AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Requiem de cristal [Katalina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Requiem de cristal [Katalina]   Sam 3 Oct 2009 - 21:04

La ronde éternelle de l'eau qui se tord et se plie, ode mirifique qui s'écoule dans le silence par les bouches sinueuses de sirène oubliées. Une pièce d'or et d'argent, de blanc étincellant et partout l'arôme entêtant des roses, taches écarlates, immaculées, rosée ou encore aussi noires que la nuit. Elles fleurissaient en tout sens, créant l'harmonie dans le chaos, la douceur dans l'abrupt. Au loin, si l'oreille se faisait fine et altière, s'élevait l'offrande celeste des prêtres d'Arcamenel...Cela le berçait, l'amusait lui qui laissait son corps flotter a la surface de l'eau cristalline, les paupières mi closes, il entendait les chants, les accompagnait parfois d'un murmure mélodieux. Cela faisait des heures qu'Arcamenel n'avait pas entendu la complainte de son Gardien :

« Chanteras tu pour moi ? »
« Je suis moi même ton chant »
« Mon plus beau requiem... »
« Ta plus belle plainte... »


Et il est un rire harmonique qui s'élève doucement tandis que des pétales s'accrochent a la peau humide du serviteur, qui serait assez fou pour interrompre l'échange divin ? Paresseuse, Myst laisse sa patte effleurer le miroir aqueux qui acceuille les rires de son maitre...Le clapotis de l'eau est si apaisant, une ronde menée doucement qui caresse et embaume...

Puis le rythme se brise, devient hiératique, annonciateur d'une égarée, il sourit tranquillement, la pudeur ou la honte n'ont jamais eut de place en lui et, entre les cils baissés l'éclat du couchant s'éteint doucement alors que s'éveille le somptueux frôlement d'un tissus de soie...

-Entrez...
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Lun 5 Oct 2009 - 22:59

Requiem de Cristal
Alëandir, septième semaine de l'hiver

Katalina se familiarisait avec Alëandir depuis quelques semaines déjà… Ou plutôt, essayait de se familiariser avec la Cité Eternelle des Elfes. Et il ne s’agissait pas là d’une chose aisée. Tout était si… différent, à l’opposée des villes qu’elle avait pu visiter sur la Péninsule. Et, foi de marchande, elle en avait vu beaucoup, des cités. Des petites, des grandes, des riches, des pauvres… Mais aucune comme celle là. Non, les elfes ne vivaient définitivement pas comme les humains. Ils avaient leur propre philosophie, ancestrale. Leur propre façon de vivre, séculaire. Le tout s’harmonisant en une symbiose étonnante et presque irréelle, du moins pour la pauvre humaine qu’elle était. Elle avait l’impression d’être une étrangère dans cette cohésion, et c’est en effet ce qu’elle était. On lui jetait d’ailleurs souvent des regards surpris, intrigués… hautains aussi, et plus rarement haineux. Elle n’était pas sans savoir que le passé de son peuple et de celui des sylvains était tout sauf calme et paisible, mais se faire aussi foudroyer par un être eternel avait tout de même de quoi troubler…

Comme si elle avait besoin de ça.

Il y avait quelque chose qui la préoccupait plus que le regard courroucé d’une minorité d’elfes aigris. Ses mains et ses avant-bras, meurtris par l’épisode du Miroir, ne guérissait pas aussi vite qu’ils l’auraient du. Elle n’avait pas osé en parler à Aerandir, surtout vu son rôle dans l’histoire, mais elle devait avouer qu’elle commençait à s’inquiéter. Heureusement, ses cauchemars s’étaient de nouveau apaisés… Toujours présents, comme des ombres menaçantes, mais au moins quittaient-ils plus rarement les ténèbres pour s’exprimer. La faute à l’ambiance si apaisante du Temple d’Arcamenel ? Elle n’en savait rien… tout comme elle n’avait aucune idée de ce qui arrivait à ses bras pour qu’il refuse de cicatriser.

Quand elle demanda aussi poliment que possible à un prêtre où se trouvait le sang-mêlé qui lui servait d’hôte, on lui indiqua vaguement une direction… Et bien qu’elle hocha la tête et remercia son « sauveur », elle fut tout sauf certaine d’avoir saisi ce qu’on venait de lui dire. Il y avait un souci à débarquer en improviste en terres elfiques, et il était de taille : elle ne connaissait de leur langue que ce qu’avait eu le temps de lui enseigner Aerandir. Bien peu, bien trop peu pour se faire comprendre et surtout, comprendre ce qu’on lui disait. Heureusement pour elle, elle apprenait relativement vite, du moins selon le Gardien… En attendant, la chose restait handicapante. Comptant les portes, elle s’arrêta finalement sur l’une d’entre elle. Elle n’aurait pas mis une de ses mains bandées au feu, mais elle était presque certaine que celui qu’elle cherchait se trouvait derrière.

Elle crut entendre le doux bruit d’une eau s’écoulant dans un bassin mais ne s’en étonna pas… Alëandir recelait tant de merveilles, des trésors qu’elle n’aurait jamais pensé contempler un jour. Aussi frappa-t-elle sans rien se douter, à l’aide de ses coudes. Une voix qu’elle commençait à connaître l’invita à entrer, et dès qu’elle eut réussi à s’ouvrir le passage, elle s’y engouffra, laissant la porte se refermer.

« Sire Aerandir, j’ai des ques… »

Elle se figea, comprenant brusquement où elle se trouvait. Devant elle, ce n’était pas un bassin ornemental qui trônait fièrement mais des bains… et le Gardien s’y trouvait, nu. Son visage se décomposa alors qu’à cette vision se superposait celle d’autres bains, en d’autres lieux… Elle crut voir derrière le demi-elfe le reflet d’un cobra royal aux yeux sangs, alors qu’elle se laissait tomber en arrière. La scène n’avait rien de menaçant, mais elle rappelait à son cerveau angoissait les pires moments de sa vie. Heurtant douloureusement la porte, elle se retourna, attrapant à pleine main la poignée à pleine main. La sanction fut immédiate, une salve de douleur intense la fit lâcher et elle se recroquevilla sur elle-même…

Les cauchemars n’étaient jamais loin, finalement.


Dernière édition par Katalina le Mar 29 Déc 2009 - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Mar 6 Oct 2009 - 22:24

Les relents acides de la peur rampèrent jusqu'au doux sanctuaire de cristal. Elles se répandaient dans l'eau, glissant leurs ondes furieuses sur la surface polie, détruisant l'harmonie des lieux aussi surement qu'un coup de massue l'aurait fait. Il soupire doucement, juste un souffle qui s'échappe sans réel but, lassitude ? Crainte ? Non, tout cela ne l'agite pas et se serait erreur de le croire. L'eau emet une douce musique lorsqu'elle coule sur lui, lorsqu'elle s'engorge a gros bouillon dans ses cheveux pour venir mourir le long de sa peau et rejoindre le lieux de sa naissance. Il expose sans honte aucune, les tenèbres l'entourent et l'embrassent, le protégeant des outrages et des non dits. Sa chevelure le pare d'un écran voilé d'argent tandis que ça et là, s'éveillent des boucles enfantines et mutines. Il connait l'endroit par coeur, l'a apprit du bout des doigts et son index effleure le velours d'un pétale oublié là..Il remonte jusqu'à la source de cette pluie velouté et se saisit de la mère éplorée. La tige est souple, fragile entre ses mains, elle plie, se tord, mais cache sous l'instant éphémère la solidité du granit...Elle est comme le Lys qui se morfonds et tremble, petite chose apeurée qui craint du Gardien la violence arbhorée. Au lieu de cela, elle n'aura que la tache rose passé d'une fleur qui résiste encore a la froideur de l'hiver.

-Votre peur n'a pas de raison d'être avec moi.

C'était comme un chant...C'était un chant d'ailleurs, lentement egrainé, presque chuchoté. Il y avait comme un voile de soie, un relent de douceur, quelque chose qui s'imprime dans les coeurs et apaise leur battements affolés d'oiseaux captifs.

-Elle n'a pas sa place en ces lieux et si vous ouvriez les yeux, vous le verriez.

Un léger sourire danse une valse adorable sur ses lèvres a peine entrouvertes, la violence peu naitre de ses mains et le sang couler sur ses doigts, mais jamais le Serviteur ne déchirera ce qui l'est déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Lun 12 Oct 2009 - 16:17

Elle n'avait pas pu s'enfuir, trahie par ses bras qui refusaient de guérir, ces mêmes bras qui l'avaient conduite en ces lieux... Et si la douleur n'avait été insupportable que pendant les premières secondes, ils continuaient tout de même à la tancer douloureusement, surtout au niveau des mains. Le monde autour de Katalina n'existait plus. Recroquevillée contre la porte, incapable de bouger, elle attendait l'inévitable. Elle avait déjà vécu pareille scène, avait déjà tenté la fuite et on lui avait prouvé son impuissance. Fallait-il que l'histoire se répète, que le cauchemar s'extirpe de sa mémoire tourmentée et prenne forme alors que tout semblait enfin s'arranger ? Fallait-il que le destin s'acharne contre elle ? Elle avait oublié qui se trouvait dans le bain quand elle était entré, oublié que le Gardien avait été un trésor de patience et de réconfort depuis son arrivée - à sa manière, certes, mais elle ne pouvait nier ce qu'il avait fait. Ne restait plus que l'immonde, l'innommable image du barbare sans âme, violeur et violent.

« Pitié… »

Le pire n'était pas de voir Aerandir nu, non... Pour être tout à fait honnête, elle l'avait à peine aperçu. Non, la vraie tragédie était tout autre. La torture n'avait plus rien de réelle, elle était mentale. A cette scène sans importance s'était superposée son traumatisme. La plaie qui striait son âme, loin d'avoir été soignée, avait été consciencieusement recouverte tour à tour de colère et de détermination, d'horreur et de déni. Finalement, il n'avait pas fallu plus d'une seconde à toutes ces protections pour partir en fumée. Désormais à l'air libre, la terrible blessure donnait libre court à son caractère destructeur. Etait-ce une mauvaise chose ? Serait-elle plus facile à soigner maintenant que plus rien ne la cachait ? Rien était sûr, au fond, mais pour l'heure, Katalina était prisonnière de ses souvenirs. La voix d'Aerandir lui parvenait de loin, comme filtrée, déformée, se teintant des accents terribles de l'envie insatiables. Pourtant, paradoxalement, l'écouter l'apaiser. Cet étrange sensation ne pouvait être qu'une nouvelle traitrise.

« Pitié… Brou... Pitié... »

Elle n'osait pas le regarder, comme si affronter la réalité était un combat qu'elle ne pouvait pas mener. Sans même y penser, elle prononçait de mémoire un des rares mots qu'elle avait pu apprendre de son séjour au Puy... "Brou", saisi elle ne savait plus où, elle ne savait plus comment... Elle l'avait même oublié, mais son esprit avait été le retrouver. Elle pleurait, alors qu'elle s'était juré de ne pas le faire, et tentait de s'échapper, se serrant toujours un peu plus contre la porte. Prisonnière de son esprit tourmentée, elle luttait comme elle le pouvait contre la panique qui la submergeait.
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Ven 30 Oct 2009 - 11:56

Ecoute, le chant de la rose...

Sa naissance au creux de l'impureté, sa force qui perça l'écran d'airain de la terre. La douceur s'oppose a la dureté et se craquèlent les remparts dressés a la hâte. La goutte carmine glisse lentement sur le velours, en dessine les aspérités, dévoilant l'ombre grandissante de sa douleur...Entends sa plainte, alors même que pour la première fois, elle goute la caresse du soleil sur son essence, le doux frôlement des pétales s'ouvrant, luttant pour offrir au monde l'éclat écarlate de sa beauté. Fragile, elle danse au grès du vent, tremble sous sa morsure parfois malicieuse, parfois jalouse d'une nature égoiste. Elle oscille entre éveil et mort, frêle esquisse a peine éclose, douloureuse amante, délicieux bourreau.

Ecoute l'histoire de la rose...

S'ouvrant au delà même de la vision mortelle. Son bouton frémissant, frappant d'un doux balancier les rythmes imprimés. Loin, très loin s'est tut la voix unique des prêtres, simple filet qui n'atteindra jamais la magnifiscience engendrée par l'Eternel, la nature même fait révérence, ferme les yeux et se laisse bercer...Enchevêtrement divin des notes et de l'harmonie, arythmie désavouée, dénigrée qui n'aurait jamais sa place au coeur du temple d'or. Le temps même se fige, s'oubliant, perdant la trace de son chemin immortel, il pose ses mains sur ses yeux, veillard aveugle qui désormais avancera au tempo imposé.
Le guerrier déposera l'épée dressée et dansera, laissant le sang couler sur son visage en longues lignes carmines, envouté, enchanté, la querelle s'apaisera, s'oubliera...

L'or miroite, se dresse comme plein de vie, s'enroule et valse au creux des tenèbres laborieuses, perce par delà les frontières même de la conscience, englobant dans une étreinte chaude et suave la misère délaissée.

-Montrez moi vos mains...
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Sam 31 Oct 2009 - 18:07

La peur était un ennemi contre lequel Katalina ne pouvait, en définitive, rien. Elle avait vaincu la douleur physique, se remettant certes difficilement des jours passés au Puy, mais s’en remettant tout de même. Mais à chaque fois que se profilait l’ombre d’une menace, à chaque fois qu’elle se retrouvait dans une situation qui pouvait la replonger dans des tourments similaires. Dans sa prison mentale, elle implorait grâce alors qu’une partie d’elle-même avait envie de crier qu’elle ne risquait rien. Elle était comme une petite fille abandonnée dans un lieu sombre, à chercher sans la trouver une sortie qui n’existait peut-être même pas.

Sauf qu’Aerandir ne semblait pas vouloir l’abandonner. Déchirant les voiles opaques de la terreur et de la douleur, la voix douce et claire, posée et rassurante du Gardien parvint à ses oreilles, se frayant un chemin jusqu’à son âme. Elle avait mal, horriblement mal, mais étrangement, alors que chaque note s’imprimait dans sa conscience frémissante, elle sentait son cœur s’apaiser doucement, ses bras arrêter de trembler et la lumière, doucement, parvenir à ses yeux clos. Sans qu’elle comprenne comment, il l’avait calmé. Sous l’impulsion du chant, elle sentait chaque fibre de son corps se détendre, elle se laissa doucement glisser contre la porte, alors qu’elle laissait jaillir les peurs trop souvent retenus. Etrangement, cela lui faisait du bien, comme si elle avait cessé de lutter contre l’impossible. Renier la douleur ne l’efface pas, bien au contraire. Dans l’ombre de la conscience, elle se développe, grandit, s’ancre dans l’âme bafouée et, à long terme, se fait souveraine.

« Montrez moi vos mains… »

Sans savoir réellement pourquoi, elle hocha faiblement la tête. Elle se tourna vers Aerandir, évitant de regarder autre chose que ses yeux d’or, et lui tendit doucement ses mains bandées, tremblante. Le sang commençait à imprégner le tissu qui recouvrait les plaies « maudites ».

« Que… Que m’arrive-t-il ? »

Elle avait étrangement conscience d’être dans un état second, sans pouvoir rien y faire, et sans vouloir rien y faire non plus. La question n’attendait pas forcément une réponse, comme une interrogation vaine lancée à la face du vent, elle était juste là pour marquer sa surprise. Elle n’aurait pas du venir, aurait du attendre qu’il vienne à elle, comme à leur habitude. Détournant son regard, elle ferma les yeux, alors que les larmes continuaient doucement leur avalanche. Il était toujours là, et il était toujours aussi nu. Encore bercée par les effets du chant divin, elle parvenait à omettre le détail, mais pour combien de temps encore ? Dans une belle de réconfort, le détail perdait de son importance, mais qu’elle éclate et il redeviendrait un problème majeur.

« Je suis… fatiguée… »

Fatiguée, épuisée, malheureuse, ballotée par des événements qu’elle ne contrôlait pas. Elle était venue à Alëandir pour réapprendre à vivre… Etait-ce sa première leçon ?
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Mer 4 Nov 2009 - 17:17

La chaleur est brulante sous ses doigts, empli d'une douceur carmine qu'il perçoit par delà le coton des bandages. Il ne dira rien encore, il palpe lentement, comme il le ferait d'un verre de diamant, petite chose fragile et vibrante qu'un rien pourrait briser. Délie les noeuds qui renferment l'improbable, il sait, devine sans peine les trainées écarlates, vestiges d'un cadeau offert par l'Immortel. Le prix est lourd parfois, si lourd qu'il crève les coeurs et désincarne les âmes. La force doit naitre des tréfonds abyssaux des mensonges.

-La lutte est rude, trop parfois pour des épaules encore fragiles.

Un écrin rosé envahit ses prunelles, voile fade aux cotés de l'aurore possible. Comme une ombre, une face cachée qui fait partit de lui, un même reflet aux contours opposés. Il est douceur alors qu'il l'aide a se lever, force et faiblesse, une union symbolique dont il est l'enfant oublié. Il ne la brusquera pas, mais sera ce soutient qui ne se demande pas, qui ne s'implore pas, celui qui devient un présent offert aux sylphides blessées a coeur. Il sera le guide qui conduira ses pas jusqu'à cette petite vasque de porcelaine aussi pure que le coeur des vierges indifférentes aux chants divins.

-L'eau...Un symbole de Tari, pureté accordée aux âmes ensanglantées. Elle est douceur pour celui qui sait entendre son chant, elle est ce miroir qui nous sert a deviner au delà des apparences. Ma Soeur ténébreuse y a déversé toute sa sagesse...Elle qui fut la Première...

Les mots dansent entre chant et parole, il connait les secrets de Tari, comme elle connait les siens. Femme bafouée, violée et déchirée, mais fière malgré tout. Il l'a vu panser ses blessures et créer un monde a son image. Il plonge les blessures dans l'eau fraiche, laissant la brulure de la douleur s'effriter.

-Rien ne sert de lutter contre quelque chose qui erre déjà au sein de votre âme. La douleur est une adversaire qui jamais ne se laissera abattre. Elle est comme une partie de vous maintenant, elle réclame ce droit et alors seulement elle trouvera son apaisement. Avoir peur d'elle, c'est avoir peur de vous, de ce morceau que vous souhaitez voir disparaître, cette ombre recroquevillée au creux de votre âme qui gémit. Acceptez là, vous y trouverez la paix.

Ses lèvres n'effleurent qu'a peine la peau veloutée de l'oreille alors qu'il se tient derrière cette silhouette tremblante, rempart infranchissable par bien des côtés. Il murmure alors que doucement, l'eau de la vasque se teinte de grenat, diluant le sang versé, lavant les chairs brutalisées.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Mer 4 Nov 2009 - 18:57

La pauvre Katalina ne savait plus vraiment ni où elle était, ni ce qu’elle faisait. Le chant d’Arcam imposait encore son joug, empêchant la panique de l’envahir de nouveau. Le plus étrange était de voir le corps nu d’Aerandir, de savoir qu’une telle vision était propre à lui enlever toute possibilité de réfléchir et de s’étonner que ce ne soit pas le cas. Elle n’irait pas jusqu’à dire qu’elle se sentait bien, le terme n’était pas tout à fait exact. Non, elle se sentait… détachée, de ses peines et de ses tourments. Plus rien n’avait d’importance, à part peut-être les notes qui dansaient encore dans son esprit. Ca, et la présence du Gardien tout proche d’elle. Ce n’était pas le détail qu’il était simple de mettre au second plan, même avec toute la volonté du monde. Il ne répondit pas à sa question, mais cela ne l’étonna pas. Après tout, elle-même ne s’attendait à aucune réponse. Ce qui lui arrivait devait surement lui arriver, et au moins était-elle apaisée… C’était une bonne chose. Le pourquoi du comment n’avait pas tellement d’importance. Elle sentait ses mains sur les siennes, s’activer avec douceur et tendresse. Il dénouait les liens, sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Après tout, il était aveugle, il n’y avait donc rien à contempler. Elle se rendit compte alors qu’elle saignait. Abondamment ? Elle n’aurait su le dire. Mais cela devint rapidement secondaire quand elle remarqua le léger changement de couleur des iris de sang mêlé. Son sang se figea, elle bloqua sa respiration, et attendit, espérant… Voilà bien des jours qu’elle n’avait pas vu les yeux crépusculaires, et une partie d’elle se languissait de cette vision. Elle ne prit pas la peine de prendre de la parole, trop occupée à chercher dans l’or la beauté du soleil couchant. Que pouvait-elle dire, de toute façon ?

Il l’aida ensuite à se lever. Ca n’avait pas été dans ses intentions, elle serait bien restée immobile à profiter de l’état de torpeur dans lequel elle était plongée, mais il ne semblait pas du même avis et elle ne lutta pas. Elle n’avait jamais été aussi proche de quelqu’un depuis bien des lunes, rien que physiquement. Malgré elle, elle sentait son cœur s’emballait légèrement et le rouge envahir ses joues. Aerandir, heureusement, ne pouvait la voir, et c’était une bonne chose. Elle se rendit alors compte de leur destination. Bien entendu, il n’y en avait pas foule possible, mais c’était le genre de chose à laquelle elle refusait de penser. Et le fait qu’il loua les vertus de l’eau - elle tiqua légèrement quand il parla de « sa Sœur », mais n’était pas en état d’afficher trop franchement sa surprise - ne résolut pas son principale problème.

« Je… J’ai peur de l’eau. »

Un aveu jamais réellement formulé à haute voix. C’était de notoriété publique à Serramire, bien entendu, et ça avait donné à quelques rumeurs bien désagréables, mais il y avait une marche entre le vivre et le dire. On était obligé de le vivre, mais on cherchait toujours la fuite dans le silence. Elle eut envie de s’arrêter mais n’en trouva pas la force. Guidée, protégée par Aerandir, elle n’avait qu’à suivre sans se poser trop de question… Et ça lui paraissait la chose à faire. Même son hydrophobie s’inclinait face à la puissance du Dieu des Passions. Elle déglutit tout de même doucement, hésitant encore à chercher le réconfort dans l’étreinte du demi-elfe… Une part d’elle en avait envie, celle qui résistait encore à son passage au Puy. Mais elle se savait incapable de s’abandonner à l’étreinte d’un homme. Elle avait vu, sentit et ressentit tout le mal qu’un mâle, peut importe sa race, pouvait lui faire, et l’association était vite fait. Mais il n’en restait pas moins qu’il ne voulait pas qu’il la laisse. Sa voix douce était comme un baume, qu’il appliquait avec douceur sur ses blessures laissées vives. Doucement, ses mains entrèrent en contact avec le liquide translucide, mais elle ne réagit pas. Elle l’écoutait, tout simplement. Parce que ça lui faisait du bien.

« Comment… ? Je veux juste oublier… Oublier ce qu’il m’a fait. Pas l’accepter, jamais… »

C’était la première fois qu’elle y faisait ne serait-ce qu’allusion, la première fois que sa voix sous-entendait les atrocités vécues. Il fallait bien y arriver un jour…
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Sam 7 Nov 2009 - 1:01

L'eau miroite doucement, renvoyant comme une enfant malicieuse, les lueurs qui habitaient la pièce. En faisant un jeu que le visage des êtres penchés sur sa sagesse. Les gouttes glissent le longs des doigts fins du Serviteur, comme autant de petits diamants accrochés, parsemant la peau d'éclat étincellant.

-Pourtant, nulle mieux qu'elle ne pourrait vous bercer. Ma Soeur y a lavé ses blessures bien avant que le monde ne soit ce qu'il soit. Elle y a lavé l'affront fait, renaissant doucement. Depuis, elle est icône de mort mais aussi de pureté retrouvée.

Le corps rendu impure, souillé a plus d'un titre, l'âme eviscérée, Tari s'est noyée...Mais jamais elle ne fut plus belle en quittant l'onde argentée.

-Je ne vous demande pas d'accepter ce qu'il a fait, je vous demande d'accepter ce que vous êtes devenue. Rien ni personne ne pourrait remonter le court du temps, il est des actes qui seront a jamais gravés, s'épuiser a vouloir les effacer ne fera que les renforcer. Ce que vous considérez comme une faiblesse peut se reveler votre plus grande force.

Corrigea-t-il avec la douceur d'un Lys éperdu. La violence, l'outrage, chaque trait imprimé en lettre de sang sur la toile de son âme. Rien ne pourra les faire disparaître...Il le sait, comme il sait les clefs qui mènent sur le chemin de la Vie. N'en est il pas le Créateur ? Lui qui chante le désir des hommes, leurs ambitions cachées.

-Le laisser détruire une partie de vous reviens a lui donner la victoire...Et cette importance que vous désirez si ardemment lui interdire. Car au delà de votre corps, il s'est inscrit sur les lignes de votre âme, suçant doucement mais surement ce qui fait votre être.

Il ne l'a pas touché, mais sa main a volée, valsante dans les airs, effleurant le bustier de la robe, perçant au delà du tissus pour toucher ce qu'il ne peut voir, ce qu'il n'aurait pas dut voir...Ce secret qu'il n'est pas sensé savoir mais qu'un murmure lui a soufflé.

-Ouvrez les bras a cette silhouette recroquevillée dans un coin de vous, cette blessure qui s'infecte chaque jour un peu plus, sans vous, elle fletrira, vous entrainant dans sa chute interminable.
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Sam 7 Nov 2009 - 21:34

Katalina avait baissé le regard, quand elle avait évoqué sa capture. Ses yeux s’étaient attardés sur ses mains meurtries et ne les avaient plus quittées. Elle avait regardé, comme hypnotisée, l’eau se teinter doucement d’écarlate, admirant le bal subtil des deux liquides se mêlant pour n’en former plus qu’un. La douleur était là, comme des milliards d’aiguilles plantées dans sa chair, mais elle n’émit aucune plainte. Déjà parce que le Chant d’Aerandir l’avait faite passer au second plan, et qu’ensuite, elle était une compagne presque bienvenue. Elle pouvait lutter contre la douleur, la refouler, la tenir en échec… Alors qu’elle était impuissante face à la peur.

« Je ne suis pas… »

Elle ne put continuer. Qu’est-ce qu’elle n’était pas ? Sa sœur ? Une Déesse ? Il parlait comme le Dieu lui-même, et cela la dérangeait légèrement. Il lui arrivait parfois d’oublier que le sang mêlé était un Gardien, qu’il parlait directement à une Divinité, qu’il était le dépositaire de pouvoirs qui dépassaient l’entendement. Aerandir lui n’oubliait jamais, cela faisait parti de son être après tout. Naturellement, sans même y songer, il donnait des indices sur sa véritable nature, et chacun d’eux ramenait Katalina à la réalité. Elle côtoyait désormais un être de légende. Et ce n’était pas aussi facile que ça en avait l’air. Elle cherchait autant qu’elle fuyait son regard, effrayée à l’idée qu’Arcamenel en personne l’observe à travers les pupilles d’or. Mais, peut-être parce qu’il était ce qu’il était, ses paroles étaient chargées de sagesse. Elle écoutait, Elle savait qu’il avait raison, mais il y avait une différence entre savoir qu’une chose est vraie et l’accepter. Elle avait vite compris, inconsciemment, qu’il était plus simple de refouler ce qui était dérangeant que de faire l’effort de le comprendre et de l’accepter.

Elle se demandait encore ce qu’il lui avait fait, pour la tirer de sa crise de panique, mais elle lui en était reconnaissante. L’épisode l’avait épuisée, mais c’était une fatigue bienvenue. Non pas celle qui vous embrouillait l’esprit et vous empêchait de réfléchir clairement, non… Elle avait l’impression d’avoir couru pendant longtemps, son corps était pris de légers tremblements, et elle était certaine que dès l’instant où elle s’allongerait, elle irait rejoindre le royaume des songes. Il était le premier à lui parler ouvertement de… lui. Il fallait dire qu’il ne le faisait que parce qu’elle s’était ouverte en premier, du moins le supposait-elle. Elle se figea, quand il effleura sa robe. Pas au hasard, non. Elle cru qu’il allait sentir sa cicatrice. La signature d’un barbare à même la chair de sa victime.

« Vous ne pouvez pas… »

Elle ne termina pas sa phrase. Quelque chose lui disait qu’il pouvait certainement comprendre. Peut-être parce qu’il donnait parfois l’impression d’être Arcam en personne… et que le Dieu Prisonnier était le père des sentiments qui pouvaient conduire au viol. Etrangement, cela ne la glaça pas, et elle en fut elle-même surprise. La présence derrière elle devenait tout simplement plus réconfortante, plus douce, plus compréhensive… Elle se retourna, cherchant son regard…

« Aerandir, je… »

Elle se figea. Non pas parce qu’elle venait de se rendre compte qu’elle avait omis d’ajouter un quelconque titre au prénom de son hôte - pas de Sire Aerandir, ni de Sire Gardien, juste Aerandir - mais parce qu’elle reprenait soudain conscience de sa nudité. Malgré elle, elle s’écarta légèrement, juste assez pour ne pas le toucher.

« Excusez-moi… Mais… Pourriez-vous… »

Rougissant, elle détourna le regard. Elle sentait son cœur s’emballer. Elle ne paniquait pas, non… Elle n’en avait plus l’énergie. Mais elle était horriblement mal à l’aise. Elle ne voulait pas qu’il parte, mais savait qu’elle ne pourrait pas continuer plus longtemps dans ces conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Aerandir
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 789
Âge : 32
Date d'inscription : 28/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Ven 4 Déc 2009 - 11:50

Valse d'hésitation qui nait, silhouette ondulante, des pétales entrouverts du Lys. Il ne cherchera pas a entendre la chute parce qu'il la devine dans la résonnance des derniers mots, comme une bouée que l'on jette a la face d'un homme sur le point de mourir.

Il finit sa tache, débarrassant la peau pâle des reflets carmins qui la souillaient. Révélant l'éclat opaleçant du derme lavé dans les flots sacrés. Le chemin est parsemé d'éclat tranchant, blessant inévitablement celui qui le foule en quête de sa propre vérité. C'est ainsi, l'apprentissage est douloureux pour chaque être, Gardien ou non. Lui même, il a parcouru des chemins si ensanglantés qu'il aurait pu se noyer dans un bain de sang, peut être était ce là ce qu'avait décidé pour lui le reflet tronqué du miroir d'argent. L'amour d'un dieu est une charge, une malédiction comme un présent radieux, quelque chose qui s'inscrit dans votre âme et transperce votre corps au risque même de vous détruire.

L'espace nait entre eux, impultion d'une pudeur soudainement révélée. L'arc fin de la bouche du Serviteur s'incurve. Il a oublié. L'étincelle rieuse sautille au creux de ses prunelles lorsqu'il comprends la gêne et le désaroi, il n'est pas moquerie non, mais il est parfois étonnant de voir a quel point les hommes accordent de l'importance a ce qui, au final n'en a pas. Mais il s'incline, ploie la nuque en un assenissement amusé, faisant danser les boucles encore humides de ses cheveux dans son dos.

-J'oublie trop souvent...

chuchote-t-il comme pour lui même. Oui, il oublie trop souvent ce que c'est que d'être mortel, lui qui abrite la conscience et le coeur d'un dieu écarlate, il oublie trop souvent...Myst a comprit, sur une simple note ce que l'on attends d'elle. Elle s'étire, baille un peu, elle qui s'était endormie, une patte négligeament abandonnée a l'eau miroitante. La délicatesse englobe chacun de ses gestes alors même que se froisse dans l'air l'étoffe douce de sa toge. Bruissement vaporeux qui retentit encore lorsqu'il glisse sa nudité derrière ce paravent de tissus, tissus qui boiera l'eau qui coule encore sur sa peau. Qu'importe, le soleil brille encore au dehors, loué par les chants de ses prêtres.

-Vos blessures devraient guérir plus rapidement maintenant.

Lesquelles ? Ca il ne le dira pas, peut être toute, peut être qu'une seule parmis ses soeurs, mais cela a-t-il une importance ?
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   Mar 8 Déc 2009 - 14:49

La réaction amusée, légère du sang mêlé n’était pas ce à quoi s’attendait la jeune Katalina. Elle se serait plutôt attendue à une prise de conscience, à un gène… à quelque chose d’autre qu’un amusement naïf. Etrangement, cette façon de prendre les choses la rassura, et elle esquissa un léger sourire encore bien timide aux quelques mots d’Aerandir. « J’oublie trop souvent. ». Et qu’oublie-t-il ? Que le corps est une chose que les humains cachent souvent avec pudeur ? Savoir ce à quoi pouvait bien penser le Gardien d’Arcam était une tâche ardue pour n’importe qui, et Katalina ne s’en sortait pas mieux que les autres. Elle en était rendue à faire des suppositions. Peut-être, s’ils restaient ensemble assez longtemps apprendrait-elle à déchirer les codes sibyllins du religieux. Peut-être… mais jamais complètement. Un mouvement attira son regard, et elle observa Myst répondre à l’ordre silencieux de son maître. La sphinx est une véritable merveille… Alliance subtile de la dignité propre à la légende qu’elle représente et de la légèreté induite par son comportement joueur et câlin.

Ce qui devait être caché le fut rapidement, et elle sentit sa respiration s’apaiser légèrement. Elle avait beau savoir qu’il n’avait aucune envie de la violer, le voir se draper de ses vêtements étaient une preuve supplémentaire. Parfaitement inutile, mais ô combien indispensable. L’esprit féminin peut parfois être un trésor de paradoxes, mais la peur panique qu’elle avait ressenti quelques secondes plus tôt n’avait rien à voir avec la prétendue complexité de la gente féminine. Les traumatismes n’ont que faire de la raison pour s’exprimer.

« Merci. »

Un léger frissonnement le long de sa colonne vertébrale lui appris qu’une bonne partie du dos de sa robe était trempée, surement à cause d’un contact trop prolongé avec un homme sortant de son bain. Elle ferma les yeux, alors qu’elle revivait la scène. D’un seul coup, elle regrettait d’avoir quitté le havre de paix que représentaient ses bras. Aerandir ne lui laissa pas le temps de soupirer, la tirant de sa rêverie par le biais de quelques paroles dont il avait le secret. Et, bien entendu, elle se posa exactement la question que tout le monde se poserait à sa place : de quelles blessures parlaient-ils ? Elle observa ses mains. Les marques laissées par le Miroir étaient certes plus discrètes que lors de leur apparition, mais pas tant que ça au vu du temps écoulé. Elle haussa un sourcil alors qu’elle se rendait compte qu’elle tremblait.

« Je suis fatiguée. »

Elle regarda autour d’elle, cherchant un endroit sur lequel s’appuyer. La première idée qui lui vint fut Aerandir, qui était désormais de nouveau présentable. Elle fit quelques pas en sa direction, et chancela en sa direction.

Elle avait besoin de repos, de beaucoup de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Requiem de cristal [Katalina]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Requiem de cristal [Katalina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The requiem of death (Finisss)
» Quête du cristal
» Requiem du Guerrier [Ombre]
» The Book. [Eva, Sonata, Requiem]
» REQUIEM V.2 ? « Flesh & Blood. // I'm Alive. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir-
Sauter vers: