Partagez | 
 

 La gloire éternelle

Aller en bas 
AuteurMessage
Tal'darak Helvival
Drow
avatar

Nombre de messages : 21
Âge : 24
Date d'inscription : 08/05/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  781 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: La gloire éternelle   Jeu 7 Déc 2017 - 20:19

1ère énnéade de Fävrius, 10ème année du XIe Cycle


“Eh bien, je vous ai réuni ici, c’est à cause de notre client. Y’en a d’entre vous que je reconnais parce que j’ai déjà bossé avec vous. Y’en a d’autres ici qu’ont du se faire recommander par des gars qui vous connaissent et à qui j’ai proposé le boulot, mais qui l’ont refusé. Mais j’crois comprendre que dans cette illustre assemblée que j’ai devant moi, vous avez tous été plus ou moins capable de garder vos langues dans vos poches et votre sens du professionnel comme on en a l’habitude dans la Crèche. ”

Bartuc, demi-elfe de son état, tenait plus du demi que de l’elfe. L’oeil crevé et barré d’une affreuse balafre, tenait officiellement une taverne au centre de Thaar, offrant consommations, gîte, couvert et bonne compagnie de la meilleure qualité; lui permettant de cacher mieux encore son activité encore plus lucrative : la gestion des contrats d’assassinats d’une grande partie de la ville. Un assassin, surtout s’il était doué, rechignait à courir les rues pour se trouver un emploi ; Bartuc, depuis une cinquantaine d’années maintenant, tenait alors les cotes et servait d’intermédiaire entre clients et employés, moyennant pourcentage.

Andrys Da’rysk, lorsqu’il avait entendu la nouvelle, n’avait pu s’empêcher de venir se mettre au courant. Assassin depuis seulement deux cents ans à Thaar, son rôle principal était justement de se renseigner sur le milieu de l’assassinat pour le compte de l’Obsidien, tout en lui servant d’assassin de fortune, si les Lames Noires de la Dothka refusaient de coopérer avec lui, ce qui semblait arriver de plus en plus souvent. Andrys le sentait bien, et les rumeurs de ses proches espions haut gradés confirmaient son intuition; la Dothka allait imploser dans les énnéades qui suivaient. Et avec celle-ci, le Puy également. Il s’était donc surpris à accepter la proposition, décidant de se changer les idées, tout en apportant l’information sur ce contrat qui semblait réellement important à Bartuc; qui, pour la première fois, semblait vraiment inquiet que quelqu’un crache le morceau sur le contrat.

Parce qu’en général, à Thaar, même si le morceau était craché et que les commanditaires ou les assassins avouaient, c’était les assassins qui payaient cela de leur réputation, voir de leur vie. Une omertà s’installait donc, et si les rumeurs couraient dans le milieu des assassins, elles tendaient à ne pas trop se diffuser ailleurs. Et même au sein des assassins, Andrys pouvait voir que certains rechignaient à lui parler, que des groupes d’influences se formaient…

“Enfin, voilà. Tout ceux qui ont décidé de venir ici; faut que je sois clair avec vous. Les termes du contrat sont absolument top secret. Et le… Patron, d’aujourd’hui semble visiblement venu avec un plan d’action, daté du prochain mois, seconde énnéade. Ceux qui passeront cette porte, vous vous engagez à suivre l’action jusqu’au bout. Ceux qui se dégonfleront après être entrés, on saura où vous  retrouver. Vous connaissez la chanson.”

Andrys lança un soupir bien audible, et grogna : “On connait la chanson, Barty. Laisse-nous entrer. Je veux mes souverains.”

Il ouvrit donc la marche vers la porte en bois, et ceux qui osèrent le suivre, le suivirent. Il lâcha ensuite, en riant nerveusement :

“ Et bordel de merde, je suis assez curieux de voir qui te fait suer autant que… Oh.”


La salle possédait une table ovale, un homme trônant en face d’eux, de l’autre côté de la table. Chose très particulière, il était en armure rutilante, un lys d’or à l’épaulière gauche, et dissimulait son visage d’un heaume. Mais Andrys n’était pas dupe; espion depuis deux siècles déjà, il savait reconnaître un serviteur du Roi de la Péninsule lorsqu’il en trouvait un.

“Bah alors, Bartuc, on sert le Royaume des pégus maintenant ?”


“Nan, Andrys. Ce type est un traître. Il veut suriner le régent du Royaume.”

Revenir en haut Aller en bas
Wyman
Humain
avatar

Nombre de messages : 50
Âge : 24
Date d'inscription : 01/10/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La gloire éternelle   Mer 13 Déc 2017 - 22:59

 « … pis c’est là qu’j’lui ai fourré ma dague dans la bidoche à ce salaud. »

 « Je sais… C’est au moins la troisième fois que tu me la racontes cette histoire. Un mois qu’on s’est pas vu et t’as déjà épuisé ta réserves en deux heures ? Tu vieillis, Hush’. »

Le vieux brigand afficha son plus beau sourire brun, faisant presque briller un chicot ou deux parmi les rangées de dents clairsemées qui tenaient encore dans sa bouche par on ne sait quel miracle.

 « Ah ouais ? T’es toujours aussi insolent mon petit Wy-wy, mais y’a un truc que tu sais pas ‘core, et qu’tu sauras pas avant qu’ce soit terminé si je te l’dis pas. Y va s’passer un gros truc mon tiot, et ça tu peux pas t’en vanter de l’savoir ! »

Il se dégageait de cet homme une forte odeur de merde. Pas le genre de crottin que l'on dépose à l'aube avant de commencer sa journée, on parle ici du relent qu'a la chiasse après une semaine de constipation que ni l'alcool, ni les flageolets et encore moins les pruneaux n'ont réussi à vaincre. Un fumet si épais qu'il ferait passer les effluves du purin pour l'une de ces essences dont se parfument les dames les plus distinguées de la cour. Le genre de senteur qui ridiculise celle des pets de belles-mères, une fragrance si gerbante que l'exhalaison fétide d'un cadavre de plusieurs semaines aurait presque le bouquet d'un festin des plus garnis.

Mais ce bon vieux Hush’ était toujours au courant de beaucoup de choses, c’était une pointure, en son temps. Vol, assassinat, enlèvement, il touchait presque à tout quand il était assez habile de ses mains qui ne tremblaient pas encore à cette époque. À un moment donné, il était même à la tête d’une bande de plus de cent marauds, ce crasseux. Il était un fidèle client de Mère, et il l’était ensuite devenu pour Wyman par la force des choses. Le gaillard était sympathique, serviable, presque courtois, mais sa drôle de dégaine et son haleine à faire claquer un bourrin rendaient chaque instant passé en sa compagnie aussi désagréable que la sensation provoquée par les morsures d’une armée de morpions sur une paire de couilles sales.

 « Crache le morceau mon gars, si c’est vraiment un tuyau je te ferai des prix sur tes prochaines commandes. », lui répondit simplement le comédien, un sourcil arqué de curiosité.

 « Y s’trame un gros truc dans la ville basse, j’connais des types qui chargeraient un taureau pour un sou de cuivre. Bah là ils m’ont parlé d’une affaire qui peut rendre sacrément riche, ouais mon gars, et eux ils ont détalé. J’sais pas ce que c’est, et mon bateau part demain alors j’en saurai pas plus. Mais j’connais l’endroit où seront serrées les pognes et signés les contrats. »

Voilà pourquoi Wyman continuait de voir ce puant de Hushan, le bougre avait toujours une info croustillante à partager au jeune homme. Parfois, ça vaut le coup de dire adieu à son odorat pendant une semaine.

 « Je t’écoute, dis-moi tout... », son œil brillait d’intérêt, avide de connaître la suite de l’histoire.

_______________________________________

Le comédien s’était rendu au lieu de rendez-vous apprêté d’une drôle de manière. Il avait mis de l’huile parfumée dans ses cheveux bouclées, écrasé des mûres sur ses lèvres pour les rougir et noirci ses paupières avec du charbon. Ainsi accoutré, il était méconnaissable et on pouvait aisément le confondre avec une femme, pas trop dégueulasse de surcroît.
Si l’affaire était aussi sérieuse que ça, il préférait y aller caché sous un déguisement qui lui permettrait de ne pas se faire retrouver si jamais il renonçait au contrat. Vu l’enjeu, refuser l’offre après avoir entendu les détails de l’affaire était très risqué. Et Wyman compris très vite pourquoi, on parlait d’assassiner le régent de la Péninsule, rien que ça, son royaume natal où il n’avait pas mis les pieds depuis une dizaine d’années. Décidément, tout semblait l’y rappeler.
Revenir en haut Aller en bas
Tahly
Drow
avatar

Nombre de messages : 417
Âge : 26
Date d'inscription : 04/01/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  282 ans
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: La gloire éternelle   Ven 22 Déc 2017 - 10:15

Thaar. Une belle ville, Thaar. Même si la plupart des gens qui y vivent - surtout les non-drows - sont aussi cons que des balais. Pour sûr ! Il suffisait de se balader avec une petite vieille un peu foldingue dans un marché pour détourner l'attention et se faire ainsi un nombre de poches incalculable. C'était mon amusement de la semaine : utiliser ma bonne vieille Mamé Kamat comme distraction. Ah cette petite vieille... cette adorable petite vieille adoratrice de grenouilles crues, de rats cuits, de chats empaillés et grande adepte des tisannes hallucinogènes... Et dire qu'initialement c'était une puissante mage ! Les Humains vieillissaient vraimement mal, c'en était décevant - mais fort peu étonnant.

Alors que Kamat brandissait son rat mort en l'air victorieuse, ses yeux gobuleux perçant la mêlée de gens indignés ou dégoûtés et son visage se fendant d'un large sourire édenté, je la regardais en coin avec un petit sourire amusé. Oubliant certainement qu'elle était mage, elle avait sauté sur l'animal en sursis comme un renard aurait sauté sur sa proie... pendant que je coupais deux bourses dont l'une était particulièrement bien remplie. La plus mince fut vite cachée et l'autre fut tout simplement attachée à la ceinture comme si elle m'appartenait. Première astuce du voleur : ce qui est le moins caché aux yeux est le moins visible à l'esprit. En plus, avec mes vêtements violets bien moulants et au large décolleté, je passais plus pour une sombre de classe correcte que pour ce que j'étais réellement. Et deuxième astuce du voleur : ne pas courir dans une foule quand on peut faire comme si de rien n'était, cela attire immédiatement l'attention.

Ni vu ni connu, après une bonne balade matinale je rentrais à l'auberge en me demandant ce que je pourrais bien faire pour ne pas m'ennuyer... Déjà, compter mes sous. Ensuite... Aller danser ? La flemme. M'allonger tranquillement sur un lit ? La flemme aussi. Faire quelque chose ? Hum... mouais non. Limite, regarder Kamat faire des bêtises sans rien dire, assise les jambes allongées la table, ça pourrait le faire. En fait, c'est ce que je fis pendant quelques minutes, riant intérieurement en voyant la vieille tendre le produit de sa chasse à la pauvre serveuse qui était dégoûtée de voir un rat mort, et encore plus de comprendre que la cliente lui demandait avec une expression d'enfant gravée sur le visage de lui cuisiner cet animal. Pourtant, en réalité, ce n'est pas trop mauvais du rat... mais ça manque cruellement de goût, surtout quand on n'a pas de piment sous la main.

Au fur et à mesure que le temps passait, des gens arrivaient les uns après les autres, certains discutant. Trop normal pour être honnête. Je fis tout simplement mine d'aller au comptoir pour écouter ce qu'ils disaient. Et à entendre certains, notamment le demi-crétin (comprenez par là le demi-elfe), il y avait du contrat dans l'air. Les mots étaient voilés mais étant donné que j'étais du métier, ce ne me fut pas compliqué à décrypter. Et... Aaaaaaaaah ouiiiiiiiii ! Ce contrat-là ! Le fameux contrat qui pouvait rapporter gros mais que de nombreux assassins de renommée avaient refusé ? Ca parle de quoi en fait ? Je suis curieuse là.

Alors que le dénommé Bartuc s'adressait au petit groupe en désignant une porte non loin je me tournais vers lui, l'écoutant attentivement, faisant comme si j'étais venue là spécialement pour l'occasion. Et je suivis, laissant Mamé se débrouiller toute seule avec son rat cuisiné - ou pas. Je me retrouvais devant un gars tout en armure bien brillante qui n'avait selon toute apparence rien à faire là, me demandant un moment quel était le piège.

"Bah alors, Bartuc, on sert le Royaume des pégus maintenant ?
- Nan, Andrys. Ce type est un traître. Il veut suriner le régent du Royaume.”

Ooooh ? Intéressant ça ! Avec un léger sourire sur les lèvres je m'installais à une place confortable et croisais les jambes, regardant le gus au casque avec une petite pointe de malice. Il voulait suriner le régent des idiots ? Mais c'est que ça pouvait être amusant tout ça !
Revenir en haut Aller en bas
Hyène Ahët'kha
Drow
avatar

Nombre de messages : 58
Âge : 22
Date d'inscription : 05/08/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  140
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La gloire éternelle   Mer 31 Jan 2018 - 18:31

Il lui restait une dernière tache à accomplir pour mener sa mission à bien, rapporter le butin au commanditaire.
La clochette retenti lorsqu'elle poussa la porte, annonçant sa venue au gérant qui rappliqua dans l'instant avec un son de bâton de pluie quand le rideau de perle s'entrechoquant retomba derrière lui.

" Bonjour, fit-il d'une voix feutrée, que puis-je pour vous ?

- Je vous amène ce que vous aviez demandé, répondit la drow en posant les fioles sur l'établi.

- Aaaah bien... Très bien...L'on peut dire que vous tombez à pic...", susurra l'apothicaire.

Hyène leva un sourcil interrogateur. Il s'empara de la livraison avec avidité, se pencha par dessus le comptoir pour arriver au plus près de la sombre et chuchota avec un clin d'oeil :

"Vous devriez contacter vos amis dans le milieu, il se trame quelque chose d'étrange ici....."

Elle se rendit donc au Q.G du réseau criminel de la ville pour en apprendre plus. Le lieu grouillait de mafieux de toutes les races. Mâles, femelles, grands ou petits, tous semblaient travailler de concert en une symphonie sans accro. Elle admirait ses congénères drow qui parvenaient à bosser avec ce ramassi d'êtres inférieurs, ces déchets d'humains et de sangs mêlé sans sembler en être affecté.
Jamais elle ne pourrait s'acoquiner avec ces rebuts de la société. Elle les méprisait bien trop et ne tolèrerait pas d'être traitée comme leur égale alors qu'elle avait mille fois leur valeur.
Ah! Si elle savait ce qui l'attendait par la suite.
Assise dans le réfectoire, les yeux dans le vague et les oreilles aux aguets, elle capta des bribes de conversation qui, pour certaines, mises bout à bout l'informèrent qu'un très gros contrat semblait circuler dans la profession.
Un ancien compagnon du Puy vint s'installer en face d'elle. Il n'ignorait pas la reconversion de l'elfette et put facilement deviner la raison de sa présence ici. Hyène quant à elle savait qu'il s'était forgé une certaine réputation à Thaar et qu'il devait par conséquent savoir ce qui s'y tramait.

"Se pourrait-il que la Dothka ne soit pas au courant ? fit-il sans détour.

- J'imagine que si, j'ai juste dû m'absenter un certain temps. Je dois donc me renseigner sur les événements du moment.

-Le contrat hein ? On ne sait pas vraiment de quoi il s'agit, il semblerait que ça soit une mission suicide d'une ampleur telle, que la plupart des meilleurs assassins de tout Miradelphia ont refusé. Les fous qui s'y risqueraient vont se retrouver dans une taverne du coin pour en connaître les détails. Si tu veux en être, tu devrais te dépêcher, ils ont sans doute déjà commencé."

Elle se rendit donc au lieu de rendez-vous qu'il lui avait indiqué. Un demi-elfe borgne attira immédiatement son attention. Elle balaya du regard les quelques personnes qui l'écoutaient. Tsss, aucun ne méritait son attention.
L'assemblée se leva alors et suivit le batard sylvain. La sombre leur emboîta le pas.


Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La gloire éternelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
La gloire éternelle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Éternelle solitude | Lumi |
» Site : La gloire des Berserkers
» Le loup de la gloire[PV la reine^^]
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Prends les armes et vois la gloire, elle t'appartient [PV armée de Kanoë]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Thaar-
Sauter vers: