AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Visite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aegar Le Déchu
Humain
avatar

Nombre de messages : 311
Âge : 27
Date d'inscription : 16/02/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Visite   Lun 11 Mai 2009 - 17:38

Altar Kal’Halan l’oncle du Marquis de Sainte-Berthilde fut envoyé à Olyssea pour s’occuper des relation entre le Marquisat et la Baronnie. Lorsque Aegar accéda au titre de Marquis il nomma son jeune oncle à la tête des relations extérieurs. Fort de ses cinquante ans Altar est une figure importante de la maison Kal’Halan. De plus après la mort d’Alkor, le père du Marquis, ce dernier est devenu une sorte de mentor pour Aegar, et lorsque ce dernier l’appela à son aide, il ne put refuser et amena ses fils et ses filles avec lui. Tout cela afin d’accroître l’importance de la maison Kal’Halan.

Lorsque Aegar décida de son voyage à Langehack il nomma Rhaegor
intendant de Sainte-Berthilde et son père Altar ambassadeur à Olyssea. Ce rôle est fort important pour l’unité du Marquisat, car il est vrai que la baronnie d’Olyssea est quelque peu distante vis-à-vis du Marquisat. Et le Marquis a besoin de quelqu’un de sur pour s’occuper de cela, son oncle correspondait parfaitement à cette tache.

Altar prit donc la route d’Olyssea avec une escorte réduite. Il traversa rapidement la distance séparant les deux régions et se dirigea directement vers la demeure du Baron. Le voyage touchait maintenant à sa fin. Lorsque Altar arriva enfin à destination il se fit annoncer à qui de droit et attendit un entretien avec le Baron
Revenir en haut Aller en bas
Semoras d'Olyssea
Humain
avatar

Nombre de messages : 59
Âge : 117
Date d'inscription : 27/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Visite   Lun 11 Mai 2009 - 19:58

L’origine roturière du Marquis avait toujours horripilé le baron. Devoir plier le genou devant un homme issu de la plèbe était indigne d’un noble, de l’avis d’un bien-né. Aussi, était-il soulagé d’apprendre que ce n’était pas son suzerain en personne qui se déplaçait mais son oncle. Il n’aurait pas à respecter certaines convenances.

Semoras, en homme ambitieux, savait faire taire, lorsque les intérêts l’exigeaient, ses critiques. Il fit loger la suite de l’ambassadeur dans une confortable dépendance, sise non loin de son hôtel particulier, et ordonna à Malrys, son écuyer, d’installer Altar dans l’un des petits salons privés. Ces derniers n’avaient certes pas le charme des grandes salles de fêtes, néanmoins l’atmosphère intimiste était bien plus propice à de discrètes négociations.
« Ah ! Monsieur Kal’Halan ! Je suis fort aise de vous voir ! » Lança un baron un jovial en entrant dans la pièce. D’un claquement de main, il veilla à ce qu’on leur apporte des verres ainsi qu’un plateau de fruits. « Avez-vous fait bon voyage ? » demanda-t-il tandis que les serviteurs s’éclipsaient. Il entretint une conversation mondaine le temps d’entendre claquer la porte, sûr que désormais ils étaient seuls. Ou presque. Malrys, fidèle, demeurait non loin. Le ton du sire d’Olyssea se modifia alors, se faisant complice.

« J’ai une proposition à faire à monsieur le Marquis et vous qui êtes issu d’une famille d’argent, monsieur, n’aurez aucun mal à en voir les avantages que tout le Marquisat pourra en retirer. » Il s’accorda une pause, tant pour laisser croître l’intérêt de son interlocuteur que pour s’octroyer une lampée de vin, du Hautval. « Sans nul doute avez-vous entendu parler de la Corporation Marchande ? Ils m’ont contacté, espérant nouer des accords…leur projet peut sembler intéressant…mais également dangereux si aucun homme d’honneur ne garde un œil dessus. Après tout, ils n’hésitent pas à se montrer menaçants envers ceux qui refuseraient… »
Le baron se leva et extirpa une carte d’une petite commode de cerisier. « Comme vous le savez, les terres de monsieur votre neveu, ainsi que les miennes, coupent la Péninsule en deux. Nous sommes un point de passage obligé pour les marchands qui n’empruntent pas la voie maritime, voie sur laquelle, d’ailleurs, mon cousin Kalgar de Systolie, comte d’Ydril, a son influence. Bref, j’ai une demande à faire au sire Aegar qui nous sera, à tous, profitable. »

Il prit le temps de se repositionner confortablement sur son siège avant de continuer « J’ai besoin du soutien de monsieur le marquis pour briguer du pouvoir au sein de leur organisation. Ainsi, je pourrai veiller à ce que les intérêts du marquisat soient défendus et, dans la mesure des possibilités, user de cette influence pour attirer sur nous la bonne fortune.»
Revenir en haut Aller en bas
Aegar Le Déchu
Humain
avatar

Nombre de messages : 311
Âge : 27
Date d'inscription : 16/02/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Visite   Mar 12 Mai 2009 - 7:19



L’accueil fut chaleureux, mais rien de plus. Altar savait que l’accession de son neveu avait fait de nombreux jaloux parmi la basse noblesse de Sainte-Berthilde. En effet il était d’ordre public que la famille Kal’Halan n’était pas née noble, et cela attirait les foudres de nombreuses personnes.


On invita l’ambassadeur dans un petit salon et il y rencontra le Baron. Pour l’occasion Altar avait revêtu des habits splendide. Une somptueuse tunique blanche rehaussé d’or et de pierre précieuse, d’un goût exquis.

Ah ! Monsieur Kal’Halan ! Je suis fort aise de vous voir ! Avez-vous fait bon voyage ?

Ma foi, monsieur le Baron, la route fut quelque peu longue. Mais dans l’ensemble ce fut un bon voyage

Altar observa son hote congédié le personnel, ainsi les mondanité n’était pas de mise ici. Parfait.

J’ai une proposition à faire à monsieur le Marquis et vous qui êtes issu d’une famille d’argent, monsieur, n’aurez aucun mal à en voir les avantages que tout le Marquisat pourra en retirer .Sans nul doute avez-vous entendu parler de la Corporation Marchande ? Ils m’ont contacté, espérant nouer des accords…leur projet peut sembler intéressant…mais également dangereux si aucun homme d’honneur ne garde un œil dessus. Après tout, ils n’hésitent pas à se montrer menaçants envers ceux qui refuseraient… Comme vous le savez, les terres de monsieur votre neveu, ainsi que les miennes, coupent la Péninsule en deux. Nous sommes un point de passage obligé pour les marchands qui n’empruntent pas la voie maritime, voie sur laquelle, d’ailleurs, mon cousin Kalgar de Systolie, comte d’Ydril, a son influence. Bref, j’ai une demande à faire au sire Aegar qui nous sera, à tous, profitable.

Altar observa la carte et fit signe au Baron de continuer

J’ai besoin du soutien de monsieur le marquis pour briguer du pouvoir au sein de leur organisation. Ainsi, je pourrai veiller à ce que les intérêts du marquisat soient défendus et, dans la mesure des possibilités, user de cette influence pour attirer sur nous la bonne fortune.

Ainsi tout se portait sur cette corporation marchande, bien.

En premier lieu, je tiens à vous signaler qu’un entretien est prévu, entre son excellence le Marquis et le chef de cette organisation marchande. Cette entrevue se déroulera bientôt à Langehack. Bien entendu il est évident que son excellence le Marquis prendra toute les mesures qu’il jugera nécessaire pour favoriser le Marquisat lors de cette rencontre. Et évidement je lui enverrai une missive, expliquant vos attente d’une telle négociation. Mais avant tout, expliquez moi en quoi, et pourquoi cette organisation cette corporation serait dangereuse ?



Dernière édition par Aegar De Sainte-Berthilde le Ven 15 Mai 2009 - 16:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Semoras d'Olyssea
Humain
avatar

Nombre de messages : 59
Âge : 117
Date d'inscription : 27/04/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Visite   Mar 12 Mai 2009 - 17:12

« Le danger, monsieur ? Comme vous le savez, la noblesse a, jusqu’ici, toujours su veiller sur, tel un père sur ses enfants, l’économie du royaume. Alors certes il existe des droits de douane à l’entrée de certaines baronnies et cela peut rebuter une poignée de négociants, mais elles servent au développement de nos terres. Or… » il s’empara d’une lettre au cachet brisé, qui trônait jusqu’ici, négligée, sur la table « cette corporation nous promet monts et merveilles comme des baisses des prix qui nous seraient profitables…mais qui en ferait les frais ? Qui connaîtrait un manque à gagner du fait d’un abaissement des taxes ? Je vais vous le dire : c’est nous. En quoi payer moins cher pour un bien vous est-il utile si votre bourse est vide ? »

Sa main passa négligemment sur le bord de son verre tandis qu’il continuait « Bien sûr, cette corporation peut avoir son intérêt mais rappelez-vous d’une chose : ils considéreront tous ceux extérieurs à leur organisation comme des rivaux…et comment verront ceux de leurs membres qui contestent l’une de leurs décisions ?» il marqua une pause, par amour de l’intensité dramatique qu’un arrêt à tendance à instaurer « et si, jusqu’à présent, nous pouvions parler finances entres gentilshommes, nous n’aurons désormais plus notre mot à dire. Nous aurons totalement perdu la main sur le pouvoir économique, qui sera entre les mains…d’on ne sait trop qui !»

Semoras eut un sourire complice avant de murmurer « Néanmoins, ces marchands n’ont du pouvoir que parce que nous voulons bien le leur donner. Nous pourrions, avant qu’il ne soit trop tard, les *noyauter*, en quelque sorte. Les laisser diriger, seuls, c’est prendre le risque de devenir leurs marionnettes. Imposons-nous à eux. Les terres de monsieur le marquis, ainsi que les miennes, sont un point de passage obligé. Le comte d’Ydril veille sur le commerce maritime. Nous disposons d’un argument de taille pour siéger parmi les dirigeants de l’organisation ! Ainsi, nous pourrions nous assurer que les décisions prises n’aillent jamais à l’encontre des intérêts du marquisat mais, au contraire, le favorise. »

Il s’accorda une gorgée de vin avant d’ajouter, sur un ton solennel « Ne leur laissons pas trop grande licence, cette erreur pourrait se révéler trop coûteuse. »
Revenir en haut Aller en bas
Aegar Le Déchu
Humain
avatar

Nombre de messages : 311
Âge : 27
Date d'inscription : 16/02/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Visite   Ven 15 Mai 2009 - 18:11


Altar aimait la franchise du Baron. Ce qu’il présentait était pour le moins intéressant.

Il est évident Monsieur le Baron que nous ne les laisserons pas faire. Certes je pense que nous devrons entré dans cet corporation, car cela représentera dans un future proches des avantages non négligeables. Mais il ne faut pas qu’ils oublie que c’est grâce à nous et uniquement grâce à nous qu’ils peuvent commercer sur nos terres . Et cette alliance avec votre cousin ne pourra que renforcer ce point de vue.

Sa seigneurie le Marquis recevra un représentant de cet corporation à Langehack, et si vous le voulez, il pourra parler en votre nom . Néanmoins il serait mieux que vous veniez, étant donné que c’est grâce à la relation qui vous lis à votre cousin que nous pourrons accroître notre importance au sein de cette organisation.

Altar fit une pause, et reprit .

En effet si vous vous joignez à sa seigneurie le Marquis ; pour les négociation, cela ne fera que souligner le fait que le Marquisat est unie face à cet corporation, et nous pourrons ainsi mieux leur faire comprendre qu’ils ne peuvent se passer de nous

Voila des arguments qui ferait réfléchir le Baron.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia
» le forum de claude ! une visite s'impose les ami(e)s! merci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Baronnie d'Olyssea-
Sauter vers: