Partagez
 

 Déabarquement palpitant [pv. Kelen]

Aller en bas 
AuteurMessage
Uriane
Sang-mêlé
Uriane

Nombre de messages : 137
Âge : 27
Date d'inscription : 15/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 39
Niveau Magique : Non-Initié.
Déabarquement palpitant [pv. Kelen] Empty
MessageSujet: Déabarquement palpitant [pv. Kelen]   Déabarquement palpitant [pv. Kelen] I_icon_minitimeLun 4 Aoû 2008 - 23:09

[Hj = Déconseillé aux âmes impressionnables!]

Voyager sur l'eau avait été une expérience nouvellement excitante pour Uriane, qu'elle avait expérimentée pour la première fois à l'occasion du déménagement de sa guilde, les silencieux. En ce qui concernait le pourquoi du comment, l'assassine n'avait pas perdu son temps à se poser trente-six question, elle avait simplement été informée par un trouve-client et avait suivie le mouvement. Il y avait du changement dans l'air et c'était bien là l'essentiel. La perspective d'explorer des horizons inconnus de ne lui faisait pas peur, car le temps lui avait apprit qu'elle était presque invincible et pouvait compter sur sa propre puissance. Surtout lorsque la demi-sombre était accompagnée de son fidèle et venimeux Dreke. A son plus grand plaisir, la douleur que ses tissus dispensaient allait et venait sur commande, ce qui lui permettait de prodiguer à volonté soins et caresses sur l'osseuse carcasse de l'immonde Amphi-Hydrus. Durant tout le voyage, la jeune femme était restée enfermée dans ce qui lui avait servie de cabine... et il lui avait paru plutôt du genre trop long, ce voyage. Elle espérait bien trouver un joli lot de consolation en arrivant, la nourriture qu'on lui avait servie était épouvantablement indigne d'elle, de ses appétits sanglants. Pourvu qu'on embarqua aussi des enfants dans ce navire. Mais Uriane ne vit rien tel sur le pont de bois lorsqu'il fut l'heure de mettre pied à terre, elle alla aussitôt se réfugier dans la solitude, histoire de faire le point sur son environnement. On apercevait un forêt luxuriante, tropicale, un endroit sans doute hostile et dangereux où il ne faudrait pas s'aventurer à la légére, voir pas du tout. Cependant, le plus intéressant restait le village et l'activité qui y régnait en permanence. Quel ne fut pas l'égal du plaisir amusé d'Uriane que de retrouver l'animation standard des villes humaines... Son imagination était particulièrement déchainée aujourd'hui, elle aurait besoin de chaines et de ses couteaux, oh oui. Sous la chaleur étouffante de Nelen, l'assassine qui suait à l'intérieur de sa noire combinaison, revint un peu sur ses pas le temps de demander un renseignement à ce qui paraissait logiquement être un matelot occupé à finaliser l'amarrage.


- Tu aurais des chaines ? fit-elle de façon directe.

L'homme fut littéralement ébahi par cette audacieuse demande, d'autant qu'il devinait aisément le peu de bienveillance dont cette femme était capable. Il répondit d'un air hagard.


- Ben ça dépend... faut que vous me signalez votre nom, ce que vous comptez en faire... et puis je dois en parler à mon supérieur évidement.

Uriane trépignait d'impatience lorsqu'elle avait une ténébreuse idée en tête, ici en l'occurrence. Il lui fallut faire appel à tout son sang froid pour ne pas s'emporter. Elle se surprit à être assez fière du résultat, prononçant la dernière phrase très lentement, distinctement.

- Uriane. L'objet, c'est pour attacher aux poignets, au chevilles... enfin tu as compris, non ? Alors je peux ?

Manifestement, l'amour de matelot qui lui servait d'interlocuteur ne partagea pas son avis expérimenté sur l'art créatif, puisqu'il se mit à scander un nom à tue-tête. Aussitôt pour le malheur de ses projets, une petite patrouille d'hommes solides et armés accoururent de derrière un recoin, l'assassine avait déjà fait connaissance avec celui d'entre eux qui lui adressa la parole, un brin agressif devant sa grise personne, la main sur une arbalète chargée.

- Uriane espèce de sale monstre ! Fous le camp tout de suite avec ta bestiole, on t'avais dit que tu n'avais pas à tyranniser ceux de l'île, est-ce que tu te rappelle ? Plus aucun être sensé de te prêtera des chaines ici.

L'intéressée, vaguement interpellée, se massa les poignets en tournant la langue dans sa bouche ronde afin de s'occuper le temps que le garde déballe sa rengaine. Elle se mordit le rose jusqu'à faire perler une appétissante goute de sang unique, et tourna ensuite les talons en songeant ravie que ce serait l'occasion idéale d'acquérir de nouvelles techniques - au gré de son inspiration insondable. Uriane rappela son batracien en sifflant d'un air optimiste et s'enfonça dans le village, Dreke sautillant joyeusement derrière elle. Un mur de maison tordu dans un coin à l'ombre lui offrait un abri convenable, elle s'y cacha et commença à repérer d'un air espiègle les allés et venues des enfants, ne sachant exactement ce qui lui ferait le plus envie. Une partie de jambes en l'air ou une séance de torture sur ces petites douceurs ? Elle en était là de ses réflexions quand un couinement se fit entendre tout proche, c'était un rat. Alors ces rongeurs survivaient jusqu'ici ? Intéressant. Ce qui était bien avec ces bestioles c'est qu'elles laissaient libre cour à leur douleur dés qu'on les titillaient un peu, c'était un frénétique concert de hurlements. La main gantée de la demi-sombre s'approcha précautionneusement du rat ; il était bien appétissant ce rat, c'était un bon début. A ses côtés, l'Amphi-Hydrus émit un croassement de jalousie en voyant sa maitresse tenter d'attraper le bête, qu'elle jugea bon d'ignorer, il aurait peut-être son tour plus tard.

- Viens mon beau...
Oui, viens à moi, nous jouerons ensembles c'est promis.
Revenir en haut Aller en bas
http://les4emeraudes.forumactif.fr/
Kelen
Sang-mêlé
Kelen

Nombre de messages : 2674
Âge : 28
Date d'inscription : 28/11/2007

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Déabarquement palpitant [pv. Kelen] Empty
MessageSujet: Re: Déabarquement palpitant [pv. Kelen]   Déabarquement palpitant [pv. Kelen] I_icon_minitimeMar 5 Aoû 2008 - 1:30

Noir. Profond. Pareil à l'étendue obscurs d'une nuit sans lune et sans étoile. Fidèle à l'image des abysse infernaux qui, au même titre, renfermait les pires maux. Pourtant rien ne s'y reflétait. Surtout pas l'étincelle de la vie. Mais pas non plus celle de la mort. Et pourtant on sentait qu'à travers cette opacité noire et sombre un Dieu malfaisant guettait. Un Dieu qu'aucune légende n'avait jamais cité, un Dieu qui n'avait laissé vivre ceux qui aurait osé les rapportés. Et, enfoui au fond de ses ténèbres,attendait son heure qu'il sentait proche, proche! On entendait dors et déjà son rire joyeux de haine envers ceux qui osait s'opposer à lui et à son avatar. On voyait le plaisir que lui procurerait la chasse de ses ennemis... Et le festin qu'il ferait pour célébrer sa victoire!

Tels étaient les yeux de la rate Hori.

Et Kelen, qui les sondait, se disait qu'une fois de plus son familier voulait abuser de lui. Ô comme il connaissait ce regard, il en avait subis la morsure si souvent! Il ne lui avait jamais résisté... Il était horrible! D'ailleurs, c'était de ça que la rate tirait son nom... Hori. Habitude était qu'il céda à son intensité cuisante, mais cette fois... Non. Il ne devait pas. Il ne pouvait pas! Alors il bandait ses muscles, prêt à se jeter sur elle. Prêt à joué sa vie. C'était lui l'homme après tout, un Demi-Drow qui plus est! De cent soixante-cinq centimètre son ainé! Mais il n'y tenait pas... Ses chances contre la rate étaient minces, autant que l'épaisseur d'un parchemin. Il espérait qu'elle craindrait son regard et abandonnerait le duel. Oui, c'était mieux ainsi, après tout, il ne savait toujours pas si son familier avait la peste ou non...Il ne tenait pas à vérifier.

Mais il ne perdrait pas la dernière boulette!

La boulette, elle, n'en avait pas grand chose à faire des deux créatures qui l'entourait. Elle n'avait pas beaucoup d'orgueil! Elle se savait être une simple boulette de viande, d'un animal qu'on appelait agneau, et qu'elle n'était plus très fraiche. Alors elle n'avait que faire du duel dont elle constituait le gain, et de qui le gagnerait. Elle savait juste que le vainqueur, celui qui la mangerait donc, finirait malade comme un chien. Oh non, elle ne le leur dirait pas, il s'agissait là d'un des rares plaisir qu'une boulette pouvait avoir. Un peu comme une petite vengeance... Quoique cela ne représentât rien en vue du nombre de ses compatriotes qui y étaient passés...

Elle rêvait d'autre choses!

D'horizons blancs et bleus s'étalant à perte de vue! De paysage somptueux où les petites boulettes comme les grandes s'épanouiraient en paix dans l'harmonie et la joie... Elle rêvait de mouches pareils à des bourdons dont elle pourrait porté les enfants. De sauces au fumet doucereux dans lesquels elle pourrait se tremper. Et même d'assiette du cristal le plus pur pour son repos... Elle se disait qu'une fois mangé, le lieu qui l'accueillerait devrait être comme ça... Idyllique. Utopique. Sa longue digestion après un mâchage en bonne et due forme méritait bien un ailleurs meilleur. Ô oui comme l'Au-delà s'annonçait bien... D'ailleurs, voilà que les bêtes en venaient aux mains! (et au pattes.)

S'élançant, la rate attrapa la boulette, puis dérapant sur ses postérieurs, se mit en position pour la rué du siècle... Mais le Demi-Drow n'était pas de cet avis! Il attrapa l'impudente par la queux, la brandissant dans les airs pour la frappé de son autre poing. Voyant l'agression venir, Hori se cambra héroïquement, et d'un coup de griffe vengeurs, meurtris la paume de son assaillant. Celui-ci hurla de rage en lâchant la bête, et renversa la table sur laquelle ils étaient installés dans une vaine tentative pour l'arrêter. Mais rien n'y fit, Hori s'élança de plus belle, de bonds aussi élégants que le permettait ses nombreux bourlets et la boulette dans sa gueule. Attrapant les objets à porté, Kelen bombardait sa cible qui, peut importait son obésité certaine, se révélait trop agile et menu pour ses piètres compétence de tireur. Elle allait atteindre la porte!

S'élançant à sa poursuite, le boulettivore, sauta par dessus la table et... mangeât les planches au sol... Se relevant, il vit la rate finir de se dandiner à grand peine pour passer sous la porte! Ah, enfin une conséquence bienvenue de ses nombreux raides dans son assiette! Il la suivit dans la ruelle où débouchait la porte. Il regarda d'abord à gauche où il savait que la rate aurait été bloque contre le mur, puis à droite où elle avait vraisemblablement dû fuir!

-Au voleur! Arrêtez cette rate!


Il indiqua du doigt le Fléau des jours sans pain, s'élançant lui même vers lui puis sauta. Il l'aurait... Ses mains se refermèrent sur la peau visqueuse. Visqueuse et mouillée.

-Une grenouille? Hori est devenue une grenouille? Et ma boulette alors hein?

S'acharnant sur l'animal, il chercha à lui ouvrir la bouche pour récupérer son bien.


Revenir en haut Aller en bas
Uriane
Sang-mêlé
Uriane

Nombre de messages : 137
Âge : 27
Date d'inscription : 15/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 39
Niveau Magique : Non-Initié.
Déabarquement palpitant [pv. Kelen] Empty
MessageSujet: Re: Déabarquement palpitant [pv. Kelen]   Déabarquement palpitant [pv. Kelen] I_icon_minitimeMer 6 Aoû 2008 - 13:21

C'est avec une anxieusité et un stress épouvantable, voir légendaire, digne des plus grands mélodrames que Dreke fixait de ses yeux rouges, osseux, ridés et étalés ; sa maîtresse bien aimée. Celle-ci osait en parfait état de conscience et pleine possessions de ses moyens, lui faire une terrible infidélité en s'apprêtant à attraper le rat. Comment pouvait-il rester là à ne rien dire ? Pour le batracien, il fallait accepter cette dure épreuve sans ciller. D'autant plus qu'il là savait dors et déjà volage. Ou plutôt, il savait parfaitement comment y mettre un terme mais restait transi de peur à cette idée, et plus exactement à celle de la réaction de la demi-drow. Il lui aurait suffit d'engloutir égoïstement l'animal, de le transpercer d'un bon coup de langue en se servant habilement de ses dons. Une malsaine mais très légitime envie meurtre s'empara alors de ce bon vieux Dreke.

- Crââowww !*1 Fit-il d'un ton larmoyant à la perfection. Crôôôô !*2 Reprit-il, menaçant.

La femme étant absorbée dans sa contemplation du fascinant rongeur, tendit à peine une oreille pointue et inattentive aux menaces ou supplications de Dreke. Sa main se rapprochait dangereusement de la proie, elle y était... presque ! Pourvu que Dreke ne fasse pas tout rater avec ses croassements. La cible en joue, il me manquait plus que le coup d'envoi. Tout allait ce jouer sur cet instant. L'insouciant était occupé à grignoter quelques sales nourritures, histoire de faciliter encore plus l'opération attrape-rat. Maintenant, action ! Uriane lança ses doigts à toute vitesse, muant son geste en un réflexe surhumain, elle sentit le cœur du jouet battre dans sa paume.

- Au voleur ! Arrêtez cette rate ! Fit un excité de service à cet instant.

Sans trop d'intérêt pou le proprio du cœur battant et affolé, Uriane chercha néanmoins des yeux celui qui avait crié ça. Pendant ce temps là, profitant du moment d'inattention de l'assassine - ou plutôt de cette diversion miraculeuse - le rat se souleva de lui même à la force des épaules pour lui pincer le pouce gauche. Uriane siffla de douleur entre ses dents, tel un serpent contrarié plus que blessé. Un petit trou ornait dorénavant son gant de cuir, comblé par une goute de liquide rouge condensée. C'était les risques du métier, pas grave. L'assassine se vengerait de toute façon.


- Craw ! Creêêêaaw ! Crôooo !*3 S'affola l'Amphi-Hydrus.
- Qu'est-ce qu'il y a Dreke à la fin ?
Dit une Uriane exaspérée par tant de mauvaise volonté.

Elle pivota sur ses hanches, tenant toujours fermement la queue de sa proie.

- C'est ça que tu cherche ? Ajouta-elle d'un air gourmand.

Un séduisant demi-drow, d'apparence paradoxalement bien bâtie et à la fois chétive était aux prises avec sa grenouille. Elle le contempla intéressée, cherchant à poser son regard gris inexpressif sur ses iris vertes. Le pauvre hybride blond s'était littéralement jeté sur Dreke, c'était sans doute cela qui avait du l'énerver, activant ainsi le poison de sa peau. Il ne restait plus qu'à lui souhaiter un excellent voyage vers l'au-delà, à celui-là. Mais son comportement l'intriguait. Pourquoi embrasser Dreke ? D'habitude, la plupart des hommes préféraient se jeter sur elle à leurs risques et périls quand il s'agissait de batifoler. Sans compter que Dreke, lui, n'aimait que sa maman. Uriane songea un instant à embrasser le rat pour faire pareil, mais se ravisa au premier coup d'œil interrogateur, à cause des dents pointues. Le chanceux, Dreke n'en avait pas.

Elle le fixa alors, étrangement lucide, et lui tint ce charmant langage.


- C'est fini pour toi. La peau de mon Amphi-Hydrus est parcourue d'un poison redoutable, tu aurais du te renseigner avant d'engager ce flirt ridicule !
- Crêw !*4


D'humeur taquine, la demi-drow passa un main dans ses longs cheveux noirs et sa langue sur sa bouche, traduisant par ce fait son impatiente et sa curiosité. Elle avait des antidotes dans sa besace, bien entendu, au milieu d'un fatras de chaire, d'armes et d'en-cas. Peut-être en donnerait-elle une dose au jeune homme afin qu'elle puisse le torturer vivant, en cet endroit discret, propice. Ce mot torture qui sonnait tellement bien divertissement et avait tellement de sens différents. L'assassine regarda son visage se déformer sous l'effet de l'atroce nouvelle avec un sourire sadique.


Citation :
~> Hj.
Petit lexique du langage de Dreke.

*1 = C'est maitresse à moi tout seul !
*2 = Arrête ça ou je te tue !
*3 = Je ne sais pas de quelle boulette vous parlez ! A l'aide, Uriane !
*4 = Eh oui ! Ça t'apprendra.
Revenir en haut Aller en bas
http://les4emeraudes.forumactif.fr/
Contenu sponsorisé




Déabarquement palpitant [pv. Kelen] Empty
MessageSujet: Re: Déabarquement palpitant [pv. Kelen]   Déabarquement palpitant [pv. Kelen] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Déabarquement palpitant [pv. Kelen]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Terres royales :: Domaine de Nelen-
Sauter vers: