Partagez | 
 

 Des langecins à Diantra.

Aller en bas 
AuteurMessage
Théobald de la Courcelle
Humain
avatar

Nombre de messages : 110
Âge : 29
Date d'inscription : 13/10/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 (né en 991)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Des langecins à Diantra.    Lun 29 Déc 2014 - 13:38



PNJ: Lambert de Marnoir.





La petite armée de 1200 se dirigeait vers l’ancienne capitale de la péninsule. Ancienne car Diantra semblait maintenant abandonné par les derniers soutiens de la régence.   Lambert de Marnoir , chevalier de la garde de  la bibliothèque, attendait patiemment les rapports des  éclaireurs. On lui avait donné le commandement des troupes Missèdoise, en tant que garde de la bibliothèque sa fidélité ne pouvait être mise en cause et il était tout à fait compétent pour diriger une armée.  Les hommes du comte de Velteroc avaient déjà signalé un important exode de la population vers le sud, mais on n’était jamais trop prudent.  Ainsi l’armée se tenaient à bonne distance de la ville attendant d’être sur de ne pas tomber dans un piège. Les hommes regardais avec inquiétude les fumés qui provenaient de la ville, tous ce demandaient ce qui avait bien put se passer.  On vit enfin sortir de Diantra un petit groupe de cavalier, il pouvait enfin connaitre la situation de la ville.  Les éclaireurs étant Missèdois ils vinrent faire leurs rapports à Lambert qui parti annoncer la bonne nouvelle au capitaine Olvald d’Arosque :


Capitaine, les rumeurs disaient vrais, la ville est sans défense !  La majeure partie de la population est partie ! Hélas ils semblent que ne voulant nous laisser le palais ils y ont déclenchés un incendie, une partie de la ville semble avoir subit d’important dégât !

Le commandant de l’armée Langecinne reçut l’information avec flegme. Il réfléchit quelques secondes puis l’ordre tant attendu tomba :

En avant ! Que nos bannières flottent sur cette ville !

C’est ainsi que les 1200 hommes du langecin entrèrent dans la capitale, une cinquantaine d’homme furent chargé de défendre la porte qui venaient d’être franchit tandis que le reste de la troupe se dirigeaient vers le palais.  Toute la population n’était pas parti de la ville, on pouvait voir quelques personnes sortir de  nombreuses ruelles afin de connaitre les nouveaux maitres de Diantra.  Un grand nombre ne cachèrent pas leurs surprises de voir des Langecin et non des hommes du Median. Cependant ils restèrent tous à une distance raisonnable des soldats, ne sachant comment ils allaient se comporter.  Une fois devant le palais le spectacle était encore plus impressionnant, la majeure partie était détruite et d’impressionnante fumée noire sortaient encore des décombre.  Ainsi de ce lieu de pouvoir il ne restait rien, pour Lambert il s’agissait bien plus que ruine mais d’un changement d’époque. Diantra ne serait probablement plus le centre de la péninsule, un nouvel ordre était en marche et il fallait pour Missède y trouver sa place.

Olvald d’Arosque  medita lui aussi quelques temps devant les ruines avant de donner ses  ordres.  Des hommes furent chargés d’éteindre les dernières braises, le reste furent chargé de quadriller la ville ainsi que de défendre les portes et les murailles. Les cavaliers légers missèdois partirent patrouiller hors de la ville, le commandant craignant toujours un piège.    Des secteurs de la ville furent aussi attribués aux forces missèdoise, afin de contrôler les rues mais aussi pour loger les troupes.  Les quartiers les plus riches qui étaient dans la zone  Missèdoise reçurent un intérêt tout particulier. La guerre n’étant pas gratuite Lambert décida que toute habitation sans occupant se devait d’être vider de ses biens précieux. Il devait bien rester de quoi enrichir les soldats ainsi que Missède. La ville n’ayant pas eu besoin d’être prise d’assaut il fut décidé que seul un quart du pillage reviendra aux soldats.  Deux officiers furent chargés de noter les biens  ainsi collecté. A contrario ordre fut donné de ne pas toucher aux habitations qui seraient encore habité, d’assurer la sécurité des habitants et de leurs faire comprendre que le pillage avait aussi pour objectif de punir les habitants qui en fuyant avec le chancelier avait commit un acte de trahison.

Le soir venu, une fois que l’armée fut organisée Lambert patrouilla sur les murailles.  Quelques travaux étaient nécessaires pour rendre à Diantra sa fierté d’antan. Mais sans habitants cela valait il la peine ? Il en doutait fortement, mais il était tout de même fier de voir les étendards des de la Courcelles, de Missède et de Langehack flotter cote à cote sur les murs de Diantra.  Le nouveau baron semblait redonner un nouveau souffle à la baronnie et la présence des troupes missèdois ici semblait le prouver.   Par contre le nouveau duc c’était autre chose, un homme du sud qui dirigeait maintenant, cela grâce à un mariage rapide ? les missèdois n’était pas contre l’Anoszia mais ils étaient sur la défensive à ce sujet, cet homme devait faire ses preuves avant d’être totalement accepté.  Enfin le temps semblait être au changement mais Lambert espérait que cela prendrait bientôt fin.
Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Nombre de messages : 403
Âge : 128
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Des langecins à Diantra.    Mar 30 Déc 2014 - 0:13

Diantra. Capitale du royaume de la péninsule. En ce doux soleil printanier, le Duc du médian se remémorait bien des souvenirs. La plupart d'entre eux n'étaient pas tellement réjouissants. S'il avait connu quelques bons moments en ces lieux, le destin avait fait en sorte que ses venues à Diantra se soient accompagnées en général de leur lot de souffrance. Au gré de ses pérégrinations en ville, il avait fini par retrouver le temps d'Othar dans lequel il avait été emmené, à l'orée de la mort et soigné pendant de longs mois. Il se souvenait encore du visage fatigué de Darius lorsqu'il s'était réveillé après son long comas.

Longeant le mur, il déboucha sur un rassemblement de soldats velteriens. Ces derniers avaient pris quartiers dans les casernes désertées par les troupes fidèles à l'usurpatrice. Même si la campagne commençait à se faire longue et si leurs familles leur manquaient, le faite qu'ils volent de victoires en victoires maintenaient leur moral extraordinairement haut. Lequel d'entre eux aurait pu penser, il y avait un mois de cela, en découvrant la levée de l'ost qu'ils entreraient dans la légende en écrivant certaines des lignes les plus importantes de l'histoire du royaume ?

Le Duc, encadré de sa Garde velterienne salua ses hommes qui l'acclamèrent en retour avec une vivacité non feinte et un réel enthousiasme. Ils étaient désormais prêt à la suivre jusque dans la mort. Nimmio leur avait définitivement montré, s'ils en eurent eu besoin, qu'il faisait partie de ces hommes empreints d'une grand destinée.

Remontant la rue, ils arrivèrent finalement à la citadelle que l'on nettoyait et que l'on réparait par endroit. Le feu avait attaqué les charpentes des bâtiments annexes, mais la plupart des installation défensives, plus rustiques et quasi intégralement constitués de pierre avaient résisté. Des hommes s’affairaient à déblayer les gravats, d'autres travaillaient à rassembler le bois nécessaire à la reconstruction des hourds et charpentes disparut.

Si on lui avait dit qu'en Barkios, il installerait ses quartiers dans les palais de Diantra, il n'y aurait pas crû. S'il pensait avoir ses chances de vaincre l'ost de l'usurpatrice, il pensait cependant que cette dernière se montrerait ensuite raisonnable et qu'ils finiraient pas trouver un accord pour le bien du royaume. Depuis, les choses avaient changées et il en était réduit à préparer la défense d'une ville qu'il n'avait jamais imaginé détenir en son pouvoir. Mais aujourd’hui, les couleurs du Médian flottaient sur la capitale, accompagnées de celles de ses alliés. Tout un symbole.

Cela faisait à présent près d'une ennéade qu'ils étaient rentrés ensemble dans la ville après que cette dernière fut en partie vidée de sa population et la proie des flammes. Les cadavres avaient étés incinérés et les travaux de reconstruction avançaient bon train. Chaque jours, une partie de la population qui avait fuit la ville et s'était réfugiée dans les environs réintégrait ses habitations. En effet, les rumeurs qui avaient précédés les troupes de la coalition étaient plus qu'exagérées, si bien qu'à l'annonce qu'aucune exaction n'eut eu lieu contre les civiles, ces derniers revinrent en masse pour reconstruire les quartiers détruits de leur ville.

Les troupes de Cléophas quand à elles, avaient étés vu se dirigeant vers le sud, ce qui le préoccupait. Cela pouvait vouloir dire bien des choses. Soit il avait décidé de se replier sur Port Réal, auquel cas, il s'agissait d'un replis stratégique à l'efficacité plus que douteuse ; soit, il effectuait un mouvement tournant pour retourner en Scylla, mais la logique n'était guère meilleure ; où alors, il ralliait Soltariel, qui demeurait depuis le début de cette guerre, une inconnue menaçante.

Perdu dans ses pensées, le Duc du Médian entra dans la pièce dans laquelle il avait installé son quartier général et où l'attendaient les différents généraux qui composaient l'alliance des deux médians. Ces derniers le saluèrent en s'inclinant bassement et le laissèrent s'installer sur le trône qui était le sien. Il avait refusé de s'installer dans la salle du Trône royal, ce qui aurait, à ses yeux envoyé un mauvais signal au reste de la Péninsule. Il n'était pas venu conquérir le pouvoir, mais réunifier le Royaume. Bientôt, il inviterait ses pairs à le rejoindre pour installer un conseil royal qui déciderait alors de la marche à suivre. Mais pour le moment, il avait une guerre à terminer et il trouvait que cette dernière traînait bien trop en longueur. Le camp de l'usurpatrice avait perdu cette guerre et refusait de négocier sa reddition.

L'ordre du jour de la réunion portait sur l'évolution de la situation dans les terres royales et sur la recherche des troupes de Cléophas. Rapidement, il apparut que les ex territoires de la couronne s'étaient rendus sans trop de difficulté après qu'on leur ait proposé, à terme de devenir des baronnies et des Comtés de plein exercice. Les villes et forteresses de ces territoires étaient désormais défendus par les hommes du médian et constituaient de solides bastions pour préparer la suite. Seul le territoire de Caissa ne s'était pas rendu de la sorte. Mais il avait néanmoins accepté de rencontrer une ambassade velterienne officielle. Nimmio décida alors que Clotaire serrait une nouvelle fois sont représentant afin de négocier le ralliement de ces terres et ainsi parachever la réunification des terres royales.

Des rumeurs parvinrent en même temps aux oreilles du Duc. Ses espions auraient vue des ex troupes diantraises se réfugier derrière les frontières du Soltaar sans que ce dernier ne fasse quoi que ce soit pour les contenir et encore moins les repousser. De plus en plus d'indices laissaient à penser que Cléophas et ses sbires s'étaient réfugiés auprès de l'estreventine. Cette dernière avait déjà mauvaise réputation. Elle avait usurpé le Soltaar des mains de la famille à feu Asdrubal, un de ses compagnons d'infortunes qui comme lui s'était opposé à la Marquise de Sainte Berthilde lorsqu'elle avait voulu imposer son fils sur le trône. Allait-elle finalement faire tomber le masque et essayer de se tailler sa part dans le Royaume ? Rien n'était moins sure, mais il se préparait déjà à cette éventualité. Une lettre demandant la levée de nouvelles troupes était dors et déjà rédigée dans le cas où une contre-attaque surviendrait du sud.

D'autre part, des ambassades avaient étés envoyée en Sainte Berthilde, Odelian, Aretria et Olysséa afin de signer une paix définitive. Ces terres avaient en effet repliées leurs troupes suites à la bataille des champs pourpres et la disparition de la régente. Cette dernière n'était d'ailleurs pas réapparue et les rumeurs les plus diverses couraient à son propos. Certains l'annonçaient morte, d'autres réfugiée en Estrevent... Certains annonçaient même que le chancelier l'avait fait disparaitre dans l'espoir de la remplacer à la tête de la Péneinsule. Mais Nimmio n'en avait cure. Il ne faisait confiance qu'aux informations vérifiées et ne se laissait pas aller en spéculations. Dans tous les cas, il aurait bientôt plus amples informations à sa disposition.

Revenir en haut Aller en bas
 
Des langecins à Diantra.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ¤ Première nuit à Diantra pour le métisse | PV
» Lex Liceré capitaine du Guet de Diantra {Callimpériale}
» Lilianna de Christabel [Reine de Diantra]
» Eva, servante au chateau de Diantra
» Tarja Hietala, une elfe chez les humains? [Maitre d'arme de Diantra]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Diantra-
Sauter vers: