AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Belegar
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 259
Âge : 24
Date d'inscription : 17/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...   Lun 9 Fév 2009 - 20:54

Ainsi les premières grandes offensives avaient sonnées. Les drows avaient attaqué le royaume de hommes de leur puissance vengeresse, et avait frappés a Alonna. Les renforts s'amassaient déjà pour porter secours aux défenseurs...

Mais ce que la communauté de la Lumière ne savait pas, c'est que les drows frapperaient à un autre point.

Quelques heures après les premiers combats à la citadelle d'Alonna, une nouvelle armée drow apparue aux limites du duchés d'Oesgard. Traitrise ! Les drows attaquaient encore une fois un duché quasiment sans défense ! La majorité des armées du Duc Veldrin étaient parties à la guerre, pour porter secours à Alonna. Et les drows en profitèrent...

Une armée forte de 3000 guerriers sombres, sans compter le chaos, entra dans le duché, protégée des rayons du soleil et des regards humains par une brume épaisse, aussi surnaturelle que magique. Ils ne rencontrèrent que peu de résistance, car les forces restées sur place ne pouvaient espérer vaincre l'armée drow seule, et se cantonnait à la défense des villes clés. Alors les drows purent brulés, pillés, dévastés tout sur leur passage, bien qu'ils ne s'attaquèrent pas aux villes défendues, car trop peu nombreux pour mener un siège...

Maintenant, les renforts de la Lumière devraient se diviser pour faire face à cette nouvelle menace...



HRP : Petit passage rapide !
Voilà, l'attaque des drows sur Alonna leur permet en même temps de frapper le duché de Oesgard qui est presque sans défense face à une si grande armée.
Pour l'instant, les seules résistances faces aux drows sont quelques paysans courageux et les derniers soldats du duc présents, autant dire rien. Mais les renforts ne tarderont pas !

NB : Vous ne pouvez pas combattre à deux endroits à la foi ! Vous devez choisir entre Alonna et Oesgard, mais essayer de maintenir un équilibre quand même, histoire que l'on ne soit pas tous à Alonna, ou à Oesgard. Petit ordre d'idée : Je pense que il faut environ deux fois moins de joueur ici qu'à Alonna...


Dernière édition par Belegar le Lun 9 Fév 2009 - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vilniur
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 249
Âge : 23
Date d'inscription : 04/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...   Ven 13 Fév 2009 - 11:07

Chapitre 1 : Un second départ




L’armée de l’ordre du nuage noir avait marché bien longtemps pour rattraper l’armée drow qui se dirigeait pour Alonna. Vilniur avançait au devant de ses hommes, juché sur sa chimère, qui lâchait de petit rugissement d’excitation, l’idée de manger de la chair fraîche lui faisait un grand plaisir, Sopian avait dû marchait des jours entiers pour avoir pour seul nourriture quelques rongeurs, et quelques animaux de-ci de-là, mais les humains avaient une chair tendre que convoitait tous carnivores qui se respecte. Les esclaves de l’ordre poussaient avec peine les deux balistes et la catapulte de l’armée de Vilniur, derrière, deux guerriers du nuage noir fouettaient les esclaves les plus feignants, et certains tombaient sous les coups incessants, l’armée du nuage noir laissait derrière elle quelques cadavres. Mais alors que toute la force militaire de l’ordre du nuage noir pensait attaquer Alonna, ce fut une tout autre chose qui les attendait. En effet, réunir l’ordre au complet relevait d’une nécessité unique, et bien entendu, pour ouvrir les hostilités contre les hommes, les elfes et les nains, l’ordre se réunirait au complet, c’était une occasion exceptionnelle.

Le Maître de Guerre du nuage noir contemplait la marée de l’ordre qui avancer sans s’arrêter, les guerriers du nuage noir étaient peu nombreux, 250 hommes au maximum, composés de guerriers surentraînés, très bien équipés, sans peur, mais largement en infériorité numérique. Caliban voyait là l’occasion de montrer la puissance de son ordre, et comptait sur Vilniur pour guider ses guerriers fanatiques. Le Maître de Guerre partit donc rejoindre le Maître d’armes du peuple drow, Brylyan, pour prendre connaissance des stratégies à avoir, mais Brylyan lui avait signalé une information dès plus importantes, et des plus intéressantes. Les forces humaines se rassembleraient certainement pour sauver Alonna, et donc les duchés alentours perdraient une partie de leur défense. Non loin de là se trouvait le duché d’Oesgärd, il serait certainement plus fragile maintenant, environ 3000 drows étaient en ce moment-même en route pour la deuxième cible des drows, et Vilniur jugea plus sage et plus intéressant d’attaquer ce duché. Là-bas, il pourrait avoir des esclaves, déchainer la puissance de son ordre, mais sans attaquer les forts, son armée n’étaient pas encore assez puissante pour être capable d’assiéger une forteresse. Le Maître de Guerre de l’ordre du nuage noir se dirigea vers ses hommes, et ordonna le départ pour le duché d’Oesgärd, les guerriers du nuage noir ne dirent rien, et sans broncher, ils suivirent leur Maître, qui se dirigeait déjà vers le duché…

Chapitre 2 : Le chemin du combat


Les guerriers du nuage noir n’eurent qu’une seul nuit de repos, cette information révélée à la dernière minutes, forçait le Maître de Guerre a forcer la marche de ses hommes, afin de rattraper au plus vite l’armée drow qui était déjà en route pour le duché d’Oesgärd, mais il comptait bien montrait de quoi son ordre était capable. Les esclaves faiblissaient de plus en plus, et les quelques soigneurs drows de l’ordre du nuage noir durent donner quelques tonifiants a ces membres des autres races, ces races qui avaient chassaient les drows hors de leur terres. Parmi ses hommes, des guerriers montés sur chimères, des chevaliers du nuage noir, des guerriers du nuage noir, et des esclaves, qui faisaient de piètres combattants, mais qui servait plutôt à pousser, à porter, à nourrir, enfin, ils étaient destinés aux taches les plus ingrates. Mais les élus du nuage noir tenaient bon, ils marchaient d’un pas régulier, et ils chantaient en cœur pour coordonner leurs mouvements. La plupart des guerriers du nuage noir avaient déposé leurs armes dans des chariots de transports, afin d’alléger leur fardeau.

Une fois que l’armée du nuage noir vit les autres drows, ils accélèrent pour pouvoir les rejoindre. Sans un mot, la force armée de l’ordre du nuage noir se mêla aux autres drows, qui partaient ravager le duché, quelques drows ne pouvaient s’empêcher d’observer les guerriers du nuage noir, qui étaient lourdement armés d’armes personnalisées, modifiées par leurs propres mains. Surtout, ceux qui suscitaient la curiosité de tous, c’était les guerriers montés sur chimère, tout comme Vilniur, ils étaient membres d’une unité unique, une unité puissante, d’attaque rapide, mais alors que la marée de Sombres avançaient, le duché était désormais en vue.

Chapitre 3 : Le massacre


Les drows venaient désormais de pénétrer dans le duché d’Oesgärd, Vilniur ne prêtait pas attention aux autres drows, seuls ses hommes lui importaient. Maintenant, le sang allait enfin pouvoir couler, mais il fallait être vigilant, le Maître de guerre ordonna à ses lieutenants, d’une voix sombre, à la fois pensante, chantante, mais aussi sadique :

- Dites à vos hommes de ne pas tuer les femmes enceintes, si nous avons un problème, nous pourrons utiliser ces prisonnières comme moyen de pression, de plus, faites quelques esclaves, mais pas trop quand même. Tuez presque toute la population, mis à part les esclaves, ne laissez aucun survivant. N’attaquez que les villages, que les points les moins défendues, et faites un maximum de dégâts. Laissez les cadavres en mauvais états, juste de quoi effrayer les soldats trop lâches pour sortir de leur fort.

Vilniur regarda ses hommes, ses lieutenants acquiescèrent de la tête, puis le Maître de Guerre annonça à haute voix :

- En avant ! Libérez la rage qui sommeille en vous !

Les guerriers du nuage noir avancèrent tout d’abord tranquillement, il n’y avait pour l’instant qu’un petit groupe de paysans, 50 tout au plus, qui tentait vainement de leur barrer le passage. Vilniur ordonna à ses hommes de se scinder en trois groupes, puis, les guerriers sur chimère ordonnèrent à leur monture de s’envoler, ils étaient commandé par Vilniur en personne. Les paysans préférèrent regarder bêtement les chimères qui fonçaient sur eux depuis le ciel, mais cette inattention coûta la vie de la moitié d’entre eux, déjà, plusieurs guerriers les chargèrent de face, ils avaient tous avalés leurs drogues de combat, les paysans peinaient à les retenir, ces derniers étant moins nombreux, moins forts, et moins armés. Les chimères crachèrent de petits jets de flammes qui enflammèrent quelques paysans. Une fois à terre, Vilniur laissa Sopian dévorer les pauvres humains, alors que lui, descendu de sa chimère, sortit ses deux haches, et fonça sur les quelques paysans qui avaient survécus. L’un d’eux se jeta sur le chevalier, qui para le coup, et lui cassa des côtes d’un coup de genoux, une fois le paysan à terre, le chevalier mit à terre son adversaire de force, et à l’aide de ses haches, extorqua le cœur encore battant de sa victime. Il avait appris cette technique auprès d’un autre chevalier, comment sortir les organes internes d’un être, sans le tuer pour autant. Mais le cœur exposé à l’air, le paysan rendit l’âme quelques secondes après. Les quelques paysans qui assistèrent à la scène fuirent, mais les chevaliers du nuage les rattrapèrent…

Il fallait encore avancer, accompagné de son groupe de drows, Vilniur assigna plusieurs de ses hommes à brûler les maisons, toutes les habitations, avant de poursuivre plus loin. Vilniur entra dans une des maisons, à l’intérieur, deux soldats humains. Par réflexe, Vilniur tira une de ses haches de jet, qui vint se planter dans la jambe gauche d’un des hommes, puis le second chargea au corps à corps le chevalier, qui ne manque pas de se faire entailler le bras. Vilniur donna un coup sur la gauche, le soldat se prépara à parer, quand un second coup vint lui trouer la haine. L’hémorragie qui suivi tua le soldat, puis le chevalier se dirigea vers l’autre humain, qui était incapable de courir. L’humain avait lâché son arme, il boitait jusqu’à une autre sortir, de l’autre côté, mais le drow fut plus rapide. Vilniur saisit la tête du garde, et le plaqua contre le mur en disant :

- Tu ne mérites pas une belle mort, mais tu as eu assez de cran pour tenter de nous arrêter ici. Alors je te tuerai d’une mort douloureuse….

Vilniur lâcha sa proie en lui assignant un coup de poing dans le ventre, et le chevalier pris une corde qui traînait par là. Il la mit autour du cou du pauvre soldat, et tira de toutes ses forces. Les gémissements du soldat se faisaient plus aigus, ce qui énerva le Maître de Guerre, alors il lui brisa la nuque. Une fois sortis dehors, il pouvait contempler le carnage, des paysans fuyaient, ils pensaient pouvoir battre l’armée drow, ils avaient eu tord. Il y avait des cadavres de-ci de-là. Quelques paysans essayaient de rejoindre les forts, mais les chimères étant plus rapide, ils se faisaient dépecer en vol. Au loin, Vilniur vit un homme prendre avec lui ses deux fils et sa femme. Il pensait sans doute pouvoir s’en sortir, mais c’était sans compter sur Vilniur. Le chevalier courut pour les rattraper, en se cachant. Puis le drow sortit de sa cachette, les deux enfants et leur mère poussèrent un cri de peur, l’homme pris alors son épée, et la tendit d’une main tremblante vers Vilniur, l’homme dit d’une petite voix, en pleurant, et en bégayant :

- N’a….n’approche pas ! Je….je sais m…me battre !

- Arrête ton cirque, tu ne m’arrive pas à la cheville, te crois-tu assez fort pour m’arrêter, pour protéger tes enfants, ou pour garder ta femme ?

L’homme donna un coup vers Vilniur, qui n’eut qu’à faire un pas de côté pour esquiver le coup. Puis le sombre appuya fort sur l’arme, ce qui obligea l’humain à lâcher son épée. Maintenant désarmé, Vilniur mit l’homme sur son dos, et le balança plus loin. Sa femme, une belle femme aux courbes voluptueuses, cria de frayeur, et guida ses enfants vers une maison non loin, à étage. Elle s’enferma à l’intérieur. L’homme, lui, était encore un peu étourdit, voyant que sa famille l’observait depuis la maison, en pensant être à l’abri, Vilniur pris son marteau, et défonça le crâne de l’humain. Il entendit ensuite la femme verrouiller la porte, mais cela n’arrêterai pas le chevalier, qui prit son marteau, et se mit à défoncer la porte. Dans la maison, l’humaine et ses enfants restaient au fond de la salle, leur mère les tenait pour les rassurer, puis elle dit :

- Vous pouvez me tuer moi, mais pas mes enfants ! Je vous en supplie !

- C’est d’accord, dit Vilniur d’un rire sadique et pervers, mais à une condition.

La femme avait compris, elle était très belle, et elle fut consterné, elle ne voulait pas, mais croyant qu’une fois ayant assouvis les désirs du drow ses enfants seraient libres, elle dit :

- Vous me promettez de ne pas tuer mes enfants ?

- Je vous le promets…

Alors elle se laissa faire, elle et le drow montèrent en haut, à l’étage. Vilniur déshabilla l’humaine, et ne laissa sortir que son sexe. Puis il entra en elle. Cette idée de se mélanger avec une humaine lui déplaisait, il ne voulait pas que cela se sache, mais il avait envie de se faire plaisir, la femme se tordait de douleurs, Vilniur y allait très brusquemment, comme le ferait un drow, il était sauvage, elle se tenait fermement au mur pour ne pas tomber, elle criait de douleurs, alors que Vilniur ne ressentait qu’un peu de plaisir. Puis il stoppa son mouvement, pris sa hache, et acheva la femme. Comme il l’avait promis, il ne tua pas les enfants, ce fut deux de ses hommes qui s’en chargèrent. Personne n’avait vu Vilniur en train de s’accoupler avec la femme, c’était mieux pour son image. Et pourtant, des drows ne se gênait pas pour violer les quelques femmes qu’il restait. Les humains tombaient comme des mouches, mais toujours, les drows continuaient leur massacre, sans pour autant attaquer les forts… Vilniur sonna ensuite du cor, pour rassembler son ordre au complet au point de rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Celanyth Sùrion
Drow
avatar

Féminin
Nombre de messages : 136
Âge : 25
Date d'inscription : 30/11/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...   Ven 13 Fév 2009 - 17:31

    Poussière, cendre, feu, cadavre rien ne survit au passage des drows. Un nuage sombre se déplace lentement, un nuage de mort, de cendre, de poussière, de sang et de cadavre. Les pieds de l’armée sombre martel le sol et le font vibrer, ils sont rangés en rang serrés tous semble avoir une place bien définit. Tous ensembles, ils se déplacent comme un funeste dessein marquant le paysage de leur passage, par la mort et la destruction… Rien ne survivra, c’est une hécatombe qui se dessine à l’horizon. Les hommes du duché étaient sans aucune ressource ils ne peuvent rien contre les drows qui arrivent en masse. Avant la nuit cet endroit ne sera plus qu’un gigantesque brasier brûlant, le sol sera couvert de cadavre pourrissant pour le plus grand bonheur des charognards. Parmi se grand nombre d’homme armés une seule petite tâche, une ombre au tableau de perfection du maître de guerre. Cela’ la sorcière drow qui monté sur son élémentaire ne faisait que suivre les troupes du nuage noir de loin, elle ne voulait pas se mêler au homme de guerre de son maître, puis ne supportant pas qu’on lui donne des ordres elle ne se rangerait pas bien tranquillement au milieu de ceci. Elle trainé donc la patte discutant avec son cheval. La solitude était plus agréable que de rester en compagnie de ses hommes dépourvue de cervelle. Les discussions avec Undùmë étaient aussi bien plus intéressantes.

    Cela’ n’était là que parce qu’elle suivait son maître et pour tenter d’améliorer son habilité au combat. Enfin le corps à corps qu’avait tenté de lui apprendre Vilniur jusqu’à maintenant n’était pas beaucoup entré dans son crâne. Elle était sorcière après tout, après quelque jours de marche ils arrivèrent à destination. Et comme l’avait pensé Cela’ ce fut un massacre, une tuerie digne des drows, c’est certainement le nuage noir qui fit le plus dégât. La drow ne ce lança pas dans la folie de combattre elle ne posa même pas pied à terre et ne fit que mettre le feu aux habitations des paysans. Son élémentaire s’arrêta parfois pour dévorer quelque cadavre d’homme laissé par les soldats après leur passage. Le village flamba, les flammes rougeoyante dansèrent dans les vents et épaisse fumé noir s’éleva dans le ciel. Certaine personne réfugier dans leur maison hurlèrent de peur quand ils se retrouvèrent prisonnier des flammes. Ils périrent au milieu des incendies. Circulant dans la ville en proie aux flammes et au massacre, la protégée aperçue son maître elle le suivit de loin et en silence. Elle ne vit pas ce qui ce passa dans la chambre, mais au crie que poussait la jeune femme qu’il avait amené avec lui à l’étage elle comprit bien vite. Aillant elle-même subit ce qu’elle était entrain de subir pendant plusieurs heures forte heureusement elle était plus endurante que l’humaine et ne hurlait pas ainsi. Elle regarda les enfants apeurés dans un coin de la maison. Dans leur yeux elle lisait tant de peur et d’innocence qu’ils auraient put attendrir le cœur de n’importe qu’elle homme de cette armés. Sauf qu’aucun d’eux n’avait de cœur manque de pot.

    Un des petits lui plaisait étrangement elle en aurait bien fait un petit esclave. La sombre entendit les pas du chevalier revenir elle dû faire un choix rapidement. Elle en prit donc le plus âgés des enfants de la femme que Vilniur avait violée avec elle et laissa l’autre qui se fit tuer par un membre du nuage noir. Le massacre continua jusqu’à qu’il ne reste plus rien dans la cité. La plus par des personnes vivant ici étaient mort, sauf les femmes enceintes comme l’avait demandé son maître, ils étaient une sorte de garantie. Le cor sonna et Cela’ rejoint donc les autres au point de ralliement, le petit était totalement apeurés en voyant le nombre de drow qu’il y avait. Il avait peur et ne comprenait pas encore ce qu’était la guerre. Les membres de l’armé la regardèrent étrangement le petit la suivait à pieds et certain n’hésiter à déjà à l’embêter, il riposta avec beaucoup de rancœur et de haine. Elle prit le petit esclave par le bras et le hissa sur sa monture ainsi on le laisserait tranquille. C’était son nouveau jouet il lui tiendrait souvent compagnie elle qui était souvent seule, ça lui ferait passé le temps. La drow entendait déjà Vilniur lui rabattre les oreilles pour son geste, mais elle n’en avait que faire de lui et de ses ordres. Puis elle aimait le mettre hors de lui elle prenait à malin plaisir à ça. Puis quand il verrait qu’il s’agissait du fils de la femme humaine avec qui il c’était amusé il ferait une tête des plus amusante.

    La drow joua dans les cheveux de l’esclave qui ce tenait tranquille entre ses bras. Malgré lui il était reconnaissant envers la drow qui l’avait sauvé de la mort. Même si elle le privé de sa liberté et le forcerait à travailler pour elle pour gagner juste assez de nourriture pour survivre. Elle aussi avait été une enfant trouvé, sauvé de peu de la mort par un mercenaire drow. Elle garda l’enfant près d’elle le protégeant de la chaleur de dégagé l’élémentaire sous elle et des drows alentours qui se ferait sans doute un plaisir de le mettre en pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Vilniur
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 249
Âge : 23
Date d'inscription : 04/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...   Sam 21 Fév 2009 - 17:43

Vilniur observait ses hommes rassemblés devant lui, il remarqua que Celanyth était là, accompagné d’un bien étrange personnage, un enfant, un petit humain, et à la simple vue de cette petite créature, Vilniur lança un juron, s’approcha de Celanyth, et lui cria :

- Comment oses-tu être accompagné d’un humain, ce n’est qu’une piètre créature, tu n’as pas besoin de cet enfant, il doit mourir, et je ne le laisserai pas vivant !

Vilniur pris le petit garçon de sa main, et par sa force, le leva jusqu’à son niveau, et lui annonça d’un air méchant :

- Tu n’as pas le bon sang dans les veines, je vais te tuer pour la simple raison que tu es née de cette misérable race que sont les humains !

Mais le regard de Celanyth retint son courroux, il lâcha donc le garçon apeuré à terre, il était en colère. Alors qu’il s’apprêtait à donner ses ordres, des drows du nuage noir amenèrent les prisonniers à Vilniur. Tous ses humains avaient peur, ils avaient été impuissants face aux hommes de Vilniur, ils avaient été désarmés et été à genoux, regardant d’un air terrifié l’imposante stature du Maître de Guerre du nuage noir, qui se dirigea vers le prisonnier le plus à droite, et lui dit :

- Humain, veux-tu vivre ou mourir ?

- Heu….be…..ben……j….je veux…..vivre….

Vilniur donna un coup de genoux dans la figure de l’homme, puis l’obligea à se mettre à genoux de nouveau. Le chevalier se mit derrière l’humain, saisit les deux bras de l’homme qui devait avoir une trentaine d’années, posa un pied sur le dos de sa victime, et dit :

- Tu vivras, qu’il en soit ainsi ! Tu iras prévenir les tiens qu’il reste encore de nombreux prisonniers dont le destin ne dépend que de moi !

Le Maître de Guerre du nuage noir appuya alors de toute ses forces avec son pieds sur le dos de l’humain, et en même temps, tire avec de sa force les bras de l’homme vers l’arrière :

- Haaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Haaaaa ! Haaa !

L’homme hurlait de douleur, quand soudain, plusieurs « cracs » successifs se firent entendre. Vilniur venait d’écarteler les bras de l’humain, les os des bras de ce dernier étaient brisés, puis le chevalier laissa l’homme infirme s’enfuir, pour partir se réfugier dans les forteresses. Un des prisonniers avait fait la terrible erreur de glousser de peur, Vilniur le remarqua. D’un pas pesant et lourd, il s’approcha du fautif, et lui annonça :

- Les actes de torture te font donc si peur ? Et bien, je vais remédier à ce problème, tu n’auras désormais plus peur.

Un des guerriers du nuage noir comprit les signes de tête que lui lança Vilniur, alors il saisit les bras de la victime, et posa un pied sur son cou, pour l’empêcher de bouger. Vilniur enleva son casque de guerre, qui fit un bruit grave en tombant sur le sol. Le chevalier et l’humain, qui était un soldat, se regardèrent un moment, l’humain terrifié, Vilniur impassible. Le drow caressa délicatement la joue de l’humain, sans bouger d’un poil son regard, puis la caresse du gant de fer du drow se fit plus frénétique, l’humain se débattait comme il pouvait, Vilniur saisit la tête de l’humain, pour la bloquer, et de son gant droit aux griffes pointues, il tira la paupière inférieure de l’œil droit, pour y rentrer son index, puis il enfonça plus profondément son doigt, jusqu’à déchirer les muscles oculaires, et tous ceci sous les cris incessants du soldat. Au bout de 5 minutes de torture, Vilniur arracha l’œil droit de l’humain, et passa aux deuxième œil, qu’il arracha aussi. Le chevalier écrasa les deux globes oculaires de sa main droite, et dit au soldat encore agonisant :

- Tu n’auras plus jamais peur, plus jamais, car tu auras déjà vécu le pire !

Vilniur ordonna à ce que l’on décapite trois prisonniers, pour effrayer les autres. Puis il se dirigea vers toutes les femmes humaines qui avaient été faites prisonnière. L’une d’elle semblait sûre d’elle, farouche, d’une beauté sauvage. Le chevalier lui demanda :

- Qui es-tu, humaine ?

- Je ne vous le dirais pas, monstre ! je vous tuerai, je me vengerai !

- En es-tu si sûre ?

L’humaine cracha au visage de Vilniur, qui resta impassible, ce qui effraya quelque peu la femme. Vilniur déshabilla la femme, et l’exposa à tous ses hommes. Il se saisit ensuite d’une épée, donna un coup de pieds dans les genoux de l’humaine pour la mettre à terre, et déclara :

- Tu n’auras jamais l’occasion de te venger.

Vilniur leva haut son épée, et la planta profondément dans la cage thoracique de la femme, tout en appuyant pour l’éventrer, et en tirant pour faire sortir les entrailles. Il restait encore beaucoup de prisonniers, et Vilniur vint voir le petit enfant humain qui accompagnait Celanyth, et lui dit :

- Prends ce couteau, si tu tues l’un de ces prisonniers, tu auras la vie sauve, si tu ne le fais pas, tu subiras le même sort qu’eux. Celanyth, on va voir si cet enfant vaut la peine que tu le gardes !
Revenir en haut Aller en bas
Celanyth Sùrion
Drow
avatar

Féminin
Nombre de messages : 136
Âge : 25
Date d'inscription : 30/11/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...   Dim 22 Fév 2009 - 6:44

    Vilniur ce rendit compte bien vite de la présence du petit humain et l’arracha des bras de sa protectrice. Agripper par le col l’enfant resta sans bouger et regard la drow assise sur le dos de son Elémentaire. Cela’ lancait un regard noir au maître de guerre, qui finit par lâcher prise et laissa l’enfant tombait sur le sol. Il était en colère sa se voyait, et cela ne fit qu’élargir son sourire. Elle trouvait ça vraiment amusant, ce qui devait moins l’être pour le petit humain par contre. L’enfant se redressa les larmes aux yeux, mais il ne se plaint pas et essuya les larmes de son visage. Il se tourna vers la drow, lui tendant c’est petite main pour qu’elle l’attrape. Au lieu de ça elle le laissa au sol, l’enfant avait le dos tourner à la scène et quand il entendit les hurlement de douleur de l’homme il tourna avec hésitation ses yeux innocent vers l’endroit d’où il provenait. Cela’ fixa le spectacle sans même ciller une seule fois. Dante lui était dégouté, il cacha son visage dans ses mains quand la voie de la drow retentit.

    « Ne ferme pas les yeux regarde et apprend, sinon il te tuera toi aussi. »
    -Je…mais je…Oui maîtresse…

    Cela’ regarda les actes barbares de son maître sans rien dire, elle fixait cet homme sans cœur tué, sans aucune pitié et sans aucun regret. Heureusement elle n’était un être sensible comme les humains… Dante qui avait regardé du début à la fin lui par contre avait une brusque envie de vomir. Devenir un homme à son âge n’était pas simple, il déglutit difficilement et évita de vomir sur les pompes du maître de guerre. Ce qu’il avait vu le ferait grandir bien qu’il ne le désir pas, un jour tout cela fera partie de son quotidien, il en serait totalement blasé et l’odeur du sang ne lui donnerait plus autant mal à la tête. Vilniur s’approche de nouveau du petit esclave et lui tendit un couteau. Il lui ordonna de tuer un des prisonniers en échange il aurait la vie sauve, l’enfant prit le couteau et le regarda totalement pétrifier était-il vraiment obligé de faire ca ? Il tourna son regard vers Cel qui descendit de sa monture et s’approcha de lui il la regarda de ses petits yeux bleu.

    « Obéit ! Tu l’un d’eux pour moi. »

    La drow ne pouvait rien contre Vilniur, elle était obligée de lui obéir bien qu’elle ne le fasse pas toujours… Elle était du genre rebelle et n’en faisait toujours cas sa tête. Ce qui taper pas mal sur le système du Maître de guerre, mais il avait l’air de craquer pour les beau yeux de la drow. Même si elle lui rester insoumise, elle devait beaucoup lui plaire. Puis c’était moins amusant quand on reçoit tout sur un plateau d’argent. L’enfant regarda les prisonniers avec un air désolé, mais pour sa vie il devrait tuer l’un d’eux. Les prisonniers le comprenaient s’ils avaient étés à sa place ils auraient fais la même chose. Il choisi un soldat qui avait l’air décider à mourir, il préférait sans doute mourir de la main d’un enfant humain plutôt que de celle d’un drow. L’enfant regarda une dernière fois la drow qui lui afficha un léger sourire.

    -Bien Maîtresse !

    Le sourire de la drow s’élargit, elle regarda donc Vilniur d’un air triomphant. L’enfant s’approcha du soldat qui fixait le sol et qui dans ses dernières paroles lui souhaita bonne chance. L’enfant plongea sa lame dans l’abdomen du soldat qui s’effondra a cause de la douleur, le soldat était couché sur le sol l’enfant récupéra la lame et abrégea ses souffrances en lui tranchant la gorge. La drow était plutôt fière de son esclave, l’enfant avait du sang partout sur ses mains et il s’en voulait à mort. Cet acte restera certainement la chose la plus traumatisante de sa vie. La drow le félicita en lui donna une petite caresse sur la joue, elle s’approcha ensuite du drow lui murmurant à l’oreille.

    « Je t’ai vue avec cette humaine j’espère que tu tes bien amusé, ce garçon est son fils je suppose que je ne l’avais pas reconnu… »
Revenir en haut Aller en bas
Vilniur
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 249
Âge : 23
Date d'inscription : 04/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...   Dim 22 Fév 2009 - 13:14

Vilniur attendait toujours la réaction de l’enfant, lui-même avait été contraint de tuer dès son plus jeune âge, et seule la décision de l’enfant pouvait lui sauver la vie. Le chevalier attendait toujours, quand il remarqua Celanyth en train de chuchoter quelque chose à l’oreille de son jeune esclave, elle lui disait certainement de se ressaisir, elle essayait sans doute de le rassurer. Mais il comprit bien vite que sa protégée avait eu raison de parler à son esclave, qui prit l’arme, et tua un des prisonniers, en lui plantant l’arme dans l’abdomen. L’enfant était terrifié, sous le choc, puis Celanyth, d’un air de victoire, se rapprocha de Vilniur, et lui chuchota à l’oreille :

« Je t’ai vue avec cette humaine j’espère que tu t’es bien amusé, ce garçon est son fils je suppose que tu ne l’avais pas reconnu… »

Vilniur sourit aux dires de la sorcière, et, en tirant Celanyth vers lui, il avança sa tête vers son oreille, et en lui caressant les fesses, chuchota :

-
Me prends-tu pour un imbécile ? C’est pour la simple raison qu’il est le fils de cette femme que je ne l’ai pas encore tué… D’ailleurs, j’espère que je prendrai mieux mon pied avec toi qu’avec cette humaine, tu as une concurrente, ma chère Celanyth !

Mais pas le temps de bavarder plus que çà, les guerriers du nuage noir attendaient les ordres de leur maître, qui, du haut de sa chimère, ordonna :

-
Brûlez les villages, les petites habitations, on se scinde en deux groupes, et je ne veux voir personne aux alentours des châteaux. Faites encore des prisonniers, pour ceux que vous tuerez, décapitez-les, je veux que ces misérables humains gardent un souvenir de cette journée !

Le Maître de Guerre s’approcha de Celanyth, et dit :

-
Toi, tu restes là, plus de bêtises maintenant, tu es trop bien pour t’alourdir de tels fardeaux, tu n’as pas besoin d’humains pour te servir.

Vilniur partit avec un groupe de ses hommes vers une petite place, au centre d’un village. Le Maître de Guerre et ses hommes avançaient dans le village, où il semblait n’y avoir aucune vie, quand soudain ils entendirent un gloussement. Un peu plus loin, il y avait un homme, grièvement blessé, mais encore conscient. Les guerriers du nuage noir l’emmenèrent à Vilniur, qui se baissa, et dit à l’humain terrifié :

-
As-tu des informations importantes à me soumettre, ou dois-je te tuer maintenant ?

-
Je…je pense savoir quelque chose qui peut vous intéresser.

-
Ah oui ? Quoi donc ?, s’enquit le drow, tout en appuyant sur la plaie profonde de la hanche de l’humain.

-
Aïiiiie ! Des…Di….Diantra envoie des hommes pour libérer le duché, ils ne tarderont pas à arriver.

-
D’où tiens-tu cette information ?

-
Des messagers ont été envoyés pour prévenir le roi.

-
Merci pour l’information.

Vilniur pris une de ses haches, et la planta dans le crâne de l’humain. Des renforts allaient donc arriver… Le chevalier remarqua que la scène avait été observée par des humains cachés dans une maison. Vilniur défonça alors la porte de cette maison, et ses hommes entrèrent, avec lui. A l’intérieur, de nombreuses femmes tentaient de soigner des soldats humains, elles étaient apeurées, Vilniur ordonna à ce qu’on les emmène, puis demanda à ces hommes de brûler tous sur leur passage, puis de se rassembler à nouveau. Des renforts finiraient par arriver, il faudrait donc bientôt s’en aller.
Revenir en haut Aller en bas
Celanyth Sùrion
Drow
avatar

Féminin
Nombre de messages : 136
Âge : 25
Date d'inscription : 30/11/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...   Dim 22 Fév 2009 - 14:20

    L’enfant fixait ses mains couverte sang, il se sentait sale il ne fit pas attention à ce qui se passé autour de lui. Jusqu’au moment ou la main chaud de la drow entra en contacte avec sa joue. Il sorti de sa torpeur et regarda la drow murmurer à l’oreille du drow. Celui-ci la tira contre lui murmurant à son tour quelque chose à l’oreille. Ce qui amusa la drow au plus au point, elle explosa littéralement de rire, un humaine comme rival c’était pathétique de la part du sombre. Ces choses ne lui arrivait même pas à la cheville. Puis de toute façon il l’avait tué… Enfin peut être qu’il avait dans l’idée dans prendre une autre pour faire joujou. Enfin qu’importe pour elle ce n’était pas plus dérangeant que cela. Elle ne se sentait pas menaçait par c’est pathétique petite chose frêle, enfin c’était certainement le faite qu’elle n’oserait pas le défier qu’il aimait chez elle. Malheureusement Cela’ elle n’était pas prête de changer ou de le suppliait pour entrer dans son lit loin de la. N’importe lequel de ses abruties de guerrier pouvait très bien la comblait. Elle arrêta de rire au bout de quelque minute elle s’approcha de nouveau du maître de guerre lui murmurant de nouveau à l’oreille.

    « Je ne sens nullement menaçait par ses femmes de seconde zone, puis si tu commence à jouer ça je n’ai cas prendre quelque liberté avec tes guerriers pour combler mon plaisir. Tu reviendras me voir quand tu voudras avoir une vraie femme dans ton lit ! »

    La Drow recula aussi sec lui lançant un regard défiant, tête haute l’air fière elle s’éloigna la démarche gracile et féline. Les guerriers n’hésitait pas eu à s’attarder quelque peu sur ses courbes douce et gracieuse. Elle était la seule femme de se corps d’armé de toute façon il était impossible qu’il ne la regarde pas. Puis il faut dire que Cel était l’une des plus belle drow qui était donné à voir. Elle prit son petit esclave par la main et le hissa pour le prendre dans ses bras. Sa monture approcha à l’appel de sa cavalière il se pencha en avant pour laisser monter la drow. Une fois bien installé sur sa monture avec Dante elle vit Vilniur approché avec sa chimère. Undùmë souffla par les naseaux de nuage de fumer grisâtre, il n’aimait pas qu’on s’approche trop près de lui. Quand Vilnuir lui ordonna de rester ici la drow ne pu se retenir de rire une seconde fois. Il savait bien qu’elle ne lui obéirait pas, elle avait l’impression qu’il le faisait exprès. Elle se calma et afficha un sourire narquois.

    « Bien ! »

    La drow le regarda partir et elle partie elle aussi de son coté. Elle n’avait pas l’intention de lui obéir bien sagement. Le petit esclave lui ne comprenait pas bien pourquoi elle ne lui obéissait pas. Il était intrigué par son comportement rebelle, lui on lui avait toujours apprit à être sage et à faire ce qu’on lui dit. Et bien elle c’était totalement le contraire. La Drow circulait dans les ruelles brulant grâce à sa magie les dernières maisons encore debout.

    -Pourquoi vous n’obéissait pas à l’homme en armure ?
    « Parce que je suis ainsi je refuse tout autorité sauf celle de la reine. Cet homme est le maître de guerre d’un ordre fanatique de la reine. Je n’en fais pas partie je n’ai pas d’ordre à recevoir de lui, ni de personne d’ailleurs. »
    -Et moi, je dois vous obéir à vous ou à la reine ?
    « Tu es à moi bonhomme tu n’obéis qu’à moi et seulement à moi c’est bien clair ! »
    -Oui maîtresse !

    La drow finissait son petit tour de ronde puis revient au lieu de rassemblement. En retard bien sur il fallait bien qu’elle se fasse remarquer et montre à Vilniur que comme d’habitude elle ne lui avait pas obéit. Puis c’était une chose qui ne risquait pas d’arriver qu’elle lui obéisse il était très mal partie avec elle. Les guerriers la regardèrent arrivé calmement comme si de rien n’était. Elle était là seule à oser désobéir à Vilniur, Vilnuir à qui elle fit un clin d’œil provoquant.
Revenir en haut Aller en bas
Vilniur
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 249
Âge : 23
Date d'inscription : 04/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...   Dim 22 Fév 2009 - 14:58

Alors que les maisons brûlaient les unes après les autres, Celanyth arriva, accompagnée de l’enfant. Elle avait donc désobéi aux ordres de Vilniur, ce qui agaça ce dernier, il n’aimait pas qu’on lui désobéisse ainsi, mais il ne pouvait pas en vouloir à Celanyth, elle n’était pas sous les ordres du Maître de Guerre du nuage noir, mais il comptait bien s’affirmait. Il s’avança vers Celanyth, la saisit fermement au niveau du col, et lui murmura :

- Continue à faire la maline, et je risque de me montrer plus violent ! J’ai finis au cachot pour pire que çà, je pourrai te remettre à l’ordre simplement avec mon petit doigt.

Mais plus il parlait, plus il s’énervait, il savait que Celanyth aimait le voir énervé, cela montrait qu’elle avait gagné. La sorcière observait toujours le chevalier de son air provocateur, Vilniur enleva alors son casque, et poursuivit :

- Tu penses que tu seras comblé avec un de mes hommes ? Tu penses qu’ils ne sont que des jouets, on va voir çà.

Vilniur prit sa hache, se saisit d’un de ses hommes, et, tout en le menaçant de son arme, lui demanda :

- Trouves-tu cette drow à ton goût ? Veux-tu coucher avec elle ?

Les guerriers du nuage noir ne disaient rien, ils obéissaient aveuglément à leur maître, et ils savaient que Vilniur était capable de tout. Le drow que Vilniur avait saisit dit d’un ton assuré :

- Non Maître, elle n’est pas à mon goût, je ne veux pas coucher avec elle.

- C’est pour çà que je vous aime bien, vaillants soldats. Alors Celanyth, convaincue désormais ?

En passant derrière Celanyth, Vilniur donna une fessé à sa protégée, puis, pour extérioriser sa colère, il prit l’un des prisonniers, se saisit d’une épée, et commença à dépecer sa victime, qui hurler de douleurs. Le Maître de Guerre du nuage noir pris alors un flambeau, et se mit à mettre le feu aux maisons alentours, en criant de colère. Puis, il prit Celanyth par le bras, en forçant sa poigne. Il devait lui faire mal, mais il s’en fichait. Il emmena Celanyth derrière une maison qui prenait feu, et lui déclara :

- Tu n’as pas besoin des autres pour t’aider, si tu manque d’amour, alors je te comblerait volontiers comme jamais une fois rentrés, mais je veux que tu obéisses à mes ordres, au risque de mourir, nous ne sommes plus au Puy, mais en guerre, alors reste prudente, tant que tu m’écouteras, tu n’auras aucuns problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Celanyth Sùrion
Drow
avatar

Féminin
Nombre de messages : 136
Âge : 25
Date d'inscription : 30/11/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...   Dim 22 Fév 2009 - 15:48

    Elle constata son énervement ce qui l’amusait d’autant plus. Prise par le col la jeune femme se trouver à quelque centimètre de lui. Elle n’avait que faire des cachots la seule personne qu’elle respectait était la reine drow. Elle ne faisait pas partie de son ordre donc elle avait tout les droits. Elle n’était pas sa propriété loin de la, la drow n’appartenait à personne. Quand il demanda à un de ses hommes si il avait envie de coucher avec la drow trouva ça pathétique. Elle lui prouva le contraire en faisait juste un petit signe de main à l’un d’eux qui lui répondit par le même signe. Il suffisait d’un sourire et d’un petit battement de cil, il était obéissant très obéissant n’est ce pas… et lui n’avait certainement pas comprit que le signe qui venait de faire aller lui attirer les foudres du maître de guerre. Le maitre de guerre qui tua un autre prisonnier sans aucune pitié juste pour passer ses nerfs, elle le regarda faire les bras croisé sur sa poitrine. Elle demanda d’un signe de main à Dante de ne pas rester trop près d’elle il risquerait sinon d’être le prochain sur la liste de Vilniur sinon. Undùmë resta près de la petite créature en cas de problème il pourrait le protéger.

    « Fait bien attention à ce que tu fais un pas de travers et c’est toi qu’il va trancher en deux. »
    -Bien maîtresse !

    Il mit le feu à plusieurs maisons totalement énervé elle l’avait jamais vu dans cet état. Cela faisait sourire la drow on voyait quel point il avait les nerfs à fleur de peau. Vilniur revient vers elle, elle se dit alors qu’elle c’était mise dans de beau drap. Enfin elle arriverait à s’en sortir. Le maître de guerre la prit par le bras assez violement et la força à le suivre. Le petit esclave par réflexe décida de la suivre mais l’étalon noir se mit en travers de son chemin. S’il la lui suivait c’était lui qui finirait en steak pour le maître de guerre. La drow lutta un peu tentant de se défaire de son emprise plus que douloureuse. Mais elle ne se plaint pas elle ne fit que pester de rage. Quand elle fut enfin libre elle fit dessiner une courbe à sa main en direction du visage du drow…Mais elle s’arrêta avant même d’avoir touché son visage avec celle-ci. Rien que pour l’idée qu’elle avait eu il risquait surement de la punir. Elle baissa lentement la main et reprit son calme elle aussi.

    « Je ne pense pas que ce lieu soit fait pour se genre discussion. Les problèmes d’ordre personnel ne se règle pas sur le champ de bataille. Je vous prie donc de me laisser partir je ne fait nullement partie de votre ordre ! Si vos hommes vous obéissent tant mieux, pour ce qui est de moi je vous ai dit que je ne suis pas une de vos soubrettes bien dressées… »

    Non la guerre que c’est deux là ce livré était loin d’être terminé. Elle sentait que la réplique aller être sévère, il risquait de se montrer violent envers elle, elle y était peut être aller un peu fort ce coup ci… Enfin en tout les cas la drow ne baisserait pas les yeux devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Alonna] Oesgard, la traitrise révélée...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sigmund aux Pieds d\'Airain [Capitaine à la solde d'oesgard]
» Jena Kastelord - Baronne d'Alonna
» Egmont de Syliana [Régent de la Baronnie d'Oesgard]
» Ombre en Alonna
» TRAITRISE [Sachi Nokoru (Shingeki Nomi)]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Serramire :: Baronnie d'Alonna-
Sauter vers: