AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Où l'on converse avec sérénité | Arthur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emma de Sainte Berthilde
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39
Âge : 29
Date d'inscription : 12/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Où l'on converse avec sérénité | Arthur   Dim 24 Juil 2011 - 11:41

Le coursier l’avait précédée de deux semaines. Chose obligatoire lorsque l’on se rendait en pays voisins n’est ce pas ? Emma n’était pas de ces femmes qui s’imposaient sans respecter un minimum de courtoisie, le plus simple des nobliaux méritait un intérêt même minime. Le voyage se faisait sans heurts majeurs et bien que lors du Voile, la jeune marquise est fait montre d’un déploiement armé manifeste, ce n’était pas le cas en ce jour. Une simple escorte ainsi que Reynald, toujours fidèle au poste. Les cavaliers de sa garde chevauchaient aux cotés de sa voiture et la dame, un petit peu dérangée par les cahots du carrosse, tentait tant bien que mal de finir une esquisse délicate. Bien mal lui en prit lorsque son fusain dérapa brusquement a la faveur d’un nid de poule. Voici donc une esquisse bonne à jeter. Qu’importe, cela la fit rire, elle s’y était attendue n’est ce pas ? Dessiner en mouvement n’était guère une idée brillante mais cela avait le mérite de la détendre grandement.

Soupirant doucement, elle leva les yeux sur le paysage qui défilait, devenant au fur à a mesure plus boisé, pus sauvage aussi comparé aux plaines de Sainte Berthilde. Bien évidemment, elle avait prévenu Erac de cette visite a son vassal, c’était sans doute la moindre des choses et elle était encore indécise quand a la décision de s’arrêter au retour saluer la jeune Intendante d’Erac. Sans doute aviserait elle au moment du départ, tout dépendait de comment se déroulerait son entretient avec le Baron de Melasinir. L’année n’avait pas été fructueuse, la cause a ce Voile, l’obligeant ainsi a reconsidérer pour l’année ses ventes céréalières. Cela ne l’arrangeait pas spécialement, mais il fallait faire un choix. Serramire comme Sainte Berthilde, Grenier de la Péninsule n’avait que souffert du manque de soleil et les récoltes, bien que correctes ne pourraient suffire a nourrir le royaume des hommes.

Pensive, elle appuya son coude sur le rebord de la fenêtre sous le regard interrogatif de Reynald. Annoncer a quelqu’un que malheureusement, elle ne pourrait le fournir en produit indispensable a la survie de son peuple qu’avec parcimonie n’était pas une tache aisée, et elle aurait sans doute pu laisser cet événement a la charge de son intendant, mais Emma tenait a rencontrer ses partenaires commerciaux, c’était important. Les juger aussi sans doute, certains étaient de véritables serpents, d’autres beaucoup moins, il lui fallait déterminer avec rapidité et précision qui méritait confiance et qui méritait défiance. Chose qu’elle n’aimait pas réellement faire mais l’obligation de son rang l’y forçait. Qu’importe donc.

Elle su qu'ils approchaient de leur destination lorsqu'une petite faction de cinq cavaliers vêtus aux armes d'Ancenis vint a leur rencontre. Emma pencha la tête par la fenêtre laissant con capitaine s'entretenir avec ces chevaliers et bientôt, la petite troupe reprit la route.

Finalement, ils arrivèrent bientôt en vue du bastion d’Ancenis et le convoi s’arrêta aux immenses portes fermant la ville. Son capitaine de garde s’approcha alors, annonçant fièrement sa maitresse avant que ne s’ouvrent les lourdes portes de bois devant eux. Intriguée, Emma s’intéressa de plus prêt a la ville en elle-même, un peu curieuse elle devait bien l’avouer. Ce qu’elle vit lui plaisait, le peuple n’avait pas l’air oppressé ni même dirigé de mauvaise manière, sans doute cela la rassura légèrement sans pour autant qu’elle ne se fasse une idée précise du Baron, entendons nous bien. Lentement mais surement, le convoi se dirigeait vers une colline surplombant la ville aux toits étrangement plats. Un château coiffait ce monticule de terre, entouré de douves. Décidément, cela n’avait rien a voir avec le château de Sainte Berthilde, même si Emma s’employait a le faire fortifié.

Le bruit des sabots des cavaliers raisonna longtemps sur un pont levis solide et baissé avant que la petite troupe n’arrive au centre d’une place. Reynald se redressa avant de descendre de voiture une fois celle-ci arrêtée. Tendant une main, il aida sa jeune maitresse a descendre a son tour. Vêtue avec recherche mais non richesse ostentatoire, Emma leva le nez sur l’immense masse de pierre qui lui faisait face tandis que Reynald allait l’annoncer.

Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1272
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Où l'on converse avec sérénité | Arthur   Dim 24 Juil 2011 - 16:46

Tout avait été fait pour offrir bon accueil à l’estimée Marquise de Sainte-Berthilde dont la visite avait été annoncé deux semaines plus tôt avec la venue d’un coursier. Dès lors, l’on avait fait mander les plus brillants artistes et bardes de l’Ancenois, leur demandant d’apprendre autant leurs propres chansons que quelques balades sainte-berthildoise afin de faire honneur à l’hôte. Les autres attentions avaient été préparés avec autant de soin afin de recevoir et d’accueillir dans les meilleures conditions une telle invitée.

Quand les guetteurs aperçurent non loin d’Ancenis l’escorte, il fut envoyé cinq chevaliers afin de la guider à travers la cité fortifiée, jusqu’au château baronnial perché sur la colline qui se bat. Dans la basse-cour de Vielmot, quelques nobles et courtisans ancenois ainsi que des chevaliers s’étaient rassemblé tandis que devant les portes, plus en avant que les autres se tenait Arthur, Roxane à son côté.
Avec l’arrivée de l’Hiver, et les premières neiges attendues pour les prochains jours, les températures s’étaient très nettement rafraichies. En ce jour, le baron portait gambison surmonté d’un gilet de cuir et pantalon épais ainsi que des bottes de cuirs remontant à mi-jambe. Il portait également une cape de fourrure épaisse et noir sur ses épaules, son épée à son fourreau. Peu de choses pouvaient réellement le distinguer des quelques chevaliers, à l’exception de sa position mais aussi et surtout de par le dräke d'or et de bronze perché sur son épaule, ses yeux aux multiples facettes colorés posés sur la jeune femme. Sa vie d’autrefois était définitivement passée.

Durant ces deux semaines, Arthur s’était interrogé, il doutait d’une simple visite de courtoisie venant de l’un des principaux fournisseurs en blé alors qu’après le terrible mois d’obscurité se murmurait ici et là déjà le mauvais présage d’un hiver de disette, voir de famine. Plus que jamais, il le savait, Mons et Aspremont seraient vigilant à l’égard de leurs troupeaux qui, peut-être, serait un bien inestimable et nécessaire dans les temps à venir.
C’est avec la certitude d’un rapport entre ces rumeurs et ces présages et cette venue très surprenante de la Marquise de Sainte-Berthilde qu’il s’avança après qu’un homme ait annoncé la jeune femme. Il s’inclina respectueusement devant elle avant de lui souhaiter tout simplement.

« Votre Excellence de Sainte-Berthilde, c’est un plaisir et un honneur que de vous accueillir et de vous souhaiter la bienvenue en Ancenis. »

Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Où l'on converse avec sérénité | Arthur   Lun 25 Juil 2011 - 18:14

C'est avec curiosité que je regardais approcher la marquise de Sainte-Berthilde. On aurait pu s'attendre à une femme d'un certain âge, imposante ou je ne sais quoi de ce genre, mais c'était une fine silhouette qui sortit du carrosse. La Marquise était une jeune femme de 25 ans environ, brune, fine, délicate avec un regard étrange, dépareillé, mais qui le rendait hypnotisant. Je savais qu'Arthur se demandait ce que la visite d'une telle femme pouvait bien dissimuler. Bien que dissimuler ne soit pas réellement le terme exact. Elle ne cherchait pas à s'inviter en Ancenis sous un prétexte fallacieux. Mais ce n'était surement pas une visite de simple courtoisie. Le Voile avait fait des ravages et laissait derrière lui se graves conséquences. L'absence de soleil sur les récoltes avait été catastrophique sur leur pousse et les céréales, légumes et autres produits de la terre n'avaient pas été récoltés en masse comme les autres années. Cela n'aurait pas été si grave si TOUTE la Péninsule n'avait pas été touchée. Notamment Serramire et Sainte-Berthilde, tous deux fournisseurs de ces fameuses récoltes.

Arthur m'avait expliqué tout cela un soir, peu de temps après que nous ayons reçu la missive de la Marquise nous annonçant qu'elle se rendrait en Ancenis pour s'entretenir avec le Baron. Pour le coup, Arthur avait mit les petits plats dans les grands. Rien d'ostentatoire, mais des petits détails, des attentions, tout l'art de la diplomatie et je me contentais d'observer et d'apprendre. Je n'avais encore que très peu jouer mon rôle de fiancée... Certains hommes ne conviaient pas leurs épouses à ce genre de réunion... Elles étaient là pour recevoir simplement, s'assurer que la maison tournait, être agréables, mais ne discutaient pas politique. Arthur ne voulait pas me restreindre à un rôle si effacé et je l'en remerciais, même si je doutais d'être une alliée très utile tant je ne connaissais rien à la politique et à l'art délicat de la diplomatie.

Néanmoins, je me tenais très droite à côté de lui, face à la Marquise. Je portais une robe d'un vert tendre, doublée et bordée de fourrure, ainsi qu'une capeline qui me protégeait des frimas de l'hiver. Mes cheveux blancs étaient sagement tressés et retenus par une résille argentée. Le vent frais rosissait mes joues. Leirn se tenait perchée sur mes épaules, sa tête serpentine sur la droite, sa queue sur la gauche et elle regardait elle aussi cette agitation. La cohabitation avec le Dräke ne se passait pas trop mal au final. ma compagne était joueuse et curieuse, encore un peu enfantine et s'amusait à titiller la fierté du Dräke.

La voix d'Arthur résonna alors qu'il accueillait la Marquise, la saluant comme il se devait. Je lui adressais un doux sourire, avant de me fendre d'une révérence et de souffler doucement :

- "Vous honorez l'Ancenis de votre présence, Excellence, soyez la bienvenue."
Revenir en haut Aller en bas
Emma de Sainte Berthilde
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39
Âge : 29
Date d'inscription : 12/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Où l'on converse avec sérénité | Arthur   Lun 25 Juil 2011 - 21:02

Le temps ne s’écoula guère que Reynald conduisit sa maitresse aux devants des maitres des lieux. Emma arrivait sans préjugés, ni jugement établi. Les rumeurs, comme celles relatant la fourberie de Gaucelm d’Odélian, étaient bien souvent trop trompeuses, même si elle les écoutait toujours un peu, car dans chaque rumeurs existe un fond de vérité. Reynald s’effaça, regagnant l’ombre de sa maitresse alors que celle-ci inclinait la tête une fois mise en face du Baron, admirant l’homme de prestance qu’il semblait être. Bien qu’elle s’adressa a lui en premier, elle n’avait pour autant pas ignoré la présence de la jeune demoiselle l’accompagnant. D’une beauté discrète et en même temps lumineuse, ses étranges cheveux enroulés dans un filet d’argent. Un couple certes mieux assortis que les régnant d’Odélian, songea-t-elle tout en ne laissant rien transparaitre sur son visage, si ce n’est un sourire avenant et quelque peu policé.

« Le plaisir est mien, Votre Honneur, revoir cette région ainsi que cette ville ravit mon cœur. »

Ce qui n’était point mensonge. Emma avait déjà eu l’occasion de visiter la ville, voilà quelque année, lorsqu’elle n’était encore que la demoiselle d’Erignac et non une Marquise aujourd’hui lancée a l’assaut d’un monde rempli de vipères et de requins. Son regard glissa ensuite sur la jeune compagne du Baron. Etait ce son épouse ? Elle n’avait pas souvenir d’une noce célébrée en Ancenis mais sans doute ne pouvait elle être au courant de tout. Défaut délicat, car elle se retrouva devant une situation nouvelle et au quelle elle n’était pas habituée. Cela dit son sourire s’élargit un peu devant la douceur qui émanait de cette enfant.

« Je vous remercie Damoiselle, tel accueil ne saurait être que joie. »

Bien que l’objet de sa visite n’était guère joyeux. Cela c’était sans doute sentit a mot couvert dans sa missive. Emme estimait qu’il ne servait a rien de cacher son but sous un prétexte quelconque. De plus son déplacement, même les raison cachées, ne pouvait leurrer véritablement. Son regard revint sur le baron, bien plus grand qu’elle, la forçant quelque peu a lever la tête et son sourire mouru lentement.

« Bien que j’eusse préférée des raisons autres que les miennes pour redécouvrir vos terres, votre Honneur. »

Elle jouait franc jeu dès le départ, non cela n’était point une visite de courtoisie, bien qu’elle pouvait ainsi connaitre ses partenaires commerciaux. Ils avaient hélàs a discuter d’un sujet délicat et elle était sur que l’homme en était conscient.

Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1272
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Où l'on converse avec sérénité | Arthur   Mer 27 Juil 2011 - 11:25

Elle était déjà venue et appréciait le pays ancenois, sincèrement, c’est ce qu’il releva, et bien que les motifs de sa visite n’était ni la simple courtoisie, ni le désir de retrouver une terre qui la ravissait, c’était une note positive malgré le sombre tableau qui s’annonçait, une chose qui saurait servir, tôt ou tard.
Et au contraire de ce qu’aurait pu faire quelques uns, la Marquise se montra sincère, donnant raison aux hypothèses qui avaient germé sur la raison de sa venue… C’était une mauvaise nouvelle et surtout deux mois difficile, tant à cause de l’Hiver qu’à cause des restrictions qui viendront avec les pénuries prochaines de céréales.
Relativisant, il répondit simplement, avec calme et sans inquiétude.

« Je n’en doute pas, votre Excellence, mais ces terres vous feront toujours bon accueil, revenez quand l’Hiver s’en sera allé ainsi que cette crise, vous pourrez apprécier de nouveau ce qui vous plut la première fois. »

Sur cette invitation pour l’avenir, il invita la Marquise et sa suite à le suivre à l’intérieur alors que des gardes ouvraient les portes menant à l’intérieur, il ne faisait pas un temps à s’éterniser au dehors. Tandis que le Baron accompagné de Roxane progressait, guidant la Marquise à travers les couloirs de pierres, la noblesse et les chevaliers présents pour l’accueillir retournèrent à leurs occupations du jour jusqu’au diner du soir.
On la conduisit, elle et sa suite jusqu’à une salle de réception assez grande simplement aménagé, une table comportant de nombreuses chaises, des tapisseries représentant quelques épisodes de l’histoire ancenoise, un foyer où s’agitait un feu pour réchauffer la pièce.
Arthur interpella un serviteur et lui demanda de ramener quelque chose à manger ainsi qu’à boire avant de proposer à la marquise d’entrer et de prendre siège. Il dénoua pour sa part sa cape de fourrure qu’il posa sur le dossier d’une chaise de libre et s’assied après que chacun fut installé, Monarth venant se poser sur la table, assied, les pattes avant tendus et les ailes repliées sur son dos.

« J’imagine aisément que vous êtes venu parler avec nous des mauvaises récoltes qui frappent le nord, c’est cela, votre Excellence ? »

C’était elle qui avait émit le désir de rentrer directement dans le vif du sujet, et avant que n’arrive la nourriture pour qu’elle puisse se restaurer simplement après un long voyage, il avait décidé d’initier lui-même la conversation.

Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: Où l'on converse avec sérénité | Arthur   Jeu 4 Aoû 2011 - 17:44

Je souriais doucement, ne cherchant pas à m'imposer, restant légèrement en retrait d'Arthur. Il était le baron, je n'étais que sa fiancée. Je n'avais pas besoin de m'imposer pour exister, je ne recherchais pas cette place là auprès de lui. Je savais que jamais il ne me dédaignerait, mais le politique était son rayon, pas vraiment le mien. Je le laissais accueillir la Marquise et je ne me départis pas de mon sourire alors qu'elle parlait de la beauté de la région. Il était vrai qu'Ancenis était fort plaisante. J'aimais beaucoup son climat doux et ses paysages. Je ne savais pas comment était Sainte-Berthilde, mais sans doute plus chaude et plate. J'accueillis la Marquise à mon tour, essayant de faire selon le protocole, même si je n'y étais pas encore habituée. J'avais trop de choses à apprendre, mais Arthur ne m'en voudrait jamais de faire un faux pas et en voyant cette femme, je ne pus m'empêcher de penser qu'elle non plus ne se formaliserait pas d'une erreur.

Seulement, ses paroles assombrirent un peu l'atmosphère. Il fallait se souvenir que ce n'était pas une simple visite de courtoisie. Si la Marquise était là, c'était dans un but précis et elle ne joua pas de faux semblants bien longtemps, mettant cartes sur table rapidement. Arthur resta calme, lançant une invitation à la Marquise en des temps et températures plus cléments.

Nous quittâmes alors l'extérieur pour nous engouffrer dans le château d'Ancenis, là où le froid n'aurait pas de prises sur nous. Je suivais Arthur en silence alors que la Marquise se laissait guider, accompagnée d'un homme, sans doute son garde personnel. Nous débouchâmes dans une salle aux dimensions plus que correctes sans être gigantesques où tout avait été installé pour recevoir notre hôte de marque et je me défis de ma cape en fourrure, comme Arthur, la déposant avant de m'asseoir, en même temps que la Marquise, tandis qu'un serviteur allait chercher de quoi nous sustenter.

J'observais avec amusement Monarth qui prenait ses aises, Leirn restant invisible et voletant dehors, profitant de la neige comme une enfant, plutôt insensible aux températures extérieures. Mon regard violet se tourna vers la Marquise quand Arthur entra dans le vif du sujet sitôt que nous fûmes assis. Je ne dis rien, la laissant exposer le motif de sa venue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Où l'on converse avec sérénité | Arthur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Où l'on converse avec sérénité | Arthur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Où l'on converse avec sérénité | Arthur
» Sérénité / Serene Grace
» Insolourdo, haxxer défensif ou offensif
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché du Médian :: Baronnie d'Ancenis-
Sauter vers: