AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une entrevue pour l'Académie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ymiell
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10
Âge : 25
Date d'inscription : 23/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Une entrevue pour l'Académie.   Sam 31 Jan 2009 - 11:06

Les jours suite à son départ de la vieille demeure dans la forêt s'étaient succédés sans relâches, les soleils et les lunes ne dévoilant que de nouveaux sentiers à arpenter, de bois à traverser. Et pourtant, il y avait dans cette atmosphère un quelque chose de nouveau et de délicieusement volatile que la sorcière ne parvenait pas à cerner. Peut être était-ce le goût de la liberté?

Si elle savait par conventions les routes à suivre, Ymiell n'avait encore jamais observé les paysages se dévoilant face à elle. Les territoires elfes étaient beaucoup plus verts, plus lumineux, et bien plus peuplés. Camouflée par sa longue cape et son chapeau aux larges bords et à la pointe rapiécée, la plupart des gens l'avaient confondu avec un vieillard. Son long bâton à l'extrémité recourbé avait toutefois suscité des curiosités, certains croyant avoir face à eux un vieux sage itinérant disciple de la magie. C'était seulement en partie vraie. Aussi, il y avait quelque chose d'intéressant à se faire passer pour ce que l'on est pas, d'autant plus qu'il valait mieux que personne ne la regarde de trop près. Si elle ressemblait beaucoup à une humaine, ses cheveux grisaillant étaient traîtres. Aussi, lorsqu'un garde en patrouille l'interpella par hasard, la feinte ne prit plus. Le guerrier la somma de se découvrir, et une fois chose faîte, un regard lourd de doute pesa sur elle. "Mère n'avait pas tort, le monde m'est hostile" avait elle alors pensé.

La sorcière se demanda si elle devrait se battre pour parvenir jusqu'aux portes de la cité, mais le soldat ne semblait pas belliqueux à ce point. Il lui demanda calmement les raisons de sa venue, et après les avoir entendues, ordonna à la demi-drow de le suivre jusqu'à la ville où sa requête serait mûrement jugée. Ymiell se demanda un instant si les mages la refuseraient simplement pour sa race. Auquel cas, que devrait elle faire? Mère ne lui avait donné que ces instructions de départ à suivre. Et pourtant, elles semblaient être une étape clé à ne certainement pas louper.

Marchant aussi lestement que possible pour suivre l'elfe, la sorcière prit la résolution de ne laisser place à aucun doute tant que cet épisode ne serait pas achevé. Il adviendrait ce qui devait advenir.

Il advînt donc que la plupart des gens la regardaient de biais, ou l'esquivaient cordialement. Soit. Elle n'était pas ici pour devenir amie avec le petit peuple.
La ville d'Alëandir était vaste. Belle. Colorée. Et malgré l'hostilité de ses habitants, la sorcière sentit au fond d'elle qu'elle garderait toujours un bon souvenir de ces visions. Toutefois, elle ne se sentait pas du bois d'une citadine. Il lui fallait de l'air. De l'espace.

Sa contemplation des lieux aurait dû prendre fin lorsqu'elle arriva à un grand bâtiment à l'architecture plus particulière, mais cette vision attisa d'autant plus sa curiosité. Le garde l'y emmena, et la fit entrer, avec une escorte de deux elfes supplémentaires. Était-ce donc ça, le Palais? La description qu'Ymiell en avait lu dans ses livres semblant correspondre. Il faudrait qu'elle note tout cela dans son grimoire.

- Nous allons entrer. Présentez vous, formulez votre demande, et ne parlez plus jusqu'à ce qu'on vous le demande.

Elle allait donc visiblement être présentée à une forte autorité. Le directeur? Un duc? Un juge? Les derniers conseils de Mère lui revinrent alors en tête: Exprimes-toi sans te démarquer, et démarques toi sans avoir à le faire. Elle avait longtemps médité ces paroles, et leur sens lui était devenu à présent familier.
Les portes s'ouvrirent, et une grande salle aux riches décorations s'offrit à elle. Des soldats gardaient les portes, et un elfe de haute stature siégeait sur ce qui semblait être un trône. Bon et bien, s'était le moment pour elle de s'exprimer.
Avançant de quelques pas, la sorcière profita de ces quelques secondes pour détailler son interlocuteur du regard, alors que son chapeau lui masquait à demi la vue. Elle se stoppa, retira ce dernier avec calme, inclina la tête, et puis commença à parler avec une certaine lenteur de sa voix naturellement murmurante, fluide.

- Mes plus humbles salutations, messire.

Les gardes avaient dû lui dire à un moment quel était son nom et son rang, mais préoccupée malgré elle, ne l'avait pas entendu...

- Je me nomme Ymiell, femme vagabonde, disciple de la magie élémentaire de l'Air. J'ai voyagé jusqu'ici dans le but précis d'entrer dans votre Académie de Magie. Mes motivations sont la passion et l'Art. Mes connaissances sont les chuchotements du vent et le froissement du papier, et mes armes sont la rigueur et l'entrainement. Je ne suis pas venue ici pour m'enorgueillir de trophés, mais pour apprendre votre sagesse. Je suis simplement prête à faire ce qu'il faudra, selon vos conditions...

Et puis elle se tut. Elle se tenait droite avec sa longue canne, comme un rocher sortant du sol. Son apparence feintée d'allures demi-drow était visible, trop à son goût au vu de la situation, mais ses yeux témoignaient de sa volonté de fer. Sa silhouette féminine était camouflée sous sa longue cape de voyage, masquant son apparente fragilité, mais aussi sa jeunesse et l'énergie qu'elle contenait. Elle ne doutait pas de ses compétences. Se n'était pas un combat, mais un apprentissage, ce qu'elle avait effectué durant toute sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
http://silent-infection.forumactif.com
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une entrevue pour l'Académie.   Ven 6 Fév 2009 - 16:32

Je contourne le trône, là où un garde de stature agréable était assis, sur ma demande. Je me jouais avec un plaisir incroyable à les faire tourner en bourrique et celui la, je l’avais fait s’asseoir sur le trône le temps de déposer Valamiel dans le couffin placé derrière ce dernier, aux cotés de Lomion, son frère. Mes deux petits anges dormaient paisiblement… assez pour ne pas se mettre à pleurer à nouveau pendant que je me charge des doléances. Je déteste ce genre d’entrevu presque autant que ce palais ! On me salue sous le nom de Messire ? Ha oui, forcément, avec l’homme posé sur le trône… Je le repousse gentiment, prenant place assise sur ce trône qui me semble bien trop grand et inapproprié pour moi.

Pourquoi inapproprié ? Voyons, je suis une hybride, de la racine de mes cheveux jusqu’a mes ongles, je suis un métissage unique entre le sang elfe et celui des drows. Devant elle, la demi-Drow peut voir une femme de petite taille, un mettre soixante tout au plus. Cette femme avait encore un visage marqué par l’enfance, des joues pleines et un faciès juvénile.

De longs cheveux blanc, noués par de petits bijoux d’argent retenaient tant bien que mal la chevelure ondoyante de la belle en une coiffure sophistiquée et elfique. Quelques mèches sur ma nuque cachaient l’affreuse cicatrice que le fer rouge avait laissée sur ma peau, symbole de traitrise envers les drows. Oui, ma mère les avait trahit et c’est moi qui avait reçu cette marque… mais ici, ce genre de symbole était appréciable n’est ce pas ?

Ma peau pale, blanche comme celle d’une morte, mon regard était fait d’une pupille blanche, à peine marché de bleu, seul le noir de mon iris donnait un signe quelconque de vie. Mes lèvres avaient été teintées d’un rose pale, pour ne pas faire une différence trop violente avec ma lividité sans doute. Sur mes paupières, mes joues, une fine poudre était déposée et brillait. Certain la nommait poussière de fée, d’autre poudre d’étoile, mais ce qui est sur c’est qu’elle donnait a ma personne cette impression de non réalité. J’en jouais souvent avec Dragan, qui adorait me voir ainsi ressembler a un ange tombé du ciel.

La robe du jour était bleu glace et blanche. Faite de dentelle, de perle et de ruban. Jamais je n’avais subit une telle préparation et j’avoue avoir été émerveillée moi-même devant le reflet que le miroir m’avait renvoyé une fois vêtue de la sorte. Le corsage mettait en avant une poitrine ronde et voluptueuse, la maternité m’avait en effet réussit de ce coté la, n’ayant de plus jamais été vraiment plate je ne m’en sentais pas le moins du monde complexée au millieu de ces femmes a la courbe longiligne et délicate. Le tissu léger et translucide qui recouvrait mes bras et l’étoffe de satin de ma robe, avait une couleur douce et froide à la fois.

Enfin, en plus des divers bijoux que l’on me fit porter pour parer ma soi disant beauté, l’on m’avait fait mettre des gants d’une étoffe légère mais opaque. De quoi cacher le dos de mes mains, élément étrange, différence flagrante avec mon être délicat en apparence. Mes mains sont celles d’une moine d’Othar, la chair a été malmenée, déchirée, la peau n’est plus qu’une cicatrice et les os sont déformés au niveau des articulations métacarpo phalangienne. Sans doute un effet des coups répétés contre des surfaces dures.

Ma voix s’élève alors que je place mon menton sur mes doigts, un sourire mystérieux prenant place sur mon visage angélique. Cette voix est légère, chantante, mais plus que l’accent elfe, c’est celui de la barde qu’il me reste. Comment une femme comme moi peut-elle être ici ? A cet instant ? Longue, terriblement longue histoire que je ne me ferais pas le plaisir de vous narrer maintenant. Plus tard peut être, allez savoir…

« Messire ? Suis-je donc si peu féminine que l’on me prend pour mon père à présent ? »

La question que j’avais noté dans mon esprit, sans toute fois y répondre pour le moment, tournait dans ma tête de manière à trouver ce qui clochait. Quelque chose n’allait pas mais quoi… Ha, oui, cette odeur, ce sang drow qui réveillait le mien. Je me contenais fort bien au milieu des elfes, mais force était de constater que j’avais bien peu l’occasion de me trouver en présence de sang impur.

« Une demi drow… apprendre dans notre école de magie ? Voila qui est ma fois fort original. Nous croyez-vous suffisamment fous pour entretenir la magie de nos ennemis ? Nous croyez-vous donc assez stupides pour vous offrir sur un plateau la possibilité de vous approcher et de vous insinuer au milieuxdes nôtres ? Non… je ne crois pas que vous pensiez cela, ce serait nous sous estimer et pire… nous insulter. »

Nous, je parle des elfes comme si j’en étais une alors que cela saute aux yeux que je ne le suis pas totalement. Je suis bien trop rare comme métissage pour qu’elle devine facilement… quoi que, qui sait. Mais toujours est-il que je ne semble pas disposée a pencher en sa faveur pour un sang que nous partagerions ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Ymiell
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10
Âge : 25
Date d'inscription : 23/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une entrevue pour l'Académie.   Ven 13 Fév 2009 - 19:05

La sorcière venait de faire silence, attendant que l'homme en face d'elle se prononce. Ce dernier se leva, et puis s'écarta soudainement de coté et une femme vînt s'asseoir sur le trône.

Perplexe, Ymiell songea à ces étranges coutumes elfiques.

La demoiselle prit alors la parole, et s'annonça être, en définitive, la vraie maîtresse de ces lieux. Il fallut quelques instants à la demi-drow pour saisir l'étrange situation qui s'était passée, ses sourcils se fronçant un peu au dessus de ses yeux. Quelles étranges coutumes, vraiment.
Non, cette personne-ci semblait toutefois correspondre à une certaine forme d'autorité. Des habits luxurieux, un teint impeccable, mais d'une blancheur suspecte. Elle était plus jeune qu'elle, à vu d'œil, mais ses cheveux n'en étaient pas moins blancs. Un pressentiment naquit en la voyageuse. Avait elle du sang de drow elle aussi?

Ce fut au tour de la sorcière de méditer sur cette question, alors que la demoiselle face à elle venait de s'exprimer quant à l'appartenance d'Ymiell. Elle n'avait pas tardé à deviner ses origines sombres, bien évidement.
Pourtant, cette découverte n'affecta aucunement la sorcière. Il n'y avait que ce pressentiment bizarre pour lui brouiller sa sérénité.

- J'approuve votre méfiance et votre envie de ne pas "entretenir la magie de vos ennemis". Mais je ne fais partie d'aucun regroupement concernant la guerre qui sévit actuellement entre les drows et le reste du monde. Je n'ai pas été élevée chez les Sombres. Et, pour ainsi dire, ce conflit ne me concerne pas directement. Mon seul intérêt est dans la magie.

De tout ce qu'elle pourrait dire, ces paroles seraient les plus véritables. Ne considérant pas les drows comme son peuple, et le reste du monde la rejetant, leurs combats n'étaient pour elle que des éléments très secondaires. Peu importe le gagnant ou bien le perdant...

- Cependant, sa voix reprit son ton de murmure, cet intérêt étant en liaison avec votre combat, je suis prête à abandonner de ma neutralité. Votre Académie est réputée, d'où ma raison ici. Ce que j'y apprendrais sera donc réutilisé à votre compte, en guise d'intérêt. Si je combat des drows, vous trouverez donc beaucoup moins de chance que je les rejoigne plus tard. Leur nature rancunière est presque égale à celle des nains. Cela pourrait-il vous enlever ce doute concernant une partie de mes origines?
De plus, vous...

Elle s'arrêta cependant. Elle n'était pas certaine que son interlocutrice ai vraiment les mêmes origines qu'elle. Ymiell n'avait encore jamais fréquenté d'autres personnes que des marchands humains et Mère, les drows ne se baladant pas beaucoup à l'endroit de son ancienne demeure. Les origines de Révérie lui restaient donc particulièrement floue. Peut être que dans une génération ou une autre, ses ancêtres étaient affiliés à des Sombres... Alors, était elle une elfe particulière, ou une demi-drow avec un sang sombre dominant? Si la deuxième proposition s'avérait vraie, cela faciliterait peut être les choses. Mais pour l'instant, difficile de donner plus de garanties que sa bonne foi. Cela serait il suffisant?

- De plus, vous pourrez toujours utiliser cette ambiguïté à mon propos si cela vous chante. Peut être que vous avez besoin de personnel discret à la frontière, je ne sais.
Je repartirais cependant vagabonder de par le monde une fois que ma dette sera remplie. Je ne pense pas être de nature à pouvoir rester dans une tour de magie, je crois...


Ses habits rapiécés pouvaient témoigner de ses dires. Quel étrange contraste avec cette elfe de la haute société. Mis à part leur teinte de cheveux, elles étaient toutes opposées. Mais avait elle des rêves de noble, ou bien aussi des envies d'évasions, de romance, d'aventure ou simplement de mystère? L'apparence ne traduit pas toujours la profondeur d'une âme, après tout...
Revenir en haut Aller en bas
http://silent-infection.forumactif.com
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une entrevue pour l'Académie.   Lun 16 Fév 2009 - 23:37

La demi m’observe, quelque chose la déroute, comme tout ceux avant elle ou après elle. Nul ne sait vraiment sur quel pied danser quand l’on me voit pour la première fois et je ne vais pas les en plaindre. Une part de moi, la drow sans doute, semble avoir tendance à effrayer, l’autre, elfique, a attirer les gens… alors comment pouvoir réagir ainsi ? Enfin, ce n’est qu’une hypothèse de ma part, parce que Dragan n’a pas peur de moi et bien d’autres de s’inquiètent que bien plus tard de mon lignage plus que rare et déboussolant.

Alors elle parle, elle se défend pour ensuite m’offrir une proposition fort alléchante… mais j’ai du sang drow qui court dans mes veines et je sais combien mentir dans son propre intérêt est aisé sous cette forme. N’avais-je pas fais souffrir le martyre à mon propre père par d’habiles mots jetés en plein visage avec plus de violence qu’une gifle. Renoncer à sa neutralité pour se joindre à nous ? Mais les preuves de cette soudaine bonne volonté ? Ou étaient-elles ?

De plus je…

Je quoi ? Je crus un moment qu’elle prononcerait des mots malheureux au sujet de mon sang sombre ou qu’elle me poserait ouvertement la question. Mais non, elle se contenta d’offrir de manière plus visible une forme de dévotion que j’avais du mal à comprendre sans toute fois rejeter l’idée que cela soit possible. N’étais-je pas moi-même ainsi ? Et si Dragan ne m’avait jamais donnée une chance de me connaître mieux ? Je ne serais surement pas assise ici a devoir me coltiner ce genre de corvée alors que mes fils dormaient derrière le trône le temps que mes doléances prennent fin.

Doucement, avec souplesse, dans un froissement de dentelles et de satin, je me relevais, glissant plus que je ne marchais. Les précieux souliers à talons ne me perturbaient pas pour avancer, j’étais d’une grâce que l’on eu dit religieuse en un autre temps et lieu. Arrivée à sa hauteur, je ne me formalisais pas de ma taille, un mètre soixante, ce n’était pas si petit après tout non? Ma voix carillonnait en une mélodie amusée cette fois, alors que mes doigts venaient poser leurs bouts sur la pulpe de ma lèvre inférieure.

« Vous proposer comme espionne… comme membre de notre combat… c’est généreux pour quelqu’un ayant le sang des sombres, quelqu’un ayant assez de ce sang honni pour que mon odorat soit agressé. Mais une elfe n’aurait pas des sens aussi aiguisés que les miens a ce sujet… Alors soit, faisons comme si j’étais une elfe normale et vous comme si vous étiez pour une fois une demi humaine. »

Un sourire carnassier ourla mes lèvres alors que je plongeais mon étrange regard blanc perle, orné d’un pale bleu. Je ne suis pas aveugle non… loin de là même. Mes prunelles blanche scrutent étrangement celles de la métisse alors que je repousse une boucle sur mon épaule, ne dérangeant ainsi plus le creux de ma nuque meurtrie.

« Quelles garanties ai-je donc de votre dévotion soudaine envers mon peuple ? De plus, vous vous dites prête à rejoindre l’académie, mais il n’est pas aisé d’apprendre, le temps est une condition sine qua none a tout enseignement je pense. Seriez-vous vraiment capable de renier chaque parcelle de vos instinct drows pour rejoindre une simple érudition magique ?»

Je parle en connaissance de cause de toute évidence et me trahit, de toute façon lorsque je lui tourne le dos pour revenir prendre place sur le trône, elle ne peut pas rater l’étrange brulure qui marque ma chair en sillons profonds, signant ouvertement que je suis une traitresse à l’empire drows… Oui… une marque que j’ai reçu enfant et qui détruit ma chair avec une insistance insoutenable. Le dégout… voila ce que cela m’apporterait si j’étais capable de la voir.
Revenir en haut Aller en bas
Ymiell
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10
Âge : 25
Date d'inscription : 23/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une entrevue pour l'Académie.   Mer 18 Fév 2009 - 15:13

Bizarrement, les paroles de la sorcière semblaient avoir troublée quelque peu la dirigeante "elfique". En parlant de "personnel discret à la frontière", la jeune demi-drow n'avait fait que lancer une pierre au hasard, et cette-dernière venait de toucher un point sensible. Intéressant.

Pour preuve, son interlocutrice se leva de son siège et sembla méditative, et aussi à la fois amusée. Ou moqueuse peut être? En tout cas, elle n'était pas restée indifférente. Une grande part de méfiance s'ajouta aussi à ses paroles, rappelant à Ymiell qu'ici, elle resterait toujours une Autre. Ce qui n'était après-tout qu'une raison de plus pour continuer à voyager.
" Fais croître tes pouvoirs, et tu pourras alors faire ce que tu veux de ta vie ". Mère était décidément une personne pleine de sagesse, en dépit de son sang si détesté par la populace environnante. Peut être était-ce pour elle un rêve qu'elle n'avait pu jamais mettre à terme. Finalement, Ymiell comprenait chaque jour un peu plus pourquoi elle s'était empoisonnée. Devrait elle faire la même chose si elle échouait?

Révérie la fixa alors d'un regard étrange, lui rappelant qu'avant de penser à l'échec, il valait mieux mettre sa volonté à disposition de la réussite.
Celle-ci dépendait à présent d'une garantie quant à sa "dévotion". Ce mot la fit presque grimacer. Accepter de s'allier avec les elfes ne signifiait pas qu'elle les appréciait plus particulièrement que d'autres. La différence avec leurs cousins sombres était parfois si mince... Mais soulever cette évidence serait purement une hérésie. Et bien, soit, il était temps qu'elle mette un peu de crédit à ses paroles:

- Vous me considérez encore comme une elfe noire. Mais ce n'est pas bien grave. En revanche, je pense que vous ne comprenez pas tout à fait mes motivations. Je ne dis pas que je suis prête à rejoindre à l'Académie, mais que c'est actuellement mon désir le plus cher. Dans ces régions ci, je resterais une paria de la société, et risquerait même mon intégrité si je me trouvais dans des terres humaines plus sauvages. Venir en ces lieux ne tient pas de l'envie d'une ballade.

Si je peux apprendre des connaissances ici et les exercer, se sera service rendu, peu importe l'hostilité ou la mauvaise volonté dans le geste. Ce n'est pas toujours l'intention qui compte. C'est pour cette raison aussi que je préfèrerais m'éloigner une fois que j'aurais payé ma dette.
Vous pouvez m'assigner un surveillant si cela vous tranquillise l'esprit, mais le service sera bel et bien rendu. Je crois comprendre que vous avez effectivement besoin d'aide pour cette guerre, je suis inconnue du monde et peut donc très bien servir d'espionne, comme vous le dîtes. Mais plus principalement sur les terres extérieures, je ne suis pas certaine que tous les Sombres acceptent la venue de demi-sang.

A ce propos-, les demi-drows étaient ils toujours aussi persécutés au niveau des terres stériles?

Toujours impassible et détachée de toute politique, le jeune sorcière observa son interlocutrice avec une certaine appréhension.
Oui, elles avaient peut être une énorme différence entre elles. L'une était marquée par la magie, l'autre par les hautes sphères de la politique. Ymiell se demanda si la duchesse pouvait comprendre cette passion pour l'ésotérisme. En théorie, en tant qu'elfe, sûrement. Mais cet instinct était très certainement étouffé par la stratégie diplomatique et la méfiance qu'elle éprouvait actuellement pour elle. C'était dommage.
La sorcière en vînt à se demander l'espace d'un instant s'il existait d'autres esprits passionnés comme elle. Peut être faisait elle preuve d'un fanatisme à part. Mais c'était bel et bien ces convictions qui pourraient lui donner de l'importance, un jour. Juste le temps que les ambitions germent...


Dernière édition par Ymiell le Ven 20 Fév 2009 - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://silent-infection.forumactif.com
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une entrevue pour l'Académie.   Ven 20 Fév 2009 - 8:13

J’étais en tain d’écouter la demoiselle, un fin sourire étirant le coté gauche de mon visage alors qu’elle défendait sa position avec acharnement. Je m’asseyais donc de nouveau, posant un coude sur l’accoudoir du trône pour poser mon menton dans le creux de ma paume sans la quitter des yeux. Oui bon, je n’étais normalement pas autorisée a ramener mes jambes sur le trône trop grand, prenant une position plus décontractée alors que ma seconde main retenait mes genoux pliés disposé sur le coté.

« Les sangs mêlés ne sont toujours pas accueillit par les sombres avec une grande hospitalité. Les elfes ne sont cependant pas très différents des sombres a ce sujet… mais ma présence ici tant a adoucir les esprits. La présence d’une Hybride est mieux tolérée que ce qu’aurais pu laisser penser ma première impression. Les gens en désaccord avec ma présence se contente de cracher a mes pieds, de m’abreuver d’injures et d’insanités mais mon statue m’offre une certaine protection. »

Je tapotais des dois sur ma joue en réfléchissant a mes mots.

« Mais vous n’avez pas l’excuse du sang elfe… métissage avec du sang humain. Quoi qu’il en soit, la tolérance des elfes à votre race est délicate. Les réactions a votre encontre ne serons pas forcément agréable et vous risquer d’avoir la vie rude ici. Mais je suis sur que vous arriverez à affronter se genre de broutille n’est’ il pas ? Alors sachez le… j’accepte votre entrée dans notre institue d’apprentissage arcanique. »

Un petit sourire apparue sur mes lèvres narquoises, joueuse.

« Vous m’avez convaincue, a vous de convaincre vos professeurs et votre entourage peu a peu… mais cela ne me regarde plus. Vous avez l’autorisation de circuler en terre elfique, mais si l’on s’en prend a vous je décline toute responsabilité. Nous sommes en temps de guerre jeune Ymiell… les esprits s’échauffe facilement… mais vous aurez un manuscrit pour vous… justifier de votre présence. Cela ne vous protègera pas de la folie et de la haine que les miens ont pour les sombres… mais c’est la tout ce dont je suis capable de vous offrir. »


D’un geste de la main, le garde se précipita vers un valet et lui murmura quelques mots avant de partir en courant. Il était partie chercher un pupitre de bois contenant tout le nécessaire a la rédactions d’une lettre.
Revenir en haut Aller en bas
Ymiell
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10
Âge : 25
Date d'inscription : 23/01/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une entrevue pour l'Académie.   Ven 20 Fév 2009 - 21:02

Si ce dernier discours bouleversa moins la marquise, elle sembla y trouver l'intérêt d'un jeu, alors que ses jambes se repliaient sur le trône avec décontraction, loin des soucis d'éthique.
C'était décidément une personne des plus étranges. Les nobles ne sont donc pas tous des gens ennuyeux.

Révérie lui expliqua plus sérieusement, et par expérience, que Drows, ou Elfes, son demi-sang serait rejeté par les êtres plus 'purs'. Ce n'était pas une grande nouvelle, et Ymiell avait depuis longtemps acceptée cette condition sociale. Que le petit peuple la néglige, peu importe, la popularité auprès des masses n'était pas son objectif principale. Aussi, la jeune sorcière ne put réprimer un sourire lorsque son interlocutrice la questionna sur sa volonté vis à vis de cette hostilité envers sa race. Ce n'était après tout que des broutilles, n'est ce pas?

Et puis la nouvelle de son entrée à l'Académie acheva son attitude impassible qui se fendit d'une joie non-dissimulable. La sorière fit néanmoins un effort pour ne sourire juste qu'un peu. Pourtant, des papillons lui chatouillaient les lèvres.

- Cette réponse m'enchante. Je suis parfaitement consciente des conséquences qu'elle entraine, mais je ne serais pas ici si je ne m'y était pas déjà résolue. Je pense être en mesure de continuer mon chemin à partir de ce point.


En effet, sa tête bouillonnait de projets et de résolutions pour continuer son apprentissage. Le plus dur était à venir, il ne fallait pas qu'elle se laisse croire qu'elle venait d'exécuter un tour de force majeur.
De plus, il restait quelques points à ne pas oublier.

- Je pense aussi que vous saurez me trouver le jour où vous aurez besoin de moi pour les services requis. A moins que vous n'ayez déjà quelque chose à me demander? Dans le cas contraire, je vous demande simplement l'autorisation de me retirer.


Qu'elle "paye" son entrée à l'Académie maintenant ou dans l'avenir l'importait peu. Le résultat serait le même. Aussi, elle attendit simplement une réponse de la demoiselle pour savoir quelles priorités se poseraient sur sa route...
Revenir en haut Aller en bas
http://silent-infection.forumactif.com
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une entrevue pour l'Académie.   Mar 3 Mar 2009 - 22:48

La plume et l'encre me furent bien sur apportés et je ne tardai pas a faire glisser souplement le bord de la plume sur la face blafarde du parchemin, écrivant ces quelques mots des plus officiels.

Citation :

Moi, Aglarer Tiril, fille de Rima Marcil Eregcul, Régent du peuple elfe,
Atteste que la dénommée Ymiell, demi-drow à qui je confie cette lettre, n'est pas un danger pour les nôtres. Elle sera accueillie de manière courtoise malgré ses origines. Nul mal ne devra lui être fait sauf si elle est vue en compagnie d'un être du peuple sombre.

Son intégration au sein de l'académie de magie a été autorisé par mes soins, mais si vous jugez sa capacité d'apprentissage ou d'assimilation inappropriée, vous êtes libre de la renvoyer chez les siens. Toutefois, toute décision devra avoir une véritable raison autre qu'une haine viscérale pour son sang honni.

Que ce qui est écrit soit fait et dit.
Aglarer Tiril.

La lettre faite, le sceau apposé, la belle métisse confia le document à la demi-drow. Son écriture gracieuse sur le papier donnait l'impression de n'avoir pas grand chose d'elfique toute fois.

"Bien, chaque chose en son temps, pour le moment, je crois savoir qu'il vous faudra faire preuve de patience et de pondération. Au revoir jeune Ymiell, que votre chemin soit celui que vous espériez."

J'ajoutai tout de même tout en passant ma main gantée dans mes cheveux pales.

"Vous pouvez disposer."

Une fois ces mots prononcés, je me détournai de la demoiselle pour retrouver le trône mais surtout mes fils qui se trouvaient derrière, disparaissant a la vue de la jeune femme, un sourire étrange aux bord de mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une entrevue pour l'Académie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une entrevue pour l'Académie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une interview... pour une préfète... [PV: Olivia]
» demande d' entrevue avec Monseigneur Bushiro
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: