AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ulysse, pour vous servir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ulysse Sansnom
Humain
avatar

Nombre de messages : 47
Âge : 27
Date d'inscription : 16/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Ulysse, pour vous servir   Mar 16 Aoû 2011 - 12:44

Le vin sait revêtir le plus sordide bouge
D'un luxe miraculeux,
Et fait surgir plus d'un portique fabuleux
Dans l'or de sa vapeur rouge,
Comme un soleil couchant dans un ciel nébuleux.


  • Nom/Prénom : Ulysse Sansnom
  • Surnom : L'Artiste
  • Âge : 31 années
  • Sexe : Masculin
  • Race : Humaine
  • Particularité :
    Fin orateur, il aime jouer des mots, les emmêlant pour former des proses, jouant d'eux comme il le ferait d'une épée, rendant ces derniers aiguisés pour blesser, plaire ou terrifier.

  • Alignement : Neutre - Bon
  • Métier : Mendiant, occasionnellement voleur, il se qualifie cependant d'artiste. Usant de sa prose pour quelques pièces. Il fut maître d'arme avant de tomber dans cette déchéance.
  • Classe d'arme : Corps à corps


  • Équipement :

Portant la majorité du temps des vêtement sales et abimés, il y a peu de choses de valeur sur le corps de notre "héros" si ce n'est peut être son épée. Bien plus fine que les énormes espadons que portent certains soldats, elle est faite pour les coups d'estocs. Quand vous lui demandez son origine, il vous soufflera qu'il la déroba à un coursier qui devait la faire parvenir à une noble maison. La véritable histoire est bien plus simple, il la reçu à ses quinze ans lorsqu'il fut décidé qu'il était apte à porter les armes.

  • Description physique :

Si l'on avait voulu vous faire une description parfaite d'Ulysse, on pourrait vous dire taille moyenne et se mêle facilement à la foule. Il n'a pas de signe distinctif, aucun tatouage ne vient souiller sa chère. Assez mince, il porte sur son visage la trace des mendiants, comprenez une propreté douteuse, un visage creusé par la faim et la vie au grand air mais aussi et surtout un air mélancolique qui cependant s’éclaircit de temps à autre d'un sourire , faisant luire ses yeux azurs d'une lueur de complicité.
Il faut noter que malgré sa position "basse" dans la société, certains le qualifiant même de nuisible, il aime garder une certaine image de gentil homme.
Ainsi, il garde la barbe toujours soigneusement taillé et ses cheveux d'un brun ( terreux ) ne dépassent jamais les épaules. Notons qu'en cas de complication, comprenez dans les cas où il se doit de corriger un coquin, il les attache avec un ruban de tissu, souvent coloré afin d'égayer ses cheveux. Lors qu'on le regarde, on a l'impression que chacun de ses mouvements est réfléchi, il impose une aura de calme et de sérénité. Sa voix douce rappel le vent chaud qui parfois frappe les côtes de Meca et son accent le désigne clairement comme issu des terres du sud.

Ha, vous ais-je parler de cette cicatrice au niveau de l’œil gauche? Non? Et quelques preuves d'une vie vécu par l'épée.


  • Description mentale :

Souviens-toi que tu es mortel.
Cette simple phrase permet de résumé toute la philosophie de penser d'Ulysse. Vivre au jours le jours, agissant comme bon nous semble et espérer que la providence viendra nous sauver. Ainsi Ulysse semble être un éternel optimiste, et à chaque situation problématique, il la résout d'un "tout vas s'arranger".
Bon vivant, il ne sait économiser l'argent et dépense tout rapidement en vin et nourriture. Farceur et bouffon, il aime se rire des gens et provoque facilement en duel les impudents qui le traite en inférieur. Il possède d'ailleurs une certaines rancœur envers les nobles et particulièrement les "jeunes princes" qu'il nomme aisément freluquet. Oui, il possède un langage fleuri que certains diront grossier mais prend toujours garde à ne pas le dévoiler quand il est en compagnie de dame.
Il apprécie en effet particulièrement la gente féminine et gonfle aisément ses exploits pour impressionner les jeunes femmes. En leur compagnie tout est appel à la poésie, dès lors les duels deviennent épiques et il se bat en soufflant ses vers, agissant de tel sorte que le combat dur, prouvant à la foule ses prouesses que ce soit à l'épée où aux mots.

  • Histoire :

L'opium agrandit ce qui n'a pas de bornes,
Allonge l'illimité,
Approfondit le temps, creuse la volupté,
Et de plaisirs noirs et mornes
Remplit l'âme au delà de sa capacité.


    L'histoire commence il y a près de trente-deux ans. Dans un de ces domaines régie par un noble dont l'importance ne sied guère à l'histoire. La scène se passe plus exactement dans la cuisine du château, on sent l'odeur du souper du soir, les épices, l'air est chaud alors que l’hiver approche, on entends en arrière fond le craquement des bûches dans la cheminée mais aussi de petits gémissements et la respiration haletante du suzerain de ces terres. Vraisemblablement, faisant fie de ses vœux de fidélité, le seigneur de ces terres goûte à la chaire du bas peuple avec un entrain non dissimulé. Le soucis est que résultera neuf mois plus tard de cette pulsion un bâtard qu'on nommera Ulysse.

    Ainsi né bâtard, Ulysse fut cependant gâté par les dieux d'un père légitime soucieux de ses fautes. Arraché aux mains de sa mère, il fut élevé à la cours du suzerain, il reçut une éducation respectable et bien supérieur à la moyenne de la population. Destiné à ne jamais régner, il fut toujours considéré comme un moins par sa "belle mère" ainsi que par son demi-frère. Cette enfance difficile lui forgea un caractère d'acier et le poussa à prouver aux yeux du monde qu'il valait mieux que son statut abjecte.
    Ainsi, il se jeta à corps perdu dans les études que sa naissance lui permettait. Rapidement, il se montra doué en littérature et en compétence martiale, faisant la fierté du maître d'arme de la maison. Il fallait avouer qu'un bâtard ne pouvait réclamer le droit du sang dès lors, seul la voix des armes était le chemin pour le prestige et l'argent. Ainsi en était il du choix de l'épée.
    A quinze ans, le maître d'arme (sous la bénédiction de son père), lui autorise à porter les armes, il deviendra même l’apprenti de celui-ci. Le port des armes n'arrivera que deux ans plus tard à son frère d'un an son aîné. Naîtra ainsi une jalousie violente qui, cinq ans plus tard, à la mort du père d'Ulysse, se manifestera quand ce dernier le fera expulsé du royaume alors qu'il montait "sur le trône".

    Ulysse n'eut d'autre choix que d'entré dans l'armée et il y resta cinq ans. Bien qu’excellent combattant, son impertinence lui fit défaut et on le retrouva de nombreuses fois dans les geôles pour insubordination. Après cela on n'entendit guère parler de lui, devenant un vagabond, mendiant pièces ici, soufflant ses proses là, il ne fit pas parler de lui. La guerre qui ravagea la couronne le laissa visiblement indifférent. Mais le jeune homme n'est toujours pas mort.


Tout cela ne vaut pas le poison qui découle
De tes yeux, de tes yeux verts,
Lacs où mon âme tremble et se voit à l'envers...
Mes songes viennent en foule
Pour se désaltérer à ces gouffres amers.


    Assis sur un de ces tabourets grossiers qu'on trouvait dans toutes les tavernes de Diantra, Ulysse discutait quelque peu avec la serveuse, une jolie jeune femme peu avantagé intellectuellement. Fort heureusement pour elle, les dieux avaient décidé de compenser cela par une poitrine fort avantageuse dans laquelle on aurait put s'y étouffer. Les yeux de fripons de notre "héros" se désintéressant totalement de ceux de la jeune femme pour se noyer dans ce décolleté provocateur. Elle eut un petit rire mais la conversation d'Ulysse au sujet du magnifique nez de la jeune femme fut interrompu par un manant, qui de part la stature et les vêtements devait être un garde de l'armée royale. Il portait en effet fière son armure, et l'épée pendante à son fourreau usé indiquait qu'il était homme apte à s'en servir. Cependant, malgré le fait que l'homme mesurait bien une tête de plus qu'Ulysse et qu'il semblait de fort mauvaise humeur, le jeune homme le gratifia d'un geste de la main pour l'inciter à se taire et lui offrit au passage un sourire moqueur.
    Le larron, visiblement peu enclin à rire où à se faire commander se leva d'un bond comme s'il venait de s'assoir sur un brasero incandescent et s'approcha d'Ulysse avait l'intention visible de lui expliquer les choses de la vie, notamment le fait qu'il est préférable de ne pas mettre un soldat de sa stature en colère. Ainsi la joute commença!


    -Dit donc connard, tu vas laisser cette putain tranquille qu'elle nous serve enfin!

    Ulysse pencha la tête sur le côté droit, semblant intrigué par l’individu, il sembla le juger. Sa main alla rencontrer sa barbe il souffla alors d'un air rieur :

    -Voyons gredins, tu oses m'importuner et appeler madame catin! Part vite avant que je vienne te châtier et te faire regretter de jouer les malins.

    Visiblement peu enclin à apprécier la poésie où à cesser son assaut, l'homme grogna et d'un geste de la main tenta de frapper le jeune homme. Ce dernier d'un mouvement ample esquiva l'attaque et d'un bond se redressa et continua :

    -Je vous prie de cesser sinon de mon épée vous serez fessé!

    N'écoutant l'ultime avertissement de l'ancien Maître d'arme, il sorti de son fourreau son épée et tenta un coup qui instantanément fut paré. L'assaut fut réitéré et aussitôt contré. Une fois, deux fois, trois fois, chaque attaque était annulé sous les quolibets :

    -De l'ardeur dans votre main! J'ai l'impression d'avoir à faire à un bambin! Êtes vous de ces soldats qui esquivent les combats et en devienne bien gras? Les soldats de Diantra sont tombé bien bas.

    Visiblement courroucé par ces répliques, l'homme charge, pique, mais toutes ses attaques sont repoussés sous un flots de parades et de tirades. La foule se masse autours des combattants, jugeant de leur talents, offrant des "ho" et des "ha" quand Ulysse esquive les frappes. Soudain, le défenseur devient attaquant, et commençant sa riposte, ses coups s'accélèrent, le rythme du combat augmente et il déclare entre chaque coups:

    -Il est temps de finir ce combat
    qui n'a que trop duré
    Car de vous parer je me sent las
    et il ne me sied guère d'être fatigué


    D'un geste élégant comme notre roi bien aimé
    Plus agile qu'une mouche,
    Je vous préviens cher officier,
    À la fin de l'envoi, je touche !


    C'est alors qu'en terminant sa prose, la lame d'Ulysse trouve une faille, d'un mouvement il fait chuter l'épée du soldat. Ce dernier désarmé fait un pas et trébuche avec perte et fracas. Levant les yeux il aperçoit, près à faire sonner le glas, la lame du héraut de la poésie qui sans un mot est près à lui ôter la vie.
    Le temps se fige la foule attend l'odeur du sang, le soldat attend Tyra et la scène semble s’arrêter pour laisser aux dieux le temps de contempler. Ulysse fixe le soldat et souffle :


    -Souhaites-tu te repentir? As tu des crimes a te faire pardonner avant que je ne te fasse périr pour m'avoir insulter?

    Le garde bredouillage un pitié, Ulysse sourit et lui laissa la vie au lieux de lui ôter, frappant du plat de son épée pour l’assommer et en vin il dépensa le reste de ses deniers. La dame en fut conquise, et ce soir là elle fut sa promise. Voici donc une simple soirée fantaisiste la vie actuel de notre artiste.

Tout cela ne vaut pas le terrible prodige
De ta salive qui mord,
Qui plonge dans l'oubli mon âme sans remords,
Et charriant le vertige,
La roule défaillante aux rives de la mort!

~~~~~

    Comment trouves-tu le forum ? : pas fan du vert mais bon.
    Comment as-tu connu le forum ? : j'ai été membre il y a ... pfff... un an ou deux?
    Crédit avatar et signature (lien vers l'image d'origine et nom de l'artiste dans la mesure du possible) : image originale : Warhammer online. Lien pas trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Callista
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1675
Âge : 24
Date d'inscription : 26/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Spécial
MessageSujet: Re: Ulysse, pour vous servir   Jeu 18 Aoû 2011 - 12:01

    Rien à redire, tu peux donc aller régaler les joueurs de tes vers *w*
    (Simple curiosité, quel pseudo doit-on chercher pour trouver ton ancien compte ?)

    • Foire au RP ~ Pour chercher (et éventuellement trouver What a Face ) des compagnons de RP.
    • Inventaire ~ Un petit topic pour suivre l'évolution de ton personnage. C'est obligatoire, alors au boulot :niark:
      En outre, tu peux toujours venir embêter un parrain potentiel en demandant un parrainage, si tu as des questions. Sinon, toute autre question, suggestion, blabla peut être posée dans la si bien nommée partie Questions & Suggestions.



@ Admin :
• PM : •
Code:
[Métier & Classe] : Ancien maître d'armes & Artiste

[Âge & Sexe] : 31 ans & Masculin

[Classe d'arme] : Corps à Corps

[Alignement] : Neutre bon
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Sansnom
Humain
avatar

Nombre de messages : 47
Âge : 27
Date d'inscription : 16/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ulysse, pour vous servir   Jeu 18 Aoû 2011 - 13:23

Trajan chasseur d'âme du chaos!

et Marius, paladin malchanceux
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ulysse, pour vous servir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ulysse, pour vous servir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark',pour vous servir...
» Ulysse, pour vous servir
» Pour vous remonter le moral
» Ambre Elendil pour vous servir !
» Ismaël, pour vous servir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Bibliothèque :: Tabularium :: Limbes-
Sauter vers: