Partagez | 
 

 [Solo] L'étreinte du bois maudit

Aller en bas 
AuteurMessage
Lœthwil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 737
Âge : 21
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  966 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: [Solo] L'étreinte du bois maudit   Lun 30 Jan 2017 - 1:51



suite du Fond du Gouffre

Tariho de la Neuvième ennéade de Bàrkios
Neuvième année du Onzième Cycle
Forêt de l'Aduram


Es-tu seulement réellement conscient, ou cette réalité n'est-elle qu'un des cauchemar prenant parfois tes nuits ? Est-ce un nouveau chaotique fantasme dont tu devras faire l'effort de taire l'existence dans le futur, ou sont-ce de véritables sensations, de véritables émotions, de véritables peurs et de véritables gestes qui te portent actuellement ? Tu ne saurais pas répondre à cette question en toute honnêteté, simplement parce que le peu d'esprit qui te reste se refuse à la véracité de tant d'horreurs. Plongé dans ce qui s'apparente à un éternel sommeil paradoxal, tu te déplaces à travers la forêt maudite avec une aisance que tu n'avais pas la première fois.
Parce que les mirages n'ont pas de limites, parce que le spectre du possible n'est pas le même une fois dans le monde des songes, tu agis sans en craindre les conséquences, tu agis mû par tes plus simples pulsions, car tu n'as pas à te sentir coupable de ce que vit ton fort intérieur.

Douce contradiction, te voilà surpris par ta propre hallucination. Le fruit de ton imagination te semblait bien loin des souvenirs qui devraient l'avoir fait mûrir. Ta mémoire se rappelle d'une morbide beauté, d'une souffrance éternelle, d'un hurlement permanent. Ta mémoire se rappelle d'une forêt qui se meurt, étouffée par ses propres noeuds, étranglée par ses propres souvenirs, plongée dans une folie furieuse qu'elle crachait comme une gerbe de flammes à ceux qui osaient s'approcher d'elle. L'Aduram de ce nouveau rêve ne t'es plus si beau, il ne t'es plus ni fascinant ni horrifiant. L'Aduram de ce nouveau rêve ne t'es plus douloureux. La Dissonance est là pourtant. Les vrilles aigües et les crissements te lacèrent toujours les oreilles, mais dans ton inconscience tu ne t'en trouves plus troublé. L'Aduram de ce nouveau rêve te paraît plus pathétique qu'il ne t'est féroce. Il pleure, il pleure un passé glorieux, il pleure un tragique abandon, il pleure l'exil qu'on lui a forcé après qu'il ait dû se transformer pour protéger sa vie.
La Dissonance ne te heurte plus parce que dans ton inconscience, te soumettant à inavoué fantasme, tu as embrassé son message. Des incompris, des êtres en perpétuelle réinvention, des survivants, des battants.

Comme l'Aduram, tu fus forcé de comprendre qu'il n'y a pas toujours place pour l'harmonie en ce monde. L'équilibre est un idéal, l'équilibre est une utopie, l'équilibre ne trouve sa place que dans la somme d'un nombre incalculable de conditions que les temps de crises ne laissent jamais simultanément fleurir. La perte du Linoïn fut une crise comme ta simple naissance à moindre niveau en fut une autre.
Comme l'Aduram, tu as réagi avec force car l'agression était trop imminente pour réagir avec finesse. Vous vous êtes tous deux tordus, rendus difformes aux yeux de vos anciens frères et soeurs en quête de la puissance qui saurait vous protéger.s Vous êtes tous deux des sacrifiés, des piliers autrefois silencieux et n'ayant jamais connu digne reconnaissance. Vous êtes tous deux des scarifiés, ayant pris sur vous les plaies d'autres jusqu'à ne plus ressembler qu'à un amas de chairs ensenglantées, jusqu'à ne plus trouver de refuge que dans l'égoïsme. Vous avez tous deux étés diabolisés par la majorité, celle qui n'a pas su vous comprendre. Comme l'Aduram, tu es un menteur doué au point de se convaincre lui-même. Une âme faible piégée au jeu de ses émotions et des fabulations qu'elle en a faites.

Tu rêves de lieux à la mesure de ton pouvoir, d'un environnement face auquel tu pourrais laisser s'exprimer la puissance d'un élémentaliste presque millénaire. Tu rêves d'une forêt ne se couchant pas face au feu, ne se noyant pas sous l'eau et n'étouffant pas sous la pierre. Tu rêves de la perpétuelle épreuve qu'est la vie en Aduram.
Les kichirelles étaient les rois de l'Aduram, les insectes infernaux étaient réputés ne rien laissé ni de mort ni de vif dans leur sillage. Ils tombaient de la cime des arbres, lacéraient leurs proies et les avalaient entières, ne laissant derrière eux rien de plus que l'odeur de la mort et les éphémères lamentations d'un bois ne s'attristant plus de la mort de ses protégés. Toi l'oiseau de mauvais augure, le sombre vautour ayant posé le pied dans leur territoire, tu venais leur prouver qu'insecte ne dévorera pas plus le rapace ici qu'il ne le faisait en Anaëh.
Des arbres ils sont tombés toutes mandibules dehors, espérant faire un festin de tes chairs, mais avant que les lames des premiers n'éraflent ton corps, elles furent cueillies par les becs de tes corbeaux. Volatiles taillés dans la pierre d'onyx, bêtes sans vie aux plumes tranchantes comme des épées, guidées par ta magie ils firent front à tes adversaires. Ils harassent les prédateurs enragés jusqu'à leur faire perdre patience, les poussent dans leur retranchements en se jouant et de leur appétit et de leur orgueil. Ce n'est jamais que quand l'agresseur lançait charge désespérée que leur formation se brisait, et ce n'était que pour mieux être cueilli par les épines adamantines du félin à pointe et les flammes bleutées de la statue draconique.
Les kichirelles étaient les rois de l'Aduram, tu t'en étais fait l'empereur.

Tu t'en serais fait l'empereur, si seulement le trône n'était pas déjà occupé. Car au coeur de ces terres vit un fléau pire encore que le tapis grouillant de pattes et d'antennes couvrant le sol de la forêt, pire que les félins aux dents interminables et les serpents à la morsure venimeuse. Pire que les arbres mouvants dont les racines se lovent autour du cou des infortunés dans leur sommeil. Au coeur de ces terres s'était érigé en maître un autre mage, un autre être à l'esprit dérangé par les gémissements du Linoïn. Au coeur de ces terres s'élevait la forteresse de Porte-La-Peste, arbre maison difforme, absent de tes premières mémoires. Ici la Dissonance sonne plus fort que partout ailleurs. Ici la férocité de l'Aduram est à son comble, et ici la part de ton esprit qui voulait se battre ne peut que finir par ployer. Tu ne t'avances pas plus vers la demeure de ton aîné, pas plus qu'il ne serait judicieux de le faire, car même dans l'état primal de ta conscience, tes instincts savent te guider loin de celui qui ne sème que mort derrière lui. Tu ne peux le vaincre aujourd'hui, tu ne pourras pas le vaincre dès-demain, mais jusqu'à ce que tu le surpasse, alors tu te feras son égal. Quelque part au coeur de l'Aduram, tu cherches quelle sera ta demeure. Quel fort t'autorisera à fermer l'oeil plus de quelques petites heures sans plus risquer ta vie que de nécessaire ? Quel fort fera définitivement de l'Aduram ton foyer ?

Enfant de Mëlien, au coeur de l'Aduram tu trouvas ton antre. Au coeur de l'Aduram tu trouvas un endroit où la terre ouvrait son ventre, un naturel caveau où autrefois les Noss puisaient leur eau. Dans la grotte court toujours la rivière souterraine, et que les incrédules soient tus ses eaux sont toujours cristallines. Seulement, sous la lueur d'Emeraude que qu'exhalent les fonges glissent des ombres, celles de créatures gardant jalousement le bassin dans lequel elles ont pris vie. Enfant de Mëlien, lorsque ta main toucha la surface de l'eau, tu n'eus plus la force de nier. Jamais les chants ne te furent aussi distincts, jamais l'évidence ne te fut si clairement exposée. C'est ici que ton oreille terminait de s'ouvrir, là où Symphonie et Magie prenaient leur forme la plus sauvage.

Tu n'es ni des Noss, ni des Cités. Tu es hérault de la face sombre de l'Anaëh.

_________________
Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois

Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lœthwil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 737
Âge : 21
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  966 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: [Solo] L'étreinte du bois maudit   Jeu 10 Aoû 2017 - 18:19



Arkuisa de la cinquième ennéade de Kärfias
Dixième année du Onzième Cycle


Ni un Ornedhel ni un Taledhel, tu n’appartiens entièrement à aucun peuple.
Ni guerrier, ni chasseur, ni scholastique, l’expression de ton art est un triangle dont les côtés ne s’enfoncent profondément dans aucun socle.
D’un grand âge, sans être véritablement un adulte, tu es de ces éternels insatisfaits, ayant inconsciemment refusé de se considérer des êtres complets, volontairement maintenus dans un état de malléabilité infantile jusqu’au jour où se présentera la perfection.
D’Anaëh en Ithri’Vaan et de Faëlia aux Terres Stériles, en Oliyan ou en Elfique, parfois en Péninsulaire même, ta longue vie n’a été que changement. Bénéfique parfois, déstabilisant souvent, mais toujours menant à un mieux, provocant l’évolution, te rendant plus riche d’une expérience, d’un savoir ou d’un savoir-faire. Ta vie n’aura été que changement, au point que qui te les cherche te trouvera certainement plusieurs personnalités, du chasseur des anciens jours à l’étudiant presque rangé de tes années adolescentes, mais ce que personne ne pourra t’enlever, c’est ta faculté, au travers de ces changements, à survivre à ce à quoi beaucoup d’autres auraient succombé.

Tu as fait corps avec sa création la plus folle, enfant de Mëlien, et deux fois plutôt qu’une. Tu t’es imbibé de ce qu’ils appellent sa folie sans t’y perdre complètement… du moins c’est ainsi que tu le vois toi. Ils sont trop peu les fous assez lucides pour demander à ce qu’on les enferme. Peut-être que là où tu te penses encore une fois renouvelé, plus fort de ce que t’a apporté cette nouvelle épreuve, n’es-tu finalement plus que l’ombre de toi-même. Peut-être cet apparent bien-être n’est-il qu’une illusion. Peut-être le respect que semble aujourd’hui te vouer l’Aduram depuis de longues ennéades maintenant n’est-il qu’un leurre, une sombre machination de l’Ëala des eaux, attendant le bon moment pour te consumer, te consommer, et t’offrir en sacrifice à la forêt de Sang qu’elle a érigé sous la Dissonance chantée par la jumelle enrouée de Liltalaima. Peut-être la structure que tu auras semblé trouver à ces chants stridents n’est-elle que ta propre construction ; mais quelle âme, quelle âme pouvait bien être assez puissante pour entièrement refaire ce qu’a construit la Mère elle-même ? Lequel de tes frères pourrait-il se vanter assez fort pour s’être arraché à la vérité des Ëalas, et à celle de la Dissonance ? Si l’un d’entre eux pouvait, toi tu ne le peux pas.

Il n’y a pas que les cris. Il n’y a pas que les grincements. Il y a quelque chose de beau dans la Dissonance. Il y a quelque chose de beau dans l’Ancien Linoïn. Il y a la complainte de générations de survivants, la malléabilité de générations de conquérants, le désir de vivre à l’état brut. L’Aduram n’est pas que folie, l’Aduram mime les premiers balbutiements d’une vie livrée à elle-même et à sa propre force, d’une vie forcée de se battre pour persister, d’une vie nourrie par son propre sang. L’Aduram est le parfait symbole d’un éternel combat pour l’existence, un enfant abandonné en bas-âge forcé de se bâtir lui-même.
L’Aduram est comme toi, il se déconstruit chaque seconde qui passe avant de se réagencer selon une configuration un peu plus proche de la perfection. L’Aduram est comme toi, un battant. L’Aduram est une Entité qui contrairement à l’Anaëh son aînée, ne craint pas les agressions de l’extérieur. L’Aduram est l’Anaëh sortie de son immobilité. L’Aduram, contrairement à l’Anaëh t’implore de te laisser aller au mouvement. L’Aduram, contrairement à l’Anaëh, n’a pas peur de te voir le quitter.

Tu marches vers le Nord, sans te poser la moindre question, et jamais au cours de ton voyage ton pas ne ralentit. La neige fond sous ton pas, les rochers se brisent sur ton chemin et les eaux s’ouvrent pour que tu puisses aller de l’avant. Ta magie aussi a changé enfant de Mëlien. Ta magie aussi a perdu de la douceur que lui donnait la retenue. Ta magie n’a jamais été plus sauvage, mais elle n’a jamais été aussi puissante.

Le changement, enfant de Mëlien, tu es le changement. Tu es le changement qui doit frapper la forêt. Tu es le changement qui doit rendre à ton peuple sa gloire d’antan. Tu es le symbole du renouveau d’une population aux mœurs vieillies faisant face à des menaces nouvelles. Tu es le messager qu’ils ne peuvent pas encore tolérer d’accueillir entre leurs murs. Pas ceux s’ouvrant sur les lieux de ta renaissance en tout cas. Tu es le changement longeant l’Oliya, la marche rythmée par les inquiétants cliquetis des plaques de chitine ayant naturellement trouvé leur place par-dessus ta seconde peau en tant que véritable armure. Tu es le changement avançant, comme un oiseau de mauvais augure, sous cette cape de fourrures et de duvets mêlés en une anarchie organisée, combattant le froid sans éprouver le moindre frisson. Tu es le changement faisant chemin vers les tiens, quitte à traverser les terres des Hommes.

Tu es Cuiledin, l’elfe à la vie renouvelée.

_________________
Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois

Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
[Solo] L'étreinte du bois maudit
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Une fabrique de jouets en bois
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Peindre du bois lasuré
» [TUTO] Réaliser des échelles en bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: