AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Première passe d'arme | T'riss'Lara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaherith
Drow
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 27
Date d'inscription : 19/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Ven 20 Aoû 2010 - 22:02

    Kaherith enrageait. Voilà maintenant quatre jours que la jeune T’riss’Lara le suivait et il n’avait toujours pas réussi à s’en débarrasser. Elle était tenace, trop pour sa santé, elle avait essuyé ses provocations, s’était adaptée à son rythme pourtant soutenu, s’était moqué de ses piètres efforts pour l’ignorer et voilà qu’elle attendait patiemment qu’il lui fasse à manger. Lui, faire la tambouille pour une mercenaire, lui, l’ancien Senger, un guerrier qui avait su s’inscrire dans la légende en s’imposant comme le maître d’arme du Puy. C’était, en vérité, la plus éclatante preuve de sa déchéance depuis Alonna.
    Les deux lapins cuisaient paisiblement, embroché un brin sauvagement, ils tournaient sans se laisser troubler par les regards noirs de leur cuisinier. Le feu les léchait par moment, roussissant leur chair, promettant un festin à la hauteur des attentes. Mine de rien, il mangerait bien les deux, mais il entendait déjà les commentaires sarcastiques de son invitée forcée… Depuis quand une telle possibilité le dérangeait ? Il avait failli tuer la dernière drow qui avait seulement osé se dévoiler à lui, et voilà qu’il rôtissait quelques victuailles pour une sang impur.
    Je dois vouloir mourir… songea-t-il pensivement en récupérant la broche. Car c’était bien là tout le drame, et la chose qui l’énervait sans doute le plus : il ne voulait pas qu’elle parte. Il n’oubliait pas qu’elle menaçait, telle l’épée de Damoclès, de lui fendre la nuque à la moindre occasion, il lui faudrait plus de quelques jours pour bannir ses suspicions. Mais Kaherith n’avait jamais été un drow qui se complaisait dans la solitude. Oh, bien sûr, il avait parfois besoin de s’isoler, avant comme après sa défection. Bien entendu, il avait couru avec le pouvoir, on ne se retrouvait pas à la tête d’un des Ost d’Elda uniquement parce qu’on était doué. Sans aucun doute, il ne trouvait aucun plaisir comparable à celui d’un duel de lames. Mais quand il était au sommet, auréolé de sa réputation d’intouchable, il avait su s’entourer. Son état major, ses officiers, quelques uns des soldats de sa garde, tant de connaissance qu’il avait aimé avoir à ses côtés. Méfiance, envie, jalousie avaient teinté ses liens avec ses « proches », comme il en allait souvent chez les drows, mais cela n’empêchait rien. Tout aussi rugueux qu’ils soient, ces relations houleuses et musclées lui manquaient.
    Regardant le repas désormais près, il se demanda où tout cela le menait. Pourquoi T’riss ? Pourquoi pas la drow, cette Rosa ? Surement parce que la première, au contraire de la seconde, avait su lui tenir tête. Une chose qu’il avait toujours appréciée. Le pire étant qu’elle avait touché la corde sensible, en évoquant un apprentissage des armes. Kaherith aimait les armes, et l’art qui constituait à les manier. Il ne le transmettait pas par grandeur d’âme, mais parce qu’il pouvait par la même occasion l’approfondir. Enseigner une passe, c’était la redécouvrir, à chaque fois. Et façonner un talent, quel qu’il soit, c’était se donner l’opportunité de le briser par la suite. De prouver que malgré l’âge, malgré la déchéance, malgré Brylyan, il restait Celui qu’on ne pouvait vaincre.
    Reposant la broche, au risque de brûler les pauvres lapins qui s’y trouvaient encore, il dégaina ses cimeterres. Deux magnifiques armes, deux âmes sœurs, qu’aucune femelle au monde ne saurait un jour remplacer. Après un temps d’hésitation, il en rengaina une et, fouillant dans ses affaires, il chercha de quoi la moucheter. Une fois la chose faite, il récupéra une vieille épée, de facture bien en deçà de ce qu’il avait l’habitude de manier mais très bien équilibré. Une arme de secours, qu’il n’avait aucune envie d’utiliser mais qu’il traînait derrière lui, au cas où. La mouchetant à son tour, une nouvelle fois avec les moyens du bord, il marmonna quelque chose sur les inepties de Teiweon, qui tardait à le rappeler auprès d’elle, avant de se relever et, avec une force certaine, l’envoyer en direction de T’riss.
    « Voyons voir ce que tu vaux », lâcha-t-il alors que, déjà, il fonçait vers elle.
    Si les armes étaient théoriquement non mortelles, Kaherith savait que son bricolage ne valait pas grand-chose. Si elle souhaitait éviter quelques vilaines blessures, ou pire, elle allait devoir faire montre de talent. Car, pour l’estimation de son talent, l’ancien Senger ne prendrait pas de gant. On n’était jamais aussi honnête que quand sa vie était menacée.
Revenir en haut Aller en bas
T'riss'Lara
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 1017
Date d'inscription : 03/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Mer 25 Aoû 2010 - 13:35

En vérité, Triss riait intérieurement. Oui, ces quatres jours avaient été d'un amusement certain. Elle avait subit provocations et parfois ignorance mais n'avait opposé au Senger déchu qu'un sourire patient. Telle un adulte face a un enfant turbulent. Mais elle ne l'avait pas laché d'une semelle. Il en fallait beaucoup, voir énormément pour la faire lacher un objectif. Il était presque impossible de la faire dévier de son but et il semblerait que Kaheriht s'en rende seulement compte. Bien sur, il ne savait pas avec exactitude ce qu'elle recherchait et ce petit détail avait son importance malgré tout. Bon sortit de cela, elle ne dormait pas beaucoup quand même, loin de voir dans le Senger un petit animal sans défense. Elle était constamment sur le qui vive et ce qui aurait épuisé un homme, la maintenant en état permanent d'éveil. Son corps pouvait supporter beaucoup alors autant en profiter. L'entrainement de sa mère, de son père ensuite, sans compter ses classes chez les Starglins avaient modelé son corps et lui avait conféré une résistance peu commune. Aussi avait elle suivit Kaherith sans montrer le moindre signe de faiblesse, bien que le Senger menait un train d'enfer, elle devait bien le reconnaître. Quiconque ayant moins d'endurance qu'elle aurait certainement déjà craqué.

Le rondin de bois qui lui servait de siège était tout de même un peu dur, mais elle s'en moquait. Les yeux perdus dans les flammes du feu, elle semblait indifférente a ce qui pouvait se passer autour d'elle. Ce qui était faux bien sur. En fait, elle se retenait d'exploser de rire devant un homme qui avait flirté avec les hautes instances du Puy, en train de lui faire a manger. Elle se retenait parce qu'elle n'était pas spécialement sure qu'il goute la plaisanterie...Et surtout elle n'était pas sensée connaître sa vie d'avant. Bref, elle fixait les flammes, coude posés sur ses genoux et sa cape roulée en boule un peu plus loin. Le sifflement caractéristique d'une lame sortie de son fourreau lui fit détourner les yeux du feu. Elle ne dit rien et n'exprima pas même un léger interêt. Mais cela ne voulait pas dire qu'elle n'était pas consciente des gestes du Senger. Loin de là, il était trop dangereux avec une arme dans les mains pour qu'elle ose, ne serait ce qu'effleurer, l'ignorance, aussi suivait elle ses mouvements.

Le voir moucheter sa lame lui fit hausser un sourcil. Le voir en moucheter une deuxième la fit se redresser légèrement. Se voir balancer une vieille épée la fit légèrement sourire. Se voir charger comme une vulgaire gueuse la fit rire.

Sa main droite prit appui sur le rondin de bois et un brusque élancement des hanches la propulsa sur le coté, une esquive simple mais elle ne commit pas l'erreur de se croire hors de portée. Sa vitesse était, certes bien au dessus de la moyenne, mais Triss ne savait pas si elle surpassait celle du Senger.

-Ne laisse pas les lapins trop cuire quand même.

Fit elle avec une légère moue, une étincelle farouche au fond des yeux, avant d'écarter légèrement les pieds. Elle ne pourrait pas éternellement restée en position défensive mais d'un autre coté, elle n'avait aucune faille exploitable...Donc...il fallait en créer une n'est ce pas. Ambidextre, elle changea de main, laissant la gauche en protection, juste au cas où...D'ici a ce que les caches des armes se sauvent, il n'y avait qu'un pas.
Revenir en haut Aller en bas
Kaherith
Drow
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 27
Date d'inscription : 19/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Jeu 26 Aoû 2010 - 14:42

    T’riss semblait s’amuser de l’attitude de son compagnon d’infortune. Surement était-il hilarant de voir un drow bien mieux armé vous foncer dessus avec un léger rictus aux lèvres. Faisant fi de son amusement, il continua son assaut, sans se laisser démotiver par l’esquive prévisible de la belle femelle. Car belle, elle l’était, quoi qu’affreusement pâle. C’était sans doute son seul défaut, mais aussi le plus terrible : sa peau trahissait ses origines, et hurlait au monde qu’elle n’était qu’un rebus. Une sang-mêlé sans d’autre avenir que le mercenariat. Alors que T’riss contrait une nouvelle de ses attaques, il esquissa un léger sourire, alors qu’il s’avouait intérieurement que lui-même n’était guère plus, traitre volontairement exilé réduit à moins qu’un drow, loin de l’Elda. Ses lippes retrouvèrent un pli plus neutre et son regard se fit sévère, alors qu’il frappait un peu plus durement les défenses de son adversaire. Il n’était pas habitué à se battre contre une gauchère, pas plus qu’à se battre munie d’une seule lame, mais il n’avait aucune intention de se laisser faire par une jeune femme. Enfin, jeune… Il était difficile de dire quel âge elle pouvait bien avoir, mais il était clair qu’elle n’était pas une nouvelle née. Son sang impie faussait tout, bien entendu, mais il n’était pas inconcevable qu’elle porte en elle plus de drow que d’humain.
    Il n’avait pas prononcé la moindre parole depuis le début du combat. A quoi bon ? S’il y avait un moment où Kaherith était imperturbable, c’était bien l’épée au poing. A quoi bon s’embêter à remuer la langue, quand la lame bougeait bien assez ? Les provocations n’avaient de sens que si elles se concrétisaient, y répondre aurait été donné un poids qu’elle ne méritait pas. Quelle meilleure moyen de contrer une bravade que de démonter son auteur ? D’effacer son sourire, ou mieux, d’en dessiner un bien plus grand, et à jamais indélébile ?
    Ce n’était rien, juste un petit filet d’air, léger zéphyr voletant autour des combattants sans se soucier de leur lutte. Ce n’était que quelques grains, mollement soulevés par les pieds agités des épéistes concentrés. Des acteurs passifs d’un affrontement qui ne les concernait pas. Jusqu’à ce que, sous l’action d’une volonté plus forte, ils se meuvent, s’unissent et décollent. Le cimeterre de Kaherith décrivait un arc de cercle parfait, et l’air suivit, portant avec lui la poussière traitresse. Elle passa derrière la tête de T’riss sans l’inquiéter, jusqu’à ce que le drow change la trajectoire de sa lame, la faisant rebrousser chemin. Si bien que le précieux bagage échoua directement dans les yeux surpris de la pauvre femelle, qui n’eut que le temps de les fermer par reflexe, emprisonnant ainsi ce qui devait l’aveugler.
    Profitant de l’avantage que cela représentait, il passa sous sa défense et trancha net une attache de son armure, avant de se mettre hors de portée. Un coup d’œil lui apprit qu’il avait aussi déchiré la peau, s’il fallait en croire le mince filet de sang qui suintait déjà. Esquissant un sourire amusé, il fit doucement tourner sa lame, laissant à sa victime le temps de chasser les corps étranger de ses yeux irrités.
Revenir en haut Aller en bas
T'riss'Lara
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 1017
Date d'inscription : 03/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Jeu 26 Aoû 2010 - 17:37

Triss jura en langue drow. Pas vraiment contre le Senger non, plutôt contre elle même. Se faire avoir aussi stupidement était mortel en règle générale, bien qu'elle avait été loin de se douter qu'une quelconque magie avait été a l'oeuvre. Elle n'avait rien vu venir. D'ordinaire, n'importe qui aurait ramassé la poussière au sol ou même l'aurait jeté d'un habile coup de pied mais elle n'avait rien vu de tel venant de Kaheriht. Ses yeux la brûlait mais elle avait connu bien pire, comme le prouvait la cicatrice lui barrant le flanc. Cicatrice qui se dévoilait alors que son blastron de cuir se détachait a cet endroit. Elle ne baissa même pas les yeux sur sa peau qu'elle savait entaillée mais eut tôt fait de se débarrasser du reste de sonblastron. En effet celui ci risquerait de la gêner plus qu'autre chose. Mimant un léger repli vers le feu, se frottant presque exagérement les yeux, elle dissimula sous couvert de désordre le geste qui fit son bras vers les braises de l'atre. Tant pis pour les lapins ?

L'erreur qu'il commit en lui laissant le temps de débarrasser ses yeux de l'intrus lui servit. La pointe de son épée sembla effleurer le feu, sembla seulement car en vérité, une braise chaude, encore rougoyante fendit l'air sous la poussée de la lame. Elle ne visait le visage, tout en sachant que c'était aisément esquivable, elle s'offrait juste une ouverture mais...Si lui commit une erreur, la sienne aurait pu avoir des conséquences bien pire. Machinalement, comme un reflexe bien rodé, elle amorçait une des passes que lui avait apprise son père. Le mouvement était déj bien entamé quand elle se rendit compte de sa bêtise aussi glissa-t-elle dans son geste ce qu'il fallait d'hésitation pour laisser entendre une observation et non un apprentissage. Son père la tuerait si il la voyait faire mais qu'importe en vérité, elle ne pouvait se permettre d'étaler cette connaissance là, ni la maitrise qu'elle en avait.

Fluide et souple, elle réattaquait aussitôt, surprise qu'il lui laisse le temps de le faire d'ailleurs, mais elle lui reservait un petit quelque chose en plus. Une légère poudre urtiquante. Le genre de petite chose qui ne provoque ni la peur, ni la panique. Le genre de petite chose qui ferait rire un guerrier, mais ce genre de petite chose lui avait déjà sauvé la vie. Qu'importe au final si elle touchait de la lame, la poudre, elle, atteindrait son but et nul vent ne pourrait la faire dévier de sa trajectoire. Sournoise, celle ci s'infiltra dans les vetements du Senger et Triss s'eloigna rapidement sur une volte maitrisée.
Revenir en haut Aller en bas
Kaherith
Drow
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 27
Date d'inscription : 19/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Jeu 2 Sep 2010 - 13:16

Par Uriz, mais où avait-elle appris ça ? Parant sans souci la botte de T’riss, il marqua pourtant un temps d’arrêt. Cet enchaînement, il le connaissait, mais elle n’aurait pas du ne serait-ce que l’avoir vu. Malheureusement pour les réflexions du pauvre Senger déchu, le combat reprenait déjà, et il se contenta de noter l’information dans un coin de sa tête : T’riss n’était pas une simple mercenaire.

Déjà, elle utilisait des méthodes plus que douteuses. Les coups-bas… Un mot totalement étranger du vocabulaire drow, ou plutôt si présent qu’il en perdait son sens péjoratif. Certains humains étaient tellement attachés à cette notion d’honneur, si chère à leurs yeux, que leurs duels ressemblaient plus à un ballet de danseurs qu’à une véritable lutte. Les peaux sombres de l’Orient, eux, vénéraient Uriz pour sa brutalité, sa violence, sa rage de vaincre, et la rage n’avait pas de moral. Aussi, il n’y avait rien de condamnable dans le fait d’utiliser ses dons, pas plus que dans celui d’utiliser la braise, aussi accepta-t-il la douleur cuisante qui frappa son bras gauche – sacrifié pour l’occasion, n’ayant pas le temps d’effectuer un magnifique plongé pour l’éviter – sans rechigner. Mais bon, même chez les drows, il y avait des limites à ne pas dépasser.

Et le poil à gratter, même déguisé sous le doux nom de « poudre urticante » en était clairement une. Le pire étant que Kaherith ne comprit pas directement de quoi il en retournait. L’accueillant avec indifférence, sinon mépris, il repassa directement à l’attaque. Mais… Qu’est-ce que ? L’éclat sombre du regard drowique trahit sa compréhension, et il lâcha un juron alors qu’il battait un instant en retraite, se… grattant. Uriz, que la chose était honteuse.

Si T’riss avait voulu le mettre hors de lui, elle avait gagné. Si elle avait voulu frôler la mort aussi. Avec un grognement sourd, et après avoir tenté d’apaiser vainement ses démangeaisons – que la catin profite du spectacle le temps qu’elle le pouvait encore ! – il se rua sur elle, avec la ferme intention de lui faire payer. Il ne lui fit aucun cadeau, augmentant la force de ses coups tout autant que sa vitesse. Il devait malheureusement découvrir qu’avoir envie de se gratter en permanence n’aidait ni à la concentration, ni à la précision, ni à l’endurance. Souvent, alors qu’il commençait à prendre l’avantage, son corps protestait son désintérêt pour son malheur et il était obligé de reculer le temps de le calmer un brin. Et vous savez, les démangeaisons, plus on gratte, pire c’est.

Et puis, il décida de confirmer un doute. Se mettant en garde, il effectua une botte qu’il avait légèrement subtilisée à la famille de Tebirahc. Malheureusement pour eux, Kaherith possédait un peu l’œil absolu, à la manière d’un musicien avec son oreille. Mais il n’agissait pas ainsi par hasard, bien au contraire. Car son coup n’était pas, en soit, bien dangereux.

Par contre, il savait que Tebirahc possédait une parade bien à lui pour la contrer, et elle portait elle aussi le label de sa famille. T’riss ferait-elle l’erreur d’en user pour se défaire de son attaque ? Il était intéressé par la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
T'riss'Lara
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 1017
Date d'inscription : 03/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Dim 5 Sep 2010 - 8:49

Triss n'eut qu'un sourire narquois devant le mépris qu'il afficha lorsque sa poudre parvint jusqu'à lui. Le moyen était douteux oui, mesquin aussi, mais si Kaheriht le trouvait particulièrement indigne, Triss n'en avait cure. Après tout, il fallait user de tout les moyens possibles et celui là en étant un a sa portée.

Elle vit la compréhension naitre dans les yeux du traitre lorsque les premières démangeaisons se firent sentir et sa bouche se plissa, moqueuse. Par contre, elle avait mal évalué la réponse furieuse qui lui fut faite.

Le Senger repassait a l'attaque, mais avec plus de force, plus de rapidité. A chaque coup esquivé, paré, elle pouvait se dire qu'il ne « jouait » plus. Il la poussait lentement mais surement dans ses retranchements, exigeant d'elle bien plus que du parfait. Sa résistance s'épuisait, écorchée a chaque nouvelle attaque qui lui opposait. Si Triss avait songé un jour que sa souplesse et sa rapidité étaient des avantages souvent inégalées, elle se devait de réviser son jugement. Elle le sut lorsqu'elle se rendit compte que ses coups se faisaient moins précis. Mais la poudre était un ennemi sournois et a chaque fois qu'il pensait prendre l'avantage, elle se rapellait aux bons souvenirs du traitre, l'obligeant a reculer a son tour, l'obligeant a moins de force, l'obligeant a se...gratter. Oui, c'était humiliant, mais qu'importe après tout, il ne méritait que cela.

La sueur se mit a couler sur les temps de la demi et son souffle se faisait plus haché, plus désordonné et chaque démangeaison était autant de répit pour elle. Puis, une étincelle de surprise traversa les yeux de Triss lorsqu'elle le vit prendre une position qu'elle connaissait bien. Elle savait la passe non mortelle mais, contrairement a ce que pensait Kaherith, elle n'en connaissait pas la contre. Chaque Zauharel apporte sa pierre l'édifice de leur art et si Triss avait reçu l'enseignement du père, elle n'avait jamais approché son frère. Si Tebirahc connaissait l'esquive, se n'était pas son cas a elle. Aussi dut elle effectuer une volte qui ne la protegerait pas de la lame, non, mais en atténuerait la force. Elle n'eut même pas une grimace de douleur lorsque le tranchant pénétra la chair de sa cuisse là où elle aurait dut percer le flan. Et elle se demanda un instant comment il avait pu apprendre ce mouvement, avait il été un élève de son père ? Elle en doutait, les Zauharel conservaient farouchement leur savoir, alors...

Déj il préparait une seconde estoquade, et, malgré la douleur cuisante de sa jambe, Triss se préparait a la contrer. Mais la poudre força le senger a reculer et Triss soupira légèrement. Sa poitrine se soulevait de manière hiératique et elle cligna des yeux lorsque le sel d'une goutte de sueur vint taquiner sa pupille. Elle était épuisée et le savait. Il lui serait difficile, voir impossible de continuer bien longtemps. Mais le fait de tenir a sa tête l'aidait a maintenir une certaine constance. Cela dit, il était visible qu'elle ne pourrait plus résister bien longtemps aux assauts terrible du traitre et ça la faisait enrager d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Kaherith
Drow
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 27
Date d'inscription : 19/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Mar 7 Sep 2010 - 23:11

Cette plaisanterie n’avait que trop duré. Ils se battaient depuis plusieurs minutes déjà, et Kaherith enrageait. Il n’y avait plus de doute, désormais, sur ce qu’il voulait faire. Il ne cherchait plus à la tester, ni même à la pousser au-delà de ses limites. Non, il voulait la battre, la défaire de son arme et la menacer de la sienne. S’il n’y avait pas eu les morceaux de chiffons pour moucheter son arme, il aurait même était probable qu’il ne la tue, et là encore… Peut-être ne serait-ce pas suffisant pour la sauver. Il ne savait pas, tout ce qu’il savait se résumait à ses irritables démangeaisons. Peut-être se rendait-elle compte qu’elle était trop loin. Il doutait qu’elle puisse s’amuser de ses réactions, pas quand le sang coulait. Uriz lui pardonne sa faiblesse et son impétuosité, mais elle n’était qu’une femelle impure, et il avait essuyé plus que son content d’humiliation pour laisser passer celle-ci. Lui aussi commençait à fatiguer, mais moins rapidement que T’riss. C’était surement, avec la maitrise pure, la chose qui les séparait : l’endurance. Après huit siècles de combat, Kaherith pouvait compter sur une santé à toute épreuve. T’riss était désavantagé par son sang, par son sexe et par sa jeunesse.

Avec un grognement rageur, il assura sa prise sur son arme puis lui fit décrire un nouvel arc de cercle parfait. La lame fendit l’air, mais ne toucha pas la sang-mêlé. Ce n’était, de toute façon, pas elle qui était visée. Véritable extension de l’acier, l’air ainsi frappé forma une seconde lame qui partit à l’assaut de son adversaire. Elle déchira le vêtement, avant de frapper mollement la peau désormais dénuée, la meurtrissant au passage. T’riss avait très certainement récolté un vilain bleu, mais au moins ne saignait-elle pas… Ce n’était, encore une fois, pas le but. Elle avait voulu jouer, il allait répliquer. Déjà, il recommençait, et déjà, le pantalon subissait le même sort. Il allait la punir, la mettre à nue face à sa propre impuissance. Littéralement.

Repartant à l’assaut de manière bien plus « classique », il la repoussa encore. La poudre urticante était toujours là, agissait toujours, mais il était si concentré. Il allait très certainement s’arracher la peau jusqu’à sang dès que sa concentration cèderait, mais en attendant, il parvenait à l’ignorer… Enfin, ignorer était un grand terme. Il faisait avec. Ce qui ne l’empêcha pas d’ouvrir sa garde à cause de cette foutue traînée. Puisant dans il ne savait quelle énergie, T’riss s’engouffra dedans, le blessant au côté. Qu’à cela ne tienne, il tira parti de ce désavantage. Il était blessé, certes, mais elle était proche, si proche. Alors il envoya son coude dans son si joli menton, avant d’attraper son poignet et de le tordre, aussi fort qu’il put. Avec satisfaction, il entendit la lame tomber au sol, et elle à genoux. Elle était à sa merci, enfin. Sans lâcher le poignet, il trancha ce qui lui restait de tunique.

Elle était à genoux, face à lui. Humiliée.
Revenir en haut Aller en bas
T'riss'Lara
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 1017
Date d'inscription : 03/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Mer 8 Sep 2010 - 0:16

Déchainer l'enfer sur terre. Etrangement ses mots sonnèrent a ses tympans alors qu'elle esquivait une énième frappe. Il ne lui laissait aucune seconde de répit, la forçant a reculer, encore et encore. Mais ce ne fut pas ça qui vit sa défaite, non. Elle n'avait qu'émit l'hypothèse qu'il soit aussi mage, mais cette pensée devint certitude alors que le tissus couvrant sa pitrine se scindait en deux alors même que la lame du cimeterre ne l'avait pas touchée. Elle accusa le coup sans frémir, ni même gémir. L'étoffe libéra sa poitrine arrogante mais elle n'y prit pas vraiment garde. Sa machoire se crispa. Elle savait parfaitement qu'elle n'avait aucune chance de le battre en face à face, mais cela ne l'empechait pas d'essayer.

Ainsi il usait de l'air. Triss rangea cette information dans un coin de sa tête et contra subitement, en vain, son pantalon ne fut légèrement qu'un souvenir. Penser que la nudité la gênait était un tord, elle n'avait rien a faire. Sa pudeur était aussi existante que sa morale.

La sueur coulait le long de sa peau, l'aveuglant presque, mais elle continuait malgré tout. L'épuisement se faisait sentir et chaque geste devenait difficile. Elle ne pourrait plus tenir longtemps aussi profita-t-elle de 'l'ouverture, l'erreur qu'il fit a cet instant lui fut fatal, mais a elle. Elle le blessa au flanc, de cela elle fut sure, mais Triss baissa aussi sa garde. Ou peut être un contre coup de la fatigue, toujours est il qu'elle ne s'écarta pas assez rapidement.

Ses dents claquèrent sous le coup qui lui fut porté au menton et la violence l'obligea a reculer de deux pas au moins. Pas plus car son poignet se retrouvait enfermé dans une étreinte de fer, la pression était telle qu'elle fut obligée de lacher son arme. Elle ne comprit pas vraiment comment elle se retrouva a terre, mais elle le fut. Haletante, essoufflée.

-Laches moi.

Aucune colère dans ces mots, pas même l'expression d'une humiliation qu'il savait percutante. Oui Triss ne supportait pas d'être a genoux devant ce traitre, c'était exact, mais elle ne lui ferait pas le plaisir de le montrer. Elle ne chercha pas a se défaire de la prise, le moindre mouvement serait signer la perte de son poignet. Hors, un poignet cassé mettait du temps a se refaire, elle ne pouvait se permettre ce luxe. Mais cela ne l'empêchait pas de lui jeter un regard flamboyant de colère contenue. Un regard semblable dans la couleur a celle de Tebirahc....
Revenir en haut Aller en bas
Kaherith
Drow
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 27
Date d'inscription : 19/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Ven 10 Sep 2010 - 0:27

La colère. Doux brasier qui réchauffait les prunelles de la vaincue, elle flamboyait de mille feux, et s’il avait été possible de tuer d’un regard, alors Kaherith aurait déjà trépassé. Mais plutôt que de s’effondrer, le Senger jaugeait sa victime, ses épaules se haussant et s’affaissant au rythme de sa respiration saccadée. Parfois, quelques légers frissons le parcouraient, naissant à la pointe de ses pieds et mourant au bout de ses doigts. Alors T’riss’Lara devait ressentir, exacerbée par sa position, la douce satisfaction de sa perfidie. Car le drow devait toujours lutter contre cet ennemi invisible qu’elle avait lâché, cette poudre infâmante qui, plutôt que de lui offrir la victoire escomptée, avait été la pièce maîtresse de sa défaite.

Reine vaincue, Reine déchue, mais royale malgré tout, la mercenaire lui intima de la lâcher. Sur l’instant, celui qui ne pouvait être que le Fou de l’échiquier ne réagit pas, ou si peu que la chose était la même. L’envie, mordante, de lui briser son précieux poignet luttait avec le respect que lui inspirait son attitude. Et puis, il y avait ce corps, sculpture qui aurait pu être parfaite si elle n’avait pas été si… pâle, elle était suffisante pour éveiller ce qui faisait de lui un mâle.

« Dos ssinssrin uns'aa ulu doera dosst An'kin ? »
Est-ce ainsi que tu comptes devenir mon élève ?

Retrouvant d’instinct la langue de ses Pères en même temps que la noblesse de ce qui fut son rang, il méprisa du regard la femelle qui avait fait naître sa colère. Il aurait pu, alors, n’avoir jamais cessé d’être le Senger du Cinquième Ost de l’Elda.

« Fre'sla phor. »
Lève-toi.

On aurait pu croire, alors, qu’il desserrerait sa prise. On aurait pu s’attendre à ce qu’il libère son bras, comme elle le lui avait demandé. On aurait pu, mais on se serait trompé, car il n’en fit rien. Elle souffrirait, mais ce n’était que pénitence. Elle lutterait contre elle-même, mais ce n’était qu’une preuve de sa volonté. Il ne demandait rien, sinon que ses genoux quittent le sol. Alors, et seulement alors, il la lâcherait. Il lui rendrait cette liberté qu’elle désirait tant, et elle pourrait se dresser fièrement face à lui. La faiblesse était le seul crime que Kaherith ne saurait pardonner, la volonté le seul rempart contre ce lourd et cuisant manteau qu’on appelait Honte. Il avait déjà été confronté à ce regard, il avait déjà vu la colère née de l’impuissance. Dans les yeux de ses élèves, qui alors s’appelaient Nym et Brylyan. Ils s’étaient relevés, il les avait acceptés. Les choses étaient simples, alors.

Elles pouvaient le redevenir.
Revenir en haut Aller en bas
T'riss'Lara
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 1017
Date d'inscription : 03/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Mar 14 Sep 2010 - 12:42

Ses yeux disaient ce que sa langue ne pouvait pas dire sous peine de se retrouver étêtée d'un coup bien net. Elle était obligée de s'en mordre l'intérieur de la joue pour ne pas éructer d'insultes toute plus méprisante les unes que les autres. S'étalant du mot batard a celui plus véridique de lache et couard. Il osait la regarder de haut alors qu'il avait fuit la queue entre les jambes, comme un porc d'humain lorsqu'ils avaient été défait a Alonna. Il osait lui ordonner de se remettre debout quand lui même s'était agenouillé devant la peur. Cet air supérieur, elle rêvait de lui arracher avec les ongles, mais elle devait se retenir. Encore un peu. Ce n'était pas le moment, ni l'instant et surtout, elle était clairement en position de faiblesse pour se permettre un tel écart. Elle esquissa un sourire moqueur, tout revient toujours en temps voulu, il suffisait d'être patiente. Et elle se devait de l'être.

Se relever serait facile, facile oui mais pas indolore. Surtout qu'il ne faisait pas mine de lui lacher le poignet. Cela dit, Triss connaissait les limites de son propres corps et, fort heureusement, son ossature n'avait pas hérité de la fragilité des humains. Elle n'eut donc d'autre choix que de décoller ses genoux du sol et de sentir la pression sur les os de son bras s'accentuer. Avoir mal n'était, en soit, pas quelque chose d'exceptionnel pour la demi. Elle avait morflé assez souvent pour pouvoir la supporter stoïquement, mais cela ne voulait pas dire qu'elle était agréable, loin de là. La souffrance ne fit naitre qu'un pincement au coin de ses lèvres tandis qu'elle amorçait lentement sa remontée. Elle avait atteint le point de rupture a l'instant où elle se remit debout, cambrée du fait de la position de son bras, mais debout.

« Laches moi. »

répéta-t-elle avec un coup d'oeil furieux et méprisant. Sale couard ! Elle n'était pas prête d'oublier l'insulte,, cela était certain. Si encore il pouvait se prévaloir d'une fierté quelconque, mais même pas. Il faisait l'arrogant alors même qu'il n'avait fait que fuir comme un lapin.
Revenir en haut Aller en bas
Kaherith
Drow
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 27
Date d'inscription : 19/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Mar 14 Sep 2010 - 22:24

Le Senger se plaisait-il à contempler l’effort qu’il imposait à la sang-mêlé ? Aimait-il la voir peiner, la voir lutter contre une douleur sourde. Elle ne semblait pas avoir peur, ignorant sciemment cette possibilité qu’il avait de la rendre impuissante en une dernière pression. Ce n’était, d’ailleurs, pas l’envie qui manquait, mais il avait d’autres projets pour elle que celui de la priver d’un bras. Plus tard, peut-être, quand le besoin se ferait sentir. Quand elle cesserait d’être un jeu, pour se teinter d’une véritable menace. Quand la seule volonté ne suffira plus pour la vaincre. Autrement dit, ils avaient tous deux bien du chemin à parcourir. Et T’riss venait de faire le premier pas en se levant, en s’affranchissant d’une douleur qui, au fond, n’avait aucune importance. Alors il sourit, d’un sourire qui pouvait paraître cruel, et qui l’était surement, car il se réjouissait de voir les traits déformés, la bouche crispée malgré l’effort pour ne rien laisser paraître.

Une nouvelle fois, la voix de la femelle caressa l’air, chargée de menaces vaines, emplies de haine inutile. Loin de se laisser troubler, et sans lui obéir, il laissa sa deuxième main agripper sans douceur le mamelon de chair ferme qui terminait glorieusement l’un de ses seins. Il jouait un jeu dangereux, il le savait, ou le pardon n’aurait aucune raison d’être, ou seule la vengeance serait maîtresse. Il n’en voulait pas moins. Il voulait qu’elle le haïsse, et qu’elle se nourrisse de cette haine. Il voulait qu’elle ne suive pas son enseignement pour se perfectionner, mais pour le tuer. Changeant subitement la pression qu’il exerçait sur le poignet toujours prisonnier, il la força à se retourner, puis la poussa en avant. Déjà, sa main avait retrouvé sa lame, et déjà, sa lame dansait. Il l’observait, sûr de lui et de son pouvoir sur elle.

« Tu peux m’attaquer maintenant, commença-t-il, et mourir en essayant de me vaincre. Tu peux partir, et alors jamais tu ne me reverras. Tu peux rester, faire taire ta fierté et suivre mon enseignement. Libre à toi ensuite, et quand tu t’en sentiras capable, de tenter de m’abattre. Ma tête vaut une petite fortune, et sûrement bien des honneurs, au Puy, même pour une bâtarde comme toi, mais il y a quelque chose que moi seul peut t’apporter. »

Il était souverain, malgré la honte, malgré la fuite. Il l’observait, Senger dans l’âme, et tout son être se rappelait cette époque où ce titre n’était pas qu’un pseudonyme cyniquement adopté. Peut-être T’riss ne verrait dans son attitude qu’un simulacre de ce qu’il avait été, ou peut-être pas. Tout dépendant, au fond, de l’objectivité dont elle était capable. D’un geste négligent, il dirigea la pointe de son arme vers la jeune femme.

« Alors ? »

Elle accepterait. Il le savait. Il avait trop à lui apporter. Mais elle ne comprendrait surement jamais que le contraire était tout aussi vrai. Elle était un danger, alors que sa vie n’avait été que platitudes depuis sa défection. Et quel meilleur danger que celui qu’on fortifie, chaque jour, dans l’espoir qu’il devienne un jour assez menaçant pour que l’affronter ait un sens ?
Revenir en haut Aller en bas
T'riss'Lara
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 1017
Date d'inscription : 03/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Mer 15 Sep 2010 - 0:06


Triss serra les dents mais là.

-Je veux être ton élève, pas ta putain !

Cracha-t-elle alors que son corps se rétractait sous la caresse brutale. Encore un mensonge que celui, elle ne voulait pas être son élève, elle voulait sa tête. Sa putain ? Elle s'en moquait. Il ne serait pas le premier a abuser d'elle mais le contact de sa main la révulsait. Il n'était qu'un traitre, un lache ! Etre touchée par lui était vomitif.

-Si tu n'es pas capable de tenir tes instincts bestiaux je me demande ce que tu as a m'apprendre.

Continua-t-elle avec un dédain évident avant de se trouver propulsée en avant mais...Libre. Elle ramena son poignet sur sa poitrine et se redressa pleinement. Arrogante. Elle leva un instant les yeux sur le ciel, tête levée, ne semblant même pas entendre ce qu'il lui disait. Finalement, elle sourit, dédaigneuse. Puisqu'il fallait en passer par là....Elle comprenait sans qu'il n'ai besoin de le dire ce qu'il voulait. Finalement, son regard s'abaissa sur lui, emplit de cette haine qu'il voulait. Mais ce n'était pas une haine farouche, incontrolable non, celle ci était teinté de mépris évident. Peut être la vérité ressurgissait dans ce regard. Triss n'avait pas besoin de se forcer pour cela.

-Tu connais la réponse, pourquoi la demandes tu ?

Susurra-t-elle avec un demi sourire narquois avant de marcher tranquillement vers son sac, d'en sortir une chemise épaisse, chaude et de la jeter sur ses épaules. Sa peau frissonnait encore de son toucher, elle frémissait de dégout. Triss avait connu l'amour physique dans le viol, ce n'était plus un acte capable de la briser, mais lui. Lui il était un lache, elle ne pouvait supporter son contact.

-Il faudra que je me lave.


Marmonna-t-elle sans prêter attention au fait qu'il l'ai entendu ou non, elle s'en fichait. Elle se sentait souillée, impure. Encore plus que ce sang mortel qui parcourait ses veines. Elle referma la chemise avec une attention accrue et finit par poser les mains sur ses hanches.

-J'espère que les lapins ont eut le temps de cuire.

Ou pas en fait, en attendant, elle devait éponger le sang qui coulait de sa cuisse.
Revenir en haut Aller en bas
Kaherith
Drow
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 27
Date d'inscription : 19/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   Ven 17 Sep 2010 - 22:07

    Sa putain… Parce qu’il osait effleurer ce qui, entre autres choses, faisaient d’elle une femme, voilà qu’il la considérait comme une putain. C’en était presque touchant. Le masque s’était fendillé, il n’y avait plus de place pour la manipulation, il n’y avait que l’exergue la plus brute des sentiments les plus violents. Elle le haïssait, et ce n’était pas parce qu’il venait de la vaincre, pas plus parce qu’il l’avait mis à genoux, toujours pas parce qu’il l’avait dénudé. Qu’était la pudeur pour une drow ? Elle le méprisait, il ne fallait pas être devin pour le deviner. Il représentait très certainement ce qu’elle ne pouvait pas supporter. Elle lui demanda ce qu’il pouvait bien lui enseigner, s’il était incapable de « réprimer ses instincts bestiaux », et il éclata de rire. Un rire qui contenait, lui aussi, tout ce qu’il pouvait ressentir en cet instant. Et, malheureusement pour T’riss, le maître mot était la condescendance. Sans ménagement, il la retourna et la poussa en avant, avant de lui affirmer qu’elle avait plus à gagner à suivre son enseignement.
    Souris, petite souris, pensa-t-il alors qu’elle se faisait, sinon méprisante, narquoise. Encore survolté par le combat qu’il venait de livrer, à peine délivré de l’action perfide de la poudre urticante, il regrettait presque de ne pas avoir été plus loin. De ne pas l’avoir tué. Il aurait voulu voir la vie s’enfuir de son regard, en même temps que le sang de son corps. Il aurait voulu, mais c’aurait été se priver d’un plaisir plus grand. Celui de lui donner les armes, puis de les briser. Il ne pouvait y avoir d’entente, entre les deux êtres. Cordialité, affection, confiance, amour… Tant de mots vides de sens. Il n’y avait qu’une chose qui les unissait vraiment. « Fais, puis couvre moi cette pâleur. », la provoqua-t-il, quand elle évoqua sa toilette. « Je te laisse les lapins », ajouta-t-il ensuite.
    La cohabitation s’annonçait difficile. Les esprits étaient certes échauffés, mais il savait qu’il ne faudrait pas beaucoup pour les agiter une fois calmés. T’riss avait montré ses limites, et ses véritables sentiments. Lui-même avait fait montre d’une arrogance excessive, et toute son attitude promettait qu’il continuerait, encore et encore. Peut-être aurait-il dû la tuer, finalement. Pour abréger leurs souffrances communes. « Dès qu’on le pourra, on s’installera dans un village du coin. Ca nous permettra de ne prendre un peu de recul », et ses yeux autant que ses lèvres plissaient riaient de ses propos.
    « Méprise-moi autant que tu veux, T’riss, mais demande toi si, alors, tu ne devrais pas t’honnir pour n’avoir rien pu faire contre une arme mouchetée. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première passe d'arme | T'riss'Lara   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première passe d'arme | T'riss'Lara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première passe d'arme | T'riss'Lara
» Les opposés s'attirent... [T'riss'Lara]
» J'aurai ton œil, Senger... | T'riss'Lara
» Chez Eäràr, maître d'arme.
» Inauguration [MJ Dédale]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: