AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une nouvelle déconcertante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jiriad
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Âge : 23
Date d'inscription : 02/11/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Une nouvelle déconcertante   Lun 23 Fév 2009 - 15:41

Après la nouvelle de l’attaque d’Alonna, et avec la disparition de la famille royale, Jiriad commençait à s’inquiéter de l’état actuel des choses, il songea qu’il était de son devoir de se rendre en personne à la capitale elfique, au palais, non seulement pour être présent le jour du couronnement de Rima-Marcil, mais aussi pour prévenir le régent ou la régente du palais royale de l’attaque des drows. Ainsi, le duc prit son cheval, et accompagné d’une poignée de gardes, partit pour Alëandir. La route avait été longue, avec cette pluie incessante, ces vents violents, le voyage avait été des plus désagréables. Mais il voulait arriver à destination, ses gardes du corps restaient près de lui, il restait encore des drows dans la forêt Anäeh, et il fallait donc rester méfiant.

Après plusieurs jours de voyage, le groupe arriva enfin à Alëandir, le duc de Daranovar n’eut qu’à se présenter pour que les gardes de la ville le laissent passer, lui et ses hommes. Jiriad était d’humeur morose, cette pluie, ce temps, autant de choses qui eurent des répercutions sur son comportement. Mais le jour de leur arrivée à la capitale elfique, le soleil timide commença enfin à sortir de sa cachette. Jiriad descendit de son cheval, exténué, mais satisfait, il se rendit chez un ancien ami, qui accepta de garder les chevaux des elfes venus de Daranovar.

En ville, des elfes observaient le groupe de Jiriad. En effet, les elfes de Daranovar avaient la réputation d’être assez rustre, et quelque peu belliqueux, et on pouvait reconnaître les elfes de ce duché par leur style vestimentaire, généralement assez sobre. Le duc de Daranovar portait à ce moment-là une belle tunique colorés par différents tons de noirs, éclaircis de gris et contrastés avec du blanc. La cape qui dont le bout traînait par terre était rouge. Jiriad avait enfilé des bottes et des gants de cuir, et comme à son habitude, il tenait à sa ceinture son épée rentrée dans son fourreau, une pièce de collection, un héritage de famille, que le duc protégeait comme son fils. En ville, Jiriad marchait d’un pas ferme, sûr, d’un air fier, voir arrogant. Il confia ses gants à l’un de ses hommes, puis glissa à ses doigts de beaux et précieux bijoux, il avait aussi fait ressortir de son cou le plus beau collier de son duché. Quand à ses hommes, ils étaient armés de grandes épées, elles aussi rentrées dans les fourreaux. Ils avaient des armures de plaques, ainsi que l’insigne de leur grade sur le torse.

Le groupe se rendit au palais royal, et, les gardes reconnaissant le duc et ses hommes, le laissèrent passer. Le groupe poursuivit donc sa route, mais Jiriad avait ordonné à ses hommes de rester dehors, d’aller se promener. Le duc leur avait donné de l’argent pour qu’ils puissent se trouver des chambres, puis Jiriad entra dans le palais. Toujours du même pas fier et sûr de lui, Jiriad marchait, puis il commença à accélérer le pas, quand, soudain, en tournant dans un couloir, il heurta une jeune femme, le duc, se se grattant le front, n’avait pas encore regardé la femme qu’il avait heurté, et dit :

- Veuillez m’excusez très chère, je suis pressé, savez-vous où je pourrais trouver le régent ou la régente de ce palais ?

Mais lorsque le duc se rendit compte que la femme qu’il avait heurtée était une hybride, il écarquilla les yeux. Il était étonné de voir une personne née de sang elfe et drow dans ce palais, et ne put s’empêcher de se questionner. Il poursuivit :

- Vous faites quoi exactement dans ce palais ? Si ce n'est pas trop indiscret, que fait une hybride dans le palais royale des elfes .

C’était curieux de voir une hybride ici, très curieux, et sans tenter d’offenser la jeune femme, Jiriad comptait bien comprendre la présence de cette femme dans le palais, lui qui était très proche de son peuple, voir une femme née de sang drow le répugnait, et il faudrait des arguments de fer pour le convaincre….
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une nouvelle déconcertante   Lun 23 Fév 2009 - 16:42

Journée doucereuse pour l’esprit cotonneux qui était le mien en ce jour. Etrange fatigue que la mienne quand je n’avais pas eu mes heures de sommeil. Comme j’enviais Dragan de pouvoir clore ses paupières et entrer dans un état de méditations dont quelques coups d’aiguille sur le cadran suffisaient à son bien+être lorsque moi je m’écroulais comme la dernière des drows pour un presque tour complet de cadran ! Ho certes, j’en rajoutais un peu… mais ma somnolence du jour m’était désagréable, presque autant que le soleil qui agressait ma peau blafarde et mes yeux d’une couleur perle subtilement teintés de bleu.

Je détestais le printemps, bien qu’il vienne second derrière l’été qui me contraignait à l’exil dans mes appartement, ne sortant que quand ce dernier disparaissaient. Soupirant alors que je me détournais de l’ouverture qui me laissait voir les nuages, qui a l’instar de mon esprit s’assombrissait pour prévoir une pluie salvatrice, cela aux moins eu le bon gout de me redonner un peu de cœur et d’enthousiasme pour la journée. Nul doute que lorsque la pluie battrait au plus fort, je me glisserais a l’extérieur pour avoir le plaisir incontournable de profiter du contact glacé de l’eau sur ma peau.

Alors que mes pas légers glissaient sans un bruit sur le marbre recouvrant le sol, je tournais vers une intersection et fut ma fois trop lente pour éviter la rencontre assez violente entre moi et une montagne. Oui, à coté de moi tout être masculin était un colosse… moi et mon petit mètre soixante difficilement atteint… mon corps gracieux dans ses proportions pourtant étranges. Faisant un pas en arrière pour reprendre mon équilibre, je me retins difficilement de mettre a mal l’intrus et glissai mes mains tendues dans mon dos.

Je relevais le regard pour lui répondre, dévoilant le visage d’ange légèrement poupin qui était le mien. Une bouche aux lèvres pleines et charnues contrastait de par sa teinte rougeoyante avec la peau pale et presque mortifère qui était la mienne. Mes yeux en amande se plissaient doucement alors que je l’entendais parler pour la seconde fois. Etrange, vraiment étrange. Nous autres Hybride sommes d’une rareté effrayante, les femmes étaient plus encore de petit joyeux précieux de par le peu d’être de ce sexe naissant d’une telle union et y survivant. Il m’avait donc percé à jour bien plus vite que la plupart des gens. D’habitude ils étaient intrigués par l’étrange mélange de grâce et de sensualité que ma petite personne dégageait, mais la… il n’avait eu besoin que d’un coup d’œil pour me démasquer avec une justesse qui me fit frémir.

Je jetais un regard à la robe que je portais, un véritable trésor de soierie rose et blanche. Rare de me voir ainsi vêtue mais j’avais formellement refusé de porter du vert aujourd’hui. Surtout que la robe en question vomissait sa dentelle et ses rubans tant et si bien que je doutais d’avoir un jour eu la capacité de marcher dans tel accoutrement. Bref, ma robe qui n’était autre qu’un fourreau mettant en valeur admirablement mes courbes étranges pour une elfe, était bel et bien en place, les manches d’une étoffe translucide aussi et je sentais les gants de satin et de dentelle masquer mes mains disgracieuse.

Y avait-il quelque chose dans la coiffure haute et stylisée de manière typiquement elfique ou dans les bijoux qu’un noble humain m’avait offert comme présent durant son voyage ici ? Ou bien était ce juste les fines cernes qui assombrissait mon regard qui m’avaient vendu avec autant de dévotions qu’un témoin montrant du doigt le criminel ? Je n’en savais rien et ce n’est pas mon silence qui m’apporterait les réponses à mes questions. Mais ce qui m’intriguait le plus, fut qu’il ne semblait pas savoir qui j’étais.

« Et bien, pour voir le régent des lieux, Dragan Tiril ou sa compagne, Aglarer Tiril, vous devriez continuer le long de ce couloir vers la salle des doléances. Mais je crains que vous n’y trouviez personne, la jeune marquise a décidé qu’il était temps pour elle de se reposer. »

Parler de moi comme si j’étais une autre m’amusa beaucoup, jusqu’à ce que je repris la parole, décidant que mon petit jeu n’avait rien de drôle. Surtout que le sir ici présent ne semblait pas enclin à mon humour personnel dont j’étais la seule à pouvoir pleinement profiter puisqu’il n’avait pas idée de qui j’étais.

«Pour répondre à votre question, je vis ici hélas. Je suis certes Hybride, mais je suis avant tout la fille de Rima-Marcil Eregcul, ainsi que la femme de Dragan Tiril. »


Un petit sourire moqueur sur les lèvres, je prenais une attitude digne et noble, comme s’évertuaient à me faire prendre si souvent mes femmes de chambre. Elles auraient été fières de moi… pour une fois.

« Que puis-je donc pour vous messire ? Puisque c’est auprès de moi que vous vous rendiez.»
Revenir en haut Aller en bas
Jiriad
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Âge : 23
Date d'inscription : 02/11/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une nouvelle déconcertante   Lun 23 Fév 2009 - 17:58

Jiriad observait l’hybride qui lui faisait face avec curiosité. Il ne lui avait fallu que quelques secondes pour comprendre qu’il y avait du sang drow dans les veines de la jeune femme, aux courbes plus développées que l’ensemble des femmes elfes, à la teinture de la peau, et aux yeux. Le duc n’avait montré aucun signe malveillant envers la jeune femme, il n’allait pas la manger, il était juste étonné que le palais possède une hybride à sa cour. La femme lui répondit d’une voix douce :

« Et bien, pour voir le régent des lieux, Dragan Tiril ou sa compagne, Aglarer Tiril, vous devriez continuer le long de ce couloir vers la salle des doléances. Mais je crains que vous n’y trouviez personne, la jeune marquise a décidé qu’il était temps pour elle de se reposer. »

Alors que Jiriad s’apprêtait à se rendre à la salle de doléance, le nom d’Aglarer lui revint en tête…..

*Aglarer. Ce nom me dit quelque chose. Mais…..*, pensa le duc, qui venait de se souvenir que Rima avait une fille qu’il avait conçu avec une drow, ce pourrait-il que cette même fille soit cette femme que le duc avait malencontreusement bousculé ? La femme reprit alors :

«Pour répondre à votre question, je vis ici hélas. Je suis certes Hybride, mais je suis avant tout la fille de Rima-Marcil Eregcul, ainsi que la femme de Dragan Tiril. »

Cette femme était donc la fille de Rima-Marcil ! Généralement, Jiriad laissait rarement transparaître ses sentiments, mais là, il ne put s’empêcher d’ouvrir grand les yeux, et de se retourner brusquement vers elle. Il avait à y croire, d’un côté, il voulait s’excuser très poliment à cette femmes qui était la régente des lieux, mais d’un autre côté, Jiriad n’appréciais guère l’idée de se soumettre à cette femme, née d’une drow, les drow qui avaient tué les parents du duc. L’espace d’un instant, Jiriad serra son point pour retenir la colère qu’il avait contre les drows, tout en restant calme, pour ne pas donner une mauvaise image de lui-même à la régente. Le duc observa longuement la marquise qui lui annonça :

« Que puis-je donc pour vous messire ? Puisque c’est auprès de moi que vous vous rendiez.»

L’espace d’un instant, Jiriad ne dit rien, il ne savait trop que faire dans de telles conditions. L’idée qu’une femme née du sang drow deviennent princesse du royaume elfique était une humiliation pour son peuple, Jiriad ne pouvait accepter cela, et, tout en restant calme et en réfléchissant aux meilleurs moyens de faire passer son message, le duc s’exprima :

- Sans vous manquer de respect, j’espère que vous vous rendez bien compte que le sang drow qui coule dans vos veines ne vous sera pas du tout favorable. Le fait que vous ayez des origines drows vous rendra certainement impopulaire auprès du peuple, et jamais personne n’acceptera que vous deveniez membre de la famille royale, ni que vous montiez sur le trône. Sans vouloir vous offenser, le fait qu’une personne qui ait des origines drows monte sur le trône va à l’encontre de tous nos principes d’unité raciale. Je ne peux accepter qu’une hybride monte sur le trône, seul de purs elfes peuvent aspirer à diriger le royaume des elfes. Je veux parler à un véritable elfe, à l’elfe qui dirige le royaume, et non à une femme qui n’a pas eu la chance d’être née avec le bon sang dans les veines.

Jiriad savait que parler ainsi à une marquise allait à l’encontre de tout principe de respect dans la noblesse, mais en même temps, il ne pouvait pas se faire à l’idée qu’une hybride soit au commande du royaume. Il poursuivit :

- Voyez-vous, ce sont les drows qui ont tués mes parents, et ravagés les villages, tous les drows ont les même traits de caractères. Il est vrai que vous avez du sang elfique dans les veines, mais vous avez certainement des pensées obscurcis par le goût du sang. Le simple fait que vous portiez un titre de noblesse au sein de notre race nous insulte. Comment comptez-vous vous faire respecter des autres nobles, en sachant que vous êtes souillés du sang de ceux qui ont assassiné la famille royale ?
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une nouvelle déconcertante   Lun 23 Fév 2009 - 18:31

Aïe… Oui là forcément, si l’homme avait une dent contre les drows, j’allais devoir faire preuve de diplomatie. Mais une chance ! Dragan avait tenté de m’en inculquer les bases bien que je doute être capable de faire tout comme lui, preuve d’un calme et d’un flegme presque inhumains. Gardant mes mains dans mon dos, je l’écoutais avec une attention toute particulière, cherchant où trouver les mots que je pourrais réutiliser pour lui prouver que je n’étais pas ce qu’il croyait. Toujours difficile d’agir ainsi avec une personne convaincue de vous détester du plus profond de son âme.

« Je sais ce que mon sang vicié représente pour mon peuple. Je sais que je suis impure mais je sais aussi où est mon rôle et ma place. C’est ici auprès des miens et de mon peuple. »

Oui, les elfes étaient à présent mon peuple d’adoption par bien des facettes.

« Mon père sera couronné, son sang n’est pas a mettre en doute. De plus, Dragan fait partie de la lignée royale de par sa parenté bien que le trône lui ai été refusé à cause de ma simple présence à ses cotés. Suis-je donc un élément si important ? Mon père devrait donc à votre avis renier sa fille et mon époux me répudier pour un sang que je n’ai pas choisi ? N’est-ce donc pas là une preuve de fermeture d’esprit flagrante ?»


Me tortillant nerveusement les doigts dans mon dos je continuais sur la même lancée.

« Les drows ont donc tué les votres ? J’en suis fort aise et nous sommes donc sur un pied d’égalité ou presque. Les elfes ont tué ma mère qui avait renoncé aux siens par amour envers mon père et ma moitié jumelle. Est-ce pour autant que vous me voyez prête à sauter à la gorge de tout elfe pur qui croise ma route ? Non… comble de l’ironie j’en ai même épousé un sous la bénédiction d’Arcamenel et lui ai donné deux fils.»


Ce n’était pas l’entière vérité bien sur. Ma mère avait été tuée de sang froid alors que ma sœur était encore en son sein. Ma sœur avait cependant survécu mais pour moi, sa mort fut lorsqu’on la laissa en offrande pour le peuple drow. A partir de la elle n’avait plus été qu’un contraire et non plus une moitié… du moins c’est ce dont je tentais de me persuader. Et puis, mon mariage avec Dragan sous la protection du dieu de l’amour était en soi un fait qui avait fait couler assez d’encre.

« Alors choisissez… souhaitez vous vous entretenir avec moi ? Ou allez vous donc voir Dragan pour vous plaindre de combien la présence de la femme, dont il est d’entre toutes fou d’amour, ne vous convient pas pour dialoguer ? A moins bien sur que vous ne pensiez que l’esprit trop étriqué et alambiqué d’une femme ne soit pas apte à faire preuve d’intéllect suffisant pour vous répondre et en ce cas ce n’est pas après mon sang que vous en avez mais plutôt après le beau sexe… ce qui n’est guère plus enviable pour moi il faut l’avouer.»
Revenir en haut Aller en bas
Jiriad
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Âge : 23
Date d'inscription : 02/11/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une nouvelle déconcertante   Ven 27 Fév 2009 - 15:09

Jiriad ne pouvait accepter cela, qu’une demi-elfe, pire, une hybride, viennent lui donner des ordres. Il était fier de sa race, il n’accepterait par d’intrus, il était bien trop proche des siens. Les raisons de sa méfiance, le fait qu’elle soit issue d’une drow pouvait causer leur perte, elle pouvait très bien avoir un double jeu. Peut-être même qu’elle avait des rapports avec les drows, qu’elle travaillait pour eux, et ce, dans le seul but d’affaiblir les elfes. Jiriad n’était toujours pas convaincu de la fiabilité de la marquise, qui, pour se défendre, déclara :

« Je sais ce que mon sang vicié représente pour mon peuple. Je sais que je suis impure mais je sais aussi où est mon rôle et ma place. C’est ici auprès des miens et de mon peuple. »

Son peuple ? Voilà qu’elle se mettait à se considérer pour une elfe ! C’était un véritable sacrilège, comment pouvait-elle prétendre être une elfe, sans en être une ? Cela dépassait l’entendement !

« Mon père sera couronné, son sang n’est pas a mettre en doute. De plus, Dragan fait partie de la lignée royale de par sa parenté bien que le trône lui ai été refusé à cause de ma simple présence à ses cotés. Suis-je donc un élément si important ? Mon père devrait donc à votre avis renier sa fille et mon époux me répudier pour un sang que je n’ai pas choisi ? N’est-ce donc pas là une preuve de fermeture d’esprit flagrante ?»

- Chère marquise, je ne mes pas en doute le sang de votre père, un elfe tout à fait respectable, mais c’est votre sang que je mes en doute. Vous êtes née d’une drow, qui me dit que vous ne travaillez pas pour eux ? Peut-être êtes-vous une espionne, vous jouez peut-être un double jeu ?

Mais elle poursuivit :

« Les drows ont donc tué les votres ? J’en suis fort aise et nous sommes donc sur un pied d’égalité ou presque. Les elfes ont tué ma mère qui avait renoncé aux siens par amour envers mon père et ma moitié jumelle. Est-ce pour autant que vous me voyez prête à sauter à la gorge de tout elfe pur qui croise ma route ? Non… comble de l’ironie j’en ai même épousé un sous la bénédiction d’Arcamenel et lui ai donné deux fils.»

Jiriad repensa soudainement à ses parents. Il avait peu connu son père, mais sa mère avait toujours bien pris soin de lui. Mais née de sang noble, son éducation se fit par le biais de savants et d’un maître d’armes, et il n’avait pu pleurer la perte des siens, car il devait reprendre le commandement du duché. Il se rappelle du jour où on lui avait annoncé la mort de ses parents, il avait eu quelques larmes, mais il n’avait pas déprimé pour autant. Jiriad ne voulait pas faire confiance à cette femme souillée des drows, mais en regardant ses yeux, il cru apercevoir de l’honnêteté, elle semblait sincère. Elle était belle, en effet, mais le duc ne semblait pas pour autant convaincu.

« Alors choisissez… souhaitez vous vous entretenir avec moi ? Ou allez vous donc voir Dragan pour vous plaindre de combien la présence de la femme, dont il est d’entre toutes fou d’amour, ne vous convient pas pour dialoguer ? A moins bien sur que vous ne pensiez que l’esprit trop étriqué et alambiqué d’une femme ne soit pas apte à faire preuve d’intéllect suffisant pour vous répondre et en ce cas ce n’est pas après mon sang que vous en avez mais plutôt après le beau sexe… ce qui n’est guère plus enviable pour moi il faut l’avouer.»

A ses mots, on aurait pu croire qu’elle ne mentait pas. Elle semblait sincère quand elle affirmait aimer Dragan, et vouloir le bien des elfes, aussi Jiriad se mit à hésiter. C’était une situation rare pour le duc, qui se mit à réfléchir un moment…. Il regarda le plafond quelques secondes, puis eu un sourire au coin de la lèvre, il avait trouvé le moyen d’être sûr de la fidélité de la reine. Le duc prit alors bien soin que personne n’était autour de lui. Lui et la marquise étaient donc seul…. A ce moment-là, Jiriad sortit sa belle épée sertis de pierre précieuse, et la tendit devant sa tête, bien droite, et, tout en gardant un léger sourire, demanda à la marquise :

- Aglärer Tiril, êtes-vous prête à mourir pour votre peuple ? Donneriez-vous votre vie pour sauver celle des elfes ?
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une nouvelle déconcertante   Mar 3 Mar 2009 - 9:10

Moi ? Jouer un double jeu ? Être une espionne… Non, une assassine née pour répandre la mort au non d’un dieu guerrier, enfant qui fut dévoué dés sont plus jeune âge a la maitrise d’arts secrets qui lui prirent plus de 60 ans pour en venir a une maitrise inégalable… mais en rien je ne jouais un double jeu… tout au plus je pouvais être mal vu par mon propre dieu, mais j’avais fais mes choix et le monde dans lequel j’évoluais a présent, bien que foncièrement différent de celui de jadis, étais baigné par l’amour d’Arcamenel.

Ensuite, tout se passa vite, après mon plaidoyer, mes mots s’était arrêtée pour attendre une réponse et celle-ci fut inattendue et je du faire preuve d’un contrôle rare. Lorsque l’épée glissa du fourreau, mes muscles nerveux et à peine dessiné se contractaient, dévoilant la fibre guerrière que je cachais si bien d’habitude… ma mâchoire se verrouilla si fort que j’en eu peur de m’en casser les dents. Mon regard blanc restait cependant le même aux prix d’ample inspiration alors que dans mon dos, mes mains serré jusqu’as en faire blanchir un peu plus la peau déjà livide de mes articulation, tremblaient nerveusement.

La voix s’éleva et les paroles me firent sourire intérieurement, à l’extérieur, je luttais contre mon propre corps pour réfréner les milliers d’instinct qui me contrôlait du temps ou je fus moine. Une main quitta mon dos, tremblante, mais j’avais le contrôle de ma moitié sombre, je pouvais agir avec calme, ou presque. Es doigts glissaient sur l’épée, le bruit du tissu qui se déchire, Puis mon sang se déversa légèrement, coulant aux creux de ma paume encore gantée alors que mon visage se décontractait. Mon sang ne provoquais pas mes sens, l’entrainement avait permis bien des facilitées.

« Pas pour mon peuple… Pour ma famille je donnerais ma vie… Pour mon peuple, je vivrais pour assumer mon rôle, mon devoir et veiller sur eux. La mort n’est qu’un présent stupide qui n’a aucune valeur pour les vivants. On offre sa vie dans un geste stupide et désespéré d’amour profond… du moins, c’est ce que m’ont appris mes parents adoptifs, humains. Et je donnerais volontiers ma vie si cela pouvais sauver d’une mort certaine mes fils ou encore Dragan. »

Je repoussai l’épée de la main, pourtant la plaie ne s’en aggrava pas. Je m’écartais, observant la ma paume alors que mes muscles s’apaisaient, débandant et perdant leurs formes pour m’offrir à nouveau le corps souple et gracieux que j’affectionne.

« D’ailleurs en parlant de lui… il vas sans doute me sermonner pour m’être blessée. »


Un vague soupire alors qu’un sourire nait sur mes lèvres à la simple pensée de mon époux. Il est vrai, je ne me plaie pas de la douleur, je la sens a peine de toute façon, je suis bien trop habitué a se genre de plaie même si je crois que mon tendre amour préfèrerais que je sois un peu moins… enclin a revenir avec les mains défoncée par mes coups de poing rageur.

« Vous voulez une preuve que je ne suis pas une espionne n’est ce pas ? »


L’idée venais de germer et glissant ma main saine sous ma chevelure de neige, je la soulevais pour dévoiler l’horrible cicatrice ayant été faite au fer rouge lorsque je n’étais qu’un bébé. La plaie avait mal vieillit, profonde, comme si la peau était restée collé au métal lorsqu’il avait quitté la chair de la métisse. Ce qu’il représentait était pourtant bien plus intéressant, le symbole des traitres aux drows… en gros, si j’allais la bas avec un tel symbole sur la nuque, je n’en sortirais surement pas vivante.

« Cela vous suffit ? »

Murmurais-je d’une voix dure.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nouvelle déconcertante   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nouvelle déconcertante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Comment créer sa nouvelle équipe ?
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: