AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ici commence l'aventure [Berg'inyon et Naïm]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alastein de Systolie
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 106
Âge : 29
Date d'inscription : 19/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 14 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Ici commence l'aventure [Berg'inyon et Naïm]   Mer 8 Sep 2010 - 21:28

[Palais des Plaisirs, demeure du prince Cosimo]

Les cibles de paille étaient dressées dans la salle de trône, l'un des seuls endroits à l'intérieur du palais assez vaste pour que le tir sur cible y représente un vrai défi. En raison de sa taille bien sûr, mais aussi du faste des inestimables tableaux, tapisseries et antiquités qui risquaient de se retrouver dans la ligne de mire. Tandis que le commun des nobles et leurs écuyers s'entrainaient dans la cour, près des écuries du palais, où l'on écartait hommes et bêtes de la trajectoire parfois erratique des traits, le prince, entouré de ses courtisans, s'amusait au cœur du palais.

_ Là, dit Meldo en pressant la gâchette de l’arbalète.

Il ressentit une agréable vibration. La pointe frôla le bord extérieur de la cible et vint se ficher avec un bruit sourd dans le bois de la porte, alors qu'une servante passait à proximité et lâchait son plat dans un glapissement, déclenchant l'hilarité de tous les membres présents dans la salle. Mais Meldo ne rit pas : il était en train de se ridiculiser devant la moitié de la Cour. Il haussa les épaules et encocha un autre trait.

_ Mes mains tremblent, Altesse.

C’était vrai, et ce depuis toujours, à la connaissance du Prince. L’héritier des Buissera n'avait jamais été un foudre de l'arbalète. Une arme qu'affectionnaient tout particulièrement les Thaaris. Mais il compensait sans peine cette lacune par ses talents d'escrimeur ; un statut reconnu à Thaar, où les duellistes aux habits éclatants rivalisaient les uns avec les autres dans des duels qui animaient les rues. On reconnaissait les plus célèbres d'entre eux au nombre de cicatrices qu'ils arboraient. Le capitaine de sa garde, Dorrius, plus habitué aux bagarres rustres qu’aux épreuves courtoises, en était couvert alors que Meldo, après avoir livré d’innombrables batailles et duels, avait le visage aussi lisse et doux que celui d’une pucelle. C’était là la marque d’un maître, Cosimo le savait. Le don Juan avait des yeux bleus et clairs, et des cheveux blonds bien taillés qui faisaient se pâmer les dames de la cour, auxquelles il rendait les sourires avec parcimonie et ce faisant, se trouvait à l'origine d'une épidémie qui décimait la moitié de ces dames : une épidémie de maladies d'amour.

_ Vous avez déjà assez de talents à l'épée, Messire, geignit Dorrius.

_ Un esprit acéré vous sera plus utile qu’une lame acérée, répondit Meldo.

_ Facile à dire quand on est le meilleur bretteur des huit cités, grogna vivement le capitaine.

Les chamailleries sempiternelles de ses deux favoris firent à nouveau glousser le jeune prince. Meldo se renfrogna.

_ Mon maître Bartholomé Lir Riss, de Diantra, est meilleur. Et une bonne douzaine d’autres. Peut-être même Son Altesse ici présente.

Cosimo haussa les épaules, pouffant devant pareille flatterie. Les autres spectateurs se turent, ils n’avaient aucune envie de se retrouver embrigadé dans un match d’exhibition contre le très dangereux Meldo.

_ Massimiliano Ferrucio fut mon maître avant que vous ne le remplaciez, je ne crois pas qu'ils se soient déjà affrontés, n'est-ce pas ? Nous les départagerons donc, à condition que vous misiez, proposa le prince. Et misons gros.

Meldo tira de nouveau. Il toucha la cible, cette fois, mais son trait se planta de travers sur le bord extérieur.

_ Autant qu'il vous plaira, Votre Altesse, lui répondit l'escrimeur en s'écartant pour laisser le passage au Prince, dont c'était maintenant le tour de mettre à l'épreuve la cible.

_ A la bonne heure, je déteste la demie-mesure !

Bien conscient qu’il se donnait en spectacle, Cosimo prit l’arbalète. C’était la meilleure arme qu’on puisse acheter dans toute la Confédération, à la rainure décorée d’un filigrane d’or. Un cadeau de la guilde des marchands de Sélynonte, à son accession au trône. La mire de l’arme était si précise qu’il fallait être un maladroit de l’envergure de Meldo, ou un infirme comme le roi de Diantra, pour rater son coup. Il leva l’arbalète à hauteur de ses yeux pour en vérifier la mire et sentit la crosse de bois contre sa joue. Sans avoir l’air de regarder la mire ni la cible, Cosimo lâcha le carreau. Des cercles concentriques bleus et rouges avaient été peints sur la cible. En son centre, au lieu d’un point, on avait dessiné une minuscule tête couronnée. Le trait du jeune homme le perça en plein centre et une larme de peinture écarlate coula depuis le point d’impact dans la paille.
Des applaudissement lui parvinrent des hauteurs et il leva les yeux. Des courtisans étaient debout aux balcons, bourgeois et nobles, petits et grands, seigneurs et dames dont les manches immenses battaient comme des ailes tandis qu’ils acclamaient leur suzerain. Cosimo sourit et lança l'arbalète à son favori d'un air nonchalant.

_ C’était inutile, mes amis, badina-t-il en levant la main, tout à fait inutile.

Il désigna l’arbalète à Meldo.

_ Recommencez. Essayez de garder les épaules détendues et les mains immobiles.

Le jeune spadassin sourit et peina à encocher un autre carreau dans le sillon, tendant la corde avec un grognement.

Attention, l'avertit Cosimo, ou vous risquez de vous planter un carreau dans le pied. Saillie qui provoqua une nouvelle vague de rires étouffés parmi l'assistance.

Le jeune homme leva l’arbalète et visa. Le trait partit de travers et se brisa sur les dalles du sol. Meldo haussa les épaules. Une porte s’ouvrit derrière eux et Cosimo tourna la tête.

_ Assez, déclara-t-il en levant la main. Qu'on nous laisses à présent.

Meldo reposa doucement l’arbalète contre une chaise et s'inclina pour prendre congé. Imité en cela par le reste des courtisans, ne restait que le capitaine de la garde et les plus proches conseillers du Prince.
Revenir en haut Aller en bas
Naïm Arjah
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 288
Âge : 27
Date d'inscription : 22/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 356
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ici commence l'aventure [Berg'inyon et Naïm]   Jeu 9 Sep 2010 - 8:10

-"Et bien, ne restez pas planté là, vous voyez bien que je veux passer !"

L'ancien assassin de Puy d'Elda, de retour en Ithri'Vaan, s’était mis à son aise et arpentait désormais les couloirs du palais, à la recherche de quelque chose. Ou plutôt, de quelqu’un. Certainement l’une des personnes dont il avait le plus besoin aujourd’hui, et avec qui il était possible de parler sans trop se dissimuler. Cosimo, prince de Thaar, dont il connaissait la mère il fut un temps, Olath, issue des quartiers populaires de Puy d'Elda, et ayant connu la même ascension sociale. Il marchait, marmonnant « Où diable est-il ?! », ignorant les regards insistants des habitants, et poussant parfois un long soupir. Il passa devant une grande porte fermée, des voix lui parvinrent, il continua son chemin, mais il finit par revenir sur ses pas. Cette voix ? Il la reconnut, pour on ne sait quelle raison. Ce qu’il entendit le fit d’ailleurs sourire, raison pour laquelle il n’entra pas immédiatement.

Bien sûr, la garde avait été mise au courant de sa venue, lui, assassin drow au passé lourd et au charisme incontestable, reconnaissable d'entre tous. C'est qu'il n'avait jamais froid aux yeux, quelque soit les circonstances, et pénétrer un palais royal ne l'intimidait guère. Il s'était habitué aux masques et faux semblants, aux hautes courbettes des privilégiés depuis qu'il avait servit le Seigneur des Drows. Le fait que Thaar compte un bon nombre de Sombres et que ceux-ci dominent la ville portuaire lui avait facilité bien des choses, malgré le léger froid qui régnait entre lui et les siens. Enfin, après des mois d'errance et de quêtes plus barbantes les unes que les autres, il revenait auprès des siens, et pour une mission des plus alléchantes. De quoi parfaire, et refaire sa réputation auprès de son peuple.

Tout de noir vêtu, Naïm faisait honneur à ses origines, ne cachant pas la lame qui pendait sous sa hanche droite. Un éclat malicieux dansait dans les iris rouges, il toqua, entra, et s’inclina gracieusement. Puis il se redressa, un sourire aux lèvres, les yeux rieurs ou assassin, on ne savait jamais avec lui. Le Prince était jeune, très jeune même, ce qui ne retirait en rien son charisme et sa beauté. La ressemblance avec Olath n'était pas frappante, il dut même plisser les yeux pour remarquer le léger effilement des oreilles du garçon, mais avec l'âge, le sang drow s'affirmerait, c'était certain. Et si quelqu'un osait lui dire le contraire, il risquait d'être haché menu avant d'aller nourrir les plantes carnivores des cryptes d'Elda. Ce petit avait de l'avenir, ça se voyait, ça se sentait.

-"C'est un honneur de vous rencontrer."

La phrase était brève, concise, il n'avait pas non plus envie de se prosterner et de lui lécher les bottes, ses courtisans étaient parfaits pour ça. Mais là, c'était une discussion d'hommes, de vrais, il n'y avait plus de place pour l'hypocrisie, place au jeu favoris des sombres : les complots et le pouvoir. Il parcourut la salle de son regard acéré et presque indifférent, observant ici et là des tapisseries et autres signes de grande richesse, le Prince vivait dans un adorable petit cocon, c'était amusant. Mais Naïm était persuadé qu'au-delà des apparences, il avait hérité de la force et de la rage de sa mère.

-"Naïm. Vous connaissez sans doute ma réputation. Dans le cas contraire, je vous prouverai mon efficacité."
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 143
Âge : 27
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ici commence l'aventure [Berg'inyon et Naïm]   Jeu 9 Sep 2010 - 13:02

Lorsqu'il avait accepté ce boulot, Berg'inyon avait été secrètement enchanté de cette occasion de visiter un endroit où il n'avait encore jamais mis les pieds, bien qu'il fut sous juridiction drow. Il avait entendu parler d'Ithri'Vaan et de ces cités, mi-indépendantes mi-asservies, pour lesquelles le peuple sombre gardait un intérêt affirmé. De ce qu'il pouvait se souvenir des vagues leçons de politique que son frère avait désespérément tenté de lui faire rentrer dans le crâne, Thaar était une cité en bord de mer, connue pour ses produits exotiques et ses marins, à la fois plate-forme d'échange commerciale et empire maritime. La cité possédait une flotte conséquente et bien entraînée, l'une des principale source de revenus restait la vente d'esclaves et... Et quoi encore ?

Ah, oui. Ne pas leur faire remarquer leur accent Scylléen, parce qu'ils ne supportent pas qu'on les confonde.

Le mercenaire, blasé, haussa les épaules. Bah, si c'était là tout ce qui posait problème, ça ne devrait pas être trop difficile. Saluer le prince - pas trop bas quand même, il était fils d'une famille drow,après tout - et rester poli lors de leur échange, voilà qui ne devait pas constituer une épreuve trop insurmontable !

Alors qu'il marchait en direction du château, il tomba nez-à-nez avec des gardes un peu dépassés par les évènements et qui, après avoir essuyé la pique d'un drow à l'air autoritaire, eurent la surprise de voir passer en force un second individu lourdement armé. Ils eurent bien un geste pour l'empêcher de passer mais, saisissant la balle au bond, Berg'inyon roula des yeux avec exaspération et désigna le drow furax qui s'en allait à grandes enjambées avant de leur balancer, laconique :

- Je suis avec lui.


Puis, comme s'il était parfaitement chez lui, il ignora les récriminations des gardes et emboîta le pas au guerrier sombre qui lui, au moins, avait l'air de savoir où il allait. Quoique peut-être pas, en fait ; hésitant, revenant sur son chemin, il entra finalement dans une grande salle, suivit de loin par le mercenaire au calme imperturbable. Des rires et des applaudissements résonnaient derrière la lourde porte, rapidement stoppés par l'entrée non annoncée de Naïm, qui n'aimait visiblement pas qu'on le fasse attendre. Une voix jeune s'éleva, que le mercenaire identifia rapidement comme celle du Prince étant donné la manière dont elle ordonnait à ses gens de sortir, et un groupe de courtisans franchirent la porte en lançant des regards curieux vers le drow armé qui attendait dehors, un air d'ennui poli sur le visage.

Lorsque les gens de la cour du Prince se furent retirés - Berg'inyon nota au passage un grand jeune homme à l'allure élégante, cheveux blonds et yeux bleus compris, dont la démarche de guerrier jurait avec son air innocent - Naïm se présenta.

-"Naïm. Vous connaissez sans doute ma réputation. Dans le cas contraire, je vous prouverai mon efficacité."

Berg'inyon, en tout cas, avait déjà entendu ce nom. Il attendit patiemment que l'autre ait fini de parler, pour ne pas lui couper tout ses effets, et pénétra à son tour dans la salle du trône.

- Sae'uth ulu thalra dos, Altesse,
dit-il en inclinant légèrement la tête en guise de salut. Berg'inyon Brekkel, mercenaire.

Un peu limite question étiquette (Menuith se serait probablement évanoui de honte si il avait pu voir ça), mais ça irait. Berg'inyon n'était pas adepte des flagorneries, pas plus que l'assassin royal ici présent, et il ne venait pas en demandeur mais en demandé. Si ce boulot ne lui convenait pas, il n'aurait qu'à en trouver un autre. Et il s'était fait maintenant une assez solide réputation dans le métier pour mériter d'être un peu exigeant, sans compter que ceux qui l'avaient recommandé au Palior devaient l'avoir prévenu de son caractère en acier trempé et de son... excentricité. En fait, ils avaient dû lui servir un joli enrobage pour dire qu'il n'était qu'une tête de mule qui ne faisait que ce qu'il avait envie de faire.

Le Prince était étonnamment jeune, bien plus jeune que ce à quoi il s'attendait. Eh bien quoi, c'était ce môme à peine sevré qui dirigeait le royaume de Thaar ? Un demi-drow, en outre, mais le mercenaire ne considérait pas que ce paramètre ne vaille la peine d'être pris en considération. Un homme restait un homme, quelque soit son affiliation.

Mais là ce n'était pas un homme, c'était un gamin !

Un gamin dans un palais royal, aux attitudes princières et entouré de gardes du corps lourdement armés, certes. Un gamin qui maniait visiblement l'arbalète avec un certain brio - il pouvait voir d'ici le carreau fiché en plein centre de sa cible - et, surtout, un gamin qui payait bien. Et franchement, pour le prix qu'il payait, il pouvait être un nourrisson à peine sorti du ventre de sa mère que ça n'aurait pas fait grande différence. Du moment que les honoraires suivaient, après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Alastein de Systolie
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 106
Âge : 29
Date d'inscription : 19/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 14 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ici commence l'aventure [Berg'inyon et Naïm]   Lun 13 Sep 2010 - 14:45

Enfin ! Ils étaient arrivés ! Les mercenaires du prince ! Pardon, les généraux mercenaires du prince ! Bien sûr, la garde avait été mise au courant de leurs venues, on avait beau être à l'autre bout du monde, on n'entrait pas dans le palais d'un prince comme dans un moulin, que diable ! Les gueux restaient des gueux et les princes... des princes.
Le premier à entrer fut celui que tout l'Ithri'Vaan connaissait sous le nom de Naïm. Un assassin drow au passé lourd et au charisme incontestable, reconnaissable d'entre tous. Certains murmurait même qu'il avait servit le Seigneur des Drows en personne. Tout de noir vêtu, Naïm faisait honneur à ses origines. Et il ne cachait pas la lame qui pendait sous sa hanche droite. Qu’est-ce que … Quoi ?!! Soit c’était une vaste plaisanterie, soit ce sombre était d’une arrogance rare. Il plissa les yeux, adressant un regard lourd de reproches à son capitaine des gardes... qui ne le resterait plus bien longtemps ! Bandes de bons à rien ! L’appel à la garde brula ses lèvres, mais il se ravisa. A des années de là, un éclat malicieux dansait dans les iris rouges du drow, il s’inclina gracieusement dans une courbette... ma foi, pour le moins convenable, puis se redressa, un sourire aux lèvres et les yeux rieurs. "Rieurs", bizarre pour un drow... ou malsain, au choix. Cosimo penchait plutôt pour le second.
Le sombre plissa les yeux vers le garçon et sembla le détailler assez minutieusement. Un morceau de salade coincé entre les dents ? Un bouton d'acné mal placé ? Son charisme, probablement ! Oui, quand on est prince, on a une haute opinion de soi-même. Mais mettez-vous à sa place, on le lui répète à longueur de journée...

-"C'est un honneur de vous rencontrer."

La phrase était brève, concise, sans trop d'excès, loin de tout le fatras ridicule que lui servait ses courtisans. Non, là, c'était une discussion d'hommes, de vrais et cela lui plaisait. On entrait dans le jeu favori des Grands de ce monde : les complots et le pouvoir. Le jeu de ceux qui ambitionnaient le pouvoir, ceux qui voulaient le prendre et non le recevoir, comme... oui, je vous le donne dans le mille : LUI !

-"Naïm. Vous connaissez sans doute ma réputation. Dans le cas contraire, je vous prouverai mon efficacité."

Il y eut un instant de flottement, durant lequel Cosimo s'usa à observer son visiteur, avant de rompre le silence, un sourire satisfait à la bouche et la paume ouverte en signe de bienvenue.

_ Bienvenue à vous, mercenaire. Nous connaissons votre réputation, qui vous précède et nous avons hâte de voir si votre efficacité est à sa hauteur.

Un second drow pénétra dans la salle du trône, attendant que le premier se fût présenté pour s'incliner lui-même à son tour et présenter ses respects. Le sombre était de taille plutôt grande pour ceux de son espèce. Sa musculature sèche et bien dessinée laissait deviner un entraînement sévère au combat et une vie de guerrier, ou tout du moins une hygiène de vie particulièrement exigeante. Une aura dangereuse semblait l'entourer.

- Sae'uth ulu thalra dos, Altesse, Berg'inyon Brekkel, mercenaire.

Bon, décidément, ces drow n'étaient pas adeptes des courbettes, flatteries et autres us indissociables de la vie de Cour. Un truc typique des drow ça, ils ne venaient jamais solliciter, mais toujours comme s'ils vous faisaient une faveur. Par tous les dieux! Quelle impertinence, quelle audace … Quelle folie ! M'enfin, c'étaient des mercenaires, pas des courtisans... On ne pouvait leur imputer ce manque d'éducation. Ils vivaient par l'épée et périraient très probablement par l'épée. Non sans avoir emporter leur lot de têtes avec eux. Cosimo avait veiller à prendre des pointures et ses conseillers avaient pris soins de prendre leurs renseignements sur chacun d'entre eux.
Ah ! Le drow ! La langue de sa mère. Olath avait veillé à ce que son fils la maitrise parfaitement. Le prince inclina la tête et rendit son salut au drow avec un fin sourire.

_ zhah mziln natha ssrigg'tul ulu thalra dos, mercenaire.

Maintenant que les présentations et les paroles de politesse étaient échangées, le prince se redressa sur son trône et s'adressa aux deux drows en leur désignant deux sièges que venaient d'apporter des serviteurs, pendant que d'autres, tout aussi zélés, apportaient une table et des cartes.

Bienvenue à Thaar ! Asseyez-vous, je vous en prie. Avez-vous fait bon voyage ? Quelles nouvelles m'apportez-vous de vos contrés ?

Le prince claqua des mains afin que l'on apporte vins et fruits pour rafraichir ses hôtes.
Revenir en haut Aller en bas
Naïm Arjah
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 288
Âge : 27
Date d'inscription : 22/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 356
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ici commence l'aventure [Berg'inyon et Naïm]   Lun 13 Sep 2010 - 22:59

_ Bienvenue à vous, mercenaire. Nous connaissons votre réputation, qui vous précède et nous avons hâte de voir si votre efficacité est à sa hauteur.

- Merci.


Le mercenaire qui executerait la mission à ses côtés arriva juste après Naïm, attendant que celui-ci ait fini de se présenter pour prendre la parole, avec respect, et s'introduire à son tour. Berg'inyon, il le connaissait, un jeune guerrier prometteur comme lui . Il leva la tête vers lui -il le dépassait de cinq bons centimètres- et lui adressa quelques paroles en drow, un sourire aux lèvres. Ils avaient un bon nombre de points en commun dont notamment un goût prononcé pour le cynisme et l'humoir noir, façon "drow" quoi... Sans parler de leur attirance pour le sang et leur appât du gain, au-delà de l'aspect commercial. Comme il était bon de faire équipe avec un frère compétent, ça le changeait de toutes ces quêtes où il avait du ramasser ses équipiers à la petite cuillère. Un itinérant comme lui, rôdeur errant, mercenaire ayant quitté le Puy et son ambiance pesante.

Cosimo répondit dans leur langue, ce qui prouvait son attachement à ses origines maternelles, et à son peuple dont deux fiers représentants se tenaient face à lui, prêt à lui obéir promptement. Il serait donc plus facile de gagner sa confiance, et entre nous, s'attirer les bonnes grâces d'un éminent drow de l'Ithri'Vaan permettrait peut-être à Naïm de renouer le dialogue avec le Trium Virat... Le Prince fit entrer des sièges et Naïm ne se fit pas prier pour prendre place, sous le regard des serviteurs intimidés, peut-être par la présence des mercenaires, peut-être par celle du Prince et son exigence. Il l'ignorait, le connaissant encore trop peu. L'assassin se frotta les mains. Du vin chaud l'attendait déjà, ainsi qu'une généreuse assiettée de viande froide et du pain, sur la table devant lui.

Bienvenue à Thaar ! Asseyez-vous, je vous en prie. Avez-vous fait bon voyage ? Quelles nouvelles m'apportez-vous de vos contrés ?

Naïm se redressa et prit la parole, levant son verre en direction de Cosimo.

- Ca fait trois jours que je marche, j'en ai encore des fourmis dans les jambes. Je trinque à ton hospitalité, jeune Prince de Thaar !

Il but une longue gorgée, posa le verre et reprit:

- Je reviens du Nord, mon frère, je n'ai donc aucune nouvelle digne d'intérêt à te rapporter, je m'échine à rejoindre les miens depuis si longtemps que je ne prête guère attention au reste du monde. Et ce n'est pas le chant d'Arcam qui m'a guidé jusqu'ici mais bien ton appel. Mon grand oncle, Teiweon ait son âme, a contribué en son temps à l'expansion de l'Ithri'Vaan et la domination de notre peuple, et c'est un honneur de venir sur ces terres.

Il s'arrêta et se resservit du vin chaud et un morceau de viande, réconforté par la chaleur du breuvage qui se répendait en lui; tout au moins repoussait-elle le froid physique. Il pensa à la politique de ce territoire neutre et au fait que les humains vivaient ici au même titre que les drows, ou n'importe quelle race probablement. Mais il fallait balayer cette résistance même si elle apportait aux sombres une couverture non négligeable et un profit alléchant. Naïm ne croyait pas les humains de l'Ithri'Vaan capables d'oeuvrer en parfaite collectivité ni même de coopérer entre eux... Devant eux, il n'avait aucune impression de communauté, de partage... Ils savaient parler, raisonner, mais d'un point de vue parfaitement égoïste... Peut-être perçevaient-ils la même chose de leur côté. Ils étaient coupés de réseau drow et isolés comme des pierres, il fallait les frapper un bon coup et les faire disparaître de cette zone.

Il leva les yeux et trouva le regard du Prince. C'était un mulâtre, après tout, il avait sûrement autant de sympathie pour l'humain que pour le drow. Il fallait se rendre à l'évidence, il ne pouvait renier ce qu'il était en partie. Naïm demeura silencieux pour écouter ce que son compère avait à dire, et ce que Cosimo avait à lui répondre, sondant intérieurement la profondeur de la situation. Il passa la main dans ses cheveux, tirés en arrière et retenus par un fil d'argent. La lumière interieure faisait ressortir l'éclat rougeoyant de ses iris, tandis qu'il observait le comportement de leur hôte.
Revenir en haut Aller en bas
Berg'inyon
Drow
avatar

Masculin
Nombre de messages : 143
Âge : 27
Date d'inscription : 30/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ici commence l'aventure [Berg'inyon et Naïm]   Mer 29 Sep 2010 - 13:36

Une fois assis, Berg'inyon observa d'un oeil amusé les serviteurs qui s'empressaient d'obéir (voir d'anticiper) les désirs de leur jeune maître. Ses gens lui obéissaient avec une diligence et une efficacité hors pair, ce qui ne pouvait que bonifier la réputation de ce Prince au sang métissé. Quoique Berg'inyon eut peut-être été malvenu de parler de métissage, étant donné ce bleu si clair qui emplissait ses prunelles et qui lui avait valu quelques piques bien senties de jeunes drows imprudents qui ne tardaient pas à ravaler leurs insultes en même temps que leur langue, au sens littéral du terme.

- Je trinque à ton hospitalité, dit Berg'inyon en levant également son verre, ainsi qu'à la santé de tes serviteurs ! Un proverbe dit : "Seule la qualité des valets est bonne juge du maître", et je dois avouer qu'en peu de maisons j'ai vu gens aussi soucieux du bien-être de ses invités...

Le soucis en question s'expliquait sans doute par une certaine dureté dans le traitement qui leur était infligé, et le ton du mercenaire était aussi ironique que ne pouvait le permettre la situation. On ne pouvait que traiter avec respect un maître craint de ses valets (ce qui était la norme chez les drows, et qui passait pour du meilleur ton), même quand il n'avait guère plus de quelques dizaines d'années.

- Je crains de ne pouvoir t'être d'une grande aide en ce qui concerne les nouvelles, ajouta-t-il en le fixant franchement dans les yeux -par instinct plus que par arrogance- avant de se rappeler que cela n'était sans doute pas très poli. J'ai longtemps erré le long des chemins d'Aduram, et les arbres qui y résident depuis des millénaires n'ont guère changé de place. Certains sortilèges semblent y être à l'oeuvre, mais je me désintéresse de la magie, et je ne saurais dire si ils sont bons ou mauvais pour toi.

Se servant copieusement en nourriture, le mercenaire jeta un regard curieux vers Naïm qui ne s'était pas fait prié pour commencer son repas. Il le connaissait de réputation, bien que n'ayant jamais eu l'honneur de le croiser, et certains des bruits qui couraient sur lui étaient arrivés jusqu'à ses oreilles. L'assassin royal, vraiment ? Enfin, si ce que racontaient certains était vrai, ce qui restait à prouver, car on en prétendait tant sur la personne royale qu'il devenait parfois difficile de démêler le vrai du faux. On le disait excellent guerrier, sûr et farouche, et de travailler avec un homme si célèbre ne pouvait pas nuire à sa propre réputation. Quand à savoir si il était fiable, et bien...

Les circonstances lui permettraient d'en être juge. D'ici là, il valait sans doute mieux garder un oeil sur lui et s'assurer qu'aucune dague ne vienne se nicher entre ses omoplates. Ils étaient tous deux des drows, après tout, et bien qu'associés sur cette affaire ils n'en restaient pas moins de potentiels concurrents le reste du temps. Un drow averti en vaut au moins cent, comme on dit !

Berg'inyon, ayant quitté le Puy à peine sorti de l'adolescence, n'était pas non plus averti de toutes les question politiques, des rumeurs et des tenants et aboutissants des affaires internes drows. Il ignorait pratiquement tout de la situation actuelle de l'Ithri Vaan et, pour être franc, ne se sentait pas plus concerné que ça par les circonstances de son contrat. On lui disait de se battre, de tuer, et on le payait bien pour ça ; le reste, ce n'était que de la littérature.

En revanche, il était un brin curieux de savoir comment quelqu'un d'aussi célèbre que Naîm avait pu quitter ce fameux emploi d'assassin pour vendre son épée au plus offrant. Certes, son employeur actuel demeurait princier, mais il y avait une différence notable entre travailler pour la souveraineté du Puy et pour le Prince de Thaar. Il y avait sans doute une affaire pas très propre là-dessous, et il se promit de lui poser la question à l'occasion, avec toute la diplomatie dont il pourrait faire preuve - c'est-à-dire pas grand'chose.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ici commence l'aventure [Berg'inyon et Naïm]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ici commence l'aventure [Berg'inyon et Naïm]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Berg'inyon Brekkel [Mercenaire]
» Partons à l'aventure !
» [1st Rp] Petite aventure dans les plaines
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» Event RP "aventure"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: