AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un vieillard au palais. [Réverie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enialis Holimion
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Âge : 26
Date d'inscription : 11/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Un vieillard au palais. [Réverie]   Dim 8 Mar 2009 - 20:35

Debout à côté de son cheval, Elohnua d'Olsénin, capitaine de la garde d'honneur du duché d'Holimion, attendait patiemment. Il allait bientôt partir pour un long voyage jusqu'au cœur du royaume, jusqu'à la grande citée d'Alëandir. Ce n'était pas la première fois qu'il devait faire ce trajet mais c'était la première fois qu'il avait à le faire dans des conditions pareilles. La guerre avait éclaté, les rapports venant du continent semblait indiqué une recrudescence du banditisme dans les régions frontalière, l'océan Nordique était secoué de nombreuses et violentes tempêtes et voilà que son vieux maître se voulait se rendre à Alëandir. Mais Elohnua ne pouvait rien dire, le vieux duc avait pris sa décision et plus rien ne pourrais le faire changer d'avis.

La tempête faisait rage autour d'eux, le vent rugissait, le tonnerre grondait alors que des éclairs déchirait le ciel. S'accrochant tant bien que mal au bastingage, Elohnua se dirigeait vers la cabine de son maître. Cela faisait déjà trois jours qu'il avait Holimion et le navire n'avait connu qu'un seul jour de calme, dès la fin du premier jour le bateau avait été pris dans une grosse tempête. D'après le capitaine du navire, s'ils arrivaient à passer cette tempête d'ici à la fin de la journée il pourrait espérer gagner le prochain port pour faire les réparations nécessaire à la poursuite de la traversée mais par la suite ils devraient se contenter de faire du cabotage, au moins jusqu'à la moitié de la péninsule s'ils voulaient arriver entier à Actellys mais cela les ralentiraient forcément. Voilà ce qu'Elohnua devait maintenant expliquer au duc et il ne savait pas quoi craindre le plus entre la colère des éléments et celle du duc en apprenant qu'il seraient en retard.

Actellys, un magnifique château comme il s'en construisait dans les temps anciens. Après deux semaines de traversée, le capitaine de la garde profitait du calme des lieux par cette belle nuit pour se reposer. Ils étaient arrivé la veille au soir et attendaient le lendemain pour repartir. Elohnua ne savait pas pourquoi le duc voulait patienter alors qu'ils étaient déjà en retard mais il obéit sans poser de question, il n'était pas du genre à remettre en question les ordres de l'un des êtres les plus et les plus sage de Miradelphia, surtout quand ce dernier se trouve aussi être son suzerain.
Tout était prêt pour le départ, les cinquante hommes à pied venant renforcer les vingt cavaliers formant la garde personnelle du duc, étaient arrivé et prêt à partir. Il fallait maintenant dormir pour être prêt pour la longue journée de demain.

Alëandir, la grande, Alëandir, la belle. Ils étaient enfin arrivé à leur destination, la belle ville d'Alëandir. Beaucoup trouve qu'Alëandir est la plus belle ville du royaume, la perle du royaume, mais pour un Elohnua, comme pour beaucoup d'habitant d'Holimion, si la capitale est une perle, Holimion est un vrai diamant. C'est donc avec fierté qu'il gonfla le torse à l'instar des cent vingt soldats l'accompagnant, exhibant fièrement le tabard des Holimion, un saule pleureur surplombant une rivière brodé en or sur un tissu pourpre, sur la pourpre de la royauté que seul les familles ayant du sang royal peuvent porter.
Avançant dans la grande ville, les étendards des soldats à pied claquant dans le vent. La grande troupe arriva au palais après avoir ameuter de nombreux quidam sur son chemin. Ce n'est pas tout les jours que l'on voyait à Alëandir une troupe aussi conséquente venir d'une province si éloigné.
Les soldats à pied portant les étendards firent comme on leur avaient appris et virent se placer en long devant les portes du palais, ceux ne portant pas d'étendard virent ce placer derrière ceux ci alors que les cavaliers se placèrent après les soldats à pied, posèrent pied à terre et sortirent leur épée, saluant sur son passage le duc qui, après être descendu de son cheval remonté la haie d'honneur qu'il lui était faite jusqu'au marche du palais où venait d'apparaître la fille du marquis de l'Epine Dorée. Elohnua, qui s'était placé juste au pied des marches, l'épée au clair, eu du mal à rester de marbre devant la beauté de cette jeune elfe. Mais il revint à lui quand après avoir baisé la main de la jeune noble en signe de salutation, le vieux duc entra dans le palais précédé de cette ravissante créature qui serait peut être un jour amené à dirigée le pays. Mais avant de se remettre à sa rêverie, il lui fallait loger ses hommes et se reposer, sa tâche était achevé et le duc allait pouvoir faire ce qu'il avait à faire. Demain il aurait peut être une nouvelle tâche à effectuer pour le duc, ce n'était décidément pas facile d'être un Épervier au service d'un maître comme le duc.
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Jeu 12 Mar 2009 - 17:21

Enialis Holimion me semble un brin prétentieux. Que de pompes pour venir me rendre visite. Dire que je ne suis même pas princesse, et encore moins reine. Cet homme est-il donc incapable de se déplacer sans la moitié de son palais ? Il faisait les choses dans les règles, mais tout ce clinquant ne m’impressionnait pas. Quelques jours plus tôt, une missive nous apprenant son arrivée avait été envoyée au palais. Le duc d’Holimion souhaitait s’entretenir avec le régent de sujets de la plus grande importance, et annonçait sa venue prochaine. Nous n’avions même pas le choix, chose que je détestais. J’ai en horreur le fait qu’on m’impose les choses.

Dragan m’a renseigné un peu sur le duc d’Holimion, mais reconnaissait ne pas en savoir beaucoup sur lui. Ce dernier vit sur une île, reclus du monde des elfes. Il ne sort de son palais qu’en de rares occasions. Ce qu’il doit avoir à nous dire doit être de la plus grande importance. Quand nous avons reçu sa missive, nous nous sommes aussitôt empressés de lui apprendre qu’ada n’était pas ici et que par conséquent Dragan et moi-même régnions à sa place jusqu’à son retour.

En attendant qu’il arrive jusqu’aux portes du palais, j’en profite pour lisser une peu mieux ma robe. C’est une robe aux couleurs de l’arc-en-ciel, allant du blanc au rose de haut en bas. Les teintes sont pastel et offrent un magnifique dégradé de couleur, se fondant harmonieusement les unes dans les autres. La robe est faite deux parties. La première partie se composait d'un robe simple, sans bretelle, tenant grade a la forme voluptueuse de ma poitrine et descendant jusqu’à mes pieds, dissimulant mes jambes et mes sandales dorées. La seconde partie part de ma poitrine pour descendre jusqu’à la taille, passant par-dessus la partie basse de la robe. Mes épaules sont dénudées, tout comme mon dos et le haut de mes bras. De larges armatures en argent les ceignent, sous lesquels les pans de le robe sont passés afin qu’ils restent en place et ne tombent pas. Les pans des deux bras sont larges et finissent en une traine derrière moi. A mon cou je porte un large collier en argent qui retient le haut de ma robe et l’empêche de tomber. A mes mains, je porte de longues mitaines arc-en-ciel elles aussi, qui viennent sous les pans de me robe. Une bague disposé à mes majeurs tiennent mes gants qui dissimulent les paumes et le dos de mes mains, et remontent le long de mes bras.

Mon front est orné d’un diadème en argent. De fins liserés partent de chaque coté de mon front pour se rejoindre derrière ma tête. De longs pendants descendent devant mes oreilles, ainsi que d’autres qui partent de devant pour passer dessous et rejoindre l’arrière du diadème. Au centre, un petit pendant en formes de gouttes. Trois gouttes, plus petites les unes que les autres à mesure qu’elles descendent sur mon front. Mes cheveux longs cheveux blancs sont coiffés en une longe natte derrière la nuque, qui descend jusqu’aux reins. Des fleurs blanches sont disposés dans les interstices de mes cheveux, du bas de la tresse jusqu’en haut, s’arrêtant avant le diadème.

La procession cesse enfin au bas du palais, et les soldats descendent de cheval pour dresser les épées en une haie d’honneur pour leur duc. Je retire ce que j’ai dit. Il est très prétentieux. Le vieux duc vient enfin à moi, avec grâce et légèreté. Arrivé en haut des marches, il me salue respectueusement et effectue un baisemain digne de ce nom. Je ne sais quels sont ses sentiments à mon égard, il semble parvenir à les dissimuler parfaitement à ma vue.

« Duc d’Holimion, je suis Algarer Tiril, régente des elfes durant l'absence de mon père, soutenue par mon époux, le marquis Dragan Tiril. C’est un plaisir et un honneur que de vous recevoir à Alëandir. »


Prenant les plis de ma robe, j’effectue une révérence parfaite qui m’aurait attiré des applaudissements de mes femmes chambres si ces dernières m’avaient vue. Pour une fois que je donnais le change avec brio.

« Si vous voulez bien me suivre cher duc, je vais vous montrer votre chambre. »


Je le précède en bonne hôte que je suis, même si je n’aime guère avoir quelqu’un dans mon dos. J’ai toujours appris à ne jamais laisser mes arrières vulnérables, hors là ils le sont. Je dois me rappeler que c’est un noble elfe, et non un ennemi. Jamais il n’oserait me faire le moindre mal, et encore moins dans l’enceinte du palais. Cela me permet de calmer mes appréhensions.

« J’espère que vous avez fait bon voyage. Avec la tempête qu’il y a eu, cela n’a guère du être facile de faire la traversée jusqu’à nos contrées. »
Revenir en haut Aller en bas
Enialis Holimion
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Âge : 26
Date d'inscription : 11/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Sam 14 Mar 2009 - 23:17

Le voyage était enfin terminé et le duc entrait dans le palais à la suite de la sublime créature qui l'avait accueillit à son arrivée. Elle lui servit bien évidement les banalités d'usage mais il aurait fallut être dupe pour croire que la jeune fille se faisait un plaisir de le recevoir, elle n'avait visiblement aucune envie de voir le vieux duc la déranger alors qu'elle se devait de diriger un pays en crise mais ça le duc n'en avait cure ce qu'il avait à dire était de la plus haute importance et n'avait pu être remis à plus tard. C'est quand même avec un souvenir qu'Enialis décida de répondre à sa question, donnant pour quelques instant encore l'impression que tout allait bien.

- Le voyage fut plutôt agréable en fait, cette petite tempête mis un peu de piment dans ce long et morne voyage. J'ai toujours trouvé vivifiant l'air de la mer, pas vous ?

Ponctuant sa question d'un petit rire doux et chaleureux le vieux duc s'arrêta net dans le couloir alors que la jeune dame s'avançait vers celui menant au chambre et d'une voix ferme n'ayant rien à voir avec la voix douce et chaleureuse qui venait juste de quitter les lèvres du duc.

- Je vous pris de m'excuser pour tout ce vacarme mais il paraît moins louche que vous receviez le duc d'Holimion qu'un pauvre hère, ce que vous n'auriez d'ailleurs pas forcément fait...Enfin toujours est il que nous n'allons pas à ma chambre mais au bureau du roi, la raison de ma venue est trop importante pour que nous puissions la remettre à plus tard. Et ne me faites pas de gros yeux gamine cela ne changera rien.

D'un pas plus que décidé, Enialis se dirigea vers l'ancien bureau du roi qui devait désormais être celui de la jeune femme et de son mari. Habituellement le duc serait passé par une suite de passage dérobé et autre passage secret installé à son ordre dans l'ensemble du palais mais s'il voulait garder une part de mystère sur ses arrivées en pleine nuit.

Tout en marchant dans ces longs couloirs, Enialis réfléchissait à ce qu'il allait faire dans les prochaines minutes. En tant de siècles d'existence c'était la première fois qu'il ne s'adressait pas directement au roi ou au futur roi, non il allait s'adresser à la fille d'un régent, à une hybride même mais malheureusement la situation était devenu assez grave pour qu'il ne puisse plus faire ses affaires dans son coin sans en parler à personne. Et puis qui était il pour juger cette jeune enfant, elle était une hybride, le résultat d'une expérience contre nature, mais en lui ne sommeillait il pas une sombre conscience qui avait autrefois semé la discorde chez les elfes ?

Arrivé devant la porte du bureau, Enialis pris la poignée, ouvrit la dite porte et invita la jeune hybride à entrer dans le bureau avant de refermé la porte derrière lui.

- Prenez vos aise nous allons surement rester dans cette pièce un petit moment et ce qui y sera dit ne devra pas quitter ses murs.

Le visage sérieux, les yeux sombres et terne, le vieux duc n'avait plus rien de ce vieux et chaleureux elfe qui était entré au palais quelques minutes avant.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 32
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Lun 16 Mar 2009 - 15:45

[Je me joins à vous avec la permission de Révérie]

Ce soir, le Duc d'Holimion faisait l'insigne honneur de débarquer à Alëandir, en grandes pompes, évidemment, pour les dieux savaient quel motif. Pour l'occasion, Dragan avait laissé à Rév le "plaisir" d'acceuillir le Duc en bonne maîtresse de maison. Dragan avait autre chose à faire, d'une part, et d'autre part, il n'allait pas tout délaisser céans pour accourir et faire le beau devant le vieil elfe. C'était le jeune emfe qui gouvernait pour le moment, pas le Duc, et il était bon de le rappeler.

Il avait parlé brièvement du Duc à Révérie, ne pouvant, hélas, pas lui apprendre beaucoup. Mise à part qu'il était vieux comme le monde, magicien, duc et maître épervier, donc potentiellement dangereux et puissant et qu'il vivait reclus sur son île. Qu'il en sorte n'était pas forçément bon signe dans la conjecture actuelle, avec la guerre qui grondait aux frontières humaines.

La pièce était plongée dans la pénombre et quand on entrait, il était impossible d'en voir tous les recoins d'un simple coup d'oeil. Le bureau était vaste, avec une structure bien particulière. Il n'était pas de forme carrée comme souvent les pièces mais en forme de L. Et manque de chance, Dragan se trouvait dans la petite pièce adjacente, le nez dans des parchemins. Il releva d'ailleurs le nez quand il entendit une voix masculine. Personne n'avait frappé à la porte. Alors certes, il n'y avait pas de gardes devant la porte, parce que c'était ridicule, mais tout de même!

Il se leva et entra dans la pièce principale, curieux. Et à moitié en colère en entendant les paroles du Duc. Mais pour qui se prenait-il? Dragan s'approcha, jeta un coup d'oeil à Révérie qui semblait se contenir et toisa le Duc. Sa femme savait qu'il était là et jamais elle n'aurait laissé entré Holimion comme ça. Il s'était donc invité tout seul et sans doute avait-elle jugé que cela lui donnerait une bonne leçon de le laisser faire et de se retrouver nez à nez avec Dragan.

- "Messire d'Holimion.. Il me semble que si quelqu'un doit prendre ses aises ici, c'est vous. Je vous rappelle qu'Aglarer et moi vivons ici et que cela est notre demeure jusqu'au retour du Régent, son père. A-t-on oublié les bonnes manières sur votre île Messire? Ne savez-vous donc pas frapper aux portes pour éviter de déranger le maître céans?"

Il s'appuya contre le bureau, les bras croisés et le visage fermé. Il redevenait le jeune Marquis au visage figé, celui que Révérie avait rencontré sur les bords d'un lac. Il portait une riche tunique d'un bleu glace, brodée d'argent, un pantalon couleur ivoire. c'était souvent ainsi qu'il s'habillait. Ses cheveux argent encadraient son visage hâlé aux traits sévères.
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Lun 16 Mar 2009 - 16:59

Petite fille ? Gros yeux ? Me prenait-il pour une enfant ? L’un de mes sourcils s’arquait alors qu’un léger creux entre ces derniers se formait, signe visible de ma contrariété. Je me laissais guider, dans une certaine colère contenue qui faillit exploser quand il entra dans le bureau, sans frapper, comme si il eu été chez lui. Une véritable honte qui fit bouillir mon sang et je du me mordre vigoureusement la langue pour ne pas le gifler. Une chance pour lui car si je ne m’abstenais pas de la frapper, sa vie était en danger…

Il prit à nouveau la parole, me faisant soupirer alors que je roule littéralement des yeux, Dragan réagit comme je m’y attendais à l’accueil avec tout son savoir faire. Parfait, ça m’évitera la tache de devoir le remettre à sa place. Mon pas léger et gracile m’invite à prendre place à la droite de mon époux et j’ose enfin parler pour dire le fond de ma pensée jusqu’à présent restée obscure par mon silence. Mon visage est aussi expressif que celui de mon époux, un masque glacial qu’il connaît bien.

« Bonjour, monsieur mon époux. Je m’apprêtais justement à faire remarquer au Seigneur Holimion qu’il était fort discourtois de me parler de la sorte. Toutefois je tiens à ajouter à vos paroles mon tendre, quelques précisions pour que notre bon Duc évite de commettre deux fois la même erreur. »

Je pose alors mon regard dans celui de l’elfe, le mien incapable de montrer autre chose qu’un masque dur. Mon entrainement au moins a eu des effets positifs sur ma vie actuelle finalement.

« Je ne suis pas vraiment une enfant mais une mère de famille, une épouse et bientôt une princesse à qui vous devrez le respect le plus total. Je ne vous permet pas de me nommer gamine et ne vous en déplaise, je ne fais jamais les gros yeux, je préfère des moyens bien plus efficaces de montrer mon mécontentement lorsqu'une telle situation éprouve la nécessité d’une démonstration telle. »

Je glisse alors mes doigts sur mes lèvres, continuant.

« Mais cela est rare, mon époux et les nobles sont souvent assez intelligents pour ne pas trop en demander à ma patience. Maintenant, en parlant de cette dernière, pourquoi donc tout ce cinéma pour me mener ici ? Ou vous pensiez être seul avec moi. J’espère pour vous que nulle intention inavouable n’était votre. »
Revenir en haut Aller en bas
Enialis Holimion
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Âge : 26
Date d'inscription : 11/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Lun 16 Mar 2009 - 21:19

[Aucun soucis, tu es le bienvenu et puis t'es un peu chez toi je vais pas te chasser de ton bureau =D.
Par contre si tu pouvais oublier que je suis Maitre-Épervier ça m'arrangerais, c'est justement ce que je viens vous annoncer or seul le roi ou la reine est sensé être au courant si je ne me trompe pas =)]

Enfin le bureau royal, cela faisait bien des années que le duc n'avait pas remis les pieds dans cette pièce, d'autre pièces plus isolées du palais étant plus propice à une rencontre entre un elfe conteur, aux habits tout aussi vieux et abîmé que leur propriétaire est vieux et menteur, et le dirigeant d'un royaume comme celui d'Anaëh mais pour l'heure actuelle il lui faudrait faire avec ce qu'il avait sous la main.

Fermant la porte derrière lui, le duc se retourna pour tomber nez à nez avec le marquis d'Ardamir. Le vieux duc ne l'avait vu qu'a de très rare occasion et ne le connaissait que de ce que lui en apportait ses petits éperviers, le jeune elfe avait su tirer son épingle du jeu d'abord marquis de naissance, il était devenu conseiller d'Anàrion et maintenant conseiller du régent et potentiel héritier du trône du royaume, après un intéressant mariage avec la fille de celui-ci, si le régent venait à mourir. Mais, de se qu'en savait le duc, ce jeune marquis n'était pas du genre à rechercher le pouvoir et ne représentait donc pas un danger immédiat pour le royaume.

Debout, son long bâton à la main, le duc écouta le jeune marquis s'exprimer et sentant que la jeune Aglarer voulait ajouter quelque chose il ne dit rien. La jeune hybride savait visiblement s'y prendre pour remettre les gens à leur place et devait faire peur à bon nombre des domestiques du palais mais en ce qui le concernait il trouvait plutôt la chose cocasse. Cela faisait bien longtemps que personne ne lui avait reproché son manque de manière, la chose n'était pas nouvelle mais quelque peu rafraichissante, ainsi il n'était toujours pas assez vieux pour qu'on lui pardonne ce genre de chose. Quand la belle dame eu fini sa diatribe, le visage du duc se fendit fugitivement d'un petit sourire avant de redevenir neutre.


- Paix mes amis paix, je m'excuse pour mon manque de manière mais la situation l'impose aussi vous aurez tout loisir de vous exprimer une fois que j'aurais dit ce que j'aurais à dire. Avant toute chose veuillez m'excuser mais je dois m'assurer que vous serez bien les seuls à entendre ce que j'ai à vous dire.

Fermant les yeux, le duc se mit à murmurer une formule magique dans un langage proche de l'elfique mais aux sonorités étranges. La formule prononcé, le vieux magicien ouvrit les yeux et la magie quitta son corps pour emplir la pièce avant de s'incruster dans les murs.

- Voilà, nous sommes à l'abri de toute oreilles indiscrète même si au dernière nouvelles toutes les oreilles indiscrète du palais sont à mon service mieux vaut être prudent.

Tout en lâchant ces mots, Enialis pris place sur l'un des fauteuils de la pièces et déposant son bâton à ses côtés, commença son discours:

- Pour commencer dame Aglarer, je tiens à m'excuser pour vous avoir traiter de gamine mais à mes yeux c'est ce que vous êtes, une enfant, de même que votre mari ou votre père. Enfin je m'égare avant même d'avoir commencé à vous dire ce que j'ai à vous dire.

Le duc marqua une petite pause, le temps de reprendre son souffle puis continua de plus belle:

- Tout d'abord vous devez comprendre une chose très importante, notre pays cache de nombreux secret à sa population l'un d'entre eux est concerne une certaine organisation placé sous contrôle direct du roi ou de la reine or vous n'êtes ni l'un ni l'autre et si la situation ne l'exigeait pas je n'aurais pas fait tout se chemin pour venir vous en parler. Votre père, dame Algarer, étant le régent c'est à lui que j'aurais normalement dû m'adresser mais ce dernier étant occupé au front j'ai trouvé préférable de venir vous trouver. Aussi je tiens à vous dire que si je ne suis pas convaincu que vous garderez le secret vous ne quitterez pas cette pièce vivant. Le futur du royaume prévôt sur vos vie.

A nouveau le duc marqua un pause, un peu plus longue cette fois afin que les deux jeunes gens prennent conscience que ce n'était pas une remarque en l'air, puis reprit d'une voix calme.

- Cette organisation donc je vous parle se nomme Épervier, il s'agit d'une section de l'armée spécialisé dans la collecte d'information. Inconnu de tous, les éperviers récoltes des informations qu'il font ensuite remonter vers leurs chefs au sein d'une vaste hiérarchie vers le Maitre-Épervier dont l'identité véritable n'est habituellement connu que d'une seule et unique personne, le roi ou la reine en fonction. Or depuis longtemps maintenant je suis ce Maître Epervier et je viens aujourd'hui placer les éperviers à votre service.

La voix du duc se tut alors qu'il observait le visage de la jeune Aglarer et du tout aussi jeune Dragan, en quête de leur réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 32
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Mar 17 Mar 2009 - 10:05

Dragan fronça les sourcils alors que Révérie prenait la parole à son tour. Ses paroles laissaient présager qu'il y avait eu pire affront que de faire comme chez lui et cela ne plaisait pas au jeune Marquis. Révérie avait quelques difficultés à asseoir sa légitimité et il était fréquent que les Nobles ne la prennent de haut, voire ne l'insultent, au vu de la moitié de son sang drow. C'était quelque chose qu'ils avaient du accepter, mais qu'ils continuaient à combattre. Et étrangement, Révérie était plus patiente que lui sur ce point. Il avait une envie terrifiante de faire ravaler leurs insultes à ceux qui doutaient de Révérie et pas de la manière la plus douce qu'il soit.

Aussi, son visage se ferma-t-il encore davantage quand elle réplique au duc qu'elle n'était pas une gamine et qu'elle ne faisait pas les gros yeux... Il avait osé lui dire cela? Son regard devint glacial alors qu'il regardait le duc.

- "Vous ne nous avez pas bien compris Seigneur Holimion. Ce n'est pas à vous de décider quand vous devez vous montrer discourtois et nous imposer votre présence, mais bien à nous de vous autoriser ou non à parler. Et votre âge vénérable ne vous dispense pas de la plus élémentaire des politesse et du plus grand respect à notre endroit. Nous ne sommes pas plus des gamins que vous n'êtes un vieillard sénile, n'est-ce pas?"

Cependant, le jeune Marquis tiqua quand Enialis lança un sortilège, les coupant du reste du monde. Dans ce cas-là, personne n'interviendrait et il était si simple pour Enialis de faire un mauvais sort aux deux jeunes gens, dans le plus grand silence... Mais ce qui attisa sa curiosité, ce furent ses paroles concernant les espions qui lui appartenaient. Il commença son discours sur une organisation entièrement dévouée à la royauté et ses dernières paroles firent bondir le jeune Marquis.

- "Peut-être aurait-il été bon de vous renseigner nous concernant duc Holimion... Nous sommes fidèles à la royauté, ou du moins l'avons été jusqu'au bout. Et nous sommes les serviteurs du Régent. Mais avant tout, nous ne voulons que le bien de notre peuple. La disparition de la famille royale a été un drame sans nom et il a fallu trouvé rapidement quelqu'un pour reprendre le pays en main et ne pas laisser le Chaos l'emporter, ouvrant ainsi les bras aux drows. Et le Seigneur Rima-Marcil est homme d'honneur qui a eu pour seul tort, par le passé, de voir avec son coeur, au lieu de s'arrêter à la couleur de peau."

Quoiqu'il en soit, le jeune couple était fidèle à la royauté. Dragan était irréprochable à ce niveau là, de même que sa famille. Les Tiril avaient toujours été fidèles et dévoués. Il avait toute confiance en Rima... Et en Révérie. Il jurerait d'elle. Enialis se présenta alors comme le Maître Epervier... Maître espion donc. Magnifique... Un espion âgé de plus de 10 000 ans... Il evait en avoir des informations...

- "Pourquoi maintenant? Pourquoi ne pas avoir attendu le retour et le couronnement du Régent? Y a-t-il des choses que nous ignorons qui vous font hâter la procédure?"
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Mar 17 Mar 2009 - 10:58

Il avait tord sur un point dans son flot de pensée, ce n’est pas Dragan qui était l’héritier, mais bel et bien moi puisque c’était ma famille qui montait sur le trône. Dragan accédait à ce titre parce qu’il était mon époux. Heureusement que je ne pouvais pas suivre le cours de ses pensées, on aurait pu croire à un humain qui prenait les femmes pour des domestiques ou des choses juste bonnes à être engrossée tiens ! Mais la n’étais pas le pire, car loin de son esprit, ce sont ses dires qui me choquaient et me donnaient des envies de le mettre dehors sans attendre.

Moi une enfant ? Mais c’est qu’il persiste et signe, mais rajoute que mon mari et mon père en sont également. Ce n’est pas la modestie qui l’étouffera… hélas. Mais je préfère me taire et écouter jusqu’au bout, laissant Dragan parler quand cela est nécessaire… par contre, là où ma prunelle blanche se teinte immédiatement de rouge, c’est quand monsieur je me prend pour le maitre des lieux, me parle de nous tuer si nous n’étions pas digne de confiance… je vais lui arracher la langue, ainsi il n’aura plus de sort stupide à lancer et nous évitera d’en entendre plus sur l’irrespect de la race elfique.

Il continue toute fois et je le laisse dire, épervier ? Hum ? Que quoi ? Ha Dragan connait de toute évidence et moi je me contente de doucement enlever mes gants, mon regard s’éclaircissant à nouveau avec une lenteur qui m’exècre. Heureusement pour moi, je ne me suis nullement rendue compte de la chose. Dragan ne fera sans doute pas référence à mon sursaut instinctif, il sait que deux choses me mettent dans cet état, qu’on tente de faire quoi que ce soit à Dragan ou aux jumeaux.

« Je vais être claire, si mon époux est intrigué, je suis quant à moi sur la défensive. Voyez-vous, j’ai quelques priorités qui sont de défendre ceux qui me sont proche. Si de son coté, Dragan n’a pas relevé la menace de mort… de mon coté je l’ai fort bien assimilée et je n’affectionne pas que l’on ose prodiguer ce genre de réflexions à l’encontre de MA famille. Veuillez me comprendre, si d’aventure vous tentiez quoi que ce soit contre Dragan ou moi, je devrais agir en conséquence. »

J’ôtais mes gants, révélant mes mains aux phalanges déformées ou les cicatrices de mon entrainement étaient toujours aussi visibles. Si je ne savais rien de lui, nul doute qu’il n’en savait pas plus de moi. Vivant en terre humaine et recluse, les elfes n’avaient du avoir que les informations que mon père avaient données ) mon retour et rien de plus. Je ne suis pas menaçante, juste prévoyante… si il incante à nouveau, c’est un brusque mouvement de ma part qui aura des conséquences désastreuse sur ses organes internes qui viendra pour seule réponse.

« Maintenant répondez donc de manière civilisée et ne tentez rien… je ne suis pas aussi fragile et docile que vous pouvez le croire. »
Revenir en haut Aller en bas
Enialis Holimion
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Âge : 26
Date d'inscription : 11/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Mar 17 Mar 2009 - 21:24

Assis dans son siège, restant calme et impassible le duc d'Holimion, une main posé sur le grand bâton qui lui barrait les jambes et l'autre lissant les quelques plis de sa robe, observait la jeune Aglarer qui se tenait devant lui. Cette jeune hybride ne manquait pas de cran, cela il fallait le reconnaître, personne n'avait osez le menacer depuis des décennies. Elle était peut être la future princesse, l'héritière du trône et la prochaine reine si son père venait à décéder mais nul ne pouvait le menacer impunément, fut il roi ou reine. Aussi ce fut avec calme qu'Enialis se pris à nouveau la parôle mais sous le calme des parôles se sentait le colère froide et sourde qui grondrait au plus profond du duc.

- Dame Aglarer, sachez que vous aurez beau me menacer je ne leverais en rien ma menace. Je vous connais noble dame et je sais pertinement de quoi vous êtes capable, je serais un bien mauvais maitre épervier si ce n'était pas le cas, aussi j'ai pris des dispositions pour que vous m'accompagniez tout deux dans la mort si je venais à passer de vie à trépas dans cette pièce.

La main qui était occupé à lissé les plis de sa longue robe de mage, était maintenant crispé sur le bras du fauteuil dans lequel Enialis était assit. Desserrant son emprise, le vieux mage pris une longue inspiration et s'adressa au jeune Dragan d'un ton calme et posé comme s'il ne s'était rien passé.

- Sachez jeune homme que je n'ai rien contre le régent, j'ai d'ailleurs approuvé le choix du conseil des nobles, je ne vois pas de meilleurs choix pour diriger le pays en ces temps de crise, de même que je sais que les Tiril ont de tout temps été fidèle à la couronne, et je suis d'ailleurs heureux d'avoir pu compter quelques uns de vos ancêtres parmi mes amis. Mais je me devait quand même de vous avertir de ce qu'il pouvait vous arriver à tout deux, l'avenir du royaume prévôt sur vos vie, comme je vous l'ai déjà dit.


Plongeant sa main gauche dans sa manche droite, le duc en sorti deux lettres cacheté du sceau de la couronne. Et le tendit au deux amants.


- Ces lettres que je vous donne contiennent une suite d'instruction que vous devrez suivre si jamais vous deviez quitter Alëandir, en toute hâte, nos ennemis sur vos talons. Ces instructions sont de nature à sauver vos vies mais je vous pris ne pas ouvrir ces lettres si tel n'est pas le cas. Voici la première raison de ma venue. Ensuite, pour vous répondre messire Dragan, sachez que si je n'attend pas le couronnement du régent c'est car dans les temps troublé qui sont les nôtres, le régent est plus occupé à mener la guerre qu'a s'occuper du pays or mon savoir ne sera que de peu d'aide sur un champ de bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 32
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Mer 18 Mar 2009 - 14:28

Dragan s'était tu et restait de marbre alors que Révérie se mettait plus ou moins en colère, relevant la menace de mort qu'il avait laissé de côté. Evidemment, elle ne pouvait pas laisser passer cela. Elle était moine du dieu de la Guerre à la base, donc plus qu'apte à se défendre et à tuer en une fraction de seconde, avant même qu'Holimion ai eu le temps de dire ouf. Elle le mit en garde à son tour et Dragan se retint de lever les yeux au ciel devant ce climat tendu. Il glissa son bras dans le dos de Rév, lui effleurant doucement le dos pour l'apaiser, braquant ses yeux couleur de glace sur le Duc.

- "Messire Holimion, pour un elfe de votre âge vénérable et un Maître Epervier, il me semble que vous soyez bien maladroit. Débarquer dans le palais royal et menacer ses habitants n'est sans doute pas la meilleure tactique à adopter et surtout, cela ne nous mènera absolument nulle part. De surcroit, il me semble que cela est tout à fait inutile. Si vous n'aviez pas eu confiance en nous, vous ne vous seriez pas donner la peine de venir et de nous parler de votre tâche. Je n'ai pas envie de jouer et d'être testé Seigneur Hilimion, ces petits jeux ne m'amusent pas alors que notre pays est en guerre et que notre Régent risque sa vie pour préserver la liberté de notre peuple et de ceux de l'Alliance."

Son regard se posa sur la main crispée du Duc et il sourit. Le jeune Marquis était parfaitement calme et sur son terrain. Le Duc, quant à lui, se reprit assez rapidement, chassant sa colère. Allons donc, on pouvait encore se mettre en colère si facilement après 10 000 ans d'existence?

- "Il me semble que le message est passé Messire. Le Royaume prévaut sur tout et nous ne sommes que des insectes insignifiants que vous écraserez s'ils deviennent gênants. J'ai bien résumé?"

Il s'était fait plus mordant cette fois. Révérie retrouvait le jeune Noble qui l'avait découverte près du lac d'Uraal plus d'un an auparavant et qui s'était montré arrogant, horripilant la jeune hybride qui n'y était pas habituée. Mais il n'était pas Conseiller royal pour rien.

- "Nous pouvons peut-être passer aux choses sérieuses maintenant que nous avons fait connaissance de façon chaleureuse et détendue."

Sa main était toujours posée dans le dos de Révérie, alors que son visage dur contrastait avec ce petit geste de tendresse. Il s'empara des lettres que lui tendaient le Duc et releva les yeux, l'épinglant de son regard glacial à la suite de ses paroles.

- "Dois-je comprendre que vous nous faites l'insigne honneur de nous prodiguer vos conseils ? J'aimerai savoir une chose duc Holimion... Pourquoi ne vous êtes-vous pas proposé pour devenir Régent, puisque vous détenez les secrets du royaume et une si longue expérience, sans compter votre connaissance des arcanes?"
Revenir en haut Aller en bas
Révérie
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1856
Âge : 30
Date d'inscription : 13/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Mer 18 Mar 2009 - 14:52

[Hrp : attention, si je respecte ma surprise quand à te savoir maitre épervier, respecte mon secret quand à mon passé en terre humaine qui, ayant vécu en recluse totale, n’a pu être divulgué à qui que ce soit d’autre, Dragan et Rima étant les deux seuls au courant de ce passé.]

Je brule de l’intérieur, mon regard rougeoie à nouveau alors que la menace continue de peser. Que sait-il de moi ? Rien, il ne peut rien savoir. Insecte… vermine elfique… je crache mes pensées alors que mes sens s’éveillent et que mes poings serrés me font souffrir tant je me retiens d’agir comme mon sang sombre me le demande. Préserver les miens, devenu seul et unique but. Je vais dérailler… je vais le tuer Dragan… je le sais je le sens. Non, c’est pire que ça, je n’ai pas BESOIN de le tuer mais de le mettre hors d’état de nuire… pour ça je suis toute désignée n’est-ce pas ?

Mais non, la main de mon époux dans mon dos annule toute colère et le feu brulant de mes prunelles redevienne d’un blanc laiteux et a peine bleutés alors que mes muscles se détendent totalement. Je respire amplement, glissant ma propre main dans mon dos pour frôler sa jumelle, définitivement apaisée. J’écoute distraitement, mes prunelles bien que sereines, j’ai peur de déposer à nouveau dans ceux du Duc et de dérailler une fois de plus. Maudit mauvais caractère et plus encore, je haïe mon besoin de protéger les miens en cet instant.

Il nous remet des lettres et je ne tente même pas de prendre la mienne, levant juste un sourcil alors qu’un sourire sardonique s’empare de mes lèvres et j’ose enfin parler d’une voix claire et légère mais à double tranchant, regardant d’un œil presque amusé les morceaux de papiers qu’il nous a confié pour quelques raisons connues de lui seul et ma foi totalement absurde pour moi.

« Ho… vous voulez nous tuer et voila maintenant que vous vous faites vaillant protecteur de nos vies ? Nul besoin pour moi de tel artifice, nous ne sommes pas des enfants monsieur le Duc, contrairement à ce que vous croyez, nous avons nos propres portes de sortie. »

Ce n’est pas comme si je n’avais pas été créé pour être une créature mortifère. Enfant de deux peuples dans le sang guerroyait en moi avec une folie rare. De plus, j’avais veillé à pouvoir nous enfuir avec nos enfants si d’aventure un souci advenait ou si une attaque avait lieu… et mon avantage était que je dormais avec mes armes et qu’il était impossible de m’en priver sans mutiler mon corps.

« Dragan, je crois qu’il préfère rester d’ombre plutôt que de s’exposer… et quelque chose me dit que sa candidature aurait été rejeté à cause de sa fonction. »

Mon regard en amande se fait joueur alors que je reprend.

« Bref, pourquoi veiller soudainement sur nous ? Avez-vous donc si peu de mémoire ou bien vos menaces étaient vaines et simple avertissement ? Quelques mots auraient suffit et m’auraient évitée le déplaisir de craindre une perte de contrôle sur moi-même que vous n’auriez pas désiré. »
Revenir en haut Aller en bas
Enialis Holimion
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Âge : 26
Date d'inscription : 11/06/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   Sam 28 Mar 2009 - 12:49

[HRP: Désolé de l'attente, mais j'ai un emploi du temps un peu surchargé en ce moment, je vais essayer de répondre avant la fin du w-e mais je ne vous garanti rien, encore désolé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un vieillard au palais. [Réverie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un vieillard au palais. [Réverie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Palais de Caras Galadhon
» Le palais Sans-souci en Danger
» (Haïti-Diplomatie) Le Palais veut des diplomates vendeurs
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: