Partagez
 

 Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hannibal de Roch
Ancien
Ancien
Hannibal de Roch

Nombre de messages : 545
Âge : 27
Date d'inscription : 05/04/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] Empty
MessageSujet: Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique]   Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] I_icon_minitimeDim 5 Avr 2009 - 19:52

Nom/Prénom :Hannibal de Roch.

Âge :53 ans

Sexe :Masculin

Race :Humain pur souche.

Particularité : Possède un réseau d'amis, de contacts et de planques impressionnants sur Miradelphia.

Alignement :Neutre. Hannibal est égoïste au possible et seul sa réussite l'intéresse, ou alors celle des gens qui le serve ou qu'il apprécie. Il se bat pour la Couronne parce que cela lui permet d'être riche, d'avoir une position etc...Ne pas penser de là que c'est un salopard sans scrupules non plus.

Métier :Maître du Librium (infanterie humaine) / Aristocrate

Classe d'arme : Corps à corps/Défensif.

Équipement :

Comme arme principale, Hannibal affectionne beaucoup la hache d'armes.

Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] 544232arme

Maintenant que le lecteur a vu la bête, détaillons : la hache d'arme n'a rien à voir avec la vieille hache à double tranchants du barbare, démodée, désuète et pas du tout polyvalente. La hache d'armes représente ce qu'il y a à la pointe de l'armurerie militaire humaine, et a été spécialement créée pour ceux qui affectionne une arme robuste, dévastatrice et polyvalente.

Polyvalente en effet : une face est composée d'un marteau, parfait pour broyer, notamment contre un ennemi trop bien armure, un autre d'un tranchant acéré qui découpe la piétaille comme du beurre, et enfin une pointe à utiliser comme épieu pour percer la maille. Le possesseur d'une telle arme se retrouve avec une force de frappe dévastatrice grâce au poids de l'arme et son maniement à deux mains. Bien évidemment, elle est épuisante à manier et ne distribue pas de coups aussi vite qu'une épée. Mais un coup porté avec ce bijou laisse de bien plus grosses marques.

Le vétéran en a fait son arme de prédilection depuis des années, et vu qu'il a passé une bonne partie de sa vie en tant qu'aventurier-mercenaire il n'a aucun mal à la manier, connaissant de plus quelques bottes à employer avec cette arme. Le fait que l'arme soit renforcée de plaques de métal clouées le long de son manche permet d'utiliser notamment cette section pour parer. Une rondelle est aussi disposée à sa base pour protéger la main d'arrêt de l'utilisateur.

La hache d'arme étant assez encombrante, notamment pour son transport, vu qu'on ne peut la passer dans un fourreau comme une épée, Hannibal n'en porte pas. Il n'a jamais aimé le combat à l'épée simple, accusant cette arme de cumuler les qualités sans en mettre réellement une en avant. De fait, il porte comme arme secondaire une solide dague à double tranchant en acier forgé, compagnon utile en lutte et même pour les menus travaux de la vie de camp, quand il s'agit de dépecer une bête par exemple.

Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] Dague

Reste enfin son armure. Hannibal est un homme appréciant les embuscades, la petite guerre. Reste de ses nombreuses années à mener des escarmouches et embuscades. Sa doctrine actuelle est d'éviter tout combat face à face avec les Drows. De ce côté là il assume la supériorité d'un soldat lambda drow sur un humain. Le rapport ? Eh bien en embuscade se mettre en plate complète n'est pas très pratique. Aussi Hannibal ne porte qu'une cuirasse de plate portée directement sur une armure de buffle bouilli. Son casque est un bassinet, où il laisse souvent la visière ouverte, encore pour des besoins de vision. Il lui arrive même souvent de ne porte qu'une simple camail de maille sur la tête.

Description physique :

"Mince alors, l'est bien conservé le vieux !"

...est généralement la première chose que dit le soldat moyen de l'Armée Royale en voyant Hannibal. Et en effet c'est le cas : le "vieux" est bien conservé. D'une santé de fer, le vétéran ne semble pas être atteint par les désagréments de l'âge : son port reste athlétique et alerte, sa démarche souple, sa musculature sèche forgée par des années de vadrouilles en excellent état. Il n'a rien perdu de sa vigueur d'antan. Hannibal a clairement le physique né d'un militaire : petit, râblé cette constitution est la meilleure qui soit pour ne pas prendre trop de coups durant un combat. Il n'y a qu'à voir la résistance des nains au combat, qui ne tient pas seulement à leur endurance comme voudrait le laisser entendre la légende, mais aussi leur (moins glorieuse) petite taille. Un drow très grand pourra avoir du mal à frapper un nain au ras du sol, simple rapport de taille. En revanche, le nain n'aura aucun problème pour lui f***** un coup dans les valseuses. Déjà cela.

Ensuite, il a hérité d'une constitution faisait honneur au nom qu'il s'est acheté avec son nom de noblesse : de roc. Hannibal semble avoir été taillé dans la pierre ou forgé dans l'acier. Son endurance n'a d'égal que sa résistance aux blessures et maladies. De plus, les années à vadrouiller sur les routes, un harnachement de cinquante livres sur le dos, à crapahuter dans la boue l'ont encore endurci. Le soleil et à la pluie ont tanné sa peau et lui ont conférés une résistance formidable à la chaleur et au froid. Le vieux routier ne craint rien de ce côté là. Que ce soit en plein désert ou dans le blizzard, il sera toujours présent, sa hache fermement empoignée par ses mains calleuses. Quant aux cicatrices on imaginera facilement les effets de plus de vingts en temps que mercenaire, spadassin et routier.

Reste qu'il n'est pas le type du spadassin à sale gueule couturée par des années de luttes : son visage est généralement toujours assorti d'un sourire sincère. Ses yeux gris d'oiseau de proie ne sont même pas mis à profit pour adopter un regard de tueur mais plus pour regarder franchement et loyalement en face ses interlocuteurs, une lueur de malice dans l'oeil.

Le reste de son visage est néanmoins quand même marqué par sa vie ; face taillé à la serpe, les pommettes saillantes, le nez cassé ; mais aussi par l'âge : des rides nombreuses, des cheveux par mèches grisâtres. Hannibal fait attention à sa personne quand il se trouve à la cour, faisant régulièrement tailler sa barbe par un barbier et prenant soin de ses vêtements.

Description mentale :


Hannibal aime faire ripaille, rire grassement, se soûler avec des camarades et finir la nuit avec quelques jolies filles. Et il ne s'est pas assagi avec l'âge. Loin de là. Hannibal est donc un personnage très jovial, porté sur les plaisirs quels qu'ils soient.

Le vétéran a des idées assez arrêtées sur les femmes, mais par habitude, vu qu'il est d'une génération où la tolérance n'était pas ce qu'elle était aujourd'hui, où on accepte des femmes dans l'armée...mais justement, SI les femmes en question se révèle utiles voir douées à la tâche qu'elles occupent de façon anormale (à la place d'un homme entendons nous), le vieil homme a alors le plus profond respect pour elles. Quoique en contrepartie il se prend à les considérer un peu comme des hommes...

Homme de cour et ancien marchand, Hannibal sait naturellement lire et écrire. Ses manières sont policées, et à la pointe de l'étiquette en vigueur. Il connaît de plus les nombreux rouages de l'économie Miradelphienne.

Il a toujours eu le "truc" pour tirer son épingle du jeu, saisir les opportunités. Hannibal a réussi à développer ce côté légèrement retors, et user de l'expérience acquise à la pointe de son épée pour développer un sens tactique très aigüe. Hannibal à le coup d'œil du vieux vétéran qui sait ce que signifie un flottement dans un coin, des cris à un autre. En revanche, il n'est pas du tout doué au niveau stratégie, préférant tendre des embuscades, détruire le ravitaillement ennemi en frappant comme la foudre plutôt que de plancher sur des grands plans de campagnes.

"-De toutes façons y aura toujours des puceaux imberbes sortant de l'Académie Militaire pour faire c'boulot là !"



D'un côté moins connu, Hannibal possède toujours les qualités d'un espion. Calculateur, organisé, discret, il manque rarement ses missions. Par espion nous n'entendons pas le ninja qui court sur les toit de la ville en s'infiltrant par la lucarne avant de fuir poursuivis par les gardes, en pourfendant plusieurs de ses deux dagues courbes. Par espion, nous entendons le gentilhomme courtois qui se fait inviter dans un salon pour y discuter littérature avec la maitresse de maison, avant de la séduire pour ensuite repartir le lendemain matin avec les précieux papiers de la commode. Espion aux méthodes "douces" donc.


~~~~~

Comment trouves-tu le forum ? :
Comment as-tu connu le forum ? :Par moi même pour ce personnage.
Crédit avatar et signature (lien vers l'image d'origine et nom de l'artiste dans la mesure du possible) : Pas de lien bonnes gens. L'artiste est...Juillard pour les Sept Vies de l'Epervier, l'image provenant du tome 5 de cette putain de série BD. Scanné par mes soins et retouchée de même par votre serviteur parce que le scanner fait que de la merde. J'ai jauni le tout pour cacher les traces lumineuses diagonales rosâtres toutes moches.


Dernière édition par Hannibal de Roch le Jeu 23 Avr 2009 - 17:04, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal de Roch
Ancien
Ancien
Hannibal de Roch

Nombre de messages : 545
Âge : 27
Date d'inscription : 05/04/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] Empty
MessageSujet: Re: Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique]   Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] I_icon_minitimeJeu 9 Avr 2009 - 18:57

Histoire


Si certaines personnes ont parfois du mal à faire quelque chose de leur vie, Hannibal peut clairement prétendre à en avoir rempli plusieurs à lui seul. La vie de ce personnage difficilement contournable à la cour de Diantra commence au deuxième étage d’un immeuble croulant dans un quartier modeste de la capitale humaine. Son père tenait une échoppe de cordonnier, sa mère tissait. Dévoré très jeune par une ambition dévorante et une haine viscérale de son milieu social, Hannibal compris que s’il voulait se hisser haut, il ne le pourrait qu’à la force de ses bras et de son esprit. Ainsi, le jeune homme, à seize ans, claqua rapidement la porte au nez de sa famille et s’engagea comme domestique dans une grande maison marchande de Diantra, les Rubellian.


Là, Hannibal appréhenda très rapidement l’influence des petites gens sur les grandes. Le coiffeur qui surprend tous les secrets de son maître par exemple avant d’aller les répéter à son client suivant. Il va de soi qu’il se sentit bien vite à l’étroit dans sa livrée serrée de serviteurs, préposé surtout au service des repas. C’est pourquoi il commença à espionner son maître, à surprendre ses secrets, tout comme ceux de son majordome, de ses intendants, ses clients et leurs familles. Il ne fallut que peu de temps au vieux renard qu’était Rubellian pour se rendre compte du talent de son discret domestique. Au lieu de le faire fouetter puis renvoyer, il décida d’user de ce talent à son avantage. Le jeune Hannibal fut donc envoyé chez les maisons marchandes rivales pour se faire engager comme domestique. Là, le jeune homme pouvait surprendre les secrets de ses « maîtres » pour ensuite les donner au véritable. Rubellian avait un espion dévoué qui lui révélait les plans de ses adversaires, et Hannibal recevait des cachets fort généreux pour les informations intéressantes rapportées. Le savoir faire du garçon, son charisme, lui permit de se faire engager très facilement chez de nombreux marchands. En l’espace de quatre ans, toutes les Maisons Marchandes de Diantra n’eurent plus de secret pour les Rubellian.

Mais comme pour toute activité malhonnête, le pot aux roses finit par être découvert. Et Hannibal s’attira de nombreuses inimités, notamment, et surtout, de la part des puissants de la cité qu’il avait espionné sans vergogne, révélant leurs secrets les plus gênants à la maison Rubellian. Lorsque la protection de son maître ne suffit plus, ni les caches de plusieurs semaines pour se faire oublier de ses ennemis, Hannibal lâche le métier d’espion pour se faire aventurier. On aurait pu croire que changer si brutalement d’activité aurait été dur pour un homme. Ce le fut en effet pour Hannibal. Mais l’acharnement que l’ambitieux avait et sa polyvalence dans tous les milieux lui permirent de devenir rapidement un routier accompli. Là, Hannibal entrait dans sa vingt deuxième année. Infatigable, s’accommodant de n’importe quelle paillasse ou même de l’herbe, vendant sa lame par monts et par vaux, traversant Miradelphia de long en large, le jeune homme courtois et affable devint un mercenaire à la peau tannée par le soleil et la pluie, aux muscles secs et noueux, à la santé d’acier et la forme du même métal. Il eut sa période de spadassinat à Ydril, usant de son épée et de son verbe pour virevolter un peu dans les hautes sphères de la ville. En effet, il avait conservé ses talents d’espions, de domestique de la haute, et y alliant ses compétences acquises sur les routes, passait pour un homme accompli, polyvalent, capable de toutes les tâches. Par la suite, lors de ses voyages sur Miradelphia, l’aventurier acquis de nombreuses amitiés avec d’autres humains mais aussi avec des nains, et , fait extrêmement rare, quelques elfes. Il faut dire qu’Hannibal eut le temps pour cela, il ne décrocha réellement son fourreau que vingt ans après son départ de Diantra. Ensuite, le routier avait conscience qu’un tel réseau de contact sur tout le continent pouvait lui être utile par la suite, pour avoir de l’aide, des caches ou autres. De plus, son aisance à parler, son bagou et son charisme lui permettait d’acquérir sans trop de difficultés ces amitiés. Ce réseau de nobles, de marchands, de compagnons d’aventures, d’informateurs et autres, Hannibal ne cessa jamais de l’entretenir, rendant visite à ses nombreuses connaissances dès que possible, envoyant un présent par ci par là, dépensant des fortunes en encre et parchemin.

Mais disions nous, Hannibal décrocha finalement son ceinturon vingt ans après son départ de Diantra…Il rassembla ses économies, vendit toutes ses possessions, pour s’acheter un bateau, un équipage, et devenir marchand. Malgré son âge -Hannibal n’était plus de première fraîcheur- il était toujours dévoré par une ambition sans limites, et savait pertinemment que l’argent lui serrait nécessaire pour aller haut. Il avait déjà des talents d’espions, de combattants, de beau parleur, ne lui manquait plus que les Souverains par centaines. Commerçant le long des côtes pour éviter les attaques de la Marine Marchande en haute mer, remontant aussi les fleuves, l’aventurier dévellopa une petite flotte respectable commerçant majoritairement sur le bois, la laine et le blé, trois ressources stables dont on avait tout le temps besoin. Au bout de cinq ans, grâce son flair commercial et l’audace de ses opérations, Hannibal avait acquis un pactole très respectable. Se sentant prêt à passer à la phase finale, il délégua l’autorité de sa flotte marchande à ses seconds, récupérant néanmoins une bonne partie du capital de son entreprise. Il s’assurait ainsi de nouvelles amitiés et la possibilité de se faire transporter par bateau à son moindre désir. La plupart des hauts responsables de la Compagnie des Trois Saisons faisait partie de son premier équipage, et lui devait donc toute leur fortune.

Hannibal partit donc pour Diantra. Là, avec sa fortune, il s’acheta un hôtel confortable dans les riches quartiers de la ville, et commença à mener une vie sociale diversifiée et intéressée. Plus de vingt cinq ans étaient passés depuis son départ de la capitale, et ses ennemis étaient soit morts, partis, où avaient tout simplement oubliés son nom, absorbés par d’autres tracas qu’un espion dont les agissements dataient il y a un quart de siècle. Rapidement, usant de sa polyvalence, de ses expériences passées, Hannibal tissa des liens d’amitiés avec de nombreuses personnes influentes. Il fit rapidement partis des haut cercles de la société, et devint un respectable aristocrate, ayant ses entrées dans les milieux politiques et financiers de la ville. Sous couvert de la respectable façade d’un courtisan bien en vue à la cour, il reprit ses activités d’espion, y ajoutant un réseau de renseignements privés, trempant aussi dans la contrebande, mais jamais le meurtre, la prostitution et les stupéfiants. Oui, monsieur conservait ses principes. Ca n’est pas parce que vous êtes ambitieux comme tout que vous devenez forcément un vrai salaud sans scrupules. Ayant vu à peu près tout le monde connu, Hannibal posait un regard sage sur la vie, et était apprécié pour sa culture et les nombreuses anecdotes de ses aventures qu’il dispensait dans les salons.

Au bout de quelques mois, il fut introduit dans l’administration royale. Polyvalent comme toujours et sachant sauter sur les occasions, l’homme mûr et réfléchi qu’il était devenu accepta sans hésiter le poste de Chef du Librium qui lui fut proposé par un ami influent qu’il avait longuement courtisé, rattrapant en quelques mois un retard important sur la chose militaire. Depuis, Hannibal dépense son temps entre la cour et l’armée, menant toujours sa vie de courtisan doublé d’espion, tout en gérant l’infanterie humaine. Relativement discret dans cette tâche, il l’accomplit néanmoins sans faillir depuis sa nomination, sa connaissance de Miradelphia se révélant précieuse pour les manœuvres en territoire inconnu ou les lieux de ravitaillement. A Oesgard, où il se trouvait lors de l’offensive Drow, il mit en avant son pragmatisme habituel en s’enfermant dans les villes avec l’armée et la population, laissant les Drows ravager une campagne presque vide. Une chose est sûre : Hannibal veut plus…
Revenir en haut Aller en bas
Lilianna
Ancien
Ancien
Lilianna

Nombre de messages : 3343
Âge : 35
Date d'inscription : 18/02/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] Empty
MessageSujet: Re: Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique]   Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] I_icon_minitimeJeu 23 Avr 2009 - 16:36

Eh bien, eh bien....

Monseigneur connait la divine route de la validation :mrgreen:

:fouette: Ca t'apprendra à ne pas activer ta feuille de personnage !
Revenir en haut Aller en bas
http://x-ice-lands-x.skyrock.com/
Charles
Ancien
Ancien
Charles

Nombre de messages : 663
Âge : 105
Date d'inscription : 16/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] Empty
MessageSujet: Re: Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique]   Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] I_icon_minitimeJeu 23 Avr 2009 - 16:46

Vu la punition je crois que je n'activerais plus rien du tout.


Raaaaaaah fouettez moi j'aime çaaaaa.



Mici beaucoup ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] Empty
MessageSujet: Re: Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique]   Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hannibal de Roch - [Comte de Scylla, Maitre du Libirum, Conseiller politique]
» Azadeh Shah [Maitre Coq]
» Les NAC du Maitre de savoir
» Maitre d'Armes - Averna Severs
» De Charybde en Scylla: Fuire la Guerre et les Fanatiques [Nimmio]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Registre :: Tabularium :: Cimetière-
Sauter vers: