Partagez
 

 [Libre] Rencontres impromptues

Aller en bas 
AuteurMessage
Alayne Caserdïn
Humain
Alayne Caserdïn

Nombre de messages : 9
Âge : 30
Date d'inscription : 21/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19
Niveau Magique : Non-Initié.
[Libre] Rencontres impromptues Empty
MessageSujet: [Libre] Rencontres impromptues   [Libre] Rencontres impromptues I_icon_minitimeLun 27 Fév 2017 - 13:00

- Vous vous moquez de moi ?
- Absolument pas, Mademoiselle Caserdïn, je ne me permettrais pas, et croyez bien que je regrette que vous vous soyez déplacée en vain, mais je n’ai rien d’autre à vous proposer…

*Alayne n’était pas du genre à sombrer dans l’abattement, mais la mauvaise nouvelle lui fichait un mauvais coup au moral. Il lui avait fallu cinq jours de voyage pour rallier Arétria à cheval, un cheval qu’elle avait acheté 112 Souverains d’argent dans une écurie de qualité (toutes ses économies ou presque), persuadée du bien-fondé de son achat par la perspective d’un gain d’importance en Arétria. Elle tapa du poing sur le comptoir afin de bien souligner son mécontentement.*

- Ecoutez, Monsieur, j’ai voyagé pendant cinq jours - ce qui, et vous en êtes parfaitement conscient - génère des frais afin de remplir une mission pour laquelle mes services ont été requis expressément, et vous osez prétendre, aujourd’hui, que cette mission n’est plus disponible ? J’entends être remboursée pour mon déplacement, au moins de la moitié de la somme qui m’a été promise par courrier.
- Vous… Vous n’y pensez pas ! Mes clients attendaient votre venue bien plus tôt, et dans l’intervalle un ho… Quelqu’un qui remplissait mieux les conditions s’est présenté et a été engagé. Vous n’êtes pas sans savoir que, dans ce métier, les choses vont très vite. La moitié de la somme promise est bien trop élevée, je ne peux pas vous dédommager !

*Elle le savait parfaitement bien, mais elle ne répondit pas tout de suite, se contentant d’afficher un air guindé, mais ses yeux lançaient des éclairs de colère. Depuis un an et son retour en Péninsule, proche de sa terre natale, Alayne était enfin parvenue à se sortir de la misère. A peine, mais tout de même. Elle avait cumulé de nombreux travails, en commençant par jouer les videuses dans des tavernes, surveillantes d’écuries, ou gardes du corps pour commerçants désargentés, suffisamment pour se constituer un équipement simple, quelques économies, et une réputation lui ayant permis de faire ses preuves dans des affaires plus complexes. Il arrivait même, désormais, que l’on requiert ses services et cela avait été le cas, une ennéiade auparavant, lorsqu’elle avait reçu une missive lui demandant de rejoindre Arétria dans les plus brefs délais afin de pourchasser un meurtrier d’enfants. Mais voilà, une fois arrivée au comptoir des chasseurs de primes, on lui annonçait que le travail avait été confié à d’autres. UN autre.*

- Un homme, hein ? Parce que posséder une verge fait de vous quelqu’un de meilleur, pas vrai ? On m’a demandée pour ce job, vous l’avez confié à quelqu’un d’autre, ce n’est pas mon problème. Mais je suis là, pour rien, et je m’estime flouée. Si vous n’avez pas les moyens de me rembourser, vous allez réserver toutes les affaires à plus de 60 Souverains pour moi jusqu’à concurrence de 300 Souverains, soit un tiers de la récompense qui m’a été annoncée avant que je n’entreprenne ce voyage.

*L’homme allait répondre, mais Alayne le coupa d’un index menaçant.*


- Je vous préviens, j’ai les preuves de mon engagement, et celles de votre arnaque. Je suis accommodante. Acceptez mon arrangement et je n’irai pas en référer au Duc. Vous avez tout à y gagner.

*L’homme hésita longuement mais finit par accepter. Alayne n’avait aucunement prévu de mettre ses menaces à exécution, car déranger les autorités pouvait la discréditer, mais sans doute le propriétaire du comptoir souhaitait à tout prix que l’on évite de se mêler de ses registres… L’arrangement lui profitait, car Alayne renonçait à sa prime et lui assurait une main d’œuvre de qualité pour les affaires à venir.

Elle lui fit signer une reconnaissance de l’arrangement, ce qui le fit maugréer de plus belle mais ce n’était que justice, et pris la porte pour se retrouver sur la terrasse de planches sur pilotis traditionnelle des régions boueuses, à côté de laquelle était attachée sa jument apalooza, à l’étrange robe bicolore, brune et blanche. Elle soupira et flatta les naseaux de l’animal d’un air pensif, puis jeta un regard vers le ciel où les nuages s’amoncelaient. Il allait pleuvoir, il était tard, et sa bourse était vide. La perspective d’une nuit humide à la belle étoile et l’estomac vide ne lui faisait pas plaisir, mais au moins était-elle propre, et bien vêtue. Son armure légère était presque neuve, tout comme ses bottes. Elle était propre, quoique dépeignée comme à son habitude, mais dans un bien meilleur état qu’un an auparavant, et elle supporterait bien quelques nuits à la dure, pour autant qu’elle regagne rapidement de quoi s’offrir un chambre. Elle était parvenue à se faire reconnaître, rien qu’un peu, elle arriverait bien à se faire une réputation dans ce petit Comté pluvieux, mais accueillant.

Alors qu’elle descendait les marches de bois et se déplaçait sur le sol spongieux pour remonter à cheval, Alayne ne remarqua pas le râteau à feuilles (c’est de saison) négligemment posé sur le sol à côté de son cheval. Elle prit son élan, et se lança dans l’objectif de mettre le pied à l’étrier d’un bond mais – VLAM – son pied d’appui frappa la fourche et – VLAN – dans les dents (et le nez).*


- Bar le gul de Déera, bordel de berde !

*Etourdie et sacrant tous les dieux qu’elle connaissait, Alayne essayait d’éponger le sang de son nez en dansant sur place, laissant libre court à toute la frustration accumulée dans la journée, lorsqu’elle buta, tête en avant, sur quelque chose de mou. Jurant, elle releva la tête pour découvrir le faciès surpris d’une femme toute de cuir vêtue.*

- Bardon, de bvous ai bis du dang bardout…
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
[Libre] Rencontres impromptues Empty
MessageSujet: 2e jour de la 2e enneade de Barkios    [Libre] Rencontres impromptues I_icon_minitimeLun 27 Fév 2017 - 19:15

2e jour de la 2e enneade de Barkios

Dans la vie, à chaque instant de notre existence, on se posait toujours ces éternelles questions sur notre vie, sur notre avenir, remplissant de doute. Le doute était parfois le pire fléau. Car il était là en train de vous harceler, de vous torturer. Ce fameux et si ?et là ? Parfois, il était tellement puissant jusqu’à ne plus avancer, jusqu’à stagner et mourir en n’accomplissant rien. Car, au fond de nous, nous avions toujours peur de nos réelles capacités et parfois comme une pauvre merde…nous ne faisions rien. Ce doute était là…me remettant en question sur ma foi dans le culte et d’être une mauvaise mère….
C’était dans cette situation que j’étais dans le coin de l’auberge, à l’abris des regards, livrée dans ma quête spirituelle. J’étais face à mon carnet, remplie de gribouille, de texte, de dessin et d’autre chose. Ce carnet était loin d’un simple journal, il était plutôt un défouloir. C’était pratique, on retirait un temps les doutes qu’on avait sur le cœur, parfois, ça répondait à nos questions. Aux yeux des curieux, je pouvais paraitre folle…. Par les couilles d’Othar ! Pardonnez-moi…un intrus vint déranger ma solitude.

Je levais mes yeux en sa direction. C’était le maitre, assis devant moi, volant au passage ma cruche de lait au miel. Il avait le culot de voler ma boisson d’un air détendue et importune. Je me retenais pour calmer une mauvaise parole ; il prit plaisir de me voir retenir mon calme. Ce vieux glissa de sa manche, un rouleau de papier et déroula le contenue le déposant sur la table. Son regard était sérieux, légèrement taquin mais néanmoins sérieux. Il était certain qu’il préparait quelque chose, je ne tardais pas à avoir mes réponses à mes questions

« Jeune fille, j’ai un sujet à te parler »


Je déposais ma plume sur le petit encrier, portant mon intérêt sur lui. D’un geste discret, je fermais le carnet pour éviter d’attirer sa curiosité sur mes pages remplient de confidences…

« A quel sujet, Maitre ? »


Sa main désigna le papier, m’invita à la lire. Sans répondre, d’un air soumis, je me mis à lire le papier. Au départ, c’était un contrat sur la tête d’un homme recherché pour meurtre. Au fil de la lecture, l’homme était accusé pour « Meurtre sur des enfants, de torture, soupçonné de viols et d’acte de sorcellerie… »  D’après le contrat, il avait tué une poignée d’enfant…Aujourd’hui, un enfant avait survécu, décrivant à la milice le visage de cet homme, accompagnés d’artistes du coin pour faire un portrait du Recherché

Je restais dans mon mutisme, fronçant les sourcils après avoir terminé ma lecture. Un sentiment de colère montait en moi, imaginant ma fille d’être victime de ce meurtre. Rapidement, tout plein de question ne cessait de se bousculer dans ma tête. Pourquoi ce contrat ? Qu’elle était le but de cette conversation ? Testait ma colère ? Mon émotivité ? Me mettre à l’épreuve ? Il voulait attirer ma colère en tant que mère cherchant vengeance. Bon sang ! C’était quoi le sujet de notre discutions ! Qu’avait-il comme idée en tête !

Le voilà en train de me fixer, cernant mon esprit. Rapidement, il répondit à mes questionnements silencieux

« Voici, ton épreuve. Aujourd’hui, tu vas traquer cet homme…. Tu n’auras pas d’aide venant de ma part et ni de Corentin. Tu as patte blanche pour la réussite de ce test. Tu es libre de tes actions. Débrouilles-toi. Prouves-moi ce que tu es capable. » Il se leva, terminant « Je sais que ce sujet te met en colère. Etre victime d’un viol et être une mère…Cet état de colère, je peux comprendre C’est fait exprès. Toute personne sensée réagirait de cette façon. »  

« Je me retiens de ne pas vous insultez, maitre. Mais, ne me poussez pas à bout... »
« C’est bien le but de l’épreuve qui t’attends. Te poussez à bout, te forger ton cœur. C’était le but. » avant de partir dans sa chambre.

Un soupire répondait à sa dernière phrase avant de porter mon attention sur le portrait de l'homme. Il était un homme d’âge mure, un regard un brin ténébreux et surement remplie de pourriture dans son être intérieur. Il était au yeux des gens: un fou.  j'en avais déjà connue un fou et c'était un drow. Ce drow qui se prenait pour un Dieu, mais, il était néanmoins, un bon étalon. Par ailleurs, au fond de ma botte, je possédais toujours sa dague d'une déesse de la luxure...Une déesse vouait au sexe, les noirauds ne manquaient pas d'imagination. Sur ce point, ce peuple ne manquait pas de remplir ma curiosité sur leurs coutumes.

Mon attention fut interrompu par une jeune donzelle protestant contre le manque de professionnalisme du maitre de l’auberge. Par moment, je me reconnais dans cette petite femme ! Vulgaire, déterminée et une fille qui ne se laissa pas marcher sur les pieds….et surement vagabonde. Il y a peu de temps, j’étais comme elle. Le culte m’avait transformé en une femme un peu plus posée…du moins….en partie changer.

Au fur et mesure de leurs échanges houleux, je venais de comprendre que cette jeune femme venait se faire voler le contrat. Malgré tout, elle fut dédommagée. Puis, mon attention se porta sur le contrat que j’avais en main. J’avais tout de suite compris. Cet Homme n’était rien d’autre que mon maitre…Quel enfoiré ce vieux ! Il n’avait pas honte de voler un travail ! Pauvre fille, crois-moi, tu n’es rien devant ce vieux guerrier. Il te dépasse ! Même moi, il me dépasse…Tu ne peux rien contre un moine de guerre…Du moins, pour l’instant. Quand il sera vieux, tu lui voleras son travail. Peut être ou peut-être pas.
je fus attristé pour cette jeune fille. Dois-je l’aider ? Pour ne rien gagner ? Non, non, il ne fallait pas me croire si candide ! Par contre, partager le butin était plus intéressant..

D’un bond, je me levais, rangeant mon carnet dans ma sacoche, prenant mes deux épées sur la tables rangeant dans mon ceinturon. Puis, je tentais de rattraper la femme. Malheureusement pour elle, je vis la fourche fracasser son nez. Sa journée était bien et bel merdique…Un petit moment de compassion. Il en va de soit. Pire ! aveuglée par la douleur avec ces yeux larmoyante, elle vint se cogner contre ma poitrine.

Je restais là, fronçant les sourcils sur le coup. Cette fille était douée pour la maladresse…Mes mains vinrent pousser la jeune femme. Au même moment, je lui donnais un mouchoir..usagé.

« Pour votre nez. »
Regardant un moment ma tenue de cuir « le sang ne se voit pas sur le noir. Ca ne sera pas la première fois que je vois du sang sur mon équipement. »

Le trait de son visage était bien jeune, accompagné d’un tatouage discret. Elle était bien grande, un peu plus grande que moi. Visiblement, j’avais réellement affaire à une petite guerrière, un brin sauvageonne…
Secouant la tête un moment, je sortie le contrat

« j’ai compris que l’homme qu’il possède une verge, vous a volez votre contrat. Pardonnez-moi, cet homme est mon maitre. Il est Moine d’Othar, un guerrier du culte d’Othar éclipse tout le monde…. Puis, cet homme d’expérience…je pense que vous ne ferez pas long feu à ce vétéran… »
j'haussais les épaules, penchant la tête sur le côté avec nonchalance.  « Bref, commençons par les présentations. Je m’appelle Lyarra, je suis l’apprentie de cet « homme » » silence en suspends, je repris « Nous avons un point commun. Moi, je dois réussir l’épreuve qu’il m’a donné pour mon apprentissage. Vous, vous devez réussir ce contrat pour avoir un butin. De ce fait, nous sommes à deux traquer cet homme. Aidons-nous mutuellement, par la suite, partageons nous le butin en deux.  En prime, nous aurons le loisir d’utiliser le même sadisme que lui. Ça vous tente ?

Droite devant, le regard rivé sur les siens. Je ne la décrochais pas du regard tels qu’un Loup en train de fixer sa proie. Elle était peut être dangereuse, je m’assurais de ne pas me laisser faire.


Dernière édition par Lyarra Courevent le Jeu 6 Avr 2017 - 16:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alayne Caserdïn
Humain
Alayne Caserdïn

Nombre de messages : 9
Âge : 30
Date d'inscription : 21/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19
Niveau Magique : Non-Initié.
[Libre] Rencontres impromptues Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Rencontres impromptues   [Libre] Rencontres impromptues I_icon_minitimeMer 1 Mar 2017 - 21:36


*A peine avais-je heurté la jeune femme que je me tenais déjà prête à réagir à une agression. Des années de misère et de violences laissent des traces chez n'importe qui. Certains finissent par devenir de véritables épaves, d'autres s'écrasent et se laissent faire... Pour ma part, je réagissais, parfois de façon violente et disproportionnée, mais au moins réussissais-je généralement à me tirer des plus mauvais pas.

Pourtant la femme ne sembla pas vouloir me punir de l'avoir heurtée et barbouillée de sang, plus incroyable même : elle me tendit un mouchoir de tissu. C'était de la bonne qualité, et je rechignai à le salir mais la demoiselle semblait m'en faire cadeau comme d'une vieille chaussette et je le pris avec reconnaissance quoique méfiante, prêtant attention à son discours tout en épongeant le sang de mon appendice nasal.

Je tentai de ne rien laisser paraître de mes émotions à mesure qu'elle se présentait et m'expliquait la situation mais j'eus du mal m'empêcher de paraître sceptique, tant la proposition semblait généreuse et inexplicable. Je pris quelques instants pour évaluer la situation, essuyant les dernières traces de sang sur la partie inférieure de mon visage.

Lyarra, ainsi qu'elle se présentait, semblait forte et énergique, quoique légèrement plus petite que moi, vêtue et armée d'un équipement de qualité. Je la jugeai légèrement plus âgée que moi bien qu'elle fût sans doute également très jeune. Quelque chose dans son regard m'avertit qu'elle était dangereuse, mais je n'y décelai nul éclat de tromperie ou de malfaisance. Je ne m'y fiai pas.

Alors qu'elle évoquait son Maître et ses manigances, je jetai un regard par dessus son épaule pour apercevoir le malotru, qui semblait observer la scène d'un air désapprobateur. Le rouge me monta aux joues et je serrai les poings, agacée.

Lyarra parlait de moines d'Othar, de guerriers, d'écart de puissance, et je savais bien qu'il n'était pas dans mon intérêt de faire un nouveau scandale, aussi reportai-je mon attention sur la jeune femme jusqu'à-ce qu'elle termine sa diatribe, et me fixe d'un regard si calculateur que je ne pus m'empêcher de lui rendre, prenant mon temps pour lui répondre, je la détaillai de la tête aux pieds.

Elle fixait mes yeux, peut-être perturbée par leur hétérochromie, et ce ne serait pas la première, mais elle ne semblait pas dégoutée. Elle avait le visage dur et l'apparence des femmes - rares - habituées à la vie d'aventure, mais elle était soignée et présentait bien malgré son apparence hommasse - pas différente de la mienne. Instinctivement, cette femme m'inspirait confiance et respect, mais chassez le naturel : il revient au galop. Ma méfiance ne s'estompa guère, notamment entretenue par l'étrange relation de la femme avec son Maître, qui ne m'inspirait rien de bon.

J'inclinai la tête et adressai un léger sourire, dûment travaillé pour être convainquant, à mon interlocutrice.*


- Je vous remercie de votre sollicitude et de votre amabilité, Demoiselle Lyarra, ainsi que de votre proposition des plus aimables. J'avoue qu'il est tentant d'accepter, mais je peine à discerner vos objectifs. Il est manifeste que votre... Maître... souhaite que vous remplissiez ce contrat, quitte à se montrer le plus détestable et mal élevé des Moines d'Othar, et je ne voudrais surtout pas perturber votre... apprentissage. J'aimerais comprendre... Pourquoi vous souhaitez partager les 900 Souverains, pourquoi avec moi ? Que vous apporterait ma présence ?

*Je pinçai les lèvres, l'air de réfléchir. A la vérité, la moitié de la récompense me siérait. Et n'étant pas contractuellement engagée pour cette mission, mon arrangement avec le tavernier demeurerait. Aussi, s'il n'y avait pas de piège, étais-je gagnante à tous les niveaux. Et peut-être même gagnerais-je également à me faire une amie, si celle-ci ne tentait pas de me noyer dans mon sommeil. Elle semblait bien établie et prospère, bien que son parlé fût légèrement frustre elle me paraissait gentille. Et elle était... plutôt avenante... pour ne rien gâcher.*

- Pardonnez mes doutes, Mademoiselle, mais je ne suis guère habituée à tant de sollicitude. Par ailleurs, connaîtriez-vous un endroit convenable et à des prix abordables pour que je puisse loger ma jument ? Je dormirai volontiers dans la paille, mais je tiens à ce que mon destrier soit à son aise.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
[Libre] Rencontres impromptues Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Rencontres impromptues   [Libre] Rencontres impromptues I_icon_minitimeJeu 2 Mar 2017 - 20:02


Je détournai mon regard pour regarder dernière moi. Je croisai les yeux de mon maitre. Dans un geste un brin provocatrice, je le saluai de la main avec sensualité. Il capta ma provocation, étirant un sourire satisfait de le voir un brin énervé. Toute façon, il avait cherché à me rendre colérique avec ce contrat. J’étais une fille assez rancunière avec la fâcheuse tendance de rendre la monnaie de sa pièce.

Néanmoins, mon attention fut dirigée sur cette demoiselle. A entendre ses paroles, à voir son allure et sa façon de se comporter, je me mis à sourire. LA jeune femme me ressemblait dans beaucoup de domaine…Elle était une femme aventureuse, vivant l’instant présent et ne cherchait pas à tout préparer sa vie. Une fille qui se contentait de vivre chaque jour. Indirectement, je me mis à envier cette petite donzelle…je voulais revenir à ce moment de ma vie et vivre sans rien penser. En y pensant de plus près…Othar, du moins, le culte était-il approprié pour moi ? Car, je devrais encore me plier à une forme d’autorité, privé ma liberté… Dans mon essence même de mon caractère, je suis une fille qui souhaite la liberté absolue et l’indépendance. Je n’avais pas besoin d’un mari, d’un seigneur ou quelque chose qui fait figure d’autorité…Je crois, dans le fond, je serais cette éternelle marginale

Si, dans un point. On se ressemble. Cette femme fut un peu trop frigide. A son âge,j’étais hargneuse ( je le suis toujours ), provocatrice ( de Même ) et pousser dans mes dernier retranchement pou trouve cette excitation. Oui, vivre, baisé, boire, me battre…C’était la vie que je menai avec quelques connaissances. C’était une chouette vie…quand j’y repense…

Quelle timidité, petite vagabonde. Tu sais, un simple merci me suffit. Je ne suis pas une noble….Soit juste direct, j’apprécie le franc parlé. » Je m’arrêtais un moment regardant l’allure de la femme «  il y a mon cheval derrière l’auberge, il y a surement une place. »

Puis, aiguisant un sourire taquine, je continuais

« Dormir dans la paille…Ha j’ai connue ça. He bien, si le fait de dormir avec une autre femme dans le petit lit de la chambre te dérange tant…he bien la paille est une bonne solution. Sinon, ta présence dans mon lit ne me dérange pas. Sauf, si réellement une femme te dérange tant que ça. »
une frigide a toujours tendance de ne pas dormir avec une autre personne.
Je pense qu’elle dira oui…

Je la regardai captant sa réaction. Par ailleurs, je ne cessais jamais de sourire, amusée par la situation et surtout que j’aimais surprendre. D’un geste de la main, je fis signe de me suivre

« Allez, beaux yeux, parlons sérieux autour d’une cruche d’hydromel. »
je pris les devants rentrant une nouvelle fois dans l’auberge. « Ah oui….dis-toi. Je suis comme ça. Je suis spontanée. Il y en a qui aime, d’autre, aimes moins »
Une fois dans l’auberge, je regardais le tavernier. Je fis signe de me donner deux cruches d’hydromel. Installé autour de la table. Je m’asseyais, déposant, les deux épées forgés par le culte d’Othar sur la table. Une fois la jeune femme assise devant moi, accompagnée de deux cruches d’hydromel. Je me mis à répondre à ces questions.

« Tu sais, dans le fond, j’étais…Du moins, je suis un peu comme toi. Une fille qui vadrouille à droite à gauche, aimant la liberté et l’action. Donc, je comprends l’emmerde de ne pas avoir de l’argent pour pouvoir manger et éviter de prendre le risque de voler avec une grande chance de se faire massacré par la milice…Enfin, tu as compris…se faire couper la main ou… »
touchant ma poitrine « profitez des avantages d’une femme pour éviter de se faire couper la main »
Je toussai un moment


« Bref. Restons sérieux. JE ne te connais pas, du moins, je ne connais même pas tes compétences. Néanmoins, si une fille comme toi c’est fait appellé pour ce contrat. JE pense que tu n’es pas une petite femme frigide. Tu dois savoir te battre, donc, une bonne partenaire. De plus, tu m’aides et je t’aide. Ne serait-ce pas logique de se partager ? » Je fis signe de la rassurer avec mon maitre «  il me laisse carte blanche. C’est moi qui décide, pas lui » En entendre dire ça….je suis assez arrogante.

Je me tus, écoutant sa réaction. Puis, je posais mon doigt sur la table

« Plus sérieusement. On a plus de chance de réussir à deux que seule. Je ne sais pas si tu sais. Mais, ce chien a tué pas mal d’enfant…Même si, il s’est fait remarquer. Il reste futé pour attaquer sa proie donc il se doute bien qu’il va devoir se battre pour survivre. Donc, il va nous être dangereux. » Buvant ma cruche « Crois moi, en connaissance de cause, il faut toujours voir loin et éviter tout inattendue. Qui sait…peut-être il n’est pas seul. Peut-être que j’aurais besoin de toi pour éviter que je me fasse torturé ou que t’as besoin de moi. Il vaut mieux avoir une sécurité derrière »
Puis, dans un ton plus sombre. Je la regardai droit devant moi. Je posais mes deux coudes sur la table, joignant mes moins
« Je suis prête à partager car on se ressemble. Je suis prête à te faire confiance  car j’étais dans la même merde que toi. Mais, saches une chose, beaux yeux. Si, par la moindre occasion, je sens une moindre trahison…Je n’hésiterais en aucun cas d’usé ma force pour te faire du mal » Plutôt, te tuer sans le moindre état d’âme « Soyons transparente, d’accord ? » souris-je de nouveau.

J’attendais un moment, puis, je démêlais le contrat le déposant sur la table.

« alors, dis-moi…Qu’elle est ton points fort et tes faiblesses. Qu’est que tu es capable de faire ? Puis, avant que tu arrives…connais tu une expérience similaire à ce genre de pratique ? »
pointant du doigt tous les pratiques de cet homme écrite sur le papier
Revenir en haut Aller en bas
Alayne Caserdïn
Humain
Alayne Caserdïn

Nombre de messages : 9
Âge : 30
Date d'inscription : 21/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19
Niveau Magique : Non-Initié.
[Libre] Rencontres impromptues Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Rencontres impromptues   [Libre] Rencontres impromptues I_icon_minitimeVen 10 Mar 2017 - 10:27

*Alayne s'était laissée trainer jusque dans la taverne, convenant que si Lyarra était décidée à lui proposer un arrangement, il n'y avait pas de honte à accepter de se faire offrir un verre. Elle ne toucha néanmoins pas à sa choppe d'hydromel et se contenta d'observer son interlocutrice tandis que celle-ci expliquait ses vues. Alayne avec des yeux étranges, parfois inquiétants, inhabituels. Dans certaine région, on la prenait pour une sorcière, ou un monstre car à la particularité de l'hétérochromie s'ajoutait un détail légèrement malaisant : elle ne cillait jamais.

C'est donc de ses yeux grands ouverts qu'elle observait chaque geste de Lyarra, aussi bien la façon qu'elle avait de s'emparer de sa choppe d'hydromel que celle de sa mâchoire de s'articuler pour prononcer les mots. Malgré ses airs sauvageons, cette femme était assurée et consciente de sa féminité, et c'était peut-être ce qui attirait les regards des hommes alentours... Ou peut-être était-ce la présence parmi eux de deux femmes arnachées de pieds en cape.

Bien qu'elle fût, elle aussi, consciente de leurs similitudes, Alayne ne projetait pas la même image que Lyarra au regard extérieur. Elle se tenait très droite, et son visage exprimait peu de choses et son regard - fixe - qui observait tout pouvait mettre mal à l'aise. Elle souriait parfois, toutefois, bien qu'elle n'y fût pas habituée et que cela lui donnait un air un peu inquiétant. C'est d'ailleurs un petit sourire un coin, un brin ironique, qu'elle adressa à Lyarra lorsque celle-ci lui proposa de partager une chambre.*


- Cela fait bien longtemps que je n'ai pas dormi dans un lit confortable et cela me fera du bien de ne pas avoir une racine ou un caillou dans le dos pour une fois. J'accepte votre offre avec reconnaissance.

*Elle ne releva pas les allusions de Lyarra car elle avait l'habitude de dormir dans de pires conditions et elle sentait instinctivement qu'elle pouvait accorder un peu de sa confiance à cette jeune femme, bien qu'elle continuât à se méfier d'elle. Elle la traitait presque comme une gamine, ou peut-être était-ce sa façon d'être avec chacun ? Alayne changea légèrement sa façon de parler.*

- Tu dis que tu décides, pas lui. Moi, ce que je vois, c'est que c'est ton patron. Ou ton amant.

*Alayne hausse les épaules.*


- Ce ne sont pas mes affaires, tant que ce type reste à bonne distance de moi. Pour le reste, ça me va. Partageons-nous le boulot et voyons où cela nous mène, je dois bien dire que cela me fait plaisir d'avoir un peu de compagnie, même si j'ai l'habitude d'être seule.

*Elle lève un doigt, afin de souligner son propos suivant.*

- Cela ne lèvera sûrement pas tes doutes, mais tu peux me faire confiance : je ne te trahirai pas. Ni pour le plaisir, ni pour l'argent, je n'y vois pas d'intérêt. Cependant tu sembles convaincue de pouvoir prendre le dessus alors j'aimerais préciser une seule chose : Si je suis ma propre maîtresse, ce n'est pas par hasard. Je tiens à ma liberté de choix, de mouvements, et de pensée. Je n'ai pas de problème à collaborer, ce sera même, je crois, un plaisir. Mais n'imagine pas que je devienne ton ordonnance, ou ton apprentie. Je ne peux préjuger de ton niveau, ni toi du mien, nous l'apprendrons en route, et je pense que nous aurons chacune à apprendre de l'autre. Sur un pied d'égalité. Cela te sied t-il ?

*Alayne parcouru le parchemin contenant de succinctes informations sur leur cible. Elle soupira.*


- Je ne te cacherai pas que je suis impatiente d'en découdre. Ce type-là... Il mérite un certain nombre de traitements que je me ferai une joie de lui infliger.

*Le sourire qu'elle adressa alors à Lyarra était alors comme une ouverture dans sa carapace de rigidité. Elle se réjouissait sincèrement de partir à l'aventure, mais il y avait dans son regard quelque chose de macabre, et de malsain.*
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Humain
Louve Noire

Nombre de messages : 575
Âge : 24
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
[Libre] Rencontres impromptues Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Rencontres impromptues   [Libre] Rencontres impromptues I_icon_minitimeLun 20 Mar 2017 - 13:05

« On va dire ça comme ça. Il n’est pas mon patron, ni mon amant. Rassure-toi, il est juste là en train de me cerner. Pour toi, je pense qu’il s’en fou totalement. C’est une bonne chose tu trouves pas ? »

Assise confortablement sur la chaise, Lyarra maintenait son regard sur le sien. L’aventurière ne semblait pas vouloir décrocher du regard, au contraire, elle soutint avec amusement. Alayne était droite, déterminée et très calme. C’était une qualité qu’elle capta Lyarra… Alayne avait une qualité que la louve noire ne possédait pas encore : le calme. Lyarra était une femme guidée par son instinct, son émotion, parfois, elle pouvait être une véritable belliqueuse. Elle était une éternelle boule d’énergie, prête à découdre. De ce fait, la louve noire pensa sincèrement de prendre l’exemple d’Alayne.

Néanmoins, Lyarra découvrit une peur suspecte à propos de cette femme. Avait-elle peur de la gente masculine ? Pourquoi cette question ? La guerrière avait quelques indices sur cette hypothèse. Alayne se méfiait du maitre comme la peste, elle ne cessait de le regarder au loin. Sinon, la raison était tout autre. Son maitre avait volé son contrat, sa future partenaire avait grande rancune. Louve Noire n’osait pas poser cette question…C’était un sujet trop épineux. Après tout, Lyarra avait une colère envers la gente masculine et demeurait une éternelle rebelle.

Lyarra l’écoutait attentivement, quelque fois, la surprise fut marquée sur son visage. Dans un ton un peu plus adoucit, un peu moins abrupte. La guerrière se mit à répondre

« Je ne veux pas que tu sois inférieur à moi et je suis ni supérieur à toi. Je pense qu’à toute point de vue que nous sommes égales l’une et l’autre. Nous avons un besoin réciproque de nous entraider. Pardonne-moi si mes paroles t’ont légèrement froissée, ce n’était pas voulue. Je suis un peu caustique, il est vrai. C’est une mauvaise habitude que j’ai »
en même temps, dans les pays du Nord. La place des femmes étaient bien misérable. Elles étaient souvent des femmes aux foyers, soutenirs leurs époux et de garder le silence. Une femme d’épée comme Lyarra et son tempérament rebelle était une plaisanterie pour la gente masculine, parfois, les hommes ne se privaient pas de la rabaisser, voire l’agresser. De ce fait, la guerrière avait gardé cette altitude arrogante et provocante. Dans le cas plus extrême, sans gêne, la guerrière n’hésitait pas à utiliser la surprise et de voir un homme se mettre à genou devant elle, plié en deux sous l’effet de la douleur. De ce fait, la guerrière jouissait bien de se sentir supérieur. « N’abandonne pas ta façon d’agir ou autre…Restes toi-même. Donc oui, cela me sied convenablement. »

Dans un geste amicale, Lyarra tendit les clés de sa chambre accompagné d’un sourire courtois.

« Si tu as besoin de déposer tes affaires dans un endroit sûr. Tu peux prendre ma clé. C’est la chambre numéro 13. Je t’attends dehors…Mhh pardonnes moi, quel est ton prénom ? »


Lorsque la présentation furent faites. Lyarra laissa un moment seule sa partenaire et sortit de l’auberge. En attendant, elle rejoignit l’écurie, caressant son cheval qui l’avait accompagné depuis Oesgard. Pendant qu’elle caressait son destrier, la jeune femme sa question sur le moyen de trouver le criminel. Elle était très loin d’être une bonne traqueuse, au contraire, elle était plus une guerrière des champs d’honneurs qu’une réelle chasseuse de prime. La seule solution était simple…Interroger l’enfant. Mais comment ? Par quel moyen ? La milice n’avait aucune réponse de l’enfant et ils avaient abandonnés l’enquête. Le gamin était rentré dans son mutisme.  Par contre, elle devait tout d’abord trouver l’enfant. Le seul moyen était bien la milice..

En entendant les pas d’Alayne, Lyarra s’enquit de parler

« D’après moi, je pense qu’il serait bien d’aller voir l’enfant. Il doit surement avoir des indices ou autre. De ce qui est écrit, il était silencieux et la Milice n’arriva pas à lui faire avouer…ils ont abandonnés par la suite. L’enfant doit être traumatisé…ca va être difficile de prendre des informations…Mais,on a une occasion de prendre les devants. Il faudra qu’on aille voir la Milice en premier lieu pour trouver l’enfant puis ce dernier »


Elle monta sur sa monture, s’approcha lentement d’Alayne.

« Je ne pense pas être une véritable diplomate. Ou tendre. Tu m’as l’air beaucoup plus calme, douce et rassurante. -ce que ça te dérange de l’interroger ? »
demanda-t-elle «  Ou utiliser ma bure d’Othar pour me faire passer pour une prêtresse »
Hrp : Tu peux avancer et décrire le lieu etc…Je m’adapterais à ton poste :D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Libre] Rencontres impromptues Empty
MessageSujet: Re: [Libre] Rencontres impromptues   [Libre] Rencontres impromptues I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Libre] Rencontres impromptues
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F/LIBRE) FREYA MAVOR
» Libre Service
» Libre-service : la boîte à RP
» Hentaï
» Lolinapping [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Comté d'Arétria-
Sauter vers: