AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Ven 20 Fév 2009 - 20:46

La lueur du soleil glisse doucement entre les feuilles vertes d’un arbre à la ramure imposante. Sous son feuillage d’un vert puissant, un couple s’approche. Un homme à la peau chocolat et à la chevelure d’argent dépose sur l’herbe une couverture de laine bleutée alors que sa compagne à la peau de nacre, dépose quand à elle le couffin où reposent deux petit anges qui regardent d’un air curieux leur mère.

La délicieuse femme enfant virevolte dans une robe si légère que le soleil laisse entrevoir la forme interminable de ses jambes à travers le tissu. Ombre joueuse, forme gracieuse alors qu’elle se penche pour venir doucement près de son époux. D’un geste vif, elle délaisse ses souliers, dénouant le ruban qui les maintenait. La voila pieds nus, qui s’éloigne un peu, riant comme une enfant alors qu’elle se met sur la pointe de son pied et tournoi sur elle-même, telle une de ces petites demoiselles de porcelaine qui danse dans les boites à bijoux.

Sa robe faite de pétales de tissu, ressemblant à ceux d’une fleur, lui arrive à hauteur du genou, montant jusqu’à sa poitrine et la mettant agréablement en valeur. Deux liens la serrent, au dessus et en dessous, maintenant par la même occasion l’étoffe en place. Ses longs cheveux d’un blanc neige coulent, ondulent sur sa nuque alors qu’à l’avant, diverses nattes où de minces fils dorés jouent, sont attachés en arrière par quelques ornements. Ses mains sont gantées, ordre de celle qui s’est proclamé son habilleuse. Elle trouve ses mains détestables quand celui qui partage les nuit de la métisse les trouve délectable.

La danse s’arrête, laissant à l’étoffe si légère reprendre sa place, cachant à nouveau ses cuisses. Posant ses mains recouvertes d’une dentelle rose et blanche, tout comme sa robe ou sa peau, elle sourit et lève son visage vers l’astre soleil qui baigne ses boucles et sa peau blafarde dans ses rayons dorés. Elle qui n’aime que peu le soleil profite de cette journée où on lui laisse enfin ce droit fondamental d’être seule avec mari et enfants.

« Enfin libre… Dommage que le soleil soit si haut… il faudra que les petits restent à l’abri à l’ombre… bien qu’ils ne soient pas aussi sensibles que moi à l’astre. »

Bien sur, elle vient à l’ombre après ces mots, se penchant sur le couffin pour caresser d’un doigt mutin et long une joue rebondie d’un de ses fils, Valamel.

« A l’ombre d’une après midi
Une caresse pour mon joli
À l’ombre du feuillage salvateur
Comme je t’aime mon cœur. »


Sa main passe sur la joue de son second fils, Lomion.

« A l’ombre ils se sont endormis
Mes tout petits jolis
A l’ombre ils se sont languis
D’une journée en ma compagnie »


Et la voila qui se laisse glisser dans les bras de son époux, sa peau livide contrastant avec celle si dorée de son époux.

« A l’abri des regards je lui ai dit
Qu’ici était toute ma vie
A l’abri je lui ai murmuré
Que mon amour lui était destiné. »


Sa main était à présent dans celle de son époux et elle resplendissait littéralement de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 32
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Dim 22 Fév 2009 - 11:09

Une fois n'est pas coutume, cette journée était dédiée à sa famille et non plus aux affaires du royaume. Déjà quand il n'avait qu'Ardamir et l'Epine Dorée à s'occuper, il avait eu du mal à trouver un peu de temps libre, mais depuis que Rima-Marcil était partit à la guerre, c'était vraiment mission impossible! En tant que gendre du Régent, ancien Conseiller d'Anàrion et nouveau Conseiller de Rima, il était le plus à même d'assurer cette tâche. Même s'il préférait souffler ce qu'il fallait faire que de le faire lui-même. Etre dans l'ombre, plutôt que dans la lumière. Révérie savait parfaitement ce qu'il pensait de tout cela, comme il savait comme jouer les nobles en écoutant les doléances lui coutaient.

Et c'est en partie parce qu'ils n'avaient plus le temps de rien que Rév avait décidé d'arracher son époux au monde impitoyable de la politique, l'espace d'une journée. Une journée pour profiter des siens, au lieu de se faire happer par des dizaines d'étrangers.

Il avait d'abord rechigné. Il avait un sens du devoir assez poussé et cela ne lui paraissait pas très correct. Mais il s'était vite laissé amadouer par Rév et avait fini par céder.

Résultat, il portait une couverture sur le bras, alors que Rév portait les jumeaux et tous deux se dirigeaient vers l'immense jardin du palais, cherchant un coin à l'abri des regards qui leur conférerait un peu d'intimité. Il faisait beau, et sentir le soleil réchauffer sa peau était un pur délice. Rév aimait moins cela. Il trouvait ça un peu dommage, mais il n'y avait rien à y faire. Par contre, elle profitait du réchauffement de l'atmosphère et sa robe... Par les dieux, il n'avait pas deviné que sa robe puisse être si impudique une fois que les rayons du soleil s'en seraient mêlés en jouant les ombres chinoises. Elle était affriolante cette robe! Et il était certain que Rév l'avait fait plus ou moins exprès pour lui tourner la tête!

Il déposa la couverture sur le sol alors que Rév y déposait les jumeaux et entreprit de s'asseoir. Il n'était pas habillé aussi richement que d'habitude. Il ne portait qu'un pantalon léger et une tunique toute simple, d'un vert tendre, sans fioritures. Ses cheveux étaient retenus par quelques liens de cuir, comme souvent, bien qu'il ai laissé tombé cette coiffure avec ses nouvelles fonctions.

Rév, elle, semblait revivre. Elle se débarassa de ses chaussures et se mit à virevolter comme un petit lutin, gracieuse et enfantine. Quand elle était comme ça, il se rendait compte à quel point elle était jeune, chose qu'il oubliait la plupart du temps. Elle se stoppa et fit une remarque sur le soleil. Il leva le nez, savourant la chaude caresse. Lui, ça ne lui posait absolument aucun problème. Sa peau bronzée en témoignait.

- "J'espère qu'ils tiendront plus de moi que de toi à ce sujet... Il est dommage de ne pas en profiter."

D'ailleurs, Rév et les enfants étaient déjà à l'ombre, quand lui, se tenait plutôt vers le soleil. Ca le délassait. Révérie se mit alors à chantonner pour chacun d'entre eux... D'abord pour Valamel... Puis Lomion. Dragan restait silencieux, laissant la voix cristalline et apaisante de Révérie emplir le silence. Puis, elle vint se réfugier dans ses bras, n'oubliant pas de lui déclamer quelques vers au passage.

- "Fais-moi penser à t'emmener plus souvent prendre l'air... Cela te va bien. Tu es radieuse..."

Il déposa un baiser sur sa peau, en soufflant :

- "Quand tu danses comme cela, on dirait une nymphe insouciante. Si je n'étais pas déjà amoureux, je le deviendrai à te voir virevolter avec cette robe... Oh Rév, c'est quoi cette robe qui laisse tout deviner? Tu veux me rendre fou?"
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Lun 23 Fév 2009 - 17:32

« Tes fils pourront en profiter et en abuser… leur peau est bien plus vivace que la mienne. Et puis… leurs yeux ne semblent pas souffrir trop de la lumière contrairement à moi. N’ont-il pas plus de sang elfe que drow ? C’est logique qu’ils soient parfaits là où je suis si perturbée de l’environnement. »

S’en suis une petite comptine, créée par la belle au gré des mots qui s’enfuient de ses lèvres de manière pourtant disciplinée. Poésie échappée de son esprit léger par cette allégresse environnante que lui procurait la présence de ses enfants et de son époux. Bien sur, nulle résistance lorsqu’elle vint quérir la tendresse des bras de son compagnon qui se trouvait sous la caresse désagréable du soleil rageur. La jolie métisse ne disait rien, fermant ses paupières de manière à protéger son regard trop clair et trop sensible à l’astre solaire.

« Mon sourire n’est que le reflet de celui que porte mon cœur. Et puis, si je suis aussi heureuse c’est grâce a toi, a Lomion et a Valamel tu ne le sais que trop. Je vous aime tous les trois, vous les hommes qui emplissez mon cœur et ma vie. »

Certes, c’était très différent comme amour entre celui de la louve protectrice et presque trop maternelle et celle de l’étrange tigresse qui se redécouvrait chaque jour plus amoureuse de son époux, si possible en est toute fois. D’un geste souple et emprunt de grâce, elle porta une main vers le couffin et laissa glisser ses doigts fins et graciles sur la forme d’un poing un peu potelé. Les mots de son amour lui firent lever le visage, forçant ses paupières a lui dévoiler son regard bien qu’il reste à demi clos.

« Nymphe, sylphide, créature enchanteresse dont seul le songe des hommes est capable de nourrir telle beauté et perfection. Pour la robe, je plaide non coupable… c’est une de celles qui trainent dans l’immense armoire de ma chambre. J’étais curieuse d’y jeter un coup d’œil… tu n’imagines pas ma surprise en voyant que l’armoire était une porte vers une penderie faisant au moins la même taille que mon lieu de repos ! »


Une petite moue taquine s’empara de ses lèvres avant qu’elle ne se redresse finalement, posant sa main sur ses joues rougies. Sa peau brulante la fit soupirer doucement. Etrange union que la leur quand elle souffrait de ce qu’il aimait tant. Glissant ses mains dans le couffin, elle prit le premier de ses fils pour doucement le mettre dans les bras de son père.

« Si sa peau devient trop chaude, laisse-le regagner l’ombre. Bien que je doute qu’il en ai besoin.»

Elle glissa sur son petit crane au duvet blanc argenté un petit chapeau d’un vert assorti à son habit simpliste. Glissant son jumeau sur la couverture, Elle le laissa relever doucement la tête et posa devant lui une poupée de chiffon en uniforme militaire qu’il malmenait en lui mâchouillant le bras.

« Alors mon tendre époux, que souhaitez-vous faire ? »

Le petit dans ses bras avait attrapé une mèche de cheveux argent et regardait cette dernière d’un air perplexe alors que les mouvements légers qu’il faisait donnaient tout son plaisir au soleil pour jouer des reflets qu’il y voyait.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 32
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Lun 23 Fév 2009 - 20:29

Dragan hocha pensivement la tête alors que Révérie lui prouvait par A + B que leurs enfants tiendraient surement plus de lui qu'elle quant à la photosensibilité. Il l'espérait. Parce qu'il souffrait de l'intolérance au soleil de Révérie. Il aurait adoré passer ses journées dehors avec elle sous un soleil radieux, mais cela n'était, hélas, pas souvent possible. Déjà, elle n'aimait pas la chaleur, quand lui adorait cela. Et en plus, la luminosité trop vive l'aveuglait à moitié. Dommage qu'elle tienne plus des drows que des elfes à ce niveau là. Mais elle avait raison, les enfants ne semblaient pas souffrir du soleil. Au contraire, ils semblaient ouvrir grand les yeux devant la lumière et ne pleuraient pas. C'était encourageant.

Cela dit, il n'avait jamais dit à Révérie que cela le désolait de la voir s'enfermer quand le soleil irradiait. Il se contentait de restreindre ses journées en plein air pour ne pas la laisser seule trop longtemps. Après tout, avant de la rencontrer, il avait souvent été dehors, à parcourir le royaume elfique en long, en large et en travers, souvent de façon anonyme, en compagnie de Morë et de Laurëa.

Révérie se mit alors à chantonner une comptine de sa composition. Les enfants écoutaient, Dragan également. Elle vint pourtant chercher refugde dans ses bras, malgré le soleil et ne dit mot de son inconfort alors qu'il lui faisait remarquer qu'elle était radieuse. La réponse de son aimée le fit rire doucement.

- "Je crois que le fait de retrouver un semblant de liberté n'y est pas étranger. Je me trompe?"

Il lui chuchota alors qu'il était totalement sous le charme, non sans lui avouer que sa robe trop légère et transparente le mettait dans un drôle d'état. Il fronça les sourcils, pensif, alors qu'elle lui répliquait innocemment qu'elle n'avait fait que piocher dans sa penderie, gigantesque, soit dit en passant.

- "Ah... Et bien, je crois que j'irais faire un tour dans cette penderie pour y faire un peu de tri."

Il parlait mi sérieusement, mi de façon amusée. Les couturières qui avaient fait cette robe étaient-elles tombées sur la tête? Ou bien n'avaient-elle pas pris conscience que sur Révérie cela ne pouvait pas être simplement chaste ou joli?

Elle s'écarta doucement et il remarqua ses joues déjà rougies par la chaleur des rayons lumineux sur sa peau. Il soupira discrètement, avant de prendre Lomion dans ses bras, non sans essuyer une recommandation de Rév.

- "Je sais. Rév nous sommes au début du printemps, le soleil n'est pas si dangereux."

Il la regarda lui mettre le petit chapeau. Les bébés avaient une peau fragile, c'était connu, mais en l'occurrence, le soleil n'était pas si brûlant que cela. Rév s'empara de Valamel et le posa sur la couverture. Le petit machouillait une poupée de chiffon, sage comme une image. Lomion, lui, jouait avec une mèche de son père, s'amusant des rayons du soleil qui s'y reflétaient. Il baissa les yeux sur son fils, souriant de le voir si concentré, attendri aussi.

- "Rév, je me rends compte que je temps passe trop vite. Regarde comme ils ont grandi."

Le temps filait, impitoyable. Il releva les yeux cers son épouse à sa question.

- "Rien. Pour une fois, je n'ai rien envie de faire."

Il s'allongea alors, Lomion contre lui, faisant ensuite asseoir le bébé sur lui.

- "Ou bien, des choses indécentes qui pourraient choquer nos enfants."

Il émit un léger rire, non sans lancer un regard brûlant à Rév. Puis, il entreprit de soulever Lomion dans les airs, le tenant solidement, tendant ses bras pour avoir l'enfant au dessus de lui. Un petit manège qui fit rire aux éclats l'enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Lun 23 Fév 2009 - 21:32

« J’adore être surtout avec vous trois… mais oui, de pouvoir être libre et agir comme bon me semble c’est si… grisant ! »

De comptine ils dérivaient sur des questions d’ordre plus léger, parlant de vêtement et de penderie ce qui fit rire la jeune femme.

« Ho non… j’adore cette robe ! Elle est si légère que je la sens à peine. Et puis tu n’espère pas que je ne porte que ses tenues tirée à quatre épingles qui me donnent l’air d’une princesse plus que d’une simple jeune femme tout de même. De plus, ose me dire que tu ne me préfère pas vêtue simplement plutôt qu’avec tous ses artifices ? »

Elle confia alors l’enfant à son père, lui recommandant par quelques petites instructions de faire attention à son fils. Non qu’elle doute de lui, mais elle était ainsi, bien que trop protectrice sans doute.

« Oui c’est vrai… ils sont plus résistant que moi faut’ il croire. »

Elle se tournait, laissant le loisir à Valamel de découvrir lui aussi un peu plus. Tout en repoussant le couffin, Révérie écoutait son époux qui lui avouait trouver que le temps passait trop vite en constatant leurs croissances. Un petit sourire étira ses lèvres alors qu’elle aidait Valamel à s’asseoir, se dernier ne lâchant pas sa poupée de tissus en continuant à la mâchouiller nerveusement.

« Profite en, bientôt ils grandiront a un rythme bien moins soutenue… tu pourrais te cacher les yeux 5 ans que tu serais convaincu de les avoirs quitté une heure a peine. »


Alors qu’elle caressait doucement la jour de son fils, elle cherchait a attirer doucement le regard de ce dernier alors qu’elle demandait a Dragan ce qu’il souhaitait faire. La réponse de son époux la fit bien sur rire jusqu’aux éclats d’une voix si légère et cristalline que les deux petits ne purent que tourner le visage vers leurs mères. Sa voix faisait souvent cette effet la sur ses enfants. Mais alors qu’il s’allongeait, Dragan ajouta quelques mots qui firent bien plus rougir sa femme que le soleil.

« Dragan ! Devant tes fils ! Proposer telles choses ! Tu devrais avoir honte ! »

Elle prenait un ton faussement outragé et plus encore puritain, il savait très bien que se genre de chose faisait bouillir son sang et son cœur s’affolait déjà juste a cause des idées qui lui traversais l’esprit avec tant de sournoiserie et qu’elle réfréna d’un soupir, prenant Valamel dans ses bras qui se mit a chanter en divers gazouillis et son étrange.

« Ton père est intenable … tu te rends compte ?! »

Elle sourit doucement alors que le petit tirait sans autre forme de procès sur sa robe, claquant ses lèvres et sa langue en un bruit de sussions qu’elle ne connaissait que trop. Repoussant doucement sa robe, les pend de pétale s’écartant pour laisser juste ce qu’il fallait se sa poitrine libre, elle laissa son fils s’y abreuver alors que son jumeau riait au jeu de son père tout en tendant les bras vers lui, ses mains s’ouvrant et se fermant.

« Je crois qu’il t’aime mon amour. »

Elle gloussait doucement alors qu’une petite moue s’empara de son visage, ses dents mordillant sa lèvre inférieure.

« Je crains ne bientôt plus pouvoir les nourrir moi-même… il pince fort se vilain gourmand… »

Ho il n’avait pas encore fait ses dents, mais a se rythme j’avais peur que cela ne tarde pas tant que cela.

« Mais je suis rassurée, Valamel semble un peu plus enclin a s’exprimer… tu a vu comme il tire sur ma robe a présent ? huhu… »


Pour Lomion aucune inquiétude, il était déjà si vif et éveillé, ses syllabes faite de A pour la plupart et de son qui faisait vibrer sa gorge amusait sa mère qui s’attendrissait si facilement. Lui plus que son frère chantait régulièrement, accompagnant même quelque fois la métisse en remuant les lèvres comme pour l’imiter.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 32
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Mar 24 Fév 2009 - 16:21

- "Eh bien disons, que c'est une accumulation de bonnes choses alors... Nous et la liberté en petit bonus."

Il leva les yeux au ciel quand elle le contra à propose des vêtements. Et bien si, il la préférait tirée à quatre épingles, comme ça au moins, il n'y avait que lui qui avait le droit à la vision de son corps et de sa chair dans l'intimité d'une chambre.

- "Oui, j'ose te le dire. Je te préfère décemment habillée. Comme ça, il n'y a que moi qui profite de ta beauté dans l'intimité. Tu peux toujours garder ces robes pour ces occasions là."

Il soupira. Olala, ce qu'il était jaloux et possessif avec elle! Jamais il n'aurait pensé être ainsi avec une femme. Avant Révérie, il y en avait eu plusieurs et il se moquait bien que les autres les admirent, au contraire, il aimait ça. Mais là, il avait envie d'arracher les yeux de ceux qui posaient le regard sur son épouse. En général, des regards concupiscents plus qu'admiratifs, à cause de sa lascivité latente. Parfois, c'étaient des regards de mépris et là, c'était son poing qu'il devait retenir.

Révérie lui confia alors un des bébés, non sans donner quelques recommandations qui amusèrent le jeune père. Elle était terriblement protectrice avec leurs enfants, trop peut-être.

- "Plus résistants au soleil seulement. Rév, ils ne sont pas en sucre, détends-toi."

Il fit alors remarquer qu'ils grandissaient vite et Révérie le rassura en lui rappelant que bientôt, leur croissance allait se ralentir considérablement et que 5 ans passeraient sans que rien ne change.

- "Pas tout à fait... Ils changeront, mais de façon imperceptible. Certains petits signes ne trompent pas. Tu n'as pas vu grandir d'enfants de notre peuple encore... Mais tu verras. Et puis, regarde-moi, tu trouves que je n'ai pas changé d'un iota depuis que je te connais?"

Si il avait changé, ses traits semblaient s'être durcis sous le coup des deuils, il semblait plus sévère et avait perdu ses derniers traits de l'enfance.

Elle lui demanda alors ce qu'il voulait faire et sa seconde réponse la fit éclater de rire, attirant les regards des enfants. Elle le sermonna bien sûr, faussement, les joues en feu.

- "Quoi? Si tu n'avais pas ri, ils n'auraient rien vu. D'ailleurs, je vais me vexer qu'une telle proposition te fasse rire."

Faussement boudeur, il se concentra sur son fils, le faisant évoluer dans les airs, au dessus de lui, pour le plus grand bonheur du gamin qui riait aux éclats. Et il avait beau adorer la voix de Révérie, il se fit la réflexion qu'il n'y avait rien de plus beau qu'un rire d'enfant. Rév, quant à elle, avait Valamel dans les bras et le prenait à témoin.

- "Attention, il risque fort d'être pire que moi avec ta mauvaise influence."

Il lui tira la langue comme un gamin. Mais Valamel avait faim et savait parfaitement se faire comprendre à ce sujet. Révérie dénuda un sein et le présenta à Valamel qui se mit à boire gouluement.

- "Evidemment, je suis irresistible. En tous les cas ils aiment la même chose que moi."

Il laissa échapper un rire alors qu'il faisait allusion à sa poitrine généreuse. Mais il remarqua la moue de Rév et se redressa, posant l'enfant sur lui, interrogateur. Elle lui révéla alors qu'allaiter lui faisait mal.

- "Ah... Et ils n'ont pas encore leurs dents."

Cela dit, elle fit part de sa joie de voir Valamel s'intéresser au monde et rattraper son frère au niveau développement. Dragan aquiesça, lui aussi soulagé.

- "Il fallait juste lui laisser un peu de temps."

Lomion se mit alors à pleurer doucement. Evidemment, quand l'un avait faim, l'autre aussi, vive les jumeaux. Dragan prit l'enfant contre lui, essayant de l'apaiser, le temps que Révérie termine avec Valamel.

- "Tu as de la chance de ton lait ne se tarisse pas avec de tels goinfres."
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Mar 24 Fév 2009 - 20:50

« Dragan… tu es impossible »

Elle soupira, sachant très bien qu’il n’y avait étrangement pas plus jaloux que lui. Pourtant pas une fois elle ne lui avait donné des raisons de l’être. Ne voyait-elle pas que lui ? N’avait-il jamais remarqué que ses prunelles claires avaient du mal à se détourner de sa perfection ? Enfin… leur discussion tournait sur divers sujets dont la résistance des petits et elle soupira doucement. Elle s'en faisait trop… Elle le savait mais avait du mal à relâcher sa surveillance.

« Disons que tu as changé… tu n’as plus rien du coureur de jupon charmeur, tu es plus sérieux que jamais. Tu es devenu un époux, un père mais tu as subi la perte d’êtres chers… qui n’aurait pas souffert et changé dans de telles conditions ? »


Elle n’allait surement pas répondre elle, puisque qu’elle avait changé depuis son arrivée. Son corps s’était épanoui, doucement, imperceptiblement elle devenait avec une lenteur presque obsédante femme. Bien sur pour elle, son visage d’ange encore imprégné par l’enfance n’avait pas disparu, mais ses traits jadis plus durs, avaient changé. C’était étrange de l’avoir vue au seuil de la mort, durant sa grossesse et aujourd’hui rayonnante bien que cela avait laissé d’infimes traces que son mari connaissait, donc la perte d’un peu de ses joues enfantines bien que cela ne soit pas bien flagrant.

« J’ai vécu parmi les humains… cela me fera étrange de les voir changer si lentement quand mes frères changeaient si vite. »

Nouveau changement de conversation, parlant à présent de ce qu’il désirait faire. Bien sur il répondit avec une lueur malicieuse et brulante dans le regard, ce qui la fit immanquablement rire.

« Je ris parce que cela te ressemble tellement ! Je ne sais pas, je n’aurais même pas du te poser la question pour recevoir telle réponse ! Je te connais si bien mon amour ! »

Il bouda, bien sur il ne reprochait rien a sa femme et c’était plus pour la taquiner qu’autre chose et cette dernière le savait parfaitement. Regardant Dragan jouer avec son fils Révérie ne pu que s’émerveiller de le voir ainsi. La métisse se concentra donc sur son second fils, lui avouant que son père était incapable de se tenir. Bien sur Dragan ne rata pas l’occasion pour lui lancer une petite attaque des plus joueuses, s’attirant un regard hautain et perplexe.

« Plait-il ?! Vous avez bien mauvaise opinion de moi mon époux. Va t-il falloir que je me serve pour la première fois de mon lit ? »

Oui forcément, les chambres a part ne convenait pas a la jeune épouse qui s’était habituée a, une fois revêtue d’une chemise de nuit, aller passer sa nuit dont le sommeil était crucial dans celle de son époux. Le lit de sa chambre n’avait eu d’utilité que pour câliner ses enfants ou alors lire quelques livres des plus apathiques. Mais voila que son petit quémande le sein qu’elle lui offre sans pudeur, elle n’en avait jamais eu de toute façon. Il ajouta à nouveau une petite remarque qui la fit sourire en coin.

« Mais pas pour les mêmes raison Dragan… »


Inutile d’en dire d’avantage il la comprenait parfaitement. Le petit pinçait fort l’extrémité de sa poitrine forçant sa mère à une petite moue douloureuse et son père renchérit. Un long soupir lui échappa alors et elle avoua.

« Oui… grand bien m’en fasse, quand ils commenceront à en avoir, c’est hors de questions que je continue à leur donner le sein… je suis trop sensible et fragile pour subir telle torture. »

Et oui, ils devront se mettre a la bouillie… brrrr, infâme mixture blanchâtre a l’odeur qui lui agressait les narines. Comment pouvait+on faire manger ça à des bébés ?! Pourtant elle ne trouvait aucune raison d’en vouloir à ces mères lorsqu’elle pensait aux petites dents pointues qui meurtriraient si aisément la poitrine. La petite main sur son sein la ramena à la réalité alors qu’elle sourit, faisant constater à son époux les progrès d’un des jumeaux.

« Il lui fallait surtout son père. »


Un regard de la métisse se perdit dans celui de son tendre alors qu’elle lui souriait doucement. Mais pas le temps de s’attendrir que déjà le second avait vu que son frère se nourrissait et bien entendu voulait sa part du gâteau. Dragan se fit une nouvelle fois père parfait et attentionné alors en apaisant Lomion.

« Oui, on peut dire ça… je ressemble surement plus à une drow qu’une elfe de ce coté la… j’imagine fort mal l’une de ces dames nourrir des jumeaux sans manquer de lait. »

Petite fierté stupide que Dragan lui connaissait a ce sujet. Elle avait eu des jumeaux et nul autre qu’elle ne leur auraient apporté le lait ou l’amour… ah si bien sur, leur père et en de rares occasions la nourrice ou les sœurs de son mélindo. Et voila Valamel qui lâche le sein de sa mère, portant une main a sa bouche alors qu’elle le décolle doucement et le blottit dans les bras de son père. Prenant le second fils, elle cachait le premier sein pour dévoiler le second et laisser Lomion se nourrir… Lui tétait avec plus de férocité que son frère, faisant soupirer sa mère.

« Lomion… chut… calme toi… nul ne te le prendra… tu peux prendre ton temps tu sais. »


Passant l’un de ses doigts sur sa joue avec que sa mâchoire faisait un mouvement répétitif il s’emblait s’apaiser à peine. De son coté Valamel tirait sur un bouton qu’il avait découvert pour sans doute le mettre dans sa bouche… comme 80% des choses passant a sa portée.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 32
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Lun 16 Mar 2009 - 16:34

Il se permit un petit sourire en coin alors qu'elle répliquait qu'il n'avait plus rien d'un coureur de jupons charmeurs.

- "En es-tu si sûre?"

Oh il la provoquait simplement. Elle pouvait en effet être certaine de ses dires, il était bien moins frivole qu'auparavant. Quoique frivole ne fut pas le terme le plus adéquat pour le dédcrire tant sa personnalité pouvait varier en fonction de ses interlocuteurs. Arrogant et cynique, charmeur et charmant, dur et intransigeant... Autant de masques qu'il portait en focntion des personnes à qui il s'adressait. Et avec Révérie, ce masque était simplement amoureux et tendre, léger et espiègle, sérieux et protecteur. Joli métissage. Le tout saupoudré de jalousie mal contenue, qui n'avait même pas lieu d'être. Il savait bien qu'elle ne voyait que lui, mais c'étaient les regards des autres qui le génaient.

- "Je sais. Mais le temps n'a pas la même emprise sur nous que sur eux. Voilà bien une notion qu'il va te falloir apprendre. Ainsi que la patience, mais je crois que les deux vont de paire."

Il rit doucement en parlant de patience. Oh non, ça Révérie ne l'était pas. Elle avait cet empressement propre aux humains alors qu'elle avait l'immortalité devant elle! C'était troublant et déroutant, mais charmant le plus souvent. Sauf qu'elle avait une mauvaise influence sur lui qui devenait plus précipité dans ses actes et ses réflexions. Ce serait bien que ce soit le contraire.

Il prit une expression chagrinée quand elle répliqua que ses paroles ne la surprenaient pas, qu'elle le connaissait trop bien.

- "Oh non, ne dis pas ça, me voilà devenu prévisible et bientôt je serais ennuyeux!"

Il s'intéressa alors à son fils, jouant avec lui et snobant sa maman par jeu. Les petites piques taquines fusaient et ils adoraient cela. Parents, et pourtant encore tellement enfants... Il lança pourtant un regard à Révérie quand elle parla de se servir de son lit et lui fit les yeux suppliants.

- "Oh, tu oserais me faire ça?"

Quoique, à y réflechir, il doutait même qu'elle, elle parvienne à tenir toute la nuit dans un grand lit froid et vide. A parier, il dirait même qu'elle serait la première à craquer, mais là dessus, il ne dit rien, ne voulant pas tenter l'expérience. Elle donna alors le sein à l'un des jumeaux, s'attirant un commentaire de son époux. Il lui décocha un grand sourire charmeur quand elle le reprit. Non, en effet, pas pour les mêmes raisons.

- "Je crois qu'ils n'ont pas encore mon habileté..."

Lui, quand il lui mordillait les seins, cela ne la faisait pas souffrir, mais plutôt... gémir. Son regard pétilla alors qu'il suggérait ainsi que ses fils pourraient être aussi charmeurs que leur père. Pauvre Révérie, elle ne saurait plus où donner de la tête!

- "Peut-être..."

Surement même... Oui, si le petit était plus éveillé, c'était bien depuis que Dragan assumait de nouveau ses fonctions et soulageait ainsi Révérie d'une partie du travail. Il avait encore honte de s'être ainsi laissé aller en la laissant tout assumer de leur famille. Dragan prit Valamel dans ses bras alors que le second voulait sa part de lait et il grimaça à la réponse de Révérie..

- "Eh bien heureusement que les petits ne tiennent pas des drows, parce que tu n'aurais plus de poitrine."

Il avait répondu un peu sèchement. Que voulez-vous, il était elfe, et il était des choses qu'il ne pouvait laisser passer ou apprécier. Et sa haine envers les drows étaient toujours aussi tenace. Il se radoucit cependant, conscient de s'être montré un peu brutal.

- "C'est définitif, il a ton appétit."

Il observait Lomion qui tétait comme un fou. Un vrai goinfre, plus que Valamel. Il baissa d'ailleurs les yeux pour observer le petit qui jouait avec un de ses boutons. Il préférait surveiller, des fois que le bouton l^che et qu'il le mette dans sa bouche, ce qui serait vraiment dramatique s'il l'avalait.
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Mer 25 Mar 2009 - 9:45

Patience, temps… éternité…. Des notions qui ayant grandit après des humains avait un sens tout autre pour la belle. Elle s’était donnée facilement, était tombée rapidement enceinte et un mariage avait été célébré a la hâte. Depuis toute fois, le temps avait repris un court pour elfique. Les jours changeant lentement, le temps passant au ralentit pour mon corps encore juvénile. D’ici une dizaine d’année environ je serais adulte… pour les elfes.

Ils se taquinent, se nargue par jeu et espièglerie comme deux enfants qu’ils sont encore d’une certaine façon. Mais ils sont aussi parents et amant et arrive ses derniers temps plutôt bien a concilier les trois aspects de leurs vies. Celle de dirigeants, celle de parents et celle de couple fusionnel. Oui, ils avaient trouvé un équilibre, bien que précaire, qui les comblaient tout deux. Nous dérivions à nouveau sur un sujet ma fois étrange. Oui, deux chambres, deux lits, mais un seul utilisé et heureusement !

« Je ne pourrais pas… tenir une seconde sans toi dans mon lit pour dormir. Tu sais que j’ai besoin de ton torse pour trouver le sommeil. »

Elle avoue sa faiblesse sans honte aucune, nouveauté pour la jolie métisse, mais aussi pour ton époux. Toute fois, tout cela lui semble loin d’être effrayant, pas devant Dragan en tout cas. Mais voila, les petits avaient faim et elle répondit tout naturellement a leurs besoins. Dragan la taquina a nouveau, elle répliqua et il se fit une joie de raviver a ses souvenirs quelques images de la nuit passée.

« Oui… et heureusement pour moi… je préfère que se soit toi qui soit capable de jouer de ma poitrine jusqu’as m’en faire chanter. »

Jolie façon de dire gémir ou encore crier. Mais après tout ne se ventait’ il pas, a raison, de se jouer de sa femme comme d’une mandoline ? Un comble pour une barde d’être l’instrument d’un autre ne trouvez vous point ?

Bref, la voila qui parle de l’évolution du petit Valamel… Il allait mieux et tout deux en étaient rassurés. Puis, ce fut au tour de Lomion de se nourrir et Valamel trouva les bras de son père alors que Lomion trouvait ceux de sa mère. Le petit tétait comme un affamé, tirant sur la poitrine de ma métisse, ses mains pressant avidement sa chair. Les mots de Dragan quand a sa capacité drow se tournait encore et encore dans son esprit, mais elle n’en dit rien, jusqu’as ce qu’il lâche une petite espièglerie qui la fit rire doucement.

« Comme moi ?! Suis-je donc une gon… »

Le petit arracha à sa mère un hoquet et cette dernière fronça les sourcils, posant son regard sur le fameux goinfre. Elle s’apaisa, glissant ses doigts sur la joue ronde qui bougeant sous le mouvement de la mâchoire du bébé.

« Lomion… »

Puis elle tourna son regard sur Dragan qui lui, surveillait son fils, ce dernier jouant avec un bouton de sa tunique. Visiblement intéressé par l’objet.

« Dragan… tu crois que la guerre arrivera jusqu’as nos portes ? »

Pas de lueur joueuse dans mes yeux cette fois, juste un regard dur et lointain alors que je passais ma main dans le duvet blanc des cheveux de l’enfant.

« Si ça arrive… permet moi de vous protéger et prend soin des enfants Dragan. »

Parce que je me sais totalement incapable de survivre à sa perte… je ne suis pas aussi forte que mon père et a présent je regrette mes propos. Je l’ai jugé lui, sa façon de survivre à demi… mais je serais incapable de forcer mon cœur à continuer de battre alors que j’aurais perdu la moitié de se dernier… même nos fils ne pourraient hélas changer cet état de fait.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 32
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Ven 3 Avr 2009 - 13:39

Il sourit. Il sait. Oui, il sait qu'elle ne peut pas dormir sans lui, que dés qu'il la rejoint, elle se colle contre lui, comme un aimant. Son sommeil est paisible dans ses bras et lui ne se lasse pas de la tenir ainsi, même si son sommeil n'a rien à voir avec celui de sa compagne. Peu importe, son bien être à elle prévaut sur tout et cela lui suffit. Sa chambre, son lit, ne lui servent à rien du tout, elle ne les utilise qu'en journée, pour rester avec les enfants ou lire, jamais pour s'y installer et dormir. Elle trouve même ridicule l'idée de faire chambre à part. Lui aussi. Parce qu'il ne peut se passer de sa présence, qu'il la couve des yeux comme un trésor précieux.

Il se met à rire alors qu'elle rétorque qu'elle préfère que ce soit lui qui joue avec sa poitrine. En effet, il est capable de lui arracher bien des sons, des sons que tout le monde entend. D'ailleurs, il ajoute, taquin, sachant parfaitement qu'elle va se sentir génée :

- "Un chant que tout le palais peut apprécier."

Il exagère. A peine. Révérie a une voix très aigue quand elle chante, mais aussi une voix qui porte loin, surtout si elle se lâche alors que son corps ne lui répond plus.

Il lui jeta un regard éoquent alors qu'elle fronçait les sourcils, lui demandant si il la pensait goinfre, mais elle ne termina pas sa phrase, interrompue par l'appétit féroce de leur fils.

- "En tous les cas, il n'a pas ta façon sensuelle de manger."

Ah ça... Elle savait lui faire perdre la tête rien qu'en apportant un aliment à sa bouche, ses lèvres délicates s'ouvrant pour le croquer. C'était un supplice. Cependant, sone xpression espiègle s'envola quand elle aborda le thème de la guerre.

- "Si nous sommes alliés aux nains et aux hommes, c'est justement pour que jamais les drows ne puissent venir jusqu'à nous ou à eux."

Mais voilà que Révérie prononce les paroles de trop. Une étincelle de colère passa dans les yeux de glace alors que son visage se fermait totalement, sous le coup de l'injure. Il détestait cela! Il détestait quand elle lui rappelait qu'elle était une combattante hors paire et qu'elle le reléguait au rang de personne à défendre alors que cela devait être l'inverse! Par tous les dieux, il n'était pas une femelette, il n'était pas impotent!

- "C'est à toi de prendre soin d'eux Rév. C'est toi leur mère. Tu inverses les rôles. Je ne suis pas la demoiselle en détresse, je te signale."

Sa voix était plus tranchante qu'il ne l'aurait voulu, mais elle venait de le blesser dans son orgueil d'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Ven 3 Avr 2009 - 14:03

« Personne ne mange comme moi ! Une chance pour la concentration des elfes… je crois que sinon beaucoup d’entre eux auraient perdu la tête, haha »

Mais la légèreté s’enfuit, glissant entre leurs doigts comme le sable. Ils parlent de la guerre et elle croit m’exprimer mal au vu de sa réaction. Elle qui voulait le préserver de la parole la plus exacte. Il s’énerve, s’éloigne et se glace sous le coup de ses mots. Loin de se sentir blessée, elle semble plutôt lasse et en même temps tendre dans les propos qu’elle avoue.

« Toi et ton orgueil de mâle… Je ne doute pas de ta capacité à nous protéger… »

Elle soupire, détournant le visage alors que ses yeux de ferment délicatement.

« Je suis donc obligée de préciser que si d’aventure il t’arrive malheur je serais incapable de continuer ma route ? Est-ce donc si difficile à comprendre que je préfère subir mille mort et tourment plutôt que de devoir vivre sans toi ? Nos fils ne pourraient me retenir que bien peu. Je suis égoïste et je te préfère vivant, combien même cela te déchirerais le cœur, cela apaiserai le mien dans le monde de Tari.»


Ses lèvres se pincent alors, en une moue visiblement contrariée. Puis, elle lui murmure.

« Et surtout… je ne sais pas quel sera ma réaction face a un drows… je ne sais pas si mon sang bouillonnera ou non. Si je pourrais me retenir dans ma haine viscérale ou si je devrais agir comme un monstre… et si c’est le cas je ne veux pas que tu puisses en être le spectateur, toi ou les enfants n’avez pas à voir les parties les plus sombres de mon cœur. »

Pourtant il les avaient vues, lorsque j’avais laissée mon sang parler pour sauver ma vie et celle de nos fils. Il avait fut cette folle aux regards pourpre qui n’avait plus rien de sa compagne actuel. Si, une chose demeurai, son amour inconditionnel pour Dragan, bien que se dernier soit différent et qu’elle n’ait pu en prendre toute la mesure sous ses élans sombres.

L’enfant lâchait le sein de sa mère, cette dernière replaçant d’une main sa robe alors qu’elle le déposait ensuite sur la couverture. Puis, se fut au tour du second, qu’elle prit dans ses bras, le soulevant pour le déposer près de son frère, ses derniers se regardant et jouant a leurs façons ensemble pendant qu’elle se glissait, telle une couleuvre, sur le torse de sa moitié clair.

« Mais la guerre n’est pas la, je ne veux pas me fâcher avec toi maintenant que je t’ai retrouvée ! »
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 32
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Ven 3 Avr 2009 - 14:18

- "Pas que des elfes..."

De n'importe quelle race je pense. On pouvait bien trouver Révérie, trop grosse ou pas assez, pas assez gracieuse ou allez savoir quoi d'autre, il y avait tout de même des choses qui mettaient n'importe quel homme d'accord. Sa façon de se mouvoir, sensuelle... Sa façon de manger, qui enflammerait n'importe qui, il en était certain. Sauf son père, évidemment. Et les personnes qui la méprisaient et voyaient le mal dans tout ce qu'elle disait ou faisait.

Mais Révérie prononce des paroles qui provoquent la colère de son époux, colère très rare chez lui et pas très spectaculaire, mais néanmoins présente. Colère glacée. Ces quelques mots suffisent à assombrir le ciel et à faire s'envoler la légèreté de leur conversation.

- "Mon orgueil de mâle?"

La voix est un peu trop tendue et les yeux inquisiteurs. Son orgueil de mâle? C'était la meilleure ça! Il était légitime cet orgueil quand même! En plus, il acceptait énormément de choses de Rév que tout autre aurait surement refusé. Il était très patient et assez tolérant, mais il était des choses qui chatouillaient de trop son égo qui ne lui semblait pas démesuré.

Cependant, la colère s'envole alors qu'ele précise sa pensée et là, il soupire.

- "Oui, il est utile de préciser, je ne suis pas dans ta tête."

Les paroles le touchent, mais le glacent en même temps. Il ferme les yeux un instants, écoutant Révérie terminer son petit discours. Elle a peur de le perdre, ne supporterait pas de vivre sans lui et très égoïstement, elle serait prête à lui infliger sa perte à elle pour ne pas en souffrir. D'un côt,é il lui en veut de pouvoir parler ainsi sans songer que c'est la même chose pour lui.

- "Rév... Tu penses vraiment que je saurais mieux le supporter que toi?"

Non... Il avait déjà eu du mal à surmonter la mort de ses amis, comment supporter celle de son amour? Franchement? Pourtant, elle le connaissait mieux que personne, non? Il claqua la langue alors qu'elle évoquait son comportement face aux drows, un comportement monstrueux qu'elle craignait et dont elle ne voulait pas qu'ils soient témoins.

- "Ne suis-je justement pas la voix de ta conscience pour t'empêcher de te perdre?"

Il l'avait ramené une fois... Alors qu'ils étaient moins complices et unis. Il pourrait le refaire.

- "Quelques soient les parties que tu exposes, je les accepte toutes et je ne te laisserais pas te perdre parce que tu auras honte de me les montrer."

Elle reposa l'enfant sur la couverture, puis prit le second et fit de même avant de venir se blottir contre lui.

- "Je ne suis pas fâché. On peut discuter de choses déplaisantes sans se fâcher, tu ne penses pas?"

Bon d'accord, il s'était fâché un peu plus tôt, mais cela ne durait pas. Ca ne durait jamais. Elle savait lui parler et lui faire comprendre ce qu'elle ressentait.
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Dim 5 Avr 2009 - 18:54

Posée à même son torse elle regarde ses fils, laissant la voix de son époux se propager dans ton torse alors qu’il la rassure de sa tendresse retrouvée. Oui, ses colère ne dure jamais, mais aussi éphémère soit t’elle, elle reste pour la demoiselle une frayeur étrange et difficilement acceptée. Nouvelle caresse dans ses cheveux d’un blanc immaculée, elle sourit, a nouveau sereine quand a ses paroles.

« Oui… on peut je crois. »

Elle n’avait pas répondu à ses interrogations passées, ou plutôt a ses vérités qu’il lui avait jetées avec sincérité. Elle se fit donc un devoir de tenter d’exprimer ce que sa pensée et son cœur lui murmuraient de concert.

« Tu sais Dragan… tu es bien plus fort que moi sur certain plan. Je ne me sais pas capable de te survivre, mais je me sais capable de te protéger. Je veux que tu vives quoi qu’il m’en coute à moi… parce que je suis égoïste et parce que je suis ce que je suis. Supportera tu de me voir a nouveau ivre de sang et de folie ? N’auras tu don jamais peur de moi ? Si c’est ce que tu pense tu te trompe amour… »

Ses lèvres frôlent les siennes, caresse délicate et sans arrière pensée. Ses prunelles si clairs, semble lentement se teinter de rouge alors que son visage reste si doux.

« Mais cette fois, lorsque la colère et la haine me prendront, quand il n’y aura pas la menace de mon père sur ta vie ? Arriveras-tu donc à supporter cette vision ? Accepteras-tu ce que je suis ? Tu n’aime pas se regard rouge qui m’as effrayée toute mon enfance aux travers de songe que je ne comprenais pas. Maintenant… n’est tu donc pas effrayé par se regard, trace ultime de mon sang qui dégoute tant des tiens ? »

Son regard se fait prédateur alors qu’elle approche ses lèvres de celle de son époux. Mais alors a se moment, l’un de petit tire sur sa manche, l’autre non loin et quelle croise dans leurs regard son ombre, brisant sa concentration difficile pour laisser ses yeux retrouver leurs clarté si étrange et anormale. Elle délivre une caresse sur chacune des joues avant de murmurer.

« Je crois que nos fils veulent plus d’attention, haha… »

Un sourire doux, l’ombre de son cœur disparue avec la facilitée qui lui est propre.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 32
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   Lun 13 Avr 2009 - 15:14

- "Si tu doutes de moi, c'est toi qui te trompe..."

Elle peut bien promettre mille tortures, tenter de l'effrayer, souligner son origine drow et les risques, elle a tort de penser que cela pourrait l'effrayer. Parce que cela serait admettre qu'elle n'est plus celle qu'il connait, cela serait la perdre et c'était absolument hors de question. Elle pouvait bien le regarder de ses yeux rougis, il soutint son regard et ne dit rien. Il ne prit la parole que quand leurs fils réclamèrent l'attention de leur mère.

- "Tu ne me fais pas peur et tu ne me feras jamais peur, pas plus que tu ne me dégoutes ou je ne sais quelle ineptie. Non, je n'aime pas ce sang maudit qui coule en toi et ces aspects étranges qui peuvent te faire perdre la tête, mais sans cela, tu serais morte et par deux fois. Ce sang t'a protégé du poison et il t'a permis de mettre au monde nos enfants sans y laisser la vie. C'est une partie de toi."

Il se tut un instant. Egoïste, elle l'était oui, en pensant qu'elle pouvait mourir et qu'il le supporterait mieux que l'inverse. Ou elle le surestimait gravement. En revanche, elle le sous estimait concernant sa capacité à l'aimer malgré le sang drow, même si celui-ci s'exprimait. Pensait-elle qu'il lâcherait si facilement l'affaire, qu'il ne se battrait pas jusqu'à récupérer SA Rév?

- "Et je ne te laisserais jamais te perdre, quoiqu'il m'en coute."

Il s'approcha d'elle et l'embrassa, murmurant simplement :

- "Je t'aime, j'aime celle que tu es et j'ai appris à aimer les bons côtés et à faire avec les mauvais."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Jardin du Palais] Un, deux, trois, quatre... [Prio Dragan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un deux trois quatre cinq six sept... Québec !
» un, deux, trois, toi et moi ; quatre, cinq, six, on est des sis' ! -> jane & kath.
» Un, deux, trois, nous irons au bois... [version #1]
» Un, deux, trois. Mickey, Donald et moi ?
» Un, deux, trois : TA GUEULE ! [PV Arth]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: