AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Jeu 19 Jan 2012 - 21:52

« Sait-il seulement ce qu'il fait ? Et moi, sais-je comment réagir ? »



Le réveil avait été plus que difficile, pour la petite Plume. Après avoir goûté à la vie de château l'espace de quelques jours - et surtout de quelques nuits bien confortablement installée dans un vrai lit - la sang-mêlé avait fini par se persuader que cela ne changerait jamais. Aussi, quand Mémoire l'avait réveillée en pleine nuit, lui ordonnant de préparer ses affaires, elle avait cru à un mauvais rêve. Malheureusement, le coup de bâton qu'elle avait reçu à l'arrière du crâne avait dissipé tous ses doutes. Malgré tout, elle avait tenté l'impossible. Arguant que les portes étaient et demeuraient closes une fois la nuit tombée, elle avait supplié sa mentor d'attendre le petit matin. Sans surprise, la sorcière n'avait pas cédé, se contentant de lui répéter de se préparer. Comment elles étaient finalement parvenues hors de la ville, l'enfant n'en avait aucune idée. Elles savaient juste qu'elles n'avaient croisé personne jusqu'à l'écurie. Là bas, Mémoire l'avait faite montée sur la mule et... elle s'était réveillée sur les routes. Ce n'était pas la première fois qu'elle tombait de sommeil sans raison, sur le dos de l'animal. Elle avait fini par deviner que la Gardienne ne devait pas y être étrangère, mais n'avait jamais osé aborder le sujet avec elle.

Très vite, elle comprit que quelque chose n'allait pas. Si Plume était habituée au comportement lunatique assez particulier de Mémoire, elle ne pouvait que s'inquiéter devant son manque de réaction, encore plus marqué qu'à son habitude. Deux jours durant, elle ne parvint pas à lui arracher le moindre mot. La nuit, elle parlait toute seule, levant son visage vers les deux lunes. Elle en vint à se persuader que la sorcière avait perdu la tête. C'était ce moment là qu'avait choisi Mémoire pour enfin lui expliquer une partie du problème. Ainsi, Plume apprit qu'elles allaient à Meca. D'abord surprise, l'enfant du Puy montra ensuite son enthousiasme à l'idée de revoir l'île. Elles y avaient passé un an, après tout, un an durant lequel Mémoire avait été la seule personne de son univers. Sa joie fut pourtant rapidement douchée quand elle avait entendu la magicienne lui affirmer qu'elles ne reviendraient peut-être pas de ce voyage ci.



« Mémoire ? » Depuis une heure, Plume écoutait dans un silence quasi religieux les paroles de sa tutrice. Feignant le sommeil, elle tentait de raccordait les bouts de conversation qu'elle parvenait à capter. « A qui tu parles, Mémoire ? »
Poussant un soupir, la concernée tourna la tête vers la fautive, qui se recroquevilla malgré elle. Elle avait longuement hésité, mais la curiosité - ainsi que l'inquiétude - était devenue trop forte. Elle devait savoir. « Parler n'est peut-être pas le bon terme. Interroger serait sans doute plus approprié.
- Ca ne répond pas à ma question... » Voyant déjà sa seule chance d'enfin comprendre lui filer entre les mains, elle tenta une nouvelle approche. « Tu n'as pas confiance en moi ? »

Surprise par ce revirement inattendu, la Gardienne garda un long moment le silence, avant de soupirer une nouvelle fois. « Toutes tes questions trouveront bientôt une réponse, j'en ai bien peur. Ne sois pas trop pressée, Plume. Le moment venu, je t'expliquerai. » Elle marqua une pause, avant d'esquisser une de ses rares sourires. Pas un simple plissement de lèvres, non. Un véritable sourire qui, quoi que discret, éclaira ses traits austères. « Ne t'inquiète pas, je ne suis pas encore folle. Dors, maintenant. »

Elle s'était endormie sans plus protester.



« Comment tu savais que ce serait là ? »

Une fois n'était pas coutume, Plume n'obtint aucune réponse. Mémoire les avait guidées au travers de la forêt, quittant les routes sans raison apparente. Au début, l'enfant avait cru qu'il s'agissait d'une sorte de raccourci, un moyen pour arriver plus rapidement à leur destination. C'était possible, après tout. Mais, quand elle avait vu les premières lueurs du campement, elle s'était doutée qu'une fois encore, elle ne saisissait pas toutes la vérité. Et cela avait le don de la mettre de plus en plus sur les nerfs. Avoir l'impression d'être trimbalée comme un poids mort, à contre coeur, était à la fois nouveau et hautement insupportable. Sans chercher à être vraiment discrète, Mémoire pénétra dans le cercle de lumière.

« Te reste-t-il un peu de place pour une amie et sa protégée, Johann ? » demanda-t-elle avec un naturel déconcertant.

C'était bien la première fois que Plume entendait la sorcière qualifier quelqu'un d'ami.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Ven 20 Jan 2012 - 21:25

L'Anaeh n'était peut-être pas l'endroit le plus accueillant du continent. Elle l'avait appris à ses dépends avec quelques rencontres plutôt... Infructueuses, mais le pire n'avait pas été là : Fallait-il encore survivre et se nourrir. La nourriture des elfes n'était pas vraiment un modèle, vu qu'ils ne mangent que peu. Alors en trouver à la vente... Et elle était devenue prioritaire comparée aux blessures qui disparaissaient avec le temps.

Le retour vers les terres des hommes se fit avec appréhension et anxiété, mais c'était le seul moyen.

Alonna, elle en connaissait bien la topographie, elle en avait étudié les cartes et participé à la bataille qui avait opposé les forces humaines aux drows dans la baronnie même si les choses avaient changé depuis, les forêts et les cours d'eau, eux, étaient toujours là. Il suffisait juste de retrouver les petits hameaux perdus pour leur acheter discrètement quelques provisions et profiter des terres cultivées pour attraper quelques "nuisibles" tels que des rongeurs qui finiraient certainement cuisinés de la manière la plus simple qui soit : à la broche.

C'était d'ailleurs le sort qui était réservé à ses prises de la nuit, le collet restait efficace tant que l'on savait être patient et qu'on les relevait la nuit pour ne pas se faire attraper, et en ces temps difficiles il n'y avait pas réellement d'autres choix.

Elle avait établit son campement à l'écart des routes, de manière à ce qu'aucun intrus ne puisse la trouver, pour un quelconque motif que ce soit. Mais ca n'aurait été que trop beau de pouvoir profiter de ses prises fraiches en toute tranquillité ?

"Quelqu'un approche."

La sensation désagréable s'était fait sentir en même temps que l'avertissement. Ce n'était pas n'importe qui, un mage de haut niveau... Quoique, quelque chose de supérieur, l'aura en était presque étouffante. Elle avait finit par s'y faire, mais à ce point, c'était une première !

"Ca me rappelle quelqu'un..."
"C'est bon, j'ai compris !"
soupira Joh.

Il fallait toujours être prudent, surtout avec les mages, mais les souvenirs du dragon avaient ramené autre chose en fouillant ceux de Joh. Leur rencontre, c'était la seconde créature avec laquelle la bestiole dorée avait vécu pendant quelques jours alors quelle ne faisait que la taille d'une main.

oh, l'épée n'avait pas bougé, proche de Joh assise à côté de son feu, par contre, c'était la dague qui s'était vue affublée de la compagnie d'une main qui aurait pu la lancer sur l'intrus. Les premiers mots furent prononcés par "l'intruse". Une vieille amie et sa protégée ? Elle dévisagea la femme ou elle reconnu les traits de Katalina, la noble qu'elle était allée chercher au fin fond de ce qu'on pouvait qualifier "l'enfer" pour payer une dette, qu'elle la considère comme une amie pouvait être touchant sachant qu'elle avait refusé les familiarités lors du voyage, mais ca faisait combien de temps qu'elles ne s'étaient plus vues ? On aurait presque dit qu'elle avait laissé tombé ses richesses. Par contre pour la chose qui la suivait sur le mulet, c'était une autre histoire qui reçu un regard plus qu'hostile, assassin et surtout droit dans les yeux.

"Les amis se font rares en ce moment." Le ton était plutôt sombre. "Et il faut peut-être mieux les choisir, Dame Noblegriffon." Les derniers mots sonnaient plus comme une menace, mais pas réellement envers la femme : La drow était clairement visée.

"Joh, ce n'est qu'une enfant !"
"Et alors ? Ca ne les a pas gêné eux."
"Tu ne peux pas reprocher à une enfant ce que les parents ont commis."
"Tuer la menace dans l'oeuf est toujours plus simple."
"Tu n'es pas ce genre de personne. Et tu pourrai leur proposer de s'approcher !"


"Pour une aveugle vous reconnaissez bien les gens. Certaines choses ne changent pas." Cette manie de "voir sans voir" avait, dès le début, eut le don de l'agacer quelque peu. Et visiblement, ca n'avait pas changé ! Bon, un peu de politesse serait aussi la bienvenue, surtout après la réflexion de la dragonne à ce sujet. Elle lui désigna alors le feu de camps. "Vous seule êtes la bienvenue."

Non, mais accueillir une sorte de drow autour de son feu de camps et en prime partager ses maigres prises du jour ? Et puis quoi encore ?! Elle devait s'estimer heureuse qu'elle ne lui ait déjà pas balancé sa dague à travers la figure
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Sam 28 Jan 2012 - 0:48

« Tu n'as pas changé, » remarqua la sorcière qui, d'un geste, attira la mule vers elle, comme pour se mettre entre Johann et sa protégée. « Tu n'as toujours pas su faire tomber tes murailles ? J'imagine que ce n'est guère étonnant, vu ce que tu as vécu. »

Plume était habituée à ce genre de réactions, surtout pendant les rencontres imprévues. Malgré son jeune âge, elle avait su se faire une raison ; cela ne l'empêchait pas d'essayer par la suite, et avec toute l'énergie dont elle pouvait disposer, de faire fléchir l'opinion des gens qu'elle côtoyait. Depuis qu'elle vivait aux côtés de Mémoire, elle y était plutôt bien parvenu... Mais c'était peut-être parce que ça tutrice faisait parfois plus étrange qu'elle. C'était du moins ce que lui avaient avoué bon nombres de compagnons de jeu.

Aux remarques de Johann sur la façon qu'avait la sorcière de « trouver » et « regarder » les gens, Plume ne put s'empêcher de sourire... avant de se reprendre. Elle avait remarqué que l'hostilité voyait en ses sourires une preuve de moquerie ou de mesquinerie, elle se força dès lors à rester impassible. Pourtant, elle ne pouvait qu'acquiescer à la remarque de la cavalière.

« Sans doute parce que je vois plus clairement que toi, » fut la seule réponse - fort modeste - de Mémoire. Devant une nouvelle remarque agressive de leur hôte forcée, elle secoua légèrement la tête. « Paix, Johann, Plume ne te fera rien. Pas plus que ton amie ne nous attaquera. »

C'était la première fois qu'elle mentionnait la dragonne. Jusque là, la Gardienne avait bien pris soin de respecter l'intimité de l'ancienne capitaine de la rose noire, mais les choses avaient changé... Elle avait changé. Et les événements la pressaient à agir. Johann s'en rendrait rapidement compte. Mais l'heure n'était pas encore au bras de fer. Elle avait une chose à dire, avant.

« Les nouvelles me sont parvenus. Il fut un ami, autrefois. Et je sais l'affection que tu lui portais. »
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Sam 28 Jan 2012 - 13:40

Oh, elle avait compris les menaces détournées envers sa "protégée", même s'il était vrai que ne pas le faire serait plus digne d'une sourde que d'une aveugle. Elle le montra en décalant la mule, comme pour faire rempart de son corps pour protéger celle-ci d'une Joh potentiellement dangereuse qui "n'avait pas su faire tomber ses murailles". Elle savait parfaitement ce qu'elle avait vécu à Diantra et pouvait avoir un ordre d'idée de ce qu'il s'était produit dans les terres stériles pour aller la chercher. Heureusement, elle ne détailla pas plus, cette perche était déjà assez suffisante, il fallait juste le voir pour le croire.

La protégée eut un sourire à la mention de la capacité à voir de la noble, elle eut d'ailleurs droit au regard noir de Joh, même si c'était plus pour la "politesse" qu'elle lui jetait que pour autre chose. Visiblement elle n'était pas la seule à avoir fait la remarque ou autre chose dans ce gout là, v qu'elle devait faire la même avec tout le monde.

"On dit que les aveugles voient les choses autrement."

Ce qui n'était pas totalement faux, bon on ne pouvait pas dire qu'elle en avait fréquenté beaucoup. Seulement deux en fait, la noble - ou plutôt ancienne noble - ici présente et le Roi décédé qui avait contre toute attente réussit à la comprendre certainement mieux que n'importe qui, ce qui au final était certainement liée à l'absence de vision. Mais le temps des souvenirs n'était pas encore au rendez-vous.

Paix, avec une drow ? Et puis quoi encore ! Et puis de quelle amie parlait-elle ? Non, ce n'était pas la jument, sinon elle ne l'aurait certainement pas mentionnée. Ce ne pouvait donc être que le dragon, et après tout même si elle ne l'avait jamais vu, sa présence n'avait pas été discrète alors qu'elle l'escortait en terres humaines au retour de son "sauvetage".

A moins que vous ne soyez un brin d'herbe, vous n'avez en effet rien à craindre d'un cheval" dit-elle simplement toujours avec un ton sombre. "Avec les drows par contre, le seul émissaire de paix que j'ai vu revenir c'était trainé par son cheval, la tête dans un sac attaché à la selle."

"Tu en as encore beaucoup d'histoires morbides à raconter à une enfant ?"
"Tu le sais, tu les connais toutes."


Bon, mauvaise compréhension volontaire accompagnée de mauvaise foi, le grand classique qui fut interrompu par l'allusion à la mort du Roi. Si elle voulait jouer sur la corde sensible, elle devrait continuer sur cette voie, par contre s'y aventurer face à Joh c'était se heurter à un mur hérissé de piques qui serait réellement représentée par une épée ou alors simplement un coup brutal et bien placé.

"Laissez les morts ou ils sont, c'est d'autant mieux."

On sentait une pointe de regrets, ou plutôt de peine dans le ton de sa voix. Elle paraissait d'un coup un peu plus humaine que quelques instants auparavant. Puis un recadrage immédiat pour changer de sujet le plus rapidement possible, surtout avec celle qui s'était prise pour Tyra en personne dans ce désert infernal infesté par des spectres et autres joyeusetés du genre.

"Mais je suppose que vous n'êtes pas devant moi pour parler de ça. Sinon je ne vous trouverai pas ici dans cette tenue sans votre garde et avec une telle compagnie."

Il fallait bien une bonne raison à une noble de se balader dans une telle tenue avec comme compagnon de voyage une sorte de drow sur un mulet. Et au moins, c'était balancé, le tact incarné, comme toujours.

"Et ca ne t'es pas venu à l'esprit qu'elle a pu être destituée ?"
"Pour folie ? Ou jeu avec des cadavres ?"


Il n'y avait rien à répondre à ça... Décidément trop terre à terre celle là !
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Mer 1 Fév 2012 - 21:29

Combien d'années avaient passé, depuis leur dernière rencontre ? Mémoire ne comptait plus les jours, elle les acceptait, les vivaient, mais l'écoulement du temps n'avait plus aucun sens pour elle. Sans doute parce qu'elle ne craignait plus de mourir. Débarrassée de cette peur primitive, elle ne se souciait plus du quand. Cela ne l'empêchait pas de se souvenir, cependant. Ses discussions avec Johann avaient toujours été teintées de tension et de conflits. Il y avait eu cette histoire - stupide - de dette, la traversée des terres stériles... Il y avait eu le Voile, durant lequel la cavalière avait eu tout le loisir d'admirer ce qu'elle était réellement. Et malgré tout, Johann était restée la même. Elle avait gardé ses principes, ses barrières ; son aveuglement, était tenté de dire la Gardienne, qui goûtait à l'ironie de la chose. Pour cela, la femme qui s'appelait alors Katalina l'avait appréciée. Détestée, aussi, elle et son entêtement ridicule. Mais l'un n'empêchait pas l'autre.

Et pourtant, malgré tout, les choses n'étaient plus les mêmes. Avec Aerandir, Mémoire avait perdu son identité. Elle était désormais plus proche des spectres que Johann avait eu l'occasion de côtoyer que des humains desquels elle était née. Johann, quant à elle, avait passé sa courte vie à défendre quelque chose qui n'existait plus. Elle avait voué sa vie à un Roi qui n'était plus de ce monde. Et par dessus tout, elle était désormais liée à une créature légendaire, qu'elle aurait sans doute voulu pourfendre, avant. Mémoire était curieuse d'en apprendre plus sur les rapports qui unissaient désormais dragonne et dragonnière... Et elle saurait. S'il y avait désormais une chose qui pouvait caractériser désormais la Gardienne, c'était bien sa récente et dédaigneuse confiance en elle.

Elle ignora superbement les remarques de la militaire déchue, s'amusa de sa réaction « violente » à la mention de Trystan, puis lui tourna simplement le dos. Rejoignant Plume, elle posa une main sur son front. La jeune sang-mêlé, sentant la fourberie venir, voulue ouvrir la bouche. Malheureusement, avant qu'elle n'en ait eu l'occasion, ses yeux se fermaient tout seuls et elle s'assoupissait sur le dos de la pauvre mule. Au petit matin, quand elle se réveillerait, elle ne se souviendrait que d'une chose : Mémoire, parlant à Johann... Elle nourrirait des doutes quant à l'origine de la fatigue qui l'avait entraînée si vite dans le sommeil, qu'importait. Mémoire n'avait ni la patience ni l'envie de faire dans la délicatesse. Un certain Gardien de Mogar l'invitait en effet avec insistance là où elle ne voulait pas aller.

« Rassurée ? La terrible enfant d'Elda ne pourra te faire aucun mal, » asséna-t-elle. Se détournant de sa protégée, elle en revint au... nœud du problème. Ah, si seulement les choses avaient pu être plus simple. Si seulement Tebirahc, dans son arrogance, ne l'avait pas défiée. Elle avait hésité, longuement, à simplement l'ignorer. Mais elle ne le pouvait pas, tout simplement. Elle n'avait qu'une tâche, qu'un but. Raviver la croyance. Aussi, abandonner le peuple à la foi la plus ancrée eut été comme se parjurer. Elle devait répondre, elle devait intervenir. Et comme elle ne pouvait pas laisser Plume derrière elle sans risquer de ne jamais la revoir, elle devait l'amener avec elle. Le Gardien de Mogar avait vu ce qu'elle avait été capable de faire pour la récupérer, nul doute qu'il essaierait de profiter de sa présence. Malheureusement pour les deux religieux, Plume ne valait pas Meca, et Mémoire ne voulait pas en arriver à une extrémité où il lui faudrait renoncer à sa protégée. C'était là que Johann intervenait.

Elle était une dragonnière et si elle n'était certainement pas assez puissante pour espérer réellement vaincre le Fils, Mémoire ne doutait pas de la capacité de l'Or à maintenir l'enfant hors de portée. Elle était la mieux placer pour réaliser cette unique tâche. Et d'une certaine façon, c'était grâce à sa Déesse qu'elle pouvait aujourd'hui voler. Malheureusement, il y avait Johann. Johann et son entêtement caractère, qu'un commandement divin ne ferait pas fléchir. Mémoire devait trouver un moyen d'y parvenir malgré tout. La contraindre était dangereux, elle savait que l'humaine chercherait jusqu'au bout à se défaire de ses chaînes. Peut-être l'Or...

« Dragonne, tu peux te dévoiler sans crainte. Je suis Mémoire, et nous nous sommes déjà rencontrés. C'est par mon corps qu'est venu le Pouvoir qui a ressuscité ton œuf. »
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Jeu 2 Fév 2012 - 20:29

De simples provocations pour simplement tâter le terrain ? Elle avait ignoré les réflexions de Joh au sujet des morts. En même temps elle n'avait jamais réellement tenté de la contredire sur certains points, ou plutôt avait certainement dût s'avouer vaincue suite à l'entêtement de la cavalière. Que voulait-elle réellement ?

La noble finit par se lever pour se tourner vers sa protégée, qui passa immédiatement dans une sorte de profond sommeil visiblement déclenché par une magie quelconque. Oh, non elle ne craignait pas la fameuse protégée, elle était bien trop jeune pour réellement faire de mal à qui que ce soit. La crainte avait plus de chances de se reporter vers la "Dame Noblegriffon" qui n'avait pas hésité à agir ainsi.

"Ce n'est pas le mal qu'elle peut faire maintenant qui est à craindre. C'est celui plus tard."

C'était à l'age adulte que les drows étaient bien plus dangereux, il n'y avait pas de doutes. Un peu comme les humains d'ailleurs, au moins ils avaient cette chose en commun : en enfant reste un enfant ! Et même si elle semblait détendue en apparence, ce geste ne ferait qu'augmenter sa méfiance... Doucement, mais sûrement elle avait commencé à s'attaquer à son repas du soir : un des rongeurs était assez cuit pour être comestible à même sa broche tout en sachant que pouvoir le finir tranquillement serait en option...

Ce qui d'ailleurs arriva : Elle s'adressa directement à la dragonne d'or, sans détour. mais quelque chose clochait, et n'était pas naturel. Par son corps qu'elle avait ressuscité ? Et puis ce nouveau nom, ou plutôt pseudonyme, que signifiait-il ? En gros... C'était quoi ce bordel. Joh se figea quelques instants, mettant une pause à son repas.

"On a un problème je crois."
"Je ne pense pas, elle le sait depuis longtemps, il y en aurait réellement eut un on l'aurait déjà sût."
"Dans tous les cas tu ne bouges pas."
"Ca ne sera pas utile de lui mentir."
"Pas tant que je ne saurai pas de quoi il retourne."


Si un soupir aurait pu être entendu pendant cette conversation, alors il l'aurait été de la part de la dragonne. C'était sûr, ca sentait mauvais, mais de la manière dont c'était présenté elles n'avaient pas réellement le choix, et l'or devait bien céder quelque fois pour éviter à Joh d'agir inconsidérément comme elle avait l'habitude de le faire. Et cette habitude avait la peau très dure, surtout quand il s'agissait de défendre ses intérêts ou plutôt sa vie. Elle reprit son "repas" calmement avant de s'adresser à la noble.

"Les dragons ne sont que des légendes. Je vois que vous êtes toujours aussi siphonnée du bocal depuis que je vous ai ramené des terres stériles. Ca ne vous a pas réussit ce voyage..."

Il y avait une fausse dose de compassion dans la voix et même un peu de regret. Elle avait appris mentir, mais assez mal en tout cas ca ne l'empêchait pas de continuer à faire la fête à sa prise.

"Et en quel honneur un changement de nom ? Quelques soucis aussi ?" Et le tout la bouche pleine.

Et oui, quand on est dans certaines situations il faut profiter de la moindre minute pour manger et dormir, et cette fois il fallait faire le plus vite possible, tant pis pour l'autre prise et la majeure partie des affaires, quoique, lui faire la peau n'était peut-être pas exclu si elle devait se défendre. Dans un sens c'était un point positif qu'elle soit aveugle, après sourde c'était autre chose, lui parler pour masquer le bruit d'une épée qui se rapproche dans le cas d'un coup foireux pouvait masquer le bruit des préparatifs mais pas le supprimer, car sa confiance venait de disparaitre brutalement, un peu comme neige au soleil.

"Tu ne devrai pas te braquer ainsi. Calme toi."
"Quand j'en connaitrai le fin mot. Et pas avant, avec les nobles on ne sait pas ce qu'il peut se produire."
"T'es paranoiaque..."
"Et ca va peut-être nous sauver la mise !"
"Cesse de vouloir me protéger à tout prix."
"C'est pas moi qui me suis prise pour ta mère !"


Face à cette tête de mule... Autant la laisser aller tête première dans le mur, peut-être qu'elle apprendrait un jour quelque chose à force de se le prendre. Ou pas !
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Jeu 9 Fév 2012 - 12:49

Mémoire n'agissait pas de la bonne façon, elle s'en rendait bien compte. Johann n'était pas de ces femmes qu'on pouvait bousculer. Mais le temps filait à une si grande vitesse, chaque minute passée à la convaincre était une minute de plus durant laquelle le Fils resserrait sa prise sur Meca ; l'idée qu'elle retrouvât l'île en cendres à son arrivée lui chatouilla la conscience... l'envie lui prit de faire demi-tour, et d'inonder l'abîme qu'était le Puy, de chasser les drows de Naelis. De répondre à l'agression par une riposte plus violente encore. Mais alors, où s'arrêterait l'esclandre ? Elle devait résister à l'appel de la facilité. Si Tebirahc désirait la voir s'énerver et commettre des erreurs, il se trompait lourdement. La Gardienne n'avait aucune idée du dénouement qui l'attendait à Meca. Il existait une possibilité pour qu'elle n'en réchappe pas. Non pas qu'elle fût moins puissante que le drow, le fourbe avait cependant l'avantage du terrain. Il ne venait que pour détruire, elle allait tâcher de protéger. Pour raviver la foi.

« Tu sais tout ce que je suis, Johann, mais tu ne l'acceptes pas. Qu'importe quel nom je reçus à la naissance, il n'est plus le mien. » Elle marqua une pause, tâchant de réfléchir un peu. « Je parlerai à ta dragonne, mon amie, avec ou sans ta bénédiction. Le temps me manque, et nous savons toutes deux que tu es... ma foi, une véritable tête de mule. »

La principale concernée demeurait cachée, mais Mémoire doutait qu'elle fût vraiment éloignée. Elle avait dû dénicher une grotte, un bosquet, n'importe quoi pour se protéger des regards mortels. En tâtonnant, elle tenta de la localiser, gardant un visage de façade. Les remarques de Johann pouvait bien pleuvoir, le ton cinglant laisserait intacte sa conscience. Finalement, elle cru percevoir une flammèche tremblotante, à bien des toises du feu de camp. C'était faible, mais la Gardienne pensait bien reconnaître cette âme si particulière. L'Or dut comprendre que quelqu'un était à sa recherche, il y avait fort à parier qu'elle prévint sa dragonnière. Comment réagirait Johann, quand elle comprendrait que l'ancienne noble serramiroise tentait de « l'exclure » de la conversation ? Mémoire n'en savait rien, aussi se tenait-elle sur ses gardes. Elle n'avait pas le pouvoir de parler aux âmes, la chose aurait été des plus pratiques. Malheureusement, il était presque certain qu'il n'y aurait que Johann pour jamais entendre les pensées de l'Or. Néanmoins, Mémoire n'était pas sans ressource. La magie qui effleura sa conscience n'était pas plus puissante qu'une plume virevoltante au vent, mais elle était porteuse d'un message on ne pouvait plus claire : Je sais où tu es, comment t'atteindre. Je ne veux que te parler. Convaincs ta compagne de voyage de me laisser te rencontrer.

Restait à savoir comment réagirait la dite compagne... Si Johann s'entêtait encore, Mémoire n'aurait d'autre choix que d'insister. Et comme elle n'avait aucune envie de marchander, les débats risquaient de tourner courts.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Jeu 9 Fév 2012 - 21:22

C'était certainement le froid qui lui avait grillé le cerveau, ou tout du moins l'organe qui lui servait à réfléchir. Ou alors c'était depuis cette histoire dans les terres stériles et elle y avait perdu la raison ou tout du moins avait aidé à ce qu'elle la perde peu après son retour car c'était partiellement "saine d'esprit" qu'elle l'avait ramenée en territoire humain. Mais au point d'en renier son nom et son identité... Elle avait eut un enfant en plus, l'avait-elle abandonné ? En même temps c'est un peu compréhensif, ca chiale quand ca a faim, quand ca a soif, quand ca a peur, quand ca a sommeil, quand... Bref pour tout et n'importe quoi !

Mais elle insistait... Encore et toujours à vouloir lui parler. Elle savait qu'elle existait, ca c'était sûr, mais pour le lien qui les unissait ca c'était encore plus rare ! Seuls les autres dragonniers, dont la plupart étaient à l'heure actuelle disparus le savaient, et ceux qui avaient seulement aperçu de près ou de loin le dragon d'or ne connaissaient pas les détails. Joh ne lui répondit pas, oh non, elle ne cèderait certainement pas. Pas comme ça tout du moins !

"Joh, ton entêtement pourrait te causer des ennuis."

A cet avertissement la cavalière n'avait répondu, préférant rester silencieuse en avalant le reste de sa prise du jour, jusqu'à... Et bien, l'autre folle devant elle faisait quelques petits tours de magie ! Oh, certainement rien de bien méchant, juste de quoi lui titiller les narines un peu comme le ferait la très mauvaise odeur d'une charogne en décomposition, en exagérant un peu comme à son habitude. Et cette sensation désagréable n'était évidemment pas la bienvenue, elle qui n'aimait pas vraiment les mages, encore moins la magie et plus encore qu'on essaye de se jouer d'elle avec ces petits tours surtout quand ils étaient censés se faire discrets... Mais pour faire quoi ?

"Elle m'a trouvé"
"Quoi ?!"


Oh, il n'y avait pas réellement besoin de plus pour comprendre ce qu'elle venait de faire, ou tout du moins dans un esprit plutôt simple il n'y avait pas vraiment beaucoup d’interprétation ! Ce genre de choses ne pouvaient être que dangereuses et leur faire prendre des risques inutiles. Et comme ca se fait dans certains milieux, il vaut mieux éviter de laisser certains témoins dangereux en liberté... Enfin, tant qu'elle n'était pas sûre des intensions, et rien de tel qu'un petit interrogatoire à sa manière pour lui faire cracher le morceau !

Oh, évidemment avec ce genre d'intension il ne fallait pas s'attendre à ce que tout ceci ne se finisse pas sans l'utilisation de la force de la part de l'ancienne noble, surtout sachant le potentiel qu'elle pouvait libérer, il ne fallait pas trop jouer, et là... Ca partait déjà en échec assuré qui ne pouvait être que dangereux et l'expression "jouer avec la mort" serait au sens propre du terme ! Et là... Il fallait bien éviter que ca se produise.

Elle s'approchait lentement de son arme, si bien que le cliquetis métallique des anneaux reliant le fourreau à la ceinture se fit entendre, mais pas seulement. Les feuillages autour d'eux commencèrent par s'agiter, puis un craquement de branche additionné au bruit de quelques battements d'ailes... Elle l'avait fait... Telle dragonnière, tel dragon. Ou plutôt comment contrer une tête de mule en allant directement contre sa volonté pour ne pas lui laisser le choix et lui éviter de faire des âneries !

Plusieurs branchages finirent par heurter le seul non loin d'elles dans ce craquement caractéristique et presque assourdissant... Ce n'était pas un arbre qui venait de tomber par la même occasion ? Après tout, qu'est-ce que plusieurs tonnes sur un pauvre arbre qui n'en demandait pas tant ? Il fallait bien les caser dans un bois ! Donc faire un peu de place !

"Je t'avais dis de ne pas venir ! Mais à quoi tu penses ?!"
"A t'éviter de faire trop de conneries avec tes méthodes de brute !"
"Je ne sais pas ce qu'elle veut et ce ne sont pas nos affaires ! On a déjà bien assez à régler sans en rajouter une couche !"
"Sans que tu en rajoutes surtout !"


Mais ce n'était pas réellement le moment de se disputer... Depuis la fuite de Diantra et les mésaventures qui avaient suivies, la mésentente était de mise : L'une voulant protéger l'autre et vice versa, sachant que l'une des deux n'était pas vraiment des plus raisonnable... D'ailleurs, c'est la même qui avait finit par sortir l'épée, par... Précaution, comme elle dirait !

"Contente ?! Et maintenant c'est quoi la suite du spectacle ?" Ooh ca, c'était de l'agressivité en barre enrichie
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Ven 10 Fév 2012 - 1:03

Violence. Elle la ressentait, latente. Alors que sa magie effleurait l'esprit en éveil de l'Or, c'était la rage de Johann qu'elle réveillait. Si ses yeux ne pouvaient l'aider, elle avait quelques autres cartes dans son jeu. La Voix des Morts lui donnaient la position de la cavalière, et sa magie en attente était prête à frapper au besoin. Elle espérait, cependant, ne pas avoir à en arriver à de telles extrémités. Elle espérait sincèrement que la dragonne répondrait à son appel, convaincrait l'entêtée qui lui servait de compagne de fortune de la laisser lui parler.

La suite lui donna raison, au moins en partie. Malheureusement, tout ne se passa pas comme prévu. Le fracas terrible qui résulta de l'arrivée triomphante de l'animal effraya la mule, qui fit un écart avant de s'ébrouer afin de déloger sa cavalière. Les sens en alerte, Mémoire projeta son pouvoir, bloquant les membres de la bête de somme. Pas assez vite, cependant, pour éviter à sa protégée de percuter le sol. Le sort qui l'avait plongée dans le sommeil était trop récent pour qu'une « simple chute » put la réveiller, mais la sorcière ne doutait pas d'avoir toute une série de questions sur le pourquoi du comment de la vilaine bosse qui aurait poussé pendant la nuit.

Ignorant la remarque acerbe de Johann, Mémoire porta son regard aveugle sur le monstre presque légendaire qui était apparu devant elle. Inclinant légèrement la tête pour mieux la saluer, elle lui adressa directement la parole : « Je te prie de m'excuser, mais je vais devoir m'assurer qu'elle va bien, » dit-elle avec calme avant de se détourner de l'improbable couple. Quelques secondes plus tard, elle avait rejoint le lieu de la chute et se penchait pour palper les tempes de Plume. Elle fut rassurée de ne trouver aucun sang, et se contenta de l'adosser contre un arbre avec une douceur qui ne trompait pas sur ce qu'elle pouvait ressentir pour l'enfant. Johann s'était interrogée sur le devenir de sa fille... Plume était devenue sa fille, par la force des choses. Pas une remplaçante de la chair de sa chair, jamais. Mais elle comblait un vide, cependant. Se redressant, elle rejoignit ensuite la pauvre mule qui luttait contre ses liens invisibles. Posant une main entre ses oreilles, elle murmura quelques paroles rassurantes avant de « l'assommer », un peu à la manière dont elle endormait Plume. Alors qu'elle s'affalait au sol, la Gardienne poussa un léger soupir et entreprit de revenir dans le cercle du feu de camp.

« Je te remercie d'être venue, commença-t-elle sans transition. Et je m'excuse, sincèrement, de t'avoir poussée à te montrer. » Marquant une pause, elle lança un « regard » à Johann. Neutre à souhait, il ne laissait pas deviner grand chose des véritables intentions, mais Mémoire espérait faire ainsi comprendre à la général déchue que ses excuses lui étaient aussi adressées. « Sais-tu qui je suis ? Ce que je suis ? »

L'Or était déjà née, quand Johann avait retrouvée Katalina au cœur des terres stériles, mais ses souvenirs remontaient-ils jusque là ? Mémoire n'en savait rien. Elle ignorait beaucoup des dragons ; l'envie de tendre la main, de toucher ces écailles fantastiques, et de s'enivrer du merveilleux passé de sa race était bien présente et elle doutait être capable d'y résister pendant tout le voyage qui les attendaient, d'ailleurs.

« Je ne vais pas te mentir... » Elle baissa les yeux le temps de finir sa phrase, « ni à toi, mon amie. Le hasard a décidé que nos chemins se croiseraient, mais j'ai choisi de vous approcher. Plume et moi nous dirigeons vers le sud, vers Meca. À l'heure ou nous parlons, un drow, Tebirahc Zauharel, qui se fait désormais appeler Ust'Chath, ravage l'île. Sa folie le pousse a recréer les horreurs du Voile, et si le soleil éclaire encore le joyau d'Éris, la rage dévore le cœur des Hommes qui la peuple. Il m'appelle, me défit et même si je préférerai l'ignorer, je me dois de répondre. » Voilà pour la situation initiale. Elle pouvait presque sentir Johann se tendre au fur et à mesure de son discours ; la pauvre gardait des souvenirs assez impérissables de la Malenuit. « Le temps me manque, je n'ai guère d'autre choix que d'emmener la jeune Plume avec moi. Or, quand je serais face au Fils de la Guerre, elle sera vulnérable. »

L'essentiel était dit, elles devaient commencer à voir où leur interlocutrice voulait en venir. Si Tebirahc agissait ainsi, c'était pour la défier. Mais elle ne pouvait écarter l'idée qu'il s'agît d'un piège. Et si, laissant Plume derrière elle, elle trouvait l'île de nouveau calme. Et si, revenant sur ses pas, elle découvrait avec horreur qu'il lui avait ravi la fille de Cyllian ? Non, Mémoire ne pouvait se permettre de quitter Plume des yeux. Elle avait donc besoin de garanti, que le moment venu, elle ne serait pas en danger.

« Accepterais-tu de lui prêter ton dos, le moment venu ? De la maintenir hors de portée de Tebirahc, le temps que je découvre ce qu'il désire vraiment ? Je te promets, en échange, ma propre protection pendant la durée du voyage... » Elle esquissa un sourire sans joie. « Ce qui, il faut bien l'avouer, n'est pas peu dire. Une fois Meca libérée, je vous conduirai là où vous le désirez, et vous fournirai ce dont vous pensez avoir besoin. »

Elle marqua une nouvelle pause. « Nous n'avons que peu de temps. Il faut vous décider, et vite. » Il fallait, surtout, prendre la bonne décision.
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Ven 10 Fév 2012 - 17:54

La mule n'apprécia pas l'arrivée fracassante d'un dragon de plusieurs mètres qui venait de se poser près d'elles, après tout dans un bois, il ne pouvait pas en être autrement. Et la chose qui était sur son dos pris un aller simple vers le sol ! Que ça lui serve de leçon ! Parfois on peut regretter ce que l'on a demandé une fois qu'on l'a ! Ce qui évidemment tira un petit sourire à Joh, signifiant clairement un "bien fait" !

Oh, bien entendu l'ancienne noble ne perdit pas vraiment contenance pour s'occuper de la mule et de sa chose pour l'installer un peu mieux et avec toute la douceur dont elle pouvait être capable surtout après l'avoir mis dans les vapes d'une telle façon. M'enfin, ce n'était pas vraiment le problème de Joh, c'était un juste retour de bâton ! Et ça n'allait certainement pas être ses excuses qui seraient suffisantes pour empêcher Joh de lui en vouloir un très long moment, et quoi qu'elle demande après ce petit jeu auquel elle venait de jouer, la réponse serait certainement un "non" catégorique ! Elle pourrait même le sentir à la température de la réponse à la première question !

"Oui, elle le sait. Vous empestez la magie à des lieues à la ronde." Glacial à souhait. Il n'était plus question d'un minimum de courtoisie.

Et puis le dragon avait eut accès aux savoirs de sa dragonnière, surtout qu'elle avait pu vivre après de la gardienne pendant de longs jours avant que Joh ne se réfugie en Erac. Mais ce n'était réellement que le début quand elle lui expliqua toute la situation. Ainsi donc elle voulait aller jouer au bon samaritain sur une ile paumée ou un Drow complètement détraqué faisait régner sa loi par une quelconque magie en forçant les gens à s'entretuer ? Et en quoi ça concernait un dragon ? En rien ! Elle devait restée éloignée des conflits et des affaires des hommes, de même que Joh qui ne suivait pas réellement cette règle, mais c'était encore une autre histoire beaucoup plus compliquée...

Ainsi donc, elle voulait trouver un dragon pour protéger sa chose qu'elle se trimballait ? Elle se croyait ou ? Non mais c'était vraiment une aberration, ce n'était pas en se présentant comme une amie, en forçant ainsi la main qu'elle réussirait réellement à avoir Joh de son côté alors que demander aurait été beaucoup plus simple pour quasiment le même résultat, enfin avec l'hostilité en moins !

"Et ca aurait été plus dur de le demander directement sans faire tout ça ?!" Non, elle n'attendait pas vraiment de réponse de la part de l'ancienne noble vu qu'elle enchaina directement. "Ce n'est pas une mule, ne pensez pas que vous pourrez la monter pour jouer à je ne sais quel jeu avec votre drow. C'est votre problème pas le notre !"

Malgré les tentatives de l'or de la calmer, rien n'y faisait, de toute manière à ce niveau là il fallait que ça sorte sinon elle bloquerait encore comme elle avait l'habitude de le faire à chaque fois... Et puis la promesse de les protéger... Elle n'était même pas capable de le faire avec une gamine, alors un dragon... Bon, elle réussirait déjà à se protéger toute seule, mais si ce Drow était si puissant que ça, alors ses pouvoirs ne serait pas du tout suffisants. Les promesses qui ne pouvaient pas être tenues n'avaient aucune valeur !

"Et nous n'avons besoin de rien, nous nous débrouillons très bien pour survivre." Elle fit une pause. "Et hormis peut-être la tête du Rat d'Ivrey, qui s'est auto proclamé régent du royaume, sur un plateau vous n'avez rien à m'offrir qui puisse m'intéresser. Car les promesses de protection alors que vous n'êtes même pas capable de le faire pour une gamine, désolée de vous le dire mais elles n'ont aucune valeur !"

"Tu ne devrais pas lui parler comme ça, tu sais ce dont elle est capable, ce n'est pas une bonne idée."
"Tu préfères que je lui dise tout ce que je pense ?!"
"Ça ne coute rien de garder cette enfant une semaine ou deux, elle semble désespérée, surtout pour nous le demander comme ça..."
"Ce ne sont pas nos affaires ! Un temple de son culte de malades mentaux pourra très bien le faire !"
"Joh ! Si elle demande à nous c'est qu'elle n'a pas d'autres choix pour qu'elle vienne avec elle ! Tu peux au moins comprendre ça ? Elle se comporte comme la mère de cette enfant ! Nous ne pouvons pas lui refuser !"
"Et c'est pour cette raison que je dois aller me faire violer sur une ile paumée peuplée de coupes jarrets ?! Au cas ou tu l'aurais oublié nous arrivons à cette période de l'année !"
"Ce que tu peux être fermée !"


Et un point pour Joh, néanmoins la dragonne était encore et toujours en désaccord et la dragonnière pouvait presque la qualifier de "trop bonne, trop conne !" Néanmoins Joh, transmit une "partie" des mots.

"Elle comprend vos motivations" Elle désigna la dragonne "Mais c'est toujours non. Trop de risques pour si peu !."

C'était surtout Joh qui parlait, et de toute elle ferait barrière en permanence, et comme l'aide de l'une n'irait pas sans l'aide de l'autre dans cette sorte de couple inséparable aux caractères opposés et bien... Il faudrait que la gardienne se fasse un peu plus persuasive !
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Lun 13 Fév 2012 - 21:43

Finalement, tenter avait été vain. Peut-être, si elle avait pu discuter directement avec la dragonne, les choses auraient été différentes. Mais il semblait que l'humaine, parce qu'elle était la seule à pouvoir communiquer avec le monde extérieur, gardait une emprise réelle sur les décisions du « couple », et n'était pas prête à laisser l'Or décider pour elle.

Avec lenteur, Mémoire tourna la tête vers l'endroit où elle savait reposer Plume. Tout aurait été plus simple, si elle avait pu simplement la laisser derrière elle. L'abandonner, l'espace de quelques semaines, dans un endroit qu'elle eut scellé, avec assez d'eau et de nourriture pour l'attendre, lui assurait sans doute une protection optimale. Malheureusement, dissimuler sa cachette aux yeux du Fils de la Guerre prendrait du temps... temps dont elle manquait cruellement. « Il fallait que tu me prennes tout... sauf elle, » murmura doucement la Gardienne. La réponse, si elle en obtint une, n'était destinée qu'à elle et ni Johann ni sa dragonne n'eurent l'opportunité de la deviner. « Si elle meurt là-bas... »

Ramenant ses iris sacrifiés sur Johann, elle fit mine de la jauger, écoutant en réalité la Voix des Morts qui baignait la scène. « J'aurais préféré que tu ne dises pas cela, mon amie. »

Tendant légèrement le bras, vers un point qui n'existait pas entre l'Or et sa cavalière, elle fit montre de son pouvoir... et se saisit du lien, invisible, qui existait entre les deux entités. Ce lien si particulier, si unique, dont sa Déesse était en grande partie à l'origine ? Qui, mieux que Tyra, gardienne éternelle des âmes, pouvait lier deux esprits si intimement ? Elle le sentait, palpiter, se rebeller, chacune de ses protestations devant engendrer chez ses connectées une vague de souffrance prompte à les clouer au sol. Jadis, Katalina aurait frémi d'horreur, devant ce qu'elle était en train de faire. Mais Mémoire se tint droite et impassible, alors qu'elle les asservissait.

Quand, finalement, la douleur se dissipait, elles n'étaient plus simplement deux, mais trois. Trois à partager ce lien mirifique. Et, aussi puissante que pouvait être l'union de leurs esprits, elles étaient dépendantes d'une magie qui découlait presque directement du corps de la Gardienne. C'était presque ironique... chez un individu lambda, Mémoire aurait peiné avant de parvenir à un tel résultat. Là, les choses s'étaient passées si vite. La puissance des dragonniers et de leurs légendaires montures se retournait contre eux.

Usant de ce nouveau moyen de contrôle, elle insuffla un calme qui n'avait rien de naturel, mais qui ne manquerait pas d'apaiser les velléités des nouveaux... esclaves.

« La liberté, Johann, sera votre récompense à toutes les deux, pour protéger Plume au péril de votre vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Mar 14 Fév 2012 - 15:59

"Garde tes amis près de toi, et tes ennemis plus près encore." Ces mots ne prenaient encore que plus de valeur aux vues de ce qui allait se produire. On ne fait pas ça à ses amis, même quand ils ne vont pas dans le même sens que soi, ou alors c'est tout simplement de la trahison ! Ce qui emmenait à la seconde option...

Que faisait-elle ? User de sa magie pour tenter d'influencer la décision de Joh d'une manière quelconque ? Face à cette tête de mule et les arguments personnels qui la forçaient à refuser, un simple sous entendu mental n'aurait certainement pas suffit sauf peut-être à faire jouer un peu plus le sentiment de culpabilité du Dragon d'Or pour l'enfant. Si seulement ca avait pu être ça... Le temps de comprendre il était déjà trop tard.

Lorsqu'elle se saisit du lien, les deux êtres eurent comme une sorte de décharge électrique, qui leur parcourut le corps, c'était surtout l'effet de surprise qui fit le plus de dégâts. Un début de panique c'était emparé du couple, et ce fut Joh qui réagit la première par le seul moyen qu'elle connaissait. Ou plutôt elle essaya avant la seconde décharge qui arriva quelques secondes plus tard. C'était un peu comme si toutes ses blessures des dernières années s'étaient ré-ouvertes instantanément : une douleur intense lui parcourait tout le corps et la coupa net dans son élan.

Elle resta quelques seconde debout, immobile. Puis son arme lui glissa des mains pour tomber dans un bruit sourd sur le sol glacé, elle fut accompagnée peu de temps après par Joh. Une chute lente qui pouvait être comparée à celle d'un mort en sursit que la vie était en train d'abandonner, transie de douleurs lancinantes et assassines, tentant de se relever à chaque fois qu'elle en avait l'occasion.
Espérer se reposer sur l'intervention de l'autre partie du lien ? C'était inutile... Les deux vivaient cette situation, et aucun n'était en mesure d'aider l'autre. Ils n'étaient même pas capables de réussir à communiquer convenablement. Elle leur broyait littéralement leurs âmes pour sa demande égoïste !

Puis la douleur cessa enfin, mais quelque chose avait changé. Une autre présence qui se faisait plus forte, dominante et distillant sa magie "néfaste" dans le corps des deux êtres. Elle était là, et elle avait touché à ce secret si bien gardé, à l'une des rares choses qui lui restait pour la faire plier à sa volonté.

La liberté... Elle l'obtiendrait d'une autre manière que de céder à ce chantage ! Mais peine perdue... A peine l'idée de l'attaquer fut mise en place qu'elle était déjà annihilée au point de garder la cavalière au sol, impuissante et incapable de faire quoi que ce soit pour se défendre. Ce que pouvait ressentir ce "parasite" qu'était mémoire ? Une sorte de mélange de haine, de déception suite à cette trahison perfide et de résignation face à la défaite et donc, pour un combattant, une mort certaine...

"Sale chienne ! Je te tuerai pour ca ! Nous ne serons pas tes esclaves !"

Des menaces, plus que franches, et surtout pensées ! Principalement par Joh, mais avec une sorte d'accord donné par le Dragon, qui ne voyait pas ca non plus d'un très bon oeil... Et si la magie de la gardienne n'avait eut aucun effet, surement qu'elle aurait finie les os broyés sous le poids et la force de la créature. Et le pire dans tout ça c'était qu'elle pouvait le sentir : Cette envie de la tuer, de lui faire subir cent fois les souffrances qu'elle venait de leur faire ressentir ! Elle venait de se faire une ennemie mortelle... Qui malgré sa définition de l'honneur n'hésiterait certainement pas à l'égorger pendant son sommeil ou un moment de faiblesse.

Mais était-ce vraiment le moment de lui envoyer ce genre de pensées ? Le risque était trop important pour être couru, et ça Joh n'était pas capable de le voir, contrairement au dragon d'or. La créature s'enroula littéralement autour de Joh avec une rapidité mais aussi une délicatesse quasi inconcevable pour une créature de cette taille, utilisant son corps massif comme une sorte de bouclier mais profitant aussi de ce contact pour se rassurer... Oui, elle avait peur autant pour Joh que pour elle et n'était visiblement pas décidée à bouger pour le moment.

C'était plus qu'un lien des âmes qu'elle venait de souiller par sa présence, mais quelque chose de plus profond, comme si les deux êtres liés se soutenaient mutuellement dans les épreuves traversées et dans celle, momentanément oubliée, qui s'approchait à grand pas et dans laquelle la gardienne s'était mêlée sans le savoir... Peut-être que l'outil de la vengeance serait plus accessible que prévu...
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Mar 14 Fév 2012 - 17:14

La haine. La colère. La violence. La déception. L'horreur. Elle le ressentait, au travers de ce lien qu'elle accaparait désormais ; elle n'aimait pas cela. Depuis la mort d'Aerandir, elle s'apparentait plus à une coquille vide, un être dont la seule réelle volonté était de raviver la foi. Elle avait pris l'habitude d'observer le monde avec un détachement presque total. Aussi, et même si elle n'en laissa rien paraître à ses nouveaux « esclaves », la sensation de ressentir à nouveau la troubla. Pourtant, elle n'avait pas le choix. Plume était la seule personne pour laquelle elle ressentait encore quelque chose et elle ne désirait tout simplement pas perdre cette dernière part d'humanité.

« Je ne te demande pas de comprendre. » La voix de la Gardienne ne trahissait en rien l'horreur qu'elle était en train de perpétuer. « Simplement de l'accepter. »

Pour l'heure, Mémoire gardait un contrôle presque total sur le lien qui unissait les deux êtres. Elle savait très bien ce qu'elle était en train de faire. Si c'était certes le meilleur moyen d'obtenir rapidement ce qu'elle voulait, elle n'ignorait rien des effets indésirables que cela pouvait avoir sur la volonté de l'humaine. Elle pouvait bien la haïr, la sorcière était en effet haïssable, le souci étant que la haine était un moteur efficace. La cavalière n'aurait qu'un seul but, désormais : rompre ses chaînes. Et si, pour l'heure, elle n'avait aucune chance d'y parvenir, plusieurs jours de voyage les séparaient de Meca. Avait-elle vraiment eu raison, d'agir ainsi ? La vie de Plume était-elle à ce point en danger ? Ou bien sa peur de perdre la petite la conduisait-elle à agir stupidement ?

Il aurait été si simple, de faire machine arrière. De se retirer de ce lien qui ne lui appartenait pas, d'effacer les souvenirs de ses victimes, elle pouvait encore disparaître et les laisser reprendre leurs vies. Mais alors, qu'en irait-il de Plume ? L'espace d'un instant, elle se convainquit qu'elle se devait d'agir ainsi. Mais alors, qu'en irait-il de Plume ? Devait-elle l'amener avec elle, jusque face à un drow aux pouvoirs incommensurables, ou la laisser derrière elle, sans réelle défense ? Soudainement, l'idée de voir Tebirach s'attaquer à Meca « simplement » pour tuer Plume lui semblait impossible, improbable. Mais alors, pourquoi ? Il agissait pour la provoquer, peut-être se venger des nombreuses fois où elle l'avait perdu dans le Royaume souterrain.

Elle ne pouvait les voir, mais elle les sentait, blotties l'une contre l'autre. Elle se sentait intruse, monstre sans pitié pour ainsi violer leur intimité. Tant de sensations et de sentiments trop longtemps ignorés remontaient désormais à la surface. Alors elle comprit. Elle n'avait pas anticipé le flot d'émotions provenant du lien, et elle se laissait submerger. Elle aurait dû s'attendre à une telle vague, pourtant. C'était comme si, à trop regarder un précipice, elle avait fini par y plonger, sans même s'en apercevoir. Alors elle ferma les yeux, poussa un léger soupire, et se força à séparer clairement ses émotions - ou plutôt, son absence d'émotions - de celles du couple dragonique. Elle put retrouver avec un certain soulagement le calme plat que pouvait être son esprit la plupart du temps et elle poussa un léger soupire de soulagement.

« Katalina Noblegriffon est morte, j'ai essayé de te prévenir. Sa vie était liée à celle d'un demi-elfe nommé Aerandir et quand il est mort, elle l'a suivie. Elle était ton amie... Elle aurait sans doute respecté ton choix. Malheureusement, je n'en ai pas la possibilité. » Elle marqua une pause, puis reprit : « Je vous ai promis ma protection, elle vous échoit toujours. Une fois que nous aurons atteint Meca, vous vous éloignerez du port et veillerez à ce que Plume reste saine et sauve. Ensuite, nos chemins se sépareront et vous n'entendrez plus jamais parler de nous. »

À nouveau, une pause, plus longue cette fois. « Agissez simplement comme je le demande, et je vous promets de ne pas utiliser le lien. »
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   Mar 14 Fév 2012 - 21:32

Qu'importe ce que la gardienne pourrait dire, rien ne pouvait justifier un tel acte de trahison et de barbarie. Tenter de contrôler les esprits de cette manière n'était réellement pas digne de grand chose, sauf peut-être de toutes les insultes qui pouvaient être imaginées... Et encore, elles étaient encore trop faibles pour y correspondre réellement. Elle ne valait pas mieux que les drows qu'elle haïssait tant, et encore c'était presque une insulte pour les sombres. Et pour une fois l'Or, qui était si pacifique, ne pouvait qu'aller dans son sens ou plutôt approuver silencieusement, sauf peut-être ponctuer les pensées de Joh par un grondement sourd qui pouvait signifier beaucoup.

La dragonnière avait finit par se dépêtrer de l'étreinte du Dragon d'Or qui n'avait pas voulu la laisser partir pour faire ses conneries. Oh, bien entendu l'envie de la passer par l'épée avait été réprimée de force contre la volonté de la dragonière, mais il restait toujours la capacité de s'exprimer et la meilleure façon de lui montrer son mépris. Des promesses, encore des promesses ! Et elle ne se gênerait pas pour lui faire comprendre ce qu'elle en pensait de ces fameuses promesses surtout après ce qu'elle avait fait ! Oh, elle se retint de lui cracher au visage, bien qu'elle l'aurait volontiers fait vu la glaire qui avait pu être préparée dans une telle saison, et à défaut ca se fit à ses pieds avec un regard emplis de mépris en accompagnant le geste par la parole !

"Vous ne valez pas mieux qu'un drow !"

Elle s'approchait lentement mais sûrement et allait reprendre en ponctuant d'insultes. Elle ne masquait pas réellement ses intensions, ou plutôt de moins en moins... S'approcher pour mieux la frapper jusqu'à ce qu'elle rende son dernier soupir. Malheureusement, ce genre de plan brutal et sans grande discrétion finit toujours par tomber par terre, un peu comme l'aurait fait Joh si l'or n'avait pas interrompu sa chute avec sa queue...

Elle lui avait fait perdre connaissance, l'envoyant dans le même sommeil profond qu'elle avait fait avec la mule et l'hybride. C'était presque irréel de la voir faire ainsi, prenant soin de la dragonnière inconsciente pour la ramener vers elle, en sécurité, pour la protéger de tout ce qu'elle pouvait en se servant de son aile comme d'un abri pour la nuit. Le dragon d'Or fixait la Gardienne, et même sans ce lien il était facile de lire ses pensées dans son regard... Une simple question qui n'attendait pas réellement de réponse : "Pourquoi ?"

Avec le lien, la fuite semblait à prescrire, même si ca pouvait valoir le coup d'essayer de voir ce que pourrait faire la distance... Mais pour le moment c'était trop frai, trop surveillé pour échafauder un plan qui tienne la route... Elles n'auraient pas d'autres choix que de plier et de remettre ça au lendemain, surtout avec leur vie entre ces mains là. Une impasse, il n'y avait pas d'autres mots. Mais avec un peu de chance une porte de sortie se montrerait mais ça, seul le voyage pourrait le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Savons-nous seulement ce que nous faisons ? » | Johann
» [UC] "Nous sommes si accoutumés à nous déguiser aux autres qu'à la fin, nous nous déguisons à nous même" F. de la Rochefoucauld
» Loreena&Gideon ? L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe. ? [END]
» Défi chasseur: nous chassons ceux qui nous chassent
» [PV Krocq] « nous sommes si accoutumés à nous déguiser aux autres qu'à la fin, nous nous déguisons à nous même »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Serramire :: Baronnie d'Alonna-
Sauter vers: