Partagez
 

 Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Eve
Humain
Eve

Nombre de messages : 11
Âge : 27
Date d'inscription : 05/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée] Empty
MessageSujet: Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée]   Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée] I_icon_minitimeMer 7 Oct 2009 - 1:04

Nom/Prénom :Eve Lyn
Âge : Dix-neufs ans
Sexe :Féminin
Race : Humain
Particularité:

Alignement : Neutre bon
Métier: Aspirante Chevalier
Classe d'arme : Corps à corps /Défensif.

Équipement : Eve est une aspirante à la chevalerie. Et de ce fait a avec elle une armure en métal avec le casque qui va avec. Aucune fantaisie, aucune particularité, ce sont des objets qui plus est achetés pas cher et qui ont déjà pris pas mal de coups. Ils risquent de se briser bientôt, mais pour le moment Eve la porte et n'hésite pas à charger l'ennemi avec !

Eve a d'autres objets d'une valeur bien plus estimable. Le premier est une lance doté du pouvoir de précision. Cet arme donné par Aurore est longue de plusieurs mètres, solide et faite pour charger depuis un cheval. On peut espérer s'en servir à pied mais son poids n'étant pas des moindre, l'arme laisserai des ouvertures qu'aucun adversaire ne négligerai... Son autre arme est une rapière, qu'elle porte toujours à sa ceinture en maintes conditions, elle considère cela comme son appartenance à la noblesse et cela lui permet en tout lieux de protéger les faibles et les démunis si besoin est. La rapière fut volé dans la demeure de sa mère et n'est pas des plus solide non plus...

Le dernier objet enfin, est le fameux diadème de la famille Lyn. Un diadème très simple, ressemblant à un petit cerceau avec un joyau au niveau du front. Il a cependant le pouvoir de rendre son possesseur plus beau qu'aucune autre personne. Au delà de toute subjectivité, c'est à dire au delà de tous les critères que d'habitude les gens en ont tête. Ainsi même un nain pourra sa surprendre à admirer sa beauté quand bien même habituellement il les déteste. Cependant, le diadème n'offre en aucun cas le sentiment de l'amour et de même, celui-ci est plus fort que le pouvoir du diadème. Cet objet offre la beauté suprême, mais rien de ce qu'en font les humains.

Histoire :

« Bonjour Papa !

Aujourd'hui nous avons fêtés mes cinq ans, maman a fait une énorme fête avec des tas de gens que je ne connaissais pas. Mais il y avait aussi mes amis, on est tous pas allés à l'école et on a joués toute l'après midi, je ne voulais pas qu'il y ait de garçons mais maman a insisté, elle fait toujours ça... Du coup ils ont voulu joués à la guerre, leurs papas portent tous des épées autour de leurs ceintures, ils étaient là aussi tu sais. Il y avait même des enfants que je ne connaissait pas, maman m'a dit qu'ils étaient sympathique alors j'ai rien dit, en tout cas je me suis bien amusée, j'ai fait la princesse pour qui les chevaliers se battaient et les autres filles étaient jalouses alors on s'est disputée parce qu'elle voulaient pas être
les courtisanes d'une fille avec peu de noblesse comme moi. Je ne sais pas ce que ça veut dire mais c'était mon anniversaire alors j'ai pris une épée en bois et je les ais défiées en duel, comme ils font les grands ! Pis elles ont pleurées et sont partis. Finalement je ne me suis peut être pas autant amusée que comme je te l'avais dit au début. En plus maman n'avait pas l'air contente du tout...

Je t'aime mon papa ! »


« Chère Madame De Valande

Il est tard alors que je vous écris, mais il s'agit d'une urgence. Vous m'avez livrée à ces humbles personnes chez qui j'habite depuis maintenant l'âge de mes cinq ans. Mais ceux-là sont atteints d'une maladie que je ne peux identifier, ni même mon précepteur qui est à mes cotés pour m'aider à vous écrire cette lettre. Je demande avec tout le respect que je dois à votre titre de bien vouloir leur porter secours et de manière plus intime, bien que mon professeur me le déconseille, de le faire pour honorer ma douzième année de vie sur cette terre.

Votre fille qui vous aime. »


« Bonjour Papa

Cela fait un moment que je n'ai pas pu t'écrire et je m'en veux un peu de le faire pour te demander une faveur, mais les gens chez qui j'habitais viennent de mourir... Tu sais comme je les aimais et j'ai besoin de toi... Je n'ai nulle part où aller, mère ne me réponds pas.

Ta fille qui t'adore ! »


« Bien le bonjour Madame.

J'avoue ne pas comprendre la raison qui vous a poussés à éteindre le
silence qui s'était installés entre nous deux. Quatre ans de silence suite à ma demande légitime d'avoir de l'aide de votre part alors que ma vie aurai pu prendre fin, faute d'argent et de moyen d'en gagner. Merci de m'avoir appris à écrire, à lire, mais cela ne sert décidément à rien lorsque vous n'êtes pas de ceux qui ne font rien d'autre de la journée que de s'ennuyer oisivement à paraître charmant tout la journée pour en tirer quelques bénéfices. Je séjourne actuellement chez mon père et y apprends des choses certainement plus utile que celle que vous voudriez m'enseigner en me ramenant à vos cotés. Entre autre je préférai vous pourfendre de la lame qu'on m'a offerte plutôt que de déblatérer de vils paroles par la langue de vipère que vous me donneriez. Songez donc que vous ne vous adressez ni à une noble, ni à votre fille, mais bien à une personne qui vous déteste et vous méprise. Si enfant je n'ai pas compris votre geste de m'éloigner de vous, soyez assurée que je m'en rends tout à fait compte aujourd'hui. Je daigne vous répondre que pour la demande que m'a faite mon père. Mais aujourd'hui, nul n'est là pour m'assister lorsque j'écris, soyez donc une nouvelle fois assurée de mon sentiment à votre sujet.

Veuillez, Madame, accepter l'expression distingués de mes sentiments »


Au sein d'une chambre blanche, une jeune femme aux cheveux courts et bruns est assise sur un de ces grand lit à baldaquins. Elle a aux creux de ses mains des lettres et les lits les larmes aux yeux. Je vous présente Eve, protagoniste de cette histoire, fille d'Albert et d'Isabelle de Valande. Voici ainsi la dernière descendante des Valande, fille illégitime du mariage officiel de Madame, et quoiqu'elle fut née avant ce même mariage, dès ses cinq ans, elle fut écarté de la cour de la baronnie d'Ydril pour vivre d'abord à Ydril même dans une famille bourgeoise puis à Mecca, chez son père. Voilà aujourd'hui l'enterrement de Madame, qui obligea Eve à retourner dans cette grande maison qui fut la sienne pendant un court temps dont elle n'a presque plus de souvenirs. Bien que n'en étant pas l'héritière, elle est désormais reconnue officiellement comme Noble.

La maison des Valande était pauvre, tous le savaient mais nul ne le prononçaient directement. Isabelle s'efforça toute sa vie de recouvrir l'honneur des Valande sans toutefois y parvenir. Lors de l'anniversaire d'Eve, Isabelle convia la haute société à passer et le comportement de la petite déçut tant de monde et tant de monde lui en firent la remarque qu'elle décida de s'en débarrasser pour le moment. Ce qui arrangea finalement ses affaires puisqu'elle trouva un mari, ce qui n'était pas chose aisé avec une fille à sa charge sans père (puisqu'enfin le père d'Eve n'étant pas noble, Isabelle s'en était débarrassé assez rapidement). Mais les servantes dirent qu'elle mourra en poussant de tels hurlements qu'ils transcendaient l'éclatant orage de ce soir là. Son mari étant alors absent, il ne put même pas être présent, ni au moment de sa mort, ni au moment de son enterrement.

D'ailleurs, peu de personne étaient présentes, et les servantes furent heureuses d'être conviés par Eve au repas de ce soir là.

Cela se passa dans le grand salon, autour de la table qui s'allongeait jusqu'à six mètre en longueur et deux en largeur. Alors que les chandelles éclairaient de leur mieux la scène, un excellent repas fut préparé pour honorer la mémoire d'Isabelle. Eve avait désormais trois ans de plus que lorsqu'elle lui avait écrit sa dernière lettre. Elle l'avait relus après la cérémonie et si elle ne pouvait regretter de l'avoir écrit, elle aurai voulu voir sa mère une dernière fois... Car de la haine s'était muté la pitié, la pitié de voir un être faible tellement influencé par les autres qu'il devait mener une existence de douleur et de souffrance. Mais le moment était à la joie et au bon repas. Alors que le vin rouge coulait à foison depuis les maigres caves de la maison, les nobles présents quittèrent peu à peu ce qu'ils continuait à penser être une cérémonie. Qui avait pourtant dérivé en une drôle de fête où le chant et la boisson dominaient tout.

Le repas était fini, et sans même débarrasser, les servantes et autres valets se retrouvèrent seul avec Eve, montant sur la table pour danser, criant à en faire fuir les animaux du bois voisins... Pour Eve comme pour les « petites » gens du peuple, faire la fête était le meilleur moyen d'honorer un mort. D'autant plus qu'ainsi et l'alcool aidant, se remémorer les bons souvenirs passés avec le défunt, les larmes aux yeux, devenait une douce nostalgie qui convenait parfaitement à la situation.


Peu à peu, tous quittèrent le grand salon pour aller se coucher. Eve resta. Son père était mort il y a peu de temps et maintenant que sa mère l'était aussi, elle ne se sentait plus l'âme à dormir paisiblement. Elle n'avait pas d'amis. Du moins pas d'amis qui ne la considère de la même façon après avoir pris connaissance de son statut de noble. Cela même changeait son mode de vie dans la ville de Mecca, où son père et elle vivaient. Elle ne pourrait éternellement le cacher et risquer de mourir sans le vouloir, en plus de ne plus pouvoir profiter de la même façon des bienfaits d'une taverne... Eve était trop honnête pour cacher son statut de noble et ne voulant mentir à personne, elle restait sur sa chaise, au milieu du foutoir crée par la fête, dans la solitude. Avec pour seul compagnon le feu de la cheminée qui continue malgré tout à brûler, tandis que les dernières bougies faisaient couler leur cire sur la grande table.

Mais le destin d'Eve n'était point de se suicider après avoir festoyer ! Et c'est ce que lui fit comprendre la magnifique femme qui s'approcha d'elle en entrant par la porte encore ouverte. Une femme ?! Une déesse ! De ses longs cheveux noirs qui coulaient sur de fines épaules blanches et dénudés, une douceur, une candeur incroyable semblait émaner comme un sortilège qui nous enchante volontiers... Tout habillé de noirs, cette sublime créature aux yeux jaunes avait un diadème ornant le haut de sa tête. La belle sourit et s'assit en face d'Eve, toujours hébétée d'apercevoir si belle
femme.


Bien le bonsoir Eve. Je m'appelle Aurore et je suis ta cousine du coté de ton père. J'ai eu du mal à te retrouver mais cela était nécessaire. Hum... Tu ne m'a pas l'air très sobre et j'ai besoin de toute ton attention, tu préférerai peut être parler demain ?


Eve du se ressaisir aussitôt, et sans que ses yeux ne s'écarquillent moins
qu'ils ne l'étaient depuis l'apparition d'Aurore, elle répondit du mieux qu'elle pu


Non, tu peux me parler, j'ignorais que j'avais une cousine...


Aha, c'est à dire que ton père ne m'a pas connu, mais il m'avait malgré
tout donné rendez vous et son aide me fut précieuse dans le passé. Je n'ai peut être pas le temps de te raconter toute l'histoire de notre famille mais bon, cela est pourtant nécessaire.


Alors vas-y j'ai tout mon temps.

Non. Tu devras te rendre compte par toi même de certaine choses. Tout ce que je peux te dire, c'est que j'ai un flambeau à te donner, une mission que j'ai moi même entreprise mais que je n'ai pu accomplir jusqu'au bout. Je suis en réalité vers la fin de ma vie. J'ai vécu dans l'excès toute ma vie, lors de ma jeunesse dans les milieux aristocratique, lors de mon adolescence dans l'étude des cartes, puis dix ans dans la fête et la danse et enfin quelques années pour l'aventure dans laquelle j'aimerai que tu t'investisses. As-tu des projets ou quelque chose dans ce genre ?

C'est à dire que... Je suis une noble désormais et je ne peux donc pas retourner à Mecca où j'habitais avant... Mais j'ai bien ma propre mission à remplir. Je veux devenir un chevalier, puisque je suis noble, autant que cela serve.

C'est parfait, la mission que je voudrai te donner n'empêche
aucunement la voie de la chevalerie, bien au contraire je crois que cela est lié quelque part... Je n'ai pas comme toi cet amour de mon prochain, et mon esprit est proche de la folie malheureusement.


Tu ne m'a pas l'air d'être folle, si on considère pas le fait que cette mission est une folie en soit...

Aha ! C'est bien vrai, et je crois que c'est mieux ainsi, tu te rendras compte
par toi même comme je te l'ai déjà dit. Malgré tout, je t'offre ce diadème, sache que ton père y attachait une importance des plus capitale. Au dehors se trouve un cheval noir et mes affaires qui y sont attachés. J'emporte seulement l'or pour pouvoir aller là où je désire. Adieu chère cousine...


Et ainsi la femme brune leva ses délicates mains vers le haut de sa tête pour y retirer le diadème qui l'ornait et le poser sur la tête d'Eve. Aussitôt l'enchantement disparu et la femme présente devant elle lui semblait déjà moins belle, moins élégante, moins gracieuse. Au fur et à mesure qu'elle disparaissait au loin, tandis que seul le feu éclairait encore la pièce, Eve se rappela subitement des paroles de son père à propos d'un diadème. Elle ne comprit pas vraiment le lien entre ces folies et la vérité... Mais elle décida de porter le diadème, tandis qu'elle se levait pour aller se coucher...


Description physique: Puisque j'ai quelque peu la flemme de décrire Eve, je vais me permettre de rendre visible une lettre qu'elle a reçut après l'enterrement de sa maman. Que l'auteur me le pardonne.

Oh ma belle demoiselle, depuis lors que je vous ais vu à l'enterrement de Dame Isabelle, je ne peux m'empêcher de penser à vous... Vos cheveux tout d'abord que j'ai aperçu de loin m'ont montré dans toute leurs splendeur votre originalité, votre beauté unique ! Quel femme a assez de force pour oser les avoir courts et pourtant les porter avec la grâce et l'aisance que vous avez quand vous les agitez en tournant la tête ! Et la mienne de tête Mademoiselle, vous me la faite tourner plus qu'il ne le faut... Et bien malheureusement, je n'ai pu rester au banquet ce soir là, mais soyez certaine qu'il n'y a là aucune offense... Comment pourrai-je offenser votre personne ? Comment aurai-je pu même penser à vous causer de la peine quand vos magnifiques yeux bleus, entourés tel qu'ils l'étaient par cette couleur noir, pleurait de ces larmes sincères qui m'ont réchauffés le cœur et l'âme ? Oh mademoiselle ! Si j'osais ! Ce n'est pas tant de vos yeux que je parlerai, mais tout autant de votre corps ! Vous êtes à mon goût la plus parfaite, plus petite que mon 1, 74 mètre, mais avec un corps non pas aussi frêle que vos congénères et au contraire à la limite de la laideur masculine ! Vous êtes musclée, mais plus encore, vous êtes belle.

Oh ! Et puis l'écriture m'emporte plus loin que tout ! L'écriture ? Mais non, c'est votre beauté ! Plus je repense à votre visage aux traits si fins, plus je vois votre douce bouche rosée, dont les lèvres me semblent être sucrés. Puis de fil en aiguille, c'est à votre poitrine que ma pensée accorde son attention, car elle est comme je les aime ! Pas grosse mais existante, de celle qu'on peut prendre dans ses mains, qui se voient de manière charmante et presque timide aux travers des vêtements et qui ne pourraient pendre si jamais je vous voyais nue... Dieu me pardonne ces paroles impies ! mais elles sont uniquement pour vous et votre humble serviteur espère qu'elles le resteront... Cependant je prends le risque, car je ne puis plus retenir en moi ce qui fait de moi un homme...



Description mentale : Et quoi de mieux que de continuer sur une si bonne lancé ? (Oui je suis très paresseux ces temps-ci =o) En vous envoyant la réponse écrite par Eve (décidément, étudier les liaisons dangereuses ça me réussit pas =o, non en fait c'est juste que ça m'emmerd* de faire une liste de magasins concernant son caractère, alors c'est plus cool une lettre, mais à la fin je mettrai une petite liste de mots qui la décrivent pour ceux qui voudrai voir rapidement le caractère au lieu de l'analyser à travers la lettre)

Bien le bonjour Monsieur.

Je vous serai grée de ne plus m'importuner de la sorte. Sachez pour votre gouverne que Dame Isabelle était ma mère. Il est tant question de ne pas m'avoir présenter de condoléances que de ne même pas vous être présenté. Apprenez que si mon corps est plus musclé que la moyenne des femmes, ce n'est nullement pour charmer mais bien pour pourfendre et taillader ce qui gênerai à mon pays, et aux préceptes enseignés par la chevalerie dont je fais partis. Il en est de même pour mes cheveux, loin de me soucier d'être originale, cela me permet de combattre plus aisément tout en gardant une certaine féminité. Je suis cependant attristée de voir que ce simple aspect de coquetterie puisse amener vers moi des gens tel que vous.

Je ne vous connais pas et je n'ai aucun désir de vous connaître, mais j'accèderai naturellement à votre requête de ne montrer cette lettre à personne, je peux concevoir que cela nuise à vos futurs relations. Quand au reste, j'ai bien plus l'impression que vous en vouliez uniquement à mon corps plutôt qu'à mon esprit. Ce qui ne m'étonne guère, je n'ai de considération pour le sentiment de l'amour que lorsqu'il s'agit de l'amitié ou de la famille. Et l'idée que je peux avoir d'un couple ressemblerai plus à une amitié sincère qu'un batifolage aveugle et constant. Je suis peut être jeune mais j'ai déjà assez gouté aux plaisirs de la chairs pour ne m'en soucier que dans une moindre mesure aujourd'hui. Et j'accorde bien plus d'importance aux valeurs que je me suis imposé et qui sont celles dictés par la chevalerie qu'à d'autres futilités. Encore que si vous étiez mon ami j'aurai agit autrement, il me semble que là, je ne puis qu'affirmer, sauf tout le respect que je pourrai avoir pour vous, que vous avez agit précipitamment et sans réfléchir. Les seuls actions qui devraient être fait de la sorte sont celle sur un champ de bataille ou lorsqu'autrui a besoin d'aide, mais de grâce, pour charmer, veuillez utiliser votre cerveau...

Si physiquement je suis votre idéal, il me semble que ce ne soit pas le cas en ce qui concerne mon état d'esprit, alors je vous dis Adieu, et bonne
chance.


Mots clés: Humble, juste, droite, généreuse, un peu naïve, un peu trop franche lorsqu'elle parle sans réfléchir, et il faut bien l'avouer, ennuyante... (Bouh c'est une grand mère en fait, je compte sur vous pour me la dévergonder un peu xD)

~~~~~

Comment trouves-tu le forum ? : Toujours aussi bien. Bon il n'y a plus l'enchantement de la découverte mais au moins la certitude de savoir ce qu'on va y trouver x)
Pis y'a même des nouveautés et des nouveaux membres, alors c'est comme le second opus d'un jeu vidéo qu'on avait bien aimé *_*
Comment as-tu connu le forum ? : Bah je m'en souviens pas vraiment, peut être un top site
Crédit avatar et signature (lien vers l'image d'origine et nom de l'artiste dans la mesure du possible) : Sur le site Drakonis.


Dernière édition par Eve le Mer 7 Oct 2009 - 14:27, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
Ranaghar Medel'hel

Nombre de messages : 637
Âge : 30
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée] Empty
MessageSujet: Re: Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée]   Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée] I_icon_minitimeMer 7 Oct 2009 - 8:45

Coucou :)

(Merci Ashenie) Pour l'équipement, chevalière est uniquement un bijou, pour ton cas, ça sera femme chevalier :)

Donc... Au vue de l'histoire, je suppose que pour l'heure, le métier serait plutôt "aspirante chevalier", puisqu'elle ne l'est pas encore...

Car pour devenir chevalier, il faut trois choses, mais tu peux peut-être retomber sur tes pieds de part l'ascendance noble.
* Normalement, l'enfant aspirant chevalier se lie à un Seigneur qui devient son parrain, c'est lui qui l'aidera en partie à devenir ce qu'il est. Dans le cycle classique, l'enfant devient page de sept à quatorze ans, au service de la Dame du Seigneur, il apprend à monter un cheval mais aussi tout les us et coutumes de la cour.
* Au delà, de quatorze au moment de l'adoubement, il devient l'écuyer d'un chevalier qui lui apprendra à se battre à l'épée et lui enseignera les vertus et les principes chevaleresque.
* L'adoubement, vers dix-sept ou vingt ans, quand le chevalier le juge prêt à ce passage..

Dans ton cas, on devrait sans doute détourner un peu le cycle classique, les us et coutumes, l'équitation de part ses origines et le milieu dans lequel elle évolue, mais elle doit les connaître... Le combat également, il est dit dans les lettres qu'elle a déjà un physique développé, suggérant un entrainement...
Au delà, si tu veux vraiment une chevalière directement, on peut imaginer que sa famille connaissait un chevalier qui après avoir vérifié qu'elle soit tout de même prête, ait joué d'influence auprès de son seigneur pour qu'il t'adoube.

Dans ce cas là, mais même pour l'histoire elle même... Pourrais-tu me donner des précisions géographique, pour que tout soit mis dans le contexte, dans quelle région de la Péninsule elle a vécu, évolue.. Sa famille est une noblesse de quelle contrée, ce genre de petites choses qui coûtent pas grand chose mais qui intègre mieux l'histoire... Et on peut imaginer plus tard, avec d'autres nobles, une reconnaissance du nom, savoir malgré la "faiblesse" de la famille, d'où elle vient etc...


Voila :)
Revenir en haut Aller en bas
Ranaghar Medel'hel
Drow
Ranaghar Medel'hel

Nombre de messages : 637
Âge : 30
Date d'inscription : 26/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  857
Niveau Magique : Maître.
Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée] Empty
MessageSujet: Re: Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée]   Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée] I_icon_minitimeMer 7 Oct 2009 - 15:04

Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée] Tampon13


Tu connais le chemin je crois :p


Code:
[Métier & Classe] : Aspirant Chevalier

[Âge & Sexe] : 19 ans & Féminin

[Classe d'arme] : Corps à Corps & Défensif

[Alignement] : Neutre bon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée] Empty
MessageSujet: Re: Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée]   Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée]
» [Validée]Gingi yamada
» Haldurion, apprenti Chevalier Galadhrim
» l armure du Chevalier
» Arthas [Chevalier]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Registre :: Tabularium :: Limbes :: Humains-
Sauter vers: