AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Morek Tête-de-fer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morek Tête-de-fer
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 32
Âge : 116
Date d'inscription : 10/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  144 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Morek Tête-de-fer   Mar 12 Jan 2016 - 22:18


Nom/Prénom : Morek Tête-de-fer
ge/Date de naissance : 144 ans (né en 863)
Sexe : Masculin
Race : Nain
Faction : Cité-Etat de Thanor
Particularité : Hypermnésique, et n’utilisant en conséquence que rarement sa mémoire car demandant chez lui beaucoup de temps et provoquant de la fatigue.

Alignement : Neutre strict
Métier : Ingénieur en Chef, Membre du Haut Conseil de Thanor, Thane du clan Tête-de-fer
Classe d'arme : A distance

Équipement :

L’ingénieur en Chef Morek dispose d’un grand nombre de biens, accumulés par les siens avant lui puis lors de ses longues années de travaux à Thanor. Même s’il n’est pas aussi cupide que beaucoup de ses congénères, il n’a pas oublié au cours de son presque siècle de carrière d’accumuler un certain nombre de richesses. On comptera parmi ses possessions une demeure de taille significative à Thanor où il dispose d’une impressionnante collection de roches, cristaux et de modèle de ses inventions ainsi que d’innombrables traités techniques. Il dispose également d’une retraite en Basse-Virnée, construite à même les Falaises d’Arkan, un lieu où il aimait se ressourcer et réfléchir à ses futures inventions mais qu’il n’a que très peu visité depuis la Malenuit.

Il est habituellement habillé d’une tenue faisant honneur à ses origines, à son titre et à sa prestance. Morek se présente donc normalement en grandes tenues de cuir et de métal, simples dans leur apparence, mais que tout connaisseur pourra reconnaître comme ayant nécessité un grand travail de recherche et de finition. Bien qu’il préfère des teintes habituellement assez neutre, allant du marron foncé au gris anthracite, il porte parfois des pièces de couleur rouge ou orange.

S’il ne les utilise que rarement, il dispose naturellement des armures ressemblant à celle de tout dawi ayant été formé au combat. En tant que chef de son clan celui des Tête-de-fer, l’un des plus prestigieux de la cité et principalement formé d’ingénieurs, il porte systématiquement l’emblème de son clan sur une broche finement ciselée qu’il place à divers endroit selon son humeur. Il a depuis l’origine été l’un des promoteurs de l’abandon du système de caste au profit du système clanique et ne perd pas une occasion pour rappeler son attachement à ce dernier.

Féru de technique et de avide de savoir, il ne se dépare que rarement d’une sacoche dans laquelle il dispose de quelques outils élémentaires de calcul, d’outils de tracés géométriques et de ses carnets, qui sont au minimum au nombre de trois, l’un permettant de noter un certains nombres d’éléments courants qu’il essaye de sortir de sa mémoire, un autre servant de recueil lui permettant d’accéder rapidement à sa mémoire profonde, et le dernier lui servant simplement de brouillon d’écriture. Il y stocke toujours une paire de loupes dont les verres peuvent être modifiés de manière à grossir ou à simplement protéger d’une lumière éclatante.

Bien qu’il ne se déplace presque plus seul hors de Thanor, il dispose lors de ses sorties souterraines profondes ou de ses voyages en surface en terres inconnues d’armes à distance qui sont pour la plupart issues de son esprit fécond. Il est donc un aficionados des arbalètes dont son modèle et à répétition et travaille à la composition d’armes de jet plus efficaces portatives qu’il se fait fort d’essayer lui-même.

Il n’est pas rare de le voir également en tablier, le plus souvent de cuir très résistant, ou parfois dans des tenues renforcées pour rendre plus supportables les hautes températures ou protéger des pincements mécaniques et des projections. Ses tabliers remontent la plupart du temps très haut, permettant de protéger sa barbe et sa chevelure.

Description physique :

Morek est un nain de 158.6 cm très exactement et ce qui est une fierté pour lui, bien qu’il ne s’en targue pas à longueur de journée. Ayant un regard froid et transperçant, surmontant un nez aquilin, il arbore souvent un sourire un peu carnassier. Il dispose d’une barbe conséquente et parfaitement soignée. Il en va de même pour l’épaisse tignasse qui redescend le long de sa nuque. Ses cheveux de couleur châtain clair, tirant sous le soleil sur le blond foncé, sont toujours bien entretenus.

Bien que n’étant pas un guerrier, il a une stature musculaire importante, issue du fait qu’il ne rechigne jamais à mettre la main à la pâte lorsque des machines sont à modifier ou à réparer. Il n’est pas rare de le voir montrer à ses subordonnés des exemples de première main. Ses grosses mains sont la plupart du temps gantées, pour cacher les cicatrices et les cales que son épouse à en horreur et qu’il a accumulé à force d’années de travaux acharnés.

Il ne dispose d’aucun tatouage ou marque spéciale sur le corps. S’il n’est pas gros, il n’est pas maigre non plus et dispose d’un peu de réserves par dessus ses muscles, étant bon mangeur et bon buveur.

Description mentale :

Morek est un nain très fier, très travailleur et très entêté. Il ne s’énerve que rarement, mais lorsqu’il s'énerve pour de bon, ses colères sont presque légendaires. Personnage haut en couleur, il dispose d’un rire gras et très imposant dont il n’use pas avec parcimonie. Lors des inspections, on dit parfois qu’on l’entend arriver à son rire. Pour autant, même s’il aime rire, il est capable de passer d’une très grande chaleur à un froid glacial, mais surtout sans transition de l’un à l’autre.

S’il aime rire, il ne le fait jamais lorsqu’il discute de la politique de sa chère citée de Thanor, où lorsqu’il parle de sujet sérieux liés à l’un des systèmes nains dont il a la charge. Sa mémoire est telle qu’il souffre presque d’hypermnésie. Cette bénédiction autant que maléfice le rend souvent irritable et susceptible et il est souvent indisposé par une critique directe de ses faits ou de ses théories.

Dans sa jeunesse cela lui a beaucoup joué de tours, et il se battait souvent. Il a depuis appris à se contrôler et par conséquent calcule avec une froideur presque mécanique ses actions et ses paroles avant de les soumettre au jugement du public lorsque ces dernières lui importe, en particulier à propos de technique ou de politique. Le fait qu’il soit justement rarement mit en défaut a quelques peu renforcé le phénomène et il entend encore moins bien la critique que dans son enfance, tant il planifie maladivement. S’il ne socialise pas souvent, cela reste un bon compagnon de boisson et de repas tant que la discussion reste autour de sujets légers où il peut se forcer à faire la part des choses.

Quelque peu maniaque de l’ordre et de la propreté, il n’est raisonné que par son épouse, l’amour de son existence. Il défend avec beaucoup de force ses convictions dont il ne change que rarement. Il adore la résolution des problèmes et peut passer des semaines à travailler sur un sujet sans presque s’interrompre s’il le considère digne de son intérêt. A côté de cela il n’accepte que rarement des tâches qui ne piquent pas son intellect et peut se montrer très dédaigneux. Sans un travail intéressant, il dépérit très vite et peut plonger dans une grande morosité qui le conduit immanquablement à finir par chercher refuge dans sa retraite d’Arkan ou à prendre part à des explorations souterraines.

Malgré tous ces vices, il se comporte en bon père très affectueux et très fier de sa progéniture. Il est rigoureusement surveillé en cela par son épouse, une naine au caractère bien trempée issue du clan des Fonds-de-roches qui ne se prive pas de le rappeler à l’ordre s’il fait mine d’abandonner sa progéniture trop longtemps. Les seules conditions dans lesquelles il n’est pas calculateur pour un sou.

Capacités magiques :
N/A

Histoire :

C’est non loin des bords de l’océan d’Eris, sur les falaises d’Arkan, que commence l’histoire de Morek, chef ingénieur de la fière cité de Thanor. Ces immenses pans de roche de granit plongeant dans les eaux tumultueuses ont depuis toujours été un lieu mystique pour les peuples passant sur cette terre, et en particulier pour le peuple dawi qui tient sous sa coupe ces terres aussi loin que la mémoire des historiens s’en souvienne. Ces sur ces bords rocheux, niché comme un nid d’aigle dans une falaise que le clan Tête-de-fer a construit sa retraite.

Les contrées de l’Arkan représentent l’embouchure du fjord menant à la fière cité de Thanor, la ville que ces nains et ces naines ont servis de toutes leurs forces depuis des temps immémoriaux. Si Thanor représente un idéal de civilisation pour les dawi, la contrée de l’Arkan est déserte et sauvage pour l’essentiel. C’est un lieu minéral, battu par les tempêtes de l’Eris et par le froid de l’hiver, pouvant se montrer glacial. A peine peut-on y voir verdir quelques brins d’herbes.

A ce titre la retraite des Tête-de-fer s'agrippe au flanc de la falaise et est principalement souterraine, un sujet que les dawi maîtrisent parfaitement, et à plus forte raison le clan qui représente l’excellence d'ingénierie de la cité. Sur le balcon à la vue stupéfiante de la demeure se trouvait, repoussés par les embruns et par l’océan souvent déchaîné quelques tas de sable amoncelé. Il fallait dire que la venue dans ces lieux s’était fait dans la précipitation, personne n’avait pensé préparer les lieux.

Awali Tête-de-fer avait voulu mener à son terme sa grossesse en ces lieux qu’elle aimait, emmenant avec elle son insatiable mari, un dawi à l’humour facile et à l’intelligence rare, maitre de sa maison, de son clan, et certainement le membre le plus important de sa caste.

Aucun jardin d’agrément n’existait en ces lieux. C’était bon pour les hommes de faire pousser des fleurs d’après le père de Morek, souvent exaspéré par le temps que l’on pouvait perdre à tenter de changer les choses vivantes. Elles étaient mouvantes, ingérables. Il préférait les choses mortes. Un métal, une pierre, du bois sec à la rigueur. Voilà de quoi était fait l’essence des choses immortelles et dont on pouvait espérer atteindre une perfection immobile.

Sous l’influence de son épouse néanmoins, il avait planté un pin. Un petit pin de rien du tout qui se retrouvait là, dans un pâté de sable, sur son majestueux balcon. L’amour avait ses raisons que la raison ne connaissait pas. Ce pin était bien inutile. Aussi inutile que lui se sentait en ce moment clef de son existence. Son épouse accouchait.

Il n’assistait pas. Il était aussi inintéressé par les détails de la mise au monde de sa progéniture qu’il avait été intéressé dans les détails de leur conception, quelques mois auparavant. A vrai dire il n’aimait pas l’idée même d’assister à ces détails. C’était une faiblesse qu’il assumait. A la vue de la couleur qu’il avait prit au début de l’opération, et à l’énorme anxiété non contrôlée qu’il avait montré son épouse lui avait de toute manière fermement intimé l’ordre de partir séance tenante, s’il souhaitait conserver sa petite tête adjointe à ses épaules.

Finalement on vint le chercher. Un garçon. Il fila jusqu’à la chambre. Et se fit presque arracher les yeux de la tête lorsqu’il déclara que finalement il s’était inquiété pour pas grand chose. Il se fit finalement pardonner par son épouse, qui lui passait bien des défauts, lorsqu’elle vit les yeux et la moue qu’il fit à la vue de leur oeuvre commune.

Finalement, des choses parfaites pouvaient naître du vivant...


-------------

Morek Tête-de-fer était une tête de mule. Cela ses parents le lui avait bien fait sentir. Oh oui. Bien sentir. Mais Morek, s’il trouvait cela d’une crasse injustice, ne pouvait leur en vouloir, car il savait qu’ils s’en faisaient pour lui. Du haut de ses quelques années d’existence sur cette terre, il comprenait bien que ces parents essayaient de lui faire comprendre les manières de mieux s’entendre avec… Et bien avec tout le monde au final.

Mais il était dur de faire croire aux autres qu’ils n’étaient pas bête. Vraiment c’était épuisant. Car rien ni personne ne pouvait le contredire, car il se souvenait de tout. Ses leçons, l’heure qu’il était au moment du repas du soir du 5 de la première ennéade du mois précédent, la couleur des bottes de sa mère le même jour de l’année passée. Lui trouvait cela normal, car il avait toujours vécu ainsi, tout du moins depuis l’âge de ses six ans. Mais au final il se rendait bien compte que quelque chose n’allait pas en lui. Que si cela permettait de jouer à l’intéressant, cela provoquait en lui des choses que les autres n’avaient pas.

Les autres ne se réveillaient pas la nuit avec l’impression qu’une enclume lui était tombé sur la tête. Les autres n’avaient pas besoin de faire un effort surhumain pour ne pas dire, crier même, les milles et une chose que le moindre son, le moindre mot lui rappelait. Les autres n’avaient pas besoin de prendre parfois des jours entier dans une salle sombre, sans un mot, sans un bruit, pour -juste l’espace d’un instant- ne pas avoir le fardeau de se rappeler, d’engranger des souvenirs qui étaient déjà trop nombreux.

Comment pourrait-on espérer lui demander de vivre plus de deux cent ans, comme grand papa dans cet état ? Il ne le concevait pas. Il ne l’envisageait même pas. Heureusement depuis deux ans il avait appris une chose merveilleuse : il avait appris à écrire. Car les dessins ne suffisaient plus. Il avait pendant longtemps dessiné, dessiné avec force, avec compulsion, tout ce qu’il cherchait à sortir de sa mémoire, comme le trop plein d’une source à la fonte des glaces. Et maintenant il écrivait. Il écrivait tout. Absolument tout. Tout ce qui n’avait pas d’importance. Et la vie était faite de choses principalement sans importances, donc il écrivait presque tout. Des milliers et des milliers de pages, où s’entassait des millions de lignes, des milliards de mots. Il y passait quatre heures par jour, plus parfois.

On s’inquiétait pour lui, il le savait bien. On lui demandait d’essayer de changer. On essayait de le comprendre, de voir comment faire pour lui rendre un peu, juste un peu, la vie d’enfant qu’il n’avait presque pas pu avoir.

-------------

Et un beau jour, quelques années plus tard, tout avait changé. Du jour au lendemain. Il avait trouvé l’astuce. A force de réfléchir, à force de chercher à cerner le problème. Un beau jour, il était sorti de sa chambre, comme si de rien n’était, et il était aller retrouver sa mère. Et il avait demandé à reprendre les études, à la stupéfaction de ses parents.

Il y était arrivé. Il ne se souvenait plus comment il était arrivé à cette solution, si simple et si pratique, et qu’il aurait été incapable d’expliquer à un autre. Il n’y avait pas de mot pour expliquer comment ranger un cerveau. Pas de termes tangible pour expliquer comment trier une mémoire. Il avait trouvé une solution. Simplement. Naturellement.

Oh bien sûr il devait encore écrire un peu, pour certaines choses difficiles à classer. Mais il n’avait plus besoin d’y passer des heures. Quelques dizaines de minutes par jour, tout au plus. Surtout les mauvaises mémoires. Les plus entêtantes, les plus stupides parfois.

C’était un équilibre difficile à trouver, en mouvement permanent. Il avait l’impression de tenter d'apaiser une mer déchaînée à l’aide de petite cuillères d’huiles jetées petit à petit. Comme une pelote de laine mal enroulée, à chaque fois qu’il devait se souvenir d’une chose, il devait faire un effort conscient pour éviter de se rappeler de tout le reste. Il prit donc pour habitude d’utiliser sa mémoire avec parcimonie, avec grande prudence, et de réfléchir dans l’instant plutôt que dans le passé. Il préférait construire des raisonnements et appliquer une logique immédiate plutôt que de chercher dans son passé une situation d’expérience. C’était là le dernier recours, et qu’il savait être épuisant. En conséquence il n’utilisait que rarement ses souvenirs ou sa mémoire, pour la simple et bonne raison qu’il avait le plus grand mal à la maîtriser que cela lui prenait un temps démentiel de parvenir à contenir sa mémoire, et par conséquent s’en retrouvait systématiquement fatigué.

-------------

L’apprentissage avait été facile pour lui presque évident. A vrai dire il se demandait parfois pourquoi les autres avaient prit autant de temps pour comprendre ce qui était simplement une évidence pour lui. Mais avec le temps, et en se frottant à des problèmes de plus en plus épineux, il finit par comprendre que le socle faisait tout. Les choses lui paraissaient évidente parce qu’il les connaissaient par coeur, mais avoir une pensée originale. Une pensée qui ne sortait pas des tréfonds de sa mémoire, voilà qui était difficile.

Cela le travailla beaucoup. Et l’amusa énormément. Voilà quelque chose qui semblait presque étranger, et un parfait échappatoire pour son cerveau malade. Il s’attela donc à résoudre des énigmes. D’abord simple, puis compliquées, mais impérativement originales. S’il connaissait déjà la solution, cela ne l’intéressait tout simplement pas. C’était trop simple, et cela lui remettait sa condition en pleine figure.

Résoudre des problèmes complexes et originaux ? Voilà à quoi il pourrait servir. Lui qui jusqu’à présent s’était dit qu’il n’arriverait jamais à être un ingénieur, que tout au plus il finirait perroquet de luxe aux archives. Il comprit ce jour là pourquoi et comment on pouvait réussir dans son clan. Pourquoi et comment il finirait, au final, par arriver à se hisser dans sa caste et parmi les siens.

Il ne restait plus qu’à travailler, et à amuser tant que possible sa galerie intellectuelle.

Morek était au final heureux, heureux et fier pour la première fois depuis longtemps. Depuis 7689 jours exactement. Heureux d’être non seulement parvenu à émerger d’une enfance difficile, mais également heureux d’en être arrivé à un moment de son existence que beaucoup pensait inimaginable lorsqu’il n’était encore que Knublstubi. Le grand moment était arrivé, et pour son Kumenouth il avait travaillé d’arrache-pied un an durant.

Dans son clan, outre la grande fête donné en l’honneur du jeune nain passant à l’âge adulte, il était de bon ton, si l’on voulait prouver sa valeur, de faire la démonstration de ses capacités d’invention. Etant quelque peu imbu de lui même, il avait décidé de faire de son exemple quelque chose d’inusité dans le détail et dans la difficulté de conception. Sa seule exigence fut de choisir l’endroit de son banquet de Kumenouth et le lieu de construction de son invention. Il s’agissait de la place centrale du quartier occupé par les Têtes-de-fer dans un sous-sol de Thanor. Il construisit un grand échafaudage autour de la fontaine centrale camouflé sous d’épaisses tenture pour travailler en secret et chacun s’imagina qu’il était en train de concevoir des jeux d’eau pour la fontaine.

Au dévoilement de son projet, quelle ne fut pas la surprise pour les autres nains de constater qu’il s’agissait en apparence d’une simple immense sphère de métal posé sur un piédestal au centre de la place, par dessus la fontaine de la place. Les autres nain ingénieurs du clan, bien que pourtant savants, ne comprirent pas l’utilité de la chose et une grande partie du banquet se déroula dans la plus grande incompréhension, les convives participants à la fête mais s’échangeant des regards un peu désolé, pensant que le jeune Morek était retombé dans sa folie enfantine, l’homme aux raisonnements si froids et à la mémoire si complète, incapable de faire travailler tout cela de concert pour tirer une pensée originale.

C’est vers la fin du repas, alors que chacun se trouvait aux limites de ce qu’un corps peut boire ou manger que Morek se décida à faire une démonstration de son invention. Faisant éteindre les lumières, il appuya sur une série des complexes dessins qui entourait l’équateur de la sphère. Instantanément cette dernière commença à cliqueter et à fourmiller d’un nombre incalculable de petits bruits de mécanismes, pour finalement s’ouvrir en plusieurs endroits et se déformer pour ressembler à une grosse pomme de pin mécanique. Dans la pénombre de la pièce, on vit apparaitre en son centre une lumière crue qui fut rapidement tamisée et concentrée en un nombre incalculable de petits rayons lumineux, formant des petits points de couleur et de tailles différentes qui furent renvoyés par autant de petits miroirs, formant les extrémités de la pomme de pin, vers le plafond voûté par dessus la grande place.

L’effet était déjà parfaitement surprenant quand Morek vint à nouveau appuyer sur un autre dessins des pourtours de la sphère et les centaines de milliers de points se mirent à tous s’ébranler rapidement dans une spirale infernale pour se figer finalement dans un ordre que chacun put reconnaître : il s’agissait d’une reproduction fidèle des étoiles qu’on pouvait observer en surface. Après un moment de stupeur et l’incompréhension, vinrent un véritable triomphe pour le jeune nain, ce qui était une douce musique à ses fières oreilles.

-------------

Le temps avait passé. Il ne s’était jamais arrêté. Jamais reposé. Et en cette troisème énnéade de Verimios de l’an 8, à bien y repenser, il n’était pas mécontent de son parcours. Il faisait ce pourquoi il était le meilleur. Il avait commit quelques erreurs -trop à son goût, trop peu au goût de ses ennemis- mais il s’en était sorti. A repenser à son enfance, qui semblait être une vague tempête mentale, il remerciait la Terre de lui avoir donné la force de redevenir dawi. De quitter cet enfer vertigineux où il avait été plongé dans son enfance contre son gré. Il aurait pu devenir fou.

Mais les Dieux en avait voulu autrement, pour le plus grand bonheur de Morek. Après quelques années de travaux remarquables et remarqués dans les mines de Thanor. Il avait fait ses premières armes techniques avec la construction de la ligne de convoyeur des minerais vers les grandes forges.

Il avait rejoint la surface pour d’autres travaux, en particulier d’aménagement portuaire, et en particulier avait secondé puis présidé l’agrandissement du port de commerce, puis la remise en fonction des phares vers la côte Erisienne. Au bout de cinquante ans de carrière, il était devenu principal maître d’oeuvre des constructions civiles de Thanor, et avait géré une soixantaine de chantier de très grande envergure, soit presque un tous les deux tiers d’année. Rarement une époque fut aussi prolifique en constructions civiles et en aménagement d'ingénierie pour Thanor.

Outre ses contributions d'ingénierie civile, Morek s’était petit à petit fait un nom dans son clan, ce qui n’était pas évident pour le fils d’un nain connu plus sa sympathie que pour son génie . Autant Morek avait-il éclipsé son paternel sur le génie de création, autant pêchait-il sur la sympathie, surtout face à son frère. Il aimait naturellement ce dernier, mais son manque de rigueur ne lui plaisait pas. Ce dernier c’était d’ailleurs peu voire pas battu pour laisser passer son frère lui passer devant. Morek était donc devenu, avec la bénédiction de son père chef de clan. Une tâche plus difficile qu’il n’aurait pensé car il n’était au final que peu habitué à cotoyer et supporter les plaintes et les discussions de ses pairs.

Cela lui avait donné de la graine néanmoins et lui avait appris une certaine et autre forme de patience. Une qualité importante et qui lui avait permis, presque cinquante ans plus tard, il y avait de cela quelques années seulement, de s’élever aux plus hauts niveaux de la société de Thanor.

L’arrivée de la Malenuit, et son cortège de malheur, avait pesé de tout son poids sur la cité de Thanor. Jamais Morek n’aurait pensé au premier abord qu’un tel évènement aurait eu tant d’impact sur la cité qu’il avait travaillé une vie entière à renforcer. C’était là une surprise, et une mauvaise surprise. Il avait avec d’autres prit les choses en main lorsque la société de Thanor avait menacé de se briser sous l’effet des malheurs.


HRPComment trouves-tu le forum ? : J'y suis, j'y reste
Comment as-tu connu le forum ? : Tour de jeu, fut une époque
Crédit avatar et signature : Enterry sur Deviantart
Compte autorisé par : Thorgrel Poing-de-Fer (DC Niklaus d'Altenberg)


Dernière édition par Morek Tête-de-fer le Jeu 21 Jan 2016 - 19:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thorgrel Poing-de-Fer
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1617
Âge : 25
Date d'inscription : 07/05/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  169
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Morek Tête-de-fer   Ven 15 Jan 2016 - 17:15

Citation :
Métier : Ingénieur en Chef, Membre du Haut Conseil de Thanor

Tu peux rajouter Thane du clan Tête-de-fer aussi comme il en est fait mention dans ton histoire. C'est un titre assez important pour figurer dans ses attributions, certains membres du Haut-Conseil ne le sont pas.


Alors globalement l'histoire me plait bien, (elle me fait étrangement penser à sherlock holmes mais en version ingénieur nain).

Je pense qu'il faudrait peut être rajouter en particularité cette hypermnésie car s'en est une, tu dis à un moment qu'il en "souffre presque" mais en lisant les paragraphes de ton BG on comprend qu'il en est clairement atteint. Cela tient presque du don et il faudra jouer sur une contrebalance que tu cites, mais e l'appuyant, il pourrait sans doute être sujet à des moments de silence long quand il consulte sa mémoire ou pourrait ressentir  un sentiment de lourdeur ou  de fatigue quand il s'y plonge trop longtemps et ça même si Morek à réussit à trouver un moyen de temporiser.

En suite, je trouves aussi que tu fais défiler le temps assez vite sans nous parler d'évènements qui pourrait être intense dans la vie de Morek, tel son Kumenouth, cérémonie d'entrée dans le premier âge adulte (l'épreuve qu'il aurait put réaliser ou son sentiment face à celle )

Et aussi au moment du Voile, tu passes un peu vite sur le sentiment de celui ci, surtout avec une telle mémoire, Morek à du voir et entendre des choses qui durent rester imprimer avec force dans celle ci. Il faudrait un peu détailler à mon avis


Enfin, quelques petits autres points plus ou moins à modifier :

Citation :
... Ces sur ces bords rocheux, niché comme un nid d’aigle dans une falaise que le clan des Tête-de-fer a construit sa retraite.


Pas de correction à faire pour le coup mais  juste un petit mot sur un détail de cette phrase, les nains diraient plutôt "le clan Tête-de-fer"  en éliminant , le "des". En soit ça ne change pas grand chose, c'est même très subjectif comme avis !


Citation :
Son épouse accouchait. Et de triplés d’après ce que lui avait fait comprendre la sage femme.
Il n’assistait pas. Il était aussi inintéressé par les détails de la mise au monde de sa progéniture qu’il avait été intéressé dans les détails de leur conception, quelques mois auparavant. A vrai dire il n’aimait pas l’idée même d’assister à ces détails. C’était une faiblesse qu’il assumait. A la vue de la couleur qu’il avait prit au début de l’opération, et à l’énorme anxiété non contrôlée qu’il avait montré son épouse lui avait de toute manière fermement intimé l’ordre de partir séance tenante, s’il souhaitait conserver sa petite tête adjointe à ses épaules.

Des triplés c'est un peu beaucoup à mon sens ou alors il faudrait jouer un peu plus sur le coté exceptionelle de la chose. Pour les naines, les accouchements sont particulièrement difficiles en général et elles ne donnent naissance qu'a un seul enfant, deux plus occasionellement, trois c'est un évènement qui serait suivit et aux oreilles de tous dans le clan. Tu peux raccourcir le nombre si tu le souhaites en fonction de l'intéret que tu accordes à cette fratrie, ou alors nous en dire un peu plus sur tes frères et/ ou soeurs.

Citation :
fjord menant à la fière cité de Thanor, la ville que ceshommes et ces femmesont servis de toutes leurs forces depuis des temps immémoriaux.

Outre ses contributions d'ingénierie civile, Morek s’était petit à petit fait un nom dans son clan, ce qui n’était pas évident pour le fils d’unhomme

Description mentale :
Morek est un homme très fier

Ici y a un petit détail à modifier, c'est bel est bien des nains et des naines  =P

En suite ça devrait être bon. On a enfin un inventeur nain et un membre du Haut-conseil !
Revenir en haut Aller en bas
Morek Tête-de-fer
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 32
Âge : 116
Date d'inscription : 10/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  144 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Morek Tête-de-fer   Mer 20 Jan 2016 - 18:42

J'ai apporté quelques modifications qui, je l'espère, permettent de répondre à tes remarques. N'hésite pas à revenir vers moi si cela ne suffit pas !
Revenir en haut Aller en bas
Thorgrel Poing-de-Fer
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1617
Âge : 25
Date d'inscription : 07/05/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  169
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Morek Tête-de-fer   Jeu 21 Jan 2016 - 12:57

Alors, les ajouts sont bon, notamment le Kummenouth.

Par contre dernière précision manquante, à un moment tu cites encore les triplés "deux frères et une soeurs", du coup, tu décides de garder cette configuration ? Si oui, il faudra en dire un peu plus sur le ressentit du clan à ce sujet. Faire référence au caractère exceptionnel de la chose du moins !

Sinon, c'est peut être un oubli, j'ai vu que tu as supprimé la référence aux trois enfants un peu plus haut. Mais dans le doute, je préfère demander !
Revenir en haut Aller en bas
Niklaus d'Altenberg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 456
Âge : 29
Date d'inscription : 20/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Morek Tête-de-fer   Jeu 21 Jan 2016 - 19:00

Il s'agit (concernant les jumeaux) effectivement d'un oubli de ma part. Très certainement lié à un problème de gestion de texte (j'ai du écraser le mauvais).

Le temps de changer de compte et je corrige.
Revenir en haut Aller en bas
Morek Tête-de-fer
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 32
Âge : 116
Date d'inscription : 10/01/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  144 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Morek Tête-de-fer   Jeu 21 Jan 2016 - 19:02

Fait !
Revenir en haut Aller en bas
Thorgrel Poing-de-Fer
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1617
Âge : 25
Date d'inscription : 07/05/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  169
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Morek Tête-de-fer   Ven 22 Jan 2016 - 13:42

Très bien, ça me va ! Intéressant ce concept d'Hypermnésie en tout cas, je compte sur toi pour l'utiliser sans en abuser, mais je ne me fais pas trop de mourrons ! Bref, validé !

Validation de fiches, comment faire ?

Code:
[Métier] :  Ingénieur en Chef, Membre du Haut Conseil de Thanor, Thane du clan Tête-de-fer

[Sexe] : Masculin

[Classe d'arme] : Distance

[Alignement] : Neutre Strict

Foire au RP ~ Pour tout ce qui est recherche de compagnons RP. En bref, que du bonheur !
Journal de bord ~ Pour archiver tes liens de RP qui content l'histoire de ton personnage {Vivement conseillé}.
Et enfin, si tu as des question, n'hésite surtout pas à demander l'aide d'un parrain, ou à tout simplement poser tes questions dans la partie créée à cet effet.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Morek Tête-de-fer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Morek Tête-de-fer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Bibliothèque :: Tabularium :: Nains-
Sauter vers: