Partagez
 

 Où l'on s'en vient quêter la sagesse des anciens

Aller en bas 
AuteurMessage
Arnaud de Stern
Humain
Arnaud de Stern

Nombre de messages : 12
Âge : 29
Date d'inscription : 26/02/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Où l'on s'en vient quêter la sagesse des anciens Empty
MessageSujet: Où l'on s'en vient quêter la sagesse des anciens   Où l'on s'en vient quêter la sagesse des anciens I_icon_minitimeMar 20 Mar 2018 - 11:40


Dixième année du onzième cycle
Première ennéade de Verimios - premier mois d'été,
Le premier jour


Un cavalier provenant du sud se présenta de bonne heure aux portes du castel. Il apportait au seigneur Arnoul une missive de son petit-fils Arnaud. Le billet, rédigé à la hâte d'une écriture à peine lisible et bourrée de fautes et de ratures, était incontestablement l'oeuvre d'Arnaud lui-même ; et il était porteur de mauvaises nouvelles.

Arnaud de Stern a écrit:
Chere Granper,

Jespair que sa va. Ici sa va. Le siaige setairnise mai je panse que se cera bienteau finie.

Par contre Dame Alienaure de Wendaine fait encaure des chiennes. Elle veut plus se marier et je la soups soupco soupeçonne je crois qelle a une liéson avec le phan de sinte berretilde, Louis de Sintaimer.

Sait pourquoi je vou propause de sai sèsir sang plu tarder le tribunale des vasseaux du conté pour demender raiparasion. Nous pourrion denonsser Aliennaure pour faurnicassion et je swi suie sur que l'examin revailera quelle naît plu viairge. Alors nou pouron reclamé une grausse conpansassion. Et si nou naubtenon par guin de cose nou pouron toujour mètre le conté a feue et a cent.

Il y a auci otre chause. Dame Alienaure prétan que son fraire est vivan mais ce son des saurnetes.

Je vous ème Granper et jespaire que vous ne ceré par maur daicéder avant davoire eu ce messages.

Les Dieues veyent su voue

Arneau
Revenir en haut Aller en bas
Arnoul de Stern
Humain
Arnoul de Stern

Nombre de messages : 105
Âge : 23
Date d'inscription : 19/02/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  84 ans
Niveau Magique :
Où l'on s'en vient quêter la sagesse des anciens Empty
MessageSujet: Re: Où l'on s'en vient quêter la sagesse des anciens   Où l'on s'en vient quêter la sagesse des anciens I_icon_minitimeSam 24 Mar 2018 - 10:18

Bérenger, le héraut de la grande salle et le porteur des bonnes et mauvaises nouvelles, remontait un des escaliers du château en direction de la chambrée de son seigneur. D’aucuns auraient pensé qu’une immense paire de roustons traînait également au sol, tant les crises de colère d’Arnoul étaient célèbres dans la Malelande. Pourtant, Bérenger n’était pas plus couillu qu’un autre, mais savait justement quand il fallait refermer légèrement la porte pour éviter un vase, ou s’abaisser le moment voulu quand une soupière traversait la chambre. Fidèle à son poste, à vrai dire le seul qu’il ait pu trouver, il n’était pas prêt de le lâcher pour retourner travailler dans les champs…

Cependant, cette lettre estampillée par Arnaud lui-même était une arme à double tranchant pour Bérenger. Si elle était de bonne augure, il mangerait un bon repas ce soir, peut-être même pourrait-il se servir une coupe de bon vin. Si le petit-fils du maître était à nouveau dans les vapes, ou pire, c’était plus qu’une soupière que Bérenger risquait de se manger en pleine poire. Peu serein, il finit tout de même d’escalader l’escalier de pierre, l’ayant trouvé bien trop court. Avait-il été rétréci, ces derniers temps ?

Deux, trois coups sur la porte. De l’autre côté, une voix bourrue d’où perçait une pointe d’agacement parvint au héraut :

« Quoi ? Si c’est encore une histoire de brigands, envoyez l’un des fils Ruy-Selan, ça va faire trois fois que je le répète, mornéera ! »

Bérenger ouvrit la porte et fit son plus beau sourire de porcelaine, gâché par quelques dents gâtées.

« Monseigneur, pardonnez mon intrusion, mais une lettre de votre petit-fils vient d’arriver céans ! »

Le bonheur illumina les traits du vieillard, qui sembla revivre sous les yeux de son serviteur. Il se releva en s’appuyant sur sa canne, indispensable pour lui depuis un moment, et marcha d’un pas rapide pour aller arracher le vélin des mains de Bérenger. Il s’arrêta alors soudain, jaugeant la lettre du regard. Ce même regard suspicieux qu’il offrit à son domestique, avant de prononcer :

« Bonne ou… mauvaise ? »

Bérenger ne se départait pas de son sourire. Une magnifique façade pour dissimuler la panique qui s’instillait dans ses artères, comme le poison d’un aspic. Il haussa les épaules.

« Je n’en sais rien, monseigneur. »

Arnoul plissa les yeux en voyant son domestique sourire comme un demeuré. Il soupira, et se retourna pour aller se rasseoir, brisant le sceau de la lettre.
Alors que Bérenger tentait de s’éclipser comme un assassin après les faits, un juron arétan tonna d’une puissance telle qu’elle fit trembler les jarrets graisseux du héraut lui-même. Arnoul de Stern attrapa sa canne, et se releva pour clopiner vers Bérenger avec des yeux fous. Le serviteur recula, et se cacha derrière la porte, qu’Arnoul frappait avec une détermination ahurissante pour un homme de son âge.

« Porcelet ! Fils de jardinier ! Haaaaaa, la bâtarde infâme, quelle idée de donner tant de pouvoir à une femme aussi écervelée ! »

« M-m-maître… puis-je, hum, puis-je prendre con-congé ? »

Arnoul s’arrêta de fracasser la porte en chêne de son bâton, sentant que son cœur n’apprécierait pas la cadence. Il grogna en lançant l’appui au sol, serrant les poings.

« Oui ! Allez-vous en Bérenger, ou je sens que je ne serai plus un très bon maître pour qui que ce soit ! »

Ces simples paroles suffirent à donner des ailes au pauvre domestique, qui rejoint en vitesse le bas de l’escalier en dévalant les marches quatre à quatre. Record battu. Pendant ce temps, Arnoul fulminait comme un ours réveillé en plein hiver. Ce n’était pas seulement la rumeur de cette prétendue liaison avec Louis de Saint-Aimé qui mettait en rogne le vieux Stern. Aliénor avait également bafoué tout son arrangement avec lui, en refusant de se marier à Arnaud encore une fois, aplatissant toute forme de respect mutuel comme une vieille chaussette trouée. Peste soit de cette gourgandine, qui se laissait plus envahir par les chuchotements d’Arcam que par les voix de la raison. Il agrippa furieusement une plume et de la peau de porc, se préparant à porter cette affaire en haut lieu…

Mais la tension retomba, et le vieux seigneur se mit à réfléchir plus froidement. Non, agir sur un coup de tête n’avait jamais fonctionné pour les Stern, sauf sur le champ de bataille. En relisant ce torchon que lui avait envoyé son petit-fils, Arnoul remarqua que jusqu’alors, il n’y avait aucune véritable preuve de cette histoire, si ce n’est que la régente refusait à nouveau d’honorer son mariage. Arnaud avait sans doute écrit ces mots sous l’effet de la colère, à moins qu’il n’ait encore été sujet de l’une de ses violentes migraines. Le doute subsistait, mais le Vieux Bouc avait une toute autre idée en tête. Nul sourire ne vint éclairer son visage, alors qu’il couchait machinalement ces quelques mots sur la peau de bête.

Citation :
Arnaud

Je ne prendrai pas le risque de déshonorer notre nom et celui de Wenden sans preuve tangible mais j’ai une idée

Quand tu reviendras de campagne avec l’ost rends-toi en Arétria-la-Ville en ta qualité de sénéchal

Je t’y attendrai avec mon plan

Arnoul reposa son calame dans l’encrier en soupirant de fatigue. Oui, fatigué qu’il était. Près de quatre-vingt-dix huit ans qu’il foulait cette terre, et il lui fallait encore s’arranger pour la pérennité de son nom, et prendre des risques comme un jeune homme. Il se frotta les yeux, et fixa ensuite son travail un long moment. Il n’avait pas fini. Une fois cette lettre envoyée, il faudrait également communiquer avec le seigneur de Rimbert, les chevaliers d’En-deçà-d’Hedda, et cette joyeuse compagnie d’errants qui cuvait sa solde à Sanglon…

Tyra l’emporte, s’il venait à clamser avant !
Revenir en haut Aller en bas
 
Où l'on s'en vient quêter la sagesse des anciens
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Information journalistique ou propagande éléctorale?
» Vient demander à Guillaume de renouer avec Luna
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» Bernard Gousse vient d'être rejeté
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Comté d'Arétria-
Sauter vers: