Partagez | 
 

 Quand les beaux-parents débarquent....

Aller en bas 
AuteurMessage
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Quand les beaux-parents débarquent....   Lun 27 Sep 2010 - 11:52

Cela faisait une semaine que Jena ne quittait plus sa chambre. Les premiers jours, elle ne s’en plaignait pas, bien au contraire. Elle aurait été incapable de mettre un pied devant l’autre pour se traîner du lit au fauteuil. Clarys passait la plus grande partie de son temps près d’elle. Visiblement les ordres étaient clairs, Jena ne devait plus se retrouver seule sauf à sa demande. Elle avait déjà connu de longues journées, quasiment abandonnée sur son fauteuil. Elle en était même arrivée à croire qu’on aurait pu l’oublier dehors si une averse s’était abattue brusquement sur la citadelle.
Mais aujourd’hui, Jena n’avait pas à se plaindre. Hanegard passait la voir le plus souvent possible. Ils arrivaient presque à manger ensemble à tous les repas. L’arrivée du bébé se faisant plus proche, Clarys et elle passaient leur journée à organiser sa venue. La pièce à côté des appartements du couple régent, qui avait autrefois servit de chambre à Jena, avait été choisie pour devenir la chambre de leur futur enfant. Rien n’avait encore été emménagé, Jena tenait absolument à participer alors interdiction de toucher quoi que ce soit tant qu’elle n’était pas là.
Alors qu’elles étaient en train de broder les futurs draps du berceau comme il était coutume de le faire, Jena se sentit suffisamment mieux pour se lever et aller prendre l’air. Sa demoiselle de compagnie s’alarma presque aussitôt et après l’avoir longuement rassuré, Jena s’était levée. Elle avait envie d’aller faire une surprise à son époux. Clarys l’aida à s’habiller et à se coiffer. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas pomponnée de la sorte, et se voir ainsi lui faisait un bien fou. Au début, elle avait pensé qu’elle aurait du mal à se tenir debout trop longtemps, mais après avoir passer les engourdissements dû à un alitement forcé, Jena s’était sentie capable de traverser la citadelle de long en large des dizaines de fois. Bien sur elle ne se risquerait pas à une chose pareille.
Au moment où elle ouvrait la porte, un valet s’apprêtait à frapper. Il resta un moment interdit en voyant qu’il avait à faire à l’épouse du régent.
- Dame Jena, deux personnes viennent d’arriver à la citadelle. Ils souhaiteraient vous voir.
- De qui s’agit-il ?
- Euh ….et bien….euh….je ne leur ai pas demandé….je suis…désolé.
- Et ils veulent me voir moi, ou le Seigneur Kastelord ?
- Euh….et bien ils ont dit qu’ils venaient voir le régent et son épouse.Voyant que le jeune garçon –qui devait être valet que depuis peu – était complètement tétanisé, Jena lui adressa un sourire pour le rassurer.
- Très bien, fait-les patienter dans le petit salon près de la grande salle. Je vais voir si le régent n’est pas trop occupé.
Elle avait prévu d’aller voir son époux en premier et c’est ce qu’elle ferait. Les deux personnes attendraient bien quelques minutes. Voire plus !
Jena quitta ses appartements pour passer dans le bureau d’Hanegard. Elle s’était attendue à le trouver pencher sur son travail, mais la pièce était vide. Elle sortit pour demander à un garde où se trouvait le régent. Celui-ci lui répondit qu’il devait être dans la cour en compagnie de Sargrill. Sans prendre en compte les protestations de Clarys, Jena attrapa un coin de sa robe et descendit les escaliers lentement. Quel plaisir de ne pas se sentir, ni essoufflé, ni fatigué. Quoi que cela cachait peut-être quelque chose. Un retour de bâton qui la clouerait au lit quelques jours de plus. Mais pour l’heure elle comptait bien profiter de sa forme olympique !
Hanegard était bel et bien dans la cour. Sargrill et lui semblaient en grande conversation, mais cela n’empêcha pas Jena de franchir les quelques pas qui la séparait encore de son époux. Comme elle venait de derrière lui, il ne l’avait pas vu arriver et elle du se racler la gorge pour avoir droit à un peu de leur attention. Elle adressa un sourire rayonnant au bras droit du régent, qui avait l’air plus que surpris de la voir là.
- Bonjour Sargrill, vous permettez que je vous enlève le régent quelques minutes.
Tournant son regard vers Hanegard, Jena se leva sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur ses lèvres.
- Apparemment nous avons de la visite...Mais j’avais surtout très envie de te voir.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Mar 28 Sep 2010 - 9:26

Et vous voyez monseigneur, si nous renforçons ainsi le châssis, il sera possible d’y exercer une pression plus élevée, ce qui automatiquement augmentera la portée de l’arme.
Hmm, intéressant. Vois avec les ingénieurs du service armement pour qu’ils adaptent l’un des existants. Je veux voir fonctionner un prototype avant de débloquer les fonds.

Dans la grande cour d’honneur de la citadelle d’Alonna, Hanegard et Sargril discutaient d’améliorations à apporter aux trébuchets de l’armée. Une discussion récurrente ces dernières semaines entre eux, car le régent, en ancien général d’armée, portait une attention soutenue aux problématiques d’équipements.

Un discret raclement de gorge les fit se retourner pour tomber sur…

Suspense…

Pardon, on sait déjà que c’est Jena ? Je perds mon temps à faire du suspense inutile là ?

Bon, ok.

Un discret raclement de gorge les fit se retourner pour tomber sur Jena. La première pensée du régent fut une grande joie, comme à chaque fois qu’il voyait celle qui était l’alpha et l’oméga de son existence. La seconde fut l’inquiétude, car Jena avait été gravement souffrante, et seule l’intervention du grand prêtre de Néera avait pu la soulager.

Toutefois, c’était la première fois depuis leur retour d’Ysari que la jeune femme sortait, si l’on exceptait les petites ballades dans le jardin de leurs appartements privés. Heureusement, cette « réclusion » s’était mieux déroulée que celle qui avait précédé le voyage à Ysari, car cette fois le régent avait veillé à passer le maximum de temps aux côtés de sa belle.

Mais l’inquiétude que put ressentir Hanegard en voyant sa femme debout sans personne pour l’aider fut vit balayé par le baiser… hmm, disons appuyé qu’elle lui donna. Sargril détourna pudiquement le regard, un léger sourire aux coins des lèvres. Pas de doute, la jeune femme goutait à la joie de pouvoir de nouveau sortir.

Lorsqu’elle se fut rassasiée, la jeune femme expliqua à son époux que des invités les attendaient. Sans doute des gens de noble extraction, auquel cas il fallait leur réserver bon accueil.


Je suis heureux de te voir en si bonne forme, chérie. Viens, allons voir ces mystérieux visiteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Mar 28 Sep 2010 - 11:05

Quel bonheur de se retrouver debout, sur ses jambes, à l’air libre, dans les bras de son adorable mari. Rien ne semblait pouvoir venir ternir un moment pareil…enfin elle était quand même loin de se douter de ce qui l’attendait. Prenant le bras que lui proposait galamment Hanegard, ils marchèrent lentement en direction du petit salon. Elle n’avait pas envie de s’éterniser avec leurs visiteurs. Un bonjour, quelques phrases et hop, elle retournerait dans ses appartements. Elle tenait à conserver sa forme le plus longtemps possible et pour ça, il fallait éviter les excès…en tout genre.
Discutant de tout et de rien le couple se rapprochait du moment fatidique, sans même imaginer un instant ce que ça pouvait bien être ! D’ailleurs il valait mieux pour Jena qu’elle ne connaisse pas l’identité de ses visiteurs…sinon où serait la surprise ! Et quelle surprise !

Poussant la porte du salon pour entrer la première, Jena se figea à la vue du couple qui lui faisait face. Elle n’avait même pas envie de masquer son étonnement. Hanegard ne pouvait pas se douter qu’il avait devant lui ses beaux-parents, à moins que l’expression de Jena l’ait aiguillé dans ce sens.
Sa mère lui adressa un grand sourire alors que son père…comme toujours, resta droit, froid, avec son éternel air autoritaire sur le visage… Cela faisait des années qu’elle ne l’avait pas vu, pourtant il ne semblait manifester aucune joie à leurs retrouvailles et elle non plus.
Le silence devenait pesant et Hanegard ne devait pas bien comprendre la situation, aussi se tourna-t-elle vers son époux en tentant tout de même de lui sourire, à lui !


- Chéri, je te présente mes parents. Judith et Sigbert Locksley.

Ses parents s’inclinèrent ensemble devant le régent…son épouse n’avait pas besoin d’être salué visiblement ! Jena ne fit aucun commentaire, elle se contenta juste de leur faire signe de s’asseoir. Sa mère s’installa, tandis que Sigbert hésitait. Finalement il s’installa sur le long canapé à côté de sa femme. Jena poussa un léger soupir et après un regard à son époux, elle s’installa à son tour sur le canapé en face celui de ses parents. Elle surprit le regard réprobateur de son père posait sur son ventre arrondi et Jena sentit une bouffé de colère monter. Mais une seconde après elle s’était calmée.

- Que nous vaut le….plaisir de votre visite ? demanda Jena avec dans la voix autant de joie qu’elle aurait manifesté au cours d’un enterrement.
- Ton père a accepté de fermer sa boutique pour que nous puissions voyager un peu. Nous avons pensé qu’il était tant de vous rendre visite. Nous sommes d’ailleurs ravis de voir que tu attends un heureux évènement.

Quoi ça vous étonne que les parents de Jena n’ait pas été informé plus tôt de la grossesse de leur fille ? Et bien moi ça ne m’étonne pas du tout. Et Jena non plus d’ailleurs. Son silence était voulu et il était peu probable que Hanegard soit au courant de ce léger, de ce tout petit oubli. Et puis elle n’avait pas pensé les voir débouler dans son salon.

- Merci Maman. Et moi je suis heureuse que cette nouvelle vous fasse autant plaisir. N’est-ce pas Père ?

Elle avait faillit rajouter une remarque cinglante mais au dernier moment s’était ravisé. Après tout c’était son père et bien qu’elle avait perdu pour lui toute l’affection qu’elle lui portait autrefois, ça n’en restait pas moins son géniteur.

- Tout à fait. A répondu sèchement son père avant de se tourner vers le régent. Ma femme et moi-même demandons votre hospitalité le temps que notre voiture soit réparé. Les mauvaises routes menant chez vous ont abîmé les roues et nous ne pouvons partir tant que cela ne sera pas arrangé.

Et bien voilà qui promettait…Son père était le genre radin et si les réparations coûtaient chers, il était capable de rester des semaines pour négocier les prix à la baisse. Et il était hors de question que Jena supporte sa présence autant de temps. Déjà que quelques minutes dans la même pièce lui faisaient perdre sa bonne humeur.


Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Mer 29 Sep 2010 - 16:21

Hanegard avait senti l’atmosphère de la pièce chuter de plusieurs degrés dès l’instant où Jena avait croisé le regard de son père. L’amour filial n’était apparemment pas de mise, et au vu de ce que Sigbert avait fait endurer à sa seconde fille, Lois, le régent ne pouvait qu’accepter l’évidence. Il paraissait impossible que sa douce Jena s’entendre avec un homme près à obliger sa fille à jouer le rôle d’un garçon… non, cela était inconcevable.

Aussi ne fut-il guère étonné d’apprendre que son épouse avait tu à ses parents la nouvelle de sa grossesse, ce qu’ils prenaient apparemment assez mal. Ben les cocos, vous aviez qu’à lui montrer plus d’affection, peut être vous l’aurait-elle dit alors ? En tout cas, le séjour des Locksley à Alonna ne s’annonçait pas de tout repos. Hanegard ne savait pas dans quel catégorie classer Judith, mais pour Sigbert, c’était aisé…

…la catégorie des emmerdeurs imbus d’eux-mêmes, une catégorie qui hélas n’est jamais vide…

Le paternel en question lança la première salve en direction du régent. Quoi mes routes ? Qu’est-ce qu’elles ont mes routes ? Les routes d’Alonna n’étaient certes pas de la meilleure qualité qui soit, mais enfin faire directement remarquer cela à son gendre dénotait un manque certain de tact. D’une voix froide, le régent répondit :


Il est vrai que la guerre civile et l’invasion drow ont fait prendre quelque retard à la rénovation des routes. Je demanderai aux équipes de la citadelle de s’occuper de votre voiture, je suis certain qu’ils la répareront rapidement.

Hanegard préférait prendre à sa charge cette réparation plutôt que de laisser aux Locksley une raison de s’attarder trop longtemps chez lui. Il sentait que la présence de son père mettait Jena sur les nerfs, alors autant qu’il reparte sans trop s’attarder, hein ? Surtout que le régent connaissait sa douce et tendre, qui ne mâchait pas ses mots lorsque la colère la gagnait. Une engueulade avec Sigfried ne serait pas du meilleur effet…

Je vais vous faire attribuer une chambre dans l’aile des invités pour le temps que vous passerez parmi nous.

Gros avantage de l’aile des invités : elle était assez loin des appartements conjugaux du couple régent. Lorsqu’Hanegard accueillait un ami, il le logeait dans le corps principal de la citadelle. Mais là, plus ces encombrants visiteurs seraient loin, mieux cela vaudrait.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Ven 1 Oct 2010 - 20:01

Après les aimables paroles de Hanegard, Sigbert ne fit plus une remarque. Il ne faisait même plus un bruit, aussi silencieux qu’une statue….enfin…une statue qui aurait deux yeux animés ! Parce que le regard du père de Jena allait de la jeune femme à son époux, en passant par son ventre arrondi et tout ça sans ciller une seule fois. Jena préféra d’ailleurs reporter toute son attention sur sa mère. Elle, au moins, elle avait l’air heureuse de revoir sa famille ! Mais là encore, impossible de dire si elle était sincère. Sans un bruit une servante vint apporter un plateau avec du vin pour les hommes et du thé pour les dames. Ainsi qu’une coupe de fruit et une assiette de biscuit tout chaud. Un véritable luxe que sa mère ne manqua pas de remarquer. Visiblement elle ne réalisait que maintenant la place qu’avait sa fille à Alonna.
Elle avait du se dire que l’épouse d’un régent, n’était pas mieux logée que l’épouse d’un tavernier…et pourtant…
D’ailleurs un coup d’œil à son père lui suffit pour savoir qu’il devait penser pareil. Lui qui avait toujours du travailler pour arriver à son statut de commerçant aisé, il avait du mal à digérer le luxe que pouvait avoir sa fille avec si peu d’effort.

- Comme tu as de la chance ma chérie, déclara Judith d’une voix exaltée. C’est un endroit sublime, bien qu’un peu froid, mais tous ces domestiques qui s’affairent au moindre signe de toi, comme cela doit être agréable. Et puis regarde ce service à thé….il est magnifique. Oh ! Quelle chance tu as ma chérie.

Jena s’était raidie, mais encore une fois ses parents ne semblaient pas se rendre compte de l’état dans lequel il m’était leur fille.

- Merci Mère, moi aussi je trouve que j’ai de la chance d’avoir épousé un homme comme Hanegard. Attentionné, tendre….et bien élevé.
- C’est vrai que pour un homme qui vient des montagnes…

Et là ce fut le drame…Et quel drame ! Jena en laissa tomber sa tasse sur le beau tapis du petit salon. La magnifique tasse en porcelaine s’était brisée, le thé renversée et la jeune femme levée ! Quelle belle symphonie de ‘é’.
Son père en avait fait autant et il fusillait maintenant sa fille du regard. Une vraie guerre silencieuse se jouait entre ses deux là. Sa mère s’était faite discrète, elle semblait se rendre compte de se qu’elle venait de dire… Jena s’était levée un peu trop brusquement et elle sentait la tension habituelle dans son ventre, d’autant plus que le bébé s’était mis à taper. Quelqu’un d’autre veux l’énerver tant qu’il y est ? Hanegard ? As-tu quelque chose à dire contre le stade toulousain ? C’est le moment !

Jena reporta son regard sur sa mère, elle était en colère, très en colère. Mais lorsque son père s’est rassit en poussant un long soupir à fendre l’âme, Jena en fit autant après quelques secondes. Il fallait bien que ses parents se rendent compte qu’ils étaient ici chez elle.
Une fois assise, Jena se tourna vers son époux et tenta de lui sourire en posant sa main sur son bras.

- Etes-vous allés voir Néna ? demanda-t-elle en reprenant le ton d'une conversation banale.

Et ça n’a pas loupé, son père a viré au rouge en lui jetantun regard noir.

- Néna est morte il y a longtemps. Nous rendrons visite à ton frère Loïs sur le chemin du retour.
- Mhmm, tu dois être tellement fier de ton fils. Un vrai petit soldat.

Sarcastique ? Elle ? Noooon

- Très fier. J’ai au moins un de mes enfants qui tient à son honneur. Il sait se tenir lui.

Alors là….là….s’en était TROP. Et trop, c’est trop…
La colère la submergea à nouveau, et comme ses hormones lui jouaient des tours, elle fut surprise de sentir des larmes couler sur ses joues. Son père venait clairement de la traiter de….prostitué… Et pourquoi ? Parce qu’elle avait épousé un homme alors qu’elle n’était plus vierge…. ET ALORS ! Puisque le mari était lui-même l’auteur de se dépucelage ? Ou était le problème ?
Ne supportant plus d’être dans la même pièce que son père, Jena se leva à nouveau en gémissant de douleur au passage et fonça droit vers la porte qu’elle claqua derrière elle avait de laisser échapper un cri de colère. Ce qui stupéfia les gardes et domestiques qui se trouvaient dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Sam 2 Oct 2010 - 14:14

Ben puisque tu en parles… je me souviens que la semaine dernière le stade Toulousain a un peu fait un match…nul… et a été décroché au classement par les deux équipes de tête. Mais comme je vois que tu me fusilles du regard, je vais éviter de le faire remarquer…

Bon, la première impression d’Hanegard était la bonne, le paternel était un casse-pied (pour rester poli). Et les relations entre lui et sa fille rappelait celle de deux chats enfermés dans un sac. Mais la mère elle-même… le régent failli avaler de travers lorsqu’elle fit référence à « l’homme des montagnes », et seule sa maîtrise de ses mouvements évita à sa tasse de se retrouver elle aussi au sol.

Non mais pour qui elle se prenait la Judith ? Elle se croyait sortie de la cuisse de Néera peut être ? Oui Hanegard était un guerrier des montagnes aux mœurs assez fruste, raison pour laquelle il avait si bien réussi dans les légions noires ou les dandys ne pullulaient pas. Cela était vrai, mais avec le temps et les responsabilités il avait acquis un certain vernis d’éducation, la preuve : il ne se leva pas pour secouer la donzelle comme un prunier afin de lui apprendre le respect.

Et de toute façon Jena était heureuse avec lui, alors pourquoi donc ses parents faisaient-ils la fine bouche ? Pour une damoiselle comme elle l’était à son arrivée à Alonna, le destin classique aurait été soit de se marier par amour mais sans pouvoir ensuite vivre dans le confort, soit épouser un noble surement beaucoup plus âgé qu’elle et qui ne l’aurait vu que comme un joli objet de décoration pour ses réceptions officielles.

Bon, il fallait admettre qu’Hanegard était de dix ans l’ainé de sa femme, mais comparé aux barbons qui se cherchait une jeunette. Et puis bon sang, Jena était heureuse avec lui ! Mettez vous sa dans la tête : le couple régent d’Alonna est heureux. Heureux ! Ils pouvaient avoir de petites disputes, comme lors du bal masqué d’Ysari, mais toujours ils s’étaient réconcilié sur l’oreiller le soir même.

Mais l’attaque de la mère ne fut rien comparé à celle du père.

Pour être honnête, je me dois de dire que Jena porta le premier coup en lui envoyant une bordée par le travers sur le sujet de Loïs/Néna. Sujet que Sigbert devait attendre car la réplique ne tarda pas, et il put attirer Jena dans son piège, à savoir lui flanquer un tir de boulets rouges sous la dunette sur le sujet de l’honneur et du respect. Comme quoi avec de la mauvaise foi, et le gaillard en avait à revendre, on arrive toujours à ses fins.

Outrée et en larmes, Jena quitta la pièce en claquant la porte. Le sourire de son père fut de courte durée lorsqu’il vit le régent poser calmement sa tasse, s’approcher de lui et le soulever de son fauteuil par la seul force du poignet.

Ecoutez moi bien, car je ne me répéterai pas. Jena est votre fille, mais c’est aujourd’hui ma femme. Et si vous la maltraitez ainsi, sachez que vous ne serez plus le bienvenu chez moi. Je passe l’éponge pour cette fois, mais osez lui parler de nouveau sur ce ton et je vous expulse d’Alonna.

Relâchant sa victime qui commençait à étouffer… oui, le régent serrait assez fort, et des Sigbert, on pouvait en tailler deux dans sa carrure, il s’éloigna, posa la main sur la poignée de la porte et tira sa flèche du parthe.

Votre épouse a fait allusion à mes montagnes natales. Peut être mon clan n’était-il pas civilisé, mais chez nous, nous ne travestissons pas nos enfants. J’ai rencontré Loïs et ce que vous lui avez fait subir me dégoute.

Quittant à son tour la pièce, il se mit à la recherche de sa femme. A nouveau il avait fait preuve de peu de diplomatie mais voir Jena en pleurs le mettait toujours en rogne.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Dim 3 Oct 2010 - 19:27

Si ce genre de scène devait devenir son quotidien, il était certain qu’avant la fin elle aurait une vraie crise de nerfs. Et ce ne serait franchement pas beau à voir ! Elle ne pouvait déjà plus tolérer la présence de ses parents alors qu’ils n’étaient là que depuis quelques minutes…. Il y avait vraiment de quoi s’inquiéter pour la suite !
Fulminante de rage, Jena était passée comme un coup de vent dans le couloir. Une petite voix en elle lui demanda de ralentir, il était inutile qu’elle se ruine la santé pour eux. Les jardins n’étaient pas loin et ça lui ferait du bien de se retrouver dans un endroit au calme. Elle sentait encore les larmes couler sur ses joues, et cela la faisait pleurer de plus belle. Vive les hormones des femmes enceintes…quand elles se mettent à pleurer elles deviennent de vraies fontaines. Elle finit par trouver un banc derrière une haie et elle s’installa dessus en sanglotant.

Le bébé tapait en elle, avec moins de force que d’habitude, comme s’il savait que ce n’était pas le moment de se faire remarquer. Jena posa sa main sur son ventre et le caressa doucement. Jamais elle ne pourrait comprendre ce qu’avait fait son père. Elle qui allait bientôt devenir mère ne pouvait tout simplement pas imaginer comment on pouvait faire une chose pareille à son enfant. Et puis comment sa mère avait-elle pu se montrer aussi grossière avec Hanegard. Elle ne le connaissait même pas et pourtant, à l’entendre, elle le prenait pour un abruti de première, pas même capable de manger correctement à table. Pourtant il avait plus de manière qu’eux, et visiblement, il l’aimait beaucoup plus que ses propres parents.

- Je ne vais pas pouvoir les supporter….

Les pleurs redoublèrent quand elle se rendit compte qu’elle parlait de ses parents.

- Néera….suis-je monstrueuse de penser une chose pareille ?...Ce sont mes parents….Mais ils sont ….

Irrespectueux ? Moralistes ? Méchants ? Oui il y avait un peu de tout ça. Mais tout de même il s’agissait là de ses parents.


----------------

Dans le salon l’atmosphère était toute autre. Sigbert n’en revenait toujours pas. En plus d’être profondément choqué, il se sentait terriblement insulté. Mais comme l’ours des cavernes lui fichait une trouille bleue il n’était plus question qu’il la ramène devant lui. Par contre, il ne louperait pas Jena la prochaine fois qu’il se retrouverait seul en sa compagnie.
Judith s’était levée, visiblement aussi surprise que lui. Elle ne comprenait, ni la colère de sa fille, ni la brutalité de son époux.
Mais tant qu’elle était ici, elle ferait tout pour aider sa fille et la soulager de son futur rôle de mère. Sans même attendre, elle appela un domestique – pour son plus grand plaisir – et lui ordonna de ramasser la porcelaine brisée et de ramener le plateau en cuisine.
Maintenant elle voulait faire une surprise à Jena, pour lui montrer combien elle était heureuse de la revoir. Après tout il s’agissait de sa fille ainée et pour le moment elle n’avait vraiment pas l’air qualifiée pour élever un enfant. Surtout si elle continuait à son comporter elle-même comme une enfant capricieuse.
Elle se hâta donc à préparer sa fameuse surprise. Et quelle surprise ! Il était peu probable que Jena s'en remette facilement ! D'ici ce soir tout serait près et avec l'aide d'une domestique ou deux, elle pourrait montrer sa surprise avant le repas.



Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Lun 4 Oct 2010 - 9:58

Sortant de la salle, Hanegard fit signe à un garde en faction de le rejoindre

Veillez à installer les parents de ma femme dans l’aile des invités.

S’étant débarrassé de la corvée, le régent se mit en quête de sa femme. La pauvre devait vraiment se morfondre. Avoir des parents comme cela, merci bien ! La mère paraissait encore assez gentille bien que gaffeuse et bourrée de préjugés, mais le père lui… un catastrophe ambulante, un véritable poison. Le plus tôt ces deux là repartiraient, le mieux ce serait.

Si Hanegard avait eu les journaux du matin, il aurait pu consoler sa femme en lui parlant de la victoire du stade toulousain, mais le noble sport du rugby étant plutôt méconnu sur Miradelphia, il lui faudrait trouver une autre méthode. Le bon vieux câlin et le « je t’aime » marchaient en général, en technique maintes fois éprouvée.

Dommage d’ailleurs qu’il n’y ait pas de rugby sur Miradelphia, une équipe naine aurait fait des ravages. Mais si ! Vous avez déjà essayé d’arrêter un nain ivre mort qui vous fonce dessus ? Si la réponse est oui, vous devez la faire depuis un hôpital, car ils sont teigneux et costauds ces petits êtres velus.

Enfin, trêve d’écart au propos. Revenons à Hanegard et Jena, le régent venant justement de retrouver sa douce et tendre en larmes sur un banc du jardin. S’asseyant à ses côtés, il lui passa un bras autour des épaules et l’attira contre lui pour la consoler.


Ne pleure pas ma chérie. Tes parents ne resteront pas longtemps à Alonna, je vais veiller à ce que les réparations soient faites au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Jeu 7 Oct 2010 - 8:44

La présence réconfortante de Hanegard fit rapidement sécher les larmes de la jeune femme. Son mari était tellement adorable avec elle, comment sa mère pouvait bien se montrer aussi insultante envers lui alors qu’elle n’avait même pas prit la peine d’échanger trois mots avec lui. Reposant sa tête contre l’épaule de son époux, Jena poussa un long soupir. Les jours à venir s’annonçaient extrêmement longs….très longs.
Après de longues minutes, le couple décida de faire quelques pas dans les jardins, histoire de profiter un peu de la bonne santé de la jeune femme. Cela faisait une semaine qu’elle devait se tenir enfermer, et ce matin elle avait été heureuse de constater qu’elle pouvait se déplacer seule avec presque autant de facilité qu’avant. Hélas son bonheur fut de courte de durée, car maintenant qu’elle venait de croiser ses parents, elle souhaitait presque retrouver le confinement de sa chambre…

Jena passa le reste de sa journée à éviter soigneusement ses parents. Elle retourna dans sa chambre et s’y enferma en donnant l’ordre aux gardes de ne laisser personne la déranger. Hanegard n’avait fait aucun commentaire. Après tout qu’aurait-il pu dire ? Jena avait besoin de digérer cette arrivée impromptue pour retrouver un semblant de sourire et de politesse !
Le soir arriva bien plus vite qu’elle ne l’aurait cru et on vint frapper à sa porte pour lui annoncer que le repas était servit dans la salle de réception. Jena fut surprise par une telle déclaration.
Pourquoi donc faire servir le repas dans cette grande salle. Ils ne s’en servaient que pour les bals et les grands repas…. Hanegard avait peut-être voulu montrer qu’il savait accueillir ses beaux parents.
Pour ne pas lui faire honte, Jena décida de se faire belle. Une jolie robe, une belle coiffure et une légère touche de maquillage pour avoir l’air en excellente santé. Rien de grandiose !

Comme à son habitude, Clarys suivit son amie. Elles échangèrent quelques paroles dans les couloirs, mais Jena remarqua immédiatement la gêne de sa demoiselle de compagnie. Elle n’avait pas l’air dans son assiette. La jeune femme tenta de savoir ce qu’il lui arrivait, mais pas moyen de lui faire dire quoi que ce soit. Haussant les épaules, Jena entra dans la grande salle. Une table était dressée au centre de la pièce. Toute la belle argenterie avait été sortie, et tout brillait de mille feux. Dans un coin de la pièce, son père et sa mère en grande discussion.
A la vue de la scène qui s’offrait à elle, Jena avait immédiatement perdu le sourire.
Ce n’était pas Hanegard qui avait décidé de préparer ce somptueux repas….mais sa mère. Comment avait-elle osé se croire assez bien vu ici pour donner des ordres ? Le couple régent n’était pas les maîtres des lieux à proprement dit. Il n’y avait plus de Baron à Alonna….et ce repas, si luxueux, donnait une toute autre image du couple. Jamais ils ne s’étaient permis d’user de tout le luxe de la citadelle….son époux n’était que le régent….pas le Baron. Il faudrait que ses parents se mettent ça dans le crâne. Jena n’avait aucune envie de voir son mari rappelait à l’ordre par le roi.


- Que se passe-t-il ici ? demanda-t-elle avec une voix qui contenait déjà mal sa colère.
- Nous voulions fêter nos retrouvailles, chérie, et cette pièce était parfaite pour y donner un repas. Je m’étonne d’ailleurs que vous ne l’utilisiez pas plus souvent.
- Nous n’en voyons pas l’utilité, coupa sèchement la jeune femme.

Sa mère ne prononça plus aucune parole. Jena trouvait son père étrangement silencieux, mais elle préférait largement ça. Il avait peut-être été un peu secoué par leur conversation de la matinée…ou par autre chose !
Hanegard n’arrivait toujours pas et la petite famille décida de s’installer sur les fauteuils près des fenêtres.


- Chérie, nous avons une proposition à te faire ta mère et moi.

Déjà Jena voyait l’anguille sous la roche...

- Je ne peux laisser ma boutique indéfiniment fermée, dès que les réparations seront terminées je devrais retourner à mon commerce. Mais ta mère….- petite pause - …et bien ta mère souhaiterait rester avec toi jusqu’à la naissance de ton enfant. Après tout, sa présence ne pourra que tu soulager et te rassurer le moment venu.

Alors là, ça la sciait….et le pire dans tout ça…c’est qu’elle ne pouvait même pas refuser ! C’était sa mère, elle ne pouvait pas la mettre à la porte. D’ailleurs, en parlant de porte, en voila une qui s’ouvrait et Jena espérait sincèrement que ce soit son époux qui apparaisse.

- Et bien….c’est une excellente nouvelle, s’entendit-elle répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Ven 8 Oct 2010 - 9:24

Ce ne fut pas exactement Hanegard qui entra dans la salle… non pas exactement. La maman de notre Jena adorée avait mis la main sur le chambellan et l’avait persuadé d’inviter plusieurs notables d’Alonna à ce grand dîner. Marchands, nobliaux, militaires, personnalités diverses et variées, voilà ce qui entrait sous les yeux horrifiées de la régente, qui comprenait que non, décidément, sa mère était incapable de faire preuve de retenue.

Le régent lui-même entra en dernier, un peu essoufflé car il venait d’être prévenu qu’il se passait quelque chose d’anormal. Il embrassa la situation du regard et échangea un regard de bête blessée avec sa femme. Un petit dîner en famille ? Mon œil oui, il y avait plus d’une trentaine d’invités qui, guidés par les pages, se répartissaient tout autour de la grande table tandis que les serveurs prévenaient les cuisines de se tenir prêtes.

Désabusé, Hanegard s’assit en tête de table, Jena à ses côtés. Sigbert et sa femme se trouvaient eux-mêmes à côté de Jena, ni l’un ni l’autre n’ayant apparemment désiré se retrouver avec le régent. Peur ou insulte délibérée ? Sans doute un peu des deux… mais bon, nous n’en sommes plus à ça près. Le fond du trou paraissait atteint mais les Locksley continuaient de creuser avec acharnement.

Laissons le dîner commencer et déportons-nous un peu vers le père de notre héroïne. Cette vieille crapule infâme nommée Sigbert discutait avec son voisin de table, un gras marchand spécialisé dans la vente d’orfèvrerie, et semblait très intéressé par ce que l’autre lui expliquait quand à ses problèmes de débouchés commerciaux. Soyons indiscret et approchons nous quelque peu…


… et ainsi donc notre débouché sur Diantra est bloqué du fait du repositionnement sur le marché Serramirois de notre contact.
De sorte qu’il vous faut quelqu’un pouvant le remplacer, exact ?

Le regard soupçonneux du marchand se posa sur Sigbert. Il n’avait jusque là parlé que de problèmes généraux, et voilà que ce gaillard mettait les pieds dans le plat.

Certes, mais pourquoi cette question ? Viseriez-vous cette place ?
Vous venez de mettre le doigt dessus mon cher.
Hmm… ne le prenez pas mal, mais pourquoi désirerai-je m’associer avec vous ? Votre visibilité sur le marché de Diantra est faible voire inexistante. Qu’ai-je à y gagner ?

Jetant un regard autour de lui pour s’assurer que personne n’écoutait leur conversation, Sigbert se rapprocha de l’oreille du marchand et murmura d’un ton complice :

Parce que ma fille tiens le régent par les couilles, et que je peux vous permettre grâce à cela d’éviter de payer certaines taxes. Avec mon soutien, vous deviendrez bientôt le plus influent marchand d’Alonna dans votre domaine, car vos concurrents devront s’acquitter des droits de douane à la frontière. Je peux persuader ce balourd d’Hanegard de faire une exception en ce qui vous concerne…
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Ven 8 Oct 2010 - 11:08

Par tous les dieux, s’était pire que ce qu’elle avait imaginé. Sa mère avait fait invité une trentaine de notables d’Alonna. La jeune femme était sur le point de s’effondrer, littéralement, lorsqu’elle vit – enfin – le visage de son époux. Il lui adressa un simple regard dans lequel elle puisa suffisamment de courage pour se déplacer jusqu’à la table et s’asseoir sur la chaise. Hanegard s’installa en bout de table près d’elle et ils échangèrent un petit sourire.
Le début du repas se passa sans encombre, sa mère s’empiffrait, son père discutait avec un riche commerçant, et Jena devait faire la conversation avec tout le beau monde que ses parents avaient invité. Ils la félicitaient tous, lui demandaient combien de temps elle devrait encore attendre et on lui donnait même quelques conseils pour son accouchement.
De quoi lui couper l’appétit. D’ailleurs elle ne toucha presque pas à son assiette.
Sa mère le remarqua et se pencha vers elle pour lui murmurer à l’oreille.


- Il faut que tu manges chérie. Si tu ne le fais pas pour toi, fait-le au moins pour mon petit fils.

Et bien voilà, on y était. Elle s’accaparait déjà ses domestiques, sa citadelle, sa salle de réception et maintenant SON BEBE. Zen, soyons zen. Poussant un long soupir, Jena ne préféra pas relever et se concentra sur son assiette. Elle admirait le dessin au fond de celle-ci lorsque sa mère se pencha à nouveau.

- Ne t’inquiète pas ma chérie. Je vois bien que l’approche de ton accouchement te terrifie. Mais je me suis déjà arrangée et j’ai tout organisé.

Cette fois-ci Jena se tourna brusquement vers sa mère, à la fois curieuse et apeurée d’entendre la suite.

- J’ai écrit à une sage-femme de Diantra pour qu’elle s’occupe de toi. Elle sera là d’ici quelques jours. J’ai aussi demandé à deux ou trois servantes de préparer une pièce spécialement pour ton accouchement et je me suis occupée moi-même cet après midi de préparer la chambre de mon petit-fils.

Et là….là ce fut la goutte d’eau. Tout le monde dans la citadelle savait qu’elle voulait s’occuper elle-même de la chambre de son enfant. Elle avait fait vider la pièce à côté de sa propre chambre, elle avait demandé à un menuisier d’Alonna de lui fabriquer les meubles. Ceux-ci devaient, d’ailleurs, être près d’ici quelques jours. Clarys et elle brodait les draps de son bébé depuis des jours, sa demoiselle de compagnie avait même réquisitionné des doigts agiles pour confectionner quelques vêtements pour le nouveau né…Et sa mère…sa tendre et adorable mère…avait décidé de s’occuper de tout ça toute seule.

- J’ai fait préparer cette chambre dans l’aile des invités. La luminosité y est parfaite et la nourrice qui s’occupera de ton enfant n’aura pas à loger près de vos appartements. D’ailleurs je t’en ai aussi déjà trouvé une. Elle est en parfaite santé et elle devrait accoucher sous peu.

Judith tourna sa tête pour lui adresser un sourire et cet seulement à ce moment qu’elle vit le regard noir et les joues rouges de colère de sa fille. Hanegard avait du enttendre les paroles de Judith et peut-être qu’il avait pensé qu’il serait tant d’intervenir avant que Jena ne fasse une bêtise. Mais il n’eut visiblement pas le temps de retenir sa furie de femme. Par contre, excellent réflexe, il enleva le couteau qui était à portée de sa main.

- Il ne me semble pas t’avoir demandé quoi que ce soit. Je n’ai nullement besoin de ta sage-femme, ni d’une nourrice. Si tu te mêles une fois de plus de ce qui ne te regarde pas, je te fais monter dans un carrosse et je te réexpédie en Erac.

Un fabuleux silence régnait maintenant dans la salle de réception. Visiblement, Jena avait parlé plus fort qu’elle ne l’avait pensé. Mais elle était fière de s’être retenue de hurler. Sa mère ouvrait déjà la bouche pour protester mais Jena ne lui laissa pas une seconde.

- Je te rappelle que tu n’es qu’une invitée ici. Je t’interdis de donner des ordres à qui que se soit, et encore moins à te croire ici chez toi. C’est clair ?

Le petit hochement de tête de sa mère lui convint largement et elle replongea son regard sur le contenu de son assiette. Quelqu’un a quelque chose à rajouter ? Non ? Tant mieux. Alors mangé maintenant.

De son côté, Sigbert soupirait. Il allait devoir avoir une longue discussion avec sa femme. Ce n'était pas le moment de se mettre Jena à dos. Il fallait l'amadouer, devenir des parents exemplaires à ses yeux. Sinon son projet échourait
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Dim 10 Oct 2010 - 10:09

Oui, pas de doute il avait bien fait de mettre le couteau hors de portée de sa chère et tendre. Un meurtre en plein banquet, cela a toujours fait mauvais effet. Enfin sauf bien sur si c’était le but recherché, genre j’invite tous mes ennemis, je les saoule et je les zigouille (technique n°46 du manuel du barbare rusé). Mais là, il sentait que sa douce Jena se retenait pour ne pas poignarder sa mère dans un déferlement de fureur.

Et oui, elle est comme ca ma Jena adorée. Tentez de régler sa vie à sa lace, ou parlez lui de la dernière défaite du stade toulousain, et aussitôt vous comprendrez votre douleur. Mais cela ne changeait rien au fait qu’Hanegard l’aimait plus que tout au monde. Par contre il se rappela d’éviter de lui confier un jour une mission diplomatique, la tirade qu’elle servit à sa mère en guise de plat principal amena un brusque froid dans la salle.

En tout cas, elle avait été claire. Suffisamment pour calmer la Judith ? Pas sur, cela seul l’avenir nous le dira.

Discrètement, le régent ordonna de mettre de nouveaux futs de vin en perce, l’alcool aidant à réchauffer l’atmosphère. Les saltimbanques loués pour l’occasion par le chambellan entrèrent en action et l’un dans l’autre la fin du repas fut beaucoup plus calme. A noter toutefois que Jena n’adressa plus la parole à sa mère et garda sa main ferment crispée sur le couteau. Allons, notre héros la calmera avec des câlins, ca marche toujours.

Sigbert lui ne pensait pas aux câlins. Si sa femme n’arrêtait pas ses idioties, Jena risquait de les renvoyer manu militari, de cela il ne doutait pas. Oh oui, il connaissait bien sa fille… entêtée comme pas deux ! Loïs s’était montré plus docile lui, prêt à faire honneur à la famille.

Loïs…

Mais justement ca c’est une idée pour calmer le jeu entre Jena et lui.

Lorsque le repas prit fin, Sigbert profita de se retrouver un peu esseulé avec sa fille, Hanegard discutant avec un notable et Judith faisant profil bas pour lui murmurer d’un ton presque contrits :


En quittant Alonna, j’irai voir Loïs à Odélian. Je… je ne peux m’empêcher de regretter ce qui s’est passé avec elle… peut être ai-je eu tort d‘agir comme je l‘ai fait.

Et sans un mot de plus, il reprit le chemin de ses appartements, laissant là une Jena un peu ébahie de voir son père exprimer un sentiment humain.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 958
Âge : 30
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Mer 13 Oct 2010 - 10:24

Le repas se passa sans encombre (apparente). Judith garda le silence et Jena pu admirer la porcelaine et l’argenterie que sa mère avait eut la délicatesse de faire sortir. Lorsque le dessert fut terminé, les notables se levèrent et se dirigèrent vers les fenêtres menant au jardin. Le temps était extrêmement agréable c’est pourquoi, certains se hasardèrent à une petite promenade nocturne. Jena s’était installée dans l’un des fauteuils à l’angle et observait le ciel sombre à travers les petites vitres en verre. Sa mère s’était assise près d’elle et elle regardait obstinément le sol. La jeune femme sentit son cœur se serrait. Elle avait été trop dure avec sa mère et elle commençait à regretter ses mots, et le ton sur lequel elle les avait dit. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver de la colère fasse à cette intrusion dérangeante qu’était ses parents.

Son père vint près d’elle et garda le silence quelques minutes. Lorsqu’il ouvrit enfin la bouche, Jena pensa qu’il allait lui faire la morale sur la façon dont elle s’était adressée à sa mère plus tôt, ou alors à ce qu’il lui demande un service d’ordre commercial…Pas à ce qu’il prenne se ton pour lui lâcher cette phrase en pleine figure.
La jeune femme fronça les sourcils en se tournant vers lui.


- Il y a longtemps que tu aurais du exprimer ce genre de regrets. Mais comment pourrais-je te croire sincère alors que tu continues obstinément à l’appeler Lois.

Judith leva la tête et observa la scène toujours sans rien dire. Elle semblait attendre une réaction de la part de son époux. Mais celui-ci resta muet comme une tombe.

- Tu as gâché sa vie et tu penses que tes regrets, venus trop tard, lui rendront son sort plus agréable ? Je suis fatiguée et je n’ai pas envie de débattre de ça avec toi.

Se levant, Jena chercha des yeux Hanegard. Il était bien entouré. La jeune femme savait combien son époux détestait ce genre de simagrée. Il n’aimait pas se donner en spectacle et encore moins devoir bavarder des heures avec les nobles de la citadelle. Jena poussa un soupir. Elle se sentait soudain épuisée. La forme olympique qui l’avait si prestement tirée du lit, venait de la quitter d’un seul coup. Clarys qui veillait toujours sur sa maîtresse se rapprocha d’elle et lui prit le bras pour la soutenir. L’entraînant un peu à l’écart, elle lui murmura :

- Venez je vous raccompagne à votre chambre. Vous êtes trop épuisée pour rester.
- Je ne pourrais pas marcher jusque là bas….Aide moi à m’asseoir, je monterais quand tout le monde sera partit.

Quel affreux sentiment de savoir que l’on n’était plus capable de mettre un pied devant l’autre, et de devoir prier que tout ce beau monde s’en aille vite fait, pour retrouver le confort de son lit. Le fauteuil était, certes, rembourré comme il le fallait, mais cette position assise, le dos droit….c’était insupportable. Un vrai supplice. D’autant plus qu’elle devait continuer à sourire comme si tout allait parfaitement bien.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2072
Âge : 118
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   Mer 13 Oct 2010 - 12:59

Espèce de petite dinde ! Ingrate ! Sans cœur ! Si ce n’est pas une honte de parler ainsi à son vieux père. De nos jours les jeunes ne respectent plus rien. Ah moi de mon temps je n’aurai pas osé répondre ainsi au vieux Wolfang, il m’aurait mis une sacrée beigne. Mais là non, je tente d’être gentil, et voilà que cette enquiquineuse m’envoie paître. De toute façon Loïs est le nom de mon fils, je ne vais pas non plus revenir sur cet épisode encore une fois non ? Ah mais vraiment ma Jena est une ingrate incapable de comprendre ou est son intérêt. Comment ai-je pu donner naissance à une fille aussi bête ?

[A ce stade, et avant que Jena ne m’étrangle, je précise que le paragraphe précédent constitue les pensées de Sigbert, et en aucun cas les miennes. Moi je l’adore, Jena !]

Bref, cette précision apportée, revenons à Alonna. Sigbert l’avait mauvaise, vous l’aviez aisément compris. Jena n’était pas tombée dans le panneau de la sentimentalité, et cela risquait de compliquer sa tâche pour persuader le régent de faire des petites exceptions douanières. Attrapant sa femme par la main, il la conduisit hors de la salle, l’esprit bouillonnant déjà d’autres idées pour réussir ses fructueuses petites magouilles dans cette baronnie paumée mais intéressante.

[Paumée ma baronnie ? Tu veux voir Paris de très haut toi hein ?]

Non, pas paumée. Superbe, verdoyante et agréable. Toujours est-il que la vieille crapule comptait bien faire la leçon à Judith durant la nuit pour qu’elle l’assiste dans ses efforts dès le lendemain.

Revenons à Jena. Notre pauvre héroïne subit un vrai supplice à devoir rester sur ce fauteuil alors qu’elle devrait être dans son lit aux côtés de son époux. L’époux en question remarqua la grimace de souffrance vite réprimée et expédia en deux temps trois mouvements les invités, les refilant à Sargril pour qu’il « leur fasse admirer le dernier trébuchet amélioré par ses ingénieurs ». Ou comment se débarrasser des enquiquineurs en les confiant à un subordonné…

Sitôt cela fait, il rejoignit en hâte Jena, la prit dans ses bras et ordonna à Clarys :


Ouvrez moi les portes jusqu’à notre chambre.

Ainsi donc, le petit cortège regagna les appartements conjugaux du couple, heureusement sans croiser personne d’autre qu’un garde qui eut l’intelligence de faire comme si il ne voyait rien. Lorsqu’enfin il eut pu déposer Jena sur le lit, mettant fin au supplice de la jeune femme dont le corps exigeait du repos, il s’essuya le front et la laissa aux bons soins de Clarys.

Aidez votre maîtresse à se mettre en tenue de nuit, je vérifie que nos invités sont repartis et je reviens.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand les beaux-parents débarquent....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand les beaux-parents débarquent....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand les beaux-parents débarquent....
» Quand mes yeux se sont posés sur toi - Pv Zahya
» Je ne changerais pas d'avis pour tes beaux yeux ! /Neil/
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Nous sommes noirs et très beaux » Eloge de Anténor Firmin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Duché de Serramire :: Baronnie d'Alonna-
Sauter vers: