-31%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil à réduction de bruit active – Bose Headphones 700
274.01 € 399.95 €
Voir le deal

 

 [Missive@Harald] Sans frontières

Aller en bas 
AuteurMessage
Artiön Laergûl
Modérateur
Modérateur
Artiön Laergûl

Nombre de messages : 1049
Âge : 23
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  714 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
[Missive@Harald] Sans frontières Empty
MessageSujet: [Missive@Harald] Sans frontières   [Missive@Harald] Sans frontières I_icon_minitimeDim 22 Mar 2020 - 21:22



4e jour de la Neuvième ennéade de Bàrkios
Relai d'oiseaux Lante - Alëandir
Un couple de Faucons d'Anaëh se présente



Oglicos de la Huitième ennéade de Bàrkios
À destination d’Harald Barbe-Sanglante
Depuis Ardamir




Cher camarade, ou me le permettrais-je même ; Cher Ami,

Je ne crois pas qu’il y ait le moindre mot qui puisse exprimer la joie qui est la mienne aujourd’hui.
Plus tôt au matin les miens me rapportaient les nouvelles du concile que vous avez tout récemment mené à nos frontières. Fort triste de n’avoir pu y participer en personne, j’apprenais tout de même le brio avec lequel vous vous étiez fait maîtres des opérations ; de votre convivialité en tant qu’hôtes à votre patience en tant que négociants. Et si je suis heureux de savoir les miens avoir fait l’expérience de qualités que je savais déjà votre peuple avoir, je ne saurais coucher en écrits – et encore moins dans votre langue – l’étendue de ma reconnaissance face à votre dernier geste en notre faveur.

Voyez, si sa nature est souvent déformée par des dépictions issues de rumeurs d’un autre âge, il est dans la Sylve une véritable Mémoire à laquelle mon peuple est profondément liée. Une Mémoire vivante qui nous touche tous, plus ou moins profondément dans nos Souffles.
Pour nous, les bois que vous appelez aujourd’hui le Lörn ne sont pas qu’un lieu d’histoire, ou le théâtre d’anciennes batailles. Encore moins le lieu de repos de nos défunts frères Soldats des Cycles passés. Pour nous, les bois que vous appelez le Lörn sont les porteurs de cette Mémoire. Ce sont les porteurs de souvenirs restés bien loin de nous des millénaires durant, et avec lesquels grâce à vous, nous pouvons espérer communier à nouveau.

Aujourd’hui, c’est cependant aussi heureux de savoir cette possibilité offerte aux miens que me restant inaccessible que je vous écris. Car malheureusement, les affaires m’ayant interdit de vous rejoindre plus tôt cette ennéade sont encore loin d’être résolues, et pour l’heure je ne peux me permettre de m’y soustraire. Mais à aucun de nos deux peuples la patience ne fait défaut, alors de la même manière que je m’arme de la mienne, je sais que vous saurez attendre le jour où les temps m’autoriseront enfin une rencontre plus formelle. Et peut-être même – qui sait ? – me donnera l’occasion en tant qu’Aran de saluer votre Grand-Roi.

En attendant, je ne peux que vous prier de faire preuve de la même amabilité envers ceux parmi les miens qui viendront se recueillir dans le Lörn, qu’avec ceux avec qui vous avez partagé votre dernier concile ; et inviter les plus aptes d’entre eux à me précéder aux portes de Lante.


Dernière chose, je sais qu’il s’agit de bien peu de choses, mais avec cette lettre vous trouverez une étoile à sept branches d’or accrochée en pendentif à un collier du même métal. Cette étoile symbolise nos Cités. Que vous ou l’un de vos messagers le porte, et les miens sauront l’accueillir avec les honneurs.

Puissent les dieux vous veiller et le peuple vous porter.



Artiön Laergûl
Aran des Cités d’Anaëh
Seigneur-Protecteur d’Alëandir


_________________
Sabriye !:
 

Petite notice:
 

Silhouette d'Artiön : ⚠️abondance dangereuse de muscle⚠️:
 

Artiön selon Wenwen:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Harald Barbe-Sanglante
Nain
Harald Barbe-Sanglante

Nombre de messages : 133
Âge : 25
Date d'inscription : 06/03/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  167ans (An 17:XI)
Niveau Magique : Non-Initié.
[Missive@Harald] Sans frontières Empty
MessageSujet: Re: [Missive@Harald] Sans frontières   [Missive@Harald] Sans frontières I_icon_minitimeLun 23 Mar 2020 - 15:37


4e jour de la Neuvième ennéade de Bàrkios
An 17 :XI – Lante.

L’automne à Lante est une saison magnifique. Au loin, au Sud, les forêts du Lörn, dont la canopée forme une couverture semblable à du coton aux couleurs aussi chatoyantes qu’elles semblent avoir été peintes par un maître d’art maîtrisant une large palette de couleurs chaudes, forment de larges étendues vallonées, se mouvant aux grès des vents, telle une mer animée d’un seul et même souffle de vie. Au loin au Nord, les montagnes rocheuses de la Virnée et du Septentrion ressemblant à une véritable ceinture de chasteté, aussi solide que le plus solide des rocs et aussi impénétrable qu’un buisson d’épine aux branchages entremêlés. Véritable frontière naturelle, Harald, Gazanundi de Lante et fidèle représentant de son espèce, ne peut s’empêcher d’imaginer que là-haut, dans les monts, se trouve l’antique cité de Molgrunn retrouvée voilà seulement deux ans maintenant. Puis, un écho. Tel le son d’une goutte d’eau tombant d’un feuillage jusque dans une mare d’eau, Harald se souvint soudainement du tombeau retrouvé à Thanor, d’un des descendants de la lignée de Tharkan. Qui pourrait croire que là-bas, loin au Nord, par-delà les monts et les sommets, après des falaises abruptes et des parois apiques, se trouve l’antique cité d’Ankorong détruite voilà des cycles. Y aurait-il un jour, proche ou lointain, où les Nains du Zagazorn retrouveraient cette antique cité, première capitale Naine, socle de tellement de légendes, de récits et de contes ? Le vieux guerrier se prend à espérer, silencieux, appuyé sur le balcon au plus haut étage du « Palais » de Lante, au centre de la ville. Là, si haut, il peut poser ses yeux sur les plaines du Brissalion, son fief. La frontière avec le peuple Elfique est toute proche, et avec elle, les souvenirs de l’entrevue avec Artion en l’an 15, le Roi des Elfes, et avec un autre représentant de ce peuple, plus récemment.

C’est alors que retentirent dans les escaliers rocailleux du Palais de Lante, les pas métalliques d’un cognard essoufflé et tout d’armure vêtu. Le cognard en question venait de recevoir d’un maître des corbeaux, une missive cachetée du sceau des Elfes, dotée d’un petit paquet correctement ficelé et solidement harnaché. Le maître des corbeaux avait reçu un couple de faucons, et avait dit au cognard messager ceci :
- Dawi ! Prend donc c’te missive et va-t’en la porter au Gazanundi dans les délais les plus brefs ! Ce sceau témoigne d’un message d’la plus haute importance !

Et le cognard avait fait au plus vite. Nul doute que dans les rues, certains auraient cru qu’il était poursuivi par le Grand Vers lui-même, qu’il venait de découvrir un gisement d’or et de diamant, ou qu’il avait simplement fait face à Mogar en personne, tant il avait couru vite et loin, sans prendre ni le temps de respirer ni celui de ralentir. Oh, quelques marchands eurent à souffrir d’une bousculade, d’un coup d’épaule – fait d’armure cela ne devait pas être agréable – ou bien d’un coup de botte sur le dos du pied, mais la mission était en passe de réussir, car enfin, il avait trouvé Harald. Essoufflé, quelque peu étourdit par la course effrénée qu’il venait d’accomplir sans préparation ni semonce aucune, il se présenta devant les yeux écarquillés du Gazanundi qui, l’espace d’un instant, croyait à une invasion Wandraise ou à la découverte d’un volcan de Mogarium juste sous la cité.
- Eh bien jeune barbe, cesse donc d’t’étriper et r’prend ton souffle ! T’as l’renifloir qui cherche l’air comme un Umgi r’cherche une bourse pleine d’souv’rains. Qu’est-ce qui t’amène aussi vite ? Demanda Harald, quelque peu interloqué et amusé de voir ainsi un jeune Nain être au bord du malaise après un tel effort, juste après la collation d’après-midi.
- Gazanundi ! Dit-il, chaque mot semblant si difficile à être prononcé. Une missive ! D’la plus haute importance, qu’y dit l’maître d’corbeaux ! Deux faucons ! Et… L’sceau…
- L’sceau d’Artiön, l’Roi des Elfes d’Anaëh. Par Ikthor !

Harald était resté très discret quant aux discussions issues de ce concile frontalier, le premier depuis des cycles. Certains anciens, thanes et conseillers, s’étaient montrés si pressant que le Gazanundi avait été obligé de laisser fuiter des informations. La grogne était quelque peu montée, alors que certains Lantais – ou certains réfugiés issus du Voile et venant de Kirgan, d’Almis ou de Thanor – étaient réticents à l’idée de laisser déambuler, même sous surveillance, des oreilles pointues dans le Lörn, cette région durement conquise, au prix de milliers de vies Dawis qui, voilà plusieurs cycles, livrèrent d’affreux combats jusqu’à la Bataille des Mille-Souches. Outre le souvenir largement partagé par les Nains aujourd’hui, il reste l’apparence de la forêt, faiblarde, n’ayant jamais pu reprendre sa force et sa grandeur d’antan. D’autres Dawis pensèrent qu’il s’agissait d’un mal pour un bien. Lante, pleinement engagée dans les chantiers de l’Ungordrinin, engageants de grands frais dans le maintient de l’Hunzrung-Langk, et envoyant vivres, main-d’œuvre et ressources à Molgrunn la retrouvée, avait cruellement besoin d’optimiser l’utilisation de son environnement et de ses ressources naturelles. Et les Elfes étaient, il fallait bien l’avouer, passés maître dans le développement durable des ressources et du respect de l’environnement. Deux poids, deux mesures, qui échangèrent longuement face à cette décision prise par Harald. Celle-ci ne faisait donc pas l’unanimité, mais le Gazanundi, chef de guerre, héro de guerre et descendant d’un clan maintes fois héroïque, avait la confiance de ses ouailles. Aussi devait-il jouer finement, et ne point faire chavirer sa barque.

Il se rendit le plus rapidement possible jusqu’à ses bureaux, risquant à plusieurs reprises de prendre ses pieds bottés d’acier dans sa grande cape de velours flanquée des armoiries de la ville. Une fois arrivé, il s’installa, prit sa pipe préalablement bourrée de tabac, l’alluma et lit avec attention la missive dont l’écriture trahissait une volonté de l’interlocuteur de se rapprocher de l’écriture des Nains, quand bien-même celle-ci était, parfois, hésitante. Sans doute le vieux Nain pouvait-il saluer cette initiative du Roi des Elfes. Il lit la missive avec une attention toute particulière.

Lire le mot « ami » en début de lettre, provoqua chez Harald un léger sursaut.  Ses petits yeux vissés dans ses orbites s’écarquillèrent. Ses sourcils broussailleux firent de même, celui de droit s’élevant tandis que celui de gauche s’abaissa, dans une mimique circonspecte. Un Elfe qui ose appeler un Nain, un « ami ». Quelle étrange sensation, quelle étrange situation. La dernière fois qu’un Nain et qu’un Elfe durent s’appeler « ami » doit remonter maintenant à des siècles, si ce n’est plus.

Le reste de la missive était toute aussi intéressante. Le Roi des Elfes, partageait avec Harald un savoir et une connaissance que les Nains connaissaient sans réellement la mesurer. Les Nains savaient les Elfes proches de la nature, par une force, une entité, ou quoi que ce soit qu’eux, peuple du Nord, du sol et de la terre, n’arrivaient pas à comprendre, à apprécier ou même à approcher. Les Nains étaient respectueux de leur environnement, bien plus que la plupart des autres races, mais bien moins que les Elfes, passés maîtres dans la maîtrise de leur environnement et de l’exploitation durable des ressources naturelles. Et les Elfes possèdent ce lien, liant chacun d’entre eux à ce que la forêt, la nature, possède comme aura, comme mémoire. Ainsi, le Lörn possède une importance bien plus grande pour les Elfes que ce que les Nains purent penser jusqu’ici. Harald prenait la mesure de cette nouveauté, de ces informations, et de la symbolique des décisions du concile : permettre aux Elfes de se recueillir dans cette région qui leur fut prise voilà 5 cycles, était sans doute le meilleur cadeau que la race du Nord aurait pu faire à la race des Elfes.

Puis vient le moment de découvrir le cadeau envoyé par les Elfes. La fameuse étoile à 7 branches d’or, accroché à un pendentif lui aussi en or. Ce bijou scintillant, à la pureté exceptionnelle, était un ouvrage finement ciselé, finement taillé, finement ouvragé. Les feuilles, le style, l’exécution, était typique de l’art du peuple des forêts, bien plus atypique et bien plus fin que l’art des Nains, plus brusque, plus buriné. Bien-sûr, un tel ouvrage siérait aux Elfes, et même aux nobles parmi les Hommes, qui raffolent aussi bien de la préciosité du métal que de la finesse d’exécution de l’ouvrage. Mais chez les Nains, de tels bijoux ne trouvaient généralement preneur que pour être à nouveau revendus, ou échangés via les lois du commerce. Harald ne pouvait décemment pas porter ce bijou en pendentif. Un rapprochement avec les Elfes faisait déjà jaser beaucoup de Nains de Lante, ceux qui sont pour, et ceux qui sont contre. Alors porter à la vue de tous un pendentif de manufacture Elfique, risquerait de créer plus de tensions que nécessaire, et de créer un précédent qui pourrait condamner la réputation du Gazanundi, et, si le Grand-Roi le juge nécessaire, sa place à Lante.

Il prit grand soin d’extraire le bijou de son écrin, et le plaça dans un tiroir de meuble dont seul lui avait accès. Un tiroir de bois, dans un meuble de pierre savamment taillé, parfaitement exécuté. Là, il demeurerait en sécurité, jusqu’à-ce que l’entrevue ait lieu. Cette entrevue d’ailleurs, pesait lourd sur le cœur de Harald. Il aurait espéré qu’après tant de gestes, qu’après tant d’efforts de la part des Nains, les Elfes se seraient montrées plus dignes de rencontrer le Gazanundi. Au lieu de cela, d’autres Elfes iraient se présenter à la frontière afin de jouir du cadeau offert par les Nains. Harald se sentait quelque peu spolié, trahi même. Mais le bijou offert par le Roi des Elfes traduisait sans doute une clairvoyance de la part du suzerain qui, connaissant le peuple du Nord, et les concessions faites lors du concile par un peuple que d’aucun connaissait comme cruellement autarcique et aussi buté et immuable qu’un roc, souhaitait maintenir et alimenter ce début de confiance et d’entente, et de prouver leur bonne foi. Harald, quelque peu grimaçant et bougonnant, prit quelques minutes afin de calmer cette colère sourde faite principalement de fierté.

Après tout, le Roi des Elfes avait mandaté un Elfe de confiance pour apparaître au Concile, et ce dernier avait exécutait sa mission jusqu’au bout en indiquant l’offre et les conditions des Nains. Certes, les Elfes semblaient ne pas pouvoir respecter la condition de Harald, à savoir, octroyer un passage au Lörn aux Elfes désireux d’y venir en pèlerinage, à la condition que le Roi des Elfes accepte de le rencontrer à Lante, ou en Anaëh. Harald ne connaissait que très peu la situation géopolitique en Anaëh, mais il avait reçu des nouvelles du lointain Sud. Les évènements de Sol’Dorn, l’emprise grandissante des Drows sur la lointaine Ithri’Vann, les craintes des Nains des Dunes… Ainsi comprit-il, au fur et à mesure de sa réflexion, que l’absence du Roi des Elfes indiquait une situation plus précaire encore que ce que les missives du Sud ne semblaient indiquer. Ainsi mesurait-il que, dans le Nord, on ne savait pas tout ce qui se passait dans les autres contrées, et que toute cette absence d’information, tout cet éloignement, était autant le verrou de la sécurité du peuple du Nord que son principal adversaire. L’autarcie avait permise aux Nains de se concentrer sur eux-mêmes et de se relever, et de sécuriser les frontières Sud du Zagazorn afin de se concentrer sur le Nord et les territoires perdus voilà presque deux décennies durant l’Ire du Mogar. Mais rester aveugle et sourd aux évènements et menaces qui sévissaient au Sud, c’était risquer un danger suffisamment grand pour qu’il puisse, un jour, peser sur les Nains dans le Grand Nord. Harald comprenait alors, que l’absence du Roi était probablement due à un grand danger qui guettait le Sud de son propre pays.

Cela demanda plusieurs minutes de réflexion et d’effort de la part de Harald, le Gazanundi de Lante. Le vieux guerrier, qui avait d’abord voulut réagir avec violence, hargne et colère, fierté et orgueil, avait craché son courroux dans son bureau avant de prendre enfin le temps d’analyser la situation et de mettre en commun les informations dont il disposait. Comprenant alors que les Elfes devaient sans doute être dans une terrible attente, ou faire face à un terrible danger, le Gardien des Plaines accepta de ravaler sa fierté et de faire un dernier geste à l’intention des Elfes.

Aussi s’empara-t-il de son plus beau vélin, d’une plume et d’un pot à encre de couleur légèrement bleutée, et il rédigea cette missive en Khuzdul.


Panahos de la 9ème ennéade de Bàrkios.
A destination de Artiön Laergûl, Roi des cités d’Anaëh.
Ecrit depuis Lante, cité du Zagazorn.




Cher ami,

Vous ne pouvez imaginer la déception qui est la mienne alors que je comprends par votre missive de l’impossibilité qui est la vôtre de satisfaire ma requête, qui est celle de vous rencontrer à nouveau afin de sceller, dans le respect et l’amitié, cet accord discuté avec votre représentant qui répond au nom d’Aparuivë. En échange des savoirs et de l’expertise de votre peuple quant à l’utilisation et la gestion des ressources naturelles, j’acceptais d’ouvrir la frontière à vous et à vos gens, afin de vous recueillir dans le Lörn, région si chère à nos deux peuples.

Cependant, je perçois une raison importante et impétueuse qui requiert votre présence et votre autorité, loin des frontières du Nord. Bien que je n’en connaisse pas toutes les raisons, les tenants et les aboutissants, j’ose imaginer que ces conditions soient suffisamment dangereuses et impérieuses pour dépasser le respect que vous éprouvez pour mon peuple. J’ose espérer, avec la même ardeur, que ce respect reste néanmoins bien présent, et que vous n’oublierez ni notre accord ni le cadeau que je vous ai fait.

Dites à vos gens de se présenter au lieu de réalisation du concile, et de présenter le cadeau qui sera joint à cette missive. Ce lieu sera le lieu privilégié de vos gens et de vos pèlerins, qui seront escortés jusqu’à l’intérieur des terres. Je peux vous garantir que vos gens auront suffisamment de libertés de mouvements et d’asile, pour pouvoir réaliser les pèlerinages avec toute l’ardeur et le désir que 5 cycles d’éloignement auront créés chez vous. Cependant, je vous prie de faire respecter la condition de surveillance par des cognards Nains.

Puisque vous avez été honnête lors de votre missive, et m’avez informé de ce lien, de cette magie qui voue lie à la mémoire du Lörn et de la nature, laissez-moi être honnête à mon tour.

Laisser à vos gens et à votre peuple l’opportunité de se rendre jusqu’au Lörn en pèlerinage ne fait pas l’unanimité des Nains, mais toutes et tous respectent ma décision. Je caresse l’espoir de revoir un jour fleurir les amitiés et les ententes entre nos deux peuples, et j’aspire à une paix faite de confiance et d’entraide entre nos deux peuples. Je suis, Harald Barbe-Sanglante, Thane du clan Brise-Os, natif de Lante et du Brissalion. Et je me souviens avec nostalgie et fierté de l’époque où les vôtres et les miens, échangeaient et commerçaient aux portes de Lante, se renforçant des savoirs et des mémoires de nos populations. En souvenir de ces temps anciens, je vous demande solennellement de respecter vos promesses, et de traiter les miens, et cette missive, avec tout le respect que je vous connais.

Puisses les divinités vous êtres favorables, et puissent-elles vous bénir et vous protéger.

Harald Barbe-Sanglante.
Gardien des Plaines de Lante, du Brissalion et du Lörn
Thane du Clan Brise-Os.



Joint à cette missive, Harald emballa soigneusement une dague qu’il possédait. Etant le Thane d’un clan de guerrier, il disposait de nombreuses armes, lames et armures. L’une de ses lames, une dague d’apparat, avait été forgée par un maître forgeron de Lante. La lame portait des runes qui indiquaient « protège le peuple ». Le pommeau de la dague était fait d’un cuir tanné et coloré de rouge, les couleurs de Lante, et le bout du pommeau portait le sceau de Lante. Très légère, elle pouvait être transportée par un faucon sans problème. Harald espérait que cette missive et ce présent, seraient appréciés à leur juste hauteur.

La missive et le cadeau furent données au messager qui avait eu le temps de reprendre son souffle, et qui s’empressa d’accomplir sa mission. Harald lui, pestait légèrement en son fort intérieur. Il aurait apprécié plus de geste de la part des Elfes, plus de choses tangibles, et non seulement une lettre et un bijou. Il aurait espéré plus de choses, lui qui avait fait un si grand pas en direction des Elfes, pas qui pourrait lui être reproché si longtemps et avec tellement de véhémence. Le vieux soldat se demandait ce qui avait bien pu se passer en lui pour qu’il ait fait tant et tant face aux Elfes, sans jamais ni dégainer ni tirer la hache d’une quelconque manière que ce soit. Lui qui, à l’époque, aurait sans doute préféré se battre plutôt que de parlementer, était maintenant un dirigeant capable de décider seul. Mais il avait le goût du travail accompli, et de l’œuvre bien faite. L’autarcie avait sauvée le Zagazorn, cela était indéniable. L’inventivité, le courage, la clairvoyance du Grand-Roi, permirent à la race Naine de survivre, de s’adapter puis de s’élever. Aujourd’hui, Harald espérait avoir été digne.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
 
[Missive@Harald] Sans frontières
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ZAGAZORN :: Terres de Lante :: Cité de Lante-
Sauter vers: