AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sur la route d'Alonna [Trystan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aranel d'Actellys
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 729
Âge : 25
Date d'inscription : 22/02/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Dim 15 Mar 2009 - 23:13

Aranel regarda ses hommes, tous des valeureux guerriers, des hommes d’honeurs vouant leurs vie à la lutte contre les drows. Le baron elfique avait quitté Langehack il y a quelques jours, galopant d’une vitesse assez impressionante il avait rejoins l’armée ce matin même. Il avait dut endurer les reproches de la chef de l’armé des Divins, mais l’essentiel était que le chef des armées de la guilde était là pour la bataille.

En effet, c’était à lui de mener les groupes armées de la guilde, sa supérieur, menerait l’assaut général. Le baron jeta des regards rapides aux généraux, le général de l’infanterie, celui de l’archerie et celui de la cavalerie. Ses trois derniers seraient fidèles pendant la bataille leur cœur les conduisant vers l’ennemie. Le baron lui méneraient ses généraux et leurs hommes. Il seraient leur maître comme Arylwen sera la sienne, elle le mennera à la guerre, et lui menera la partie armé à la guerre, un systéme de moyauté inébranlable soudé l’armé des divins, ses derniers avaient déjà donné leur vie pour préservé les terres libres des Drows.

Aranel lui avait en effet donnait sa vie, mais cette dernière était en grande partie consacrait à plein d’autre chose, en effet il vivait depuis quelques temps au cœur de grande intrigues, manipulant bien des êtres, pour arriver à un but précis, un rêve, celui de son pére et de ses ancêtres humain, un rêve utopique, mais réalisable. Le baron d’Actellys noble chez les elfes avaient bien peu de rapport avec eux, il en avait plus avec les humains en tant que cousin de la duchese de Langehack, et en tant que comploteur, bien que ce complot est différente facette et finalité pour Aranel.

Ce fut justement quand il pensa à cela, que le baron aperçu devant lui le roi Trystan, son lointain cousin qu’il n’avait jamais rencontré. D’ailleurs ce dernier ignorait peut être l’existence de ce lien dans sa famille, en effet le pére d’Aranel avait des liens avec la famille de Sephren, mais aucune avec le roi Ultuant. Aranel quitta son poste devant ses trois généraux pour se rapprocher du roi, sa garde personnel était aux abois, les Lys d’or, dirigé par Charles de Hautval, baron de tere vinicole connu un peu partout. Son vin était en effet un vrai délice pour des bouches sachant apprécié le bon vin.

Le baron connaissait bien le systéme de la royauté humaine, les services de protection royales, celle d’espionnages, … Il avait passé de longs mois à se renseigner sur ce royaume avant d’y venir, en effet, son objectif final passé par la réalisation de quelques uns chez les hommes, après il commencerait à réaliser ceux de chez lui, le royaume elfique, ou Rima encore régent serait à la fois son ennemie et son ami, un allié et un rival. Des plans comliqués, incompréhensibles pour quiquoncque excepté le Baron.

Ce dernier se rapprocha d’un peu trop près du roi, et quelques uns de ses gardes le dévisagèrent en l’empêchant de se rapprocher de plus prés. Un de ses gardes avait sa main sur la garde de son épée. Il s’agissait d’hommes qui avaient voué leur vie au roi, d’homme d’honneur, et d’homme n’ayant pas d’autre existence excepté celle de servie et protéger le roi.

Le baron n’était pas sur de pouvoir battre un seul d’entre eux, car il avait reçu un entraînement draconnien qui équivalait voir surpassé peut être celui de l’elfe, surtout formé aux intrigues politiques, bien que son maître d’arme l’est considéré comme un des meilleurs elfes combattans du royaume. Mais le chef des armées de l’armée des divins savaient que l’on tué plus de gens par les mots que par les armes, c’est donc surtout avec les mots qu’il avait appris à se protéger, puis à attaquer.

-« Messieurs, veuillez excusez mon empressement, je suis Aranel d’Actellys, baron d’Actellys, général des armées de l’armé des divins, et par mon grand pére, je suis aussi un lointain cousin du roi Trystan. Je le rencontre pour la première fois, et il m’aurait était impensable de ne pas lui parler, j’ai entendu tellement de mot élogieux de la part de sa cousine Esidenir de Sephren que je ne saurais essayer de lui parler, voulez vous bien lui dire que son lointain cousin, le demi elfe Aranel d’Actellys, en lien avec lui par mon grand pére Urien de Sephren, n’ayant pas transmis son nom a son fils, qui est il me semble le lointaint parent du pére de Trystan à plus de dix générations. Ah si proche pour moi et si loin pour lui. Enfin allez messieurs, ne vous en faite pas je ne tenteras pas de blesser un membre de ma famille. »
Dit Aranel à un des gardes, celui qui avait la main sur la garde de son épée.

Ce dernier apparement intimidé par les discours assez réthoriques du baron, chuchota quelques mots, ou plutôt quelques phrases à un autre garde qui alla parler au roi. Le garde qui parla au roi devait être un haut gradé du Lys d’or, soit Charles de Hautval, la baron vinicole, ou alors un de ses seconds. En tout cas le roi tourna son regard vers la baron après que l’inconnu et parlait au monarque des humains.


Dernière édition par Aranel d'Actellys le Mar 17 Mar 2009 - 22:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/journal-de-bord-f117/carnet-d-ara
Trystan de Diantra
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 4737
Âge : 33
Date d'inscription : 10/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Maître
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Lun 16 Mar 2009 - 10:53

[Je doute de pouvoir tourner mon regard vers toi, mon perso est aveugle xD]

Il en fallait beaucoup pour destabiliser les gardes du Lys. C'étaient des hommes sur entrainés, des Chevaliers valeureux, mais quelques fois, un verbe trop haut réussissait à les faire douter. C'est ainsi que la venue du Baron parvint aux oreilles du roi. Le Garde s'appliqua à lui répéter à peu près tout ce qu'il lui avait dit pour que le" roi juge si oui ou non, sa demande était recevable. Il haussa un sourcil, surprit par ce lien de parenté qu'il ignorait. Il fallait aussi avouer que les familles étaient si aggrandies et disséminées qu'il était difficile de se rappeler toutes les branches.

Il se fendit d'un sourire en coin quand le Garde lui rapporta les paroles concernant les éloges faites par sa tante. Alors là, il en doutait fortement! Sa tante ne l'aimait pas, cela à cause de la rivalité entre les deux soeurs et du fait que Mélisandre avait réussit à où Esidenir avait échoué. Pour sa tante, il n'était qu'un bâtard sans foi, ni loi, qu'il fallait supprimer. Alors pour les éloges, il doutait furieusement.

Mais soit, il acceptait de parler à cet homme, ne serait-ce que par son statut de chef d'armée. Cela suffitait à Trystan et il était curieux de s'entretenir avec cet homme.

Aussitôt, dit, aussitôt fait, le Garde alla prévenir Aranel et le pria de le suivre, avant de le présenter au roi et de s'éclipser, mais en restant tout de même à portée de vue et d'oreilles. C'était son devoir.

- "Bonjour Messire... L'on vient de m'apprendre que vous souhaitiez me voir, vous targuant d'appartenir à ma famille par des liens que j'ignorais."

Trystan n'était pas du genre à tourner autour du pot et à se répandre en flagorneries mielleuses. Il allait toujours droit au but. Son visage était impassible, sa voix, sévère. Ses paupières étaient fermées, dissimulant à la vue du Baron son regard trop clair, aveugle.

- "Cependant, j'ai été étonné d'apprendre que ma tante vous avait parlé de moi en termes élogieux... Elle ne m'a jamais porté dans son coeur... Que voulez-vous, la jalousie assèche bien des coeurs et le sien est dévoré par ce sentiment vis à vis de ma défunte mère et par extension de moi. Voyez-vous, je déteste l'hypocrisie. Alors soit ma tante en a joué avec vous, soit elle m'a en effet traité de bâtard indigne en votre présence, mais vous avez la décence de me mentir pour ne pas me froisser et pouvoir m'approcher par quelque pieu mensonge."

Il eut un sourire dénué de joie à ces paroles et reprit :

- "Quelque chose m'intrigue, Baron. Je pensais que Dame Arylwren était la dirigeante de l'Armée des Divins, qui comme son nom l'indique, est une armée... Et vous êtes chef de son armée... Il me semble que cette guilde m'est encore bien obscure, pourriez-vous m'éclairer à ce sujet?"
Revenir en haut Aller en bas
Aranel d'Actellys
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 729
Âge : 25
Date d'inscription : 22/02/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Mar 17 Mar 2009 - 22:45

Aranel fit avancer sa monture à la hauteur du roi, ce dernier avança sans broncher, en effet le bel étalon noir elfique était entièrement dévoué et aux ordres de son maître. Le baron avança en sachant que les gardes du Lys d’Or le surveillaient, prêt à protéger leur roi en cas de danger. L’elfe malgré ses aptitudes aux combats savait qu’il n’avait aucune chance, de toute manière il avançait sans aucun but hostile.

Le roi avait les yeux fermés, étonnant il ne regarda même pas le nouvel arrivant comme s’il s’en contrefichait ou qu’il ne pouvait pas voir ce qui expliquerais qu’il garde les yeux fermé, dans ce cas le baron n’avait pas était alerté de ce fait étonnant vu tout les antagoniste du roi qu’il avait rencontré. Enfin bon l’elfe verrait rapidement ce qu’il en était, cette élément omis par certains comploteur était pourtant important, étonnant qu’il n’est pas était révélé.

Aranel se retint de rire quand le roi parla d’Esidenir, la baronne n’avait pas critiqué le roi, non cette dernière ne se serait pas permis un manque de convenance de cette ampleur, bien que la duchesse ait en effet laissé entendre tout son mépris et sa haine contre le roi qu’elle considérait comme un bâtard indigne du trône de Diantra.

-« Messire, en effet la duchesse de Langehack ne vous porte pas dans votre cœur bien qu’elle ait eu la décence de ne pas m’en faire part directement, mais le royaume est rempli d’être qui vous considère comme elle, hélas tant d’ignare et d’idiot dans un royaume basé sur l’honneur, enfin en effet nous somme de la même famille bien que pour vous ce lien soit très lointain, mais pour moi il ne remonte qu’a mon grand père humain lointain parent de votre famille »
dit le baron connaissant sa généalogie d’une manière très pointilleuse.

L’elfe regarda le roi des humains, un être rempli de noblesse dans sa posture, sa gestuelle et ses paroles. Le baron ne pouvait que respecter un tel homme, une figure de roi et d’homme, une image de respect qui traverserait bien des âges. L’elfe songea à tout ce qui se tramait actuellement dans le royaume, les Services Secret Royaux n’était en effet pas encore alertés, et fut les précautions prises par le groupuscule qui prenait de jour en jour une part assez inquiétante, ce groupe ne serait connu qua l’heure fatidique.

-« Ah l’armée des divins, une guilde de guerriers et d’honneur, en effet Arylwen est la maîtresse de notre guilde, moi je dirige la partie des hommes d’armes, tandis que deux autres de mes camarades s’occupent l’un de la partie magique et l’autre de la partie des renseignements, et Dame Arylwen elle dirige les trois parties réunit, ainsi j’ai la charge de transmettre ses ordres à l’armée standard, c'est-à-dire les hommes d’armes et de les mener aux combats, tandis que notre maîtresse, enfin la mienne et celle de mes subalternes, mène les trois parties, en déléguant les charges de meneur, en effet elle ne pourrait mener les guerriers, les mages aux combats et diriger les services de renseignement, ainsi voilà a peu prés comment se dirige notre guilde, mais on peut dire que ma tâche est surtout de diriger, entraîner et former l’armée en dehors des batailles, après durant ces dernières je ne suis que le général des général en quelque sorte, c’est Arylwen qui nous mène vraiment. »

Le baron n’aurait pas su décrire plus précisément son poste dans la bataille, il dirigeait les armées des guerriers, c’était son poste, il n’avait pas vraiment de troupe à ses ordres et les avait tous, en effet, il menait les généraux au combat, et ces derniers menaient leurs hommes à l’assaut. Ah la guerre qu’elle étrange affaire, combattre, blesser et tuer, c’était donc cela la finalité des guerriers, tuer ou être tuer, combattre pour sauver sa vie, frapper pour éviter de prendre un coup, mieux valait des fois ne pas avoir à combattre, être un simple homme sans charge n’ayant pas à s’inquiéter pour sa vie.

-« Dites moi mon lointain cousin, comment se porte votre royaume et votre règne, la nature humaine est si étrange je dois vous avouer que j’ai était étonné par bien des hommes que j’ai rencontré depuis mon arrivé ici, d’ailleurs pourquoi laissez vous régner une duchesse que vous savez vous être hostile ? »


[HRPG: Je l'ignorais lol]
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/journal-de-bord-f117/carnet-d-ara
Trystan de Diantra
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 4737
Âge : 33
Date d'inscription : 10/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Maître
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Mer 18 Mar 2009 - 12:54

- "Un royaume basé sur l'honneur..."

Il avait reprit les paroles du Baron d'un ton un peu lointain, avant d'émettre un rire bref et dénué de joie.

- "Vous croyez vraiment que notre royaume est basé sur l'honneur? Je n'en suis plus si certain. Les valeurs se perdent et l'honneur n'a de sens que quand il peut justitifer certains actes. Les hommes d'honneur, les vrais, sont en voie de disparition Baron et croyez bien que je le déplore. Où sont passés les Chevaliers qui défendaient les femmes et se battaient pour elles? Où sont passés les combattants pour un juste idéal? Ils se sont perdus dans l'ambition et l'avarice Messire. Maintenant, chacun cherche son propre profit et en oublie ses devoirs. Combien m'ont juré allégeance et fidélité pour mieux me poignarder dans le dos à la première occasion? Beaucoup trop. Que devient l'honneur dés lors qu'on est parjure, messire? Je trouve cela regrettable."

En effet, il n'était gênant qu'il soit sur le trône que pour les idiots qui parlaient d'honneur en n'en connaissant rien. Des chevaliers dignes de ce nom, il en connaissait peu. S'il ne devait en citer qu'un, il parlerait du baron de Hautval. Un homme rigide, un chevalier comme on en fait plus, qui plaçait l'honneur eu dessus de tout et qui pourtant, n'avait jamais douté des capacités de son jeune roi ou manifesté son mécontentement de voir un bâtard au pouvoir. Peu importait, que ceux qui doutaient de lui l'approchent et il leur prouverait que la naissance n'avait rien à voir dans l'affaire.

- "Ces hommes qui me critiquent et doutent de moi sont ceux-là même qui ne m'ont jamais approché et qui préfèrent se baser sur ma naissance fallacieuse que sur mes compétences."

Il parlait d'une voix ferme. Il était jeune oui, mais pas naïf. Il était quelqu'un de juste mais sévère. Rusé aussi. Un cocktail dangereux pour qui le sous-estimait.

- "Auriez-vous entendu des bruits à mon encontre Baron?"

Il demanda alors quelques éclaircissements concernant l'armée des divins et Trystan acquiesça, reprenant :

- "Si j'ai bien compris, votre but est d'anéantir la menace drow... Si jamais vous parvenez à vos fins, que deviendrez-vous?"

Il doutait que les drows disparaissent un jour, mais peu importe. Qu'une force armée puisse évoluer librement sans être sous les ordres d'aucun roi le laissait perplexe et méfiant. Il était si facile de se détourner de son idéal... S'il n'y avait plus de menace drow, l'armée des divins, pouvait facilement décider d'en inventer une autre... et de s'attaquer aux humains, par exemple. Il ne connaissait pas suffisamment Arylwren pour jurer de son honneur. Ni le Baron d'Actellys.

- "Mais quelque chose m'intrigue... cela ne dérange personne qu'une femme dirige tout?"

Après tout, ils vivaient dans une société assez machiste et les femmes avaient bien du mal à faire reconnaître leurs compétences. Il émit un nouveau rire sec aux questions du baron.

- "Mon royaume se porte comme une terre qui a été ravagée par la maladie et qui s'apprête à être saignée par la guerre. L'économie n'est pas mauvaise, mais tout cela coûte cher et bien sûr, ce sont les petites gens qui vont en souffrir le plus, même si j'essaie de ne pas les accabler de taxes. Je n'ai pas besoin d'une révolte sur les bras. Cela serait une porte d'entrée pour les drows et alors, ce serait le Chaos. Je n'ai pas succédé à Ultuant pour laisser ce jour arriver!"

Il s'interrompit un instant, avant de reprendre, un sourire en coin accroché aux lèvres :

- "Quant à m'occuper de ma chère tante... Que suggérez-vous? Que je la destitue de ses terres? Que je la fasse assassiner? Arrêter? Allons, un peu de sérieux, ce serait un prétexte idéal pour mettre le feu aux poudres. De surcroit, ma cousine, la jeune Ashenie n'a pas à souffrir du fiel de sa mère. Je ne désire pas jter l'opprobre sur cette famille. Qu'elle continue de m'être hostile, au moins, je sais quel est son camp et je la garde à l'oeil... enfin, si je puis dire. Connaissez-vous ce dicton? Garde tes amis près de toi, mais tes ennemis, plus près encore?"
Revenir en haut Aller en bas
Aranel d'Actellys
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 729
Âge : 25
Date d'inscription : 22/02/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Mer 18 Mar 2009 - 13:28

Aranel écouta le roi parlait avec respect et clairvoyance. Cette homme était bien plus intelligent que tout les membres du complot l’avait laissé entendre, ce roi était un bon roi à la mauvaise époque, en effet aujourd’hui trop de gens du peuple haïssait les nobles. Et trop de noble voulait voir leur roi être destituer de leur fonction. Aranel n’était pas sous les ordres de la couronne de Trystan. Mais le baron elfique était plus humain qu’elfe dans son cœur.

-« Les drows resteront une menace pour encore bien des années, tous les éliminer sera très dur, il faudrait attaquer le Puy et les éliminer tous, mais cela est impensable, un génocide de cette ampleur nous rendrait pire que nos ennemies, non l’armée des divins devra affronter les drows pour encore bien des années, pour ce qui est d’Arylwen, je me contrefiche qu’elle soit une femme, je ne la juge par sur ce qu’elle est mais sur ce qu’elle fait, et ses buts sont noble et remplit d’honneur, sa mission est d’éliminer les drows et elle l’accompli avec efficacité et noblesse d’âme. Enfin pour répondre à votre question, je ne sais ce qu’il se passera si les drows venaient à disparaître, le démantèlement de la guilde ne serait pas être envisagé car trop d’homme ont voué leur vie à cette dernière, je pense que nos objectives changeront, l’établissement de but d’aide au monde entier, car des ennemies il y en aura toujours et sous des formes et races différentes »

Le demi-elfe n’avait jamais envisagé ce qu’il se passerait si les drows venait à être éliminer, déjà car cela était très improbable. En tout cas Aranel quitterait la guilde si cette dernière prenait des objectifs moins noble, il avait intégré l’armé des divins dans l’objectifs de combattre les drows.
-« Messire, ce royaume est basé sur l’honneur mais aujourd’hui ses bases sont oublié et rejeté, en effet mais il reste un espoir de rétablir ce dernier, un espoir incertain mais possible, »

Le baron se pencha vers le roi, il sentit les gardes du Lys d’or autour de lui prêt à agir, mais continua et chuchota quelques mots à l’oreille du monarque.

Le baron recula un peu du roi, désormais la roue du destin était lancé, l’avenir risqué d’être remplit de rebondissement, la duperie était un art qu’Aranel manier avec une maîtrise assez étonnante. L’honneur avait plusieurs sens, et Aranel avait son propre sens de l’honneur, plus évolué et plus étrange, mais il agissait avec noblesse d’âme tout le temps.

-« En effet Ashenie est une personne extraordinaire, et je pense qu’Aaran aussi, bien que je ne l’ais pas vu depuis dix ans, mais son cœur est je pense remplit de bonté. Mais Esidenir est assez malveillante, ses buts me sont obscurs, et je pense que les savoir me donnerait envie de couper tout lien avec elle, en effet je connaît très bien ce dicton, mais les garder trop prés facilite souvent le coup de poignard, alors parfois il faut mieux garder la distance »
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/journal-de-bord-f117/carnet-d-ara
Trystan de Diantra
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 4737
Âge : 33
Date d'inscription : 10/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Maître
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Mer 18 Mar 2009 - 14:00

Un sourire flotta sur les lèvres de Trystan aux paroles d'Anarel concernant le génocide des drows.

- "Vous n'êtes pas le premier à me faire cette remarque. Anéantir un peuple viendrait à faire de nous et surtout de moi, un être abject... J'en ai conscience. Et pourtant, si cela pouvait m'assurer que mon peuple puisse vivre en paix, je n'hésiterais pas, quitte à me perdre dans cette tâche. Les drows sont nés dans la duplicité, il est impossible de leur faire confiance et d'obtenir des promesses d'eux. Justement, en parlant d'honneur, ils n'en ont aucun et quand bien même certains nous proposeraient une paix, d'autres les éliminerait pour trahir leur parole. J'ai bien peur que tant qu'il restera un drow en vie, nous ne soyons condamnés à une guerre éternelle... Cela dit, eux mort, nous trouverons toujours un moyen de faire la guerre, n'est-ce pas? Je doute que cela arrive tant que je serais roi, les drows ne disparaitront pas si vite."

Mais il était dans la nature humaine de chercher à conquérir et aggrandir son territoire. Trystan ne le ferait pas. Il n'était pas un guerrier chevronné et il préférait sceller des accords et des alliances pour assurer un royaume prospère que de faire la guerre à tout va pour saigner son peuple et gagner des territoires aux frontières fragiles. Mais qui sait ce que réservait le futur?

- "Je vais vous poser une question, que j'ai posé au Second de la Lignée de l'Arbre Blanc il y a des mois de cela : comment jugerez-vous de qui est dans son droit et de qui a tort? De quel droit pourrez-vous juger?"

La question était posée sans cynisme ou animosité aucune. Mais Trystan était homme d epolitique et il lui fallait des garanties et surtout, se faire une idée de cette guilde, comme il s'en était faite une de la Lignée. Il se devait de connaître ses alliés, aussi bien que ses ennemis.

- "La seule solution est simplement de rétablir la confiance entre le peuple et la noblesse, de leur prouver que nous ne sommes pas là pour les opprimer mais pour les guider. Hors, certains nobles oublient leurs devoirs envers leurs serfs. Et malheureusement, cela suffit à lancer un mouvement de mécontentement qui pourrait vite devenir une rebellion. J'ai fort à faire de ce côté là... M'assurer de la fidélité des Nobles et en plus, réapprendre à certains leur rôle... deux missions incompatibles, je le crains. Et avec cette guerre, je manque de temps et de champ de manoeuvre."

Il sentit le baron se rapprocher et Trystan fit un geste de paix envers les gardes, pour les inciter à se détendre. Il écouta attentivement les paroles d'Anarel et lança un sortilège de silence, de façon à ce que personne d'autre ne puisse entendre leurs paroles murmurées. Il proféra quelques paroles et leva le sortilège, alors que le Baron s'écartait de nouveau et reprenait le fil de la conversation.

- "Aaran est ici. Il vous sera aisé de lui parler après l'avoir retrouvé. Je ne connais que peu Ashenie, nos mères se sont arrangées pour nous tenir éloignés l'un de l'autre et bien entendu, distiller leur venin. Néanmoins, de ce que j'en sais, ma cousine est une jeune fille docile et bien élevée, que ma tante tient soigneusement éloignée de la Cour pour mieux la garder sous sa férule. J'ai déjà songé à l'arracher à son influence néfaste en l'appelant à la Cour, mais je ne sais si cela siérait à ma jeune cousine. Après tout, la Cour est un nid de vipères."

Il esquissa un sourire en coin.

- "Les buts de ma tante? je les ignore. Je sais juste qu'elle était en compétition constante avec ma mère, les deux soeurs ayant été élevées pour devenir des femmes importantes. Ma mère pensait devenir reine, la sotte. Je ne comprends pas comment elle a pu allier ruse et bêtise de cette façon. Cependant, ma mère s'est approchée de son but plus près que ma tante ne l'aura jamais fait. Je suppose que me nuire est un moyen de se venger. Mais qu'elle soit près ou loin, cela ne changera rien : un assassin saura me trouver et m'éliminer s'il est doué."
Revenir en haut Aller en bas
Aranel d'Actellys
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 729
Âge : 25
Date d'inscription : 22/02/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Mer 18 Mar 2009 - 15:23

Aranel écouta le roi avec un air songeur.

-« En effet les drows ne disparaîtront pas de si tôt, peut être verrais-je ce jour, ou alors l’inverse en tout cas il reste bien des siècles avant cela je pense, mais les ennemies se trouve toujours, chacun voulant se mesurer à d’autre pour agrandir ses terres et sa richesse. Néanmoins il reste l’espoir que certains drows retourne à leurs origines, certains sont en effet dans nos rangs, j’ai entendu parlait d’un certain Eowyndil, et il y en a certainement d’autre alors peut être qu’a la place du génocide nous pourrions avoir à faire à une acculturation, ce peuple déviant pourrais très bien vivre comme nous dans quelques années, »

Le baron pensait en effet qu’on pouvait changer, il avait étudié un peu la sociologie avec son formateur, et il donner beaucoup d’importance à cet art. Jeune il avait étudié beaucoup d’art de tout genre, l’économie ou il s’était révéler très doué, et il le prouva en reprenant l’entreprise familiale de soie, qu’il géré très bien, en mêlant bénéfice et efficacité.

-« Comment je juge qui est dans son droit et qui a tort ? Et bien tout simplement, cela dépend tout simplement des cirscontances, celui agissant avec honneur, courage et droiture sera pour moi dans son droit même s’il ne respecte n’y la loi n’y rien d’autre d’officiel, alors que celui agissant avec déshonneur, manque de respect,… sera à mes yeux celui qui as tort, je juge les gens par leurs motivations et leurs actes, »

Aranel parla d’une traite cela étant pour lui une évidence, il jugeait les personnes pas par leurs droits mais par leurs action, les personnes d’honneur agissant avec noblesse d’âme même s’il s’oppose à la loi seraient pour le baron elfique dans leur bon droit.

-« Je pense que l’on ne peut pas pardonner aux nobles leur erreur, ils ont des charges importantes, beaucoup ont agis avec déshonneur et irrespect, c’est dernier seront les premiers à se rebeller contre vous, vous ne pouvez leur faire confiance ni les laisser en place, au moindre signe de trahison vous devriez les envoyer en exil, la mort étant une sentence que je déplore, je ne pense pas qu’un être vivant est le droit de tuer un autre en se disant agir avec la loi, pour moi tuer quelqu’un que se soit pour le voler ou pour le punir, reste un meurtre tout simplement. »

Le baron écouta plus attentivement quand le roi parla d’Ashenie, cette dernière avait laissé un souvenir admirable au baron. Il aurait fait tout et n’importe quoi pour aider cette dernière, et la soustraite à sa mère serait un bienfait.

-« J’essayerai de voir Aaran, mais je pense que vous devriez appeler Ashenie à la cour, je pourrais veillez sur elle, et son garde du corps SaYole m’aiderais j’en suis sûre. Ashenie vivrait beaucoup mieux à la cour au-delà de l’atteinte de sa mère, elle pourrait s’épanouir mieux et plus, »

Aranel aimerait beaucoup revoir sa lointaine cousine, il gardait ce souvenir de visage de poupée si charmant et si gracieux, un souvenir qu’on ne peut oublier, un souvenir qui reste gravé dans l’esprit, l’elfe n’arrivant pas à oublier cette belle demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/journal-de-bord-f117/carnet-d-ara
Trystan de Diantra
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 4737
Âge : 33
Date d'inscription : 10/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Maître
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Jeu 19 Mar 2009 - 15:39

- "Vous êtes bien optimiste... Une poignée de drows renégats sont un bien faible espoir d'une réconciliation future... Surtout dans quelques années."

Il eut un petit sourire en coin.

- "Mais c'est vrai que le temps n'a pas la même signification pour le peuple éternel... Certains ici ont du connaître le temps où les drows vivaient avec les elfes... quelque chose que je ne peux même pas concevoir."

Et non, il était loin ce temps où les deux races n'en faisait qu'une, avant que les drows ne dévient et ne révèlent leur cruauté, abandonnant le soleil pour l'obscurité et la noirceur. Rien que la trahison de Tebryn, pas si lointaine, était difficile à imaginer pour les humains qui apprenaient cela de leurs précepteurs quand les elfes y avaient assisté.

- "Donc, la loi n'a aucun intêret pour vous et vous suivez la votre propre? S'il n'y avait pas de lois, messire, il n'y aurait pas d'ordre... Si chacun agissait en fonction de ses propres lois, ce serait l'anarchie. Je conçois que certaines lois soient stupides, mais si elles ont été mises en place, c'est pour donner des limites à ceux qui n'en ont aucune."

Trystan était très à cheval sur la loi et son respect. Cependant, il pouvait concéder qu'il y avait des cas exceptionnels qui pouvaient appeler à la contourner ou l'arranger. Mais sans lois, pas d'unité. C'était un fait avéré.

- "Ce qui peut vous paraître juste, peut sembler totalement injuste à une autre personne et votre jugement n'est pas forçément le plus éclairé..."

Ce n'était pas une insulte,k juste un constat. D'ailleurs, trystan ajouta :

- "Pourquoi pensez-vous que le roi s'entoure de Conseillers? Parce que même en étant roi, on ne détient pas la vérité absolue et que parfois, plusieurs voix peuvent s'avérer nécessaire pour faire la lumière sur une situation délicate. Cependant, la majorité n'a pas toujours raison."

Son demi sourire se fit matois. Il avait des Conseillers oui, il les écoutait oui, mais il ne se laisser dicter ses actes par personne. Mais si lui, le roi, ne détenait pas la vérités absolue, alors Aranel non plus et qu'il puisse se permettre seul de juger qui est bon et qui est mauvais lui semblait un brin naïf. Ou dangereux.

- "Parfois les actes ne traduisent pas les motivations... Je suis assez long à juger un homme et encore davantage à lui accorder ma confiance. Il est si aisé de tromper les autres par de bonnes actions pour atteindre un but qui est loin d'être noble. Ce sont ces gens-là dont je me méfie. Ceux qui se noient dans la masse, semblent exempts de tout reproche, voire tentent de gagner mon amitié. Ma tante m'est hostile, je le sais, ce n'est pas elle le réel danger."

Trystan se tut, écoutant la suite, lâchant un éclat de rire bref quand Anarel lui parla des Nobles comploteurs.

- "Si je les destituais tous, je n'aurais plus grand mond epour gouverner mes terres Baron, et surtout, j'aurais réellement une révolte sur les bras. Les gens sont crédules, il est facile de leur faire croire ce qu'ils veulent. Il est facile de leur faire croire que je suis la cause de tous leurs maux. Ils ne me connaissent pas, je suis une figure lointaine, ce qui les intéresse, c'est de pouvoir manger et nourrir leur famille et si cela vient à manquer, un responsable sera désigné et en cette période de guerre, il y aura forçément des gens mal nourris, voire qui meurent de faim. Il y en a déjà en temps de paix. En revanche, je ne suis pas partisan de l'exil, ce n'est pas assez... définitif, et cela n'empêchera pas les traîtres de comploter."

Le jeune roi eut un sourire amer.

- "Alors je suis un meurtrier Baron, un meurtrier de grande envergure. Un mot de ma part et des milliers d'hommes mourront sur le champ de bataille. J'ai donné l'ordre de tuer tous ceux qui étaient porteurs de la Peste l'an passé, pour enrayer l'épidémie et donner une chance aux survivants de vivre. Des innocents ont péri cette nuit-là, beaucoup d'innocents. Je le déplore, mais je ne le regrette pas, c'était la seule solution. Quant aux traitres, je serais intransigeant. J'aime ma famille, j'aime mon peuple, je ne laisserais pas la menace planer sur ma tête ou sur celles de ceux que j'aime pour m'être montré trop faible. Si les traîtres agissent en tout état de cause, ils périront... si ce sont de pauvres gens manipulés, je me montrerai plus clément."

Trystan opina du chef à la réponse du Baron concernant Ashenie.

- "Je la ferais mander à la Cour quand je retournerai à Diantra. Je ne vais pas la lâcher dans un nid de vipères sans lui apporter ma protection. Est-elle malheureuse? Vous a-t-elle fait part d'un quelconque désarroi?"
Revenir en haut Aller en bas
Aranel d'Actellys
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 729
Âge : 25
Date d'inscription : 22/02/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Jeu 19 Mar 2009 - 16:27

Aranel songea aux temps qu’il pourrait encore vivre, dans sa lointaine ascendance, il était en famille avec des elfes qui avait vu passer bien des événements, un de ses ancêtres avait vécu plus de cinq mille ans avant de mourir à la guerre. Mais l’elfe ne voulait pas vivre aussi longtemps, enfin si, il aimerait bien mais pas à la façon de son ancêtre, en se terrant dans son château et en ne prenant pas part aux conflits du monde.

Non, le baron d’Actellys vivait dans le siècle, sachant qu’il pourrait mourir à tout moment, mais il accepterait cette mort, si seulement il atteignait son rêve, s’il arrivait à faire de son nom, de ses quelques mots qui font toutes l’identité d’un personnage, s’il arrivait de faire de cela un nom connu par le monde entier, d’arriver à une postérité légendaire, alors il accepterait de quitter ce monde, mais avant il ne partirait pas, il se le jura.

-« En effet, nous elfe voyons le temps d’une autre façon, on sait que nous pourrions vivre éternellement, néanmoins je suis encore bien jeune, deux petit siècles de vie, j’espère vivre encore longtemps pour voir les royaumes des peuples de la lumière entrer dans une nouvelle ère, un temps de paix et d’amour, mais cela est rêve, et le rêve est souvent utopie. »

Aranel songea aux lois, des textes promulgué par des hommes pour contrôler d’autres hommes. Et qu’est ce qui donnait la légitimité de ses lois ? la loi elle-même, un système assez étrange mais certes indispensable.

-« Je ne donnais que mon avis, mais certes à votre place je suivrais votre exemple, je ne contrôle qu’une petite baronnie et je juge mes sujets avec le cœur et l’esprit, mais vous, vous ne pouvez jugez chacun de vos sujets, ce que je voulais dire c’est que la justice devrait être rendu par la raison et non par des écrits, dans chaque villes et villages, les juges devraient donner leur sentence en réfléchissant, mais même là en effet personne ne détient la vérité, et cela conduirait à des abus, donc en effet la loi est indispensable, »

Le baron en effet avait peu de jugement à rendre, et bien que souvent c’était l’un de ses juges qui rendait le verdict, en jugeant par l’esprit et le cœur, le baron s’occuper des fois des cas les plus difficiles à juger, et il lui était arrivé de donner raison à certains ayant enfreint la loi.

-« Par exemple, il y a deux mois, un elfe pauvre et ayant quatre enfant à nourrir avait volé de la nourriture à un riche bourgeois de ma ville, ce dernier l’ayant pris sur le fait l’avait frappé et injurié, qui plus ais il l’avait trainé devant le tribunal. Ayant appris les faits, j’ai fait relâché le voleur et lui ais trouver un travail correct lui permettant de nourrir lui et sa famille, tandis que le riche bourgeois violent, je l’ai punis et l’ai forcer à payer une amende, cela me sembla juste, alors que selon la loi un voleur est censé être punis, et l’homme volé ayant pris en flagrant délit un voleur à le droit de se défendre, doc j’aurais dut punir le pauvre voleur, et donner raison à ce gros bourgeois qui s’était amusé à frapper un homme n’ayant pas la force de se défendre ? je ne pense pas c’est comme cela que je juge et que mes subalternes en justice juge, car la loi doit être mis en relation avec les faits, il y a plus longtemps un autre voleur avait dérober des bijoux à une famille aisé. Ce voleur vivait de ses vols, et il fut pris par la garde, la loi ordonné son emprisonnement et fut qu’il avait récidivé je devais lui faire couper sa main droite, mais au lieu de cela je lui ais retirer tout ses biens, et je l’ais placé dans la garde, ou aujourd’hui il défend mon château. Alors certes cela n’est qu’exemple, mais ces derniers prouvent que la loi peut être injuste, et que pour éviter cela n’appliquons pas la loi mots pour mots mais pardonnons, c’est comme cela que je juge »

Aranel écouta le roi parlait de ses conseillers et des nobles comploteurs.

-« En effet vous ne pouvez tous les destituer, mais certains si, les plus hauts, les plus malsain, ils serviront d’exemple pour calmer les autres, et il y a toujours une descendance possible pour prendre le relais, et c’est justement là que vous devriez agir, être proche du peuple, lui montrer que vous l’aimez, lui faire sentir que vous l’aidiez, je peut vous aidez pour cela, et si vous gagnez le peuple, alors les comploteurs seront sans soutient, et ils s’arrêteront et surtout votre règne sera celui d’un bon roi dans la mémoire du peuple qui lui aussi vous aimera, ne soyez pas le lointain roi qui vit dans son palais, mais le roi qui va dans son royaume pour voir, enfin non,….veuillez m’excusez, je voulais dire être là quand les choses vont mal, leur montrer que vous saviez ce qu’il se passe et que vous les aiderez, »
Aranel avait parler avec passion, car il avait entendu trop de gens du peuple parler mal de ce roi, ce roi aveugle, ce roi dit Bâtard, mais ce roi que le baron savait qu’il était un bon roi, un roi dur car il le valait, mais un roi juste et voulant faire le bien, un roi que le demi elfe aimait déjà et surtout respectait.

Aranel sursauta quand le roi se dit meurtrier.

-« Non mon roi, vous n’êtes pas un meurtrier mais un roi, l’un et l’autre sont différent, vous avait dut tuer pour le bien être du royaume, et je vous comprend, vous n’avez en effet rien à regrettait, mais vivre avec doit être dur, je sais que moi je ne pourrais sans doute pas, je dois vous avouer que j’admire votre courage, vous n’êtes en rien le roi qu’on m’avait décrit et je vous prit de me pardonnez d’avoir essayer un bref moment de vous destituez de votre trône, excusez moi d’avoir pensez que vous étiez un roi incompétent, car vous êtes un roi de lumière, tout ses félons ne vous mérite pas, veuillez acceptez je vous pris mes excuse et je vous offre mes services »
Le baron parla encore avec passion et honnêteté, comment ne pas s’attacher à pareil homme et roi, le baron voua sa vie à celle du souverain, même s’il était sujet elfe, il servait désormais le roi humain, son lointain cousin, un homme de bien telle qu’on en croise peut.

Aranel étincela quand le roi parla d’Ashenie, ainsi la belle demoiselle serait libre, hors du jouge de sa mère, l’elfe était heureux pour lui, et aussi pour son garde du corps Sayole, qui n’aurait plus à supportez les punitions et sanctions de sa maîtresse pour son zèle dans la protection de sa protégé.

-« Mon roi, Ashenie ne se serait jamais plainte, et d’ailleurs et ne dois pas le faire je pense, car elle ne connaît pas vraiment une autre vie que celle dans laquelle elle vie, mais je ne voudrais pas vivre comme elle, coincer entre sa mère et cette femme détestable qui est sa maîtresse religieuse. Si vous l’appelez à la cour je serais là pour la protéger de tout danger, et son garde du corps, bien qu’il ne m’aime pas vraiment, sera un rempart contre toutes les vipères de Diantra, dites à Esidenir d’envoyez aussi ce garde. »
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/journal-de-bord-f117/carnet-d-ara
Trystan de Diantra
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 4737
Âge : 33
Date d'inscription : 10/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Maître
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Jeu 26 Mar 2009 - 16:31

[Oh dis donc, déjà une semaine sans réponses, je ne vois pas le temps filer T_T Pardon]

- "Sans rêve, il n'y aurait pas de grandeur."

Deux siècles... Et encore bien d'autres à vivre. Voilà qui laissait songeur. Tout homme aspirait à une sorte d'immortalité. Pas forçément de celle qu'ont les elfes, mais plutôt de celle qui consiste à continuer d'exister par la voix des bardes, à travers les siècles, alors même que le corps est redevenu poussière. Le jeune roi n'aspirait pas à vivre des centaines d'années. Même si quelques années de plus lui seraient profitables au vu de tout ce qu'il avait à faire, il fallait laisser la place aux jeunes générations. Si les humains étaient si féconds, c'était bien pour respecter un équilibre. Si les elfes éprouvaient des difficultés à avoir des enfants, c'était encore pour cet équilibre.

Mais il se disait, que les utopistes, bien que de doux rêveurs, permettaient d'appréhender des choses et de tenter des choses qui n'auraient pas lieu d'être sinon.

- "Chacun est libre de rendre la justice en ses terres. Mais s'il y a une loi, c'est pour avoir une base et éviter les dérives. Même si cela arrive."

Après, les lois avaient leur faille et il n'y avait pas un texte pour chaque cas particulier. Cela serait trop long et fastidieux. Alors, évidemment, il y avait des dérives. Le demi elfe lui donna alors deux exemples de sa façon de rendre la justice. Trystan hocha la tête simplement.

- "Cela demande de faire confiance aux gens... de ne pas imaginer que le voleur puisse se venger... qu'il ai la sagesse de comprendre la grâce qui lui a été faite. Mais certaines personnes n'ont pas ce recul."

La preuve en était de traîtres qui ne savaient pas se tenir tranquille après la clémence. Tant pis pour ceux là. Il laissa échapper un petit rire grave devant la gaffe d'Aranel sur ses possibilités visuelles.

- "Ce n'est qu'une expression, je n'en prends plus ombrage depuis un moment."

Il se tut un instant et reprit :

- "Mon épouse est plus douée que moi pour se faire aimer. Elle est plus... accessible. Mais se mêler au peuple, c'est aussi s'exposer à un coup de poignard venu d'on ne sait où."

C'était l'inconvénient. Il y avait moins de chances qu'il se fasse assassiner dans le château, qu'en allant au marché. Mais sur le principe, il était d'accord, il devait gagner l'amour, ou du moins, le respect du peuple. Et favoriser la loyauté des Nobles.

- "On peut vivre avec. Quand on se convainc que c'est pour la bonne cause. Mais beaucoup de meurtriers pensent la même chose. Tout n'est que question de point de vue."

Ils dérivèrent sur Ashenie... C'était décidé, Trystan l'appellerait à la Cour.

- "Nous verrons Baron. D'abord, repoussons les drows. Ensuite, vous irez chercher Ashenie de ma part et la ramènerez. Vous m'avez donné matière à réflechir, mais ma confiance est difficile à gagner. A vous de relever ce défi."

Il réservait son jugement à propos d'Aranel. Il était d'un naturel méfiant, le Baron aurait fort à faire pour gagner sa confiance, mais une fois sa valeur prouvée, il n'aurait pas à faire à un ingrat.
Revenir en haut Aller en bas
Aranel d'Actellys
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 729
Âge : 25
Date d'inscription : 22/02/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Lun 30 Mar 2009 - 21:57

Aranel écoutait le roi parlait, ce dernier avait une espèce d’aura de sagesse autour de lui, ses paroles étaient à la fois naturel et posé, comme si le monarque parlait de lui-même et que sa nature était empreinte d’une grande sagesse, ce qui devait être le cas.

-« Mais les rêves s’obtiennent par la grandeur »

Le demi-elfe parla d’une voix assez secondaire, comme s’il se trouvait ailleurs, d’ailleurs son esprit était ailleurs, dans un autre monde, celui des pensé. Le baron pensé à ses rêves de grandeur et d’espoir de gloire. Si seulement il arrivait à réaliser ses rêves de paix dans le monde et d’être reconnu pour cela, car c’est bien cela que tous recherché, la reconnaissance. En effet qu’on soit roi ou voleur on aimer être connu pour des actes glorieux.

-« En effet, mais c’est bien cela qui fait défaut à notre siècle, la confiance, hélas, enfin bon nous ne pouvons changer la nature de l’homme et des elfes. »

Le baron songea à sa baronnie, il administrait cette dernière sur la confiance, ses sujets savaient que leur baron les aideraient mais tous abus ou lâcheté serait punis aux centuples, c’était ainsi que le général en chef des armées de l’armée des divins voyaient l’administration d’un territoire.

-« En effet, mais il faut savoir modérer, si vous voulez je pourrais vous aider à améliorer vos rapports avec le peuple, j’ai déjà plein d’idée, n’entraînant pas de risque pour votre personne, pour les nobles il faut leur rappeler qu’ils sont à vos ordres et que vous avez le droit de vie et de mort car bien trop semble l’avoir oublié »

Aranel en effet avait songé à bien des choses pour rassembler le peuple et les nobles, il avait déjà trois projets aboutit, et s’il pouvait les offrir au roi pour l’aider, il le ferait de bon cœur.

-« Je viens de penser à cela, mais pour le cas de la peste pourquoi n’avoir pas créé de lépreuserie, ou tout les malades atteint aurait pus vivre éloigné des non malades, finissant leur jours dans la tranquillité ? »

En effet Aranel aurait bien vu tout les lépreux vivent ensemble, éloigné des viles et villages, vivant de terres que les moins atteint aurait cultivé et des offrandes fait par des âmes généreuse, enfin maintenant cela était trop tard.

-« Très bien une fois les drows renvoyé dans leur damné puy, j’irai chercher notre cousine et j’espère pouvoir vous prouvez mon dévouement à votre personne »
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/journal-de-bord-f117/carnet-d-ara
Trystan de Diantra
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 4737
Âge : 33
Date d'inscription : 10/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Maître
MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   Jeu 2 Avr 2009 - 16:39

- "A moins que la grandeur ne soit accessible que grâce aux rêves?"

Un sourire dansa sur les lèvres du monarque alors qu'il s'amusait des mots. Cela lui rappelait ses conversations avec Nakor. Certains jugeaient le vieil homme complêtement fou, et peut-être l'était-il, mais discuter et débattre avec lui était un régal et une gymnastique du cerveau vraiment intéressante.

- "Je pensais les elfes plus aptes à se faire confiance... Votre société me semble plus stable que la notre. Et Rima-Marcil a été élu."

Trystan hocha la tête aux paroles d'Aranel. En effet, trop de nobles pensaient qu'ils étaient à l'abris de courroux royal, mais c'était faux. Trystan ne pècherait pas par excès de faiblesse. Quitte à passer pour plus dur qu'il ne l'était réellement. Mais si on ne pouvait pas se faire aimer, il fallait se faire craindre. Quelques sexemples et quelques souverains pour acheter la fidélité de certains devraient suffir.

- "Impossible, l'épidémie était trop importante et galopante. On a essayé d'isoler les malades, mais cela n'a pas fonctionné, sans compter que certains ne pouvait se résoudre à mourir ainsi et ne sont pas restés sagement dans leur quartier. Les hommes sont égoïstes Seigneur d'Actellys."

C'était triste, mais c'était ainsi.

- "Qu'il en soit ainsi Baron d'Actellys."

Et les deux hommes continuèrent ainsi leur route. Jusqu'à Alonna.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur la route d'Alonna [Trystan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la route d'Alonna [Trystan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2
» Soumission au parlement de la feuille de route du gouvernement et des ministeres
» Un nouveau compagnon de route
» Sur la route des caravanes
» "La Route Perdue"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Serramire :: Baronnie d'Alonna-
Sauter vers: