir parmi les autres pour profiter du spectacle, laissant une fois de plus Yho seul face au reste de Baëën.

La lune était déjà haute dans le ciel lorsque les derniers artisans présentèrent leurs dernières fabrications. Les prêtres, lorsque ces derniers eurent quitté la piste s’avancèrent une fois de plus au milieu du théâtre :

- Il est maintenant l’heure de permettre à l’âme et au corps de Yho de couper toute attache avec Baëën affin que sa quête ne soit en aucun cas compromise par les attaches qui le lient à son peuple.

Ils disparurent derrière le fauteuil de pierre et revinrent quelques instants plus tard portant maladroitemnt une lourde cage dans laquelle virevoltaient une multitudes de minuscules oiseaux blancs. Ils déposèrent la cage au centre de la piste pour qu'elle soit bien visible de toute l'assistance

- Comme ces oiseaux il était en cage.

Deux des prêtres s'avançèrent et soulevèrent la lourde grille qui retenait les oiseaux prisonniers. Ils s'envolèrent aussitôt, disparaissant rapidement sous le ciel étoilé devant l'assistance éblouie.

- Comme ces oiseaux dont seules les ailes assurent leur avenir, demain Yho notre fils n'aura plus aucune attache. La porte du monde lui serat ouverte.



Les prêtres levèrent une nouvelle fois les bras au ciel :

- Ainsi s’achèvent la cérémonie. Que chacun rentre chez soit, au matin Yho sera partit.

Puis ils se tournèrent vers Yho :

- Mon garçon rapporte nous le secret de l’univers.

Puis ils partirent. Suivit de toute l’assistance au complet qui après un dernier hommage quittait à présent les gradins pour regagner leur foyer.


Yho quand à lui resta de long instants immobile dans le fauteuil puis lentement il prit la direction de la dernière demeure. Il ouvrit doucement la lourde porte de bois cerclée de fer et pénétra à l’intérieur. Il n’y avait qu’une seule grande pièce éclairée par des torches et chichement meublée. Un grand lit, une commode et une bassine composait le tout. Yho sourit lorsqu’il aperçut son sac plein à craquer ainsi que son instrument au pied de son lit. Il faudrait qu’il pense à remercier Tsë.

Il n’avait pas sommeil mais la tradition voulait que le voyageur passe sa dernière nuit en ville ici. Il s’allongea donc tout habillé sur le lit et essaya de trouver le sommeil, en vain.

Résigné il ferma les yeux et se plongea dans une profonde médiation, faute de mieux, au moins il avait ainsi tout loisir de penser à ce qu’il allait faire le matin venu tout en reposant son corps.


Dernière édition par Yho Sétano le Lun 9 Juin 2008 - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 31
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Yho Sétano [voyageur]   Lun 9 Juin 2008 - 19:20

te manque un avatar et on te valide!

(j'ai effacer les post pour avoir l'histoire et tout en un bloc et une présentation propre huhu)
Revenir en haut Aller en bas
Yho Sétano
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1079
Âge : 28
Date d'inscription : 29/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Yho Sétano [voyageur]   Lun 9 Juin 2008 - 19:31

ok ok merci beaucoup
Je m'empresse de trouver un avatar^^
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Yho Sétano [voyageur]   Lun 9 Juin 2008 - 21:13

L'avatar y est :
FICHE VALIDEE


File jeter un coup d'oeil à ces liens :

Like a Star @ heaven Foire au RP ~ Pour tout ce qui est recherche de compagnons RP. En bref, que du bonheur !
Like a Star @ heaven Inventaire ~ Pour suivre ton évolution {obligatoire}.
Like a Star @ heaven Le comptoir ~ Pour créer ton compte en banque et gérer l'argent que tu gagnes / que tu dépenses^^
Et enfin, si tu as des question, n'hésites surtout pas à demander de l'aide à un parrain, ou à tout simplement poser tes questions dans la partie créée à cet effet.

Bon jeu!
Revenir en haut Aller en bas
Yho Sétano
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1079
Âge : 28
Date d'inscription : 29/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Yho Sétano [voyageur]   Lun 9 Juin 2008 - 21:14

ouééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééé


Merci, merci, au noms de tous les Sétanais Merci^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yho Sétano [voyageur]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yho Sétano [voyageur]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yho Sétano [voyageur]
» Voyageur sanguinaire cherche partenaire pour gentil massacre de la veuve et de l'orphelin.
» Gorak Daleneï, nain voyageur
» Manfred le grand voyageur!
» Unyril Cirirlan [Guerrier & Voyageur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Bibliothèque :: Tabularium :: Limbes-
Sauter vers: